Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-06-18T14:29:07+02:00

Il fut un temps......

Publié par divagations-et-balades

          Oui, il fut un temps où tout, ou presque, paraissait simple et naturel.

          J'étais en 6ème au lycée. En plein coeur du premier trimestre, on nous annonça l'arrivée d'une " nouvelle " que nous devions accueillir comme une camarade de plus. Elle venait de Côte d' Ivoire, et elle était Noire.

          Une camarade de plus, voilà ce qu'elle fut, tout naturellement.

          Plus tard, à la fac, nous étions tous copains  Européens, Africains, Asiatiques...... On se moquait complètement de la couleur de peau, paramètre sans objet.

          Puis, on s'est mis à courir le monde, en commençant par l'Afrique. On se faisait des amis partout, et plusieurs d'entre eux, au fil du temps, défilèrent à la maison. La chambre d'amis était souvent occupée. Ils venaient essentiellement d'Afrique Noire ou du Maghreb.

 

Il fut un temps......

          Parmi eux, les meilleurs amis furent sans conteste, Ahmed le tunisois et sa famille. Elle devint un peu la nôtre car nous allions assez souvent en Tunisie.

          Ils habitaient près de Bab Souika, un quartier de Tunis où les touristes étaient rares.

          Combien de soirées y avons-nous passé, qui avaient le charme et la magie des mille et une nuits;

          Il y avait Beyliya la mère, qui nous gâtait comme ses propres enfants et que nous aimions beaucoup.

Il fut un temps......

           Chedliya, l'épouse d' Hamadi, le fils aîné qui jouait si bien de la derbouka. C'est elle qui m'a appris à faire le couscous tunisien, parce qu'elle était horrifiée que je ne fasse que de l'algérien ou du marocain.

Il fut un temps......

          Et il y avait Ahmed, notre ami, si sympa et rigolo malgré son air sérieux. Ahmed, qui se précipitait pour aller me chercher du sirop de rose ou de violette quand l'envie m'en prenait vers onze heures du soir.....

Il fut un temps......

ou aller quérir des joueurs de oud pour faire un concert avec Hamadi à la derbouka.

          A chaque passage à Tunis, il n'était pas question de ne pas passer la soirée dans la famille d' Ahmed

          Sa mère m'emmenait parfois avec elle au hammam, et sur les terrasses où, entre thé à la menthe et cornes de gazelle bien sucrées, j'assistais à des conciliabules de femmes améliorant ainsi ma connaissance de la langue.

          Moi, la juive, j'étais dans cette famille musulmane comme la troisième enfant.

          Et puis un jour.....C'était en janvier de je ne sais plus quelle année, il faisait froid, et je décidais d'aller, seule cette fois, passer un week-end à Nefta. Au retour, entre l'avion qui me ramenait à Tunis et celui qui me ramènerait à Bordeaux, il y avait quelques heures que je comptais bien mettre à profit pour aller Bab Souika voir la famille. Je les avais bien sûr prévenus.

          Or, à ma descente d'avion à Tunis.......Surprise ! toute la famille au grand complet était là qui m'attendait.

     * Simone, il ne faut plus que tu viennes chez nous, ce serait trop dangereux pour toi maintenant. Tout le monde te connait dans le quartier.

     * Mais, que s'est-il passé ?

     * Les choses ont changé me dirent-ils, depuis que Yasser Arafat s'est installé à La Marsa.

          C'était la dernière fois que je les voyais. Il y eut des lettres échangées, et un jour.....la dernière dans laquelle ils me disaient que recevoir mes lettres les mettait en danger.

          Il y eut beaucoup de tristesse de part et d'autre. C'était il y a environ quarante ans.

          Plus tard, au cours de mes remplacements réguliers en région parisienne, il y avait dans la patientèle, un musulman qui remarqua très vite l'étoile de David autour de mon cou. Dès ce jour-là, il ne rentra plus dans le cabinet qu'en me lançant un " Bonjour Cousine " , auquel je répondais de la même façon. On rigolait bien.

          Une vieille patiente tunisienne me saluait toujours d' un " Bonjour ma fille "!

          C'était un temps heureux où seuls comptaient les rapports humains; il ne venait à l'esprit de personne de voir chez un Blanc un résidu d'esclavagiste, ou chez un Noir, un être inférieur fils d'esclave. Un temps heureux où Juifs et Musulmans pouvaient être amis, unis par leurs ressemblances et s'enrichissant de leurs différences.

          C'était un temps heureux !

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
A
Bonjour.
Je croyais que tu n avais plus de blog .Je viens de trouver en spams sur mon telephone tous tes blogs et ceux de Khaz.Curieux
Je n ai pas de numeros tel.qui fonctionnent pour toi.
Pour la couleur, je ne la vois pas .Ma meilleure amie était black .Dcd .Ma belle fille l est aussi mais italienne avant tout.
Ce que tu racontes est arrivé au sud algerien à un de mes anciens directeurs il y a environ 40 ans.A bientôt j espére et bises.Mon numero de tel n a pas changé
Répondre

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog