Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2019-12-31T09:00:00+01:00

La nuit du basculement

Publié par divagations-et-balades

          Parée de sa robe couleur de lune, frangée d'or céleste, la belle Séléné s'est levée dans la pâleur vespérale du ciel oriental. 

La nuit du basculement

          C'était la nuit fatidique du basculement. L'humanité allait sauter dans la nouvelle décade d'un siècle qui ne commençait pas très bien.

          Séléné aimait cette planète bleue dont, parait-il, elle était issue, et elle aimait cette humanité qui, depuis des temps immémoriaux, la vénérait au point d'avoir fait d'elle une déesse, reine de la nuit. Parfois, submergée par l'émotion, elle en rougissait de plaisir confus.

 

La nuit du basculement

          Mais Séléné était triste. Elle avait beaucoup espéré du troisième millénaire, hélas, il semblait que les Humains aient perdu leur aptitude au bonheur et ce besoin de transcendance et de spiritualité qui leur avait permis de s'élever et d'écrire une Histoire.

          Séléné avait vécu ce dévoiement de la saga humaine avec consternation.

          Mais, à ce moment de l'Histoire, elle se sentait néanmoins pleine d'optimisme. Elle allait faire à l'humanité un don précieux, et, à l'instant suprême du basculement, elle projetterait vers la Terre ce voeu : 

      " Que le rêve et la poésie habitent à nouveau la Terre et le coeur des Hommes,et que le bonheur resplendisse comme un soleil ".

La nuit du basculement

          HEUREUSE ANNEE A TOUS

NB : Quand je dis " Hommes ", ce vocable inclue implicitement les Femmes selon une tradition pluriséculaire, et je refuse cette ridicule écriture inclusive due aux délires, parfois hystériques, des Féministes, et qui rend notre langue grotesque et rébarbative.

Voir les commentaires

2019-12-28T10:00:44+01:00

Un chocolat chez Pouchkine ?

Publié par divagations-et-balades

          A six cents kilomètres de Moscou se situe la ville de Pskov. C'est une ville moyenne qui veut se donner des airs de capitale, car on y trouve, au bord de la rivière Vélikaïa qui la traverse, un kremlin qui se voudrait moscovite.

Un chocolat chez Pouchkine ?

          C'est près de cette ville dans le village de Mikhailovskoïe, que le grand écrivain russe Pouchkine, passa un an d'exil. Il vivait là dans une propriété familiale.

Un chocolat chez Pouchkine ?

          J'aime l'imaginer, déambulant au milieu de ces grands arbres, et mettant en vers, dans sa tête, son roman Eugène Onéguine, car c'est là, dans ce villege, qu'il a commencé cette oeuvre.

Un chocolat chez Pouchkine ?

          Et sans doute aussi, devant ce paysage qui s'étendait à ses pieds, y rêvait-il de la fin de son exil. Est-ce à cause de lui qu'il donna à Eugène Onéguine une âme aussi tourmentée ? A quoi pensait-il exactement sur ce banc qui porte désormais le nom de son héros ?

Un chocolat chez Pouchkine ?

          Se doutait-il déjà que Tchaïkovski en ferait un magnifique opéra, si beau, que certains en ont fait le " soleil noir à la brûlante beauté " de l'opéra russe ?

Un chocolat chez Pouchkine ?

          Pouchkine repose dans ce village, au sein de ce qui est maintenant une zone mémoriale, où flottent, invisibles mais bien présents n'en doutons pas, quelques vers chevauchant quelques notes de musique.

Un chocolat chez Pouchkine ?

          Et finalement, je ne suis pas allée boire un chocolat au café Pouchkine, d'ailleurs, Nathalie n'était pas là pour me guider, partie sans doute avec Gilbert Bécaud.

Voir les commentaires

2019-12-24T09:12:10+01:00

Publié depuis Overblog

Publié par divagations-et-balades

        

   JOYEUX NOËL A TOUS

Voir les commentaires

2019-12-24T08:40:00+01:00

Terreur à Rovaniemi

Publié par divagations-et-balades

          Ce jour-là, le Père Noël s'était levé de fort bonne humeur. C'était la veille du jour où il partait faire son périple annuel pour apporter la joie aux enfants de la Terre.

          Il se voyait déjà, un enfant ébloui et heureux près de lui.

Terreur à Rovaniemi

          Après un solide petit-déjeuner, il décida d'aller voir si les lutins avaient fini de faire les paquets-cadeaux, et si les rennes étaient bien harnachés pour le long voyage. Avec toute la neige fraîche qui était tombée la veille, quel plaisir ce serait de faire la longue glissade, élan indispensable pour s'envoler.

          Il ouvrit la porte et........Mais.......Mais.......Que se passe t-il ? Au lieu de voir, comme d'habitude, la blancheur immaculée des près, il vit, avec stupeur d'abord, puis une vague terreur........ses rennes, en train de brouter paisiblement dans un champ à l'herbe bien verte.

Terreur à Rovaniemi

          A l'autre bout du champ, l'atelier des lutins semblait d'une inquiétante tranquillité. Rien ne bougeait alors que normalement, tout n'était qu'effervescence.

          Plus loin, le moulin du Père Fouettard ne tournait pas, ses ailes parfaitement immobiles. mais où était-il donc ? Il devrait être là, c'est l'été qu'il part au pays des bambous pour fabriquer ses fouets !

 

Terreur à Rovaniemi

          Mais.......D'après ce que je vois .... ce serait donc l'été ????

          Réveille-toi, Père Noël, vieux fou ! se dit-il !

          Inquiet, il décida d'aller faire un tour au village, se rassurer en rencontrant des gens qui pourraient lui dire que tout était normal, que seuls ses yeux lui jouaient un tour.

          Bientôt, les pimpantes maisons du village furent devant lui; la rue, tapissée d'herbe verdoyante, était déserte.

Terreur à Rovaniemi

          Ohé ! Il y a quelqu'un ?

          Personne ne répondit. Mais où sont-ils donc ? se dit-il, tandis qu'une angoisse sourde le gagnait peu à peu. 

          Allons au port, là-bas je verrai sûrement quelques pêcheurs; mais le port était désert.

Terreur à Rovaniemi

          Se pourrait-il, se dit le Père Noël, qu'il n'y ait eu aucun enfant sage sur terre cette année, et que cela ait détruit la magie de Noêl ? Pourtant, ses lutins espions ne lui avaient rien signalé d'alarmant à ce sujet !!!

          De plus en plus inquiet, il se demandait si son grand âge, finalement, n'altérait pas ses facultés. Un long frisson le parcourut. Puis, il arriva sur la place centrale du village, et là.........un énorme Troll à trois têtes se tenait, bien campé sur ses immenses pieds plats.

          Les maléfiques yeux jaunes de la première tête se posèrent sur lui......et il comprit. 

Terreur à Rovaniemi

          Les Trolls, ces créatures malfaisantes, avaient pris possession de Rovaniemi. Depuis la nuit des temps ils détestaient Noël, le Père Noël, l'esprit de Noël qui envahissait la Terre, et rendait, pour un temps, les hommes meilleurs. C'étaient eux les responsables de cette anomalie temporelle.

          Alors, le Père Noël tourna les talons, et vite, repartit chez lui pour tout dire à la Mère Noël. Celle-ci était magicienne et saurait que faire pour contrer ces maudites créatures.

Terreur à Rovaniemi

          Ne t'en fais pas dit-elle, demain matin tout sera rentré dans l'ordre, et elle alla s'enfermer dans son cabinet secret.

          Rasséréné, le Père Noël alla, comme chaque soir, admirer le coucher de soleil sur la mer glacée du Grand Nord.

Terreur à Rovaniemi

          Et le lendemain matin...........tout était redevenu normal. Heureux, le Père Noël sortit dans la neige pour aller chercher ses rennes.

Wikipedia

Wikipedia

          Il allait partir en tournée. L'allégresse allait, pour un temps, prendre possession du monde des Hommes. L'air éclaterait de la joie des enfants, tous sages bien sûr.

          La magie de Noël était sauvée. Et l'on pouvait être sûr que, sa tournée terminée, c'est un :

                   Au revoir, A l'année prochaine !

          Que nous dirait le Père Noël.

Terreur à Rovaniemi

Merci à Joel et Marie-Josée qui m'ont confié des photos de leur voyage au Cap Nord..... en été, ce qui m'a obligée à torturer mon imagination !!!

Voir les commentaires

2019-12-22T06:17:00+01:00

La pensée du dimanche - Les lois.

Publié par divagations-et-balades

          Cet homme m'était parfaitement inconnu jusqu'à ce que je vois sur la première page d'un de mes journaux favoris, une phrase qu'il a prononcée, je ne sais quand, ni où, mais sans doute en Colombie où il est né en mille neuf cent treize.

Wikipédia

Wikipédia

          Il avait mal commencé sa vie, car, en raison d'une grave pneumonie dans son enfance, il a du rester alité pendant deux ans. Bien sûr, il n'alla pas à l'école, mais fut enseigné par des précepteurs auprès de qui il développa une vraie passion pour la littérature classique.

          Quelques années plus tard, il se brisa les hanches au cours d'un match de polo.

          Il s'essaya à l'écriture, mais sa première oeuvre " Notas " ne fut éditée qu'à un petit nombre d'exemplaires, pour en faire des cadeaux. Son deuxième ouvrage " Textos ", refléta, dans un langage très recherché et très métaphorique, les concepts de base de son anthropologie philosophique et de sa philosophie de l'Histoire.

          Il tenta de construire un mélange réactionnaire   mais qui se révéla incapable de rendre compte de la réalité.

          On lui offrit des postes de prestige : Premier Conseiller du Président colombien....Ambassadeur à Londres.....mais il refusa toujours une quelconque fonction politique.

          On lui prête ces paroles très pertinentes et qui me paraissent assez d'actualité :

          " Les sociétés mourantes accumulent les lois comme les hommes mourants accumulent les remède ".

      Il me semble que depuis quelques années, c'est un genre d'exercice auquel nos gouvernements successifs s'adonnent avec une certaine complaisance.Pour masquer leur incompétence?                                                                                                                  

Voir les commentaires

2019-12-16T18:48:28+01:00

Déflagration

Publié par divagations-et-balades

          C'est celle que j'avais provoquée en racontant cette histoire, alors que l'on attendait un exposé médical. J'ai travaillé quelque temps dans l'industrie pharmaceutique, avant de la quitter avec fracas un lundi matin, en disant "trouvez quelqu'un d'autre pour la conférence à Toulouse ce soir, je démissionne". On voulait que je dise des choses sur lesquelles je n'étais pas d'accord, et c'est comme ça que j'ai eu 8 mois de galère, obligée de quitter mon appartement, vendre ma voiture etc...

          Mais là n'est pas la question; avec mes quatre confrères, on nous avait emmenés faire un stage à Viroflay, dans une entreprise qui apprenait aux hommes politiques et autres acteurs à bien manager un discours en public. A la fin du stage, le ....professeur avait demandé un volontaire pour faire une conférence. Mutité totale des confrères, alors je me suis portée volontaire. J'avais jusqu'au lendemain pour préparer mon sujet. Et à la stupeur générale et l'ire du directeur médical, voici ce que j'ai raconté :

          " Je voudrais vous raconter une histoire, une histoire simple de vie et de mort, avec peut-être quelque chose en plus, le filigrane d'une condamnation.

          Il y a bien longtemps, dans les terres de feu et de glace de l'Arizona, vivait un étrange peuple. Il habitait dans d'inaccessibles demeures creusées à même la montagne, pour se protéger d'animaux immenses et féroces, et peut-être aussi d'ennemis inconnus.

Déflagration

          Ceci dura bien des années, et, brusquement, en l'espace de quelques lunes, ce peuple disparut. Tout le monde partit, et personne, jamais, n'a su pourquoi, ni pour où. Ces hommes ont laissé, gravés dans la pierre, des messages que personne, jamais, n'a su déchiffrer. Ils étaient sans doute les premiers Américains, ceux que les Indiens actuels appellent Les Grands Ancêtres.

          Ils se nommaient Les Anasasis.

         Bien des années après, d'autres hommes surgirent et occupèrent les grandes plaines et les montagnes de l'ouest. Etaient-ils la résurrection des premiers ? Ils ressemblaient à leur terre, rouges, comme elle, farouches et plein de chaleur, comme elle, et faisant comme elle, jaillir vers le ciel et l'Esprit qui l'habite, des élans venus du plus profond d'eux-mêmes.

Déflagration

          Pendant des siècles, ils vécurent libres dans ces vastes territoires qu'ils s'étaient partagés. Puis, se levèrent les jours du mal et survint l'homme blanc et son besoin de conquête, conquête des terres, mais aussi conquête des âmes.

          Ils enfermaient leur dieu dans d'orgueilleuses demeures et voulurent obliger le Grand Esprit à s'incliner devant un dieu étranger, car personne ne savait que c'était le même.

          Les flèches ne pouvaient pas grand'chose contre les boulets, et l'attrait des richesses indiennes était trop puissant.

          Le temps passa. Puis, d'autres hommes vinrent des rives orientales. Ils avaient entendu parler de l'or des eldorados de l'ouest. Alors, ils attelèrent leurs chevaux, chargèrent leurs chariots, et commencèrent à disputer aux Indiens, leurs terres et leur subsistance.

          Souvent, le voyage tournait court, et il ne restait de leurs espoirs et de leur ambition, qu'un chariot, abandonné au temps.

          Mais il en vint d'autres, et d'autres encore. Ils construisirent des forts, puis des villes.

Déflagration

          Alors s'éleva le chant des guerres indiennes et il exprimait cette folie messianique qu'eurent les Hommes Rouges désespérés de la fin du XIXème siècle . Mais il n'était que le rêve d'un peuple mort dans la neige ensanglantée de Wounded Knee au soir tragique du vingt neuf décembre mille huit cent quatre vingt dix.

          Maintenant que reste-t'il de ces fiers guerriers, de ces braves aux longues chevelures qui galopaient dans le grand vent de liberté de la prairie ? Le petit-fils de Géronimo pose pour les touristes à Old Tucson, paré des plumes dérisoires des sachems disparus. Les Navajos cachent leurs hogans au fond fertile des canyons brûlés du désert,

Déflagration

et leurs femmes gardent de maigres troupeaux, ou vendent des colliers de turquoise sur les trottoirs du vieil Albuquerque.

          Mais peut-on tuer à jamais l'âme d'un peuple ? Les bisons sont-ils seuls à garder, à l'arrière de leur front têtu et résigné, la nostalgie des équipées sauvages et du temps de la liberté ? Non, l'âme indienne n'est pas morte, tous les ans, les tribus se rassemblent pour revivre l'ancienne civilisation, même si ce rassemblement a pour témoins curieux et seulement préoccupés de folklore, les descendants de ces Hommes Blancs qui les dépouillèrent.

          Et, si certain soir du mois d'août, aux confins des terres rouges de l'ouest, on peut entendre encore le chant de la Princesse Cheyenne, il ne cache pas que résonne encore sur Harney Peak, la prière désespérée d'un vieil Indien qui pleurait dans la bruine et qui criait aux Grands Pères de l'Univers : " Vous me voyez là, un homme pitoyable, écrasé, et qui n'a rien fait."

          Ce vieil homme, c'était Elan Noir, petit cousin de Crazy Horse, et dernier survivant de Wounded Knee.

Cette photo de l'authentique Elan Noir est tiré du livre "Elan Noir, mémoires d'un Sioux" de J. Neidhart

Cette photo de l'authentique Elan Noir est tiré du livre "Elan Noir, mémoires d'un Sioux" de J. Neidhart

Voir les commentaires

2019-12-14T10:53:35+01:00

Escapade à Caylus

Publié par divagations-et-balades

          Il se peut que j'en ai déjà parlé, mais j'aime beaucoup ces villages du Tarn & Garonne campés sur des collines. Ainsi est Caylus.

          Tout à coup, il apparut, étalé paresseusement devant moi, dans son écrin de verdure, protégé par son château, que l'on devine à peine, à gauche sur la photo.

Escapade à Caylus

          Bien sûr j'allais y faire un tour, malgré le peu de temps dont je disposais, car j'étais attendue pour déjeuner chez mon ami d'enfance, un peu plus loin dans le Lot, et venant de Montpellier, j'avais pris le chemin des écoliers.

          Je passais la porte et, entrais dans l'Histoire.

Escapade à Caylus

          Celle de Caylus a été très tourmentée : sièges......guerres.....incendies.....peste noire......Rien, apparemment, ne lui fut épargné.

          Assiégée deux fois par Simon de Monfort, qui pour s'amuser sans doute, l'incendia entre les deux. Ceci en mille deux cent onze et mille deux cent douze.

          Quinze ans plus tard, le comte de Toulouse y installa les Templiers. Mais c'était sans compter avec l'appétit du roi de France, qui, en mille deux cent soixante dix, annexa le Comté de Toulouse, et donc Caylus, au domaine royal.

          Evidemment, la ville connut la Guerre de Cent Ans, puis, la peste noire qui tua un tiers de la population.

Escapade à Caylus

          Puis, il y eut les Guerres de religion. En mille cinq cent soixante deux, les troupes calvinistes du sire de Duras s'emparèrent de la ville et en profitèrent pour massacrer deux cent cinquante habitants.

          Caylus adhéra au parti catholique de la Ligue, et Louis XIII y établit son quartier général pendant le siège de Saint Antonin.

          Jamais Caylus ne se releva des Guerres de religion.

          En arpentant ces vieilles rues, bordées de maisons médiévales, j'imaginais entendre le cliquetis des armes.

Escapade à Caylus
Escapade à Caylus

          Il existe une légende attachée à la construction de l'église Notre-Dame-de-Livron : celle d'un dragon délivré par le chevalier de Lagardelle, avec l'aide miraculeuse de la Vierge.

          Lagardelle.....Lagardère......Mais oui, on peut faire le rapprochement car, il parait que Paul Féval se soit bien inspiré de ce chevalier pour ce personnage de Lagardère dans son célèbre roman, Le Bossu.

Bon, je file avant d'être en retard. A plus tard.

Voir les commentaires

2019-12-11T19:32:43+01:00

Saint Christophe - Par Cyril G : La Porte du Bonheur

Publié par divagations-et-balades

          

L'Église catholique utilise certaines médailles porte-bonheur comme une forme de protection religieuse. Celles-ci représentent souvent l'un des nombreux saints vénérés. La médaille de Saint-Christophe en est la plus célèbre. Ce porte-bonheur est l'un des plus utilisés au monde, en raison de l’importance que lui donnent les catholiques.

 

Quiconque porte une médaille Saint-Christophe serait protégé lors de ses voyages et déplacements. Pour cette raison, beaucoup de globe-trotteur portent de tels pendentifs porte-bonheur autour de leur cou ou à leurs poignets. Certains en accrochent même au rétroviseur de leur voiture !

 

 

 

Qui est Saint Christophe?

 

Alors que des historiens débattent de sa véritable existence, nous pouvons tous admettre que la légende de Saint Christophe nous raconte une histoire vraiment incroyable. À ce jour, il est vénéré comme étant l'un des quatorze « saints auxiliaires ».

Saint Christophe, à l'origine connu sous le nom d’Offerus (ou peut-être Reprobus), est né d'un roi païen.

Le petit enfant qu’il était a grandi pour devenir un homme fort et vigoureux, qui jura de ne servir que les plus puissants. Après avoir découvert que le roi n'était pas aussi courageux qu'il le prétendait, celui qui allait devenir Saint-Christophe décida de se mettre à son compte, pour tenter de découvrir sa vocation.

Au cours de ses voyages, il tomba sur un ermite, qui lui aurait conseillé de suivre le chemin du Christ, et puis qui le baptisa.

C’est à ce moment que Reprobus décida de changer son nom pour Christophe et, se faisant, jura allégeance à Dieu.

Pour mieux le servir, Christophe promit de transporter tous ceux qui auraient besoin d'aide à travers une rivière particulièrement dangereuse.

Un jour, il porta à travers le cours d’eau un enfant qui, après avoir atteint l’autre rive, lui révéla être en réalité le Christ.

Pour prouver ses dires Christ, l'enfant ordonna à Christopher d'enfoncer son bâton porte-bonheur préféré dans le sol. À son retour le lendemain, le bois de bois était devenu un arbre plein de fruits.

Bien que ce fait absolument extraordinaire ait séduit de nombreuses personnes, il irrita le roi.

Saint-Christophe fut alors emprisonné, pour finalement être décapité.

Depuis lors, il est honoré par l’Eglise catholique comme un martyr mort pour son honnêteté et sa loyauté.

Saint Christophe - Par Cyril G : La Porte du Bonheur

          

De quoi Saint Christophe vous protège-t-il ?

 

Bien que de nombreuses personnes portent des médailles porte-bonheur dans leur vie quotidienne, d'autres les utilisent uniquement pour de longs périples. En effet, Saint-Christophe est connu pour être le saint patron des voyageurs.

Ceux qui portent la médaille de Saint-Christophe lui rendent en fait hommage et espèrent ainsi recevoir sa protection.

Non seulement les gens portent des médailles, mais des statues sont également placées devant les maisons, dans les églises et sur les ponts.

En plus d’être un porte-bonheur associé aux voyages, la médaille de Saint Christophe est censé protéger les gens contre l'épilepsie, la foudre, les tempêtes, la peste et les inondations.

De nombreux soldats rendent également hommage à Saint Christophe en portant ce porte-bonheur. En tant que l'un des quatorze saints assistants, cette médaille porte en elle la promesse d’une bonne santé, et d’un bonheur certain.

Que l’on soit religieux ou non, que l’on croit au pouvoir des porte-bonheur ou non… Il y a un fait qui reste indéniable : les médailles de Saint-Christophe apportent réconfort et confiance à d'innombrables catholiques du monde entier. Avec ce porte-bonheur autour du cou ou dans leur voiture, les gens se sentent protégés de nombreux dangers.

          

Eh bien c’est sans doute là le principal !

Ces médailles sont donc un choix évident pour tous ceux qui recherchent un porte-bonheur religieux qui leur rappellera quotidiennement la beauté et l'importance d'une foi solide.

Si cet article vous a plu, peut-être aimeriez-vous découvrir une sélection de porte-bonheur originaux.

 

Voir les commentaires

2019-12-11T13:51:15+01:00

Nouveauté

Publié par divagations-et-balades

          Bonjour à tous

          Il va y avoir une nouveauté sur le blog : de temps en temps, vous y trouverez des articles qui ne seront pas de moi, mais provenant d' un autre blog très intéressant qui parlera d'histoire et de spiritualité.

          Ainsi, allez-vous pouvoir lire très vite un article qui vous apprendra tout, ou presque, sur St Christophe.

          Alors à très vite....

          Mes amitiés à tous et......rêvez un peu en ces temps troublés

Nouveauté

Voir les commentaires

2019-12-08T06:22:00+01:00

Le convoi n° 12

Publié par divagations-et-balades

          Les Allemands, pour moi, sont le peuple maudit, et je me suis souvent demandée ce que j'éprouverais si j'étais née allemande. Je ne peux pas y répondre.

          Evidemment, j'ai tendance à dire : une formidable honte. Mais.....Est-ce bien sûr ?

          Madame Merkel vient d'aller à Auschwitz,

Photo Sud-Ouest

Photo Sud-Ouest

          Je dois dire qu'elle a prononcé des paroles fortes :

          " Se souvenir des crimes, nommer leurs auteurs et rendre aux victimes un hommage digne, c'est une responsabilité qui ne s'arrête jamais. Etre conscient de cette responsabilité est une part de notre identité nationale".

          Oui, Auschwitz a été créé et administré par les Allemands. Pour moi, c'est une tâche indélébile.

          En 2008, Madame Merkel s'est rendu en Israël, et, à la Knesset et surtout à Yad Vashem, elle avait exprimé la honte du peuple allemand.

Le convoi n° 12

          Merci Madame, si vous éprouvez vraiment cette honte, mais, je crains que parmi vos compatriotes, tous ne pensent pas de la même façon.

          L'antisémitisme monte dans votre pays, entre autres, et même chez nous, et il m'arrive de m'en apercevoir "en direct". De plus, certains allemands ne supportent plus la repentance,

          Tout cela éveille en moi un écho : le convoi n° 12 , par lequel au mois de janvier 1944, une partie de ma famille, et particulièrement ma grand-mère paternelle, sont parties pour ne jamais revenir.

          Et quand à la fin de la guerre, j'ai vu revenir ce monsieur qui était mon père, et vu couler lentement une larme sur sa joue quand il a appris que sa mère n'était pas revenue, mon amour pour lui a envahi, pour ne plus le quitter, le coeur de la petite fille que j'étais.

          Mon père a cherché sa mère jusque dans les années soixante. Ce n'est qu'après sa mort que nous avons su que tous les " voyageurs " du convoi n° 12, avaient été gazés dès leur arrivée en ce lieu maudit.

          Alors, Madame Merkel, merci d'avoir pensé à tous ceux dont la vie s'est arrêtée dans ces camps de par le bon plaisir de vos compatriotes, mais je crains que vous ne soyez un peu seule en Germanie.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog