Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2021-04-29T08:48:59+02:00

Désert ? Vraiment ?

Publié par divagations-et-balades

          J'aime les déserts, ils m'ont toujours fascinée.

          Le premier que j'ai connu est le Sahara, (pour moi le plus beau), d'abord par la géographie, puis les lectures, et enfin, j'y suis allée. La première fois par l'Algérie, au début des années soixante, un peu avant l'indépendance, quand je faisais fonction d'interne, (FFI), à l'hôpital de Beni Messous, non loin de la forêt de Baïnem ( brûlée), au sud d'Alger.

          Ghardaïa, la mystérieuse mozabite, en fut pour moi la porte. Cette ville me faisait rêver, sans doute à cause de la légende qui explique sa fondation :

     * Une belle jeune fille du nom de Daïa, vivait seule dans une grotte, ghar, en arabe. Un jour, un beau et noble jeune homme passant par là, aperçut la jolie Daïa et, instantanément, en tomba amoureux. La belle, elle aussi, fut séduite par ce bel inconnu. Comme dans les contes de fées, ils se marièrent, eurent sans doute beaucoup d'enfants pour peupler la ville qu'ils venaient de fonder : Ghardaïa, la grotte de Daïa.

          

Désert ? Vraiment ?

          De là, on prend la piste d' In-Salah, et le désert va s'offrir à nos yeux. Ma première impression fut ces dromadaires, immobiles, apparemment seuls dans cette immensité figée, dont j'imaginais le regard perdu dans l'infini qui se profile devant eux, alors qu'apparaissent au loin, les premiers ergs.

Désert ? Vraiment ?

          Mais alors...le désert n'est pas si désert ! Des animaux y vivent, et, à part les dromadaires, pour qui j'ai une tendresse particulière, pas forcément des plus sympathiques, comme par exemple, cette charmante vipère à cornes que je suis ravie de ne pas avoir rencontré personnellement.

Désert ? Vraiment ?

          Par contre, les scorpions.......et je ne parle pas du petit scorpion noir à queue jaune que l'on trouve à Bordeaux.

          Mais le désert peut présenter un visage plus souriant. Je me souviens d'une vieille dame rencontrée à Alger, et qui me disait avoir vu, dans sa jeunesse, fleurir le désert. Je l'enviais beaucoup.

          Et un jour, le miracle s'est produit, normal, j'étais dans le désert de Judée, Oh non, je n'ai pas vu comme elle, le désert fleurir, mais l'ami israélien qui me servait de guide, m'a montré quatre fleurs qui m'ont époustouflée car je pensais qu'on ne les trouvait que dans les jardins. Ma photo, trop abimée et en noir et blanc, est remplacée par celle-ci, qui n'est pas de moi.

Désert ? Vraiment ?

          Quatre iris violets, couleur de la méditation. Car, en réalité, le désert c'est cet infini du ciel et de la terre, où l'on finit par se retrouver seul avec soi-même dans une interrogation sans réponse. Un univers métaphysique qui transcende ou écrase.

          Je me souviens y avoir un jour traîné une amie. J'avais réussi, je ne sais comment, à lui faire accepter une balade de trois jours dans le Grand Erg Oriental.........à dos de dromadaire. Elle avait mis longtemps à me pardonner. Ah ! les Parisiennes !

         De suite elle avait ressenti de l'angoisse. Cette immensité, cet infini du ciel, lui avaient procuré un malaise réel. Elle s'était sentie écrasée..........et avait gâché mon plaisir !

          Et moi qui lui avais vanté cette expansion du moi, cette impression de participer à l'univers entier, de toucher du doigt la Création et de vivre le premier matin du monde!!!!

          Comment ne captait-elle pas ces vibrations des caravanes disparues, celles des méditations des hommes du désert, au pas lent de leurs dromadaires, qui flottaient dans cet air surchauffé de la journée saharienne ? ( mais la nuit......brrr.....ce que j'ai eu froid !)

          Illusion peut-être, mais pour moi, le désert appelle à la transcendance, à cette spiritualité qui n'habitent plus notre civilisation agonisante. Le Judaïsme et l'Islam ne sont-ils pas nés dans le désert ? Le désert incite à l'introspection, à la recherche de soi ou de ce jumeau qui, tel celui de Mani, n'est en réalité que la part de lumière que chacun a en soi, et qu'on a laissé s'éteindre parce qu'on ne sait plus l'écouter dans notre vertige de démiurges qui ont remplacé l'idée, vraie ou fausse qu'importe, de D.ieu par la technologie.

          Allez, je reviens sur terre et vais courir avec mon chien. Mais........si les dromadaires me donnaient raison ! Je pense à celui-ci, debout, immobile, le regard perdu dans un horizon où le ciel et la terre se noient ensemble. N'est-il pas en train de méditer ? Sur la folie des hommes peut-être ?

Désert ? Vraiment ?

Voir les commentaires

2021-04-26T10:01:01+02:00

Erreur doublon

Publié par divagations-et-balades

          Désolée d'avoir envoyé " Glissade " une seconde fois. J'avais fait une bêtise qui l'avait fait disparaitre de la liste des articles et c'était le seul moyen que je connaissais pour l'y remettre;

 

Erreur doublon

Voir les commentaires

2021-04-24T11:02:02+02:00

Glissade

Publié par divagations-et-balades

          Parfois, je me demande si tout est normal dans la tête des humains, et jusqu'où nous allons descendre en matière de bêtise.

          Hier, alors que je roulais vers la ferme comme chaque semaine, j'écoutais Sud Radio, et, tout à coup, j'ai entendu une chose ahurissante, qui a d'abord déclenché mon rire, car je croyais que c'était une blague, mais non, cela venait de la très sérieuse revue " Psychologie " d'après ce qu'en disait le commentateur.

          Depuis quelque temps, on a l'habitude des néologismes et des nouvelles façons de s'exprimer, mais là !!!!!!

          Bon, je ne vais pas faire languir plus longtemps; tenez-vous bien : 

     On ne doit plus dire homme ou femme, mais.....personne pourvue d'une verge ou personne pourvue d'une vulve !!!!

          " Oh ! Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites ! "

          Alors, après le présenciel opposé au distanciel, l'écriture inclusive etc......voilà que le " genré " lui aussi se distingue.

          Mais qu'a donc fait notre belle langue française pour mériter ça ? Une civilisation meurt quand sa langue s'abâtardit et s'effondre.

          Et puis j'ai compris, grâce à un livre dont le titre est revenu me titiller l'esprit, et, de retour à la maison, je suis allée farfouiller dans les bibliothèques et je l'ai retrouvé. Vous allez voir, il explique tout :

 

 

 

Glissade

          Mais oui, c'est cela, ce monde est devenu fou et perd son humanité.

          Depuis la " crise " du virus globe trotteur, mais poli, car il prévient toujours de ses absences et de ses retours, il semble que plus rien ne compte sauf la vie réduite à son aspect biologique.

          Voudrait-on exorciser la mort ? Avons-nous oublié cet adage de l'antique sagesse :

                              Qui donne la vie, donne la mort,

      Tant elles sont indissociables ?

         Réduire l'Etre humain à sa seule dimension biologique, n'est-ce pas le renvoyer à la condition animale ? Et encore !!! Quand je vois vivre mon chien, quand je le vois s'arrêter à un carrefour, regarder à droite et à gauche pour décider de la direction à prendre, quand je vois ses provocations pour que je joue avec lui, et l'affection inconditionnelle dont il est capable, je ne suis pas sûre que sa part d'humanité ne soit supérieure à celle de bien des dits humains dont la sauvagerie vient encore de s'exprimer à l'encontre d'une policière.

          Michel Onfray pense qu'il faut regarder mourir notre civilisation avec élégance.

          Alors quoi ! Pas même le sursaut pré mortem ?

 

Désolée de renvoyer cet article pour la 2ème fois. J'ai fait une bêtise et il a disparu de la liste. Pour qu'il y revienne je n'ai que la solution de le publier à nouveau en espérant que ça va marcher.

 

Voir les commentaires

2021-04-21T09:10:48+02:00

L'honneur d'un pin

Publié par divagations-et-balades

          Dans notre jardin, deux grands pins se dressent pour le plaisir de nos yeux.

          Le plus grand, au fond du jardin, rêve d'atteindre le ciel avec ses deux troncs jumeaux.

L'honneur d'un pin

          Il est droit, fier et très haut, loin de toute allée.

          Le second, beaucoup plus près de la maison, a un tronc biscornu, mis à mal par une ancienne tempête. Il est de la race maritime, la plus fréquente dans la région. Il penche, croit-on dangereusement, mais non, pas de risque, c'est vérifié.

L'honneur d'un pin

          Une de ses branches principales surplombe l'allée qui va de la terrasse au fond du jardin, et, comme tous les ans, elle est chargée de jeunes pignes.

L'honneur d'un pin

          Ces pignes évidemment grandissent, et comme toutes les pignes, quittent un jour le port d'attache et dégringolent de l'arbre.

L'honneur d'un pin

          Et que croyez-vous qu'il se passe ?

          J'en entends déjà : " Elle, ou quelqu'un de sa famille, a du en recevoir plus d'une sur la tête ", avec le petit rire ironique qui l'accompagne.

          Eh bien......NON !

          Alors que ce pin était tout jeune, et nous aussi, nous avions signé un pacte avec lui : Jamais on ne le blesserait, ni, à fortiori, le ferions mourir, lui, en échange, ne ferait jamais choir une pigne sur aucune de nos têtes.

          ET il a tenu parole. Depuis toutes ces années, jamais une pigne n'est tombée au moment où l'on se trouvait sous l'arbre. Avant, après, jamais pendant !

          Comme quoi, les pins ont le sens de l'honneur et de la parole donnée.

          Et merci à lui pour toutes ces bosses évitées !

Voir les commentaires

2021-04-18T05:15:00+02:00

La pensée du dimanche. 18/04/2021

Publié par divagations-et-balades

          L'homme dont je vais parler aujourd'hui, et à qui je vais voler une pensée, est tout à fait du genre que j'aime : individualiste, critique, un tantinet subversif et classé irrécupérable par Sartre qui, pour une fois, ne se trompait pas.

          Bref, un homme politiquement incorrect et par là, ayant toutes les qualités pour faire un bon journaliste, ce que d'ailleurs il était : Octave Mirbeau.

La pensée du dimanche. 18/04/2021

          Il a écrit des chroniques dans plusieurs journaux, passant du journal bonapartiste au monarchique, puis, pendant quatre ans, il fut rédacteur en chef d'un hebdomadaire " Les Grimaces " qui était un peu n'importe quoi, y compris antisémite, ce pourquoi il allait faire son auto-critique dans le journal " La France " un an après la disparition des Grimaces, dont la couverture écarlate convenait bien à son contenu.

La pensée du dimanche. 18/04/2021

          Mirbeau excellait à faire grimacer ceux qu'aujourd'hui, nous appelons les élites, en démasquant leurs turpitudes et scandales.

          Après cet épisode........grimaçant, il va engager de grands combats éthiques et politiques qui feront de lui un imprécateur et un justicier redouté.

          C'est sans doute de cette partie de sa vie que provient la phrase que je livre à la méditation du jour, en espérant que, peut-être, elle sera mise en défaut dans les semaines et mois qui viennent:

     " Rien ne sert de leçon à l'électeur, ni les comédies les plus burlesques, ni les plus sinistres tragédies ".

A bientôt ! 

Voir les commentaires

2021-04-13T08:36:26+02:00

La flûte de Pan

Publié par divagations-et-balades

          Pan est un dieu un peu spécial, toujours de bonne humeur, il adore chanter, danser, s'amuser et........

La flûte de Pan

............apparaître brusquement, la nuit, devant bêtes et gens, engendrant chez eux une peur irraisonnée.......la panique.

          Dieu des bergers et des troupeaux, il était aussi dieu des chasseurs, mais pour ce sacripant de Pan, la chasse se résumait surtout à courir après les nymphes.

          C'est ainsi qu'un jour, une fois de plus, il tomba amoureux d'une jolie nymphe qui passait par là. Celle-ci, épouvantée par la réputation de Pan, s'enfuit dans les bois. Mais pouvait-elle rivaliser à la course avec un dieu aux pieds de chèvre ?

          Il allait la rattraper, c'était sûr, alors pour lui échapper, elle se métamorphosa en roseau. Mais voilà qu' Eole, curieux comme toujours, se leva  pour venir voir ce qui se passait, et, sans le faire exprès, fit chanter le roseau.

          Oubliant la nymphe, Pan découpa le roseau en sept parties d'inégales longueurs, et les attacha ensemble. Il venait de créer un nouvel instrument de musique qu'il nomma " syringa " en gage de reconnaissance envers la nymphe dont c'était le nom.

          Il est maintenant plus connu sous le nom de Flûte de Pan. D'autant plus qu'en grec ancien, syringe signifie......flûte.

          A cause de la couleur de ses fleurs, ce roseau porte un nom d'origine persane signifiant  mauve  :" lilak ", dont nous avons fait : lilas. 

          

          

La flûte de Pan

          Le lilas fit son entrée en Europe, grâce à Soliman le Magnifique, qui, au XVIème siècle, l'offrit en cadeau à quelque ambassadeur féru de botanique. Il connut de suite un immense succès.

          La marquise de Pompadour, parait-il, en raffolait, et les parfumeurs du temps rivalisaient, à qui en ferait onguents et parfums les plus suaves.

La flûte de Pan

          Quand j'étais petite, je pensais que c'était un parfum de vieille dame. Je crois que c'était le parfum de la vieille grand-tante de ma mère, morte la veille de son centième anniversaire.

          Dans l' Antiquité, le lilas symbolisait la maternité. En Perse, offrir une branche fleurie de lilas n'était pas bon signe, car cela voulait dire : Je ne veux plus de toi.

          Blanc, le lilas représente un amour de jeunesse, mais mauve.......le soupçon s'installe.

          Pour les Anglais, le lilas est une fleur funeste et funèbre; pourtant, il chasserait les fantômes qui aiment bien l' Angleterre et l'Ecosse. mais à condition qu'un bossu le jette par la fenêtre !

          Mais nous, Français, nous pouvons être rassurés car, un lilas dans le jardin protège la maison des mauvais esprits.

          OUF !!! 

Voir les commentaires

2021-04-11T05:26:00+02:00

La pensée du dimanche - 11/04/2021

Publié par divagations-et-balades

          Cet homme, à l'allure très XIXème siècle, se nomme Gustave LE BON.Il est décédé en décembre mille neuf cent trente et un, après un parcours de quatre vingt dix années entre les XIXème et XXème siècles.

Wikipedia

Wikipedia

          Il fut médecin et sociologue, s'intéressant particulièrement à la psychologie des foules, ce qui est d'ailleurs le titre de l'un de ses ouvrages majeurs paru en mille huit cent quatre vingt quinze.

          Visionnaire, il pensait que la période dans laquelle il vivait, marquait un tournant : celui de l'entrée dans l'ère des foules, dont la voix enverrait aux oubliettes de l'Histoire, celles des traditions politiques, des souverains et de leurs rivalités.

          Cet ouvrage valut à Le Bon, les félicitations de.......Mussolini. En fut'il flatté ? Je ne sais pas. Mais......Mussolini était peut-être séduit par le fait que Le Bon pensait que les foules pouvaient être facilement manipulées. C'est d'ailleurs une pensée qui va dans ce sens que j'offre à la méditation, tant elle est intemporelle et peut s'appliquer à notre période actuelle :

     " Ce n'est pas le besoin de liberté mais celui de la servitude qui domine l'âme des foules.Les foules ont une telle soif d'obéir qu'elles se soumettent d'instinct à qui se déclare leur maître ".

Voir les commentaires

2021-04-06T08:10:44+02:00

Parade de Printemps

Publié par divagations-et-balades

          A son tour, le tulipier a du laisser la place. D'autres arbres et arbustes se sont parés avec orgueil, de chatoyantes couleurs.

          Les camélias, déjà, ont perdu leur splendeur initiale; comme chaque année, ils sont montés à l'assaut du toit.

Parade de Printemps

          Fin février, ils étaient au sommet de leur superbe, sous un ciel plus pâle.

Parade de Printemps

          Comment lui résister ? Je comprend la " Dame aux...." cette coquine pour qui leur couleur était un code !

Parade de Printemps

          Jaloux, les arbres qui ne fleurissent pas, se parent de feuilles rouges.

Parade de Printemps

          Mais comment lutter contre la délicatesse des fleurs de pommier ? Qu'il soit du Japon,

Parade de Printemps

          Ou prometteur de futurs fruits ?

Parade de Printemps

          Et, il y a celui qui se prend pour le roi, et il est vrai qu'il est magnifique.

Parade de Printemps

          Ces deux vers de Hermann Hesse, ne s'appliquent-ils pas à lui ?

             Lumineuse écume de roses

            Sur l'azur où la nue s'enfuit

 

Parade de Printemps

          Mais le temps avance vite, déjà, certains amorcent la transition et mêlent fleurs et feuilles naissantes. 

Parade de Printemps

          Alors, quittons-nous, en remerciant ce mage invisible et chenu, qui, inlassable et ponctuel, nous offre chaque année cette parade colorée.

Voir les commentaires

2021-04-03T08:16:28+02:00

L'homme qui murmurait à l'"oreille du virus

Publié par divagations-et-balades

          Pour être un homme politique de haut niveau, il faut un certain nombre de qualités ou d'aptitudes hors du commun.

          Quoi de plus banal que de murmurer à l'oreille des  chevaux !!! Mais......murmurer à l'oreille d'un virus est une toute autre affaire.

          Et pourtant, notre président en est capable, c'est d'ailleurs pour cela qu'il est président.

          Or donc, nul ne peut nier qu'il existe une relation étroite entre notre président et Monsieur Li-Corona-Tsé, vous savez....le virus chinois.

          Je ne sais pas comment fait notre président, (c'est pour cela que je ne le suis pas à sa place ), mais le sieur virus semble lui obéir sans discussion.

          Ainsi, Monsieur Li accepte de se mettre en sommeil pendant tout le week-end de Pâques pour que notre président puisse faire cadeau à son peuple d'un sursis de liberté pendant trois jours.

          Mais attention, il faudra être rentré chez soi lundi soir, car, Monsieur Li en bon chinois discipliné, se réveillera, sortira et se mettra en chasse afin, avec sa malveillance naturelle, de contaminer le maximum d'humains.

         Mais n'est-il pas fabuleux de maîtriser quelque chose d'aussi volatil qu'un virus couronné ?

         Et moi, avec ma confiance béate dans mes cours de médecine, je croyais que les virus étaient détruits par la chaleur, et que c'était pour cela qu'il fallait respecter, (jusqu'à un certain point quand même), la fièvre, première défense de notre organisme quand le mur de notre rempart immunitaire naturel arrivait à tomber.

          Et moi qui croyais bêtement que si nos défenses naturelles ne suffisaient pas on avait les médicaments qu'il fallait pour détruire ce virus, somme toute beaucoup moins létal que certains autres d'un passé pas si lointain.  

          Et moi qui croyais le Pr Montagnier disant que cette vaccination risquait de favoriser l'apparition de virus variants très méchants ou de recombinants encore plus vicieux.

          Mais non, rien de tout cela, il suffit de lui demander gentiment, ou de lui intimer l'ordre, de ne pas se manifester à certains moments pour qu'il obtempère sans protester.

          Ou alors ........mais non, je n'ose y penser, ce virus fait ce qu'il veut et c'est, tel à un James Bond 007, un permis de tuer qui lui est donné pendant trois jours !!!! 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog