Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2015-04-29T07:49:03+02:00

Les fleurs du roi

Publié par divagations-et-balades

          Cette semaine, le journal télévisé nous a montré les serres du roi des Belges. Je les connaissais déjà, savais leur beauté, alors je me suis précipitée vers l' appareil photos, pour essayer d' en faire partager la visite à ceux qui ne les auraient pas vues.

         Elles ont été bâties au XIXème siècle, sur initiative du roi Léopold II, dans le parc du château royal de Laeken, près de Bruxelles.

Image de mon téléviseur

Image de mon téléviseur

          Ces serres sont ouvertes au public quinze jours par an, toujours à la même période, (actuellement). Elles présentent une remarquable collection de fleurs et plantes exotiques, dont certaines ont été ramenées du Congo par Léopold II lui-même.

         Entrons, et promenons-nous.

Image de mon téléviseur ainsi que toutes celles qui vont suivre.

Image de mon téléviseur ainsi que toutes celles qui vont suivre.

         Pour le plaisir des yeux.

Les fleurs du roi
Les fleurs du roi
Les fleurs du roi
Les fleurs du roi

         Ces fleurs sont somptueuses et c' est un vrai régal de les admirer.

Les fleurs du roi
Les fleurs du roi
Les fleurs du roi

          Ces serres sont magnifiques, non seulement par les plantes qu' elles renferment, mais par leur architecture elle-même.

Les fleurs du roi

         Entièrement édifiées en mille huit cent soixante treize, en métal et en verre, elles représentaient, avec le Crystal Palace de Londres, datant lui, de mille huit cent cinquante et un, une véritable révolution pour l' époque.

Les fleurs du roi

          Quittons-les avec deux dernières images de fleurs, étrange ou éblouissantes :

Les fleurs du roi
Les fleurs du roi

         A bientôt !

Voir les commentaires

2015-04-27T13:00:06+02:00

A la découverte du Palais du Potala

Publié par divagations-et-balades

          Cet article est un invité sur mon blog. Il a été rédigé par " Bonjour Chine " et nous fait découvrir le mystérieux Potala, à Lhassa, au coeur du Tibet.

A la découverte du Palais du Potala

         Situé sur la colline " rouge " Marpari, dans la vieille ville de Lhassa, le Palais du Potala est de loin le monument le plus connu du Tibet et constitue une véritable fierté culturelle et historique des Tibétains.

         Avec ses quelques cent dix sept mètres de haut et ses cent trente mille mètres carrés, cette imposante forteresse bouddhiste construite en bois et en pierre, renferme de nombreuses richesses culturelles, religieuses et politiques. Ce n' est d' ailleurs pas sans raison que Lhassa constitue une étape incontournable dans les offres de voyage en Chine proposées auprès des agences spécialisées.

SON HISTOIRE : 

         C' est en mille six cent quarante cinq que le 5ème Dalaï-lama initia la construction du Palais sur la colline, à l' endroit où le 33ème roi du Tibet avait érigé un fort rouge au VIIème siècle. Vers la fin de sa vie, ce Dalaï-lama se retira dans ses appartements et confia les pouvoirs à son régent. Il mourut en mille six cent quatre vingt deux avant que la construction du Palais du Potala fut achevée. Une mort que son régent garda secrète pendant de nombreuses années pour éviter que le projet ne soit abandonné une fois que le peuple aurait été mis au courant. Il aura ainsi fallu près de quarante trois ans pour que les travaux soient achevés.

          Au XVIIIème siècle, le VIIème Dalaï-Lama décida d' y faire construire le Norbulingka, un palais d' été. depuis, le Palais du Potala est devenu la résidence d' hiver des Dalaï-lamas en plus de constituer le centre gouvernemental du Tibet.

          Ce n' est qu' en mille neuf cent soixante et un, après que la Chine ait repris le contrôle du Tibet, que le Palais fut ajouté aux monuments historiques jouissant d' une protection particulière de l' Etat. Une protection qui lui a d' ailleurs permis de résister aux ravages de la révolution, alors que celle-ci a réussi à détruire plusieurs milliers de monastères et autres édifices religieux. Depuis mille neuf cent quatre vingt quatorze, le palais figure au Patrimoine mondial de l' UNESCO.

          Le Palais du Potala est en réalité composé de deux parties bien distinctes : le Palais Blanc et le Palais Rouge.

LE PALAIS BLANC :

          Il servait de résidence aux Dalaï-lamas ainsi qu' à leurs tuteurs;  

     

      

à l' occasion d' un voyage à Lhassa pour visiter le palais, vous y découvrirez les quartiers du Dalai-lama, les bureaux de l' ancien gouvernement du Tibet, le séminaire où se réunissaient les membres, mais aussi l' imprimerie.

         Le Deyangshar, sa cour intérieure où domine le jaune, sépare le Palais Blanc du Palais Rouge.

LE PALAIS ROUGE :

         Il se dresse juste au-dessus du Palais Blanc.Vous y trouverez non seulement des salles de cérémonie, des bibliothèques,( qui ont malheureusement été vidées, les livres ayant été transférés à Gansu, Shangaï et Tianjin ), des salles de méditation, mais aussi des chapelles dont celle d' Avalokiteshvara. Le Palais Rouge abrite également des mausolées, dont celui du Vème Dalaï-lama, un mausolée qui a d' ailleurs été décoré de plusieurs tonnes d' or, de diamants et de perles.

          De nombreuses petites galeries relient tous les éléments de cet ensemble pour offrir un véritable charme au palais.

 

Article rédigé par Bonjour Chine:forum du voyage et de l'expatriation en Chine

 

Voir les commentaires

2015-04-25T08:24:43+02:00

La petite fille-fleur de la planète rose

Publié par divagations-et-balades

         Elle était là, étendue sur la terre, un linge blanc en travers du corps. On ne voyait que deux petits pieds désormais immobiles, et cette vision tordait le coeur.

         La douleur, l' affliction, la tristesse et la colère bourdonnaient autour d' elle. Bientôt, ses parents sauraient pourquoi leur enfant n' était pas revenue, et ils hurleraient leur incompréhension et leur désespoir.

         Elle dormait, d' un sommeil noir et profond dans lequel l' avait plongée un être de laideur, de méchanceté et de perversité, et, qui lui avait tout volé.

         Ici, chantent des oiseaux de toutes les couleurs, des fleurs se balancent doucement au gré d' une brise tiède, le soleil dore un ciel rose, des papillons multicolores volent dans tous les sens et des abeilles butinent des fleurs odorantes, pour fabriquer un miel couleur d' or, que savourent des enfants heureux, qui gambadent joyeusement, fleurs au milieu des fleurs.

         Ils sont tous arrivés ici, après le même sommeil noir dans lequel un être mauvais les avait plongés.

         Aujourd'hui, une petite nouvelle vient d' arriver. Elle est désorientée, et la peur l' habite encore. Mais, ils convergent tous vers elle, l' entourent, tissent autour d' elle une aura de bonheur, d' amitié et de sécurité. Elle n' est plus seule au bout du tunnel qu' elle vient de franchir; elle est maintenant dans un monde rose et chaud où tout est beauté et gentillesse. 

         Elle va y apprendre le chant des étoiles, la danse des fleurs, le vol avec les oiseaux, et surtout, l' amour universel.

         Elle s' appelait Chloé.

         Elle est devenue une petite fille-fleur sur une planète rose.

La petite fille-fleur de la planète rose

Voir les commentaires

2015-04-23T06:22:17+02:00

Un hôtel mythique

Publié par divagations-et-balades

          Il existe, de par le monde, des hôtels qui sont devenus de véritables légendes; ainsi en est' il de l' hôtel Old Cataract à Assouan en Egypte.

Un hôtel mythique

          Depuis mille huit cent quatre vingt neuf, date à laquelle il fut construit à l' instigation de Thomas Cook, il dresse sa façade victorienne sur une corniche de granit rose, face à l' île Eléphantine.

Un hôtel mythique

          Depuis plus de cent ans maintenant, il regarde passer les felouques, et, admire l' agilité de ces Nubiens qui grimpent en haut des mâts avec une facilité déconcertante, même quand le khamsin se met à souffler et fait virevolter des grains de sable qui rendent irréels les couleurs et les contours.

Un hôtel mythique

         Des personnalités célèbres sont venues séjourner en ces lieux, à commencer par la reine Victoria, venue visiter le protectorat égyptien, une des perles de l' Empire Britannique.

Wikipedia

Wikipedia

          Puis on y vit Sir Winston Churchill, l' Aga Khan et même Farouk, qui fut l' avant dernier roi d' Egypte, et dixième souverain de la dynastie de Méhemet Ali. Il fut renversé après un règne de seize ans et remplacé par son fils, Fouad II, qui ne régna qu' une année, sous la régence du Prince Mohammed Abdel Moneim. Puis, la monarchie fut abolie et remplacée par la République Arabe d' Egypte. Le général Neguib en fut le premier président, avant d' être poussé vers la sortie au bout d' un peu plus d' un an, par Gamal Abdel Nasser. Celui-ci le fit mettre en résidence surveillée.

         Le roi Fouad II vit en Suisse, au bord du lac Léman.

Wikipedia

Wikipedia

          Il y eut aussi des Français célèbres; St Exupéry,

Wikipedia

Wikipedia

          Malraux et Mitterrand, avec la petite Mazarine........

         Mais, la figure emblématique du Old Cataract est sans conteste Dame Agatha Christie.

Wikipedia

Wikipedia

          Elle y séjourna durant l' hiver mille neuf cent dix/mille neuf cent onze avec sa mère, puis plus tard, avec son second mari, l' archéologue Max Mallowan.

         C' est sur des souvenirs mondains de son premier séjour, qu' elle écrivit " Mort sur le Nil ", paru en mille neuf cent trente sept, peut-être son roman le plus connu grâce au film qu' en tira en mille neuf cent soixante dix huit, le metteur en scène anglais John Guillermin, avec un formidable Peter Ustinov dans le rôle d' Hercule Poirot.

Wikipedia

Wikipedia

          Mais je dois à la vérité de dire que, dans un registre différent, David Suchet en est le digne successeur.

Wikipedia

Wikipedia

          L' hôtel Old Cataract est à dix minutes à pieds des souks d' Assouan, où une balade est toujours intéressante et, souvent, pleine de tentations. Mais ne sont' elles pas faites pour y succomber ?

Un hôtel mythique

          L' hôtel appartient maintenant au groupe Sofitel. De deux mille huit à deux mille onze, il a été fermé pour restauration. Celle-ci a été confiée à une architecte française qui a, dit' on, accompli des merveilles.

         Il faudrait que j' y retourne pour voir !!!!! Mais je suis sûre qu' il y a toujours cette vue magnifique sur le Nil;

Un hôtel mythique

Voir les commentaires

2015-04-21T00:29:41+02:00

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

Publié par divagations-et-balades

          Toujours en visitant mon passé, je suis entrée dans ce parc dont je n' avais pu que l' admirer avec envie.

Un petit clic sur les photos pour en voir tous les détails.....

Un petit clic sur les photos pour en voir tous les détails.....

          Un pigeon semblait décidé à me piloter dans ces allées au dessin fantaisiste.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Mais, très vite, il abandonna. Tant pis, je ferai donc la visite seule. En fait, ce parc est assez désordonné, ce qui n' est pas pour me déplaire, au contraire.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Là, un arbuste comme un gros bouquet de fleurs blanches, ici, une flaque rose, qui se cache timidement dans un coin de la photo, comme si elle craignait de rompre l' harmonie de cette palette verte,

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Mais qui, plus loin, éclate en bouquets qui veulent se faire plus grands que les cèdres environnants.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Je parcours ce parc avec délice, au hasard de mes pas et des perspectives.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Les arbres sont tous plus beaux les uns que les autres. Comment étaient' ils à la fin des années soixante ?

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Quel tourment agite celui-ci dont les branches semblent se tordre de douleur ?

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Vus de loin, on dirait que ces arbres ont été taillés en boule.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Je ne me lasse pas de les admirer, d' autant plus que je n' ai aucun souvenir de ce parc que je ne faisais qu' apercevoir.

         Je ne me souviens pas non plus de ce petit pavillon conique.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Parfois, j' arrive sur une petite clairière,

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

         Ou bien, une plus grande;

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Et voilà probablement, l' ancienne maison des gardiens, si peu dans le style local.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

          Je cherchais mon fantôme, en pensant à la chanson de Laurent Voulzy. Mais, quand j' étais interne dans cette clinique, le temps de la queue de cheval, de la jupe plissée et du duffle coat était fini. Finies aussi les acrobaties et les folles randonnées en scooter avec celui de mon ami.

Wikipedia

Wikipedia

         Son sursis terminé, il faisait alors son service militaire dans l' est de la France, et nous avions maintenant des voitures avec lesquelles on se prenait pour Fangio. ( On dirait Sebastien Loeb maintenant !). Les vitesses n' étaient pas limitées, et les flics indulgents. Ils se contentaient de nous morigéner. On faisait Bordeaux / San Sebastian en deux heures pour aller acheter des allumettes et boire un chocolat à la cannelle.

         Bon, stop à la nostalgie. J' ai dit qu' en ce parc était née une légende. C' est, évidemment, une histoire de trésor qui aurait été caché près d' un vieux chêne. Ah ! si j' avais su ça plus tôt !!!! Parce que personne ne l' a jamais trouvé. On ignore à quelle époque cette légende est née, mais, le quartier qui se situe au nord de ce parc en a tiré son nom : quartier des Ecus.

         Cette légende a été rapportée par Madame R., une élue de la Mairie du Bouscat. merci à elle, même si je ne l' ai pas reçue directement de sa bouche.

          Voilà, le pélerinage est terminé. Un dernier regard au château, pour boucler la boucle.

Pélerinage 2 : Parc de la Chêneraie

         A bientôt !

Voir les commentaires

2015-04-18T18:29:34+02:00

Pélerinage. 1: Castel d' Andorte

Publié par divagations-et-balades

          Il y a quelques jours, un article a attiré mon attention dans le journal régional. Il concernait une belle demeure de style classique, datant du XVIIIème siècle, et son parc, maintenant ouvert au public, sous le nom de " Parc de la Chêneraie ".

         Cette belle demeure, en cours de restauration, est le " Castel d' Andorte ".

Pélerinage. 1: Castel d' Andorte

          Il a une histoire un peu folle, et c' est le cas de le dire, car, en mille huit cent quarante cinq, un certain Desmaison, peintre sans succès, décida, sous influence d' un ami médecin, de se recycler dans la médecine que, depuis Johann Christian Reil en mille huit cent huit, on appelait psychiatrie. 

         Desmaison était le neveu d' un autre médecin bien connu : le Docteur Guillotin. Son regard ne me dit rien qui vaille !!!

Wikipedia

Wikipedia

          Le Docteur Desmaison travailla d' abord avec son ami, puis, décida de créer son propre asile et d' utiliser son castel pour offrir une meilleure vie aux malades mentaux. Nous étions en mille huit cent quarante neuf et l' aventure allait durer jusqu' au trente octobre mille neuf cent soixante huit.

         Le Docteur Lalanne succéda au Docteur Desmaison, puis, se fut le tour du Docteur Pierre Charon. Et c' est avec lui que je viens me greffer à cette histoire.

         A la fin de mon cursus normal de médecine, je décidais de faire la spécialité de psychiatrie. Pas tellement pour devenir psychiatre, (d' ailleurs je ne le suis pas devenue, ayant préféré la plage à l' examen final), mais par curiosité et parce que j' étais persuadée que cela me serait utile dans l' exercice de la Médecine. De même avais-je jumelé ma 3ème année avec une année de psychologie à la fac de Lettres.

          J' ai eu la chance d' avoir pour maître le Professeur Blanc, à la fois docteur en Médecine et en Philosophie, qui était fascinant, et qui me faisait l' honneur de m' associer à ses consultations. On discutait beaucoup, et il m' a beaucoup apporté. Il m' incita à abandonner mon internat en Médecine pour faire celui de Psychiatrie. C' est ainsi que je me retrouvais au Castel d' Andorte pour ma première (ou deuxième) année d' internat.

         Cette clinique avait une excellente réputation. Le Docteur Charon, vieux monsieur charmant, et son épouse m' accueillirent avec gentillesse, et j' appris là beaucoup de choses. j' en fus un(e) des dernier(e)s internes.

          Il me semble me rappeler que je logeais dans ce bâtiment,

Pélerinage. 1: Castel d' Andorte

          A l' écart du château où se trouvaient les appartements du Docteur Charon, et les locaux administratifs au rez-de-chaussée.Mais je n' en suis plus sûre à cent pour cent.

         Il y avait un parc dont je ne profitais pas. Il fallait que je sois joignable en permanence, et comme les téléphones portables n' avaient pas encore été inventés, j' étais condamnée à rester dans ma chambre, mais j' en admirais les premières frondaisons.

         Je vivais dans des lieux historiques.

         Au Moyen-Âge, le domaine était sous l' autorité du roi d' Angleterre. Il comportait des champs, des forêts, des fermes et un château.

         Un grand monastère de Bordeaux : Saint Seurin en fut plusieurs fois le propriétaire. Le domaine était situé sur la via Solaco, ( actuellement avenue d' Eysines ), qui faisait suite à la route de Soulac par laquelle passaient les pélerins de Compostelle allant de Soulac à Bordeaux.

         Puis, arriva le XVIIIème siècle qui vit la construction du château actuel, et enfin, au XIXème, sa transformation en asile pour riches malades mentaux. Sa réputation était telle que des malades venaient même de l' étranger.

         Dans ce parc est née une ancienne légende. Je la raconterai bientôt.

Voir les commentaires

2015-04-16T17:10:59+02:00

Ô rage ! Ô révolte !

Publié par divagations-et-balades

          J' ai la rage au coeur et la révolte dans la tête ! Elle y monte comme ces vagues océanes de plus en plus sombres, qui éclatent en écume coléreuse dans un univers de plus en plus noir.

Ô rage ! Ô révolte !

          Il y a quelques jours, j' avais vitupéré contre la généralisation du tiers payant et ses effets secondaires, mais je ne savais pas tout. Je ne savais pas encore ce que des cerveaux pervers et totalitaires allaient inventer et inclure dans cette loi packaging, que celle que certains nomment Mère Ubu, vient de faire voter.

         Dans ce fatras d' inepties se cachent de véritables atteintes à la liberté, mais aussi à l' humain.

         Voyons un peu, dans le désordre, quelques-uns des articles qui me font exploser.

                   Article 9 : les salles de shoot. Il va donc y avoir des endroits dans notre pays où le trafic de stupéfiants et leur consommation seront autorisés. Le Pr Debré a répété les paroles d' un ancien drogué : " Ce sera très bien pour les consommateurs de drogue, ils pourront en user en toute sécurité, mais ne sortiront pas de leur addiction ". Pourquoi ? parce que, contrairement aux autres pays que l' on nous donne en exemple, il n' y aura chez nous aucune structure médico-psychologique derrière, pour aider les drogués à s' en sortir. " Shootez-vous tranquilles, braves gens, l' Etat veille sur vous ".

         Mais, au fait, auprès de qui cet Etat devenu dealer va t' il s' approvisionner en drogues diverses ? Directement auprès du Cartel de Medellin, avec des prix de gros ? Et, avec quel argent ? Le nôtre, via les impôts, faisant de nous des complices ?

         Et si en sortant, l' un de ces consommateurs viole ou tue ! Qui sera responsable ?

                   Article 38 :Quota d' IVG par hôpital. Les objectifs qui seront, parait' il calqués sur ceux de l'ARS d' Île-de-France, obligera chaque hôpital à pratiquer une IVG pour quatre accouchements réalisés.

         Et alors ! Si après le quatrième accouchement aucune candidate à l' IVG ne se présente, on va faire quoi ? Un tirage au sort parmi les femmes enceintes ? " Bonjour Madame, félicitations, vous avez gagné une IVG obligatoire ". Allons-nous créer une police de l' IVG ?

          Quel cerveau malade a pondu cet article ?

                   Article 47 : Mise à disposition des données de santé. Bye Bye la confidentialité ! Le secret médical est mort ! Vivent les utilisations dérivées que l' on pourra en faire ! C' est scandaleux ! Et puis, mise à disposition pour qui ?

         Et un dernier, parce que sinon, je vais exploser:

                   Article 46ter : don d' organes obligatoire sans opposition préalable.

          Alors là, trop, c' est trop ! Voilà maintenant que l' Etat devient propriétaire de nos corps, il peut en faire ce qu' il veut, cela ne nous regarde plus.

         Une fois mort, on peut organiser la dispersion de nos organes à des fins de solidarité et d' économie et ce, sans notre consentement.

         Mais jusqu' où allons-nous aller dans l' amoralité et l' irrespect de l' être humain ?

         D' abord ubuesque, cette loi santé prend un aspect inquiétant. Cette femme n' est rien d' autre qu' une terroriste de la médecine.

                             VIVA LA REVOLUCION !

 

          Et il y a l' autre, le premier ministre, qui tranquillement organise la France Big Brother comme dit Laurent Obertone. Mallette contenant un appareil qui pourra capter toute conversation téléphonique ayant lieu dans son environnement; boite noire placée chez les fournisseurs d' accès internet, pour lutter contre le risque terroriste nous dit' on ! ( Tiens, il découvre ! ) parce que l' on croit que nous sommes trop crétins pour penser par nous-mêmes et voir les grosses ficelles !

         Beurk ! C' est écoeurant !

        

 

                    

Ô rage ! Ô révolte !

         Mais peut-être devrions-nous crier : Au Secours !!!!!!!!!!!

Voir les commentaires

2015-04-14T18:27:28+02:00

Folie en ce jardin

Publié par divagations-et-balades

          Le jardin est devenu fou de joie. Il a retrouvé, dans le grand ciel bleu, ce miroitement de chaleur qu' il attendait depuis trop longtemps. Vingt neuf degrès cet après-midi ! Le voilà comblé.

         Il est quand même un peu tourneboulé; les plantes ont perdu toute pudeur et se mélangent sans retenue les unes aux autres.

         Les fleurs de laurier montent à l' assaut du prunus qui en est tout cramoisi;

Folie en ce jardin

          Tout confus, il est allé se plaindre auprès d' un pin, mais, appartenant à une lignée égoïste se suffisant à elle-même, celui-ci est resté indifférent.

Folie en ce jardin

          Ailleurs, une corette, éclatante et conquérante est allée coloniser un oranger du Mexique. Tantôt exubérante,

Folie en ce jardin

          Tantôt discrète,

Folie en ce jardin

          Mais jouant de ses couleurs avec une coquetterie effrénée.

Folie en ce jardin

         Les jacinthes sauvages en sont gênées et baissent la tête de confusion. Heureusement, un bourdon en approche les tire de leur embarras.

Folie en ce jardin

          Et pendant ce temps, Philibert le résinier à la retraite, somnole dans les senteurs sucrées et enivrantes des fleurs de l' oranger du Mexique.

        

Folie en ce jardin

         Elle n' est pas belle la vie ?

Voir les commentaires

2015-04-12T18:48:31+02:00

Légende de l' éléphant blanc

Publié par divagations-et-balades

         A peu près au milieu du XIVème siècle, un roi du lointain royaume de Lanna qui, en ce temps-là s' étendait surle nord de la Thaïlande, une partie du Laos et de la Birmanie, décida qu' un éléphant blanc, portant une relique de Bouddha sur son dos, serait libéré dans la forêt.

Légende de l' éléphant blanc

          C' était un animal sacré et si rare, que l' on croyait alors qu' il abritait l' âme d' un grand roi.

         Ce roi de Lanna avait résolu de faire bâtir un temple en l' honneur de la relique sacrée, à l' endroit même que lui indiquerait l' éléphant.

         Celui-ci se mit à gravir une montagne, pratiquement inaccessible, appelée : " Montagne de l' éléphant de sucre ".

          L' éléphant était courageux et vaillant; cela faisait des heures et des heures qu' il grimpait, mais, il ne voyait toujours pas le sommet. Le soleil ardent, semblait darder ses rayons uniquement sur lui. il souffrait beaucoup mais, ne renonçait pas. Il savait être porteur d' une précieuse relique et investi d' une mission de confiance par le roi lui-même.

         Mais l' épuisement le gagnait, sa vue se brouillait. Allait' il pouvoir remplir sa mission et honorer à la fois son roi et Bouddha ?

         Il implorait celui-ci, et tous les dieux, de venir à son aide.

         Enfin, le corps fracassé de fatigue, il atteignit son but : le sommet de la montagne. Il était heureux, il avait accompli sa mission.

         Alors, levant sa trompe vers le ciel, il barrit trois fois, si fort, que l' écho de ses barrissements résonna à jamais dans la montagne où l' on peut l' entendre encore.

         Et là, entre ciel et terre, le courageux éléphant blanc s' éteignit.

         Fidèle à sa parole, le roi fit élever un temple au sommet de la montagne de l' éléphant de sucre.

Wikipedia

Wikipedia

          Dans ce temple, nommé Doi Stupeh, fut déposée la relique de Bouddha si vaillamment amenée par l' éléphant blanc.

Wikipedia

Wikipedia

          Pour y accéder, il faut monter trois cent six marches. Cette ascension est favorable à la méditation, et peut-être est' elle intentionnelle, car dans la vie toute chose doit se mériter.

         Il y a cependant un funiculaire, pour ceux qui méditent rapidement !!! Mais ce temps offert par l' ascension, n' est' il pas un cadeau pour nous faire réapprendre le temps de la lenteur, pendant lequel nos pensées s' élaborent en liberté, et peut-être loin d' un.........formatage que seuls, ceux qui ont la nuque assez raide peuvent éviter !!!!!!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog