Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-12-23T05:44:00+01:00

La vie en raccourci

Publié par divagations-et-balades

 

          Notre amie Passion a lancé son jeu de mots. Je ne savais pas trop quoi dire, et si j' en aurais le temps. Et puis, ce matin, je me suis réveillée, sortant d' un rêve doux amer, où je l' ai retrouvé, un de ces rendez-vous nocturnes, où il sort de ce monde inconnu où nous allons tous, un jour ou l' autre, pour que nous puissions nous revoir dans le monde chimérique du sommeil.

          Tout avait commencé dans cet amphithéâtre de la fac de sciences. Nous étions mille deux cents, tous frais émoulus du lycée, venant étudier la physique, la chimie et la biologie qui devaient nous ouvrir la porte de la fac de médecine.

          Déjà, à notre insu, l' aimant avait fonctionné, nous amenant l' un à côté de l' autre, dans cette multitude. J' appris que j' avais le même prénom que sa mère, et je ne savais pas encore que j' allais devenir, avec elle, l' autre femme de sa vie. Il n' y a eu, entre elle et moi, aucune rivalité, seulement une grande affection réciproque.

          Un jour, il m' a emmené chez ses parents, au milieu des vignes, et pour me présenter, a simplement bafouillé : " c' est.....Elle ".

          Nous aimions les mêmes choses, nous nous ressemblions assez, et étions assez subtilement différents pour que notre entente soit parfaite.

          Nous avions une vie publique, et l' autre, la secrète, celle où s' exprimait cette complicité de l' âme qui n' avait besoin que du seul regard pour se comprendre. Celle du partage et de l' intimité. Les moments précieux qui rendent les êtres si précieux l' un pour l' autre. Et ces grands moments de silence partagé, dans lequel la dimension des sentiments devient immense.

          Et tout a fini, il y aura huit ans dans quelques jours, dans cet hopital, où, atterrée, je me tenais à côté de son lit, nos mains unis dans un silence effrayant, rempli de sanglots muets, car nous savions tous les deux que tout allait s' arrêter là.

          Depuis, je sais qu' il marche sur un chemin parallèle, je sais aussi, que nul n' est vraiment mort tant qu' un vivant pense encore à lui.

          Il était mon âme-soeur.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

nath 03/01/2014 19:34


Je suis revenue lire ton histoire ....c'est très beau oui tu as raison il marche à côté de toi ...  maintenant ça me fait penser à l'histoire de mon pépé et de ma mémé ...60 ans de
bonheur et de complicité et figure toi qu'avant de partir les médecins l'ont ramené quelques instants à la vie ... il a dit avec un sourire comme si il était apaisé à ma mémé " ramène moi chez
nous " ce qu'elle a fait . Je te fais un gros gros bisous et je vais penser à toi .

divagations-et-balades 05/01/2014 20:03



Merci à toi ma copine de foot !



Passion 28/12/2013 15:20


L'Aurore se prépare ... elle apparaîtra au soir du 31 décembre seulement...

divagations-et-balades 28/12/2013 19:37



Un magnifique cadeau! J' en suis ravie pour toi


Bise



Passion 28/12/2013 06:22


Piètre amie que Passion!!! laisser passer un si beau texte... mais pour excuse, tu ne m'en as rien dit et si je ne viens pas faire un tour ce matin pour voir si tout va bien chez ma voisine , je
n'en saurai encore rien....
mais il n'est jamais trop tard pour bien faire ,n'est ce pas???
je vais donc essayer d'ajouter ces merveilleux mots d'amour... à nos histoires/ cadeaux ...et j'espère que tous les lecteurs viendront s'imprégner de ce regard qui est le tien sur la beauté du
sentiment....


Bisous, voisine de l'autre rive et bonne fin d'année


 

divagations-et-balades 28/12/2013 14:41



Merci, mais tu sais je manque de temps pour quelques semaines encore. J' espère que pour toi l' Aurore s' est levée!!!!


Bisous Voisine et passes un heureux temps



aln03 24/12/2013 23:30


Tu viens de faire encore une dure journée.Je suis allée à la messe de minuit, à 19h30 ( eh oui! ) et tu vois  j'ai pensé à toi et à tes écrits .J'espère que demain , tu te reposeras un peu
.Bises


nicole

kas 23/12/2013 20:29


comme ALN, je t'ai lu en retenant mon souffle


et j'éprouve aussi cette certitude de ne pouvoir commenter.


Seulement me taire


et t'embrasser.

divagations-et-balades 24/12/2013 23:05



merci Mr K. C' est étrange comme la peine peut fondre sur toi au moment où on s' y attend le moins.


Bises et bon Noël



Ramon Basagana 23/12/2013 15:55


C'est un texte poignant, où les mots s'imbriquent pour former une extraordinaire gerbe de lumière. Car par-delà ce "silence effrayant, rempli de sanglots muets", percent ces émotions authentiques
qui donnent vie à la vie: l'amour.


Merci pour ce texte, Simone, qui éclaire notre chemin d'un si formidable témoignage.


Hasard? Coïncidence?


Au moment d'ouvrir ce mail j'étais en train de corriger le chapitre qui termine par: 


Tant qu'au fond d'un coeur


Une âme juive pourra vibrer,


alors notre espoir n'est pas mort.


 

divagations-et-balades 24/12/2013 23:02



Qui termine en évoquant la " Hatikva ". Quoi de mieux que l' espérance quand va s' ouvrir une nouvelle année !


Je souhaite qu' elle te soit douce ainsi qu' à ta famille


Amitiés Cher Confrère



aln03 23/12/2013 14:33


Ton texte est sublime .Je ne peux pas commenter ton immense peine .Je ne m'en reconnaîs pas le droit .


Sur ce chemin parallèle , peut-être entends tu une petite voix te dire "T'es folle ", ce magnifique compliment . Mais je peux me tromper de personne .


Moi je t'embrasse trés fort sur ton chemin de la vie .


Nicole

divagations-et-balades 24/12/2013 23:00



Tu ne te trompes pas, c' est moi " la folle ".


Merci Nicole


Bises



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog