Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-11-12T06:59:00+01:00

La pensée du dimanche - 12/11/2017

Publié par divagations-et-balades

          J' ai quelque part, dans l'une des bibliothèques de la maison, deux livres qui m' avaient, entre autres, enchantée. Il y a au moins trente à quarante ans que je les ai lus, et je ne me souviens que du titre de l'un d'eux : Le médecin d' Ispahan.

          L'histoire se déroulait dans ce qui était notre Haut Moyen-Âge, et elle mettait en relief la soif de connaissance qui animait les jeunes gens à cette époque. Certains n'hésitaient pas à partir, à pieds bien sûr, pour aller la quérir là où elle était à ce moment-là, et principalement en Perse.

          A cheval sur le Xème et le XIème siècle y vivait Ibn Sina, Avicenne selon la traduction latine.

Miniature persane. Wikipedia

Miniature persane. Wikipedia

          Scientifique, écrivain, philosophe, médecin médiéval, il s' intéressa à toutes les sciences de son temps, et principalement l' alchimie, la chimie, l' astronomie, la médecine et la psychologie.

          Ses disciples l' appelait le prince des savants, le plus grand des médecins, le Maître par excellence...

          A quatorze ans, il étudiait seul, puis, plus tard, alla étudier à Boukhara. Très vite, il surpassa ses maîtres. On lui doit l' un des ouvrages les plus importants écrits en médecine : le Qanûn, qui fut traduit ensuite par Canon medicinae. Il servira de base à l'étude de la médecine en Europe jusqu'à la fin du XVIIème siècle.

          Léonard de Vinci, à la suite de ses propres observations, rejeta l' anatomie d' Avicenne, et à Bâle, Paracelse brûla le livre. Puis, Harvey découvrit la circulation générale en mille six cent vingt huit, et ceci mit définitivement certains enseignements du Qanûn au rang de science ancienne dépassée.

          Le plus ancien exemplaire du Qanûn, datant de mille cinquante deux, se trouve au musée de l' Aga Khan à Toronto.

 

Wikipedia

Wikipedia

          Avicenne est un parfait exemple de cette soif du savoir qu' éprouvaient les jeunes garçons en ce temps-là. L' acquérir n' était pas facile, et la route pour aller le chercher était longue et pleine de dangers.

          Alors, je pense à nos jeunes contemporains qui traînent à l' école, au lycée....qui perdent leur temps à la fac. Ils ont toutes les facilités de la vie moderne pour s' instruire, la Connaissance est à portée de main. Je me souviens d' un patient, professeur de philo, qui m'a dit un jour : " Je n'ai plus aucune joie dans mon métier, à chaque rentrée scolaire j'espère avoir des élèves qui s'intéresseront à mes cours, mais chaque fois c' est : on s'en fiche M'sieur de Platon, il est mort alors.....".

          Et je suis bien d' accord avec Simone de Beauvoir quand elle déplore :

     * Le principal fléau de l'humanité n'est pas l'ignorance, mais le refus de savoir *.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

aln03 14/11/2017 10:23

IL Y A BIEN ENCORE DES JEUNES QUI BOSSENT .. MA PETITE FILLE AIME LE FRANCAIS ET LA PHILO .MAIS OBLIGEE D'ALLER EN S CAR ELLE VEUT ETRE KINES .
MES PETITS FILS SONT MOINS COURAGEUX ..
ET OUI, LA SOIF DE SAVOIR SE PERD..MERCI POUR CE TEXTE, DAME SIMONE.

Ramon 13/11/2017 20:06

La phrase de ton patient prof de philo est malheureusement très significative de l'atmosphère culturelle qui règne dans le pays. J'ignore si c'est la même chose ailleurs, mais en France c'est net: le savoir est une valeur qui perd du terrain. Zut et rezut! Merci pour ce rappel d'Avicenne! Bonne soirée.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog