Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2014-11-21T17:51:21+01:00

Magie du matin

Publié par divagations-et-balades

          Le destin de la beauté, serait' il d' être éphémère ?

          Ce matin, alors que la météo nous annonce encore des températures printanières, le ciel, dans sa voracité d' admiration, nous a offert, pour son mariage avec le soleil levant, un somptueux festival de couleurs.

Magie du matin

         La nuit, peu à peu, s' est retirée devant cette débauche colorée, et quelques flaques bleu-clair sont apparues, repoussées par ces petits nuages roses, soldats du soleil.

Magie du matin

         Puis, le bleu céleste a pâli davantage, signant l' abdication de la nuit; l' incandescence s' est diluée tout en devenant plus envahissante encore.

Magie du matin

         De larges rayons de feu, si jaunes, que je les imagine incendiaires de quelques arbres aux branches dénudées.

Magie du matin

          Vers le sud, rose et bleu se bagarrent encore pour l' hégémonie dans le ciel.

Magie du matin

         Tout à coup, je me suis souvenue de l' eau que j' avais mise à chauffer pour mon thé matinal. Je suis rentrée au galop..... trop tard, il ne restait plus qu' un fond dans la casserole. 

         Pas grave !!! J' en ai remis d' autre à chauffer, puis, suis ressortie pour voir qui avait gagné la guerre du ciel.

         Le bleu, évidemment !

Magie du matin

          Mais, quelques nuages délicatement rosés, font encore, mais pour peu de temps, de la résistance.

         A plus tard, je vais voir si je peux encore espérer boire du thé ce matin.

Voir les commentaires

2014-11-19T08:59:01+01:00

Galère d' automne

Publié par divagations-et-balades

          L' automne n'apporte pas que le plaisir des yeux, mais aussi, la corvée annuelle du bois, pour nourrir notre cheminée.

          Il y a quelques jours, le livreur est venu, et, à ma soeur et moi de ranger ce tas de bûches qu'il a jeté en vrac dans le jardin.

Galère d' automne

         L' hiver dernier, j' avais acheté un abri-bûches en bois.......qui git dans un coin du jardin, jamais monté; ce qui me fait dire dans les jours de " râlerie " que c' est fini, je n' achèterai plus rien. 

        Alors voilà, le bois de cette année va rejoindre, sous sa bâche bleue, le reste des bûches de l' an dernier, car l' hiver avait été très clément, nous permettant de garder un bon stock pour le prochain.

Galère d' automne

         En vertu d' un droit d' aînesse sans arthrose, c' est moi qui trimbale sur dix bons mètres, les bûches que la soeur plus jeune, mais arthrosique, range sous la bâche, à un rythme nettement moins soutenu. 

Galère d' automne

         Pendant ce temps, un peu accablé par la chaleur qui règne encore durant cet été qui s' attarde, ( et pas encore toiletté), Victor le Chien, au lieu de nous aider, dort du sommeil du juste. De toute façon, ce chien ne sait rien faire !

Galère d' automne

          Des impatiens impassibles nous regardent faire. Décidément, c' est l' indifférence totale à notre égard. Vous savez quoi ? Nous les humains, nous sommes de vrais esclaves en réalité.

Galère d' automne

          C' est facile, hein, de venir quand tout est fini ? On nous nargue ou quoi !!!

Galère d' automne

         Mais qui, maintenant, va aller faire tea-time avec un bon cake maison aux amandes et pépites de chocolat ?

Voir les commentaires

2014-11-18T08:00:05+01:00

L' étang oublié

Publié par divagations-et-balades

         Je l' avais aperçu qui miroitait sur la droite de la piste, quand je longeais le grand étang.

        Me voilà donc repartie sur le chemin, au début de la boucle.

L' étang oublié

         Les étangs de la Barreyre sont donc quatre, et non trois. Comme les mousquetaires du roi.

         Pourquoi cet oubli du quatrième ? Est-ce sa modeste dimension qui a suscité le snobisme des trois autres ? Sa petitesse désordonnée a t' elle entraîné le dédain ?

L' étang oublié

          Soudain, un étrange personnage se dresse, l' air sévère, devant moi.

Wikipedia

Wikipedia

    " Où vas-tu à cette heure-ci ? " me dit'il d' un ton peu amène.

    " Je viens voir ce petit étang ", dis-je, un peu interloquée quand même.

    " Et pourquoi t' intéresse t' il ?

    " Parce que, me semble t' il, on l' a oublié; je trouve cela injuste car il est plein de charme, et.......peut-être y a t' il un charme, puisque tu es là ! ".

    " Je suis le gardien de cet étang. Est-ce que tu crois aux Fées ? Et à l' existence du Petit Peuple ?".

    " Mais oui, bien sûr " dis-je, sincère.

    " Alors, reste jusqu' à ce que la nuit tombe, et je te permettrai de voir ".

          Je ne posais plus de questions et décidais d' attendre; il n' y en avais plus pour très longtemps. Et.....je fus récompensée. Une jeune ondine habitait cet étang, et, tous les soirs, quand les humains étaient partis, elle sortait un peu pour respirer l' odeur de la forêt. 

Wikipedia

Wikipedia

         Je restais cachée et n' osais bouger pour ne pas l' effrayer. D' ailleurs, j" étais surveillée de prés.

         Elle resta un moment à humer l' air, et batifoler dans l' eau, puis, après un signe de connivence amicale avec le gardien, elle plongea et disparut à ma vue.

         Il ne restait plus, à la surface du petit étang oublié, que des plantes aquatiques qui devaient soustraire son palais aux regards trop curieux

L' étang oublié

         Après avoir remercié le vieux gardien, je lui souhaitais bonne nuit, et, rentrais à la maison, enchantée de ma curiosité.

Voir les commentaires

2014-11-16T08:49:36+01:00

Le petit dernier ?

Publié par divagations-et-balades

         Il s' étire un peu en longueur, l' eau partagée entre le chocolat et le bleu nacré.

Le petit dernier ?

         Un îlot minuscule flotte à la jonction des deux couleurs. Ici, point de carpes géantes ou non, seulement de la " friture ", menu fretin un peu dédaigné.

         Ses bords sont plus broussailleux; je me demande où les pécheurs peuvent s' installer en sécurité. Peut-être certains sont'ils tombés à l' eau ! Cette pensée me donne envie de rire. N' y faites pas attention, c' est nerveux, mais cela m' a valu un jour une magistrale gifle de ma mère, qui avait trébuché sur un trottoir. Elle était la vivacité personnifiée.

         A cet endroit, l' eau est striée de bleu et de chocolat au lait.

 

Le petit dernier ?

          Je suis toujours sur la piste fauve qui amorce un virage, et me voilà déjà à l' extrémité de l' étang.

         Un deuxième îlot se trouve dans l' alignement du premier. Les couleurs se panachent harmonieusement et lustrent les eaux.

Le petit dernier ?

          Je suis maintenant sur le chemin qui va boucler la boucle autour des étangs.

         Je crois que voilà la trace du passage d' un chevreuil ou d' une biche.

Le petit dernier ?

          La piste longe à nouveau le grand étang.         

Le petit dernier ?

         Le vent s' est levé, et ses rafales rendent folles les herbes de la pampa.

Le petit dernier ?

         La balade touche à sa fin. Mais, en ai-je terminé avec les étangs de la Barreyre ?

         La suite le dira. Alors....à bientôt !

Voir les commentaires

2014-11-14T10:39:55+01:00

En suivant la piste fauve....

Publié par divagations-et-balades

         ....J' arrivais vite au bord du deuxième étang. Il était plus petit, mais exhibait des îles touffues pour Robinson lilliputien.

En suivant la piste fauve....

         Mais, ce sont surtout des pécheurs qui viennent hanter ces lieux, car, ces étangs ont été très empoissonnés. Parmi les espèces de poissons, on trouve de très grosses carpes et des esturgeons dans le premier étang,

En suivant la piste fauve....
En suivant la piste fauve....

          Des carpes " normales " dans le second, et des espèces " friture " dans le troisième.

          La règle, pour ceux qui viennent pécher ici est : " No Kill " ce qui veut dire que tous les poissons péchés doivent être remis vivants dans les étangs.

          En ce qui me concerne, ce n' est pas la pèche qui m' intéresse, mais la magie de cet endroit, la synthèse parfaite des couleurs de l' automne, qui le transforme en lieu enchanté.

En suivant la piste fauve....

         Un peu plus loin, je vois des bouquets d' herbes folles qui tentent de descendre vers l' eau, pour se baigner ou essayer de construire de nouveaux îlots ?

En suivant la piste fauve....

         Certains ressemblent à des bâteaux, échoués là, par inadvertance.

En suivant la piste fauve....

          Puis, soudain, aprés un virage de cette piste rousse, les couleurs se font plus éclatantes.

En suivant la piste fauve....

         L' automne tente même d' allumer un incendie dans un coin sombre, histoire de montrer qu' il y a encore de l' été en elle.

En suivant la piste fauve....

         Un autre virage et, tout s' apaise; le décor se pastellise à nouveau; trois petits canards s' en vont, se promenant tranquillement.

En suivant la piste fauve....

         J' arrive au bout de ce second étang. Un îlot, ici, semble immergé dans du chocolat;

En suivant la piste fauve....

         Mais, la piste fauve ne s' arrête pas là. A suivre !!!

Voir les commentaires

2014-11-12T09:14:54+01:00

Retour à l' étang

Publié par divagations-et-balades

          Je reprends ma balade sur le chemin tapissé d' aiguilles de pins, qui, en vieillissant sur le sol changent de couleur et deviennent marron rouge.

Retour à l' étang

          Elles font rougeoyer la rive opposée sur laquelle viennent se briser les rayons du soleil.

Retour à l' étang

          Au premier plan, un mimosa sauvage essaie de se mirer dans l' eau. Je vais en rencontrer beaucoup, perchés sur la rive, des petits à leurs pieds. Je me promets de revenir en janvier, au moment de leur floraison, ce sera sans doute un merveilleux spectacle.

Retour à l' étang

          Les pins s' amusent à faire du graphisme avec leurs aiguilles, qui se tendent vers l' eau comme des doigts.

Retour à l' étang

          Un friselis bleuté agite l' eau au milieu de l' étang. Un vent léger vient de l' effleurer.

Retour à l' étang

           L' étang se rétrécit; en face, la rive devient de plus en plus rouge, ensanglantée par le soleil qui commence à plonger dans l' océan, qui gronde derrière la dune.

Retour à l' étang

          L' eau prend une discrète, et délicate, teinte de pétale de rose. J' arrive à l' extrémité de ce premier étang; un coup d' oeil d' au-revoir, et, je lui tourne le dos.

Retour à l' étang

          Mais la balade n' est pas terminée. Les deux petits frères m' attendent; alors, je vous donne rendez-vous pour aller les admirer aussi.

Voir les commentaires

2014-11-10T09:18:33+01:00

Je vous emmène visiter......

Publié par divagations-et-balades
Je vous emmène visiter......

          Ils sont situés dans la partie nord du Médoc, entre la route des Lacs et l' océan, à Grayan.

Je vous emmène visiter......

          Ces étangs, au nombre de trois, sont surtout connus des pécheurs. Peu de touristes les connaissent, et même les Médocains ne les connaissent pas tous.

          J' ai du me renseigner auprès de l' épicière de Grayan pour les dénicher, et la pancarte, en retrait de la route, ne facilite pas les choses. J' ai même failli les rater.

          Un petit chemin, que l' automne a rendu polychrome, semble filer droit vers la mer.

Je vous emmène visiter......

          Trompeur, il tourne brusquement à gauche, une centaine de mètres plus loin. Là, on fait environ cinquante mètres, et, sur la droite, un autre chemin très court vient buter contre une barrière. Une fois franchie, trois ou quatre pas et, me voilà face au premier et plus grand de ces étangs.

Je vous emmène visiter......

          J' étais venue il y a quelques jours, quand c' était encore l' été. Mais toutes mes photos ont disparu dans le second naufrage de mon ordinateur.

          Aujourd'hui, le temps est plus instable, et il ne fait plus que dix huit degrés. La lumière est totalement différente. Mais, je crois que je suis dans une phase d' éclaircie, et le soleil va venir faire un petit tour. Quoi qu' il en soit, ces étangs sont pleins de charme.

Je vous emmène visiter......

          Le ciel changeant pare l' eau d' irisations vertes et bleues.

Je vous emmène visiter......

          En baissant la tête, je me surprends à regretter amèrement d' être venue sans un sac. Des cèpes se rient de moi, étalés en colonies en bordure du chemin.

Je vous emmène visiter......

          Ce sont des cèpes de pins. Il est vrai qu' ils sont, à mon goût, moins bons que ceux poussant au pied des chênes, mais.......quand même..........Il y a aussi ceux qui sont beaux à voir, mais qu' il est préférable de ne pas manger.

          Pourtant, il y a eu un gourmand. Cette forêt regorge de chevreuils, cerfs, écureuils et sangliers......Ces derniers qu' il serait dangereux de rencontrer. Mais ils préfèrent sortir le soir, traverser les routes en trombe pour aller percuter quelques imprudents qui prennent la route des Lacs la nuit.

          Lequel d' entre eux a goûté ce champignon ?

Je vous emmène visiter......

          Mais, je m' égare dans ces digressions gastronomiques. Alors nous reprendrons plus tard la balade, aprés mes élucubrations botaniques.

Voir les commentaires

2014-11-09T14:11:46+01:00

Un livre intéressant

Publié par divagations-et-balades

          Outre notre ami écrivain, je suis aussi une fan de Glenn Cooper, dont je lis tous les livres dès leur parution.

          Cette fois il s' agit d' une Quête du Graal issue des légendes arturiennes qui ont fait aussi, mes délices au temps où j' étais jeune depuis moins longtemps que maintenant.

Un livre intéressant

          Avec ce livre, qui mélange ésotérisme et thriller intemporel, on se promène dans le temps et dans l' espace. Personnellement, j' aime beaucoup les aller-retours des premiers temps de notre ère au monde contemporain en passant par le haut Moyen-Âge.

         

Un livre intéressant

          Bref, ce sont des moments de lecture-plaisir que nous offre Glenn Cooper, et personnellement, je ne les boude pas.

A demain pour une balade.

Voir les commentaires

2014-11-08T08:37:42+01:00

Les malheurs de Bolbi le rat.

Publié par divagations-et-balades

          Bolbi est un rat des champs qui habite dans notre jardin.

          C' est un vieux rat, sage et paisible. Nous le voyons rarement, car il a ses appartements sous terre. Un trou, en porte cochère, situé près d' un rosier, lui permet d' y accéder.

          Hier matin, ma soeur m' a appelée : " Viens vite, Bolbi est dehors et parait mal en point ".

          En fait, il arrivait de je ne sais où, l' air misérable, sa longue queue traînant par terre, et surtout, le pelage à demi arraché, en fort mauvais état.

Les malheurs de Bolbi le rat.

          Et lui, si vif d' habitude, se traînait lamentablement, abbatu. Il s' arrêta même au milieu des feuilles mortes, le dos rond, visiblement épuisé.

 

Les malheurs de Bolbi le rat.

          Mais que lui est' il arrivé à notre Bolbi ? Il ne bougeait pas, reprenant son souffle, nullement inquiet de notre présence, car, percevant notre compassion, il savait que nous ne lui ferions pas de mal.

          Puis, il reprit sa marche misérable vers sa demeure. A un moment donné, il tomba même sur le côté, se redressa péniblement.

Les malheurs de Bolbi le rat.

          Enfin, il arriva près de l' entrée de sa demeure où il s' engouffra tête la première, avec, j' imagine, un grand soulagement de se sentir à nouveau en sécurité.

Les malheurs de Bolbi le rat.

          Qui l' a abimé ainsi ?

          Un chat, que l' absence de Victor le Chien dans cette partie du jardin, a rendu audacieux ?

          Un oiseau de proie ? Un milan a l' habitude de venir roder en vol plané par ici, et quand les pies ne sont pas là pour le chasser, lui aussi devient audacieux.

          Et où donc est' il allé ? Quelle affaire mystérieuse lui a fait prendre le risque insensé de partir si loin de son refuge ?

          J' espère qu' un Docteur Rat est là pour soigner ce pauvre Bolbi.

      

         

Voir les commentaires

2014-11-06T10:58:08+01:00

Et soudain l' Automne....

Publié par divagations-et-balades

          Un jour, c' était encore la chaleur étincelante de l' été qui ne voulait pas mourir. Je m' y prélassais avec la délectation de l' amoureuse du soleil.

          Je rêvais, avec toute l' aberration dont je suis capable, que l' été durerait toujours, comme dans ces pays où j' ai vécu, et où il flamboyait du premier janvier au trente et un décembre.

          Ayant retrouvé ma jambe, je filais à la plage et savourais l' air chaud.

 

Et soudain l' Automne....

          Le lendemain matin, il était là, l' automne dévoreur de chaleur. D' un coup, il avala huit degrés, et, sans qu' on s' en douta, pendant la nuit, il avait repeint le monde en vert et roux.

Et soudain l' Automne....

          La lumière était devenue fauve, et, par endroit si sulfureuse, que je réalisais soudain que nous sortions de la nuit des sorcières.

Et soudain l' Automne....

          Le jardin, tout à coup, s' était paré d' étrangeté. Plus tout à fait le même, plus tout à fait un autre.

Et soudain l' Automne....

          Des fleurs résistaient vaillamment, pour nous réconforter et nous disant : " Allons, nous reviendrons ".

Et soudain l' Automne....

          Pourtant, on voyait quelques larmes sur le bras décharné d' un rosier.

Et soudain l' Automne....

          Et, je ne sais pas comment, ces mots de Khalil Gibran me revinrent en mémoire :

          " En Automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsque Avril refleurit et que la terre et le Printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles ".

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog