Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-01-23T06:34:25+01:00

Ce malin chevalier de Boufflers

Publié par divagations-et-balades

          Le chevalier Stanislas de Boufflers, était un gentilhomme lorrain fils du marquis Louis François de Remiencourt, et dont la mère, Marie-Françoise de Bauvau-Craon, était la maîtresse attitrée de Stanislas Lecszinski, roi de Lorraine. Celui-ci fut le parrain du chevalier.

Wikipedia

Wikipedia

         Ses parents le destinèrent à l' Eglise, et il passa deux ans au séminaire de Saint Sulpice.

         C' est là qu' il écrivit sa première oeuvre littéraire, celle que l' on n' attendait pas en ce lieu, un conte licencieux : Aline, reine de Golconde. Celui-ci obtint un grand succès, et, c' est peut-être à cette occasion, que le jeune Stanislas prit conscience du fait que la vie ecclésiastique n' était sans doute pas pour lui.

         Il quitta donc le séminaire.

         Afin de conserver la jouissance des quarante mille livres que lui avait léguées son parrain, il se fit........chevalier de Malte, et entra dans l'armée.

         Devenu colonel de hussards, il s' illustra sur les champs de bataille, et parvint même au grade de maréchal de camp après la bataille de Hanovre. Il obtint un régiment, mais.........une " espièglerie " de sa part le lui fit perdre promptement.

         Que se passa t-il ?

         La princesse Christine de Lorraine devint abbesse de l' Abbaye bénédictine de Remiremont.

Wikipedia

Wikipedia

         Notre fringant chevalier y fut envoyé pour la féliciter, mais il fut reçu avec tant de hauteur et de froideur, qu' il décida de se venger. Pour cela, il publia une chanson la traitant de " princesse boursouflée ". Celle-ci, n' apprécia pas et, s' en plaignit à son frère, le comte de Lusace, lequel se plaignant à son tour fit encourir au pauvre chevalier une disgrâce complète, et............il fut déporté au Sénégal, avec, cependant, le titre de Gouverneur du Sénégal et de la colonie de Gorée.

         Là, grâce à une administration avisée et humaine, il fit oublier son étourderie et retrouva son titre de maréchal de camp. Il quitta le Sénégal fort regretté de la population.

          Il s' y était quand même livré, sans doute encore par espièglerie, à la contrebande d' or et de gomme arabique avec les Signares, jeunes femmes métisses qui avaient noué des liens très étroits avec les premiers Français venus s' installer dans le pays.

         Cette activité lui permit, une fois rentré en France, de rembourser toutes ses dettes. En fait, cette contrebande était donc très morale !!!

         Ayant retrouvé toute sa respectabilité, il fut élu à l' Académie Française en mille sept cent quatre vingt huit. En mille sept cent quatre vingt neuf, il fut député de la noblesse aux Etats Généraux. Ce n' était peut-être pas une bonne idée à ce moment-là. 

Wikipedia

Wikipedia

         Alors, en mille sept cent quatre vingt douze, il s' enfuit en Prusse polonaise, où il épousa Eléonore de Sabran, autre fugitive.

         Aprés le dix huit Brumaire, il se rallia à Napoléon Bonaparte.

         Courtisan de la princesse Elisa Bonaparte,

Portrait par Marie-Guillemine Benoist

Portrait par Marie-Guillemine Benoist

          il chanta aussi les louanges du roi Jérôme. Il se fit nommer bibliothécaire-adjoint de la Bibliothèque Mazarine, reprit son siège à l' Académie Française, et les salons de l' Empire ouvrirent leur porte à ce vieillard empâté et peu soigné, mais qui avait gardé l' esprit du fringant chevalier de jadis, s' il en avait perdu la prestance.

         Il avait connu moult galants succès, mais aussi leur corollaire : les infidélités. 

Wikipedia

Wikipedia

         Un jour, pour se venger de l' inconstance d' une belle marquise, il tourna avec esprit, une épigramme féroce à son encontre.

         Celle-ci parvint aux oreilles de la marquise. Elle lui écrivit pour demander pardon, le supplier de stopper la circulation de cette épigramme, et le convier à venir le soir même pour une réconciliation sincère.

         Le chevalier se rendit à l' invitation, mais.......... malin et fin connaisseur de l' âme féminine............il se méfia et emporta deux pistolets.

         A peine avaient-ils commencé à s' expliquer, que quatre énergumènes arrivèrent, l' empoignèrent, le déshabillèrent complètement, et, lui administrèrent cinquante coups de verges chacun, sous le commandement de la belle marquise. Aprés quoi, il se releva, se rhabilla avec dignité, et ...........pointa ses pistolets sur les énergumènes qui perdirent de leur superbe.

         " A chacun son tour " dit le chevalier, et sous la menace des armes,les quatre spadassins corrigèrent la marquise en pleurs.

         " Adieu Madame, dit le chevalier quand la marquise se releva, vous pouvez publier cette aventure, je serai le premier à en rire ", et il partit.

          La belle lui courut aprés, se jeta à ses pieds se tordant les mains de désespoir, le conjura de tenir l' affaire secrète.

         Elle le convia à diner avec elle le soir même. Il accepta, et il se dit que la soirée se termina fort joyeusement.

  

Wikipedia

Wikipedia

         Ah ! Il était malin, Monsieur le chevalier de Boufflers !

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

kasimir 24/01/2016 14:14

quelle histoire !
pas bien morale, mais marrante
bon dimanche Sisi

Simone à Kasimir 25/01/2016 08:20

Pas morale c' est vrai, mais le XVIIIème était comme ça, libertin et malin. Dis-donc, à une lettre prés je me sentais impératrice, mais vu le destin qu' elle a eu, tu as bien fait de ne pas la mettre.

aln03----- 23/01/2016 21:27

Un sacré loulou , ton chevalier ! Trop marrante cette histoire de pistolets .
Stopper un épigramme devait être plus facile qu'avec Facebook ou Twitter!
Tu m'as fait rire comme une berdine que je suis !
Bises

aln03----- 24/01/2016 09:53

Je remets mon article sur Bredin ou Berdin
http://aln03.eklablog.com/d-comme-debredinee-moi-a92749977

Simone à aln03 24/01/2016 09:28

Un sacré loulou comme tu dis! Qu' importe de rire comme une berdine ( bredine ), l' essentiel c' est de rire, excellent médicament !
Bises

Simone à aln03 24/01/2016 09:26

Un sa

cocomil 23/01/2016 18:55

dis donc voir un peu,si on l'a deshabillé entierement pour le fouetter.... on n'a pas vu qu'il avait des pistolets ?????? ou alors zétaient tout p'tits planqués dans ses chausses ? ...... pourtant j'aime bien cette histoire, je ne devrais pas reflechir mais c'est plus fort que moi....

Simone à Cocomil 24/01/2016 12:28

De grandes baies !!!! Ah bon ! Mais c' est bien sûr !!!!

cocomil 24/01/2016 10:08

Mais..... le salon avait de grandes baies vitrees ouvertes voui voui .....qui donnaient directement sur un delicieux jardin........ ( ouf! Sueur !!!!)

Simone à Cocomil 24/01/2016 09:26

UN BOSQUET ! DANS UN SALON XVIIIème !!!!!!! N' IMPORTE QUOI.......DANS UNE POTICHE CHINOISE PEUT-ÊTRE ?

cocomil 23/01/2016 22:11

Ppppfffffff .... quand il est arrive il a pose ses pistolets dans un bosquet ( a l epoque le bosquet se faisait beaucoup) et quand il s est rhabille il s est penche pour les reprendre ... voila. C EST SIMPLE QUAND MEME ..... mdr !!!!!!

Simone à Cocomil 23/01/2016 20:59

C' est ça les intellos, ça déflore toutes les histoires !!!!! C' était sans doute des 6,35...........

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog