Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2011-12-31T15:19:00+01:00

Les quais du rêve

Publié par divagations-et-balades

          Aujourd'hui, le ciel larmoyant n' incite pas à la balade. C' est le dernier jour de l' année. Est-ce pour cela qu' il est si triste ? Alors, j' ai décidé de refaire par la pensée et les photos, une promenade-découverte des embellissements de "ma ville" et de vous la faire partager car :

                    " Parler du pays, c' est établir entre cent générations humaines présentes, disparues ou à venir, un lien sacré qu' aucune mort, aucune tempête ne saurait briser " a écrit Camille Jullian, grans historien des Gaules et de Bordeaux.

 

040.JPG

 

C' était un jour de juin 2009. Laissant la voiture dans un parking, nous sommes passés sous la Grosse Cloche pour une entrée symbolique dans la cité.

012.JPG

 

Son énorme bourdon ne sonne que dans d' exceptionnelles occasions, la fin des deux dernières guerres mondiales par exemple.C' est en passant sous une autre porte que nous sommes arrivés sur les quais.

017.JPG

 

On aperçoit la " Flèche Saint Michel " qui dresse sa fine silhouette, une des fiertés des Bordelais, et qui a été érigée à côté de l' église du même nom, dont elle est en somme un campanile. Sous cette tour, une crypte contenant les célèbres " momies " dont je parlerai peut-être un jour.

A partir de là, nous voyons les quais s' étaler devant nous; et la Garonne, reine incontestée de la ville, dessine le croissant qui donnera à Bordeaux son surnom de " Port de la Lune ".

Les quais doivent beaucoup au Maire actuel qui a su si bien embellir la ville en lui redonnant son lustre perdu.

016.JPG

On peut maintenant y flâner, s' y reposer en rêvant devant cette eau, qui va de son Espagne natale vers cet océan Atlantique qui fut souvent, dans l' histoire de la ville, la " porte des Amériques ".

 

019.JPG

 

et regarder y pousser les fleurs......

022.JPG

Mais je dois m' interrompre, un devoir m' appelle, celui de préparer, pour son anniversaire, un ou deux plats favoris de ma soeur. Je vous retrouverai plus tard..........l' année prochaine...........demain............

                                                                           BONNE SOIREE

Voir les commentaires

2011-12-27T09:02:00+01:00

Un jardin médiéval médocain

Publié par divagations-et-balades

                    Le Moyen-Âge a vu naître des jardins inspirés de ceux que l' on trouvait dans les couvents ou les monastères. Ils sont réalisés sur des plates-bandes surélevées, de forme carrée,(le plus souvent), ou rectangulaire, ceinturées de planches ou de branchages tressés.

                    Au Taillan-Médoc a été réalisé, au pied de l' église, un jardin médiéval typique formé de sept carrés délimités par des poutres de chêne.

DSC00101.JPG

DSC00099.JPG

Comme tous les jardins médiévaux, celui-ci évolue selon une double symbolique : sacrée et profane, quête du Paradis Perdu,

Top-5.jpg

et quête de l' Etre aimé,

Top-2.jpg

Ces jardins comportent traditionnellement :

* des plantes aromatiques et médicinales, car il fallait soigner              

* un potager,car il fallait nourrir

* un verger,aux arbres plantés en croix, cimetière au Moyen-Âge                                                                                                      

* enfin, un jardin d' agrément, jardin secret ou jardin d' amour du Roman de la Rose.

Top-copie-4.jpg

 

On pouvait s' y asseoir sur des banquettes engazonnées, où les Damoiseaux contaient fleurette aux Damoiselles.

                    L' eau est un élément primordial dans ces jardins. Au Taillan-Médoc, on ne faillit pas à la règle, et, un petit ruisseau court dans le jardin.Selon la tradition, l' eau doit être vive, elle est indispensable à la vie et représente la clarté et la pureté, face aux eaux dormantes du péché.

                    Ce jardin médocain, comme ceux du Moyen-Âge dont il s' inspire, relie les chifres " 7 " et " 4 ", donc la Transcendance, la Perfection et l' Achèvement symbolisés par le " 7 ", au terrestre, symbolisé par le " 4 ".

DSC00098.JPG

Il y a,( avait), sept planètes, sept jours dans la semaine, sept chakras, sept notes de musique .......il y a quatre éléments, quatre saisons, quatre fleuves au Paradis, et pour les Chrétiens, quatre évangiles.....

                    Il y a aujourd'hui en France, plusieurs jardins médiévaux recréés dans plusieurs villes et villages. Sommes-nous à la quête des secrets perdus? Ces jardins cachent' ils des codes comme en cachent, paraît' il, les cathédrales ? Ou bien, inconsciemment, sommes-nous à la recherche d' une spiritualité perdue ?

                    Toujours est' il que se promener dans un jardin médiéval ramène à la simplicité de la vie.

 

Voir les commentaires

2011-12-24T14:30:00+01:00

Petit Bonus : la balade de Noël

Publié par divagations-et-balades

                    Mardi dernier, alors que se diluait le jour dans les larmes de la nuit pluvieuse, nous sommes allées nous promener dans Bordeaux. Le prétexte en était l' allumage de la premiètre bougie de la fête de la lumière.

                    Les rues et les immeubles étaient parés d' habits étincelants.

PC052222.JPG

PC202779.JPG

PC052224.JPG

Sur les Allées de Tourny, le carrousel faisait tourner ses chevaux de bois, lui aussi avait mis son habit de lumière.

PC202782

et semblait vouloir disputer la magnificence au Grand Théâtre.,

PC202785.JPG

Dans les allées, au milieu du Marché de Noël, la foule se pressait, ou marchait avec nonchalance, selon les cas.

PC202788.JPG

A l' autre extrémité des Allées, un second manège, très coloré, m' a replongée au temps où je tentais, avec un certain succès d' ailleurs, de gagner des tours gratuits en attrapant la queue de Mickey.

PC202789.JPG

Puis, au détour d' une allée, LA RENCONTRE SUBLIME : le Père Noël, assis, là, sous un tas de ballons multicolores, sans doute ce qui lui sert d' ascenseur pour rejoindre son traineau et ses rennes, là-haut, sur un parking aérien, pour le ramener chez lui surveiller les Lutins qui ont sûrement fort à faire pour que tout soit prêt pour la grande distribution aux enfants sages, de la nuit du 24 au 25 décembre.

PC202792-copie-1.JPG.Repose-toi bien pour faire bonne route Père Noël. Et.....si tu peux.......pense aussi à moi !!!!

Voir les commentaires

2011-12-22T08:50:00+01:00

Un estey médocain

Publié par divagations-et-balades

             ,       On trouve des esteys, ou ruisseaux en gascon, en Gironde et dans les Landes.Ce sont des petits cours d' eau qui surgissent au détour d' une route forestière ou d' un chemin, traversant la forêt de pins, et qui semblent venir de nulle part, et aller nulle part; comme d' insolents rubans de liberté.

On se promène dans la forêt qui paraît s' étendre sans commencement ni fin,

PC182740.JPG

et pourtant, soudain, une déchirure........ elle est de sable, en pare-feu........PC182737.JPG

ou d' eau..........en inspirateur de rêve,

PC182734.JPG

ou de méditation philosophique; comme l' estey, d' où venons-nous ? Où allons-nous ?

PC182735.JPG

Ce jour-là, il est une coulée d' azur dans la rousseur des fougères mortes.Symbole de l' obstination de la vie. Il semble immuable mais, soumis aux marées, il lui arrive de disparaître quand l' océan se retire, là-bas, derrière les dunes. Mais, au temps de l' expiration océanique, quand les eaux remontent pour lécher haut le sable des plages, le voilà qui revient, comme un ruisseau d' éternité, nourrir l' imaginaire de celui qui s' attarde pour le contempler.

Voir les commentaires

2011-12-20T08:22:00+01:00

Saumos

Publié par divagations-et-balades

                    En allant à Saint Raphaël dimanche dernier, j' ai pris le chemin des écoliers et fait un détour par Saumos. C' est une petite bourgade du Médoc Bleu, dont j' avais appris qu' elle avait une église intéressante. Il s' agit d' une église du XIIème siècle, bâtie sur les ruines d' une très ancienne église de bois. Elle est située sur la route littorale de Compostelle.

PC182732.JPG

PC182731.JPG

 

Un sapin de Noël est déjà en place sur l' esplanade, et sa décoration, un peu de guingois, paraît prématurément fatiguée.

Cette église n' a pas, curieusement, le portail d' entrée principal sur la façade supportant le clocher plat, peu répandu dans le Médoc, et qui semble borgne avec sa cloche unique, mais sur une face latérale orientée au sud.

PC182729.JPGPC182727.JPG

 

Je le trouve beau dans son extrème simplicité. Il est surmonté d' une croix celte.

PC182728.JPG

 

La façade est d' une remarquable austérité et ne comporte qu' un portail banal.

PC182726.JPG

Avant de partir, je suis allée à la recherche d' une ancienne poste décrite comme intéressante sur le plan architectural. Ne la voyant point, mais avisant un homme près de son 4x4, je lui ai demandé où elle se trouvait.Il m' a répondu d' un ton assez rogue : " par là, c' est la première maison ". Je n' ai v u qu' une bâtisse très banale, ne correspondant en rien à la description que j' en avais lue.J' ai fouiné encore un peu et me suis trouvée dans un cul-de-sac face à une ancienne gare mélancolique et oubliée.

PC182733.JPG

L' endroit est bien choisi pour dire au-revoir à Saumos.

Voir les commentaires

2011-12-19T10:15:00+01:00

La Chapelle de Saint Raphaël

Publié par divagations-et-balades

                    Ce dimanche m' est revenue en mémoire la petite chapelle de Saint Raphaël, petit hameau médocain blotti dans la forêt, à quatorze kilomètres de chez moi. Je suis montée en voiture, et, hop ! me voila partie. Je retrouve cette étrange petite chapelle trapue, avec une sorte de vestibule ouvert aux quatre vents, au milieu de son airial;

PC182745.JPG

 

Cette chapelle a une histoire :

PC182746.JPGPC182744.JPG

 

Elle a été érigée sur l' emplacement de la maison natale de PEY-BERLAND (1375 - 1458), qui fut nommé Archevêque de Bordeaux en 1450 par le pape Martin V. L' Aquitaine était alors anglaise, et Henri Plantagenêt, roi d' Angleterre et de Guyenne, époux d' Aliénor d' Aquitaine, lui donna des pouvoirs considérables, même le droit de vie ou de mort. Pey-Berland fit édifier la Cathédrale de Bordeaux et créa l' Université de Bordeaux, qui, d' ailleurs, porte toujours ses Armes.

PC182741,

PC182742.JPGPC182743.JPG

 

Chaque année, un pélerinage a lieu ici, en souvenir de Pey-Berland.

Voir les commentaires

2011-12-17T18:32:00+01:00

L' eau, le ciel & le sable

Publié par divagations-et-balades

                    Nous y sommes.........La voila, la bête infatigable.....En ce jour de Toussaint, elle a encore gardé sa robe d' été.

PA292592.JPG

          Il y a encore des baigneurs et des surfers en c et Automne doux et lumineux comme on en a souvent ici; " Encore une belle arrière-saison " disent les Aquitains, qui savent bien en profiter.

PA292584

          De la terrasse du Kayoc, nous voyons bien pourquoi cette côte est nommée " Côte d' Argent ". L ' or du Soleil a fondu dans cette eau au bleu-vert profond, quelle réaction alchimique l' a transformé en argent ?

PA292581.JPG

          Et il y a ces jeux de lumière entre le ciel, le sable et l' eau...........

PA292587.JPG

PA292589.JPG

PA292590.JPG

          Les ombres sont démultipliées; la promeneuse solitaire doit méditer face à ce monde liquide, mouvant où tout paraît parfois se mélanger, le ciel, la mer, le sable, quand il est mouillé

PA292591.JPG

          Le Soleil, maintenant, amorce sa plongée vers l' océan et l' heure est venue de reprendre la route de la forêt pour rentrer à la maison. Il y a des odeurs de pins fraichement coupés.La traversée de la forêt est si agréable..........

PA292593.JPG

Voir les commentaires

2011-12-16T10:03:00+01:00

Splendeurs océanes

Publié par divagations-et-balades

                    Les balades sur la plage, après le départ des touristes, sont pour moi, un vrai délice.

PA292584

.

Bien sûr, il y a encore quelques silhouettes, mais je ne peux pas prétendre être la seule à aimer la mer et le soleil, et les plages sont si vastes chez nous que l' on peut quand même y combler ses " rêveries de promeneuse solitaire ". Chez nous, l' accès aux plages n' est pas toujours facile. La plage se mérite.

 

PA302606.JPG

PA302605-copie-1.JPG

D' autres, ont l' accès facilité par des rampes ou des escaliers de béton ou de bois, qui nous permettent de moins nous essouffler;

 

PA302610

 

Chaque fois que je vais vers l' une ou l' autre de ces plages, je pense à un livre déjà ancien : " les plages de l' hiver " dans lequel l' auteur, Gilbert Ganne, décrivait exactement ce que l' on peut ressentir en montant à l' assaut de ces dunes :

                    ".........une fois franchie la lisière des pins, on monte péniblement, buste contre ciel, vers la crête des sables.........au delà, c' est l' inconnu grondant et bientôt le désir sans limites ! Car, tout à coup, à force de marcher droit sur elle, la bête infatigable est là, étendue à vos pieds. Son haleine salée se plaque sur votre poitrine et l' oppresse......"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

2011-12-12T22:54:00+01:00

La Nécropole du Natus

Publié par divagations-et-balades

                    Alors que je reprenais la route pour rentrer chez moi, après mon escapade à Cazaux, une pancarte a attiré mon attention : "Nécropole du Natus". Aussitôt, je me suis engagée sur une petite route creusant sa piste parmi les pins. Je suis arrivée dans un endroit que de grands pins alignés comme des soldats, semblaient garder.

 

PC112719.JPG

 

La forêt parait sympathique et avenante

 

  PC112718

 

mais, très vite, elle devient farouche et impénétrable avec sa barrière de fougères rousses.

 

PC112720.JPG

 

En face, la nécropole qui m' intrigue; pourquoi ici, en pleine forêt ? Je m' approche et je lis : Il y avait tout près d' ici, de 1916 à 1917 un camp de Tirailleurs Sénégalais et de Russes. On l' appelait "Camp du Courneau".

 

PC112724.JPG

 

C' était un camp d' hivernage pour les soldats fatigués et malades.Malheureusement, l' endroit était mal choisi, car la forêt était humide et beaucoup, qui ne moururent pas de séquelles de blessures, furent abattus par la tuberculose. De 1916 à 1917, on dénombra plus de 900 décès.Ils furent inhumés sur les flans d' une colline boisée,qui fut connue sous le nom de : "Cimetière des Noirs". En 1918, des Américains du Corps Expéditionnaire prirent la place des rescapés, et, avec leur efficacité coutumière, nettoyèrent le camp et remplacèrent le dispensaire vétuste par un véritable hôpital chirurgical.. Mais, décimés par la grippe espagnole et les exercices aériens qu' ils faisaient sur la base de Cazaux,ils furent, eux aussi, inhumés sur place. En 1967 fut érigé le monument que nous voyons aujourd'hui, et qui est bien entretenu, en hommage à tous ces soldats étrangers qui sont venus mourir chez nous.

 

PC112725

 

 

Petit détail historique : Cet endroit connut la révolution russe. Délaissant leurs aventures galantes et alcoolisées à Arcachon ou à Bordeaux, les Russes, partagés entre " Blancs " et " Rouges " s' y battirent avec ardeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mais, très vite, elle devient farouche et impénétrable avec sa barrière de fougères

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog