Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-09-09T17:39:48+02:00

Rue des Fours

Publié par divagations-et-balades

          Quand on se promène dans le vieux Bordeaux, on s'aperçoit que certaines rues ont un nom bizarre. Je pense qu'il en est ainsi dans nombre de villes.

          L'une d'elle se nomme " rue des Fours ", et je sais pourquoi depuis hier matin quand j'ai lu le journal local.

          Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire de la ville on trouve trace de cette rue. C'était la rue des potiers; elle s'appelait " rue des Homs " (prononcer houm), ce qui veut dire four en gascon. On peut penser qu'elle portait ce nom en raison des fours des potiers, mais ce qui se passa en mille sept cent neuf le légitima encore plus.

          Cette année-là, on était en plein petit âge glaciaire; un froid polaire s'était abattu sur la ville où la température, dit-on, descendit à vingt trois degrés sous zéro.

          Ce froid polaire dura environ quatre semaines, et certains jours, la neige tomba en abondance. D'après les chroniques bordelaises de l'époque, ce fut le froid le plus âpre que jamais homme, lors vivant, ait ressenti.

          De Toulouse à Bordeaux, la Garonne charriait des blocs de glace, parait-il, gros comme des maisons. Bien sûr, comme toute navigation était impossible, les marchandises n'arrivaient plus et de toute façon, tout gelait.

     * le pain devenu si dur qu'il fallait le mettre dans un four pour le couper,

     * le vin était congelé dans les barriques et on le servait à la hache et le vendait ...au kilo,

     * les oiseaux tombaient comme des pierres, les animaux de la ferme mouraient dans les étables et les poulaillers.,

     * tous les arbres fruitiers éclatèrent et moururent, et...........

                        LA FAMINE S'INSTALLA

          Puis la farine manqua; pour faire du pain on en vint à moudre des glands, des asphodèles...

          Les Jurats de Bordeaux avaient fait installer des feux sur les places publiques pour que les plus pauvres puissent se réchauffer, puis, devant la disette qui sévissait, et les boulangeries prises d'assaut par quelques-uns qui soupçonnaient les boulangers de se faire du pain en douce, ils firent construire des fours publics dans cette ruelle : la rue des Fours.

          Les boulangers y fabriquaient du pain sous bonne garde; le prix en fut fixé par la Jurade, cinq fois moins cher que d'habitude pour que tout le monde put se nourrir.

Image Sud-Ouest d'après "Histoire de Bordeaux de 1675 à 1836" de P. Bernadau et "dictionnaire des rues de Bx par A. Descas

Image Sud-Ouest d'après "Histoire de Bordeaux de 1675 à 1836" de P. Bernadau et "dictionnaire des rues de Bx par A. Descas

          C'est ainsi que Bordeaux fut la seule ville du royaume où le pain se débita à meilleur compte.

          C'était en mille sept cent neuf, mais en mille neuf cent cinquante six, un autre terrible hiver s'abattit sur la ville, je m'en souviens. On faisait du ski et de la luge dans les rues en pente. La température descendit une nuit à quinze degrés sous zéro.

          Les Bordelais installèrent des braseros dans les rues.

Photo archives Sud-Ouest

Photo archives Sud-Ouest

          Mais la mairie ne ralluma pas les fours de la rue des Fours !

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

khaz 09/09/2020 20:44

brr, j'en ai des frissons en pensant à l'hiver qui s'approche.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog