Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2013-08-15T15:21:00+02:00

Eglise d' AÏnhoa

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge  link

voyage france   link

 

 

          Hier, bref voyage au pays basque. J' avais envie de visiter ou revoir, Aïnhoa, Sare, Ascain, et de monter au sommet de la Rhune, vieux rêve que je comptais bien réaliser ce quatorzième jour du mois d' août. J' en parlerai plus tard, car aujourd' hui, il me semble opportun de parler de l' église d' Aïnhoa : Notre Dame de l' Assomption.

1-IMG_9130.JPG

          Au premier regard, une originalité saute aux yeux : Le clocher est blanc, le reste de l' église est ocre rose. Cela tient sans doute aux différentes époques de leurs constructions respectives. L' église est du XIIème siècle, du temps où Aïnhoa était une bastide que se disputaient Anglais et Français, et le clocher du XVIIème siècle, du moins sa partie carrée, car le clocher octogonal lui fut ajouté en mille huit cent vingt trois. La partie carrée est un clocher-porche, très répandu au pays basque. C' est du porche que partent les escaliers conduisant aux galeries intérieures.

1-IMG_9106.JPG

1-IMG_9110.JPG

          Lors de la Révolution Française, l' église fut transformée en magasin de fourrages; elle redevint lieu de culte en mille huit cent un.

          A l' intérieur, une nef unique,

1-IMG_9114.JPG

          Avec un superbe plafond à caissons;

1-IMG_9116-copie-1.JPG

          La nef conduit vers un rétable somptueux et monumental.

1-IMG_9115.JPG

          Il repose sur une base peinte en trompe-l'oeil imitant le marbre. Il comporte trois niveaux dans des accords d' or et de rouge.

          Le premier niveau est centré sur le tabernacle surmonté de deux anges en adoration. Deux statues l' entourent de chaque côté.

1-IMG_9115-001.JPG

          De droite à gauche, de face, on voit : Saint Martin, symbole de la Charité, Saint Pierre, le roc de la Foi, gardien des clefs du Paradis, Saint Paul qui fut porteur de la parole du Christ, et Saint Jean-Baptiste qui porta l' espérance en annonçant sa venue.

          Le second niveau est centré sur la Vierge en extase, en train de monter au ciel.

1-IMG_9115-002.JPG

          A sa droite, Saint Blaise, protecteur des pélerins, à sa gauche, Sainte Catherine d' Alexandrie, symbolisant le mariage de la Foi et de la Raison.

          Le troisième niveau est exclusivement consacré à D.ieu. Entre quatre colonnes torsadées salomoniques, il tient le Monde dans une main et le bénit de l' autre.

1-IMG_9115-copie-1.JPG

          Le retable est surmonté d' un ciel bleu en coupole, étoilé de fleurs de lys, et bordé d' une frise comportant des symboles basques.

1-IMG_9120.JPG

          L' autel, auquel on accède par un escalier en bois sombre, bien ciré, est lui aussi, très richement orné.

1-IMG_9118.JPG

          Conformément à la tradition de cette province basque du Labourd,, des galeries, dévolues aux hommes, courent sur deux niveaux le long et autour de la nef.

1-IMG_9113.JPG

1-IMG_9117.JPG

          Ces galeries de bois sombre, sont, aussi, finement sculptées.

1-IMG_9122.JPG

          Juste avant de sortir de cette belle église, une statue attire mon attention. Il s' agit d' une vierge à l' enfant qui me fait penser à certaine statue maya, (que mon neveu m' a piquée !), dont l' attitude était fort ressemblante. J' ai conscience de l' insolite de l' évocation, mais......

1-IMG_9123.JPG

          Visite terminée, c' est la sortie dans le grand soleil de l' été.

 

 

 

 

 





Voir les commentaires

2013-08-13T13:10:00+02:00

Revendication

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge - link

voyage france - link

 

 

          Hier, un moineau à l' oeil sévère est venu se poser sur la table du jardin.

1-IMG_9069.JPG

          Nous l' avions remarqué depuis longtemps; il nous surveillait. Il venait se poster au bord du toit à l' heure des repas, et, venait souvent, voleter au-dessus de la terrasse.

          Mais, aujourd'hui, il ne s' est pas envolé quand je me suis approchée, et, je me suis doutée qu' il voulait me parler. Vraiment, il n' avait pas l' air très aimable ! Etait' il fâché ? Et pourquoi ?

1-IMG_9068-001.JPG

          " Dis-donc, me dit' il d' un ton peu amène, tu laisses faire n' importe quoi dans ton jardin ! "

          J' étais estomaquée de cette attaque frontale à laquelle je ne trouvais pas de justification. Ne cultivons-nous pas des fleurs, pour qu' il puisse se balancer sur leurs tiges graciles !

1-IMG_9030.JPG

          N' avons-nous pas planté des arbres pour qu' il puisse y bâtir un nid bien caché, pour qu' il soit en sécurité sous la garde des aiguilles de pin ! Et avec chauffage solaire !

1-IMG_6117.JPG

          Ne lui offrons-nous pas, au printemps, une autre résidence au milieu des fleurs enivrantes d' un acacia !

1-IMG_7092.JPG          " Mais enfin, que veux-tu ? " dis-je, un peu excédée et quand même un peu vexée de tant d' ingratitude.

          " Eh bien, dit' il, un peu radouci, car c' est quand même un oiseau gentil, tu laisses une de tes fleurs faire n' importe quoi. Elle se moque de nous en se déguisant en roi des oiseaux, et avec quelle arrogance ! "

          " Ah bon ! Montre-moi cette effrontée ! "

          " La voilà ! Ne fait' elle pas preuve d' une grande outrecuidance ? "

1-IMG_9059.JPG

          Hum ! Je trouvais personnellement, qu' elle avait plutôt l' air d' une poule avec son oeil rond. Et, je ne savais pas les moineaux si susceptibles.

          Alors, il va falloir que je me transforme en brillant diplomate pour en guérir l' un de sa susceptibilité et de sa colère, sans vexer l' autre, qui, il faut bien le reconnaître, s' est un peu monté la tête.

          Allez, j' y vais, armée de mon seul courage et consciente de marcher sur une corde raide, sous l' oeil, encore impitoyable, du moineau.


         

Voir les commentaires

2013-08-11T09:42:00+02:00

La minute philo du dimanche

Publié par divagations-et-balades

 

 

 

 

 

 

 

 

          LA PENSEE DU JOUR :

 

 

" le défaut de l' homme est de ternir le quotidien par l' indifférence ".

 

 

 

1-IMG 6894                                            

 


Voir les commentaires

2013-08-10T16:47:00+02:00

Romantisme sur Baïse

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Si la Baïse évoque le Léthé, ( La rivière aux illusions ) ses rives sont bien gersoises. Passé le pont Neuf, nous longeons d' abord le grand mur qui soutient la ville haute de Nérac.

1-IMG_8851.JPG

          Puis, à notre gauche, s' ouvre le sentier qui va suivre la rive; il servait de chemin de halage jusqu' au début du XXème siècle.

1-IMG_8852.JPG

          Toujours à notre gauche, nous longeons maintenant un grand parc : le parc de la Garenne. Entre les arbres, se laisse apercevoir une maison en bois, rouge et blanche. C' est une ancienne guinguette où les néracais allaient danser le samedi soir. Actuellement, elle a été transformée en restaurant.

1-IMG_8864.JPG

          Ces rives sont très romantiques, et la rivière semble fuir vers quelque destination mystérieuse.

1-IMG_8867.JPG

          Voilà que nous arrivons à un embranchement, avec sens obligatoire vers un couloir sombre, à droite;

1-IMG_8870.JPG

          A gauche, un petit barrage;

1-IMG_8871.JPG

          Un vieux moulin à eau s' étonne de voir son jumeau dans le miroir jaune-vert de la rivière.

1-IMG_8872.JPG

          Plus loin, les ruines du château du village de Nazareth où Michel Polnareff a vu le jour.

1-IMG_8890.JPG

          Nous continuons notre route aquatique ; des branches mortes jouent à se multiplier dans l' eau complice.

1-IMG_8907.JPG

          Une petite construction s' élève sur notre droite. C' est la fontaine de Fleurette. On subodore aussitôt une histoire romanesque, et nous l' avons. Ce coquin d' Henri de Navarre a donc eu plus de quarante maîtresses durant sa jeunesse néracaise. Et, il y a eu Fleurette, jeune fille de quinze ans, follement amoureuse du béarnais de dix neuf ans, avec qui elle avait rendez-vous un soir, dans ce bois de la Garenne. Hélas ! il n' est pas venu, car le lendemain, il devait épouser la future reine Margot. Connaissant le lascar, sa famille l' avait retenu au château. De désespoir, Fleurette se jeta dans la rivière, et, se noya. Le futur Henri IV, pas vert-galant pour rien, fit édifier cette fontaine en souvenir de la belle, et lui donna son nom.

1-IMG_8909.JPG

          Une âme pas du tout romantique, présente sur le bateau, gâcha l' histoire en disant que la noyade n' était qu' une légende, et que Fleurette mourut à cinquante sept ans, après avoir eu une kyrielle d' enfants.

          J' ai décidé de ne pas croire cette briseuse de rêve, et c' est sur cette amourette romantique, digne de Paul et Virginie, que se termine la balade d' aujourd'hui.

          Sauf qu' Henri IV, lui, n' aurait pas succombé au chagrin !


         

Voir les commentaires

2013-08-09T14:24:00+02:00

La maison du Prince Noir

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Edouard de Woodstock, dit le Prince Noir, a, me semble t' il, des châteaux ou maisons dans toute l' Aquitaine. De sa capitale, Bordeaux, il a parcouru son duché, et même au-delà, guerroyant contre les Français, au cours de la Guerre de Cent Ans; et même, à l' occasion, en semant la terreur parmi les populations.

          Au cours d' une balade à Marmande, un habitant de cette ville, me conseilla d' aller visiter la " maison du Prince Noir " abritant l' Office de Tourisme.

1-IMG_8624.JPG

          La première pièce contient le bureau, la deuxième une boutique de produits régionaux. Je n' y trouvais pas un intérêt majeur. ( Mais il y avait de bonnes choses).

1-IMG_8626.JPG

          Un coup d' oeil à travers une porte ouverte, me fit entrevoir une cour intérieure, et au fond, une bâtisse qui me transporta au XIVème siècle.

1-IMG_8627.JPG

          La légende aurait' elle quelque fondement ? La maison aurait bien abrité le Prince Noir ?

          Oui, si j' en crois cette silhouette, campée fièrement, avec son armure, au pied de l' escalier dont elle monte la garde.

1-IMG_8628.JPG

          Cette armure ne me parait pas être très noire. Sommes-nous donc avant la bataille de Crécy ? Car, c' est à Crécy, que le jeune prince Edouard décida de porter une armure noire. Or, celle-ci était le symbole de la honte qu' il éprouva de ne pas avoir respecté les règles de la Chevalerie. En effet, luttant contre un chevalier français, il fut désarçonné. Pour se venger, dans la nuit, il fit massacrer tous les chevaliers français. Puis, en éprouvant une grande honte, il décida de ne plus porter qu' une armure noire, ce qui, ultérieurement, lui valu son surnom.

          Certains esprits, chagrins ou malintentionnés, dirent que ce surnom lui fut donné en raison de la noirceur de son âme.

          Toujours est' il, que le Prince Noir, comme Cadet Rousselle, a plusieurs demeures, dont celle-ci, qui est charmante.

          Sur le mur qui sépare ce patio de la rue, une large ouverture me bluffe un peu, car la rue que l' on aperçoit n' est qu' un trompe-l' oeil.

1-IMG_8629.JPG

          A droite, une tour, escaladée par un rosier;

1-IMG_8630.JPG

          Le mur opposé est bien austère, mais heureusement égayé par la fontaine et des plantes fleuries.

1-IMG_8631.JPG

          Cette maison ne se visite pas intérieurement, et c' est dommage.

          Curieuse, j' ai " fouiné " un peu, et me suis aperçue qu' il existe d' autres Prince Noir que notre anglo-gascon.

          Le premier, je l' ai trouvé dans la lointaine Birmanie. Il gouvernait, succédant à son père, le royaume d' Ayutthaya, dont il ne reste aujourd'hui que quelques temples, certains en ruines, et qui est devenu parc national.

1-280px-Ayutthaya_Thailand.jpg

                                                                 ( image Wikipedia )

          Ce prince, Naresuan le Grand, fut aussi appelé Prince Noir, mais je ne sais pourquoi. Il mena de nombreuses batailles contre les Birmans, dont il tua le prince héritier, au cours d' un combat singulier à dos d' éléphants.

1-Naresuan

                                                                  ( image Wikipedia )

          Il mourut sans gloire, de la variole, au cours du siège de la capitale siamoise, après un règne de quinze ans.

          Il y eut aussi Frédéric IX de Hohenzollern, dit le Prince Noir, au sujet duquel je n' ai trouvé aucun renseignement, sinon qu' il était l' ancêtre du roi Michel II de Roumanie.

          Un aristocrate italien, le comte Valerio Borghèse, porta aussi ce surnom, bien plus près de nous car il vécut de mille neuf cent un à mille neuf cent soixante quatorze.

          Un artiste né à la Jamaïque en mil neuf cent quarante six, mort à New York en mil neuf cent quatre vingt quatre, Keith Hudson, fut surnommé " le prince  noir du reggae ".

1-Keith-Hudson.jpg

          Enfin, pour les gourmands, un gâteau à base de mousse au chocolat, meringue et cerises, a aussi pour nom : prince noir.

         



Voir les commentaires

2013-08-07T07:14:00+02:00

Irrévérence

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Je crois que je vais être impolie et employer un mot qui m' aurait valu une paire de claques de la part de ma Mère, et un regard de mon Père à me donner envie d' entrer dans un trou de souris.

           Ce mot repose sur une histoire que je vais vous conter.

          En l' an mille trois cent cinq, eut lieu l' élection d' un Pape à qui l' on trouvait des traits efféminés : Clément V. Les membres du " Sacré Collège " avaient encore en tête l' histoire de la Papesse Jeanne, cette Jeanne de Borgia qui, vers l' an huit cents, déguisée en prêtre et élue Pape, s' en fut accoucher d' une petite fille dans les rues de Rome. Ils ne voulaient pas commettre de nouvelle erreur, et, pour cela, ils firent asseoir le nouveau Pape sur un trône percé, et un Cardinal fut chargé de constater que celui-ci avait bien tous les attributs masculins.

          Tout le monde fut pleinement rassuré quand on l' entendit s' exclamer en latin : " il en a une belle paire, et, elles sont bien pendantes comme nos figues ".

1-IMG_8586-001.JPG

          Au XVIème siècle, des botanistes un peu fripons, renommèrent les figues " couilles du Pape ".

          Et c' est ainsi que naquit :

1-Top-copie-5.jpg

          Evidemment, on en fit de la confiture. Fort bonne d' ailleurs !

1-IMG_9027.JPG          Le soir de Noël, elle était offerte aux mendiants à la sortie de la messe de minuit. Le reste de l' année, on posait simplement le pot sur le rebord de la fenêtre, volets et rideaux tirés, afin de ne pas voir le pauvre du village qui la dégusterait.

          Bien des dictons ont vu le jour à partir de cette dénomination, mais......la bienséance m' interdit de les livrer ici !

A bientôt !

Voir les commentaires

2013-08-05T07:02:00+02:00

La rivière aux illusions

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Au cours d' une visite à Nérac, dans le Lot & Garonne, nous avons fait une balade en bateau sur la Baïse, affluent de la Garonne.

          Nous avons embarqué  sur un coutrillon, sorte de gabarre couverte, appelé ainsi car construit dans la cité girondine de Coutras.

 1-IMG_8854.JPG

          Nous avons quitté le petit port fluvial de Nérac, en passant sous la grande arche du Pont Neuf que la ville doit à un certain baron Haussmann.

 1-IMG_8855.JPG

          Il faisait chaud et le ciel était incandescent. Sur la rive droite, une tour trapue  surplombe la rivière.

1-IMG_8856.JPG

          Nous apprenons qu' il s' agit des bains du roi Henri II de Navarre dont Nérac, était la capitale,que Marguerite d' Angoulème, son épouse, femme la plus savante de son temps, ( elle parlait sept langues et écrivit l' Heptaméron), rendit très brillante, attirant de nombreux écrivains tel Clément Marot par exemple. Leur fille, Jeanne d' Albret, épousa Antoine de Bourbon et se convertit au protestantisme, entrainant en cela toute la région..

          Cette tour eut aussi une autre fonction. Jeanne d' Albret eut un fils, né à Pau, futur Henri III de Navarre et.....Henri IV de France. Celui-ci était un polisson qui passa à Nérac les sept années qui précédèrent son mariage, à dix neuf ans, avec sa première épouse,Marguerite de Valois, plus connue dans les romans de cape et d' épée, et, au cinéma, sous le nom de reine Margot. On raconte que le jeune prince eut, à Nérac, quarante sept maitresses, qu' il recevait dans la fameuse tour.

          Derrière cette petite ouverture grillagée, étaient conservés les aliments que l' on voulait garder au frais.

1-IMG_8857.JPG

          Après avoir laissé sur notre droite cette tour royale, nous entrâmes dans un univers unicolore, paisible et immobile.1-IMG_8861.JPG

          C' était un monde vert où régnait le silence. je regardais la rivière d' un oeil soupçonneux. Elle ne présentait aucune ride, ne faisait aucun bruit. Je pensais alors à ce que disaient certains poètes : " c' était un fleuve d' huile, dont le cours paisible ne faisait entendre aucun murmure; il coulait avec lenteur et silence ".

1-IMG_8913.JPG

          De quel fleuve parlaient' ils donc ? Soudain, je compris, le Léthé ! Celui qui sépare le monde des Enfers du monde de la Vie. Des réminiscences, des images et des vers venaient se fracasser dans ma mémoire. Baudelaire, les fleurs du mal.....

" Et dans ces bains de sang, qui, des Romains nous viennent

   Il n' a su réchauffer ce cadavre hébété,

   Où coule, au lieu de sang, l' eau verte du Léthé ".

1-IMG_8911.JPG

          Le Léthé, le fleuve de l' Oubli; celui dont les Âmes des Champs Elysées allaient, au bout de mille ans, boire l' eau, afin de pouvoir entrer dans de nouveaux corps et revoir la lumière du jour. N' est-ce pas de réincarnation dont nous parle Voltaire en citant ces mots dans son Dictionnaire ?

          Cette rivière est un piège. On ne sait plus où l' on est. Baïse ? Léthé ?

1-IMG_8891.JPG

          Baïse, bien sûr. Mais d' où lui vient cette facilité d' évoquer un fleuve infernal, alors qu' elle n' est que calme et silence ? Justement, me dit une petite voix intérieure.

          Baudelaire, Voltaire, Gaubert dans ses " Roses latines ", auraient' ils eu la même inspiration sur les bords de cette rivière gasconne ?

          Allons-nous, au terme de cette balade nautique, avoir tout oublier ? Et il me revient ces mots, de je ne sais plus qui, qu' il me pardonne :

          " Chaque instant de la vie est un Léthé qui nous sépare de ce qui fut ".


Voir les commentaires

2013-08-03T08:38:00+02:00

Dernière escale à Beauchamp

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Aujourd'hui, fin de l' escapade aux jardins de Beauchamp.

          Nous suivons un sentier où éclatent des fleurs-soleil au coeur noir,

1-IMG_8595.JPG

          Des fleurettes discrètes, qui hésitent entre le bleu et le rose, et mélangent leurs couleurs en petites étoiles blanches aux coeurs bleutés ou rosés.

1-IMG_8596.JPG

          A travers une porte, gardée par un vieux figuier aux fruits bien tentants,

1-IMG_8586.JPG

          Nous apercevons un jardin, assez banal dans nos régions, avec la piscine aux eaux bleu-pastel, qui occupe en souveraine la partie centrale;

1-IMG_8584.JPG

          De vénérables oliviers aux troncs tourmentés y montent la garde.

1-IMG_8585.JPG

          Encore quelques mètres sur ce chemin tortueux, et nous voilà arrivées devant l' Oasis, l' ultime jardin de Beauchamp.

1-IMG_8601.JPG

          Les bananiers mêlent leurs larges feuilles à celles, déchiquetées des palmiers,

          Des agapanthes roses veulent prouver qu' elles peuvent aussi être des fleurs du désert.

1-IMG_8602.JPG

1-IMG_8605.JPG

          Des palmiers farfelus dressent des feuilles aiguës, d' un vert un peu bleuté;

1-IMG_8603.JPG

          Un laurier rose nous indique la sortie;

1-IMG_8606.JPG

          Ultime gardien, un palmier, flirte, là-haut, avec le soleil.

1-IMG_8607.JPG

          Et, une fois de plus, nous sortons du jardin d Eden...........Mais, au moins, avons-nous pu nous y promener à loisir.


Voir les commentaires

2013-08-01T07:15:00+02:00

Rescapées du labyrinthe

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Surprise ! Nous sommes sorties du labyrinthe en un temps record. Si vite, que je me suis sentie un peu frustrée. Nous continuons donc notre exploration de ces jardins.

          Après un virage, nous nous trouvons devant un mur d' eau.

1-IMG_8575.JPG

          Nous longeons un canal d' irrigation, bordé de cyprès de part et d' autres.

1-IMG_8579.JPG

          Il me fait penser au Maroc, où j' ai vu ainsi, l' eau domestiquée pour aller abreuver les jardins.

          Interrompu par un petit rond-point fleuri, le canal reprend sa course pour aller finir au milieu des fusains.

1-IMG_8576.JPG

          A gauche, s' ouvrant sous un portique qui se donne l' air vaguement grec, un chemin conduit vers un tunnel de roses;

1-IMG_8577.JPG

1-IMG_8578.JPG

          Il débouche sur " le jardin à la française ". Il est construit comme un jardin médiéval, plein de fleurs, d' herbes aromatiques,

1-IMG_8587.JPG

          De chardons géants,

1-IMG_8592.JPG

          Mais aussi, de ce qui fait la gloire de Marmande : la tomate.

1-IMG_8590.JPG

          Il y a même un artichaut ! Mais............que fait' il là ? j' y suis, c' est un émigré breton !

1-IMG_8591.JPG

          Ici, ce sont des cannas qui flamboient;

1-IMG_8593.JPG

          Mais, ne nous attardons pas davantage, ces jardins ont encore à nous offrir. Alors.......à plus tard !!!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog