Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-09-04T15:51:50+02:00

La laitière

Publié par divagations-et-balades

          Quand j'étais enfant, ma mère m'envoyait à la laiterie chercher le lait pour ma petite soeur, ou mon petit frère, je ne sais plus bien.

          Je partais avec mon petit bidon, et la laitière, Madame J. y versait, à l'aide d'une grande louche, le lait qu'elle sortait de gros bidons.

          Puis un jour, nos parents ont quitté la grande maison de Bordeaux pour venir vivre à la campagne; mon neveu, fils de mon frère, est né. et tantôt l'un, tantôt l'autre, nous allions, toujours avec notre petit bidon, acheter pour lui, le lait dans une ferme non loin de là.

          Le lait avait alors une saveur inégalée. Quand ma mère le faisait bouillir, une épaisse crème se formait, et ma mère l'utilisait quand elle faisait des gâteaux, et en particulier des tuiles aux amandes dont nous raffolions.

          Les jours ont passé, et maintenant, si nous voulons du lait, nous allons au supermarché et nous avons........cela :

La laitière

          Ce lait ne fait pas de crème épaisse quand il bout, et nous ne faisons plus de tuiles aux amandes......dont pourtant, nous raffolons toujours. Mais..... la pâtissière n'est plus là.

          Hier, en feuilletant le journal, un bien curieux titre a attiré mon regard :

 DU LAIT SUR PATTES AU JARDIN PUBLIC DE BORDEAUX

       Titre suivi d'un long article occupant toute la page.

          Et j'ai appris, qu'au XIXème siècle, il y avait des laiteries-vacheries qui entouraient Bordeaux et aussi, l'une d'entre elles en plein coeur de la ville, au sein du jardin public.Là où, de nos jours, les bordelais font une petite sieste.

          

La laitière

          C'était une mini-ferme, mais elle eut un tel succès qu'elle fut agrandie en mille huit cent quatre vingt.

          Mais les grincheux sont de toutes les époques, et ceux-là mêmes qui se plaignaient des meuglements des vaches, ont des descendants qui se plaignent aujourd'hui du chant des oiseaux le matin.

          La laiterie-vacherie a donc fermé. Alors, comment les Bordelais se procuraient-ils du lait ? Ni les réfrigérateurs, ni les supermarchés n'étaient encore inventés.

          Eh bien..........comme cela :

Image archives Sud-Ouest

Image archives Sud-Ouest

          Vaches, chèvres, et même ânesses venaient en ville, et, c'est sur le trottoir, devant la porte de leurs clients, que les fermiers faisaient la traite.

          Ce système a duré jusqu'en mille neuf cent onze. Sont apparues alors :

     * la généralisation de la pasteurisation,

     * les laiteries industrielles,

     * l'invention des réfrigérateurs.

          Et............Adieu vaches, chèvres, ânesses......Et le pittoresque, et peut-être déjà un brin de convivialité, qui allaient avec.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

khaz 04/09/2020 19:09

et adieu les tuiles aux amandes !

Simone 04/09/2020 19:26

Hélas monsieur ! Il y en a au supermarché mais elles sont loin d'être aussi bonnes

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog