Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2014-08-20T10:04:20+02:00

Bye Bye Léon

Publié par divagations-et-balades

          Rescapés de l' Amazone, de ses pirahnas, alligators et Jivaros, nous voila de retour à notre point de départ : l' étang de Léon.

Bye Bye Léon

           La partie en eau a été classée en mille neuf cent soixante huit; les rives, en mille neuf cent quatre vingt.

           La partie occidentale et le courant de Huchet, ont été intégrés au réseau Natura 2000 en mille neuf cent quatre vingt huit.

           Sa faible superficie ne lui fait pas mériter le nom de lac. Il reçoit ses eaux d' une petite rivière : La Palue, et de ses affluents. Il se déverse dans l' océan Atlantique par un petit fleuve côtier : le Courant de Huchet.

           Sur ses rives sauvages, quelques cabanes typiques : les Tonnes, qui servent à la chasse au canard.        

Bye Bye Léon

          Certaines, plus sophistiquées, comportent des cages,

Bye Bye Léon

          D' autres, en ruines, servent de refuge aux mouettes.

Bye Bye Léon

          Mais, l' étang n' est pas que le domaine des chasseurs de canards, l' été est dévolu aux vacanciers amateurs de baignades et autres pédalos.

Bye Bye Léon
Bye Bye Léon

          La petite plage est agréable, en particulier pour les enfants qui peuvent goûter aux joies de la baignade sans le risque des vagues océaniques. ( Mais qu' est-ce qu' on a pu s' amuser mes copains et moi à se faire rouler dans les vagues, en un temps où la recherche utopique du risque zéro n' existait pas ).

Bye Bye Léon

          Et qu' est-ce que j' aurais aimé ces cordes élastiques, moi la fan des anneaux et autres trapèzes quand j' étais jeune depuis beaucoup moins longtemps que maintenant.

Bye Bye Léon

          Mais, voilà venue l' heure de prendre le chemin du retour. Bye Bye Léon !

          Encore une dernière photo, au passage, de cette église au curieux chapeau pointu sur un clocher massif et trapu, et au porche rustique.

Bye Bye Léon

          A plus tard pour une nouvelle balade !

Voir les commentaires

2014-08-19T12:45:25+02:00

Prisonnier en enfer

Publié par divagations-et-balades

Bonjour à tous,

 

                       Aujourd'hui je ne délire pas, au contraire, mais je vais cependant vous parler d' un sujet délirant.

                       Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Jean Pierre Marongiu, notre ami Ramon nous a déjà parlé de lui.

                       Suite à une machination locale, il se trouve depuis de longs mois prisonnier au Qatar, vous savez, cet ami qui nous veut du mal.

Wikipedia

Wikipedia

                      Son épouse, en France, se démène en vain auprès du quai d' Orsay. Quelques ministres sont allés sur place mais.......n' ont pas eu le temps d' aller le réconforter et surtout de plaider sa cause.

                      Si, comme moi, vous êtes indignés et révoltés, et si vous voulez essayer de l' aider, il y a deux moyens :

* médiatiser, transmettre à tous vos contacts pour qu' on en parle partout.  Il ne pourra espérer sortir de cet enfer qatari que si la pression en France s' intensifie

* acheter son livre : " Qatar ", ( très bien écrit m' a dit Ramon qui est en train de le lire ), car l' argent est le nerf de la guerre.

                      Le livre est disponible sur Amazon. Je viens de le commander.

                      Voilà ce que je voulais vous dire aujourd' hui. Il nous appartient qu' il ne soit pas oublié.

                      Merci.

Prisonnier en enfer

Voir les commentaires

2014-08-17T15:35:54+02:00

Amazonie 40

Publié par divagations-et-balades

          Alors ! me dit la dame assise à côté de moi sur le bateau, ça va ? Vous n' aviez pas vu cette grosse branche en travers, et ne vous étiez pas aplatie assez vite !

Amazonie 40

          Eh non ! Et je me suis assommée à moitié. Le temps d' une ou deux divagations sans doute; je me connais. Mais, à partir de maintenant, je vais faire attention et profiter de cette balade; car elle nous réserve encore de bien belles surprises.

          Et pour moi, les plus belles sont le chatoiement des couleurs de l' eau et leur lumière.

          Les tons de vert sont infinis,

Amazonie 40

          Par endroit, épicés de jaune.

Amazonie 40

          C' est une palette miroitante. On a l' impression que les couleurs sont tombées au hasard, se diluant sans se mélanger.

Amazonie 40

          Parfois, des flaques d' argent tombent et s' y brisent.

Amazonie 40

          Cet univers aquatique est un leurre où le ciel et l' eau se mélangent pour nous entraîner dans un monde d' illusions.

Amazonie 40

          Un monde impressionniste qui montre sa brisure,

Amazonie 40

          Et qui soudain, ressemble à l' entrée du monde magique des vivants.

Amazonie 40

          Ici, la forêt s' éclaircit, devient plus humaine;

Amazonie 40

          Là, le vert reprend sa royauté, et règne sans partage, du plus clair au plus profond.

Amazonie 40

          Plus loin, l' eau, en les noyant, pare les arbres morts d' une redoutable beauté.

Amazonie 40

          Et, soudain, parfaitement inattendue, une explosion florale. Des hibiscus des marais font éclater leurs corolles roses.

Amazonie 40

          Ils jaillissent d' herbes folles qui envahissent un petit cap, que nous allons contourner pour prendre un autre bras du fleuve.

Amazonie 40

          Celui-ci s' ouvre, aussi mystérieux et enchevêtré que le précédent.

Amazonie 40

          Un cyprès chauve de Louisiane, flanqué de ses racines aériennes !!! Que fait'il ici ? Si loin des bayous ?

Amazonie 40

          Nous en voyons d' autres, exhibant leurs racines.

Amazonie 40

          Nous traversons un étang de safran dilué dans de l' or vert liquide.

Amazonie 40

          Des sentinelles des deux mondes se dressent devant nous.

Amazonie 40

          Certains décors font vraiment penser à des tableaux impressionnistes.

Amazonie 40

          Cette Amazone des Landes se nomme " Courant de Huchet ". Nous allons bientôt en sortir pour rejoindre le lac de Léon. J' espère qu' il vous plaira autant qu' à moi.

          Alors, à bientôt !

Voir les commentaires

2014-08-15T14:27:20+02:00

Souvenirs d' une tête cuite

Publié par divagations-et-balades

          Tandis que l' eau clapote doucement, balançant ma tête dans la marmite, je me disais que, outre le manque d' épices que je déplorais, Indiana Jones était bien un héros de cinéma, sur lequel on ne pouvait pas compter dans la vie réelle. J' aurais mieux fait d' appeler Tarzan, héros de ma jeunesse. Mais, bonne idée, essayons.

          C' est alors que, un peu lointain encore, j' entendis le célèbre cri. Une joie intense m' envahit, telle que je ne sentais plus la brûlure de l' eau bouillante. Il allait venir; peut-être même était' il déjà là, juché sur un arbre au-dessus de moi.

Wikipedia

Wikipedia

          A son premier passage, un grand vent souffla sur la marmite, au deuxième, je fus saisie par les cheveux et extirpée hors de l' eau. Puis, je m' envolai dans les bras de Tarzan, et, de liane en liane, me retrouvai bientôt dans sa maison dans les arbres.

          " Merci beaucoup, dis-je à Tarzan, mais il faut que tu retrouves mon corps et que tu me recouses, car, telle que je suis en ce moment, ce n' est guère commode pour se déplacer ".

          " Ne  t' en fais pas, me dit'il, Cheetah se charge de tout. Elle va aller chercher ton corps, et c' est elle qui te recoudra ".

          Avant de partir en chasse, Cheetah me fit un grand sourire d' encouragement.

Wikipedia

Wikipedia

          " Quelle chance que tu sois en Amazonie en ce moment, dis-je à Tarzan. Sans toi, je ne crois pas que je m' en serais sortie. J' aurais fini en tête réduite ".

          " Bof ! me dit' il, j' aurais volé ta tête, et mise là, pour décorer. Mais, en ce moment, on tourne un film par ici, et tu fais partie du scénario ".

          J' étais sidérée. Songeuse, je regardais vers le fleuve. Un anaconda, tous anneaux déroulés, glissait sur l' eau, plein de majesté.

Souvenirs d' une tête cuite

          Sur ce, Cheetah revint, et elle portait mon corps.

          " Viens ici, je vais te recoudre dit' elle ". J' approchais, un peu inquiète quand même; mais elle fit ça vite et bien. Ouf ! C' est super de se retrouver entière.

          " Et que dit le scénario en ce qui me concerne maintenant ?

          " Eh bien tu dois montrer la stupidité humaine, et reprendre ta promenade ".

          " Mais, c' est dangereux ! "

          " Oui, et c' est pour cela que tu es stupide ".

          Entendre une guenon vous dire des choses pareilles, c' est vexant quand même ! Je pensais à la Planète des Singes. Serait' il possible que ceux-ci prennent un jour le contrôle de la Terre ? Pensive, je regardais Cheetah, qui, sans plus s' occuper de moi, était partie s' asseoir à son piano, et se mettait à chanter cheek to cheek. ( Ne serait' elle pas amoureuse de Tarzan ? )

Wikipedia

Wikipedia

          Je l' écoutais, fascinée. La chanson terminée, elle se leva et alla s' installer à table. Ce faisant, elle m' aperçut.

          " Eh ! me dit' elle, joignant le geste à la parole, tu n' es pas un peu dingue d' être encore là ? Selon le scénario, tu devrais être partie en balade ".

 

Wikipedia

Wikipedia

          Cette fois, j' obtempérais. Très inquiète. Les Jivaros devaient être furieux d' avoir été dépossédés de ma tête. N' allaient' ils pas tout faire pour la récupérer ? Mais, la beauté de ce fleuve finit par endormir un peu ma vigilance, et puis, me dis-je en bonne humaine stupide, donc qui ne doutais de rien, Tarzan viendra me sauver à nouveau.

Souvenirs d' une tête cuite

          Même les fougères géantes m' inquiétaient moins, et pourtant, si j' avais été moins insouciante, peut-être aurais-je vu les centaines de paires d' yeux qui, déjà, m' épiaient.

Souvenirs d' une tête cuite

          La beauté de ce fleuve réside dans la magie de ses couleurs.

Souvenirs d' une tête cuite

          L' atmosphère était hypnotique, et, déjà, je perdais la notion du temps et de l' espace. Je sentais cependant le danger qui rodait, et se rapprochait..........se rapprochait ! Mais, je me disais que Tarzan serait là, au premier appel.

          Ce que je ne savais pas, c' est qu' il était couché avec une crise de sciatique aiguë carabinée, qui lui rendait tout mouvement impossible..........

 

 

 

Pour Cocomil qui m' a " presque " forcée à délirer encore plus !!!!

Voir les commentaires

2014-08-14T09:53:46+02:00

Indiana Jones, au secours !

Publié par divagations-et-balades

          Tout avait pourtant bien commencé. Nous étions trois pirogues, en file indienne (!!!), à voguer sur l' Amazone. Les autochtones nous avaient prévenus que dans cette direction, nous risquions de tomber sur des tribus hostiles; mais l' eau était si verte, et tout paraissait si calme !

Indiana Jones, au secours !

          La nature, ici, était encore aimable. Devant nous, les deux autres bateaux paraissaient s' enfoncer dans d' étroits couloirs aquatiques.

Indiana Jones, au secours !

          Ceux-ci s' ouvraient devant nous, prêts à engloutir les inconscients que nous sommes.

Indiana Jones, au secours !

          Soudain, face à nous, une étrange construction de bois. Le courant devient plus rapide; " pas étonnant, c' est le barrage " nous dit le piroguier, " tenez vous bien, et je vous rappelle qu' en aucun cas, vous ne devez laisser vos mains trainer dans l' eau; les alligators sont friands de mains humaines ".

Indiana Jones, au secours !

          Les alligators !!! Et pourquoi pas les réducteurs de têtes ! " Eux, un peu plus loin " dit le piroguier, si imperturbable que nous croyons qu' il plaisante. Mais, quand nous entendant rigoler, il nous regarde d' un air si bizarre.....instantanément, et malgré la chaleur, nos rires gèlent dans nos gorges.

          Nous avons franchi les rapides

Indiana Jones, au secours !

          Les rives du fleuve se font plus mystérieuses et plus inextricables. " Et attention aux piranhas " nous assène le piroguier, décidément très en verve. Il ne manquait plus qu' eux !

Indiana Jones, au secours !

          A bord du bateau, l' atmosphère a quelque peu changé. Elle devient un peu électrique. Les regards sont méfiants et circulaires. La navigation est plus difficile. Les arbres morts colonisent le fleuve.

Indiana Jones, au secours !

          Tout à coup, tous, nous nous figeons. N' est-ce pas un visage pointu qui nous observe à travers ces fougères géantes ?

Indiana Jones, au secours !

          Ce monde vert, est' il vraiment l' enfer dont on parle ? Pourtant, des nuées de libellules bleues dansent autour de nous un aimable ballet aérien. Elles sont insaisissables. En voila cependant une qui pose pour la photo. Vite, avant qu' elle ne s' envole.

Indiana Jones, au secours !

          Bizarre ! Les deux barques qui nous précédaient, ont disparu. Nous voguions pourtant à la même vitesse. Est-ce que..........par hasard ??? Un frisson glacé parcourt la pirogue.

          Parfois, nous devons passer sous de véritables arches de bois, nous obligeant à nous aplatir dans le fond du bateau, pour ne pas être décapités. Pas la peine de faciliter le travail des Jivaros.

Indiana Jones, au secours !

          Me reviennent alors d' affreuses images de tsantzas, ces têtes réduites dans lesquelles était retenu prisonnier, l' esprit vengeur de l' ennemi que le Jivaro venait de vaincre.

image Wikipedia

image Wikipedia

          Ainsi, il ne craignait pas la vengeance du vaincu.
          Un alligator regagne la rive. Le piroguier laisse glisser la pirogue afin de ne pas l' alerter. Nous retenons notre souffle.

 

Indiana Jones, au secours !

          Il me remet en mémoire une vieille connaissance, Oscar l' Alligator, rencontré en Floride il y a quelques années.

carte postale envoyée à mes parents en 19...

carte postale envoyée à mes parents en 19...

          Nous passons discrètement devant une tortue géante. Son déguisement pour passer inaperçue ne nous trompe pas. Je parie qu' elle renseigne les Jivaros.

Indiana Jones, au secours !

          Tout s' assombrit. Le fleuve, devant nous, a la couleur verte du Léthé. Est-ce bien prudent de continuer ? N' allons-nous pas être frappés d' oubli ?

Indiana Jones, au secours !

          Nous continuons malgré tout. Il n' y a pas d' éclaircie.

Indiana Jones, au secours !

          Il me semble même que le décor se brouille ! Où sommes-nous donc ? Et, que faisons-nous ici ?

Indiana Jones, au secours !

          Indiana Jones ! Au secours !

Voir les commentaires

2014-08-12T12:48:27+02:00

L' adieu au lac

Publié par divagations-et-balades

          Les yeux reposés, prêts à admirer à nouveau la luxuriance de la végétation, nous voilà reparties.

L' adieu au lac

          Ces fleurs, juchées au bout de leur hampe rouge, me font penser à ces moulins que l' on faisait tourner comme des fous, en courant ....comme des folles.

L' adieu au lac

          Ce fouillis de plantes, fleuries ou pas, n' arrive pas à être disgracieux.

L' adieu au lac

          Je n' en reviens pas que ces fleurs jaunes,

L' adieu au lac

          Ou rouges,

L' adieu au lac

          Fassent partie de la famille des agapanthes. Agapanthes Umbellatus disait l' étiquette.

          Que voilà une superbe " boule de neige " au coeur rose.

L' adieu au lac

          Celle-ci me bluffe un peu. On dirait un coq changé en fleur par un sorcier facétieux.

L' adieu au lac

          Là, une délicate fleur blanche est entourée d' une garde rouge. Protection ? Surveillance ?

L' adieu au lac

          La diversité qu' exprime la nature est vraiment extraordinaire, et ce qui l' est peut-être le plus, c' est que la beauté soit présente partout. Je ne connais pas de fleur laide.

L' adieu au lac

          Et, quand les fleurs sont absentes, les feuilles déploient des formes si diverses parfois, et tant de nuances dans leur monochromie, qu' elles aussi font assaut de beauté.

L' adieu au lac
L' adieu au lac

          Des cris et des rires nous ramènent côté lac. Une petite embarcation, mi-pirogue à balancier, mi-catamaran, est chargée d' enfants partant en exploration.

L' adieu au lac

          Nous voilà au bout du chemin; le parking est en vue, signant la fin de la balade. Nous quittons le lac d' Aureilhan, et, son souvenir se forme, déjà tremblé.

L' adieu au lac

Voir les commentaires

2014-08-10T09:36:01+02:00

Côté terre

Publié par divagations-et-balades

          Abandonnant, lâchement, le lac secret à son agresseur végétal, nous amorçons le retour vers le parking. Ici encore, nous allons nous trouver au milieu d' une exubérance florale qui va nous éclabousser de couleurs.

Côté terre

          A l' entrée du chemin, un datura nous donne presque envie d' agiter ses cloches, pour annoncer notre arrivée.

Côté terre

          Il ne faut pas se fier à la beauté de ces trompettes. Le datura est un puissant hallucinogène, et je me souviens d' une de nos amies à Casablanca, qui avait un datura devant la fenêtre de sa chambre. Elle se plaignait de terribles cauchemars, qui...........ont disparu quand elle a coupé le datura. Le stramonium que nous utilisons en homéopathie vient du datura, et on le prescrit fréquemment pour traiter les cauchemars des enfants. (Et de Victor le Chien).

          On l' appelle aussi : herbe du diable, ou herbe aux sorcières.

          Un hibiscus semble tendre l' oreille pour écouter ce que nous disons. Sans doute espère t' il des louanges à sa beauté ! Chut, n' ajoutons rien, il est en train de prendre la grosse tête !

Côté terre

         Des bananiers semblent naître d' un bouquets de fuchsias qui agitent leurs clochettes à leurs pieds.

Côté terre

          Y aurait' il scène de ménage et bouderie chez ces magnifiques dahlias ? On se tourne le dos ! On se fait la tête !

Côté terre

          Et, que sont ces fleurs en robe noire, qui ressemblent à des dipladénias, mais n' en sont peut-être pas ?

Côté terre

          Et celles-ci, en robe violette ! Sont' elles leurs soeurs ? Leurs cousines ?

Côté terre

          Je ne connais pas le nom de ces fleurs mal peignées qui grimpent à l' assaut du ciel, mais qui se découpent si joliment sur sa tunique bleue.

Côté terre

          En voilà une qui a l' air en colère et hérissée de piquants. Que lui a t' on fait ?

Côté terre

          Seraient-ce ces chardons qui l' auraient blessée ? On dit qu' ils n' ont pas très bon caractère !

Côté terre

          Sans doute leur ont' ils dit des sottises, car, ces jolies fleurs , toutes proches, en sont devenues écarlates.

 

Côté terre

          Avec cette cohabitation foisonnante, il doit y avoir de vraies guerres dans ce jardin.

          Quand à nous, nous allons reposer un peu nos yeux, assaillis de tant de couleurs.

          Un banc, face au lac, se présente fort opportunément. Nos yeux vont apprécier cet horizon de verdure apaisante.

Côté terre

          Nous leur accordons un moment de repos. A plus tard !

Voir les commentaires

2014-08-08T17:52:39+02:00

Le lac secret

Publié par divagations-et-balades

          Maudit soit celui qui inventat les horloges ! Le temps suspendu s' est décroché, et, nous sommes retombées dans la réalité. Alors, nous avons repris le chemin en sens inverse. Il est moins policé que le précédent, mais a, lui aussi, une certaine poésie dans sa rusticité.

Le lac secret

          Il nous ramène à l' endroit, où attendent toujours le vent, les loueurs de bateaux.

Le lac secret

          Nous continuons à travers la forêt, et, Ô surprise, nous apercevons une étendue d' eau. Nouveau lac ? Partie cachée du grand lac ?

Le lac secret

          Ce lac d' Aureilhan, aurait' il des secrets ? Nous le découvrons entre des rives touffues, indisciplinées. Qu' est-ce qui s' y cache ? Un " plouf " , de temps en temps, trahit une vie invisible.

Le lac secret

          La ligne des pins, là-haut, sur la crête des dunes, me fait toujours penser à l' océan, qui chante ou gronde ses humeurs derrière eux.

          A travers un enchevêtrement anarchique de branches, cet étang secret se rétrécit et se couvre de nénuphars.

 

Le lac secret

          J' ai compris; une partie de ce lac a fait sécession, voulant garder son aspect originel. Déclaration d' indépendance ! Cela ne peut que me plaire, à moi qui " était née pour te connaître, et pour t' aimer, Liberté ".

          Mais, qu' arrive t' il ? Ces nénuphars qui ne devraient être là que pour enjoliver l' étang, deviennent des envahisseurs qui l' étouffent, impitoyablement.

Le lac secret

          Et, ils ont beau ouvrir, par-ci par-là, de magnifiques fleurs, elles n' empêchent pas l' étouffement, et ne sont que soporifiques trompeurs.

Le lac secret

          Faut' il donc toujours payer le prix de la liberté ?

Voir les commentaires

2014-08-07T17:10:06+02:00

La rive sauvage

Publié par divagations-et-balades

          Ce lac romantique, flirtant avec des fleurs multicolores, sait aussi s' animer; ces voiliers, à l' ancre dans cette petite anse, sont prêts à bondir sur cette onde paisible.

La rive sauvage

          Il ne manque que le souffle de vent indispensable, que doivent attendre avec impatience, les loueurs de bateaux dans leurs cabanes.

La rive sauvage

          J' aperçois quand même quelques voiles colorées, au loin, mais qui paraissent encalminées comme dans un pot-au-noir landais.

La rive sauvage

          Un peu plus loin, des canoës jetés en vrac sur la rive, font flasher les couleurs de leurs coques.

La rive sauvage

          Ce lac sait magnifiquement jouer avec les teintes. Tantôt d' argent, tantôt de cuivre, l' eau se pare de bleu et de vert pour le plaisir de nos yeux.

La rive sauvage

          Nous suivons maintenant un sentier sablonneux qui épouse le bord du lac. Ici, les jussies sauvages disputent la place aux nénuphars et aux roseaux.

La rive sauvage

          Un voilier abandonné est échoué là, les mâts en croix.

La rive sauvage

          La surface du lac présente des zones si calmes, qu' on dirait des miroirs dans lesquels les pins s' admirent, et d' autres, parcourues d' un friselis léger, comme une risée courant au ras des eaux. Une presqu' île minuscule s' avance hardiment, cap au large.

La rive sauvage

          Ici, des roseaux découpent le ciel et l' eau des mêmes feuilles acérées.

La rive sauvage

          Là, la surprise d' une petite anse à l' eau couleur d' or vieilli, où un bateau bordelais termine sa vie.

La rive sauvage

          Là-bas, un ponton nous invite. Nous nous y asseyons, et, restons là, un grand moment, à écouter le silence.

La rive sauvage

          C' est un temps suspendu dans lequel nous décidons de nous attarder un peu.

          Alors, à bientôt !

Voir les commentaires

2014-08-06T06:10:06+02:00

Les fleurs côté lac

Publié par divagations-et-balades

          Un petit pont de bois enjambe un coin presque secret de ce lac, un peu mélancolique, avec ses eaux mordorées semées de nénuphars enfants.

 Les fleurs côté lac

          Ce petit pont se fait tentateur en dévoilant une allée fleurie, prélude à une balade romantique.

 Les fleurs côté lac

          Cette allée, qui longe le lac, nous engloutit en un éblouissement éclatant et poétique. Suivez-moi et vous serez submergés de couleurs. Pour l' instant, je ne vais regarder que le côté lac; au retour, nous serons côté exubérance.

          Tantôt ce sont des fleurs dont le rose délicat s' harmonise avec l' argent de l' eau,

 Les fleurs côté lac

          Tantôt, ce sont des glaieuls jaunes qui se montent le cou, tandis que fuchsias et autres fleurs sont rouges de jalousie et de colère.

 Les fleurs côté lac

          Celles-ci, éclatantes d' or et de topaze brûlée,dressent la tête orgueilleusement. Elles ne nous laissent apercevoir qu' un tout petit morceau de lac. En sont' elles les gardiennes ?

 Les fleurs côté lac

          Ici, un tapis de fleurs aquatiques jaunes, se cachent timidement derrière des roseaux.

 Les fleurs côté lac

          Et là, c' est le lac qui essaie de se dérober à nos yeux.

 Les fleurs côté lac

          Indifférente, sa surface reste sereine, immobile et sans rides.

 Les fleurs côté lac

          Un léger trouble apparait pourtant à la surface qui semble soudain moins pure. Que se passe t' il ?

 Les fleurs côté lac

          Ces altières fleurs rouges semblent lancer des imprécations vers le ciel. Sont' elles des ennemies du lac ? Celui-ci frémit' il de crainte ?

 

 Les fleurs côté lac

          Quelques branches amicales se penchent pour le rassurer, et, il reprend de l' éclat.

 Les fleurs côté lac

          D' autres fleurs expriment aussi une timide sollicitude;

 Les fleurs côté lac

          Fleurs et arbustes se pressent sur la rive comme pour protéger le lac des regards indiscrets;

 Les fleurs côté lac

          Et, tout à coup, nous sortons de ce chemin fleuri; le lac se déploie devant nous. Sur la rive, un jeune albizzia étend des branches protectrices sur des hydrangeas dont le soleil a déjà commencé à roussir la blancheur.

 Les fleurs côté lac

          Un autre aspect du lac s' offre à nous. Nous allons l' explorer; il parait différent, plus sauvage.

          A plus tard !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog