Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2013-11-30T11:25:00+01:00

Que reste-t' il......?

Publié par divagations-et-balades

 

          .....De cet été qui s' était attardé, et qu' un novembre, soudain maussade, a remplacé sans crier gare ?

          Quelques vestiges dans le jardin; une rose qui se fane lentement, comme à regret, pleurant sûrement sa beauté passée.    

     nature-0854.JPG

 

          Une fleur de magnolia, jadis triomphante, exhibant ses pétales d' ivoire, qui exhalait un parfum si suavement citronné, et, qui, maintenant, n' a plus à offrir qu' une sorte de fruit bizarre, qui n' est même pas comestible.

     nature 0851

          Même la Lune qui, naguère encore, brillait de tous ses feux dans le bleu profond du ciel nocturne, l' éclaboussant de lueurs rosées,

     nature-0844.JPG

          s' entoure désormais d' un halo laiteux,

     nature-0848.JPG

          qui ne tarde pas à prendre des couleurs soufrées, un tantinet infernales.

     nature-0849.JPG 

          Et, pendant ce temps, avec une sournoiserie absolue, un nid de futures chenilles processionnaires s' est installé, accroché à une branche de pin.

          Je l' ai débusqué ce matin, sur fond de pâle ciel bleu, car, aussi soudainement qu' il nous glaçait, novembre est redevenu plus souriant.

     nature-0853.JPG

          Comme quoi............après la pluie vient le beau temps. Et la fête de Hanoucca que nous célébrons en ce moment, nous apprend qu' il ne faut jamais désespérer de rien, et qu' une petite lumière continue obstinément de briller quelque part.

                                           Scan-copie-1

            A bientôt !


Voir les commentaires

2013-11-27T17:01:00+01:00

balade des jours heureux

Publié par divagations-et-balades

 

          Dans la vie de chacun de nous, il y a des temps heureux et, d' autres, qui le sont moins. Ils forment une noria.

          Parmi ces temps heureux, il y avait celui où mes parents étaient encore là. Le samedi matin, ils allaient faire une grande balade dans les bois qui sont derrière chez nous. Puis, mon père n' a plus été là, et c' est moi qui ai accompagné ma mère. Et maintenant.......je ne vais plus au bois.

          Nous étions en novembre; le ciel était bleu, comme aujourd'hui, mais la température plus clémente, car, en ce moment, il fait anormalement froid; une température de janvier. 

                    Scan.jpg

          Nous allions par un large chemin de sable qui servait de pare-feu. De-ci, de-là, des touffes de bruyère callune égayaient le chemin.

     Scan-001-copie-1.jpg

          Dès l' aube, on entendait pétarader dans la forêt. Les chasseurs étaient sur la piste, et nous nous gardions bien d' y aller trop tôt. J' avais vu, pendant mon internat, arriver à l' hôpital, un homme dont les fesses étaient constellées de plombs, et je m' étais bien amusée à les lui enlever.

          Parfois, les pins et les chênes font un peu de place à d' énormes marronniers, et le petit sac que nous emportions se remplissait vite de marrons, que nous dégustions le soir avec de la confiture.

          Et puis, il y a les échappées sur la lande, vestige d' un ancien incendie, que les plantes recolonisent petit à petit.

                    Scan-002.jpg

          Fougères, houx et jeunes pins s' y mélangent dans un plaisant désordre.

     Scan-003.jpg

          Un jour, nous avions même eu la chance de voir, surgissant des broussailles, en un envol un peu lourd, un faisan malin, qui avait du s' y cacher, en attendant le départ des chasseurs.

                    Scan-004

          Ainsi va la vie, qui un jour, s' envole dans le bleu du ciel, peut-être plus légèrement que ce faisan.




Voir les commentaires

2013-11-23T17:31:00+01:00

D' une rive à l' autre

Publié par divagations-et-balades

 

            Douze kilomètres de large, soixante quinze kilomètres de long, l' estuaire de la Gironde est le plus vaste d' Europe occidentale.

     1-220px-Phares_Gironde_map.jpg

                                        ( image Wikipedia

          C' est grâce à lui que, parfois, la Garonne, qui toujours rêve de voyages et d' ailleurs, se prend pour le Mississipi.

          Il est formé par l' union, au Bec d' Ambès, de la Dordogne et de la Garonne. Ces deux fleuves majestueux ne pouvaient, en se confondant, que verser dans la démesure.

          Une chose qui m' a toujours semblé étrange, est le fait que notre accent gascon parait se diluer dans l' estuaire en le traversant, car sur la rive charentaise, on parle "pointu ".

          Hier, une de mes patientes m' a prêté une carte postale ancienne représentant un bac à vapeur faisant le transport des passagers du Verdon sur la rive girondine, à Royan, sur la rive charentaise. Cette carte m' a t' elle dit, date du début du XXème siècle.

     1-Top-copie-1.jpg

          On voit très bien la haute cheminée, et les rangées de passagers abrités du soleil ou de la pluie par des toiles.

          Le premier bateau à vapeur a été construit en mille huit cent dix huit, et était un grand progrès. Nous étions à l' époque des nouvelles énergies. Je crois qu' il y eut même des bateaux à roues, comme en Louisiane, et c' est peut-être une petite nostalgie qui fait rêver la Garonne du grand fleuve américain.

           1-Top-014.jpg

    1-Top-001-copie-1.jpg

          De nos jours, deux superbes ferries amphidromes transportent passagers et voitures, en une noria presque ininterrompue durant les mois d' été, un peu moins souvent en hiver.

     1-IMG_1925.JPG

          Ici, au départ de Royan;

     1-IMG_9325.JPG

          Et là, arrivant au Verdon. Bien sûr, la traversée avec ces ferries parait moins poétique, mais il y a toujours la magie de la mer, l' espèce de griserie que l' on ressent en glissant entre le ciel et l' eau.


Voir les commentaires

2013-11-21T08:19:00+01:00

La Ghriba

Publié par divagations-et-balades

 

           Il est une île que j' ai connu si tranquille, que, lorsque par hasard, une voiture passait sur la route proche, on s' en irritait en disant " encore ! ", alors que ce n' était que la deuxième depuis les quatre dernières heures.

       Cette île, qui fut celle des " Lotophages " citée par ce vagabond d' Ulysse, qui y séjourna avec quelque délectation, est l' actuelle Djerba souvent qualifiée de " douce ". Elle est un petit joyau situé dans le golfe de Gabès, au sud de la Tunisie.

                                     1-Djerba

                                                      ( image Wikipédia )

        A une dizaine de kilomètres de la capitale " Houmt Souk ", dans le petit village de Hara Sghira, se trouve une très ancienne synagogue, qui avait été construite par les Juifs, chassés de leur terre de Palestine après la destruction du Temple de Jérusalem par Nabuchodonosor en cinq cent quatre vingt six avant J-C. Ils avaient trouvé refuge sur cette petite île paradisiaque.

   1-Top-003-copie-7.jpg

        Quelques pierres, provenant des ruines du Temple, auraient même servies à la construction de la synagogue.

        On la nomme " la Ghriba ", ce qui veut dire " la merveilleuse "; elle porte bien son nom, car c' est une vraie merveille.

        Dès l' entrée, on est pris dans une symphonie de couleurs, malheureusement un peu altérées sur ces photos prises en mille neuf cent soixante sept.

     1-Top-copie-14.jpg

        Après notre respectueux " chalom ", un vieux rabbin nous en a fait les honneurs.

        Il nous a même montré les rouleaux de la Torah, qui semblaient eux aussi très anciens.

               1-Top-001-copie-9.jpg 

        Et, j' aurais bien aimé emporter le très vieux livre qu' il avait sur les genoux.

        La " Tebah ", endroit où est lue la Torah, est située au centre de la salle, en conformité avec le rite sépharad.

                1-Top-002-copie-8.jpg

        L' homme qui lit devant elle a bien voulu jouer les figurants, pour donner de la vie à la photo.

        Il est très dommage que mes photos aient mal vieilli, car, les couleurs ne sont pas rendues aujourd'hui telles que je les vis alors, en particulier les bleus qui, certains, apparaissent verdis.

        Tous les ans, lors de la fête de Pessah, la Pâque Juive, de nombreux pèlerins viennent du monde entier, surtout d' Europe.

        Cette synagogue a connu des évènements tragiques.

        En mille neuf cent quatre vingt cinq, un soldat tunisien tire dans son enceinte et tue cinq personnes, dont quatre Juifs.

        En deux mille deux, c' est un membre d' Al Qaïda qui fait vingt et une victimes, à l' aide d' un camion-citerne.

        Les Tunisiens, comme tous les commerçants, savent très bien se placer, avec raison d' ailleurs, près des endroits qui attirent les touristes, tel ce vendeur de poteries,

               1-Top-004-copie-6

        Il fut un temps où j' allais assez souvent à Djerba; j' ai même " failli " y acheter un menzel. Mon père avait de l' argent qui lui était dû, dans une banque à Tunis, qu' on ne voulait pas lui envoyer en France. Il fallait le dépenser en Tunisie. Mais....j' ai eu la flemme de couper mes vacances pour aller dans la capitale me livrer à des discussions sans fin. Je n' ai donc pas de maison à Djerba, sans doute tant mieux, et l' argent.......il est toujours à Tunis, ou a disparu......dilué dans le temps.


Voir les commentaires

2013-11-17T14:33:00+01:00

Eté ? ou Automne ?

Publié par divagations-et-balades

 

          Dans le jardin, j' entends une petite musique, je reconnais ce rythme, c' est une valse-hésitation. je me lance en une délicieuse errance, tantôt me croyant encore presque en été, devant des fleurs courageuses.........ou déboussolées,

1-IMG_0821.JPG

1-IMG_0761.JPG 

          et même une framboise très obstinée.

1-IMG_0778.JPG

          Tantôt, éblouie par la splendeur automnale.

                       1-IMG 0820

          En fait, nous sommes encore dans une sorte de temps intermédiaire, dans lequel se mélangent des éclats d' été qui ne veulent pas se ternir,

1-IMG_0744.JPG

          Et les couleurs d' un automne, déjà triomphant sur un ciel de nacre.

1-IMG_0822.JPG

1-IMG_0829.JPG

          Là, des capucines égarées,

                    1-IMG_0742-copie-1.JPG

          Ici, un chêne pseudo-américain, vivant apparemment une romance avec un mimosa;

1-IMG_0827.JPG

          Celui-ci et ses frères, portent les promesses des boules d' or qui viendront annoncer la fin prochaine de l' hiver, dès le mois de février, et quelquefois fin janvier. Ils sont l' espérance du printemps.

1-IMG_0824.JPG

          Et c' est pour eux tous, vestiges de l' été, ou rousseurs de l' automne, que le soleil déploie, généreusement, ses rayons encore chauds, qui font flamboyer l' air de cristal de ce beau dimanche matin.

1-IMG_0825.JPG

A bientôt........à mon prochain jour de liberté !

 


Voir les commentaires

2013-11-15T19:07:00+01:00

Hi!Ho! Hi!Ho! Je m' en vais au boulot....

Publié par divagations-et-balades

 

          Ce matin, je suis partie alors que le soleil du jour était encore tout jeune. La route de Soulac sur Mer file entre Médoc viticole et Médoc océanique, dit " Médoc bleu ". A ma droite : des vignes déplyant leur rousseur, à ma gauche : l' infinité des pins.

          J' aime rouler vers l' immensité océane, à travers ce Médoc de fin des terres, lui-même déroulant ses grands espaces sous un vaste ciel, bleu mêlé de vert.

1-IMG_0813.JPG

          Là-bas, vers l' horizon marin, un moutonnement me fait grimacer. Ces nuages ne me disent rien qui vaille, car, je les soupçonne d' être annonciateur de pluie.

1-IMG_0814.JPG

          Ils sont là, obstinés, comme une armée menaçante. Pourtant, ici, mon regard va plus loin vers le nord, et ils semblent s' être dilués; mais, ce n' est qu' artifice.

1-IMG_0815.JPG

          Ce ciel, si bleu, si pur, est' il trompeur à ce point ? J' ai peine à y croire, mais l' Atlantique est changeant, d' humeur versatile !

          Oups ! Un coup d' oeil à l' horloge du tableau de bord me sort de ma béatitude matinale. Je dois redémarrer si je veux arriver un peu en avance pour regarder mon blog sur l' ordinateur de la maison de retraite. Contact !

          Je prends le raccourci par Grayan, et, en vitesse, une photo de la petite église, toujours fermée elle aussi.

1-IMG_0817.JPG 

          L' horloge de l' église doit avancer. Encore dix kilomètres et me voilà devant la Maison de Compostelle. L' ambulance devant la porte doit emmener Monsieur R. pour qui j' ai pris hier un rendez-vous à la polyclinique de Lesparre.

1-IMG_0818.JPG

          Et moi........un regard chargé de regret vers le ciel, et.......je vais m' enfermer.

          Alors, à bientôt !

Voir les commentaires

2013-11-12T11:12:00+01:00

Saint Martin de Carcans

Publié par divagations-et-balades

 

          Venant d' Hourtin, l' église de Carcans me tourne le dos;1-IMG_0423.JPG          Je décide de la visiter. Un petit clocheton flanquant le clocher m' intrigue;

1-IMG_0425.JPG          Mais je n' aurais aucune explication le concernant. Dommage !
          Ici aussi, nous avons un clocher-porche:

1-IMG_0426.JPG

           La nef centrale, de style néogothique, donne une grande impression de clarté, et semble très dépouillée.

 1-IMG 0428           La décoration est sobre, et me fait penser à des croix pattées.

1-IMG 0429          Sur les voûtes : des frises de fleurs stylisées.

 1-IMG 0430          L' autel, datant de mille huit cent soixante dix, année de construction de l' église, est en marbre polychrome.

1-IMG 0445          Cette église a une histoire plus ancienne que sa date de construction pourrait le faire croire. Fondée en mille quatre vingt dix neuf, elle fut prieuré jusqu' au XIIIème siècle, puis, devint paroisse.

          Carcans était sur la route des pèlerins, se rendant à Compostelle depuis la Saintonge. En souvenir, l' église renferme une statue de Saint Jacques, en costume de pèlerin, datant du XVIIème siècle, et, classée aux Monuments Historiques.

1-IMG 0439          Il y a aussi, un second élément remarquable, quoique assez morbide : une tête de Saint Jean-Baptiste, très réaliste, en pierre sculptée d' origine byzantine du VIème siècle,portant des cheveux en crin de cheval.

1-IMG 0446          De temps immémorial, on venait, parfois de très loin, en pèlerinage à Carcans pour vénérer cette tête.

          Une statue, du même Jean-Baptiste, datant du XVIIIème siècle, la surplombe.

1-IMG 0448          Une belle grille en fer forgé, ferme l' emplacement de l' orgue, qui a été monté en mille neuf cent soixante et onze, lors de la restauration de l' église. Où est' il ?

1-IMG 0458          La nef principale est flanquée de deux nefs latérales; l' une dévolue à Jean-Baptiste,

1-IMG 0431          L' autre, à la Vierge à l' Enfant.

1-IMG 0437

          En repartant, j' ai été attirée par le clocher de l' église de Brach;

1-IMG 0466          Malheureusement, ce monument rose et blanc était fermé. Dommage !

1-IMG 0465          J' aurai peut-être un peu plus de chance une autre fois.

          A bientôt !               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

2013-11-10T10:10:00+01:00

Légende de la rose des sables

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Plusieurs lunes étaient passées depuis que le jeune prince, dernier fils du sultan, avait  quitté le palais fleuri de son enfance. Peu à peu, son souvenir devenait flou, comme un mirage tremblant dans l' air torride du désert.

1-Top-007-copie-1.jpg

          Il était parti, sur son méhari blanc, le coeur plein d' espoir, prêt à tout affronter pour gagner celui de la belle et cruelle Aïcha, fille d' un sultan voisin.

1-000030.JPG

          Il l' avait aperçue, parmi les amies invitées par l' épouse de son frère aîné, lors de leur mariage, et, depuis, il en était follement amoureux. Aïcha avait un joli visage, mais une âme perfide et cruelle.

          " Si tu trouves le légendaire Palais des Sables, et m' en rapporte un cadeau inconnu et extraordinaire, je t' autoriserais à me faire la cour " lui avait' elle dit avec sa coquetterie habituelle.

          Il était donc parti vers le désert brûlant. Depuis longtemps déjà, il avait laissé derrière lui le dernier point d' eau.

1-Top-copie-4.jpg

          Pour ménager son méhari, il marchait de plus en plus souvent, et de plus en plus souvent, par une nuit opaque et sans lune.

1-000013.JPG

          Le désert déroulait devant lui son immensité morne; la chaleur intense du jour succédant au froid, parfois glacial, de la nuit saharienne, l' épuisait peu à peu.

1-Top-001-copie-2.jpg

          Puis, son méhari mourut, vaincu par l' absence d' eau. Alors, il marcha, encore et encore;

1-000034.JPG

          Une terrible tempête de sable se leva, lui cinglant méchamment le visage, et, à son tour, il tomba, délirant.

          C' est alors que se matérialisa devant lui, dans l' air saturé de chaleur, une jeune fille, belle et souriante, qui, sans dire un mot, déposa près de lui, une gourde d' eau fraîche. Puis, elle disparut.

          Il avait sombré dans un sommeil comateux.

          Quand il se réveilla, émerveillé, il trouva la gourde, mais, il l' ouvrit avec maladresse, et quelques précieuses gouttes tombèrent sur le sable. Avec surprise, il vit qu' à son contact, elles se mirent à durcir et prendre une jolie forme.

1-IMG_0791.JPG

          Il fit encore tomber quelques gouttes, et le miracle se reproduisit.

1-IMG_0790.JPG

          Ragaillardi, il reprit sa route à la recherche du Palais des Sables. Bientôt, une oasis apparut devant lui.

1-Top-002-copie-5.jpg

          Et, enfin, une magnifique porte bleue.

1-Top-003-copie-1.jpg

          Il avait trouvé le Palais des Sables.

          Alors, allez-vous dire " il va pouvoir faire la cour à la belle Aïcha ! ".

          Eh bien, non !. Quand il rentra dans le palais, une silhouette vint vers lui, et il sut que c' était la bonne fée qui lui avait laissé la gourde d' eau fraîche.

          " Qu' apporte- tu lui ? " lui dit' elle,

          " Ceci ", et il lui montra ce que les gouttes d' eau avaient fait en tombant.

          " Qu' est-ce donc ? " lui demanda t' elle, curieuse,

          " Une rose des sables, elle est pour toi ", répondit' il.

          Le souvenir de la cruelle Aïcha fut alors instantanément effacé de sa mémoire. Il épousa la belle inconnue. Ils furent heureux, vécurent très longtemps, et eurent beaucoup d' enfants qui jouèrent à fabriquer des roses des sables dans le désert.

1-IMG_0793.JPG



Voir les commentaires

2013-11-08T08:41:00+01:00

l' arbre sauvage

Publié par divagations-et-balades

 

           Il est dans mon jardin, et pourtant, c' est un arbre sauvage. Nous ne l' avons pas planté, il est venu tout seul, sans doute transfuge de la pignada voisine. Une graine indépendante, qui, un jour a décidé de partir à l' aventure, délaissant tous ses semblables, cédant aux promesses du vent.

          Ce sauvage, c' est l' arbousier.

1-IMG_0297.JPG

          Il s' est faufilé entre magnolia, yuccas et laurier, et, sans bruit, il a grandi près de nous.

          Tous les ans, généreusement, il nous offre ses fruits. Nous guettons leur maturation. Elle se fait de façon fantasque, boules jaune-vert des arbouses pas encore mûres, mélangées aux boules rougissantes de celles qui le sont presque.1-IMG 0289

          L' arbousier est tellement sauvage, qu' il ne respecte aucune règle des autres arbres. Il pousse l' originalité et l' indépendance à présenter en même temps, fruits mûrs ou pas, et fleurs qui ressemblent à des clochettes de muguet.

1-IMG_3782-copie-1.JPG

          Plus on regarde vers le haut de l' arbre, plus les arbouses sont mûres. Bien sûr, elles sont plus près du soleil !!!

1-IMG_0290.JPG

          Et encore plus haut : elles sont prêtes pour la confiture.

1-IMG_0291.JPG

          Mais, nous avons de sérieux concurrents : le vent, et les oiseaux. Le premier, sans aucun égard, les jette au sol,

1-IMG_0740.JPG

          Les seconds les grignottent.

1-IMG_0740-copie-1.JPG

          Et nous alors !!!

          Nous, on regarde, et on fait au mieux. Mais j' aime bien les voir, accrochées à leurs branches, comme des bijoux sur un arbre de Noël, se détacher sur le bleu du ciel, accompagnées de leurs clochettes blanches.

1-IMG_3781.JPG

          Mais, tout sauvage qu' il est, l' arbousier a des lettres de noblesse. Il apparaît même sur le blason de la capitale espagnole.

1-Top-copie-2

          L' ours symbolise la force, l' arbousier : le pouvoir.

          En Algérie, terre de sorcellerie, les Berbères utilisaient des branches d' arbousier lors des exorcismes.

          Les Romains s' en servaient aussi pour chasser les sorcières, mais aussi, plus pragmatiques, pour guérir les enfants malades. D' ailleurs, en phytothérapie, on le connait bien  sous son nom savant d' arbutus unedo, pour ses propriétés diurétiques et anti-inflammatoires.

          Les Italiens du Risorgimento en avaient fait leur emblème, car ses fleurs, ses fruits et ses branches déclinaient les trois couleurs de leur drapeau.

          En Corse du Sud, le jour de l' an, les enfants vont déposer une branche d' arbousier dans les maisons du voisinage; en échange, ils reçoivent gâteaux, bonbons, ou une pièce de monnaie. A la fin de leur tournée, ils se partagent les cadeaux.

          Si l' arbousier peut présenter à la fois fleurs et fruits, c' est qu' il a été béni par D.  Une légende raconte que Jésus, poursuivi par des soldats romains, fut caché par un arbousier. Mais, une bruyère voisine, jalouse, le dénonça. Jésus fut capturé. Depuis, récompensé, l' arbousier porte plein de fruits, tandis que la jalouse bruyère fut condamnée à ne jamais en porter.

1-Top-copie-3.jpg

          Je suis très fière d' avoir ce sauvage dans mon jardin, et le remercie de l' avoir choisi comme lieu de résidence.

         

 


Voir les commentaires

2013-11-06T11:13:00+01:00

Boules ou pétanque ?

Publié par divagations-et-balades

 

          Il semble, en se promenant, et quelle que soit la saison, que chaque place ou placette, fut-ce en ville ou en campagne, soit investie par des joueurs de pétanque acharnés.

          Un de nos voisins part dès le matin, et ne revient que le soir, après une journée passée à essayer de se rapprocher du cochonnet de plus près que ses copains.

1-IMG_0393-copie-2.JPG

          Déterminer le meilleur tireur ou le meilleur pointeur, fige les joueurs les yeux braqués sur les boules, ou bien..........génère d' homériques fausses disputes.

          Le jeu de pétanque est dérivé du très ancien jeu de boules, qui, d' Egypte et de Grèce est arrivé jusqu' en Gaule, amené par les Romains.

          Les boules furent d' abord en argile, en pierre, en bois, et de nos jours, en acier.

1-220px-Boules_set.jpg

                                                                  ( Image Wikipedia )

          Je me souviens avoir eu des boules en plastique, ou recouvertes de plastique, de quatre couleurs différentes, deux par deux. Je ne sais plus où elles sont.

          A la Renaissance, il semble que le jeu de boules ait été désormais réservé à la noblesse, et même, interdit au peuple de mille six cent vingt neuf à la Révolution.

          A l' origine, il y avait donc le jeu de boules. La première société officielle de boules fut créée à Lyon en mille huit cent cinquante.

          Chaque région, au cours du XIXème siècle, apporta quelques variantes. Dans le jeu provençal, le lancer de boule se faisait avec élan. On courait trois pas, et on lançait.

1-220px-Gavarni_-_Le_joueur_de_boules_1858.jpg

                                                                 ( Image Wikipedia )

          Et un jour, apparut la pétanque. Sa naissance est assez pittoresque, et eut lieu à La Ciotat, au cours d' une partie historique; un champion provençal, que ses rhumatismes empêchaient de courir, traça sur le sol, un rond dans lequel il mit ses pieds, et, sans les bouger, envoya sa boule au plus près du cochonnet. En occitan, il jouait " pès tanqués " . La pétanque était née, et fut officialisée en mille neuf cent dix, sur le boulodrome de La Ciotat.

1-220px-La_Ciotat_Boulodrome_Jules_Le_Noir.jpg

                                                                    ( Image Wikipedia )

          Ce changement de règles est certainement apprécié de la plupart des joueurs, car, je vois jouer à la pétanque mais rarement aux boules avec élan pour les lancer.

          il faut dire aussi, que la majorité des joueurs quotidiens, sont des retraités avec un fort potentiel de rhumatisants.............

1-IMG_0391.JPG

          Comment parler de pétanque sans évoquer Fanny ? On fait Fanny, ou on embrasse Fanny, quand on perd par treize à zéro. La vraie raclée !

          Fanny était une femme postiche, représentée sous forme d' un tableau, d' une poterie ou d' une sculpture. Le perdant devait embrasser ses fesses.

          Sur ce tableau, datant de mille huit cent quatre vingt seize, on voit Fanny présentant une paire de fesses cellulitiques à souhait.

1-220px-01_Fanny_1896.jpg

                                                                     ( Image Wikipedia )

           Peut-être y eut' il un temps où l' on présentait l' original au perdant ????

          Quand à moi, j' avoue avoir une drôle de façon de prendre congé !!! 



       

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog