Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2012-04-12T07:11:00+02:00

Petit Bonus:un peu d' histoire de Cordes sur Ciel

Publié par divagations-et-balades

link

 

 

          A sa création, au XIIIème siècle, ce village s' appelait Cordea. On pense que c' est en référence à la Cordoue espagnole; ces deux cités partageaient le travail du cuir, et renfermaient, toutes les deux, de nombreux ateliers de tannerie.

          En 1947, une journaliste et romancière, Jeanne Ramel-Cals, eut la chance que je n' ai pas eue. Venant au Printemps, ( ou en Automne ), elle vit le spectacle d' un village émergeant d' une mer de nuages. Il devait sembler suspendu directement au ciel, et elle le dénomma Cordes sur Ciel.

Ce nom est resté, et il a même été officialisé en 1993 par Paul Quilès, alors ministre de l' Intérieur.

          Jamais conquise, malgré les multiples tentatives suscitées par la gourmandise des Français du nord, Cordes devint cependant terre française en 1370, lorsque le Comté de Toulouse fut rattaché à la Couronne de France, aprés la reddition de Raymond VII. Une charte fut alors accordée aux habitants leur permettant de construire des maisons à l' intérieur des remparts.

De magnifiques demeures furent bâties, entre la fin du XIIIème et le début du XVIème siècle dans le plus pur style gothique. C' est grâce à elles que Cordes fut dénommé : la cité aux cent ogives.

          Cordes resta fidèle au Catharisme dont elle fut un des hauts lieux, bien aprés le bûcher de Montségur en 1244. Elle résista même aux assauts des Inquisiteurs jusqu' en 1370, date à laquelle elle finit par se soumettre à l' église romaine.

          Malgré toutes ces vicissitudes, Cordes devint, dès la fin du XIIIème siècle, un important centre de commerce.

          De nos jours, séduits par ce décor extraordinaire, de nombreux artisans et artistes s' y sont installés. Quelques noms célèbres y sont venus. Prosper Mérimée y séjourna. Il était envoyé par Napoleon III qui l' avait chargé d' établir l' inventaire du patrimoine architectural.

Je laisse à Albert Camus, qui visita le village dans les années 1950, le mot de la fin :

                                         " A Cordes, tout est beau, même le regret "

 

Petit cadeau avant de se quitter : le lilas, sous un ciel de giboulées de Mars égarées au mois d' Avril.

P4083673.JPG

A bientôt pour une autre balade.........je ne sais encore où.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog