Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-03-27T18:19:09+02:00

L' errance du génie - Chapitre VII

Publié par divagations-et-balades

          Depuis des jours et des jours, le magicien africain tentait d' amadouer Ali. Mais celui-ci, dorénavant, se méfiait de l' ex-galérien, et tentait de l' éviter le plus possible.

          Et la caravane avançait inexorablement vers l' empire Yuan. Pour l' heure, elle approchait du terrible désert de Gobi. On laissait derrière soi les derniers palmiers. 

L' errance du génie - Chapitre VII

          Et bientôt, l' immensité de sable allait s' offrir aux regards. Ce désert effrayait un peu les caravaniers, car les conditions de vie y étaient extrêmes. En été, une nappe de feu l' inondait, en hiver, c' était l' endroit du monde le plus froid. On ne saurait que très longtemps après, que seule l' Antarctique pouvait rivaliser avec lui....Quelle que soit la saison, il était très difficile d' y vivre. Et le voici qui s' étalait devant les voyageurs.

L' errance du génie - Chapitre VII

          Le magicien africain commençait à s' énerver. La fuite inexorable des jours et le pas réguliers des chameaux, le rapprochaient du terminus.

          Il gagnait un peu de temps à cause d' un détour par le sud, des hordes mongoles écumant la région plus au nord avec grande férocité.

          Déjà, Srinagar, la capitale d' été du Kashmir, était derrière eux. Des enfants, surgis de nulle part, regardaient passer la caravane avec de grands yeux ébahis.

L' errance du génie - Chapitre VII

          Ali avait désormais perdu toute confiance en cet ex-galérien, ne comprenant toujours pas comment il était là, mais se doutant fortement du pourquoi. La lampe ne le quittait pas, même en dormant il gardait la main dessus.

          Dans la lampe, le génie se faisait le plus silencieux possible. Il savait qu' il ronflait en dormant, ce qui mettait Ali de fort méchante humeur.

          Enfin, ils rentrèrent en Chine par la ville de Lanzhou.

Wikipedia

Wikipedia

          Bientôt, ils seraient dans la capitale de Kubilaï Khan. Aladin y demeurait et, grâce à son épouse, il pouvait compter sur la protection du grand Khan en cas de malheur.

          Acculé, le magicien africain décida de jouer le tout pour le tout, résolut de tuer Ali, de s' emparer de la lampe et de s' enfuir dans la nuit.

          Dans la lampe, le génie avait senti que se préparait quelque chose de terrible. Comment prévenir Ali ? Car celui-ci, peut-être parce qu' il savait être près du terme de sa mission, était devenu moins vigilant.

          Mais, ce que ni le magicien africain, ni Ali, ne savaient, c' est que, depuis les monts Karakoram, un terrifiant tigre à dents de sabre, surgi du fonds des âges, suivait la caravane.

Wikipedia

Wikipedia

         Malin, et d' une infinie patience, il attendait son heure, sachant que plus les jours passaient, plus les caravaniers étaient fatigués et relâchaient la garde.

          Cette nuit-là, le magicien africain décida de frapper; son jambiya entre les dents, il rampait silencieusement.

Wikipedia

Wikipedia

          Dans la lampe, le génie s' agitait dans tous les sens pour réveiller Ali. Après ces années de trajets et de dangers, celui-ci avait acquis un sommeil léger. Les contorsions du génie le réveillèrent.

          Il devina, plutôt qu' il ne la vit, qu' une ombre rampait sur le sol, et soudain, un intempestif rayon de lune fit briller le jambiya. Ali roula sur lui-même pour s' éloigner; oubliant toute prudence, le magicien africain se dressa d' un bond et s' élança vers Ali............Et se fut l' apocalypse !

          Une ombre gigantesque, un rugissement terrifiant, un hurlement d' épouvante............un horrible bruit de mâchoires se refermant sur un corps qui, déjà, n' avait plus rien d' humain.

          Cela en était fini du magicien africain. Le tigre à dents de sabre avait prélevé sa ration de protéines humaines, indispensables à sa survie.

          Au petit matin, la caravane se remit en route. Ali savait maintenant qu' il accomplirait sa mission...........et qu' une belle récompense l' attendait.

          Aladin et la princesse Boudoulboudour étaient fous de joie. Aladin frotta la lampe et, enfin, le génie sortit.

          Sa longue errance était terminée. Mais, il avait encore quelque chose à faire : il voulait remercier Ali de l' avoir ramené à bon port.

          Alors, il lui dit ces mots étranges : " Ali, merci beaucoup, pour moi tu as entrepris ce long voyage et tu m' as protégé des projets funestes du magicien africain; aussi, je te fais cadeau d' un mot magique ; sésame. Quand tu reviendras dans ton pays, tu iras près de cette montagne où tu jouais étant enfant. Devant son côté plat, tu prononceras ce mot et...tu verras ".

          Ali remercia le génie tout en se demandant ce que cela voulait dire. Il fit cependant ce que le génie lui avait recommandé, et........la montagne s' ouvrit. Ali, prudemment, s' engagea par l' ouverture, et des merveilles d' une grande richesse s' offrirent à son regard.

Peinture de Maxfield Parrish - 1909

Peinture de Maxfield Parrish - 1909

          Il en resta.....baba ! Et c' est pourquoi on l' appela dorénavant Ali Baba.

          Mais ceci est une autre histoire

Voir les commentaires

commentaires

kazimir 28/03/2017 08:04

ouf !
merci au tigre à dents de sabre auquel nous souhaitons une bonne digestion
et merci à toi de nous avoir ainsi tenu en haleine
poursuis tes divagations pour notre plus grand plaisir

divagations-et-balades 31/03/2017 09:33

Le tigre à dents de sabre devait être bien pourvu en enzymes digestives, donc pas d' inquiétude !!! Divaguer n' a jamais été un grand problème, mais ......

aln03----- 27/03/2017 22:26

Une belle fin ,ton conte.Moi qui adore le livre d'Ali Baba et des 40 voleurs depuis que j'ai 5 ans , je saurais enfin pourquoi Ali s'appelle Baba .
Merci pour ce conte et ces jolies illustrations .

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog