Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-09-06T14:54:23+02:00

Ecolauto

Publié par divagations-et-balades

          J'avais laissé ma voiture tranquillement installée, sur l'allée du garage, à l'ombre d'un chêne.

          Il faisait beau et chaud......Le rêve...........J'étais dans le jardin " de derrière " en train de bouquiner devant une tasse de thé à la menthe, " nana " bien sûr, sans me douter le moins du monde de ce qui se tramait devant la maison.

          Je relisais " La petite fille au manteau rouge ", celle qui avait traversé le film de Steven Spielberg : La liste de Schindler ".

Ecolauto

          Un moment plus tard, ma soeur, dont la voiture est en panne, peut-être définitive, m'a demandé de la conduire faire quelques courses. Le chien Oscar, que l'on pensait profondément endormi, est arrivé en frétillant de la queue, et nous a regardées de cet air à la fois misérable et culpabilisant, dont les chiens savent si bien faire usage.

          " Bon, d'accord, on t'emmène; je vais arranger la couverture sur le siège arrière. Attends."

          Et quand j'arrivais devant la voiture..... j'en restais ....bouche bée ! Elle était envahie. Avais-je laissé une vitre ouverte pour que la végétation s'y engouffre ainsi ?

          

Ecolauto

          Pas de doute, elle était colonisée. J'entrepris d'en faire le tour.......La végétation était omniprésente.......quelle que soit la vitre par laquelle je regardais. 

Ecolauto

          Mais comment cela se pouvait-il ? Je parie que c'est encore ce sacré lutin du jardin qui me fait une blague !

Ecolauto

          Et comment je vais faire moi, maintenant ? A l'arrière de la voiture, je vois que, décidément, le lutin a perdu un peu de maîtrise dans l'art d'illusionner les humains. Trop de ciel rend le mirage imparfait.

Ecolauto

          Eh non ! Ma voiture n'était pas devenue la proie d'un lutin écolo. Oscar en était tout joyeux !

Voir les commentaires

2020-09-04T15:51:50+02:00

La laitière

Publié par divagations-et-balades

          Quand j'étais enfant, ma mère m'envoyait à la laiterie chercher le lait pour ma petite soeur, ou mon petit frère, je ne sais plus bien.

          Je partais avec mon petit bidon, et la laitière, Madame J. y versait, à l'aide d'une grande louche, le lait qu'elle sortait de gros bidons.

          Puis un jour, nos parents ont quitté la grande maison de Bordeaux pour venir vivre à la campagne; mon neveu, fils de mon frère, est né. et tantôt l'un, tantôt l'autre, nous allions, toujours avec notre petit bidon, acheter pour lui, le lait dans une ferme non loin de là.

          Le lait avait alors une saveur inégalée. Quand ma mère le faisait bouillir, une épaisse crème se formait, et ma mère l'utilisait quand elle faisait des gâteaux, et en particulier des tuiles aux amandes dont nous raffolions.

          Les jours ont passé, et maintenant, si nous voulons du lait, nous allons au supermarché et nous avons........cela :

La laitière

          Ce lait ne fait pas de crème épaisse quand il bout, et nous ne faisons plus de tuiles aux amandes......dont pourtant, nous raffolons toujours. Mais..... la pâtissière n'est plus là.

          Hier, en feuilletant le journal, un bien curieux titre a attiré mon regard :

 DU LAIT SUR PATTES AU JARDIN PUBLIC DE BORDEAUX

       Titre suivi d'un long article occupant toute la page.

          Et j'ai appris, qu'au XIXème siècle, il y avait des laiteries-vacheries qui entouraient Bordeaux et aussi, l'une d'entre elles en plein coeur de la ville, au sein du jardin public.Là où, de nos jours, les bordelais font une petite sieste.

          

La laitière

          C'était une mini-ferme, mais elle eut un tel succès qu'elle fut agrandie en mille huit cent quatre vingt.

          Mais les grincheux sont de toutes les époques, et ceux-là mêmes qui se plaignaient des meuglements des vaches, ont des descendants qui se plaignent aujourd'hui du chant des oiseaux le matin.

          La laiterie-vacherie a donc fermé. Alors, comment les Bordelais se procuraient-ils du lait ? Ni les réfrigérateurs, ni les supermarchés n'étaient encore inventés.

          Eh bien..........comme cela :

Image archives Sud-Ouest

Image archives Sud-Ouest

          Vaches, chèvres, et même ânesses venaient en ville, et, c'est sur le trottoir, devant la porte de leurs clients, que les fermiers faisaient la traite.

          Ce système a duré jusqu'en mille neuf cent onze. Sont apparues alors :

     * la généralisation de la pasteurisation,

     * les laiteries industrielles,

     * l'invention des réfrigérateurs.

          Et............Adieu vaches, chèvres, ânesses......Et le pittoresque, et peut-être déjà un brin de convivialité, qui allaient avec.

Voir les commentaires

2020-08-30T18:29:34+02:00

Ciels du Médoc

Publié par divagations-et-balades

               Eh ! Qu'aimes-tu donc, extraordinaire Etranger ?

J'aime les nuages...Les nuages qui passent...Là-bas...Là-bas...Les merveilleux nuages (1)

          Baudelaire est-il venu sous le grand ciel médocain pour écrire ses petits poèmes en prose, et interroger cet énigmatique étranger !

          Je suis amoureuse des ciels du Médoc, ces ciels changeants, au-dessus de l'océan des pins.

          Mon premier régal de la journée, c'est le matin, quand j'ouvre mes volets sur le lever du soleil, et que je reste là, dans un éblouissement sans cesse renouvelé.

Ciels du Médoc

          J'aime cette lumière naissante qui joue sur les nuages, et crée un monde en technicolor. Parfois, le spectacle est moins riant, la noirceur a pris possession du ciel, et , seules, deux flèches d'or me disent que Sa Majesté le soleil est là, tapi au fond de l'horizon des arbres, prêt à tout éclabousser.

Ciels du Médoc

          Parfois, l'hiver, le soleil se noie, mais comme pour un ultime cadeau, il incendie les nuages.

Ciels du Médoc

          Et il y a ces merveilleux nuages des jours d'été, quand le ciel hésite entre le bleu immaculé et celui qu'il " piquète " de nuages blancs, par coquetterie pure.

Ciels du Médoc

          Ils deviennent encore plus beaux quand ils se contorsionnent et se chargent de promesses d'orages, en assombrissant leur humeur.

Ciels du Médoc

          Ils peuvent alors devenir menaçants et écrasants,  et brusquement, fondre en grosses larmes chaudes.

Ciels du Médoc

          Mais, aussi forts soient-ils, ils ne peuvent pas remplir d'un seul coup d'aile les grands espaces médocains. Il y a toujours, jusqu'à l'horizon sans fin, un coin de ciel bleu qui leur échappe.

Ciels du Médoc

          Et aussi compacts qu'ils se fassent, menaçant de s'abattre pour étouffer les pins, une bande d'azur semble s'intercaler.

Ciels du Médoc

          Et quand vaincus, ils paraissent renoncer, ils vont se consoler en se parant de la splendeur dont les revêt le soleil qui se couche.

Ciels du Médoc

          Parfois je me dis que j'ai une grande chance de pouvoir apprécier la beauté de cette terre médocaine, en tant de points bénie des dieux, et je repense à Baudelaire :

                                             Heureux

           Celui dont les pensées, comme les alouettes, 

           Vers les cieux, le matin, prennent un libre essor, 

           Qui plane sur la vie, et comprend sans effort,   

           Le langage des fleurs et des choses muettes ! (2)

(1 : Petits Poèmes en prose - 1869) -- (2 : Elévation : Les Fleurs du Mal III - 1861)

      

Voir les commentaires

2020-08-28T18:41:42+02:00

La fleur des Temples

Publié par divagations-et-balades

          Il fut un temps, déjà lointain, où l'on m'offrait tous les soirs une fleur de frangipanier.

La fleur des Temples

          Nous étions aux Iles Vierges américaines, dans l'île de Saint Thomas, un des endroits du monde qui accumule les beautés.

La fleur des Temples

          L'île était couverte de fleurs, mais j'avais une prédilection pour celles du frangipanier. D'abord, comme je suis gourmande, elle m'évoquait une frangipane, et puis, l'odeur était suave.

          La légende raconte que le frangipanier est un arbre immortel, et que, même si on le coupe, il continue de fleurir et les feuilles repoussent sans cesse.

          Les anciens Egyptiens disaient que l'huile essentielle de cette fleur apaisait les dieux.

          Quel que soit le chemin que l'on empruntait pour nos promenades du soir, on trouvait des frangipaniers.

La fleur des Temples
La fleur des Temples

          Dans certaines croyances populaires on pense que cet arbre fournirait un abri pour les démons et les fantômes. Je n'en ai vu aucun. Avaient-ils peur de moi ?

          Les Malais associent bizarrement le doux parfum de la fleur de frangipanier aux....vampires, tandis que les Mexicains y font naître leurs dieux, comme les petits garçons dans les choux.

          Tantôt associée à la mort, comme au Bengladesh, tantôt au mariage comme aux Comores, c'est dans l'Hindouisme et dans le Bouddhisme qu'elle gagne son nom de Fleur des Temples.

          En Polynésie, elle devient un symbole plus coquin : portée sur l'oreille droite, elle signifie : Je suis libre, suivez-moi Jeune Homme. Sur l'oreille gauche,c'est : Tant pis pour vous, la place est prise. Mais......portée sur les deux oreilles, elle devient carrément amorale : La place est prise , mais....ça peut se faire quand même.

SHOCKING NON ? 

Voir les commentaires

2020-08-25T14:36:34+02:00

Une question simple

Publié par divagations-et-balades
Une question simple

          Il s'appelle Augustin et il a dix sept ans. Il est bien élevé et courageux. Ces deux qualités l'ont porté à défendre des jeunes filles importunées par des racailles, et...........il s'est retrouvé à l'hôpital où il a du subir une intervention chirurgicale.

          Pourquoi ?

          Parce qu'il a été roué de coups par les racailles, en nombre bien sûr, et que personne ne s'est porté à son secours. C'est vrai qu'il est plus facile de dénoncer un magasinier portant son masque de travers, en appelant la police.

          Décidément, la délation serait-elle un caractère génétique en France ?

          Mais, laissons cela. J'ai une simple question à poser à nos zélites ;

            Augustin ne méritait-il pas un minimum d'attention ? 

       Une petite visite du Ministre de l' Intérieur par exemple ! Ou même.........pourquoi pas.......de Monsieur le Président de la République ! Voilà qui aurait été un bon coup de comm !!! 

          En attendant :

     BRAVO AUGUSTIN, REMETS-TOI VITE & MERCI DE NOUS DONNER UNE RAISON DE CROIRE ENCORE UN PEU EN NOTRE PAUVRE PAYS

 

Voir les commentaires

2020-08-22T17:50:01+02:00

Le chemin

Publié par divagations-et-balades

          La vie nous offre toujours au moins deux chemins : celui qui fait que l'on peut aller dormir, comme dit le Professeur Raoult, en ayant le sentiment d'avoir fait de notre mieux ce que l'on devait faire, et celui qui conduit vers les marécages.

          Le 1er août, à 3h40, donc en pleine nuit, et devant une poignée de députés, a été adopté en seconde lecture, un texte, soi-disant bio-éthique, permettant dorénavant d'interrompre une grossesse dans l'heure précédant l'accouchement.

          Qui peut me dire quelle différence il y a à ce stade, entre le foetus du 9ème mois arrivé à terme, et le nouveau-né d' une heure ?

          AUCUNE, sauf que............On a accompli un meurtre.

          Alors ...........Jusqu'où allons-nous aller ? L' Etre Humain n'a t-il donc plus aucune valeur ? On peut trafiquer le petit d'homme, lui voler sa vie à cause d'une supposée détresse psychosociale, le faire naître et vivre sans père, sans se soucier de la façon dont il va pouvoir se construire en marchant sur une seule jambe, le confier, à l'état embryonnaire, à des laboratoires pour quelques monstrueuses expériences en le croisant avec des animaux............Et je ne parle pas des dérives qui vont immanquablement suivre.

          Et tout cela dans l'indifférence générale !

          Mais qu'est devenu ce monde ?

          Je me souviens d'un discours de Malraux dont le ton grandiloquent faisait rire, mais dont on n'oubliait pas les paroles, et notamment celles-ci :

      " Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas "  

          Où est la spiritualité aujourd'hui ? Quand on en parle c'est pour s'en moquer. Le transhumain tout puissant n'en a plus besoin.

          On ferait bien de se rappeler les propos d' Orwell avant qu'il ne soit trop tard :

     " Quand on me présente quelque chose comme un progrès, je me demande avant tout s'il nous rend plus humains ou moins humains ".

   IL EST MINUIT MOINS LE QUART AVANT QUE LE MONDE S'ETEIGNE

Voir les commentaires

2020-08-19T12:48:19+02:00

Frontstalag 221

Publié par divagations-et-balades

          Hier, j'ai promené mon chien dans une partie du bourg où je ne l'avais jamais amené. Et là....j'ai aperçu à une cinquantaine de mètres, près d'un rond-point où je passe assez souvent en voiture, une stèle que je n'avais jamais remarquée.

Frontstalag 221

          Je suis bien sûr allée voir, et j'ai appris une chose que j'ignorais complètement : il y avait des camps de prisonniers en France, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

      On les nommait " Frontstalag ".

      A cet endroit, le quartier de Germignan, existait en mille neuf cent quarante, un cantonnement pour les ouvriers de la Poudrerie de St Médard en Jalles, une commune voisine.

         A la fin de cette année-là, les autorités militaires allemandes le transformèrent en camp de prisonniers. Ce fut le Frontstalag 221.

         Dans son délire racial, Hitler ne voulait pas polluer le sol de l'Allemagne avec des prisonniers français d'origine africaine.

         Après une longue marche harassante, soixante dix mille d'entre eux furent internés dans ce camp.

Frontstalag 221

          En mille neuf cent quarante cinq, une épidémie de typhus fit quatre cent quatre vingt quinze morts dans ce camp.

          Après la libération, le camp passa aux mains des autorités militaires françaises, et devint le Dépot 182 où furent détenus des soldats italiens et allemands.

          

Frontstalag 221

         Les derniers prisonniers quittèrent ce camp en mille neuf cent quarante six.

         Pendant les six années que dura la Seconde Guerre Mondiale, près de deux cents camps d'internement semblables ont été érigés sur le territoire français. Ils ont été longtemps ignorés par l'opinion publique.

         Ce frontstalag 221 avait ainsi disparu de la mémoire locale avant de bénéficier d'une reconnaissance récente.

         En effet, cette stèle a été inaugurée le 26 août 2017 par la municipalité; elle avait été construite par des bénévoles locaux.

Frontstalag 221

         Le bloc de béton sur lequel elle repose servait de soutènement sous l'angle d'une baraque.

         Les lames de bois représentent les planches de pin qui en constituaient les murs;

         Le liteau de ceinture de couleur claire est typique des baraquements de Germignan, ainsi que le toit recouvert de toile bitumée.

         Sur la stèle, une plaque rappelle les noms, prénoms, âge du décès et pays d'origine de ces soldats.

         Qu'ils reposent en paix.

         En Gironde, un premier Frontstalag existait à Souge, également près de Bordeaux.

Voir les commentaires

2020-08-16T14:16:47+02:00

Heureusement, il y a la télé !

Publié par divagations-et-balades

          Sinon......Je ne donnerais pas cher de notre peau ! C'est vrai ça; pouvez-vous imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, ce que vous deviendriez face à cette chaleur jamais enregistrée auparavant qui sévit sur notre pays depuis quelques jours ?

          Qui vous aurait donné connaissance de ce scoop : c'est l'été, il fait chaud.

          Comment auriez-vous pu penser à :

     * vous mettre à l'ombre,

     * fermer les volets aux heures de grande chaleur,

     * boire pour vous hydrater et vous rafraîchir

     * manger suffisamment

          Alors, je pense avec une infinie tristesse à toutes ces générations humaines qui nous ont précédés au cours de quelques millénaires, depuis que nous sommes descendus de notre arbre, et qui ont du affronter tous ces changements climatiques maintes fois renouvelés, avec parmi eux des chaleurs extrêmes, et je me dis :

       Comment diable sommes-nous là aujourd'hui ?

          Est-ce l'instinct ou l'intelligence qui leur ont permis de survivre et de se reproduire sans télé ?

          Tenez, c'est comme pour le virus couronné. Comment pourrions-nous, sans la télé, savoir l'étrange comportement de ce virus qui ne ressemble pas à ses frères, pourtant de la même famille.

          Comment aurions-nous pu imaginer que :

     * ce virus sait lire les panneaux, même virtuels, comme le nuage de Tchernobyl, en n'étant même pas radioactif.

     * c'est vrai, il respecte un mètre de distance entre les individus,

     * et se garde bien de traverser la rue quand il circule d'un côté et pas de l'autre. Mais si c'est vrai ! d'ailleurs, ça se voit aux masques portés d'un seul côté.

     * il respecte les cinq mille amoureux du football qui ont le droit d'aller au stade, sans les contaminer, alors qu'à la plage.......si vous approchez du voisin de serviette à moins d'un mètre......Il n'y a pas toujours, comme à la télé, une gentille demoiselle qui se met en retrait de trois centimètres supplémentaires, par rapport à la dame d'un certain âge qui lui susurre un " merci " reconnaissant.

          Oui, heureusement qu'il y a la télé, sinon.............comment pourrait-on instiller et entretenir une telle peur parmi le peuple, si bleue qu'elle semble avoir annihilé toute faculté de raisonnement ? Mais génère méfiance ou même hostilité.

          Il y a pourtant ces courbes officielles montrant bien que le virus est parti de chez nous, sans doute en villégiature dans l'autre hémisphère où la fraîcheur hivernales lui convient mieux que nos canicules.

 

Heureusement, il y a la télé !

          A moins qu'il ne soit mort, comme je l'ai appris à la fac,tué par la chaleur et les ultras violets. Mais, on m'avait peut-être menti. Allez savoir !

          Tiens, mais...j'y pense, la télé ne nous a pas dit ça ! Pourtant, en matière d'informations elle est imbattable, toutes chaînes confondues. Pas de discrimination please.

          C'est vrai ça aussi. La télé nous informe. Tous les soirs, nous savons le nombres de " clusters " du jour.

          Quel chic ce terme de cluster ! Franchement, notre " foyer " est bien terne à côté. Oui, mais, me dit une petite voix insidieuse : si nous perdons notre vocabulaire, nous allons perdre nos racines, et sans nos racines, nous ne saurons plus ce que nous sommes !

          Allons ! Allons ! Mais bien sûr que nous savons ce que nous sommes............devenus.

          En paraphrasant La Boétie

          " Un peuple en voie d'être asservi et qui consent à le devenir "

          Oui mais.....quelque chose me chiffonne. pourquoi la télé veut-elle nous faire croire qu'être testé positif signifie être malade ? Ce footeux en train de gambader avec fougue à l'entraînement et qui, rentrant au vestiaire, est testé positif, (oula ! on annule vite le prochain match), est-il malade pour autant ? Non, mais c'est un porteur sain...............comme chacun de nous est porteur sain des quelques quatre cent mille virus que nous respirons à chaque minute !!!! Alors ?????

          Alors, se pourrait-il que Gustave Le BON ait eu raison, quand il écrivait en mille huit cent quatre vingt quinze :  

          " Ce n'est pas le besoin de la liberté mais celui de la servitude qui anime l'âme des foules. Les foules ont une telle soif d'obéir qu'elles se soumettent d'instinct à qui se déclare leur maître ".

il y a quelques années, notre chien Victor s'intéressait à la télé.Oscar pas encore...sauf si un chien y aboie !
il y a quelques années, notre chien Victor s'intéressait à la télé.Oscar pas encore...sauf si un chien y aboie !

il y a quelques années, notre chien Victor s'intéressait à la télé.Oscar pas encore...sauf si un chien y aboie !

Voir les commentaires

2020-08-15T09:42:18+02:00

Un trop beau jeune homme

Publié par divagations-et-balades

          Il était une fois, en ces temps immémoriaux où les dieux descendaient se mêler aux humains, un jeune homme d'une beauté si grande que toutes et tous, déesses, nymphes, humaines .......éphèbes .... en tombaient amoureux.

          Il se nommait Narcisse, fils de la nymphe Liriopé et du dieu fleuve Céphyse.

          Conscient de son incroyable beauté, Narcisse était d'un orgueil démesuré. En fait, il n'aimait que lui, et était totalement insensible à l'amour. N'a t-il pas, un jour, envoyé au plus fidèle de ses soupirants, Ameinias, une épée avec laquelle le pauvre garçon se tua de désespoir devant la porte de Narcisse ! Avec cependant, au moment de mourir, un appel au courroux des dieux.

          Il rejetait sans état d'âme tout ce qui n'était pas lui, l'amour qu'on lui portait le laissait froid. La nymphe Echo en fit un jour l'expérience. Très amoureuse de Narcisse, elle fut rejetée sans ménagement.

          Mais Echo était d'une autre trempe qu'Ameinias; celui-ci avait cédé au désespoir, Echo céda au désir de vengeance; et, elle jeta un sort à cet insensible.

          Les dieux lui donnèrent un coup de main, car ils avaient entendu l'appel d'Ameinias. Alors, ils firent ce qu'il fallait pour conduire Narcisse à sa perte en exploitant son orgueil.

          Narcisse, un jour, se penchant vers une source d'eau claire y vit son reflet.

          

Peinture de John William Waterhouse

Peinture de John William Waterhouse

          Il se savait beau, mais....l'image que lui renvoyait l'eau dépassait ce qu'il avait pu imaginer. Il tomba fou amoureux de....son image. Dès lors, la passion le dévora.

          Mais cette passion pour lui-même était bien sûr impossible à assouvir. Elle le rongeait.

          Et que se passa t-il ? Il en mourut.

          Sur cette mort, les avis divergent. Pour les uns il mourut donc d'une sorte de consomption; pour les autres, et pour Ovide en particulier dans ses Métamorphoses, face à cette passion sans espoir, il préféra se suicider d'un coup de poignard.

          Mais, dans tous les cas, une fleur naquit, soit de l'endroit où l'on trouva son corps, soit du sang qui jaillit quand il se poignarda.

          C'était une jolie fleur blanche au coeur jaune, que l'on nomma évidemment "narcisse" en souvenir de lui.

Un trop beau jeune homme

          Les siècles passèrent, et arriva Oscar Wilde. Pour lui, Narcisse se noya dans le lac d'eau douce vers lequel il se penchait pour admirer son reflet, et il ajoute que ce lac, après la mort de Narcisse, devint une urne de larmes amères.

          Les divinités de la forêt interrogèrent le lac et celui-ci leur confia cela :

     * Je pleure pour Narcisse, mais je ne m'étais jamais aperçu que Narcisse était beau. Je pleure pour Narcisse parce que, chaque fois qu'il se penchait sur mes rives, je pouvais voir au fond de ses yeux, le reflet de ma propre beauté.

          Le lac lui-même était donc devenu.......narcissique.....selon le terme que Freud allait créer plus tard.

          Mais on devine comme une sorte de fatalité dans cette mort de Narcisse, tellement liée à l'eau qui le reflète.

          Il aurait du s'en méfier car on peut penser que ses parents l'avaient averti de la mise en garde du devin aveugle Tirésias. Celui-ci avait prévenu sa mère que son fils vivrait très longtemps, à une seule condition : Qu'il ne voit jamais son image.

          Echo, était-elle au courant de cette prophétie ? S'en est-elle servie quand elle lui a jeté le sort fatal ?

          Le saurons-nous jamais ?

          Et pour nous que symbolise le narcisse ? Fort logiquement : vanité, égoïsme et amour de soi.

 

Voir les commentaires

2020-08-09T13:22:16+02:00

Il n'y avait pas que les nymphes !

Publié par divagations-et-balades

          En fait, je crois bien qu'Apollon était un coquin........au sens du XVIIème siècle.

          En reprenant ma balade dans mon jardin, je suis passée près de l'endroit où les jacinthes bleues aimaient se grouper au Printemps.          

Il n'y avait pas que les nymphes !

          Et là aussi, je me suis trouvée plongée en pleine mythologie. Jacinthe.........Hyakinthos..........Mais oui, bien sûr !!! Il y a une légende qui se rapporte à Hyakinthos, et c'est Homère qui l'avait racontée.

          Et voilà notre Apollon qui montre à nouveau le bout de son nez.

          Il avait pour ami, et pour amant nous dit Homère, un beau jeune homme : Hyakinthosprince d' Amyclées, une cité du Péloponèse. Mais, Apollon n'était pas le seul fan du jeune prince, Borée le roi du vent du nord, était aussi amoureux de lui..........et fort jaloux car l'inclination de Hyakinthos le portait plutôt vers Apollon.

          Un jour, où les trois compères jouaient au lancer du disque, Borée, par jalousie, souffla de toutes ses forces sur celui qu'Apollon venait de lancer en le dirigeant vers la tête de Hyakinthos.

          Celui-ci s'écroula ....et mourut. Pire, il fut tué par son ami Apollon.....ou plutôt, en réalité par le diabolique Borée.

Alexandre Kissaliev : mort de Hyacinthe

Alexandre Kissaliev : mort de Hyacinthe

          Désespéré, Apollon changea en fleur le sang qui s'écoulait de la tête de son ami. Ainsi naquit la jacinthe en souvenir de lui.

          Mais Borée est-il le véritable coupable ? Les soupçons se sont aussi portés sur Zéphyr, roi du vent de l'ouest.

          Lui aussi disputait à Apollon l'affection de Hyakinthos. Alors qu'Apollon apprenait à Hyakinthos la façon de lancer le disque, Zéphyr en fut si fâché et jaloux, qu'il souffla fort sur le disque, lequel vint heurter violemment la tête du jeune prince qui fut tué sur le coup.

          Accablé de chagrin, Apollon remarqua une fleur poussant à l'endroit où s'écoulait le sang de son ami. Il la nomma ......jacinthe évidemment !

          Alors !!! Qui est le véritable assassin ? Nul Maigret n'habitant les parages en ce temps-là, l'énigme reste entière.

          Reste t-il au coeur du bulbe de la jacinthe une amère rancune à l'encontre de celui qui avait ôté la vie à Hyakinthos ? Toujours est-il que ce bulbe est toxique, plein d'un acide oxalique si fort qu'il peut faire disparaître la rouille.

          Il s'écoule aussi de la jacinthe, un suc si poisseux qu'il a servi pendant plusieurs siècles de colle pour relier les livres.

          La couleur de mes jacinthes est généralement bleu-violet; il y en a de plus claires, blotties sous l'oranger du Mexique.

Il n'y avait pas que les nymphes !

          Il en existe de différentes couleurs, et chacune a une symbolique différente ;

     * bleu-violet : symbole de profond regret et demande de pardon

     * jaune : elle symbolise la jalousie dont Hyakinthos mourut.

     * blanche, elle symbolise le charme......mais lequel ? Celui qui rend un être attractif, ou celui dont use la magie ?

     * rouge : c'est la fleur du temps du plaisir et de la récréation.

          Pour nous, Français, merci au botaniste Vespasien Robin qui en planta les premiers bulbes au XVIème siècle.

          A la même époque, les Hollandais s'en emparèrent, subjugués par les différents parfums des différentes couleurs.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog