Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-04-19T13:11:00+02:00

La porte Dijeaux

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

               Bordeaux a encore six portes, anciens accès à la ville. La porte Dijeaux faisait partie de la troisième muraille de la cité.

1-IMG_6073.JPG

               Entrée monumentale de la ville, elle a été bâtie au XVIIIème siècle, et terminée en mil sept cent cinquante trois aprés cinq ans de travaux, d' aprés les plans de l' architecte André Portier.

               Elle s' est alors appelée ,momentanément : porte Dauphine.

               Elle est en pierre de Frontenac, dure et dense, dans laquelle on peut trouver des sédiments de coquilles. Ce genre de pierre est habituellement utilisé pour construire des fondations.

               Elle est située en retrait de la place Gambetta. Le point Zéro

1-IMG_6070.JPG

               Concernant son nom, deux hypothèses s' affrontent, toutes deux s' appuyant sur le gascon, langue traditionnelle de Bordeaux.

               La première dit que " dijeaux " viendrait de la déformation du gascon " di Jou " pour Jovis, c' est-à-dire Jupiter, dont un temple s' élevait à cet endroit à l' époque gallo-romaine.

               La deuxième tient pour origine le mot gascon " porte des Gious ", c' est-à-dire " des Juifs ", avec peut-être une réminiscence du mot anglais " jews ". A l' angle opposé de la place Gambetta s' ouvre, d' ailleurs, la rue Judaïque.

               Cette porte a plus d' une ressemblance avec la porte d' Aquitaine. La Porte d' Aquitaine

               Comme elle, elle est surmontée d' un fronton triangulaire sculpté :

* Côté Gambetta,

1-IMG_6074.JPG

on voit les symboles de la royauté : la couronne, les fleurs de lys, et aussi, deux ailes, un casque et un  poisson. Sous le triangle, une tête, peut-être léonine, surplombe la date du début de construction de la porte : mil sept cent quarante huit.

* L' autre face :

regarde la rue commerçante éponyme qui va rejoindre la fameuse rue Sainte Catherine, plus longue artère commerçante d' Europe : mille trois cents mètres.

1-IMG_6077.JPG

De ce côté, on peut voir les armoiries de Bordeaux, avec les tours de la Grosse Cloche surmontées du léopard britannique. Corne d' abondance, symbole marin et grappe de raisin, représentent aussi la ville.

Sous le triangle, on peut voir un mascaron recouvert par deux têtes animales, apparemment des chèvres.

1-IMG_6075.JPG

               Deux dragons semblent avoir choisi de se poser de chaque côté du sommet des triangles.

1-IMG_6076.JPG

               Un petit café est, au pied de la porte, une halte agréable. Ce quartier est très animé, et la rue étant piétonnière, certains touristes dont les jambes sont fatiguées d' en avoir trop fait, s' y baladent dans ces étranges véhicules qui faisaient dire à ma Mère, avec un brin de dédain rancunier : " on se croirait revenu au temps des vélos-taxis des années quarantes ".

1-IMG_6078.JPG

               Mauvais souvenir !

(Elle a été classée monument historique en mil neuf cent vingt et un ).

Voir les commentaires

2013-04-18T13:48:00+02:00

Le point Zéro

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage France

link

 

 

                    Dans toutes les villes de France, du moins je le suppose, il existe un point zéro à partir duquel sont calculées toutes les distances par rapport aux autres agglomérations.

               A Bordeaux, il est situé 10, place Gambetta, le centre géographique de la ville. C' est une borne assez usée que je n' ai " évidemment " pas retrouvée pour la photo, mais vous savez déjà que je ne vois jamais rien. Pourtant, je l' ai déjà vue...........il y a des lustres.

1-IMG_6053.JPG

               Cette place est un véritable jardin. Samedi dernier, quand je suis allée y faire ces photos, elle n' était pas aussi belle que d' habitude; un arbre venait de mourir de vieillesse et était tombé, il a fallu vider la mini-rivière et les bassins qui agrémentent la place.

               Celle-ci est enchâssée dans un quadrilatère déterminé par les immeubles parfaitement homogènes, et typiques de la ville, avec leurs arcades fermées, leurs mascarons et leurs mansardes.

1-IMG_6067.JPG

               La place Gambetta offre aux passants fatigués, ou d' esprit bucolique, sa trentaine d' arbres, dont de splendides magnolias,

1-IMG_6054.JPG

ses massifs fleuris,

1-IMG_6059.JPG

le rafraîchissement de ses pièces d' eau;

1-IMG_6063.JPG

1-IMG_6062.JPG

               Les Bordelais, dont la qualité majeure n' est pas la discipline, aiment bien, à l' occasion des chaudes journées du printemps ou de l' été, y tremper le bout de leurs pieds. Quoique, maintenant, c' est le miroir d' eau qui a ce privilège. Le Miroir d' Eau

1-IMG 6061

               La place est devenue " Gambetta " en mil huit cent quatre vingt trois. Auparavant, au gré de l' Histoire de France, elle s' est appelée " Place Dauphine " ou " Place Nationale ". De mil huit cent onze à mil huit cent quatorze, elle a même pris le nom de " Place du Roi de Rome"

1-IMG_6064.JPG

               Au début du XXème siècle, le jardin avait pratiquement la même configuration qu' aujourd'hui, mais des barrières le séparaient de la chaussée. Elles ont été enlevées en mil neuf cent trente trois.

               Depuis, cette place-jardin continue de nous ravir, et la traverser est un véritable plaisir.

1-IMG_6065.JPG

1-IMG_6068.JPG


Voir les commentaires

2013-04-17T06:02:00+02:00

Le Seigneur du Japon

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge               

link

voyage france

link

 

 

               Il se nomme " Kanzan " et c' est un seigneur. Il a accompli un long voyage pour venir jusqu' ici, mais, le pays lui a plu, et il est resté.

               Depuis, tous les ans, en cette période, il fait son show, et tous, autour, tombent sous son charme. En fait, on devrait plutôt parler de splendeur. Il sort ses plus beaux atours qui dégringolent en cascades vers le sol, qu' il recouvrira bientôt d' un somptueux tapis roses, car la vie de ses fleurs est éphémère. Au Japon, ne symbolisent' elles pas la beauté éphémère ?

               Mais, pour l' instant, Kanzan est au faîte de sa splendeur et de sa gloire.

1-IMG_6129-001.JPG

               Un jour funeste, des hommes très savants sont venus le voir. " Kanzan ! ce n' est pas un nom sérieux -dirent' ils d' un ton docte - il lui faut un nom latin, sinon, comment voulez-vous que nous puissions le classer ".

               Ces mots firent frémir d' horreur tous les poètes qui venaient chanter sa splendeur.

               " Prunus serrulata, voilà son nom " décrétèrent les hommes très savants.

               " Mais c' est très laid ! " s' outragèrent les poètes.

               " Tss ! Tss ! - dirent les hommes très savants - vous ne connaissez rien, vos paroles ne sont qu' oiseaux de papier qui volent au moindre vent. Nous devons le faire entrer dans une catégorie. La botanique ne peut se satisfaire d' un nom étranger ".

               " Mais regardez-donc, - dirent les poètes désespérés - tant de beauté ne peut se réduire à une catégorie ! ".

               C' est alors que l' on entendit une voix aiguë qui réclamait : " moi, moi, messieurs les grands savants, j' ai un nom latin et une famille, et ne suis-je pas beau moi aussi "?

               " C' est le lilas ! Mais de quoi je me mêle ! - dirent les poètes - nous t' avons chanté très souvent, mais tu es devenu bien prétentieux, tu te montes le cou, n' oublie pas que tu es syringa vulgaris, tu es beau, c' est vrai, mais

1-DSC00369.JPG

garde un peu le sens de la mesure, tu te compares à un aristocrate exotique ".

               " Mais moi aussi je suis exotique, je suis originaire des Balkans ".

               " Il suffit - dirent les poètes - les Balkans sont la porte à côté, et le Japon est la patrie des cerisiers à fleurs. Qu' y a t' il de remarquable dans les Balkans, peux-tu nous le dire ? ".

               Mortifié, le lilas se mordit la langue et ne dit plus un mot.

               Mais, voici que les messieurs très savants, satisfaits d' eux-mêmes, revinrent après une brève absence, et dirent : " voilà, prunus sellurata kanzan sera son nom officiel; il est de la famille des rosaceae ".

               Epouvantés par cette catégorisation, les poètes s' enfuirent vers la Lune où ils habitent le plus souvent, mais non sans prendre le temps d' emporter une dernière et belle image du Seigneur  Kanzan.

1-IMG_6130.JPG

               Au passage, ils en donnèrent une belle branche fleurie au petit Prince, pour qu' il en décore le seul baobab qu' il ne couperait pas.

Voir les commentaires

2013-04-15T07:17:00+02:00

29° l' aprés-midi

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

               Enfin, il est là..........flamboyant, éclatant..............Le Printemps, le vrai, avec un ciel immaculé où brûle un soleil triomphant, et ses rayons, dardés sur notre coin de planète bleue, mettant dans l' air une incandescence presque oubliée.

1-IMG_6117.JPG

               Le jardin ne s' y trompe pas, qui, de suite, devient plus pimpant et tentateur.

1-IMG_6118.JPG

               Comment résister à cette invitation ? Allons vite voir ce qu' il a de nouveau à nous présenter aujourd'hui ! Et, puisque nous sommes de ce côté, commençons par là.

               L' oranger du Mexique est en train de se couvrir de fleurs blanches;

1-IMG_6107.JPG

               Mais oui, elles sont toujours aussi belles et virginales, et, avec la chaleur, elles délivrent généreusement leur parfum qui me transporte instantanément au milieu des orangeraies de Beni Mellal.

1-IMG_6106.JPG

               Le calistemon est en train de se réveiller; ses boutons sont très serrés, comme s' il n' avait pas encore tout à fait confiance.

1-IMG_6110.JPG

               Les monnaies du pape, pas folles, se pavanent devant le mur blanc pour avoir encore plus de chaleur.

1-IMG_6108.JPG

               Attention, le fuchsia est jaloux; il veut aussi être sur la photo. Il a raison, il le mérite. Pour calmer sa presque frustration, il est si sensible ! donnons-lui un cadre spécial.

1-IMG_6112-001.JPG

               Bon, voila que le laurier-tin revendique. Et moi, et moi ! J' arrive.

1-IMG_6115.JPG

               J' entends une rumeur qui enfle. Je vais changer de côté. D' ailleurs, il parait qu' une surprise m' attend dans le jardin de devant.

               C' est vrai. Le pied de vigne qui faisait le mort depuis quelques mois, se met à revivre timidement. J' en suis ravie, je croyais l' avoir perdu.

1-IMG_6086.JPG

               On m' a toujours dit que la vie était plus forte que tout. Il en est le parfait exemple.

               Le lilas pense que le bleu du ciel lui va bien au teint;

1-IMG_6088.JPG

               Jaloux, l' arbre de Judée pense que c' est à lui qu' il va le mieux. N' est' il pas d' un pays où le ciel est toujours d' azur ! Il réclame même un encadrement noir pour faire ressortir sa couleur.

1-IMG_6099.JPG

               Modestes, les fleurettes qui tapissent le sol ne disent rien, conscientes que leur joliesse parle pour elles.

1-IMG_6092.JPG

               On devine quand même une certaine rivalité;

1-IMG_6098.JPG

               Farouches, les jacinthes sauvages restent dans leur coin.

1-IMG_6103.JPG

               Cette journée ne serait pas parfaite sans les oiseaux. Ils chantent à tue-tête. Une gentille tourterelle turque a bien voulu venir poser pour nous.

1-IMG_6120.JPG

               What a wonderful world !

Voir les commentaires

2013-04-13T04:55:00+02:00

La Belle du Sud

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

               Si le charme de Charleston, ( Dans le Sud Profond ) en a peut-être fait ma ville reine aux USA, je dois dire que Savannah partage cette couronne. Pour l' amoureuse du Sud Profond que je suis, ces deux cités ne peuvent être séparées.

               Savannah étend langoureusement, le long de la Savannah River, ses larges avenues arborées, ses parcs aux chênes séculaires drapés de mousses espagnoles, et ses admirables maisons coloniales, si belles que Lincoln avait demandé au " boucher d' Atlanta " le général Sherman, de ne pas les incendier au cours de la Civil War.

1-Top-copie-16.jpg

               Ces chênes, et les tapis de fleurs éclatantes qui poussent à leurs pieds, forment un fabuleux écrin aux belles demeures qui faisaient la gloire de Savannah au temps des treize colonies,

1-Top-001-copie-12.jpg

                    et qui, aujourd'hui, lui donnent tant de grâce élégante et en font un musée à ciel ouvert.

               Je me souviens d' un dîner dans un restaurant bluffant " la vieille maison rose ". Je n' ai pas pu récupérer la diapo, trop pleine de trous. Imaginez une grande bâtisse aux murs roses, avec un porche et quatre colonnes blanches en haut d' un escalier à quatre ou cinq marches. Un intérieur  très raffiné, lustres en cristal, argenterie scintillante, et un incroyable serveur en costume XVIIIème siècle, parlant un français suranné, étonnant.

               Savannah a une particularité; elle est le précurseur de ces villes américaines au plan géométrique, aux rues se coupant à angle droit.

1-Top-002-copie-11.jpg

                                        ( image Wikipedia )

               Elle doit cela à son fondateur, James Oglethorpe, général et philanthrope britannique qui dessina lui-même les plans.

1-200px-Gen_james_oglethorpe.jpg

                                                                       (Wikipedia)

               Il y a à Savannah, un endroit original : le cimetière Bonaventure. Un charmant vieux monsieur nous a emmenés à l' endroit précis qu' il fallait photographier, et nous a raconté l' histoire de ce cimetière, lieu magique et superbe. Les cimetières américains sont souvent des parcs où l' on va se promener, et qui respirent la sérénité. Celui-ci y ajoute la beauté.

1-Top-003-copie-11.jpg

             L' obligeant Georgien nous a fait remarquer que les vieux arbres formaient un " M " initiale de Mullryne, et un " T " initiale de Tattnall. Mary Mullryne et Josiah Tattnall s' étaient mariés en mil sept cent soixante. Ce cimetière était privé; c' était celui de la plantation Bonaventure appartenant au Commodore Mullryne, et que Mary, sa fille, reçut en dot.

             C' est ici que Clint Eastwood réalisa le tournage du film " Minuit dans le jardin du Bien et du Mal ".

( J' avoue que je perçois le " M " mais pas le " T ". Mais chacun sait que je ne vois jamais rien).

             Dans les alentours de Savannah, comme autour de Charleston, se dressent de magnifiques plantations. C' est là, en Georgie, que Margaret Mitchell a situé Tara, la propriété si aimée de Scarlett O' Hara. On visite Tara, mais les photos n' ont pas survécu. Néanmoins, Tara pourrait presque être celle-ci, dont j' ai oublié le nom.

1-Top-004-copie-12.jpg

               Au temps de Scarlett et Rhett, on allait à Savannah en prenant le Riverboat.

1-Top-001-copie-13.jpg

C' était le meilleur moyen pour les planteurs d' aller surveiller leurs entrepots et/ou de profiter aussi des plaisirs de la ville.

               Ces bateaux, de nos jours, emmènent les touristes vers Stone Mountain près d' Atlanta. Il s' agit d' un complexe où l' on peut taquiner les poissons, faire du canotage, du golf...etc....On peut y voir aussi le Memorial des chefs confédérés; leurs statues équestres sont taillées dans le granit. Jefferson Davis, Robert Lee et Stonewall Jackson sont ici gravés pour l' éternité.

1-Top-005-copie-11.jpg

               Cette sculpture est aussi haute qu' un bâtiment de dix étages, et aussi large qu' un terrain de football.

               Se balader en Georgie, c' est marcher dans " Autant en emporte le vent ". C' est, à Atlanta, chercher l' ombre de Tante Pittipat s' affolant dans l' incendie de la ville, car Sherman n' a pas épargné Atlanta; c' est entendre l' impertinent " taratata " de Scarlett l' indomptable à Tara, et à Savannah, retrouver Scarlett la coquette conquérante, la Belle du Sud si bien représentée par cette ville colorée.

               Oui, décidément, j' aime beaucoup Savannah.


Voir les commentaires

2013-04-12T07:32:00+02:00

Les cotonniers de Certes

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

               Quand j' étais allée me balader dans le domaine de Certes, les cotonniers n' étaient pas en fleurs. Le Delta de la Leyre

               Depuis, j' y étais retournée, et la magie des lieux avait joué encore une fois.

1-Top-copie-2.jpg

               Il y avait cependant une différence : les cotonniers étaient en fleurs. En réalité, il s' agit d' un faux cotonnier, le Baccharis Halimifolia, dont les fruits, pourvus d' aigrettes blanches et soyeuses, ressemblent à des touffes cotonneuses. Importé d' Amérique du Nord en mil six cent quatre vingt, il a envahi les rives nord du delta de la Leyre quand elle part mêler ses eaux douces aux eaux salées du Bassin d' Arcachon..

1-Top-001-copie-2.jpg

               Ils envahissent tout l' espace compris entre les canaux, refoulent la végétation locale, s' insinuent peu à peu jusqu' à prendre presque toute la place, et ils y réussiront bientôt.

               Au-dessus d' eux, j' aperçois trois nids de cigognes, transfuges du parc ornithologique du Teich ? Un monde sauvage  

1-Top-002-copie-1.jpg

               Les cotonniers, continuons à les appeler ainsi, comme le font les autochtones, colonisent jusqu' à l' extrême bord des canaux aux eaux mêlées. Leur blancheur fait ressortir la couleur rougeâtre des herbes aquatiques, et rivalise avec celle, éclatante, des hérons blancs.

1-Top-003-copie-1.jpg

               Tout à coup, s' élevant dans un immense bruissement d' ailes et de cris claquant au vent, des centaines d' oiseaux apparaissent au-dessus de la lande fleurie.

 

1-Top-004.jpg

               Que sont' ils et où vont' ils ? Ce n' est pourtant pas le moment de repartir ? Mais ils ont très vite disparu au-delà de l' horizon marin. Seuls, quelques retardataires sont encore visibles. Serait-ce des cigognes ?

1-Top-005.jpg

               Ce sont en tout cas de gros oiseaux. Je devrais emporter des jumelles !

               Ces cotonniers me font toujours penser à un livre, lu il y a une vingtaine d' années au moins : " les cotonniers de Bassalane ". L' auteur en était une fille de la région, de La Réole, je crois, Michèle Perrein. C' est dire que toute la Gironde a du lire son livre, que j' avais bien aimé, et qui a obtenu, si mes souvenirs sont bons, le prix Interallié.

               Voici ce qu' elle écrivait :  " Les petits arbres aux troncs tordus par les vents, cachent les méandres des étangs à poissons, véritables jardins d' eau à la française, qui, de toutes tailles, de toutes formes, communiquent entre eux ".

 

Voir les commentaires

2013-04-11T08:21:00+02:00

Boone Hall Plantation

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

                    A une dizaine de miles au sud de Charleston, à Mount Pleasant, se dresse une des plus anciennnes plantations des états du sud : Boone Hall Plantation. Elle doit son nom au major anglais John Boone, qui la créa vers mil six cent quatre vingt un, sur le terrain que reçut en dot son épouse, Elizabeth Patey.

                    C' était une plantation de coton, dont la maison de maître originelle était en bois.

               Les photos et films étant interdits pendant la visite, je vous montrerai donc un exemple d' intérieur par  une carte postale.

               La maison actuelle a été construite dans le style colonial georgien, par un canadien Thomas Stone, qui avait acheté la plantation. On y accède par une célèbre allée de chênes plus que bi-centenaires plantés en mil sept cent quarante trois par le fils du major Boone.

4-Top-002.jpg

2-Top.bmp-002.jpg

               On vivait d' une manière très raffinée dans ces états sudistes; on y cultivait un art de vivre que l' aristocratie européenne n' aurait pas désavoué. Les Sudistes étaient d' ailleurs considérés comme des aristocrates face à ces rustres de Yankees.

                Ici, la salle à manger de Boone Hall.

5-Top-001.jpg                 Les jardins sont superbes. Les azalées et les mousses espagnoles concourent à leur beauté, leur confèrent un tel romantisme que l' on a envie de s' y promener en crinoline et ombrelle de dentelle blanche. Et au bras d' un beau cavalier peut-être !!!

1-Top-copie-15.jpg

               Dans un autre coin du parc, un peu éloigné de ce jardin d' agrément, se trouve l' ancien quartier des esclaves, dont les cabanes ont été gardées en état.

1-Top-004-copie-11.jpg

               Au début du XXème siècle encore, des ouvriers agricoles y logeaient, car, cette plantation est toujours active. La culture du coton a seulement laissé la place à l' agriculture biologique.

               Bien que sommaires, ces maisons d' esclaves me paraissaient plus grandes et plus confortables que celles que j' avais vues dans le Mississipi ou en Louisiane. Mais, ce n' était peut-être qu' une impression !

               Beaucoup de ces plantations des états confédérés furent mises à mal par les troupes nordistes, et les carpetbaggers achevèrent souvent de ruiner les planteurs.

1-220px-Carpetbagger.jpg

                                                       ( image Wikipedia )

               On pourrait, d' une façon non littérale, traduire ce terme de carpetbaggers par " profiteurs de guerre ". Ils étaient tous nordistes, arrivant à la fin de la guerre de Sécession, déterminés à tirer profit de cette période de reconstruction. Ils avaient quelques équivalents sudistes : les scalawags.



Voir les commentaires

2013-04-10T16:40:00+02:00

Erratum

Publié par divagations-et-balades

Désolée, erreur de frappe dans l' article du jour " dans le sud profond ", la Georgie est au sud de la Caroline du Sud, juste avant la Floride, et non au nord.

 

 

 

                                                       

Voir les commentaires

2013-04-10T08:15:00+02:00

Dans le Sud Profond

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

                    Hier, j' ai fait du rangement, en fait du grand nettoyage ( de Printemps ), et, j' ai eu la bonne surprise de retrouver quelques photos perdues. Elles étaient dans ma période, tirage sur papier mat. Est-ce pour cela qu' elles sont moins abimées que les autres du même....âge, et a fortiori beaucoup moins que les diapositives ? peut-être retrouverai-je un jour celles qui me manquent : Martinique, Bahamas, Puerto Rico, Italie etc.....

                    Mais je suis ravie d' en avoir retrouvé quelques unes de ce Sud Profond que j' aime beaucoup, avec ses plantations ante bellum, sa végétation exubérantes que les mousses espagnoles rendent si romantique, même les routes.

1-Top-copie-13.jpg

                    Nous sommes en Caroline du Sud, et nous allons vers la ville qui est peut-être ma préférée aux Etats Unis : Charleston.

                    Fondée en mil six cent soixante dix, par des Anglais venant des Bermudes, l' endroit avait accueilli aussi quelques années plus tôt, des huguenots français, chassés par la révocation de l' Edit de Nantes.

                    Les premiers coups de feu de la guerre de Sécession, que les Américains nomment " Civil War ", furent tirés ici, à Fort Sumter, dans la baie de Charleston, un îlot à environ trente minutes de la côte.

1-280px-FortSumter2009-001.jpg

                                                                          ( image Wikipédia )

                    Charleston est une ville très élégante, les rues sont bordées de belles demeures, les jardins sont magnifiques. S' y promener en calèche est un délice romantique qui m' a ramenée vers Scarlett O' Hara et Rhett Butler, dont j' ai relu l' histoire tumultueuse " in-situ ".

1-Top-001-copie-11.jpg

                    D' " Autant en emporte le vent " j' ai retenu une remarque de Scarlett, qui convient très bien à mon caractère un tout petit peu procrastinatoire : " demain est un autre jour ". Le si fascinant Rhett a peut-être habité une de ces maisons lors de ses séjours à Charleston, laissant Scarlett à Tara, plus au nord, en Georgie.

                    Ou bien une telle celle-ci ?

1-Top-copie-14.jpg

                    Tout était aimable à Charleston, y compris les habitants qui étaient particulièrement affables, dans un pays où, pourtant, la population n' est pas avare de cordialité.

                    Il y a un lac, le " Colonial Lake "; sur l' une de ses rives, est une très agréable promenade où l' on voit courir des écureuils peu farouches.

1-Top-003-copie-10.jpg

                    Charleston a gardé tout le charme du sud d' avant la Civil War, qui en fait, n' était pas si lointaine que ça, un peu plus de cent dix ans, et dont le souvenir était encore très vivace; les inscriptions sur les murs, genre " le Sud renaîtra ", se voyaient encore.

                    Et puis, il y avait les jardins, somptueux, exubérants, colorés; Nous étions fin juin, et leur beauté explosait en éclats fantastiques. L' un d' eux nous a particulièrement enchantés : Magnolia Garden, vieux de près de trois cents ans, que des azalées géantes tranformaient en jardin des merveilles.

1-Top-004-copie-10.jpg

                    On y retrouve les eaux sombres dues à l' acide tannique provenant des racines aquatiques des cypress, et les mousses espagnoles, véritables chevelures, qui parfois, ondulent au souffle d' une légère brise atlantique.

1-Top-005-copie-10.jpg

                    Pour moi, la Caroline du Sud, et Charleston en particulier, sont des lieux de douceur et de charme qui envoûtent. Malgré les années passées, la magie opère toujours, ranimée par ces photos retrouvées, qui éveillent aussi une légère nostalgie. J' aimerais bien revenir à Charleston !

                    Je sais que je ne suis pas la seule à être tombée amoureuse de cet endroit, J' ai rencontré  un jour, par hasard, ( ! ), un autre ensorcelé qui avait de Charleston la même vision que moi. Nous étions allés aux mêmes lieux, avions porté le même regard, et nous nous étions bien amusés en constatant que les photos que nous avions prises étaient étrangement jumelles.

                    La magie du Sud Profond.

Voir les commentaires

2013-04-09T04:43:00+02:00

Un monde de plaisirs

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

 

                    Blanche Neige et ses copains nous attendaient au bout de Main Street.

1-Top-copie-11.jpg

                    Des tas d' attractions, toutes plus ........attractives les unes que les autres, nous sollicitaient de tous côtés. Par quoi allions-nous commencer ?

                    Le circuit automobile, me dit David qui brûlait de se mettre au volant d' une décapotable. OK, on y va.

1-Top-001-copie-10.jpg

                    Il flambe, en jaune.

                    Et maintenant ? Les pirates des Caraïbes ? Le petit train de la mine, aux rudes descentes ? Le petit monde ? Bof ! me dit David, ce sont des poupées, c' est pour les filles. Bon. Alors on va prendre le sous-marin du Capitaine Nemo; on a vraiment l' impression de plonger vers les profondeurs océaniques, et on se fait chahuter par une pieuvre géante. Va pour le Nautilus.

1-Top-002-copie-10.jpg

                    Tiens, les tasses folles d' Alice au pays des merveilles ! Elles tournent dans tous les sens. Mal de mer garanti.

1-Top-003-copie-9.jpg

                    Il y a la queue, comme partout, au manège des éléphants volants. Mais c' est pour les petits.....dit mon grand homme. Pas tant que ça, mais...bon !!!!

1-Top-004-copie-9.jpg

                    J' ai faim, me dit l' ogre. Oui, c' est l' heure, dit Mickey.

1-Top-005-copie-9.jpg

                    Allons au Chrystal Palace, dit la sensée raisonnable.

1-Top-006-copie-6.jpg

                    Mais...que se passe t' il ? Qui se permet de torturer mon neveu ?

1-Top-008-copie-5.jpg

                    Vite, je vais le délivrer, et nous fuyons par le train de la mine.

1-Top-008-copie-6.jpg

                    Nous descendons à la prochaine station; où nous rencontrons Pinocchio et ses amis.

1-Top-009-copie-3.jpg

                    Ils nous conseillent de prendre la bateau, ce que nous faisons, mais...........

1-Top-010-copie-2.jpg

                    Nous reviendrons !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog