Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2014-10-07T18:52:56+02:00

Eté ? Automne ?

Publié par divagations-et-balades

          Il y a deux jours, la clarté cristalline que donnait au ciel, un soleil levant qui s' annonçait encore triomphant, m' a donné envie d' aller faire un tour au jardin.

Eté ? Automne ?

          Je voulais voir les changements apportés par cet automne qui vient de naître, mais qui n' a pas abandonné pour autant ses vêtements d' été.

          Les jeunes lauriers roses ont encore des fleurs, les plus âgés semblent épuisés par leur floraison forcenée de l' été.

Eté ? Automne ?

          Les zinnias s' accrochent, enivrés de cette chaleur qui, depuis plus de cinq semaines, baigne les humaines ravies que nous sommes.

Eté ? Automne ?

          Quand à ce pélargonium, il affiche avec orgueil, sa pérennité rose.

Eté ? Automne ?

          Eh quoi ! Pas un signe automnal ? Mais si, il suffit de lever la tête. Contre le ciel d' opale, un chêne exhibe sa rousseur nouvelle,

Eté ? Automne ?

          Et, de l' autre côté du jardin, le soleil levant allume des lueurs de feu dans les pins.

Eté ? Automne ?

          Maintenant que la lumière se fait d' or, et que le soleil se remet à chauffer, l' hibiscus décide de sortir de son sommeil, et, ouvre toute grande sa corolle, avide de se gorger de chaleur toujours estivale.

Eté ? Automne ?

          Décidément, je ne sais plus en quelle saison nous sommes vraiment, même si nous avons l' habitude de ces automnes flamboyants. Mais voilà, on est toujours rattrapé par la réalité, et un simple coup d' oeil au sol m' en convainc :

Eté ? Automne ?

          Il est revenu............le temps du râteau !!!

Voir les commentaires

2014-10-05T09:40:07+02:00

Le prince et le paysan

Publié par divagations-et-balades

          Il y a très longtemps, un prince décida d' acheter les quatre plus beaux chevaux des quatre royaumes qui entouraient le sien. Il voulait le plus bel attelage pour son lourd carrosse de bois précieux.

Le prince et le paysan

          Il acheta donc quatre magnifiques étalons dans les meilleurs haras des quatre capitales voisines. Vite, il les attela à son carrosse et résolut de revenir en son château en traversant une forêt fort épaisse et sombre.

 

Le prince et le paysan

          Mais voilà qu' en chemin, le carrosse et les chevaux s' enfoncèrent dans une énorme mare de boue. Le prince fouetta ses chevaux qui, au lieu de tirer le carrosse, continuèrent à s' enfoncer.

          Plus il essayait de se sortir de ce piège d' eau et de boue, et plus tout l' équipage s' enfonçait. Le prince avait de la boue jusqu'à la ceinture, les chevaux se débattaient et hennissaient, mais en vain, rien n' y faisait.

          Soudain arriva une méchante carriole tirée par deux chevaux qui avaient l' air bien fatigués. Dans la carriole, un vieux paysan ne paraissant guère plus fringant.

Le prince et le paysan

          Mais, c' était un brave homme qui ne pensait qu' à faire le bien. Voyant le prince et ses chevaux en si fâcheuse posture, il proposa son aide.

          Le prince éclata de rire. " C' est avec ces deux bêtes harassées que tu veux m' aider, toi, le paysan ? ".

          " Oui mon Prince " répondit-il.

          " Alors, viens " dit le prince, avec un petit sourire ironique.

          Le paysan attacha alors une corde entre sa carriole et l' attelage du prince, puis, d' un coup de fouet, entraina ses deux chevaux qui, soudain, devinrent deux formidables bêtes de trait.

          Aprés des efforts incroyables, ils réussirent à sortir de la mare de boue, les quatre chevaux, le lourd carrosse et le prince.

          Celui-ci était fort surpris mais heureux. Il dit au paysan : " moi, avec ces quatre superbes chevaux je n' ai pas réussi, et toi, avec ces deux haridelles, tu as réussi. Explique-moi ".

Le prince et le paysan
Le prince et le paysan
Le prince et le paysan
Le prince et le paysan

          Alors le paysan lui dit : " vos chevaux sont beaux, forts, éclatants, mais, chacun vient d' une écurie différente, ils ne se connaissent pas, ils ne s' aiment pas; quand vous en fouettez un, les trois autres rient et sont contents de voir le quatrième souffrir, par contre, mes chevaux à moi sont frères;

Le prince et le paysan

          Ils viennent de la même mère, de la même écurie, et, ils s' aiment. Quand l' un souffre, l' autre vient à son secours, et de deux, ils deviennent trois, quatre, cinq, dix peut-être.

Le prince et le paysan

          Cela s' appelle la Fraternité, être toujours là l' un pour l' autre, l' un avec l' autre, comme les cinq doigts de la main, formant un poing. Et c' est de là que vient la force que rien ne peut briser !

 

( Cette histoire est une adaptation de celle que vient de raconter pour la fête de Kippour, un ami israélien ).

Les images viennent de Wikipédia.

Voir les commentaires

2014-10-03T08:28:44+02:00

Le rosier fou vous salue bien !

Publié par divagations-et-balades

          Vous rappelez-vous de ce fou qui avait donné naissance à une " rose-oursin " ?

          Que s' était-il passé pour que ce rosier, pourtant d' une bonne famille, les Pierre de Ronsard, présente aux yeux du monde éberlué, cette formation bizarre et hirsute ?

cf le rosier fou

cf le rosier fou

          Pas laide d' ailleurs, mais, qui posait la question inquiétante de la possible animalisation de la plante.

          Alors ce matin, en faisant mon tour de jardin, j' ai pensé que je devais peut-être aller voir ce qui se passait, car je l' avais bien négligé depuis quelque temps.

          Au premier abord, j' ai été rassurée. Parmi les roses normalement fanées, j' ai eu la surprise d' en voir une, magnifique, tendant ses pétales au soleil du matin.

Le rosier fou vous salue bien !

          Mais, en regardant mieux, je l' ai vue, l' intruse, l' air sarcastique dans son coin, trop prés à mon goût de cette belle rose. Et si elle la contaminait ?

Le rosier fou vous salue bien !

          Car, elle est toujours là, avec son allure de hérisson roulé en boule. Elle me parait quand même moins fringante, la couleur moins vive. Est-ce un effet du vieillissement ? Ne serait-elle donc pas immortelle !

          Ou alors, je suis abusée par le contre-jour. Je m' approche.

Le rosier fou vous salue bien !

          Oui, elle s' est un peu ratatinée; peut-être parce que, si les journées sont chaudes, les petits matins accusent l' automne et réapprennent la fraîcheur de l' aurore.

          Va t-elle passer l' hiver ?

          Et bien sûr me dit-elle d' un ton pincé, qu' est-ce que tu crois ?

          Allons bon ! la voilà qui parle maintenant ! Je m' en vais, je n' ai pas envie de me disputer le soleil à peine levé.

          Mais...........je l' aurai à l' oeil !!!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog