Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-07-04T15:24:53+02:00

La pensée du dimanche - Le bon chemin

Publié par divagations-et-balades

          Je me rappelle qu'en terminale, le prof de philo nous avait présenté Soren Kierkegaard comme un être austère et pessimiste. Pas étonnant m'étais-je dite, le pauvre il est du nord. Il était danois et luthérien. Deux bonnes raisons pour cela.

          Son portrait montre un jeune homme aux yeux rêveurs, à l'air un peu triste, une allure générale romantique et tourmentée.

 

La pensée du dimanche - Le bon chemin

          Il a écrit sur le souvenir, le bien et le mal, l'angoisse.....pressentait-il que sa vie serait brève ? Né en mille huit cent treize, septième et dernier enfant de la famille, il est mort à Copenhague quarante deux ans plus tard.

          Il avait des raisons d'être pessimiste sur ce sujet, car sa mère, ses trois soeurs aînées et deux de ses frères moururent avant leur trente troisième année. Il pensait qu'il en serait de même pour lui.

          Il a fait des études de philosophie et de théologie à l'Université de Copenhague où l'enseignement se faisait en latin et en allemand. Très attaché à sa langue natale, Kierkegaard dut demander au roi, l'autorisation de soutenir sa thèse de doctorat en danois. Il dut cependant la rédiger en latin.

          Quand son père meurt en mille huit cent trente huit, lui laissant un héritage suffisant pour le dispenser de travailler et donc de se consacrer à l'écriture, il ne reste de sa famille de neuf personnes, que son frère aîné Peter et lui.

          A vingt et un an, il rencontre une jeune fille de quinze ans : Régine Olsen. 

La pensée du dimanche - Le bon chemin

          Trois ans plus tard, il la demande en mariage puis.......rompt brutalement un an après. Elle s'en remettra et se mariera un peu plus tard. Quant à Kierkegaard.....cette relation l'a hanté pour le reste de sa vie.

          Bizarre quand même !!!!

          Il consacre alors sa vie à promouvoir une religion, le luthéranisme, qui s'appuie sur la souffrance et la responsabilité individuelle. Il prône le sérieux et publie son oeuvre majeure : " Ou bien....Ou bien " dans laquelle il oppose l'esthétique et l'éthique, la science du beau et la morale.

          Pour Kierkegaard, la première conduit à l'incohérence et au désespoir, la seconde mène au choix de soi-même et à assumer l'histoire qui fait de nous ce que nous sommes.

          Pas étonnant alors, qu'il soit l'auteur de la phrase que je livre aujourd'hui : 

     " Ce n'est pas le chemin qui est difficile, c'est le difficile qui est le chemin ".

Bon dimanche !

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog