Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-09-15T08:35:00+02:00

Notre Dame de Cordouan

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Le second étage du phare de Cordouan, en est la partie la plus insolite : la chapelle. Sa forme circulaire épouse celle de la tour.

1-IMG_9392-copie-1.JPG

          Au-dessus de la porte d' entrée dans la chapelle, un fronton supporte une plaque de marbre avec une inscription latine qui rappelle les restaurations de mille six cent soixante cinq et mille sept cent vingt sept.1-IMG_9391-copie-1.JPG          Au-dessous, un buste de Louis de Foix, et la plaque commémorative de la restauration faite sous Louis XV.

1-IMG_9388.JPG

          Le sol est recouvert de marbre noir et gris,

1-IMG_9397.JPG

          Le plafond est une coupole à caissons où domine le bleu.

1-IMG_9385.JPG

1-IMG_9390.JPG

          Les parois sont décorées de pilastres corinthiens et de très élégantes sculptures.

1-IMG_9396.JPG

          Cinq niches sont creusées dans l' épaisseur des murs; celle qui est orientée à l' est, contient un autel de marbre blanc datant de mille huit cent cinquante cinq.

1-IMG_9395.JPG

          Des écussons royaux, entourés du collier de Saint Michel et surmontés de couronnes, se trouvent au-dessus des niches. Ils sont encadrés de guirlandes de fleurs et de fruits.

1-IMG_9394.JPG

1-IMG_9393.JPG

          Certains présentent des masques, tenant les guirlandes dans la bouche.

1-Top           Jusqu' à la fin du XVIIIème siècle, un moine récollet de Royan, venait dire la messe tous les dimanches et jours de fête religieuse. Bien sûr, si l' océan et les vents le permettaient.

          A la Révolution, la chapelle a été désacralisée. Remise au Clergé à la fin du XIXème siècle, elle fait l' objet aujourd'hui, et depuis mille neuf cent quatre vingt dix sept, d' un pélerinage qui a lieu tous les ans en juillet.

          A l' étage au-dessus, se trouve la salle dite " des Girondins ". En y montant, j' ai eu une belle image de la chapelle vue d' en haut.

1-IMG_9404.JPG

A suivre !!!

         

Voir les commentaires

2013-09-13T09:05:00+02:00

Le géant de l' estuaire (3ème ptie)

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Après avoir admiré l' extérieur, nous entrons dans ce palais des mers. Dès l' entrée, face à nous, l' accès à l' escalier, surmonté d' une sculpture figurant des animaux fantastiques, et d' une plaque rappelant les travaux de restauration accomplis sous Napoléon III.

1-IMG_9362.JPG

         Sous cette salle existe une cave voûtée, dans laquelle se trouvent les réservoirs de décantation de l' eau douce. On peut y descendre par des escaliers à vis dont les portes d' accès sont également surmontées de belles sculptures.

1-IMG_9364.JPG

1-IMG_9363.JPG

          L' eau douce était récupérée par deux fontaines identiques, situées de part et d' autre de l' entrée, et figurant des têtes de lion sculptées dans le bronze.

1-IMG_9367.JPG

          Aux quatre angles de cette pièce, des portes ouvrent sur des cagibis, qui étaient les chambres des gardiens jusqu' en mille sept cent quatre vingt dix.

1-IMG_9370.JPG

          Devant nous, l' escalier que nous allons emprunter. Les visiteurs s' y engouffrent, impatients d' accéder à la chambre du roi, au premier étage.

1-IMG_9371.JPG

          Contrairement à d' autres phares que j' ai eu l' occasion de visiter, phare du Cap Ferret, phare des Baleines dans l' île de Ré, où les escaliers sont sans fin, collés à la paroi, et plutôt étroits, celui-ci est de style monumental, avec des paliers permettant de souffler, et d' admirer l' infini de l' océan.

          Naïvement, je pensais voir une pièce somptueusement meublée, de style Louis XIV, puisque c' est à la restauration effectuée sous son règne que la chambre doit son nom. Mais elle est vide !!! Ce surnom de " Versailles de la mer " avait fouetté mon imagination.

          C' est quand même une pièce magnifique, carrée, voûtée. Aux points cardinaux, il y a des cabinets pourvus de niches, encadrées de pilastres ioniques.

1-IMG_9375.JPG

          On peut y lire trois lettres entrelacées : L - M - T, pour Louis et Marie-Thérèse.

1-IMG_9383.JPG

          Deux cheminées, dont l' une est factice, encadrent la porte donnant sur l' escalier.

1-IMG_9376.JPG

          Les bustes des quatre directeurs principaux des Phares et Balises, ornent cette pièce, entre autres, celui de Fresnel, cousin de Prosper Mérimée, inventeur de la lentille à échelon portant son nom, utilisée pour accroître le pouvoir d' éclairage des phares maritimes. ( et celui des phares de nos voitures, ou des projecteurs de cinéma).

1-IMG_9374.JPG

          Nous allons maintenant reprendre notre ascension vers le deuxième étage, et la partie la plus remarquable de l' ancien édifice : la chapelle.

1-IMG_9378.JPG          Mais, ce sera pour une autre fois.

         

Voir les commentaires

2013-09-11T18:25:00+02:00

Le géant de l' estuaire ( 2ème ptie )

Publié par divagations-et-balades

 

          Nous sommes maintenant sur la plateforme circulaire qui constitue la base du phare.

          Face à nous, le portail monumental, flanqué de ses deux colonnes engagées, qui auraient remplacé deux colonnes murales sans doute sous Louis XIV.

1-IMG_9349.JPG

          De chaque côté, une niche de marbre blanc aurait contenu autrefois, les bustes de Henri III et Henri IV.
          Au-dessus du portail, un fronton triangulaire dans lequel est sculptée une tête barbue. Il est inscrit dans un autre fronton coupé, décoré de motifs militaires.

1-IMG_9356.JPG

          Tout le pourtour de ce soubassement est occupé par des chambres et des pièces de service.

1-IMG_9357.JPG

1-IMG_9360.JPG

          A gauche de l' entrée sur la plateforme, un appartement était dévolu au lieutenant du roi, ou aux visiteurs de marque.

1-IMG_9447.JPG

          Cet appartement est meublé, pour la plupart, en authentique Napoléon III;

1-IMG_9449.JPG

          Voilà une maie qui ne m' aurait pas déplu.

1-IMG_9450.JPG

          On ne pouvait pas rentrer, mais, j' ai quand même pu jeter un regard indiscret vers la chambre.

1-IMG_9452.JPG

          Au premier étage du phare, on peut voir de larges fenêtres à petits carreaux, ornées de clairons militaires.

1-IMG_9453.JPG          Plus haut, elles se limitent à de petites ouvertures carrées, d' où l' on doit avoir une vue vertigineuse.

Cordouan-B-9.JPG

          Nous allons donc rentrer bientôt dans ce " Versailles des mers " comme disent les Girondins, qui ne doutent toujours de rien.

          Mais ce sera une autre histoire.

A bientôt !


Voir les commentaires

2013-09-10T16:31:00+02:00

Le géant de l' estuaire (1ère ptie)

Publié par divagations-et-balades

 

 

          La Bohème, notre bateau, filait droit vers le large. A cette allure, nous aborderions les côtes américaines dans............mais, qu'est-ce que je raconte ? Divagation ? Encore !

          Le but de ce court voyage sur les franges de l' Atlantique, était là, devant nous, surgissant peu à peu de la brume de chaleur qui parait cette chaude journée d' août d' un halo ténu : le phare de Cordouan.

1-IMG_9333.JPG

 

          Tous les passagers avaient le regard fixé sur lui. Sa silhouette, quasi hypnotique, grandissait devant nous.

1-IMG_9336.JPG

          Le bateau venait de s' immobiliser. L' affleurement du fond rocheux, et les bancs de sable que la marée basse découvrait peu à peu, l' empêchaient d' aller plus avant.

          Allions-nous devoir nager ? L' eau était engageante, verte et tiède. mais non, un bateau à fond plat, véritable barge de débarquement, venait faire un premier plein de passagers.

1-IMG_9342.JPG

          Je serai donc du deuxième voyage. Ma soeur me fait un signe d' au-revoir triomphant.

1-IMG_9339.JPG

          Nous avons été débarqué au bord d' une chaussée de pierre rugueuse et étroite, que la mer n' abandonne jamais complètement. Nos pieds nus se crispaient sur ce peyrat que des incrustations de coquillages rendaient rude pour eux. On enviait les prévoyants qui avaient des tongs.

1-IMG_9462.JPG

          Stoïques, nous sommes arrivés à la poterne appelée " porte des marées ", qu' une tête malencontreuse n' a pas réussi à cacher complètement.

1-IMG_9344.JPG

          Après avoir grimpé un escalier assez raide,

1-IMG_9348.JPG

          Nous voici au pied du roi des phares, et phare des rois. Il nous toise du haut de ses soixante sept mètres cinquante de hauteur.

1-IMG_9354.JPG

          Ce géant est l' un des plus anciens, et le plus remarquable, des phares isolés en mer. Il est bâti sur un plateau rocheux de cent cinquante hectares, à neuf kilomètres de la pointe extrême de la côte girondine.

          On dit qu' il fut édifié au Moyen-Âge par des Maures de Cordoue. Le Prince Noir voulut le faire consolider, en faisant élever une tour plus haute. A son sommet, brûlait un feu que l' enfer n' eut pas désavoué.. Mais, cette tour ne résista pas aux assauts furieux de la mer et des vents, et, c' est au temps de Montaigne que les trois premiers étages du phare actuel furent édifiés par l' architecte Louis de Foix.

1-IMG_9441-001.JPG

          Quand celui-ci mourut, dix huit ans plus tard, le phare n' était pas terminé, et, il n' y avait plus d' argent.

          Il fallut attendre Louis XVI pour qu' une vraie restauration fut entreprise. Celle-ci fut confiée à un architecte franc-maçon niçois : Joseph Teulère. Il ajouta trois étages supplémentaires sous forme d' une tour tronçonique, qui suréleva le phare de soixante pieds, auxquels s' ajoute la hauteur du lanternon.

1-IMG_9340-001.JPG

          En mil huit cent soixante deux, Cordouan fut classé aux Monuments Historiques, en même temps que la cathédrale de Paris.

 

 




Voir les commentaires

2013-09-09T07:15:00+02:00

Cela s' appelle l' aurore...

Publié par divagations-et-balades

          Dans la vie, tout ne va pas toujours bien, et, quelquefois, elle peut se montrer froidement cruelle. Dans ces cas-là, il arrive que l' on ne se sente pas très bien dans sa peau, comme si, soudain, elle ne nous allait plus, un peu comme un vêtement rétréci après une lessive trop chaude.

          Pourtant, on éprouve une impression étrange, indéfinissable croit' on, mais Giraudoux et Bunuel nous donnent une explication : " cela s' appelle l' aurore ". Chaque matin, le jour se lève, et avec lui, l' espoir.

 

          Ce matin, levant les yeux du livre où je suivais François Villon à Jérusalem, et lançant un regard oblique vers la porte-fenêtre de la salle à manger, je vis cette splendeur maintes fois photographiée, du ciel teint en rose et orangé par le soleil levant. Mais, comment résister ? Je sautais sur mon appareil photos.

1-IMG 9690-copie-1 

          Comment la nature s' y prend' elle pour qu' un évènement qui se reproduit au quotidien depuis des millénaires, soit toujours le même et jamais pareil à la fois.

1-IMG_9691.JPG

          Comment ne pas se dire, devant ce spectacle toujours renouvelé, que rien n' est jamais fini, et qu' en toute chose brille une étincelle nommée " espérance ", que le bleu du ciel finit toujours par réapparaître.

1-IMG_9692.JPG

          Que, même si un incendie semble nous ravager, comme il parait consumer le ciel, des branches toujours vertes sont là, pour exprimer que la vie continue.

1-IMG_9695.JPG

          Et que, même si le ciel est encore gris, le soleil finira toujours par triompher des nuages.

1-IMG_9699.JPG

          Et que l' on peut dire de ce prozac naturel :

                                       " CELA S' APPELLE L' AURORE "

 

         


Voir les commentaires

2013-09-07T18:28:00+02:00

Les pleurs des fleurs

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Ce matin, dès l' ouverture des volelts, j' ai senti que quelque chose n' allait pas dans le jardin.

          Etait-ce parce que, à la place du grand ciel bleu immaculé dont nous avions l' habitude, ce n' était que lumière blême sur laquelle les pins paraissaient noirs.

1-IMG_9663.JPG

          Je m' approchais, et, à ma stupéfaction, je vis les pois de senteur en larmes.

1-IMG_9659.JPG

          Près d' eux, les pétunias fantômes, pourtant peu enclins à se laisser aller, faisaient aussi triste mine, et même, essayaient de cacher quelques larmes furtives.

1-IMG_9661.JPG

          Intriguée, et quelque peu inquiète, je décidais de faire le tour du jardin. Partout, les fleurs étaient en pleurs.

1-IMG_9665.JPG

          Les lauriers roses laissaient couler leurs larmes jusqu' à la pointe de leurs feuilles;

1-IMG_9667.JPG

          Pudiquement, un dahlia blanc courbait et détournait la tête, afin que l' on ne vit point les petites perles qui coulaient de son coeur.

1-IMG_9668.JPG

          Mon attention fut alors attirée par les gros sanglots qui secouaient  une fleur d' althéa rose.

1-IMG_9670.JPG

          Je m' approchais, et, c' est alors que je la vis : une malheureuse abeille en train de mourir sur une fleur voisine.

1-IMG_9674.JPG

          Que lui est' il donc arrivé ? Les abeilles sont une amie commune aux fleurs et aux humains, et je partageais leur tristesse. Et il me revint cette mise en garde d' Albert Einstein : " Si les abeilles disparaissaient, l' humanité elle-même disparaitrait en quatre années ".

          Quatre misérables années !!!

          Alors, je l' ai remercié pour le miel donné, lui ai dit que je l' aimais, car chaque créature de D. doit partir pour le dernier voyage avec une valise pleine d' amour.

Voir les commentaires

2013-09-06T07:23:00+02:00

Rues anciennes à Marmande

Publié par divagations-et-balades

 

 

 

          Comme la plupart  des villes françaises, Marmande possède un centre historique où abondent les demeures anciennes.

              Certaines sont vraiment très vieilles, et on se demande comment elles tiennent encore debout.

1-IMG_8658.JPG

          D' autres, semblent avoir été rafistolées de bric et de broc;

1-IMG_8662.JPG

          et, à côté, celles qui, habitées, sont remarquablement conservées.

1-IMG_8664.JPG

1-IMG_8665.JPG

          On s' amuse un peu de la décoration anachronique créée par une antenne satellite.

1-IMG_8667.JPG

          La façon d' accrocher les pots de fleurs est très particulière;

1-IMG_8670.JPG

1-IMG_8661.JPG

          Les bourgeois du Moyen-Âge seraient bien étonnés de trouver ici une pizzeria, bien que certains historiens attestent de l' existence d' une " pizza " dès neuf cent quatre vingt dix sept. Mais, il s' agissait plutôt d' une galette, et, à la fin du XVIIème siècle, sa version sucrée était réservée aux bourgeois et sa version salée, à la plèbe.

1-IMG_8674.JPG

          Cette enseigne, leur aurait' elle parlé davantage ?

1-IMG_8676.JPG

          Une porte est ouverte, hop ! vite, un regard indiscret.

1-IMG_8681.JPG

          Il faut bien ces grosses poutres pour soutenir la maison.

          Nous sortons du quartier médiéval. Quelques maisons à colombages font encore de la résistance.

1-IMG_8685.JPG

          Derniers clins d' oeil d' un temps révolu.

1-IMG_8686.JPG

          Et retour vers la modernité.

1-IMG_8668.JPG

          Je dois avouer que je n' imaginais pas Marmande aussi riche en témoins du passé.

Voir les commentaires

2013-09-05T09:32:00+02:00

Ascain la mondaine

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Nous avons atteint Ascain, dernière étape de notre périple basque, en début de soirée.

          La route venant de Sare, fait irruption sur la place de l' église avec son massif clocher-porche.

1-IMG_9223.JPG

          Il semble si lourd, que l' église entière parait s' enfoncer dans un sol qui ne peut plus supporter un tel poids.

          Cette église doit d' être encore debout, à la générosité de Napoleon III, qui, passant par Ascain, s' émut de son état et en ordonna la réfection sur ses propres deniers.

          Il fit aussi percer une des rues principales de la commune, bien sûr bordées des belles maisons labourdines.

1-IMG_9186.JPG

          L' Histoire a infligé ici de nombreuses blessures.

          Au XVIème siècle, la sorcellerie, très active, fut violemment réprimée par un envoyé du parlement de Bordeaux : Pierre de Lancre, qui commit les pires atrocités.

          Au XVIIème siècle, les Espagnols ravagèrent la région. Ascain fut pillée et presque entièrement brûlée.

          Vingt ans plus tard, une guerre civile, qui dura deux ans, secoua la ville.

          Puis se fut la Révolution et la guerre contre l' Espagne. Ascain eut sa population déportée dans les Landes. A son retour, il n' y avait que désolation et destruction.

          Enfin, dernier outrage, les Espagnols et les Portugais la mirent à sac, après la défaite des armées napoleoniennes à Vittoria.

          Et Ascain retrouva sa beauté, les couleurs joyeuses de ses maisons, la majesté de la Rhune qui semble à nouveau veiller sur elle.

1-IMG_9222.JPG

1-IMG_9224.JPG          Ascain, ses placettes et ses rues tranquilles;

1-IMG_9216.JPG

1-IMG_9219.JPG

          Ses grandes demeures chaleureuses, dans lesquelles on suppose des meubles bien cirés.

1-IMG_9217.JPG

          Pour tout cela, Ascain a attiré de nombreuses célébrités, et, celles-ci lui ont donné un petit côté mondain que n' ont pas ses soeurs labourdines.

          Têtes couronnées, tels Napoleon III et l' impératrice Eugénie; le prince russe Théodore Romanoff, qui vécut ici ses dernières années, après avoir, avec le prince Youssoupov, organisé l' assassinat de Raspoutine.

          Winston Churchill, à la fin de la seconde Guerre Mondiale, venu là pour en oublier les soucis, et la peindre en aquarelle.

          Le Général De Gaulle, venu rendre hommage à tous ceux qui s' étaient évadés pour rejoindre Londres et la France Libre.

          Et n' oublions pas Pierre Loti, qui arpenta le pays basque, se joignit à des expéditions de contrebandiers, ( mon rêve ), à travers les sentiers secrets de la montagne, et qui écrivit " Ramuntcho " faisant ainsi connaître la région au monde entier.

          Enfin, l' ancien maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas, qui venait fidèlement dans sa propriété au flanc de la Rhune, d' où il pouvait sans doute contempler les toits rouges de la ville,

1-IMG_9208.JPG

et qui aimait tellement Ascain, qu' il décida d' y passer son éternité.

Voir les commentaires

2013-09-04T16:26:00+02:00

Mongenan et le temple maçonnique

Publié par divagations-et-balades

 

 

          Mongenan n' est pas que pour les enfants.

          Le château est une folie du XVIIIème siècle, bâtie en mil sept cent trente six,

1-DSC00395.JPG

1-DSC00392

pour le baron Antoine de Gascq, afin d' y abriter ses amours discrètes, et peut-être coupables, avec Madame de Valdec. Il en naquit un fils, en mil sept cent quarante et un, Claude Valdec de Lessart, qui fut le dernier ministre des Affaires Etrangères de Louis XVI, et connut une mort épouvantable sous la Terreur.

1-IMG_9265.JPG

          En ce temps-là, Bordeaux avait une vie mondaine, musicale et littéraire extrêmement brillante. La ville attirait l' élite européenne, qui gravitait autour des jeunes magistrats du Parlement de Guyenne : Antoine de Gascq et son ami Montesquieu, l' abbé de Bellet, le plus fameux cabaliste de l' époque, les frères Isaac Sarrau de Boynet, et bientôt, un personnage au parcours atypique : Joseph de Navarre, ( sans lien de parenté avec Henri IV ), qui introduisit la franc-maçonnerie jacobite à Bordeaux en mil sept cent trente deux.

          Jacques III Stuart, le duc de Berwick, font partie des nombreuses personnalités de l' époque à venir dans la capitale de l' Aquitaine.

          Un peu plus tard, c' est le célèbre Joseph Balsamo, comte de Cagliostro, qui vint séjourner dans le port de la Lune.

          A Mongenan, que fréquentaient les amis du baron de Gascq et de Montesquieu, qui venait là en voisin, la franc-maçonnerie était si prisée qu' on y créa un petit temple.

          D' abord, le cabinet de réflexion, où l' impétrant devait méditer devant le sel, le soufre et le mercure, symboles alchimistes de la transmutation, le sablier, rappel que le temps nous est compté, et ces symboles maçonniques que sont le soleil et le coq,

1-IMG_9294.JPG

ainsi que la présence de statues aux yeux masqués de noir de ceux qui n' ont pas encore accès à la lumière.

1-IMG_9293.JPG

          Une fois prêt à recevoir l' initiation, l' impétrant entre dans le temple proprement dit. Celui-ci est carrelé de noir et de blanc, pour signifier le Bien et le Mal. Les symboles maçonniques y sont évidemment représentés : équerre, compas, marteau, épées......

1-IMG_9303.JPG

          Les luminaires : soleil et lune, le delta lumineux, les deux colonnes : Boaz et Jakin, surmontées d' un chapiteau orné de grenades, souvenirs du Temple de Salomon, un pupitre sur lequel est posé un livre sacré, Bible, Evangiles ou Coran.

          Le siège est celui du gardien du temple, appelé " couvreur ".

1-IMG_9301.JPG

          Une corde court tout autour de cette pièce, toujours sans fenêtre. Elle évoque la chaîne d' union et comporte douze noeuds : les lacs d' amour.

1-IMG_9304.JPG

          Des crânes et un cercueil nous rappellent notre finitude, et appellent à l' humilité.

1-IMG_9307.JPG

1-IMG_9296.JPG

          Orienté d' occident en orient, sur sa longueur, du nord au sud sur sa largeur, le temple est censé représenter le monde et le cosmos. Son plafond figure la voute céleste.

          L' homme nu, est dans les mêmes rapports de mensurations que le temple lui-même.

1-IMG_9300.JPG

          Merci à Madame Florence MOTHE, érudite propriétaire du château, dont les passionnants commentaires, ont rendu cette visite si intéressante.



Voir les commentaires

2013-09-03T09:24:00+02:00

Chats Bottés

Publié par divagations-et-balades

 

 

          A Mongenan, on retombe en enfance. Une journée dans la vie des poupéesDès l' entrée dans le musée, un magnifique Chat Botté nous fait déjà rêver. Il nous salue bien bas, avec l' exquise politesse des gens de bien du XVIIIème siècle.

1-IMG_9258.JPG

          On devine que la maîtresse des lieux aime les automates, et, c' est avec fierté qu' elle nous fait franchir une porte basse, et pénétrer dans une petite pièce, où, deux ou trois autres Chats Bottés, rivalisent de beauté et de grâce.

          Celui-ci nous fait un charmant sourire,

1-IMG_9267.JPG

          Et nous invite à entrer, avec une discrète révérence.

1-IMG_9260.JPG

          Celui-la est certainement convié à Venise, pour un éblouissant carnaval.

1-IMG 9257

          Et voici un brillant mousquetaire de Monsieur le Cardinal. Il a, semble t' il, perdu une jambe dans quelque glorieuse bataille, ou bien, qui sait ? dans quelque duel interdit avec les grands rivaux : les mousquetaires du Roi.

1-IMG_9261.JPG

          Il sourit, malgrè tout, avec vaillance et panache.

          Celui-ci est le frère du Chat au doux sourire qui nous avait invités à entrer.

1-IMG 9266

          Mais, je ne lui trouve pas l' air très aimable; plutôt le regard un peu diabolique. Il s' appellerait Lucifer que je ne serais guère étonnée.

          Voyant que nous allons partir, il daigne nous saluer avec un rien de condescendance et de mauvaise grâce.

1-IMG_9259.JPG

          Il est vraiment désagréable ce Chat Botté-là !!! Il devrait être banni du pays des contes.

Brève histoire des automates : Elle est très ancienne, puisque l' on dit que Dédale aurait créé des statues qui marchaient et bougeaient les yeux. Héron d' Alexandrie et Philon de Byzance, auraient, au 1er siècle avant Jesus Christ, précédé Léonard de Vinci, en créant des automates mus par des moyens mécaniques ou hydrauliques. Mais, il n' en reste rien.

          Au XVIIIème siècle, les progrès de l' horlogerie ont permis la création d' automates dont il nous reste de nombreux exemplaires. Le fameux " joueur d' échec " de Von Kempelen, au XVIIème siècle, ayant été une mystification, le plus célèbre est le " canard digérateur " de Vaucanson, qui mangeait, digérait, cancanait. Il a été malheureusement détruit dans un incendie en mille huit cent soixante dix neuf.

1-512px-Jacques_de_Vaucanson_2.jpg

1-220px-Vaucanson_duck1.jpg

                                                                ( images Wikipedia )

          Le XVIIIème siècle semble avoir été, en quelque sorte, l' âge d' or des automates. Les XIXème et XXème siècles en ont aussi fabriqués. Les techniques de fabrication sont gardées secrètes, même si, aujourd'hui, l' électricité et l' informatique, permettent aux créateurs de délaisser le traditionnel pour créer le mouvement.

          Mais la magie opère toujours.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog