Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2017-03-06T16:33:21+01:00

L'errance du génie : Chapitre II

Publié par divagations-et-balades

          Ayant perdu sa brillance, à demie enfouie dans le sable, la lampe magique passait inaperçue, et c' était une chance car, plusieurs caravaniers, et la plupart peu recommandables, étaient, au pas lent de leurs montures, passés à proximité.Certains avaient même bivouaqué tout près d' elle.

mon livre "l' Afrique du Nord"-Odé 1952 ( ainsi que les autres illustrations)

mon livre "l' Afrique du Nord"-Odé 1952 ( ainsi que les autres illustrations)

          A l' intérieur, le génie, bien qu' à moitié endormi par l' atmosphère étouffante, retenait son souffle car il avait conscience de la précarité de sa situation.

         Pendant ce temps, le rezzou qui avait enlevé le magicien africain, était arrivé au marché aux esclaves d' Ouargla.

L'errance du génie : Chapitre II

          Il y avait déjà beaucoup de prisonniers attendant d' être achetés par un quelconque seigneur du désert. Les Barbaresques avaient du arraisonner quelques navires européens et faire quelques fructueuses razzias sur les côtes.

          Selon la tradition, des musiciens ambulants, venus d' au-delà le noir Gassi Touil, donnaient au marché un air de fête. Et en fait, c' était une fête.

L'errance du génie : Chapitre II

          Parmi ces hommes et ces femmes qui seraient bientôt dépouillés d' eux-mêmes, il y avait le magicien africain qui ne décolérait pas.

          Dans le tréfonds de son être, une petite voix ironique disait : " Alors ! Tu as tellement pris l' habitude de la facilité en te faisant servir par le génie de la lampe, que tu as oublié que tu étais magicien ? Ne sais-tu donc plus rien faire par toi-même ? ". Il enrageait de son impuissance, enfermé et pourtant à l' air libre.

          Maudite voix ! Comment l' étouffer sans porter atteinte à soi-même ? C' est alors qu' il en entendit une autre, au timbre grave, lui dire avec un drôle d' accent : " Quand une porte se ferme, une autre s' ouvre ".

          Le magicien africain jeta un coup d' oeil à la ronde, et vit un homme qui le regardait intensément. Il sut immédiatement qu' il était l' auteur de ces paroles.

          Miguel de Cervantès, se présenta l' homme.

Wikipedia

Wikipedia

          Le magicien africain regarda avec curiosité ce jeune homme au teint aussi basané que les bandits qui l' avaient enlevé, mais dont le regard noir exprimait une grande tristesse.

          Il avait cependant une mine fière qui laissait supposer une grande détermination.

          Mais il ne savait pas encore dans quelle folle aventure celui-ci allait l' entraîner.

A suivre.....

Voir les commentaires

2017-03-05T06:44:00+01:00

La pensée du dimanche 05/03/17

Publié par divagations-et-balades

          En fait, ce dimanche, je suis bien embarrassée. Je suis partagée entre Voltaire et........François Bayrou, et je ne sais à qui va ma plus grande admiration.

          Vous allez dire : " Quand même, qu' est-ce qu'il lui prend de mettre sur un pied d' égalité cet impertinent philosophe et ce politicien de bas étage " ?

Wikipedia
Wikipedia

Wikipedia

          J' avoue qu' il n' y a pas la même lueur dans le regard de l' un et celui de l' autre. Mais..........Je tiens M. Bayrou pour une sorte de prodige, je trouve qu' il est à la politique ce que Lucky Luke était pour le Far West, oui, oui, rappelez-vous, Lucky Luke, ce lonely cow boy qui tirait plus vite que son ombre !

Wikipedia

Wikipedia

          Quel rapport allez-vous dire ? Eh bien, je trouve que M. Bayrou retourne sa veste encore plus vite que Lucky Luke ne tire.

          N' est-ce pas prodigieux ?

          Allez, je vous livre quand même la pensée de Voltaire qui m' a retenue ce jour :

     " N' est' il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n' en aient pas ? "

A bientôt !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog