Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-01-20T15:12:00+01:00

Flash Back

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Ce matin, je suis allée comme souvent le dimanche, à l' espace casher pour acheter quelques menues bricoles........merguèz, (les meilleures du monde), poitrine d' oie fumée, avec laquelle nous faisons nos lardons..... En sortant du parking, Place de la Victoire, je me trouve devant un grand bâtiment : l' ancienne faculté de Médecine et de Pharmacie, " MA " fac.

1-IMG_4379.JPG

                    J' y ai passé des années formidables, avec des copains formidable, et j' y ai connu celui qui a compté toute ma vie. Beaucoup, malheureusement sont déjà morts. Il parait que nous sommes la promotion qui compte le plus de décès prématurés de tous les temps. Alors, je m' accroche ! Que dis-je ? Je m' agrippe.

                    Cette fac est magnifique, les amphis sont superbes, et...........j' y ai bien rigolé. Les nouvelles facs sont modernes, fonctionnelles, mais on y rigole moins et le sens de la camaraderie a, me semble t' il, bien changé. Je le sais, je suis allée y suivre un cours, un jour de nostalgie.

                    " Ma " fac est sise Place de la Victoire, nom intéressant quand on entreprend des études.

1-IMG_4391.JPG

1-IMG_4390.JPG

                    " De mon temps ", le Rock Café s' appelait l' Oriental, et sur cette vaste place, il y avait un marché aux fleurs. A la place, ce matin, il y a des supporters du PSG, qui se font remarquer par leurs .......braiements, et qui chantent déjà victoire. Téméraire comme une inconsciente que je suis, je leur dis en passant qu' ils ont toute la journée pour se faire à l' idée de la défaite. Les braiements sont devenus vociférations, mais quoi ! je suis une faible femme, alors : pas touche.

                    Et me voilà devant " Chez Auguste ", le café le plus célèbre du tout Bordeaux estudiantin. De la fac, on n' avait qu' à traverser la rue. J' ai connu le véritable Auguste. C' était le nom du serveur, déjà âgé à mon époque. Bourru, bougon, caractériel et imprévisible. Je me souviens d' un jour où je lui réclamais un cacolac qui n' arrivait jamais, et il m' avait toisée en me disant " aujourd'hui, je ne sers pas les petits prix ". Sacré Auguste ! Cela me fait encore rire.

1-IMG_4392.JPG

                    Je crois que rares sont ceux qui n' y ont pas mis les pieds. Certains un peu trop souvent, et il leur arrivait parfois quelques mésaventures. Tel un de mes bons copains qui y jouait à la belote avec trois individus qu' il ne connaissait pas. A un moment donné, son partenaire dit à mon copain : " Je te vois souvent ici, que fais-tu dans la vie ?" - " Oh! je suis étudiant au b....l d' en face, mais j' y mets rarement les pieds, on me passe les cours " (Moi). "Ah oui, dit l' autre, il se trouve que j' y suis prof d' anatomie, tu joues bien à la belote, mais on se retrouvera aux examens de juin ". Eh oui ! Même les profs allaient chez Auguste.

                    Je gage que ce soir il y aura une belle ambiance, car, ainsi que la plupart des cafés bordelais, il y a devant la terrasse le tableau noir annonçant le match de ce soir.

1-IMG_4392-001.JPG

Voir les commentaires

2013-01-19T07:52:00+01:00

L' église de mon village

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Depuis le temps que j' habite ici, je ne la connaissais pas. Bien sûr, de la route qui traverse le bourg, je voyais sa silhouette trapue, mais c' est tout. Alors, il y a quelques jours, avec ma soeur et Victor le Chien, nous sommes allés nous promener dans ce coin, et..........voilà.

1-IMG_4167.JPG

Une église romane, l' une des premières en Médoc, aurait été construite au XVème siècle. L' église actuelle, dédiée à Saint Hilaire, date de mille huit cent cinquante trois, et aurait été bâtie sur les traces de l' ancienne.

1-IMG_4169.JPG

Nous le retrouvons, juché au sommet du portail, sous l' horloge qui rythme les heures du village,

1-IMG_4168.JPG

1-IMG_4170-copie-1.JPG

du moins je le suppose, car depuis chez moi, trop à l' écart du bourg, on ne l' entend pas. Parfois les cloches, quand le vent souffle du sud.

                    Entrons. La nef principale se veut romane et sobre, voire austère.

1-IMG_4171.JPG

Les parties latérales présentent cette même sobriété;

1-IMG_4172.JPG

1-IMG_4173.JPG

Pas de fioritures, pas de tableaux; rien de présomptueux. C' est une église de campagne, toute simple.

Des vitraux dont certains dessins sont presque naïfs, un peu délavés;

1-IMG_4175.JPG

1-IMG_4185.JPG

d' autres plus élaborés, peut-être plus anciens.

1-IMG_4177.JPG

Quelques statues,

1-IMG_4179.JPG

1-IMG_4180.JPG

Et aux murs de pierre rugueuse, un chemin de croix en.........je ne sais quoi, mais je lui trouve des reflets métalliques.

1-IMG_4183.JPG

                    Pour sortir, nous traversons à nouveau ce petit vestibule, qui devait être peint dans des temps plus anciens, car il reste un vestige qui représente apparemment un lambeau d' armoiries; on dirait l' un des léopards bordelais.

1-IMG_4187.JPG

                    Voilà, un coup d' oeil à l' arrière, et vous aurez fait le tour d' une petite église sans prétention.

1-IMG_4190.JPG

Voir les commentaires

2013-01-18T10:07:00+01:00

Les étangs du Vivier

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Le parc du Vivier contient deux étangs et un vivier. Ce dernier est laid, ( à mon goût ), et je ne l' ai pas photographié. Les étangs apportent toujours une note de romantisme, surtout quand des cygnes y promènent leur grâce.

1-IMG_4332.JPG

Un jet d' eau, en pattes d' araignée liquides, fait chanter chaque étang.

1-IMG_4327.JPG

Des canards, bien sûr, naviguent aussi sur ce plan d' eau qui, parfois, semble de mercure,

1-IMG_4328.JPG

mais se pare de lueurs vertes quand il reflète la mousse des arbres;

1-IMG_4330.JPG

                    Trois canards ont pris le parti de me suivre; formation en triangle, telle une escadrille de chasse sur cet étang de métal fondu, espérant sans doute une offrande de ma part. Mais désolée, Messieurs les Canards, il est interdit de nourrir les animaux du parc.

1-IMG_4339.JPG

1-IMG_4340.JPG

Ils sont trois, tous différents mais également beaux.

1-IMG_4333.JPG

                    Continuant ma balade, je rencontre un homme à peine âgé, un de ces jeunes retraités qui vient diluer son ennui dans ces eaux métalliques ? Ou simplement, méditer sur la vie.

1-IMG_4331.JPG

Nous discutons quelques minutes sur les tortues cistudes que je ne verrai pas, car, pas folles, elles hibernent.

                    Plus loin, la vieille fontaine du XVIIème siècle, qui a été soigneusement préservée.

1-IMG_4325.JPG

                    Et, j' arrive au deuxième étang, celui dans lequel se mire la chartreuse;

1-IMG_4335.JPG

Le ciel, redevenu bleu, fait à nouveau resplendir les couleurs;

1-IMG_4336.JPG

1-IMG_4337.JPG

                    La visite touche à sa fin. Un dernier regard. Je reviendrai au Printemps, quand les fleurs prendront leur revanche.

1-IMG_4347.JPG

Voir les commentaires

2013-01-17T10:00:00+01:00

Les arbres du Vivier

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Avant-hier, profitant d' un pâle soleil d' hiver qui me fait regretter de ne pas habiter sous les tropiques, je suis allée me balader au parc du Vivier. Bien sûr, tout est beaucoup plus coloré et foisonnant de fleurs au Printemps et en été, mais, les parcs de l' hiver, comme les plages de l' hiver, ont un charme particulier. Il y a deux entrées et je choisis celle qui est proche du parking où je peux garer mon destrier rouge.

1-IMG_4313.JPG

Dès l' entrée, j' aperçois une façade latérale de l' ancienne chartreuse néo-classique, dans laquelle s' est installée la Mairie de la ville.

1-IMG_4314.JPG

1-IMG_4319.JPG

A l' origine, la chartreuse se limitait à une partie du rez - de- chaussée. Son premier propriétaire connu fut Charles Blanc, qui y décéda en mil sept cent quatre vingt. En mil neuf cent deux, Yorick Exshaw, négociant bordelais d' origine irlandaise, l' acheta et fit ajouter au bâtiment principal, la partie est comprenant le péristyle.

Des arbres magnifiques lui servent d' écrin;

1-IMG_4315.JPG

et ici, comme à Bourran, des cèdres majestueux;

1-IMG_4316.JPG

rentrée à " l' intérieur " de l' arbre donne l' impression d' une véritable cathédrale végétale, construite par un architecte un peu fou.

1-IMG_4317.JPG

1-IMG_4318.JPG

Certains arbres offrent un contraste entre la massivité du tronc et des branches, et la gracilité du feuillage;

1-IMG_4321.JPG

Plus loin, un olivier au tronc divisé en forme de lyre, commémore un hommage rendu par la Ville à Bernard Lecache, fondateur de la LICRA.

1-IMG_4370.JPG

Au milieu des grands arbres, une sculpture réalisée en mil neuf cent cinquante quatre par l' artiste espagnol Josep Riera Y Arago à Barcelone. La ville de Mérignac l' a acquise en mil neuf cent quatre vingt onze, à l' occasion du Festival d' Automne.

                    Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la chartreuse hébergea les officiers de la Luftwaffe. Les Allemands savaient choisir leurs résidences !

                    Outre les beaux arbres, ce parc renferme aussi deux étangs et un vivier. Nous en parlerons demain.

Voir les commentaires

2013-01-16T18:53:00+01:00

Cauchemar

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Ce matin, je me suis levée sans savoir que ce jour allait être cauchemardesque. Comme d' habitude, j' étais de bonne humeur; oui, j' ai la chance de ne pas savoir ce qu' est " être de mauvaise humeur ". Tous ceux qui me connaissent bien le savent, du moins je l' espère. Mais je suis aussi capable de colères dévastatrices, heureusement rarissimes. Aujourd' hui est un jour où j' ai senti la pression monter brusquement et exploser en rage.

                    Vers dix heures sont arrivés des engins bizarres et bruyants, et la dévastation du rond-point, dont nous sommes riverains avec deux autres voisins, a commencé. Arbres et arbustes arrachés, tout a été rasé, sans que nous ayons été le moins du monde avertis de ce méfait.

                    Qui a commandité ce carnage ? Le délégué aux espaces verts du Domaine. Ces arbres étaient quelque part un peu à nous. Ma Mère avait planté le mimosa, la voisine d' en face avait planté le noisetier et le troisième riverain houx et pyracanthas. Les arbres ont mis trente ans à pousser et nous offrir le plaisir des yeux. J' imagine la peine de notre Mère, de la voisine et du voisin, tous les trois décédés aujourd'hui s' ils avaient vu cela. Ils avaient laissé un peu d' eux-mêmes dans ces plantations; en moins d' une heure, tout a disparu.

                    Je lui ai écrit une lettre à ce type, qui n' a jamais mis les pieds sur notre rond-point, qui est en impasse; j' espère qu' il en percevra toute l' ironie, je suis assez bonne en mots qui tuent.

                    Je vous laisse " admirer " le travail, et l' exquise beauté de notre nouvel environnement.

1-Top-copie-2.jpg

                                                                                                AVANT

1-IMG_4378.JPG

                                                                                         APRES

Voir les commentaires

2013-01-16T08:44:00+01:00

Sourires d' hiver

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link     link

 

 

                    On les croit toutes parties se cacher jusqu' au Printemps, mais non, quelques fleurs sont restées, pour nous consoler de ce ciel dont le bleu palissant tourne parfois au gris. Elles sont les larmes d' Iris tombées sur la terre, et prennent souvent les couleurs de l' arc en ciel.

                    Elles sont pour la plupart au ras du sol, timides, conscientes d' être là presque par inadvertance, n' émettant aucune odeur, pour ne pas se trahir. Les plus timides, mais au fond les plus audacieuses, sont les pâquerettes qui picotent les prairies.1-IMG_4355.JPG

Il y a les pensées, énigmatiques, en fleur unique sur une courte tige,

1-IMG_4353.JPG

1-IMG_4354.JPG

ou groupées par deux, ou même trois ou quatre, blotties sur un même pied.

1-IMG_4360.JPG

1-IMG_4361.JPG

1-IMG_4362.JPG

1-IMG_4363.JPG

1-IMG_4365.JPG

Il y a même une petite fleur isolée; son teint rose vif atteste de sa confusion de s' être mêlée aux pensées, elle parait si modeste parmi elles; mais elle aussi voulait apporter sa contribution,

1-IMG_4351.JPG

car, ces flerurs hivernales sont les sourires d' encouragement que nous prodigue Gaïa. Au coeur de l' hiver, quand tout semble en coma dépassé, elles symbolisent l' espérance en un Printemps, qui, déjà, dans les profondeurs de la terre, peaufine, en secret, son retour. Février n' est plus très loin, qui signe le déclin de l' hiver quand fleurissent les mimosas.

 Certaines fleurs, plus audacieuses et plus optimistes, n' hésitent pas à, déjà, s' élancer vers un ciel qui, bientôt, va retrouver sa clémence.

1-IMG_4348.JPG

Voir les commentaires

2013-01-15T09:14:00+01:00

Le château de Bourran

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link       link

 

 

                    Ce château est un pastiche de château du XVIIIème siècle. Les oiseaux de Bourran

                    Aprés avoir franchi le grand portail du parc, et dépassé la tour qui semble surveiller ceux qui rentrent dans ce domaine,

1-IMG_4215.JPG

une partie du château nous est apparue, sertie dans le roux et le vert,

1-IMG_4218.JPG

Puis, nous apparait le château dans son ensemble, en fin presque, car une partie est cachée par sa majesté le cèdre du Liban. Les arbres de Bourran

                    Jolie petite maison de campagne, n' est-ce pas M. K ?

1-IMG_4230-copie-1.JPG

                    Approchons-nous; une terrasse court tout le long de la façade,

1-IMG_4242.JPG

juste interrompue par un large escalier desservant trois entrées, et quatre colonnes soutenant une terrasse à ballustres identiques à celles de la terrasse inférieure.

1-IMG_4243.JPG

                    Fidèles à la tradition régionale, des mascarons ornent la façade;

1-IMG_4245.JPG

1-IMG_4244.JPG

                    Ce château fut la résidence du roi de Montenegro pendant la Première Guerre mondiale, et le siège de la Luftwaffe et du commandement de la première armée allemande durant la Deuxième Guerre mondiale.

                    En mille neuf cent quarante quatre, il fut réquisitionné pour y loger l' Ecole Normale d' Instituteurs. Il est actuellement le siège de l' Institut Universitaire de Formation des Maîtres, rattaché à la Faculté Michel de Montaigne, Université de Bordeaux IV.

                    Tout comme le parc, le château est inscrit à l' inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Voir les commentaires

2013-01-14T11:22:00+01:00

Les arbres de Bourran

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Au XVIIIème siècle, le parc de Bourran était un domaine viticole appartenant au marquis de Cazeaux. Une chartreuse au milieu des vignes, composait la propriété.

                    Pendant la Révolution, en mil sept cent quatre vingt onze, le domaine passa aux mains de François Armand de Saige, maire de Bordeaux. Mais, celui-ci fut guillotiné en mil sept cent quatre vingt treize. Un banquier, Piganneau, en fit l' acquisition au XIXème siècle, et chargea un paysagiste connu, Le Breton, d' y dessiner un parc. Celui-ci contient de nombreux arbres originaires d' Europe, d' Amérique et d' Asie.

                    Allons à leur rencontre par les allées sinueuses du parc.

1-IMG_4216.JPG

                    Celles-ci courent, d' une rive à l' autre de la rivière;

1-IMG_4221.JPG

après l' avoir enjambé par un petit pont aux arches enfouies sous la verdure;

1-IMG_4263.JPG

1-IMG_4257.JPG

et gardé par un vieux lion si usé qu' il est peut-être un griffon !

1-IMG_4258.JPG

                    En arpentant ce parc, on trouve des arbres extraordinaires, tel ce peuplier de Caroline au tronc

1-IMG_4250.JPG

extravagant, et dont les étranges sculptures s' élèvent jusqu' au sommet. Ou bien encore celui-ci, arborant tous ces colliers, et dont je ne sais pas le nom n' ayant pas vu l' étiquette.

1-IMG_4256.JPG

Et celui-là, dont les branches décharnées se parent de boules de gui semblant faites de dentelle.

1-IMG_4284.JPG

Ces trois séquoïas vertigineux montent la garde sur le bord de la rivière, droits et altiers avec leurs troncs rougeâtres.

1-IMG_4291.JPG

Ces sycomores d' Asie semblent atteints de psoriasis. Réaction à une transplantation non désirée ?

1-IMG_4217.JPG

Originaires de l' hémisphère nord, ces aulnes glutineux ne veulent pas se séparer.

1-IMG_4232.JPG

Ici, nous marchons sur la pointe des pieds, cet arbre a l' air si tourmenté que nous avons scrupule à le déranger.

1-IMG_4240.JPG

Et enfin, royal, trônant en majesté devant le château, le fabuleux cèdre du Liban dont le sommet tabulaire prouve qu' il est déjà d' un grand âge.

1-IMG_4238.JPG

               Inspirant une certaine mélancolie dans la clarté blême de l' hiver, ce parc distille aussi la sérénité. J' y reviendrai au Printemps, au prochain passage de Victor chez son " coiffeur ".

Voir les commentaires

2013-01-13T13:46:00+01:00

Les oiseaux de Bourran

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Pendant que nous avions livré Victor à son tortionnaire, nous sommes allés nous balader dans le parc du château de Bourran, dont la porte principale s' ouvre à dix mètres de là.

                    Il s' agit d' un parc à l' anglaise de dix sept hectares, créé au XIXème siècle pour valoriser le château. Ce parc est traversé par la Devèze, un petit affluent de la Garonne né à Beau Désert, et dans laquelle il se jette à Bordeaux après avoir traversé la ville en un parcours rendu souterrain.

1-IMG_4237-copie-1.JPG

1-IMG_4272.JPG

                    Le château et le parc ont été classés aux Monuments Historiques.

                    Ces eaux paisibles, animées par un jet d' eau qui crée un léger brouillard, hébergent de nombreux oiseaux aquatiques.

1-IMG_4220.JPG

Des cygnes, bien sûr, comme tout parc qui se respecte;

1-IMG_4267.JPG

Des oies cendrées, des oies bernaches du Canada, et leur modèle réduit : la bernache nonette;

        1-IMG 4269

1-IMG_4280-copie-1.JPG

des mouettes, et même quelques cormorans noirs, attirés par les eaux poissonneuses;

1-IMG_4275-copie-1.JPG

Certains canards ont l' air de faire bande à part; Sont' ils fâchés ? Les disputes sont' elles possibles dans un lieu si bucolique ?

1-IMG_4260.JPG

Et celui-ci, avec ses belles couleurs, quel est' il ? Boude t' il ?

1-IMG_4274.JPG

Et qui sont ces deux donzelles à l' air si fier ?

1-IMG_4281.JPG

                    Mais il est temps d' aller voir ce que devient notre pauvre chien avant qu' il ne fasse un syndrome d' abandon. En partant, nous admirons au passage deux arbres à mouettes.

1-IMG_4226.JPG

                    La visite de ce parc n' est pas terminée. Alors à bientôt, puisque me voilà rescapée d' une rude semaine.

Voir les commentaires

2013-01-12T10:58:00+01:00

Métamorphose

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

             
                      Il y a quelques jours, nous avons emmené Victor le Chien chez le " coiffeur ". Nous sommes arrivés avec un animal bizarre, mi - chien, mi - moufflon. A vrai dire, nous ne savions plus trop ce que nous avions.
1-IMG_4212.JPG
              
                    Nous l' avons laissé, car, si nous sommes là, tout près, il fait la comédie, se tortille, ne veut pas se laisser faire.........enfin, se comporte en vrai cabot.
1-IMG_4304.JPG
              
                   Quand nous sommes revenus, un autre chien se dessinait sous les outils experts du " coiffeur "; il en était à la toilette des pattes, ce qui, il faut le reconnaitre, n' est pas une partie de plaisir pour Victor. Bien que le museau soit bien ficelé, et que Victor ait un air si misérable qu' il nous fend le coeur,1-IMG_4296.JPG
ce n' est pas non plus une partie de plaisir pour le " coiffeur ", que Victor essaie de mordre, en l' invectivant en canin pour lui apprendre à le torturer.
1-IMG_4305.JPG
              
                    Mais cet homme ne se laisse pas impressionner, il a été l' éleveur de Victor et il a une grosse voix. Alors Victor se tait sans gloire, au lieu de lui sauter dessus toutes dents dehors, comme il fait avec ma soeur ou moi, qui sommes couturées de cicatrices de morsures. car cet idiot de chien a un affreux caractère, une vraie caricature.
1-IMG_4300.JPG
              
                    Il est ainsi depuis la mort de notre Mère, avec qui il était tout le temps.
                   Mais, voilà le terrible moment terminé, et nous avons devant nous un animal métamorphosé, en fait, un autre chien qui a retrouvé la pureté de sa ligne et méritant à nouveau son pedigree, car le croiriez-vous ! cette espèce de fauve est marquis. Son père et sa mère ont gagné moult concours. Pas lui, mais pour la bonne raison que nous n' avons jamais voulu l' enquiquiner avec ça............et nous avec !
1-IMG_4312.JPG
              
                    Et maintenant que se passe - t' il ? Comme d' habitude, Victor est traumatisé, il ne se reconnait plus et sans doute, se sent fragile sans ses poils protecteurs qui le faisaient paraître plus gros qu' il n' est. Et, comme d' habitude, son " coiffeur " lui a trop rasé le derrière qui est à vif. Mais ce dog infernal n' accepte qu' on le touche que pour le caresser, sinon, je le tartinerais de crème au calendula et on n' en parlerait plus. Mais...........j' ai beau lui expliquer........

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog