Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-09-14T09:37:12+02:00

Il était une fois.....Le chien de volubilis

Publié par divagations-et-balades

          Les Romains, grands conquérants, ont laissé des traces dans tout le Bassin Méditerranéen, et même au-delà, puisqu'il allèrent jusqu'au Pays du Couchant : le Maghreb.

          Au Maroc, ils créèrent la Maurétanie Tingitane, et c'est l'empereur Auguste qui la fit occuper, et y installa le roi Juba II et son épouse la reine Cléopâtre Séléné, fille de la fabuleuse reine d'Egypte.

          La capitale fut Volubilis.

 

Wikipedia

Wikipedia

          Il en reste de belles ruines dont, malheureusement, je n'ai retrouvé que deux photos.

Il était une fois.....Le chien de volubilis

          Un vaste espace hérissé de colonnes, quelques-unes un peu de guingois, sur lesquelles des cigognes téméraires installent leurs nids.

Il était une fois.....Le chien de volubilis

          On y trouve aussi les vestiges d' un temple d' Hadrien, dont il ne reste debout qu'une porte, un arc de triomphe dédié à Caracalla, qui dut être magnifique, et la Decumana Magnus, la Grande Voie, bordée de colonnes tronquées et de pierres, restes de monuments ou demeures.

          Des mosaïques encore très belles subsistent ça et là; elles sont trop belles pour que je ne fasse pas appel au précieux Wikipedia pour en montrer au moins une.

Celle-ci représente le char d' Amphytrite

Celle-ci représente le char d' Amphytrite

          Et.....il y a le chien, un magnifique chien en bronze découvert en mille neuf cent seize. Il semble prêt à l'attaque.

Wikipedia

Wikipedia

          Ce chien n'est pas n'importe quel chien. Il a une histoire.

          Il était une fois.....un jeune et beau jeune homme qui commandait la légion assurant la sécurité de Volubilis contre les ravages exercés par des tribus berbères insoumises qui dévalaient de l'Atlas.

          Un jour, avec sa cohorte, et son chien qui le suivait partout, il partit inspecter un village au pied des montagnes. Et là, allant à la fontaine, il rencontra une ravissante jeune fille.

image extraite de mon livre "Contes et légendes du Maroc". Nathan - Paris 1948

image extraite de mon livre "Contes et légendes du Maroc". Nathan - Paris 1948

          Il en tomba immédiatement amoureux, et Tigra, tel était son nom, ne fut pas insensible à la prestance du beau légionnaire. Celui-ci demanda sa main à son père, qui la lui accorda, flatté d'une alliance avec un Romain.

          Alors, Marcus de son prénom, emmena Tigra chez lui, et l'épousa selon le rite romain. Dès ce moment, les deux jeunes mariés vécurent dans un rêve.

          Hélas, Tigra avait été promise de longue date à un jeune éleveur de troupeaux de son village. Celui-ci, Massipsa, se sentit humilié et outragé, et jura de se venger. Parcourant le pays, il attisa les vieilles colères contre l' envahisseur. De plus en plus de poings se tendaient vers Volubilis, accompagnés des malédictions proférées par les vieilles femmes de la montagne.

          Un vieux Berbère, loyal aux Romains, se présenta un jour devant Marcus et l'avertit d'avoir à se méfier de la colère qui grondait. Tout à son bonheur, Marcus n'y prêta pas attention. Mais, un soir, le chien se mit soudain à grogner, puis à aboyer férocement, faisant aboyer tous les chiens de la ville, et partit comme une flèche.

          Comprenant qu'il se passait quelque chose d'anormal, Marcus réunit sa cohorte et ils allèrent patrouiller dans les rues. Ils surprirent une horde de Berbères en armes. Ce fut un vrai massacre et rares furent ceux qui en réchappèrent et purent regagner les montagnes.

          Marcus revint vite vers sa maison afin de rassurer sa compagne, mais, il vit la porte cassée et entendit un bruit de lutte venant de l'intérieur; sortant son glaive, il se précipita et vit deux hommes essayant d'entraîner Tigra.

          Mais le chien, avec courage, défendait sa maîtresse; Marcus transperça de son épée l'un des assaillants, l'autre, qui n'était autre que Massipsa, se jeta sur lui le couteau levé. Mais le chien s'élança et lui sauta au cou.

          Le barbare s' écroula, mais en tombant, il enfonça son couteau jusqu'à la garde dans le corps du chien, le tuant net.

          Il avait défendu ses maîtres jusqu'à la mort; en remerciement et en hommage à son courage et à sa fidélité, Marcus fit faire cette statue le montrant prêt à bondir à la gorge de l'ennemi.

          Le chien s'appelait Xixo.

( Cette histoire est extraite du livre mentionné plus haut qui faisait partie de la collection des Contes et légendes qui ont nourri mon imaginaire et ma culture d'enfant, car il y avait des contes et légendes de la Grèce Antique, de la mer et des marins, de Rome, de la Chine......C'était une façon très ludique d'apprendre l'Histoire. Merci à mes parents qui en faisaient le choix).

Voir les commentaires

2017-09-12T05:47:00+02:00

Féerie r'batie

Publié par divagations-et-balades

          Non, je n'ai pas oublié le " e ", ce mot est marocain et signifie " de la ville de Rabat ".

          Outre le Chella et la Tour Hassan, tour inachevée dont on dit qu'il n'en existe que deux autres pareilles au monde : la Koutoubia de Marrakech et la Giralda de Séville,        

Féerie r'batie

          Rabat possède une merveille : La Kasbah et le jardin des Oudaïas. La première fois que j'y suis allée, c'était dans les années soixante, (avec ma vieille 4CV et sans mes lunettes). Il y a quelques temps, en fouinant dans de vieilles boites, ma soeur a trouvé d'anciennes photos que j'avais prises en divers endroits il y a une quarantaine d' années, et que je croyais perdues à jamais. C'était des diapos que j'ai vite portées chez le photographe pour les tirer sur papier afin que je puisse les scanner et les importer.

          Je suis retournée maintes fois à Rabat, et à chaque visite, la magie du lieu renaissait.

          D'abord, ma porte préférée, avec son gracieux fer forgé, plutôt que bab el-kebir, la monumentale porte almohade.

Féerie r'batie

          Et l'on pénètre dans ce jardin de style hispano-mauresque, situé au pied de la Kasbah des Oudaïas, ancienne résidence r'batie des sultans Alaouites. Celle-ci a été bâtie probablement sur un ancien fort romain : le Ksar des Benitargas. Elle a été édifiée au XIIème siècle par les Almoravides pour lutter contre des tribus Berbères résistantes : les Berghouatas. Mais ce sont les Almohades qui, en la transformant en camp militaire, lui donnèrent une grande importance. C'est de là que partirent les armées à la conquête de l'Andalousie.

         Mais assez parlé d'armées et de rebelles et entrons dans le jardin.

Féerie r'batie

          Pendant que certains se promènent et admirent les massifs,

Féerie r'batie

          D'autres travaillent, car la beauté est fatigante et demande un entretien permanent.

Féerie r'batie

          Ce jardin, que l'on appelle maintenant " jardin andalou ", est loin d'être aussi vieux que la Kasbah. Beaucoup de Marocains pensent qu'il est âgé de plusieurs centaines d'années, or, il n'en est rien, il a été créé dans les années mille neuf cent vingt, à l'emplacement de la cour de l'ancienne caserne.

          C'est Maurice Tranchant de Lunel, architecte favori du Maréchal Lyautey qui en a eu l'idée. A ce moment-là, il ressemblait peut-être à cette photo qui date de mille neuf cent cinquante deux.

Féerie r'batie

          Il n'avait pas encore acquis la luxuriance qu'il avait quand j'y suis allée pour la première fois, environ quinze ans plus tard.

         De ce jardin on peut aussi admirer une tour de l'enceinte de la kasbah, elle aussi, bien sûr, du XIIème siècle.

Féerie r'batie

           Et quand les yeux n'en peuvent plus d'être éblouis par tant de beauté, on va au célèbre Café Maure qui occupe une terrasse.

Féerie r'batie

          Dès la porte, qui croule sous les bougainvilliers, on aperçoit la ville blanche de Salé, la ville des potiers, qui s' étend de l'autre côté du Bou Regreg, le fleuve qui la sépare de Rabat.

          Thé à la "menthe nana", gâteaux marocains, une de mes faiblesses, cela m'inspire, je vous laisse pour quelques briouats aux amandes, car justement, j'en ai fait dimanche.

Alors....à bientôt !

Voir les commentaires

2017-09-10T10:07:49+02:00

La pensée du dimanche 10/09/17 - Et si on arrêtait.....

Publié par divagations-et-balades

          .......D'abimer notre langue !

          Elle était l'élégance par excellence. Sous l'Ancien Régime on parlait français dans toutes les cours royales et princières d' Europe. Elle véhiculait la pensée et la culture de la France. Elle était, et, est restée, la langue de Molière.

          La diplomatie l'avait accaparée; aujourd'hui, elle partage ce rôle avec l'anglais.

          Le français est une langue académique, mais en même temps, une langue vivante. La Pléiade l'a codifiée, mais Rabelais et Molière l'ont popularisée. 

          Fénelon disait d'elle : " Notre langue n'est qu'un mélange de grec, de latin et de tudesque, avec quelques restes confus de gaulois ".

                

Wikipedia

Wikipedia

          Il fut homme d'Eglise, théologien et écrivain, et peut-être plus connu comme pédagogue, car il fut le Précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV.

          Malheureusement pour lui, il participa à la Querelle du Quiétisme, cette doctrine mystique importée d'Italie qui prônait un abandon total de l'Homme à D. Il s'opposa à Bossuet, pas pour rien "Aigle de Meaux", qui, au nom de l'Eglise officielle, condamna violemment cette doctrine et ses adeptes. Fénelon tomba en disgrâce, et plus encore, après qu'il eut écrit Les Aventures de Télémaque qui fut considéré comme une critique de la politique du roi.

          Un siècle et demi plus tard, un autre écrivain, prix Nobel de littérature, et, sans doute un des plus grands écrivains et critiques littéraires de la Troisième République : Anatole France,

Wikipedia

Wikipedia

          Parla lui aussi de la langue française avec un ton et des mots qui venaient, je le suppose, de sa jeunesse qui baignait encore dans le Romantisme.

          " La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, si touchante, si voluptueuse, si chaste, si noble, si familière, si folle, si sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle ".

          Mais hélas ! Si. Aujourd'hui, on ne peut pas lire un article de journal sans qu'il y ait au moins une faute. Les journalistes de l'audio-visuel, à part quelques-uns qui parlent encore ce que l'on nomme " un langage châtié ", ne font plus attention aux accords masculin/féminin, ou singulier/pluriel, et je ne parle pas de ce que l'on peut entendre de certains artistes, ou simplement dans la rue où ils sont souvent.......singés.

          Alors, je le demande : Et si on arrêtait d'abimer notre langue ? Car elle est, non seulement un attribut de notre souveraineté, mais l'expression de notre pensée, de notre philosophie, de notre art de vivre. Et si l'on pense que le Verbe est créateur, quel avenir nous préparons-nous à travers ce massacre !!! 

Voir les commentaires

2017-09-08T14:57:41+02:00

Et arriva l'ouragan...

Publié par divagations-et-balades

          C'était le paradis sur terre. Les Antilles s'alanguissaient sous le soleil. Elles mélangeaient leurs nationalités dans une même beauté, devant la mer scintillante.

Et arriva l'ouragan...

          Avec leurs longues plages au doux sable blanc ou rose;

Et arriva l'ouragan...
Et arriva l'ouragan...

         Toutes ces îles croulaient sous les fleurs;

Et arriva l'ouragan...

          Les villes cascadaient souvent vers la mer, leurs toits roses émergeant parmi les flamboyants.

Et arriva l'ouragan...

          Il est vrai que le ciel est très souvent chargé sous ces latitudes, mais nous ne pensions même pas que tout pouvait se déchaîner d'un coup, avec une violence telle que tout pouvait être saccagé en un temps très court.

image Télé

image Télé

          Et maintenant, l'ouragan court vers la Floride pour, insatiable, y exercer ses ravages. Que va t'il arriver à cet immeuble rouge et blanc dans lequel nous logions ?

Et arriva l'ouragan...

          Et ces canaux intérieurs, derrière les immeubles du front de mer, les voiliers y seront'ils encore en sécurité ?

        

Et arriva l'ouragan...

          

           En ce moment, les habitants de la Floride du Sud tentent de gagner le nord en une interminable file de voitures. Qu'adviendrait'il si l'ouragan s'abattait sur elle ?

          Ces îles et ces côtes étaient faites pour le bonheur et la joie de vivre, pas pour y mourir, victime d'une nature meurtrière.

          Pour ces gens qui sont nos frères et qui ont tout perdu, si chaque français donnait un seul euro, il y aurait de quoi les aider pour l'essentiel.

          Quand aux ignobles individus qui profitent de ce malheur absolu pour piller, saurons-nous les châtier à la mesure de cette ignominie ?

Voir les commentaires

2017-09-06T18:45:09+02:00

J'y crois pas !!!

Publié par divagations-et-balades

          Depuis quelques mois je me sentais orpheline. Ma tête de turc favorite avait disparu du paysage politique.

Wikipedia

Wikipedia

          Elle ne s'était pas représentée à l'élection présidentielle, et, jusqu'à preuve du contraire, si on n'y a pas vraiment perdu, on n'y a pas vraiment gagné.

          Or donc, quelque chose me manquait, et vous connaissez le dicton : " Un seul être vous manque...etc....". Mais aujourd'hui, écoutant la radio dans ma voiture pour me consoler de la galère des multiples travaux dans les rues de Bordeaux et banlieue, voilà qu'une info m'a faite bondir de joie : ma tête de turc revient et repart en guerre pour l'horizon 2022.

          Ah ! Optimisme, quand tu nous tiens !

Wikipedia

Wikipedia

          Et puis j'ai écouté la suite, et là, les bras ont failli m'en tomber. L'idole déchue redresse la tête, et ce faisant, veut aussi redresser la France, en proposant des idées innovantes au sein d'une Fondation qu'elle vient de créer pour la bagatelle de trente millions d' euros.

          La perplexité me gagne !

Wikipedia

Wikipedia

          Voyons ! Voyons ! N'était'il pas Président de la République pendant cinq si longues années ? Oui n'est-ce pas ? Alors, pourquoi avoir attendu de ne plus l'être pour appliquer ses idées innovantes ? Il n'aurait pas eu besoin de mendier trente millions aux banques puisque il était président !!! On aurait payer comme d'habitude !

          Il y a là quelque chose qui m'échappe, mais, comme dit l'autre, le successeur, ceci est sans doute trop complexe pour mon petit esprit de plébéienne du cerveau.

          Et c'est alors que j'ai entendu la dernière information : il va aller donner des conférences..........au Qatar. Oui, on ne rêve pas, au Qatar, comme Sarko. Let me laugh !!!

Wikipedia

Wikipedia

          Qatar ! Qatar ! Dites Monsieur Hollande, vous souvenez-vous de cette lettre que je vous avais adressée quand vous étiez l' homme le plus puissant de France ? Rappelez-vous ! Il y a là-bas un de nos compatriotes injustement emprisonné, et qui se trouvait dans une situation très précaire. Vous n'aviez pas daigné répondre ni faire quoi que se soit. Je n'avais été qu'à moitié surprise car je ne croyais pas trop en vous. Cet homme est toujours à la prison centrale de Doha, et maintenant, en danger de mort. Puisque vous allez là-bas, ne pourriez-vous en toucher un mot à vos copains ?

Voir les commentaires

2017-09-04T18:45:37+02:00

C'est la rentrée !!!

Publié par divagations-et-balades

          Puissance évocatrice des images !!! Avec cette photo d'écoliers sur le chemin de l'école, extraite des archives du journal Sud-Ouest, reviennent le son de la cloche, l'odeur de l'encre violette, celle de la craie, et......les hurlements organisés des camarades, faisant mine d'être terrorisés et grimpant sur les bancs, quand j'avais emmené en classe et lâché en plein cours, une souris mécanique. Même la prof était restée prudemment sur son estrade, avant de comprendre et de se déchaîner contre moi sans la moindre hésitation.

archives Sud-Ouest

archives Sud-Ouest

          Comme cette petite fille, j'ai porté ce genre de robe avec des manches ballon. Et ce petit garçon qui lui tient la main, me rappelle ma cruauté envers un autre qui lui ressemblait, qui aurait bien aimé faire pareil, mais dont je me moquais en l'appelant Nimbus.

          Les rues par lesquelles je passais étaient goudronnées, et au moins de juin, il faisait souvent si chaud que le goudron fondait sur la chaussée, et c'était à mon grand bonheur car j'adorais le goût du goudron, alors je faisais traîner mon doigt dedans et je le suçais. Immunité ! Immunité !

          Cette voiture au premier plan, une 4CV Renault, a été ma première voiture. C'était celle de la bonne et elle voulait la vendre. Je me souviens que j'avais exercé des talents dignes d'une avocate pour convaincre mon père que cette voiture m'était indispensable. Les vacances suivantes, deux amies et moi avions décidé d'aller au Maroc via l'Espagne. Ma vaillante 4CV perdait déjà quelques boulons à moins de cinquante kilomètres de Bordeaux.

          En plus, j'avais oublié mes lunettes, et dans la Sierra Nevada, celle qui était à l'avant à côté de moi, faisait le co-pilote et me disait : " Attention, virage à 25m, à 15m, à 5m....". Et on riait comme des folles.

          Et le soir, après la classe, accompagnée de mon amie d'éternité, on s'amusait à sonner aux portes, histoire de se détendre, ou plaisir de faire des bêtises. Quand la porte s'ouvrait, je disais bien poliment : " Bonsoir Madame, je voudrais parler à Jeannot s'il vous plait ! ". La plupart du temps, pas dupe, la dame nous menaçait d'aller nous signaler à l'école. Mais un jour : " oui, il est là, je l'appelle ", alors nous avons déguerpi à toute allure.

          Je croyais ce temps un peu oublié, mais cette photo a ramené plein de souvenirs à la surface; et je me demande si je ne gâtifie pas un peu en les exhumant. Mais quoi ! J' ai le droit d'être gâteuse moi aussi ! D'ailleurs....tout le monde a le droit de l'être.........de temps en temps, en paraphrasant la Maud de Harold.

Allez, à bientôt......au XXIème siècle !

Voir les commentaires

2017-09-04T05:14:00+02:00

La méditation du lundi - 04/09/17

Publié par divagations-et-balades

          Pour une fois, je fais appel à un jeune philosophe contemporain pour lui emprunter la pensée méditative du jour.

            Il s'agit de François-Xavier Bellamy, professeur agrégé de philosophie et, accessoirement, homme politique.

Wikipedia

Wikipedia

          Jeune, puisque né en mille neuf cent quatre vingt cinq, il est capable de réflexion digne d'un plus âgé, donc, théoriquement, plus sage.

          Bien que n'appartenant à aucun parti politique, il est sollicité pour se présenter aux élections municipales de deux mille huit, sur une liste divers droite à Versailles. Cette liste étant élue, il devient le plus jeune adjoint au maire d'une grande ville de France.

          Il s'y montre très actif puisque, chargé de la jeunesse et de l'enseignement supérieur, il crée les " Vendredi du rock ", un forum pour l' emploi des jeunes, " l'Atelier " un club de travail et culturel, et un autre forum : " 24h pour l'emploi " qui permet la signature de trois cent vingt neuf contrats de travail entre deux mille onze et deux mille treize. Il a aussi été chargé des études et de la rédaction des discours de Rachida Dati, quand elle était ministre de la Justice.

          F-X Bellamy a écrit trois livres :

               * "Les déshérités ou l'urgence de transmettre" en deux mille quatorze

               * "Les plus beaux discours à la jeunesse" en janvier deux mille seize

               * "Eduquer avec Rousseau, SOS Education" en juin deux mille seize

          Il intervient régulièrement dans les médias, presse audiovisuelle, (RTL, Europe1, France Culture, Arte...) et surtout presse écrite où il publie tribunes et entretiens, (Valeurs Actuelles, le Monde, le Figaro..), et il a débattu avec Michel Onfray, Luc Ferry, Ph. de Villiers, J.L. Bourlange).

          Voici la phrase que je livre aujourd'hui à la méditation :

          " Combien de temps encore conserverons-nous la mémoire de l'importance de ce qui a été perdu ? ".

(Ceci concerne au premier chef le désastre de notre Education Nationale. 140000 élèves sortent chaque année de l'école sans connaissances ni bagage. C'est quatre fois plus qu'il y a vingt ans. Une de mes patientes, professeur de Lettres me disait il y a guère, que les élèves de terminale actuels seraient incapables de passer le brevet d'il y a vingt ans, et même pas le certificat d'études de nos parents et grands-parents !!! Le nouveau ministre a l'air d'avoir compris le problème. Souhaitons-le !)

Voir les commentaires

2017-09-02T16:34:09+02:00

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

Publié par divagations-et-balades

          Pause fraîcheur terminée, nous voilà prêtes à repartir dans la touffeur de Gensac. Moi, j'aime ça, mais la Parisienne qui m'accompagne aujourd'hui n'apprécie pas trop, et me regarde un peu de travers en me voyant caracoler.

          Frappés de torpeur, les habitants boudent toujours les ruelles qui sont désespérément désertes.

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

          Nous apercevons le clocher de l'église, reconstruite au XIXème siècle, et qui cache sous elle, dans une grotte profonde, une créature aussi maléfique que fantastique.

          On l'appelle la Chausse Bielhe, et j'ignore la signification de ce nom. Il s'agit d'une bête mythique qui hanterait les souterrains qui s'étendent sous l'église, et qui aurait la sale manie d'aller s'asseoir sur la poitrine des dormeurs et de les étouffer pendant leurs rêves.

          Mais que veut'elle étouffer exactement ? Les dormeurs ? Ou les rêves ?

          Peut-être vaut'il mieux ne pas trop s'attarder devant cette église, qui est, comme de plus en plus souvent, fermée. Mais que font donc les Chrétiens ? D. est'il mort en France ? La spiritualité est'elle devenue ringarde ? Il me semblait pourtant que de tout temps, l'Homme avait aspiré à la transcendance ! Ce n'est plus vrai alors ? N'y a t'il pas un peu d'arrogance dans tout ça ? Aurait'on acquis un complexe de supériorité face à la nature qui, pourtant, quoi que l'on dise et quoi que l'on fasse, sera toujours plus forte que nous.

          Voilà que, même fermée, même si elle n'est pas mon lieu de culte habituel, l'église, comme la synagogue ou la mosquée, engendre la méditation métaphysique.

          Face à l'église, de l'autre côté de la placette, une belle demeure flanquée d'une tour ronde assez rébarbative.

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

          Nous continuons notre chemin dans ces rues tranquilles; parfois, un étroit passage plonge vers la vallée.

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

          On devait voir venir les ennemis d'assez loin. Ils furent nombreux, et le territoire de Gensac passa entre différentes mains depuis que le village n'était qu'un castrum médiéval dominé par le seigneur du lieu : Raymond de Gensac. Sa lignée régna de l'époque féodale jusqu'en mille cent vingt. Puis il y eut Elie Rudel, fils de Marguerite de Turenne; Les terres passèrent plus tard de Bernard d'Albret au roi de France Charles VI, puis à Isabeau de Pons.

          Et les Anglais arrivèrent à leur tour et mirent le siège devant Gensac qu'ils prirent le huit juillet mille quatre cent cinquante trois. Un peu plus de cent ans plus tard, le Sire de Montluc reprit le village. Mais les gens de Gensac, soutenus par la noblesse locale, étaient des rebelles et ne voulaient pas se soumettre au roi de France.

          Alors, à la fin de l'an de grâce mille six cent vingt et un, le Chevalier de Pardaillan s'obstinant à vouloir imposer la fidélité au roi de France, le Chevalier de Savignac d'Eynesse se rebella de nouveau. Accompagné de quelques mousquetaires, il défenestra le têtu par la fenêtre de sa propre chambre.

          On ne plaisantait pas à Gensac !

          Continuant notre exploration, un porche attira ma curiosité et je résolus d'aller voir ce qu'il y avait au-delà.

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

          En tournant à gauche, je tombais sur une courette secrète.

          Ce village est petit et on en fait assez vite le tour. il y avait des choses intéressantes à voir : la maison du boulanger où l'on aurait pu voir comment vivaient les gens au XIXème siècle, l'atelier du dernier courtepointier de France........Hélas ! Tout était fermé.

          Alors nous sommes revenues vers la place et la rue où la voiture nous attendait, enfin, en principe !

          Un dernier regard en arrière, 

La créature qui étouffait les rêveurs - 2

          Et nous voilà parties. Au-revoir Gensac !

Voir les commentaires

2017-08-31T05:24:00+02:00

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

Publié par divagations-et-balades

          Il est aux confins de la Gironde et du Périgord, un petit village à l'aspect riant, juché sur un promontoire surplombant un vaste paysage, au creux duquel, cent mètres plus bas, se cache une petite rivière : la Durèze.

          Ce village classé village ancien, se nomme Gensac.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Après avoir garé la voiture, nous partons en vadrouille dans le village. Il est désert, figé dans une sorte de torpeur immobile, et je pense que les trente sept degrés de cette journée ont du endormir les habitants.

          Au bout de la rue, nous débouchons sur une place, face à une belle maison à colombages.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Tout prés, trois belles maisons anciennes, curieusement édifiées en tailles décroissantes. Elles nous ramènent à l'époque médiévale. 

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Ce village en a les vieilles demeures,

la créature qui étouffait les rêveurs - 1
la créature qui étouffait les rêveurs - 1
la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          Les ruelles aux noms surannés dont celle-ci qui sent la taverne toute proche où les manants allaient se désaltérer,

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

          A ce propos, si nous faisions une pause hydratation !!! Equipées de nos bouteilles d'eau, nous allons nous installer....au jardin public.

la créature qui étouffait les rêveurs - 1

         A plus tard pour la fin de la visite, et peut-être la rencontre d' une maléfique créature !!!

Voir les commentaires

2017-08-29T09:48:01+02:00

L'ancien monde

Publié par divagations-et-balades

          J'ai connu un temps " avant la télé " où l'on pouvait jouer dans la rue. J'avais un alter ego; nous nous sommes connues dès que nous avons su marcher et commencé à nous battre. Elle est ma plus ancienne amie, une amie d'éternité. Nous ne nous battons plus, mais, je ne suis pas sûre que, par moment, on ne le regrette pas !

          Nous avons le même prénom, et nous avions décrété que nos mères avaient la même voix, ce qui fait que lorsque l'une d'elle appelait, on ne répondait pas arguant que nous ne savions pas de laquelle il s'agissait. Quand on voyait l'une d'elle, et parfois les deux, arriver au pas de charge, on actionnait nos jambes à toute allure espérant échapper à la vindicte. Ô Illusion !

          Mon amie aurait été une enfant sage si......elle ne m'avait pas connue. Il ne se passait pas un jour sans que j'invente au moins une bêtise, et elle me suivait toujours avec un enthousiasme certain.

          Elle avait une cousine de notre âge, un peu nunuche, que nous martyrisions sans remords, et une grand-mère qui a réussi à résister à la folie, devant l'ampleur de nos sottises. On écumait le quartier à la recherche de deux garçons avec qui on s'est flanqué des raclées mémorables.

          C'était le bon temps, et comme je l'ai dit, on pouvait jouer dans la rue; ceci ne plaisait guère à mes parents, mais....à moins de m'enfermer !!!

          C'est en voyant des photos anciennes dans le journal Sud-Ouest que ce monde disparu a remonté à la surface de ma mémoire avec tout un cortège.

          C'était un monde où l'on prenait son temps, on savait s'arrêter pour faire une pause " copains et tchatche " , comme ces traminots sur les quais en mille neuf cent cinquante huit.

photo archives Sud-Ouest

photo archives Sud-Ouest

          Ces trams, rouges et blancs, (ou jaunes ?), avaient une bouille sympa, et des portes qui s'ouvraient en accordéon, et on se tenait sur la marchepied un peu avant l'arrêt, et c'est comme ça que, sans le faire exprès je le jure, j'ai fait un croche-pied à une dame et....tout le tram m'a agonie d'injures.

          Le soir, pas de télé évidemment, on sortait les chaises sur les trottoirs, les parents discutaient avec les voisins pendant que d'autres jouaient aux cartes......au milieu de la rue.

archives Sud-Ouest

archives Sud-Ouest

          Et quand je vois dans le journal que cette rue est la rue Ste Catherine, la rue la plus commerçante de Bordeaux, où déferle chaque jour une foule innombrable.........oui mais.........nous sommes en mille neuf cent quarante neuf !!!

          C'était l'ancien monde, comme dit sans trop savoir de quoi il parle notre fringant président !

A suivre !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog