Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-08-31T05:24:00+02:00

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

Publié par divagations-et-balades

          Il est aux confins de la Gironde et du Périgord, un petit village à l'aspect riant, juché sur un promontoire surplombant un vaste paysage, au creux duquel, cent mètres plus bas, se cache une petite rivière : la Durèze.

          Ce village classé village ancien, se nomme Gensac.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Après avoir garé la voiture, nous partons en vadrouille dans le village. Il est désert, figé dans une sorte de torpeur immobile, et je pense que les trente sept degrés de cette journée ont du endormir les habitants.

          Au bout de la rue, nous débouchons sur une place, face à une belle maison à colombages.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Tout prés, trois belles maisons anciennes, curieusement édifiées en tailles décroissantes. Elles nous ramènent à l'époque médiévale. 

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Ce village en a les vieilles demeures,

la créature qui étouffait les rêveurs - 1
la créature qui étouffait les rêveurs - 1
la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Les ruelles aux noms surannés dont celle-ci qui sent la taverne toute proche où les manants allaient se désaltérer,

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          A ce propos, si nous faisions une pause hydratation !!! Equipées de nos bouteilles d'eau, nous allons nous installer....au jardin public.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

         A plus tard pour la fin de la visite, et peut-être la rencontre d' une maléfique créature !!!

Voir les commentaires

2017-08-29T09:48:01+02:00

L'ancien monde

Publié par divagations-et-balades

          J'ai connu un temps " avant la télé " où l'on pouvait jouer dans la rue. J'avais un alter ego; nous nous sommes connues dès que nous avons su marcher et commencé à nous battre. Elle est ma plus ancienne amie, une amie d'éternité. Nous ne nous battons plus, mais, je ne suis pas sûre que, par moment, on ne le regrette pas !

          Nous avons le même prénom, et nous avions décrété que nos mères avaient la même voix, ce qui fait que lorsque l'une d'elle appelait, on ne répondait pas arguant que nous ne savions pas de laquelle il s'agissait. Quand on voyait l'une d'elle, et parfois les deux, arriver au pas de charge, on actionnait nos jambes à toute allure espérant échapper à la vindicte. Ô Illusion !

          Mon amie aurait été une enfant sage si......elle ne m'avait pas connue. Il ne se passait pas un jour sans que j'invente au moins une bêtise, et elle me suivait toujours avec un enthousiasme certain.

          Elle avait une cousine de notre âge, un peu nunuche, que nous martyrisions sans remords, et une grand-mère qui a réussi à résister à la folie, devant l'ampleur de nos sottises. On écumait le quartier à la recherche de deux garçons avec qui on s'est flanqué des raclées mémorables.

          C'était le bon temps, et comme je l'ai dit, on pouvait jouer dans la rue; ceci ne plaisait guère à mes parents, mais....à moins de m'enfermer !!!

          C'est en voyant des photos anciennes dans le journal Sud-Ouest que ce monde disparu a remonté à la surface de ma mémoire avec tout un cortège.

          C'était un monde où l'on prenait son temps, on savait s'arrêter pour faire une pause " copains et tchatche " , comme ces traminots sur les quais en mille neuf cent cinquante huit.

photo archives Sud-Ouest

photo archives Sud-Ouest

          Ces trams, rouges et blancs, (ou jaunes ?), avaient une bouille sympa, et des portes qui s'ouvraient en accordéon, et on se tenait sur la marchepied un peu avant l'arrêt, et c'est comme ça que, sans le faire exprès je le jure, j'ai fait un croche-pied à une dame et....tout le tram m'a agonie d'injures.

          Le soir, pas de télé évidemment, on sortait les chaises sur les trottoirs, les parents discutaient avec les voisins pendant que d'autres jouaient aux cartes......au milieu de la rue.

archives Sud-Ouest

archives Sud-Ouest

          Et quand je vois dans le journal que cette rue est la rue Ste Catherine, la rue la plus commerçante de Bordeaux, où déferle chaque jour une foule innombrable.........oui mais.........nous sommes en mille neuf cent quarante neuf !!!

          C'était l'ancien monde, comme dit sans trop savoir de quoi il parle notre fringant président !

A suivre !

Voir les commentaires

2017-08-27T05:34:00+02:00

La pensée du dimanche - 27/08/17

Publié par divagations-et-balades

          Qui aurait pu penser que cet homme jeune, à l'air doux et bénin, presque timide,

Wikipedia

Wikipedia

 deviendrait ce vieillard malicieux, riant sans doute d' une vie d'irrévérence, ayant pris tant de plaisir à " mordre, piquer, flanquer par terre ", mais toujours en riant.

Wikipedia

Wikipedia

          Il est là, près du terme de sa vie, en mille neuf cent cinquante six, et je pense qu'il rit des bonnes blagues qu'il a du faire au long de ces quatre vingt quatre années. Enfin, à condition qu'il ait commencé au berceau !!!

          Il était né en mille huit cent soixante douze, et si je l'en crois, sous le signe d'une certaine liberté, car il parle " d'une mère un peu catin qui l'a laissé tranquille dès sa naissance, et d'un père plein de succès de femmes et qui ne s'occupait pas de lui ".

          Est-ce de cette jeunesse abandonnée qu'il tenait son sens de l'ironie ?

          Je pense qu'il en a pris aussi un certain égoïsme, car il était uniquement préoccupé de lui-même. Mais après tout, comment ne pas le comprendre ?

          Il était un être libre qui disait sans précaution, d' un ton souvent moqueur, et avec une franchise assez abrupte, tout ce qu'il pensait.

          Il vivait en solitaire, dans une grande bâtisse assez délabrée, au milieu d' un parc laissé en friche, avec les trois cents chats, les cent vingt cinq chiens qu'il avait recueillis, et la guenon, Guenette qui s'était égarée là.

          J'ai hésité entre deux phrases de Paul Léautaud, et je ne suis pas arrivée à trancher.

          Ce vieux polisson m'a rendue moi-même irrévérencieuse, et je vais citer la pensée qui m'aurait valu une punition si j'avais dit ça devant mes parents au temps de ma jeunesse indisciplinée. Mais je vais aussi citer l'autre, la phrase ultime dite juste avant sa mort, et qui laisse penser qu'il était peut-être de mauvaise humeur. Mais qui serait de bonne humeur à ce moment-là ?

          Allez, je me lance :

         " Le rôle des jeunes est de tirer les pieds des vieux cons pendant leur sommeil ".

      " Maintenant, foutez-moi la paix ".

N'allez pas croire que je reprends cette dernière à mon compte !!!!

Tenez, je vous offre une fleur de mon jardin.

La pensée du dimanche - 27/08/17

Bon dimanche !

Voir les commentaires

2017-08-24T14:49:21+02:00

Le lac Bleu - Chapître 2

Publié par divagations-et-balades

          La dame faisait du pastel. Nous en avons discuté un petit moment, puis, je la laissais à son plaisir et poursuivis le mien, en reprenant le sentier qui perdait un peu le lac pour s'avancer plus avant dans la forêt.    

Le lac Bleu - Chapître 2

          Mais très vite il s'en rapprochait, incapable de l'abandonner plus longtemps.

Le lac Bleu - Chapître 2

          Puis, semblant tournicoter sur lui-même comme pour mieux nous embrouiller, il s'en éloignait de nouveau;

Le lac Bleu - Chapître 2

          Pour vite y revenir et nous en montrer les multiples visages.

Le lac Bleu - Chapître 2

         Parfois s'approchant avec témérité du bord de la dune au risque d'en dévaler la pente.

Le lac Bleu - Chapître 2

          Je soupçonne ce lac de vouloir faire perdre la tête aux poètes, en les enivrant de couleur et d'harmonie.

Le lac Bleu - Chapître 2

          Je me rends compte soudain que ce lieu est en train de m'ensorceler. Il me faut prendre garde, car, je suis de plus en plus persuadée que quelque Loreleï girondine se cache dans un quelque part très proche.

          Alors je m'éloigne doucement de la forêt, et gagne la petite plage sableuse éclaboussée par un soleil qui chasse les légendes.

Le lac Bleu - Chapître 2

          Un vieux ponton à moitié démoli m'intrigue. A quoi, ou à qui, servait' il ? Peut-être à des chasseurs de canards, car je doute que l'on navigue beaucoup sur ce lac à la géographie un peu biscornue.

Le lac Bleu - Chapître 2
Le lac Bleu - Chapître 2

          Me voilà revenue à mon point de départ. Je vais quitter cet endroit où le lac et la forêt semblent jouer un jeu de séduction amoureuse.

          Pour un peu, je croirais que des elfes sont en train de balayer le ciel pour un dernier tour de magie. 

Le lac Bleu - Chapître 2

          Ou bien, qui sait ? essuyant ses larmes de me voir quitter ce lieu enchanté !

Voir les commentaires

2017-08-22T13:19:34+02:00

Le lac Bleu - Chapître 1

Publié par divagations-et-balades

          Enchâssé dans son écrin de forêt, je l'ai vu ce jour-là, surtout vert et bleu, et je me suis demandée si je n'étais pas atteinte soudain, d'une déformation de ma vision des couleurs.

Le lac Bleu - Chapître 1
Le lac Bleu - Chapître 1

          Ce lac se trouve dans un de ces lieux privilégiés de la région bordelaise, où il semble qu'aucune violence du temps ne puisse nous atteindre.

          L'endroit est si paisible et sauvage que deux jeunes garçons n'ont pas craint d'y installer leur tente pour la nuit, afin de s'y adonner à l'activité tout aussi paisible de la pêche.

Le lac Bleu - Chapître 1

          Ils me faisaient figure d'amateur avec leur grosse épuisette, et j'étais assez dubitative quant au résultat.

Le lac Bleu - Chapître 1

          J'avais tort, car un gros poisson était tombé dans le piège;

Le lac Bleu - Chapître 1

         Un sentier permettait de faire le tour du lac, tantôt s'en éloignant,

Le lac Bleu - Chapître 1

          Tantôt offrant sur lui une vue toujours différente.

         Lac d'émeraude,

Le lac Bleu - Chapître 1

          Ou lac givré d'argent.

Le lac Bleu - Chapître 1

          Des petits îlots de sable étaient jetés, ça et là.

Le lac Bleu - Chapître 1
Le lac Bleu - Chapître 1

          Peut-être pour le bonheur des caractères contemplatifs.

          Mais cet endroit a l'air aussi d'inspirer les peintres amateurs. J'aperçois une dame, en contrebas, en train de dessiner. Je descends un moment bavarder avec elle.

A plus tard !!!

Voir les commentaires

2017-08-20T08:24:57+02:00

La pensée du dimanche - 20/08/17

Publié par divagations-et-balades

          Depuis pas mal de temps je ne suis pas contente de la presse française, qu'elle soit écrite ou télévisuelle.Je cherchais une pensée plus autorisée que la mienne pour l'exprimer, et, comme chaque fois, le hasard diront certains, D. incognito disait Einstein, viendront me l'apporter sur un plateau.

          Aujourd'hui, c'est Ernst Jünger, né à Heidelberg en mille huit cent quatre vingt quinze, décédé cent trois ans plus tard à Riedlingen, qui a émis la pensée que je fais mienne pour ce jour.

La pensée du dimanche -  20/08/17

          Qui était ce Jünger ? Avant tout un grand témoin de l' histoire européenne du XXème siècle. Allemand, nul n'est parfait, mais, circonstance atténuante, ayant abandonné la vie politique quand les nazis ont pris le pouvoir. Il a cependant fait partie de l'administration militaire d'occupation de Paris à partir de mille neuf cent quarante et un.

          Francophile et francophone, il a été très controversé dans son pays après la Seconde Guerre Mondiale. En France, il est connu pour son oeuvre littéraire, grâce aux Editions de la Pléiade.

          Finalement reconnu dans son pays, il a reçu le prix Goethe pour l'ensemble de son oeuvre en mille neuf cent quatre vingt deux.

          Alors voilà cette phrase qui m'a été " offerte " :

          " La presse est une ferraillante batterie de marteaux qui nous met la cervelle en miettes à coup de slogans, standardise et prolétarise la pensée ".

A plus tard !

Voir les commentaires

2017-08-18T14:21:34+02:00

Il n'y a pas que la plage.....

Publié par divagations-et-balades

          ......Au lac de Bordeaux, bien qu'elle connaisse un grand succès, même auprès des nombreux touristes qui visitent la ville. eau à vingt six degrés, aménagements de loisirs gratuits pour tous......Quand on n'a pas beaucoup de temps, entre midi et quatorze heures par exemple; que l'on habite en ville et que l'envie vous arrive de prendre un bain de soleil ou de piquer une tête, le lac est une bonne alternative à l'océan.

Il n'y a pas que la plage.....

          Mais le lac a d'autres attraits;il y a la rive d'en face, laissée aux pêcheurs et aux promeneurs romantiques.

          On gare la voiture, on traverse la route en courant et en slalomant entre les voitures, (en se faisant klaxonner et même......insulter), on saute le fossé si on a la flemme d'aller prendre l'allée d'accès, et voilà, on entre dans le bois, et le lac, mince lame bleue, se profile à l'horizon proche.

Il n'y a pas que la plage.....

          Le sentier mène directement au bord, face à la rive civilisée où se dressent les immeubles du nouveau quartier écolo.

Il n'y a pas que la plage.....

          Mais en obliquant vers la gauche, la nature triomphe et la promenade devient bucolique.

Il n'y a pas que la plage.....

          Et soudain, le lac s'inscrit à nouveau dans le paysage.

Il n'y a pas que la plage.....

          Tiens ! tiens ! On dirait que j'ai débusqué un campeur solitaire, trahi par le bleu de sa tente sur le vert des arbres.

Il n'y a pas que la plage.....

          Aujourd'hui, il n'y a pas un souffle d'air, aussi, les voiliers, qui d'autres jours sillonnent paresseusement le lac, sont restés au mouillage, là-bas, au centre nautique.

Il n'y a pas que la plage.....

          Pas une ridule non plus sur le lac dans lequel se dilue le bleu du ciel, et se noient les nuages trompés par ce calme apparent.

Il n'y a pas que la plage.....

          Le sentier, en serpentant, m'éloigne encore du lac;

Il n'y a pas que la plage.....

          On a bivouaqué ici, me semble t' il !

Il n'y a pas que la plage.....

          Ceux-là, sont' ils responsables de ce brasier mort ?

Il n'y a pas que la plage.....

          Allez, il est temps que je rentre chez moi. Je prends un autre sentier, bien agréable aussi.

Il n'y a pas que la plage.....

          Avant de tenter à nouveau la traversée périlleuse de la route, je me retourne pour admirer l'athlète qui fait des tractions en solitaire, et qui, de dos, ressemble à mon frère : même montre au poignet...........même " plage " au sommet du crâne. Si jamais il apprend ce que je viens d'écrire !!!!

Il n'y a pas que la plage.....

          J' arrête, je vais me cacher !!!

A bientôt !

Voir les commentaires

2017-08-16T16:46:13+02:00

GRRR !!!!

Publié par divagations-et-balades

          Et voilà ! Je râle..........Et pourquoi ? parce que les profs ne m'ont pas tout appris.

          J'explique : il y a .....une kyrielle de lunes, j'ai passé ma thèse en psychiatrie puisque j'étais alors en 3ème année de cette spécialité. (Que je n'ai jamais exercé parce que j'étais, paraît-il, assez folle comme ça).

GRRR !!!!

          Le seul exemplaire qui me reste est celui-ci, dont la reliure m'avait été offerte, quelques années plus tard, par une patiente.

GRRR !!!!

          Les mentions, les félicitations du jury, les demandes des universités étrangères..........toutes ces choses " gloriolisantes ", m'ont faite croire pendant toutes ces années, que je connaissais tout de mon sujet.

          Que nenni !!! Je n'avais de la tentative de suicide qu'une vision simpliste qu'illustrait la photo de Maurice Roney dans " Ascenseur pour l'échafaud " que j'avais incluse en guise de séparation entre les parties statistique et psychologique.

GRRR !!!!

          Je me rappelle que ceci avait beaucoup plu aux membres du jury. 

          Bon, passons. Tout cela est bien joli mais il y a une énorme lacune dans ma thèse, qui ébranle toutes mes certitudes : on ne m'avait pas appris que l'on pouvait se suicider en précipitant une voiture-bélier, grosse cylindrée de préférence, dans une foule ou un lieu dans lequel des gens, (innocents, c'est mieux), se trouvent réunis.

          Et voilà ! C'est la claque magistrale ! 

          Quoi ? ce genre de tentative de suicide n'existait pas en ces temps reculés où j'ai passé ma thèse ? Cette méthode a été inventée depuis, expérimentée d'abord en Israël, et maintenant, bien éprouvée, utilisée en Europe ?

          Mais alors, je ne pouvais pas savoir ! Ah ! Je respire mieux ! Ouf ! Que les mannes de mes profs veuillent bien m'excuser d'avoir douté d'eux, même pour peu de temps.

          Quand même ! Vu le nombre de déséquilibrés qu'il y a maintenant dans notre pays, je me demande s'il ne serait pas judicieux de me réinstaller en tant que psy !

Voir les commentaires

2017-08-15T14:32:13+02:00

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

Publié par divagations-et-balades

          Aujourd'hui, nous allons nous promener au coeur d'un village traditionnel balinais : Panglipuran.

          Conformément à la tradition, le village est partagé par une rue principale, piétonne le plus souvent, tout au bout de laquelle se trouve le temple.

 

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          La rue est bordée de maisons aux toits de bambous, auxquelles on accède par un petit escalier.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          Les entrées sont très fleuries, et chaque maison est un véritable village en miniature. Trois, voire quatre générations habitent dans ces maisons; parents, enfants, grands-parents, petits-enfants s'y côtoient, et chacun a son nom marqué sur une pancarte à l'entrée.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

         Après la porte d' entrée qui est parfois presque monumentale,

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

         On trouve les deux petits temples familiaux, et, éventuellement le commerce auquel s'adonne la famille.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali
Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          La première pièce est celle de ceux qui se lèvent le plus tôt et qui chauffent la nourriture pour les autres : généralement, les grands-parents. c'est une chambre-cuisine ouverte dans laquelle tout le monde se réunit.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          Ensuite sont les maisons des enfants, précédant l'étable où se trouvent tous les animaux : poulets, canards, et même cochons.

          Pour chaque fils qui se marie, on construit une nouvelle maison dans laquelle il amènera son épouse et élèvera ses enfants.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          Tout cela constitue donc un groupe de maisons. Tous les groupes communiquent entre eux par des ruelles sans avoir besoin de repasser par la rue.

Âme d'Asie - Plongée au coeur de Bali

          Cela suppose une bonne entente entre les voisins, mais le chef du village y veille et sanctionnerait tout villageois qui nuirait aux bonnes relations ou fermerait sa maison.

Heureux pays où il n'y a pas de cambrioleur !!!!

Voir les commentaires

2017-08-13T14:12:52+02:00

Retour

Publié par divagations-et-balades

          Me revoilà, après quelques jours sans connexion pour cause de changement d'opérateur......puis d'un souci familial qui n'est pas terminé, ce qui fait que je viens juste dire un petit bonjour sans trop avoir le temps de m'attarder.

          Mais, que vois-je ? Pourtant, mon absence n'a pas été si longue ! 

Retour

          Madame l' épeire en profite on dirait ! Attendez, je vais bientôt revenir pour de bon et balayer votre outrecuidance !

          En attendant, je vous invite à goûter un peu de fraîcheur dans un de mes endroits secrets....enfin .....presque.

Retour

         Et je vous dis : à bientôt !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog