Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-08-17T15:28:47+02:00

Souvenir oublié

Publié par divagations-et-balades

         Inspirée par une amie blogueuse, je me suis lancée dans quelques rangements, et, retrouvant des photos et une carte postale envoyée à mes parents, j' ai permis aussi à un vieux souvenir de remonter à la surface de ma mémoire.

         Nous étions en mille neuf cent soixante douze, (Oups !), dans un pays qui s' appelait encore Dahomey.

Souvenir oublié

          Trois ans plus tard, il devenait Bénin.

          Nous étions partis de Niamey, capitale du Niger, dans une vieille " pijo ", avec Mamadou, qui nous avait été imposé par l' agence de location de la voiture, et un Français et son fils, dont nous avions fait la connaissance à l' hôtel.

         Il y avait un trou dans le plancher, par lequel s' engouffrait la latérite, que la saison sèche avait transformée en poussière orangée. Il nous avait fallu des jours de douche et d' astiquage pour la désincruster de nos pores.

         Cap au sud.

Souvenir oublié

          Nous allions vers le Parc du W, à cheval sur le Niger, le Burkina Faso alors Haute Volta, et le Dahomey.

Souvenir oublié

          Ce parc, à cent cinquante kilomètres de Niamey, nécessitait environ quatre heures de piste. La guimbarde brinquebalait vaillamment quand....nous crevâmes un pneu.

         Mamadou prit le cric dans le coffre, et....... il ne s' adaptait pas, sa section était trop large. Qu' à cela ne tienne, plein de ressources, Mamadou attrapa un gros silex et.....se mit en devoir de limer le métal du cric.

Souvenir oublié

          Patience et longueur de temps.....Mais en Afrique, le temps ne compte pas....Et, nous avons fini par repartir.

         Nous avons rencontré quelques marigots dans lesquels des crocodiles, qui semblaient endormis, se jetaient vite à l' eau, au cas où nous serions tombés dedans.

Souvenir oublié

          Puis, nous sommes arrivés au W. Nous y avons vu surtout des girafes. Nous en avions dérangé une, qui nous a toisés d' un air à la fois surpris et dédaigneux.

Souvenir oublié

          Nous logions dans un lodge assez sommaire, mais " c' est l' Afrique " pensions-nous avec philosophie, et " l' aventure, c' est l' aventure ".
         Ensuite, nous sommes partis vers la réserve de la Pendjari.

 

Souvenir oublié

          Celle-ci est au Dahomey, et pour l' atteindre nous devions passer par la Haute Volta. A l' un des postes-frontières, le policier, un gros monsieur du coin, nous dit : " Ah ! Vous êtes de Bordeaux ! La rue Sainte Catherine, le grand théâtre ! J' y ai fait mon service militaire ". C' est vrai qu' avant mille neuf cent soixante, le pays était colonie française.

         A la réserve de la Pendjari, se trouvait un hôtel sympa. La réception était dans une grande case ronde. Là, je vois un homme blanc, en treillis militaire, l' air d' un baroudeur qui me disait vaguement quelque chose. Il s' avança vers moi et me dit : " Je vous ai vue l' année dernière dans le sud-tunisien, vous aviez un coupé rouge ". (Zut ! c' est le coupé qui l' avait frappé ?). C' était vrai. J' étais quand même un peu sidérée.

         Nous avons vu des léopards, des éléphants, des gazelles.....

Souvenir oublié
Souvenir oublié

          Puis, nous sommes allés voir la cascade de Tanougou. Elle était dans les monts Atakora, un peu plus au sud, pas loin, car il nous fut déconseillé de nous éloigner davantage, la contrée n' était pas très sûre, car.......il y avait encore une tribu anthropophage au-delà des montagnes. Alors, pour une fois, nous avons obéi, nous n' avions aucune envie de nous retrouver en train de cuire dans un chaudron.

          Mais la cascade valait la peine et le petit bain aussi. 

Souvenir oublié

          Nous aurions bien aimé aller voir le village lacustre de Ganvié, mais c' était trop loin, vers Cotonou, et, il fallait rentrer à Niamey. Il y en avait une carte postale à l' hôtel que j' avais envoyée à mes parents.

Souvenir oublié

         Son origine remonterait au XVIIIème siècle. Les populations seraient venues se réfugier au milieu de ce lac Nokoué, pour échapper aux multiples razzias musulmanes qui venaient chercher des esclaves jusque dans ces profondeurs de l' Afrique.

         On surnomme ce village " la Venise africaine ". Il a été proposé à l' inscription au patrimoine mondial de l' UNESCO en mille neuf cent quatre vingt seize.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

hélène 18/08/2015 22:28

Quel neau récit tu nous contes, avec les photos, on te suis dans ces diverses contrées d'Afrique que je ne connais pas. Bravo!
Hélène

aln03----- 17/08/2015 20:39

Heureusement que les anthropophages et les crocodiles ne t'ont pas dévorée , sinon nous n(aurions pas vu ces jolies photos .
Des photos de 1972 , parfaitement conservées .
Merci pour ce voyage et ce partage ..Que la cascade est belle!
Bonne soirée et bises

nath 17/08/2015 18:33

oulalala je viens de voir le lieu de naissance d'un de mes joueurs !!! Mika est né à Cotonou et je ne savais pas à quoi ça ressemblait ! mon Dieu il y a de la différence avec notre village, on n' y croise pas tous les jours des éléphants !!!grand merci pour cette jolie découverte ! bonne soirée la bise de nath

kasimir 17/08/2015 17:44

tout ça à partir d'une carte postale retrouvée ?
hé bé .....

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog