Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-07-07T18:51:00+02:00

La merveille de Djerba

Publié par divagations-et-balades

          Djerba la Douce, l'île où le désert flirte avec la mer, recèle un trésor.

La merveille de Djerba

          Pour le dénicher, il faut abandonner la douceur du sable et la tiédeur de la mer, et aller au-delà de Houmt Souk, la capitale, dans le petit quartier de Hara Sghira, qui porte bien son nom.......ou portait, car je vous parle d'un temps qui remonte aux années 1970/80, donc que les moins de vingt ans !!!

          C'est Samuel, un bijoutier juif de Houmt Souk, avec qui nous avions noué des relations amicales, qui nous l'avait signalée.

          Ce trésor c'était La Ghriba, " La Merveilleuse " ainsi que l'appelaient les Djerbiens, une synagogue qui ne payait pas de mine à l'extérieur, mais qui enchantait dès que l'on en franchissait le seuil.

          J'en ai perdu la plupart des photos, et les rescapées ont perdu couleurs et contours; mais heureusement j'ai retrouvé les cartes postales achetées sur les lieux mêmes.

La merveille de Djerba

          La Ghriba est très ancienne. On dit que des Cohanim, prêtres hébreux, se seraient réfugiés à Djerba après la prise de Jérusalem et la destruction du Temple de Salomon, par Nabuchodonosor en 586 avant J.C.

          Ils auraient emporté des restes du Temple et des morceaux des Tables de la Loi, qui seraient toujours dans la synagogue.

          La dernière colonne côté est n'a jamais été construite, en souvenir de la destruction du Temple. C'est du moins ce que rapporte une tradition populaire.

          Mais une autre légende raconte qu'un jour, les Juifs de Djerba découvrirent qu'une jeune fille très belle, vivait seule dans une cabane à l'emplacement où s'élèverait plus tard la synagogue. En raison d'une aura particulière qu'elle dégageait, personne n'osait l'aborder.

          Un soir, ils virent que la cabane était en feu, mais, pensant que la jeune fille se livrait à quelque pratique magique, nul se s'approcha, jusqu'au moment où ils virent que la cabane avait été réduite en cendres.

          Ils découvrirent alors la jeune fille morte au milieu des décombres, mais...Ô miracle ! son corps était intact. Ils comprirent alors qu'elle était une sainte, et se sentirent coupables de ne pas être allé à son secours.

          Pour lui rendre hommage, ils construisirent la Ghriba à l'emplacement de la cabane.

          Est-ce en raison de ce remords ancestral que l'on trouve toujours au moins un homme, rabbin ou pas, en prière, ou lisant la Torah dans la Ghriba ?

La merveille de Djerba
La merveille de Djerba

Voir les commentaires

2021-07-04T15:24:53+02:00

La pensée du dimanche - Le bon chemin

Publié par divagations-et-balades

          Je me rappelle qu'en terminale, le prof de philo nous avait présenté Soren Kierkegaard comme un être austère et pessimiste. Pas étonnant m'étais-je dite, le pauvre il est du nord. Il était danois et luthérien. Deux bonnes raisons pour cela.

          Son portrait montre un jeune homme aux yeux rêveurs, à l'air un peu triste, une allure générale romantique et tourmentée.

 

La pensée du dimanche - Le bon chemin

          Il a écrit sur le souvenir, le bien et le mal, l'angoisse.....pressentait-il que sa vie serait brève ? Né en mille huit cent treize, septième et dernier enfant de la famille, il est mort à Copenhague quarante deux ans plus tard.

          Il avait des raisons d'être pessimiste sur ce sujet, car sa mère, ses trois soeurs aînées et deux de ses frères moururent avant leur trente troisième année. Il pensait qu'il en serait de même pour lui.

          Il a fait des études de philosophie et de théologie à l'Université de Copenhague où l'enseignement se faisait en latin et en allemand. Très attaché à sa langue natale, Kierkegaard dut demander au roi, l'autorisation de soutenir sa thèse de doctorat en danois. Il dut cependant la rédiger en latin.

          Quand son père meurt en mille huit cent trente huit, lui laissant un héritage suffisant pour le dispenser de travailler et donc de se consacrer à l'écriture, il ne reste de sa famille de neuf personnes, que son frère aîné Peter et lui.

          A vingt et un an, il rencontre une jeune fille de quinze ans : Régine Olsen. 

La pensée du dimanche - Le bon chemin

          Trois ans plus tard, il la demande en mariage puis.......rompt brutalement un an après. Elle s'en remettra et se mariera un peu plus tard. Quant à Kierkegaard.....cette relation l'a hanté pour le reste de sa vie.

          Bizarre quand même !!!!

          Il consacre alors sa vie à promouvoir une religion, le luthéranisme, qui s'appuie sur la souffrance et la responsabilité individuelle. Il prône le sérieux et publie son oeuvre majeure : " Ou bien....Ou bien " dans laquelle il oppose l'esthétique et l'éthique, la science du beau et la morale.

          Pour Kierkegaard, la première conduit à l'incohérence et au désespoir, la seconde mène au choix de soi-même et à assumer l'histoire qui fait de nous ce que nous sommes.

          Pas étonnant alors, qu'il soit l'auteur de la phrase que je livre aujourd'hui : 

     " Ce n'est pas le chemin qui est difficile, c'est le difficile qui est le chemin ".

Bon dimanche !

Voir les commentaires

2021-07-01T14:36:46+02:00

Les Belles du clair de lune

Publié par divagations-et-balades

          La lune, ronde et lumineuse, veillait dans le ciel d'été. Elle était particulièrement vigilante sur ce qui se passait dans les jardins où, souvent, les fleurs devenaient folles.

          Il y avait une petite nouvelle qu'elle surveillait d'un peu plus près que les autres, car elle portait un nom qui suscitait l'effroi : Crocosmia Lucifer.

          Cette fleur était diaboliquement belle et éclatante,

Les Belles du clair de lune

          Mais aussi, semblait très arrogante et orgueilleuse. Est-ce parce que le douanier Rousseau lui avait fait l'honneur de la peindre dans un de ses tableaux ?

Les Belles du clair de lune

          Elle dominait toutes les autres fleurs qui se faisaient humbles auprès d'elle.

Les Belles du clair de lune

          Les géranium Roséane, pourtant si beaux, baissaient la tête comme honteux de vouloir se mesurer à la fleur endiablée.

Les Belles du clair de lune

          Même celles qui, habituellement, se prenaient pour les filles du roi soleil se faisaient modestes dans leur coin.

Les Belles du clair de lune

          Impressionnées, les fleurs de millepertuis essayaient de se cacher, oubliant qu'elles étaient un peu sorcières et savaient effacer chez les humains, les méfaits des idées noires.

Les Belles du clair de lune

          C'est alors que le fuchsia se mit à agiter ses clochettes, sortant, pour une fois, du chagrin qui l'accable depuis si longtemps.

Les Belles du clair de lune

     * Ecoutez mon histoire, dit-il, elle est bien plus intéressante et mérite mieux l'admiration que cette plante luciférienne qui n'a jamais rien fait de remarquable.

          A ces mots, toutes les fleurs se figèrent, même les bavardes marguerites qui cessèrent de se disputer pour écouter.     

Les Belles du clair de lune

          Et le fuchsia raconta :

     * Dans les temps très anciens, j'étais une plante sans fleur, mais je dégageais une odeur exquise que toutes les autres plantes m'enviaient, même les roses. Seulement, j'étais jalouse....que m'importait l'odeur alors que j'enviais les couleurs. Pour avoir une fleur colorée, j'aurais fait n'importe quoi.......et je l'ai fait, pour mon éternel malheur : Le jour de la crucifixion....j'ai bu deux gouttes du sang du Christ sur le conseil d'une sorcière maudite.....et aussitôt, mes voeux furent comblés, je me métamorphosais en fleur, telle que vous me voyez maintenant.

     * Mais, dirent les auditrices, tu as parlé d'éternel malheur, tu devrais, au contraire, être folle de joie.

     * Hélas non, car dans le même instant, un énorme chagrin m'a envahi et ne m'a plus jamais quitté. Croyez-moi, je regrette mon odeur exquise dont tout le jardin profitait, je ne me rendais pas compte à quel point tout le monde en était heureux. Ma jalousie, affreux défaut, en fait a tout gâché et ma vie n'est plus que chagrin et malheur.

        N'y succombez jamais car derrière elle se cache la peine la plus lourde.

          Ainsi parla le fuchsia en cette nuit de pleine lune, et celle-ci fut si bouleversée par cette histoire qu'elle fit tomber des larmes de pluie le lendemain matin.

Voir les commentaires

2021-06-27T18:38:42+02:00

la philo du lundi - Epitaphe

Publié par divagations-et-balades

         Je ne pense pas que l'on mette une épitaphe sur ma tombe, je ne vois pas quoi et pourquoi d'ailleurs. Dans le meilleur des cas j'irai dans le caveau de famille, sinon....à la fosse commune.

          Mais si j'avais été un célèbre rabbin du XVIème siècle en Europe Centrale, j'en aurais eu une dont celle-ci qui me plait bien et qui amène à réflexion :

     " La vérité étant le plus précieux de tous les biens, il faut en user avec modération et retenue ". 

       C'est peut-être pour cela qu'on dit que toute vérité n'est pas bonne à dire !

          Modération et retenue....comme pour l'alcool !!!

          A écouter certaines chaînes de télé, il semble que ce conseil soit bien suivi, et même....au-delà !

          Je ne veux pas être taxée de " complotiste " mais......Bon, passons.

          J'ai essayé de retrouver le nom de ce vieux rabbin lu dans un livre récemment, mais je n'y arrive pas. C'est énervant !

          Qui peut-il bien être ? 

     * Moïse Issertès ?

la philo du lundi - Epitaphe

          Ce brillant talmudiste était aussi kabbaliste, astronome, philosophe..... ce pourrait être lui ??? Ou bien :

     * Salomon Louria, avec qui il correspondait ?

          J'ai cru l'avoir trouvé en la personne de Joël Sirkis, rabbin polonais auteur de commentaires sur le Talmud de Babylone, car son tombeau accompagnait sa biographie

la philo du lundi - Epitaphe

          Mais les inscriptions ne correspondent pas.

          Alors.....Mordecaï Jaffe, autre éminent kabbaliste de la même époque ???

          Je ne sais pas, mais cette épitaphe me plait beaucoup, alors je la livre à la réflexion de tous ceux qui me feront le plaisir de la lire.
A bientôt !

Voir les commentaires

2021-06-25T18:43:16+02:00

L' été dans le rétroviseur

Publié par divagations-et-balades

          Ce matin, quand je me suis levée, il faisait 11°C et.........j'avais froid !

          Mais qu'est donc cet été où les températures flirtent avec les 20° !!!!

          Où sont passés les étés de mon enfance quand le goudron fondait dans les rues en juin, et qu'en allant à l'école, je me délectais en trempant mon doigt dans le goudron et le léchais comme une sucette ? (Jusqu'au jour où ma mère m'a surprise et bonjour l'algarade!)

          Où sont passés les étés de ma jeunesse, quand j'allais m'installer, en maillot de bains, au fond du jardin, sous le bananier, pour réviser mes cours de médecine avant les examens de juin ?

          Où sont passés ces étés si chauds qu'on ne pouvait pas mettre les pieds nus sur le sable de la plage sans se brûler ?

          Où sont passées ces douces soirées de juin, où l'on restait des heures au clair de lune à discuter avec les copains, sans avoir besoin de mettre " une petite laine " ?

          Où sont passées ces journées de fin janvier, quand je commençais à bronzer visage, bras et jambes, sur la terrasse à l'abri de l'oranger du Mexique ?

          Cela m'arrivait encore à la fin des années 90; et j'énervais une camarade car j'ai toujours bronzé sans passer par l'étape " coup de soleil " à laquelle elle était condamnée.

          Et que dire de cette année 1990 quand les grands voiliers de la Cutty Sark sont venus à Bordeaux ? Il faisait 41°5 à l'ombre et il y avait eu maintes insolations sur les quais.

          Le ciel était incandescent, d'un bleu céruléen, et les voiliers si beaux que je ne résiste pas à  en remettre quelques photos bien qu'il y a une dizaine d'années j'avais dû toutes les montrer déjà. 

L' été dans le rétroviseur
L' été dans le rétroviseur
L' été dans le rétroviseur

          Je me souviens de cet ami, aujourd'hui malheureusement disparu, qui m'avait téléphoné de Casablanca où il vivait, en me disant : " Viens me chercher à l'aéroport demain, je viens passer quelques jours chez ma mère, je n'en peux plus, ça fait une semaine qu'il fait 35° ici ".

          Je ne lui avais rien dit pour lui laisser la surprise, et je revois la tête qu'il faisait alors qu'à l'atterrissage l'hôtesse venait d'annoncer 41° à Bordeaux.

          Qui me rendra mes étés d'avant ?

Voir les commentaires

2021-06-21T06:29:01+02:00

Les clés du succès

Publié par divagations-et-balades

          Qui ne recherche pas le succès dans sa vie et d'abord ; la réussir ! Facile à dire, mais peut-être moins facile à faire.

          Pour cela, la condition première est d'avoir un idéal que l'on va tenter de faire vivre, et, selon sa nature, on empruntera des chemins différents :

     * apprentissage auprès d'un maître possédant le savoir que l'on recherche. C'était la méthode médiévale, et certains, avides de posséder ce savoir, partaient, à pieds le plus souvent, le chercher là où il était, parfois très loin;

     * Puis, l' Université fut créée; on devint " escholier " puis étudiant.

Les clés du succès

          Mais cela est-il une garantie de succès ? Trop facile.

          Certains travaillent comme des fous, ne s'accordant aucune distraction, et quand arrive l'examen........Patatras !!! J'en ai connu.

          D'autres, décontractés, sèchent parfois les cours pour le cinéma ou la plage, selon la saison. Et l'examen......Pffuitt ! Une formalité effectuée sans problème. J'en ai connu aussi. ( Hum ! )

          Ce n'est pas juste alors.

          Ah ! Si seulement il y avait une formule magique !!!!

          Eh bien oui, elle existe cette fameuse formule, et ceux qui avaient l'air de moins travailler que les autres l'appliquaient sans le savoir.

          Mais d' où sort'elle ? Quel sorcier l'a inventée ? Car c'est sûrement un sorcier qui en est l'auteur !!!

          Non, Messieurs et Dames, pas un sorcier mais..........un génie.

          Alors là, on se moque un peu du monde ! Un génie !!!! Encore faut-il avoir la lampe adéquate.

Les clés du succès

          Tsss ! Tsss! Je ne parle pas d''un quelconque magicien de conte oriental, mais d'un authentique génie contemporain : Albert EINSTEIN. 

Les clés du succès

          Einstein aurait inventé une formule magique pour s'assurer le succès ???

          Eh oui ! Et comme je suis d'un naturel sympa, je la partage volontiers :

   " Soit A un succès dans la vie. Alors A = x+y+z où x = travailler, y= s'amuser, z = se taire "

A bientôt !!!  

Voir les commentaires

2021-06-18T14:29:07+02:00

Il fut un temps......

Publié par divagations-et-balades

          Oui, il fut un temps où tout, ou presque, paraissait simple et naturel.

          J'étais en 6ème au lycée. En plein coeur du premier trimestre, on nous annonça l'arrivée d'une " nouvelle " que nous devions accueillir comme une camarade de plus. Elle venait de Côte d' Ivoire, et elle était Noire.

          Une camarade de plus, voilà ce qu'elle fut, tout naturellement.

          Plus tard, à la fac, nous étions tous copains  Européens, Africains, Asiatiques...... On se moquait complètement de la couleur de peau, paramètre sans objet.

          Puis, on s'est mis à courir le monde, en commençant par l'Afrique. On se faisait des amis partout, et plusieurs d'entre eux, au fil du temps, défilèrent à la maison. La chambre d'amis était souvent occupée. Ils venaient essentiellement d'Afrique Noire ou du Maghreb.

 

Il fut un temps......

          Parmi eux, les meilleurs amis furent sans conteste, Ahmed le tunisois et sa famille. Elle devint un peu la nôtre car nous allions assez souvent en Tunisie.

          Ils habitaient près de Bab Souika, un quartier de Tunis où les touristes étaient rares.

          Combien de soirées y avons-nous passé, qui avaient le charme et la magie des mille et une nuits;

          Il y avait Beyliya la mère, qui nous gâtait comme ses propres enfants et que nous aimions beaucoup.

Il fut un temps......

           Chedliya, l'épouse d' Hamadi, le fils aîné qui jouait si bien de la derbouka. C'est elle qui m'a appris à faire le couscous tunisien, parce qu'elle était horrifiée que je ne fasse que de l'algérien ou du marocain.

Il fut un temps......

          Et il y avait Ahmed, notre ami, si sympa et rigolo malgré son air sérieux. Ahmed, qui se précipitait pour aller me chercher du sirop de rose ou de violette quand l'envie m'en prenait vers onze heures du soir.....

Il fut un temps......

ou aller quérir des joueurs de oud pour faire un concert avec Hamadi à la derbouka.

          A chaque passage à Tunis, il n'était pas question de ne pas passer la soirée dans la famille d' Ahmed

          Sa mère m'emmenait parfois avec elle au hammam, et sur les terrasses où, entre thé à la menthe et cornes de gazelle bien sucrées, j'assistais à des conciliabules de femmes améliorant ainsi ma connaissance de la langue.

          Moi, la juive, j'étais dans cette famille musulmane comme la troisième enfant.

          Et puis un jour.....C'était en janvier de je ne sais plus quelle année, il faisait froid, et je décidais d'aller, seule cette fois, passer un week-end à Nefta. Au retour, entre l'avion qui me ramenait à Tunis et celui qui me ramènerait à Bordeaux, il y avait quelques heures que je comptais bien mettre à profit pour aller Bab Souika voir la famille. Je les avais bien sûr prévenus.

          Or, à ma descente d'avion à Tunis.......Surprise ! toute la famille au grand complet était là qui m'attendait.

     * Simone, il ne faut plus que tu viennes chez nous, ce serait trop dangereux pour toi maintenant. Tout le monde te connait dans le quartier.

     * Mais, que s'est-il passé ?

     * Les choses ont changé me dirent-ils, depuis que Yasser Arafat s'est installé à La Marsa.

          C'était la dernière fois que je les voyais. Il y eut des lettres échangées, et un jour.....la dernière dans laquelle ils me disaient que recevoir mes lettres les mettait en danger.

          Il y eut beaucoup de tristesse de part et d'autre. C'était il y a environ quarante ans.

          Plus tard, au cours de mes remplacements réguliers en région parisienne, il y avait dans la patientèle, un musulman qui remarqua très vite l'étoile de David autour de mon cou. Dès ce jour-là, il ne rentra plus dans le cabinet qu'en me lançant un " Bonjour Cousine " , auquel je répondais de la même façon. On rigolait bien.

          Une vieille patiente tunisienne me saluait toujours d' un " Bonjour ma fille "!

          C'était un temps heureux où seuls comptaient les rapports humains; il ne venait à l'esprit de personne de voir chez un Blanc un résidu d'esclavagiste, ou chez un Noir, un être inférieur fils d'esclave. Un temps heureux où Juifs et Musulmans pouvaient être amis, unis par leurs ressemblances et s'enrichissant de leurs différences.

          C'était un temps heureux !

 

Voir les commentaires

2021-06-15T17:51:48+02:00

Génuflexion

Publié par divagations-et-balades

          Ah ! Bravo ! Oui, oui, BRAVO !!! Je suis admirative, moi qui ne m'agenouille même pas devant Dieu. Mais, j'ai une excuse, ma religion ne le demande pas, et même, le tutoiement est de rigueur. Alors, vous pensez.....quand je vois nos footeux mettre un genou à terre .......Waou !!!!

Génuflexion

          Et pourtant, quelque chose me chiffonne. Mais quoi ? Ah oui ! Peut-être parce que c'est encore se soumettre à un diktat venu des Etats-Unis ?

          J'aurais apprécié un genou à terre pour Sarah Halimi, qui fut défenestrée. Pourtant, elle était blanche.......mais.....juive, et ça !!!

          J'apprécierais un genou à terre pour tous les Français tués et mutilés par le FLN en son temps.

          J'attends un genou à terre ce soir, par ces Allemands qui ont envoyé en fumée une part de ma famille, " Dis maman, pourquoi je n'ai pas deux grands-pères et deux grands-mères comme tous mes camarades ? ", goutte d'eau parmi six millions d'autres Juifs et je ne sais combien de Tziganes.

          Et pourquoi pas un genou à terre des Américains, ne serait-ce que pour la bataille de Wounded Knee; (ça tombe bien ! ).

          En cherchant bien, il y en aurait des occasions de mettre genou à terre de par le monde. Mais je ne chercherai pas davantage, parce que j'en ai assez de la repentance, assez de la soumission.

          Nous sommes une humanité imparfaite, chacune de ses composantes a sûrement quelque chose à se reprocher au cours de l'Histoire. Alors, assumons notre passé, les erreurs de nos ancêtres, ils font partie de l'humaine nature, et au lieu de bêler notre ignominie, comme dit notre président, tirons-en les leçons pour éviter de les reproduire. Mais ça !!!!!!

           

Voir les commentaires

2021-06-13T05:06:00+02:00

La pensée du dimanche 13/06/2021 - La Vie

Publié par divagations-et-balades

          Qui ne connaît pas Mère Térésa ?

          Née en mille neuf cent dix en Albanie au temps de l'Empire Ottoman, elle est morte en Inde en mille neuf cent quatre vingt dix sept.

          Elevée dans une famille très catholique, à douze ans elle annonce déjà qu'elle veut consacrer sa vie à D.ieu.

          A dix sept ans, elle demande au père jésuite qui dirige la paroisse de son village, comment discerner sa vocation. La réponse du jésuite est sans doute à l'origine de son attitude bien connue, car cette réponse est : " Par la joie ".

          Et cette joie la suivra toute son existence et imprègnera toute sa vie.

Wikipedia

Wikipedia

          C'est à Calcutta qu'elle a passé la plus grande partie de sa vie, elle est d'ailleurs naturalisée indienne. Mais ses bienfaits sont allés bien au-delà grâce à la congrégation religieuse qu'elle avait fondée : Les Missionnaires de la Charité.

          Ceux-ci ont oeuvré dans cent vingt trois pays différents, accomplissant plus de six cents missions telles que : soupes populaires - écoles - hospices - orphelinats.......

          En cela, Mère Térésa était fidèle au principe inculqué par sa mère : 

     " Quand vous faites du bien, faites-le comme une pierre que vous jetez à la mer ".

          C'est à cette femme exceptionnelle, canonisée par le pape François en septembre deux mille seize, que je vais emprunter une belle ( à mon avis ), citation sur la vie : 

     " La vie est une chance, saisis-là. La vie est précieuse, prends-en soin. La vie est un combat, accepte-le. La vie est le bonheur, mérite-le. La vie est la vie, défends-là "

La pensée du dimanche 13/06/2021 - La Vie

Voir les commentaires

2021-06-09T18:14:44+02:00

Magie noire

Publié par divagations-et-balades

          Les plantes, longtemps, sont restées mystérieuses, et par leurs étranges pouvoirs, ont bien sûr, intéressé sorciers et sorcières.

          Certaines étaient associées à la magie blanche, d'autres, à la magie noire.

          Tout près de la porte-fenêtre de ma chambre se trouve une de ces plantes maléfiques : un cytise. 

Magie noire

          Ses grappes éclatantes m'enchantaient jusqu'à............ une certaine nuit, où une colonne de lumière rousse, tout à fait surnaturelle, éclaira le ciel.

Magie noire

          Cette lumière aux teintes maléfiques, s'infiltra dans ma chambre et me réveilla.

          Je sortis sur la terrasse en me demandant ce qui se passait. Une vieille chouette qui méditait sur un arbre, me dit :

     * Tu devrais rentrer dans ta chambre; n'as-tu pas compris que cette lumière annonce l'arrivée d'une sorcière ?

     * Une sorcière !!! dis-je. Mais que viendrait-elle faire ici ?

          La chouette haussa les épaules et s'envola sans répondre.

          Négligeant ses conseils, je restais sur la terrasse en espérant ne pas le regretter, mais.....la curiosité est souvent la plus forte.

          C'est en me tournant vers le cytise que je la vis qui me regardait d'un air mi-goguenard, mi-inquiétant.

Magie noire

     * Que fais-tu chez moi ? lui dis-je;

     * De quoi te mêles-tu, Mortelle, me répondit-elle d'un ton peu amène.

     * Comment !!! Mais je suis chez moi et je ne t'ai pas invitée.

          Faisant comme si je n'existais pas, elle se mit à couper des branches de cytise.

     * Holà ! stop ! Je ne t'ai pas permis de couper mes plantes.

     * Ecoute, me dit-elle, tu me fais pitié, décidément, les mortelles ne savent rien. Mon balai est cassé et les branches de cytise sont ce que j'ai trouvé de mieux par ici, et puis, j'ai un travail à faire pour lequel ces fleurs sont indispensables.

     * Ah bon ! Et c'est quoi ce travail ?

     * Je dois préparer un philtre.

     * Pour quoi faire ?

     * Ah , mais tu m'ennuies à la fin. Méfie-toi que je ne m'en serve contre toi aussi.

          A ces mots, je me rendis compte qu'elle allait préparer un philtre maléfique, et qu'elle pratiquait le sorcellerie sous sa forme la plus noire. Les conseils de la chouette prenaient alors tout leur sens, et.......je rentrais dans ma chambre.

          La nuit redevint noire et..........je me rendormis.

          En fait, ai-je vraiment vécu cette rencontre ? Ou bien n'était-ce qu'un rêve ?

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog