Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-06-21T04:46:00+02:00

Pensée du dimanche : No comments !

Publié par divagations-et-balades

          Non, je ne ferai aucun commentaire sur le texte qui va suivre, je laisse à chacun la liberté de penser, de dire et de faire, qui sont les trois piliers de la liberté d'expression.

      " La meilleure façon de contrôler un peuple, et de le contrôler complètement, c'est de lui retirer un petit peu de liberté à la fois pour rogner ses droits par des milliers de réductions minuscules et presque imperceptibles. De cette façon, les gens ne verront pas qu'on leur retire ces droits et ces libertés jusqu'au point où ces changements ne pourront plus être inversés ".

        Encore un tour de mon mauvais esprit ? Peut-être...........ou pas. Mais je vais quand même citer l'auteur et la source :

               Adolf Hitler dans " Mein Kampf " 

Pensée du dimanche : No comments !

Voir les commentaires

2020-06-19T16:59:20+02:00

Jours de glace

Publié par divagations-et-balades

          En hiver à New York il peut faire très froid. Depuis plusieurs semaines, la température plafonnait à moins quatorze degrés, aussi, le vendredi soir, je prenais un vol de nuit pour Los Angeles ou Miami. Le plus souvent Miami, car il y faisait plus chaud.

          Nous étions le week-end à cheval sur janvier et février, et je me prélassais sur la plage de Surfside, dans la partie nord de la reine de la Floride, quand tout à coup, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai décidé de reprendre l'avion, non pour New York où je résidais, mais pour......Montréal.

          C'est ainsi que le lendemain, vers midi, j'atterrissais au milieu des congères de neige par une température de moins vingt degrés. Durant tout le trajet pour aller rue Sherbrooke, en plein centre ville, où se trouvait l'hôtel, je me demandais ce que je faisais là, et me disais que je n'allais pas y faire long feu.

          C'est alors que j'entendis un rire moqueur, et une voix avec un drôle d'accent qui me disait :

     * Il faisait bon à Miami, et même à New York il fait moins froid, et quand on n'aime pas le froid il faut être stupide pour venir ici en hiver.

          Croyant que c'était le chauffeur de taxi, je lui fis remarquer que même s'il avait raison, rien ne l'autorisait à me morigéner.

          Il se mit à rire et me dit :

     * Ah ! Vous l'avez entendu ! C'est le Hibou des neiges, il se mêle de tout, se moque de tout le monde, vous n'allez pas tarder à le voir.

          Effectivement, quelques secondes plus tard, je le vis, planté sur le dossier du siège devant moi, en train manifestement, de se payer ma tête.

Jours de glace

          Malgré mon envie de rire, je l'apostrophais :

     * Quelle impertinence ! De quoi te mêles-tu ? File rejoindre tes forêts boréales et je ne veux plus t'entendre.

     * Sois polie avec moi, tu ne sais pas à qui tu as à faire, me dit-il d'un air mauvais, et croyant me faire peur, il ébouriffa ses plumes et se déguisa en chef indien, tout en devenant noir de rage.

Jours de glace

     * Ah! Que j'ai peur ! dis-je en m'esclaffant. mais pour qui, ou plutôt, pour quoi te prends-tu ?

          Il prit alors un air si contrit et malheureux que j'eu pitié de lui.

Jours de glace

     * Allons ! Ce n'est pas si grave ! Je te taquinais, en fait, tu as raison de me trouver stupide d'être venue en cette saison, mais je suis contente de t'avoir rencontré et suis admirative de t'entendre parler aussi bien.

          Rasséréné, il m'offrit alors un cadeau, un air de tambour joué par un sien ami inuit.

Jours de glace

          Et c'est ainsi, qu'arrivée à l'hôtel, nous nous quittâmes les meilleurs amis du monde.

Ces figurines sont de l'art inuit, représentatives de l'époque " Dorset " qui s'étendait de mille ans avant notre ère, à mille ans après.

Elles sont sculptées dans un bloc de serpentine, minéral appartenant au groupe des silicates, contenant du magnésium, du fer, du nickel et du silicium.

Sa couleur est le plus souvent verte avec un aspect marbré. Ces statuettes étaient frottées de graisse pour leur donner un aspect brillant.

Celles-ci sont évidemment des reproductions.

Voir les commentaires

2020-06-17T10:05:39+02:00

Bonne nouvelle ! Je suis vivante !

Publié par divagations-et-balades

          Oui, parce qu'un dénommé Saintignon a dit un jour : " Un homme meurt lorsqu'il perd la faculté de s'indigner ".

      Cela doit être vrai aussi pour les femmes puisque je m'indigne et, qu'apparemment, je suis vivante.

         Je vais être très brève et faire une simple remarque :

     * Les Anglais disent que la dexaméthasone est un excellent remède contre la Covid-19 et le seul efficace. Et nos médias d'applaudir. Bien, bien........Mais.......Ont-ils fait au moins une étude randomisée de la dexaméthasone dans cette indication ? Parce que le Pr Raoult avec la chloroquine............

         Je suis d'accord avec ce Pr d'infectiologie entendu il y a quelques instants à la télé : C'est un scandale !

         En tout cas, moi, je n'en prendrais pas. C'est un anti-inflammatoire stéroïdien, le genre de médicament dont je me méfie. Et puis, comme je suis cocardière je dis :

               Vivent le Pr Raoult et la chloroquine

Voir les commentaires

2020-06-15T05:30:00+02:00

La méditation du lundi - Et si.......

Publié par divagations-et-balades

          On ne le voyait pas, mais on le savait là, assis sur un nuage dont la noirceur et la forme de tête de chien enragé, disaient l'intensité de sa fureur.

La méditation du lundi - Et si.......

          Il observait ses créatures, ces humains à qui il avait fait cadeau de la vie dans un moment dont il se demandait maintenant s'il avait été bien réfléchi.

          Dès le début ils l'avaient déçu. Pourtant, après leur création, il s'était retiré pour leur donner un deuxième cadeau, aussi inestimable que le premier : le libre-arbitre, donc, en fait, la liberté de penser, de dire et de faire.

          Et qu'en faisaient-ils ? C'était à qui voudrait imposer ses vues en empêchant les autres d'avoir un avis différent.

          Ils avaient oublié qu'il y avait " humain " dans le mot " humanité " pour ne plus être que les robots d'une pensée dominante.

          Même la médecine, essence même de l'humanisme, était devenue l'apanage de pseudo-techniciens qui, en ayant trahi ses lois fondamentales, combattaient âprement qui en avait conservé le sens.

          Ils avaient mis hors-la-loi les dix commandements qui étaient la colonne vertébrale leur permettant de vivre ensemble.

          Il leur avait pourtant donné une première leçon, et avait espéré qu'elle serait comprise, en organisant un déluge purificateur. En leur laissant toutefois la chance de tout recommencer en suivant la voie droite.

          Il s'était amèrement trompé.

          Et si un deuxième déluge ................

          Il convoqua Noé.

     * Serais-tu partant pour une autre balade en bateau ?

     * Quoi ! Encore une arche ? Tu n'as pas compris que cela ne sert à rien ? Ces créatures ne comprennent jamais rien,, elles se comportent comme des animaux parce que leur cerveau s'est vidé. Laisse tomber et repartons dans l'Eden où l'on est heureux et tranquilles.

     * Alors on organise un bon petit déluge définitif et bon débarras ?

     * Oui. Et ne compte pas sur moi pour lancer le canot de sauvetage. Quoi ! Tu fais la moue ? C'est ton orgueil qui est blessé ? C'est un échec, point barre !

     * Mais tous les mondes ont droit à une deuxième chance. Je ne leur demande pas de croire en moi, mais seulement de respecter les règles pour vivre ensemble en harmonie sans troubler la musique des sphères. Et qui sait ? peut-être pourrons-nous, un jour, signer une deuxième alliance !!!

 

La méditation du lundi - Et si.......

          Ah ! C'est beau l'optimisme ! dit Noé, et il partit en haussant les épaules.

Voir les commentaires

2020-06-13T09:15:52+02:00

Dans les plaines du Far West

Publié par divagations-et-balades

          Il est un état que j'aime beaucoup aussi, c'est le Texas, l'état de l'étoile solitaire.

Dans les plaines du Far West

          J'aime ces vastes étendues qui semblent fuir vers les confins de la Terre.

Dans les plaines du Far West

          C'est dans un endroit perdu, à Fort Stockton que je m'arrêtais toujours, sur la route de l' ouest, ma chère interstate 10, pour acheter mes jeans dans un entrepôt où les cowboys venaient s'approvisionner et choisir la meilleure selle pour leur cheval.

          Le Texas.....Ce sont les immenses domaines dont on suit la clôture sur des kilomètres, mais oui, comme dans Dallas, pour ceux qui sont assez âgés pour avoir vu ce feuilleton à la télé.......Ce sont les cowboys, ces hommes le plus souvent vissés sur leur cheval,

Dans les plaines du Far West

          gardant ces troupeaux de vaches à longues cornes typiques du Texas.

Dans les plaines du Far West

          Perdus dans ces immensités, ils se distraient en organisant des rodéos où chacun doit se montrer plus doué que tous les autres. Mais....ce n'est pas si simple !!! Et le cheval est souvent gagnant. Quelques bonds désordonnés et......hop !

Dans les plaines du Far West

          Mais marquer les bêtes, faire des rodéos.....c'est peut-être un peu monotone, alors.......une bonne bagarre, quand une discussion tourne mal....

Dans les plaines du Far West
Dans les plaines du Far West

          Et même très mal, pour peu que quelqu'un vienne s'en mêler ! Et paf ! C'est lui qui prend !!!

Dans les plaines du Far West

          Parfois on va chercher le Marshall,

Dans les plaines du Far West

          Et cela finit au mieux....là !

Dans les plaines du Far West

          Mais si le Marshall n'est pas prévenu, ou trop loin, alors on trouve cela sur le bord d'une route perdue :

Dans les plaines du Far West

          C'est quand même sympa d'avoir marqué le nom et planté la croix !!! Mais nous étions encore au XXème siècle quand j'arpentais le Texas, et ce genre de tombe datait de la fin du XIXème, ou du tout début du XXème. Enfin......je crois !!!

          Et que font les cowboys quand vient la nuit ???

Voir les commentaires

2020-06-10T16:51:12+02:00

Sur la piste de Santa Fe

Publié par divagations-et-balades

          Qui n'a pas rêvé des Indiens, des cow-boys, des bisons....et des merveilles de l'Ouest américain ? Les livres, les films, les chansons même...

          Quand j'étais enfant, c'était une vraie mythologie qui s'était construite autour, et une fois de plus je me disais : " Quand je serai grande, j'irai..."

          Et j'y suis allée, plus d'une fois même,parce que, si le Sud Profond des Etats-Unis comblaient mon côté romantique, l' Ouest me fascinait par son côté sauvage. Et en particulier, au Nouveau Mexique et en Arizona, le territoire des Navajos.

          Ce sont des pasteurs nomades dont les jeunes filles gardent les moutons.

Sur la piste de Santa Fe

          On les rencontre surtout dans la région de Monument Valley, non loin des " Four Corners " où, fait unique aux Etats-Unis, quatre états : L' Utah, le Colorado, l' Arizona, et le Nouveau Mexique, s'y rencontrent en un point unique.

Sur la piste de Santa Fe

          Les femmes tissent des couvertures très colorées sur des métiers qui datent du fond des âges,

Sur la piste de Santa Fe

          Ou fabriquent des bijoux de turquoise qu'elles vendent sur les trottoirs de Santa Fe.

Sur la piste de Santa Fe

          Je n'avais évidemment pas résisté à la tentation !

Sur la piste de Santa Fe

          Santa Fe, fondée en mille six cent dix, est la plus vieille capitale d'état des Etats-Unis. Le nom sous lequel elle fut fondée demeure, mais bien sûr, on le réduit à Santa Fe et cela se comprend car le nom complet est : La Villa Real de la Santa Fe de San Francisco de Asis.

          C'est effectivement un peu long !

          Les Espagnols, maîtres de ce Nuovo Mexico y établirent un centre commercial important qu'illustre ce Trading Post datant de mille six cent trois.

Sur la piste de Santa Fe

          John Ford, grand maître des westerns, en tourna plusieurs dans cette région et Santa Fe y fut souvent mentionnée.

          La cathédrale Basilique est évidemment consacrée à St François d' Assise.

Sur la piste de Santa Fe

          Sa construction commença en mille huit cent soixante neuf pour se terminer en mille huit cent quatre vingt sept.

          Une première église en adobe avait été construite lors de la fondation de la ville en mille six cent dix. Elle fut remplacée en mille six cent trente. Mais....cinquante ans plus tard, les Indiens Pueblos dont c'était le territoire, firent entendre les tambours;

Sur la piste de Santa Fe

          Et commencèrent les chants et les danses de guerre.

Sur la piste de Santa Fe

          Ils se révoltèrent contre les Espagnols et détruisirent l'église. Terrorisés, ceux-ci s'enfuirent.

          Mais, ils revinrent, et rebâtirent l'église en mille sept cent quatorze. Puis, ils repartirent, chassés par les Américains.

          En mille huit cent cinquante arriva un évêque français. C'est lui qui fit bâtir la cathédrale actuelle, et c 'est ainsi qu'existe en Amérique du Nord, le seul édifice religieux de style néo-roman ainsi que des vitraux importés de France.

          Un petit Cocorico ????

Voir les commentaires

2020-06-07T13:53:31+02:00

Trace de France

Publié par divagations-et-balades

          L'ennui du rangement a, parfois, une contrepartie plaisante : les vieilles photos retrouvées.

          Alors que j'allais porter au centre de recyclage, les trente années de garde obligatoires expirées, un tas de vieux documents de ma vie passée, un éclair coloré a frappé mon regard : une carte postale; au dos, un fort joli timbre du Vietnam.

Trace de France

          Cette belle carte, et un texte sympathique, m'étaient adressés. A ma grande honte, la signature ne m'évoque rien.

          La photo, par contre, montre un beau bâtiment blanc, dans ce style colonial que nous avons laissé à travers le monde.

Trace de France

          Moi qui, bêtement, ne marque jamais mes photos, j'apprécie les cartes postales car je sais au moins, ce qu'elles représentent.

          Et c'est ainsi que j'ai fait la connaissance du Musée Cham

       Vite........Wikipedia !

          Et je tombais sur une culture qui m'était inconnue : La culture Cham du Royaume de Champa. Celui-ci, apparemment très ancien, puisque pendant longtemps on a cru que les Chams avaient été chassés de Chine par les empereurs Han vers 206 avant J.C. Mais on sait aujourd'hui, qu'ils étaient arrivés par la mer, et que leur culture était d'inspiration hindouiste.

          Leur écriture était le sanskrit, ils appliquaient le système des castes, la crémation au son des tambours, et ils étaient divisés en deux clans : le clan de la noix de coco au nord du pays, et celui de la noix de bétel qui en contrôlait le sud.

       Le nom de Champa provient d'une région de l'ancien Bengale. Les Chams ont laissé un héritage historique et culturel à travers l' Art Champa.

          Cet art s'exprimait surtout par l'architecture et la sculpture, et c'est à un Français, Henri Parmentier, que l'on doit sa connaissance et sa pérennité.

          Cet archéologue-architecte a passé sa vie en ce qui était alors l' Indochine, se consacrant à l'étude et la restauration des temples Chams et Khmers.

 

Dongson*vmvn sur Wikipedia vietnamien

Dongson*vmvn sur Wikipedia vietnamien

          Les Chams utilisaient pour leurs temples, une pierre rouge qui, à mon avis en magnifiait la beauté, contrairement aux Khmers qui utilisaient une pierre grise et dont l'exemple le plus fameux est celui du splendide temple d'Angkor Vat.

 

Trace de France

          C'est en mille neuf cent deux que Parmentier imagina le Musée des Antiquités Cham. Celui-ci fut créé en mille neuf cent quinze, et porta tout naturellement le nom de son initiateur jusqu'en mille neuf cent soixante trois.

          Situé dans la ville de Dâ-Nang, l'ancien Tourane du temps des Français, il abrite la plus grande collection au monde des sculptures de la civilisation cham.

          Celles-ci sont manifestement d'inspiration hindouiste, signant l'origine lointaine des Chams.

          Ici le dieu Ganesh fils de Shiva et Parvati, " celui qui détruit les obstacles ", symbole aussi d'intelligence; 

Trace de France

          Et là, les gestes gracieux d'une déesse...ou d'une danseuse ?

Trace de France

          Merci à celui qui m'a envoyé cette carte, qui, des années après me permet de découvrir une culture dont je ne savais rien.

          Pourquoi ne suis-je pas allée au Vietnam où j'aurais pu admirer ce qui est malgré tout, une trace de la France ?

Voir les commentaires

2020-06-02T18:04:02+02:00

Dies Irae

Publié par divagations-et-balades

          Non, je ne me prends pas pour Zarathoustra, mais il n'empêche, la colère finit par me submerger.

          J'ai essayé de la contenir par l'ironie, mais le spectacle que donnent les habitants de ce pays rendent vains tous mes efforts. 

          Je suis née libre, dans un pays libre, au sein d'un peuple qui avait appris au monde LA LIBERTE;

          C'était un peuple fier et frondeur, qu'un président, sorti du chapeau d' un sorcier malfaisant, a traité de Gaulois réfractaires, avant de le déclarer inculte, illettré, fainéant, coupable de crime contre l'humanité.........

          Et tout cela sans entraîner la moindre réaction opposante.

       Ce peuple, déjà à genoux, est, depuis quelques mois victime d'un ennemi monté en épingle : un virus pour lequel a été décidée une approche spéciale.

          Au lieu de laisser faire les vrais médecins dont c'est le métier, le pouvoir politique s'est emparé du pouvoir médical sans se rendre compte qu'il se déguisait en Diafoirus.

          Au lieu d'isoler les premières victimes, de les soigner, et de mettre en place des mesures prophylactiques, on a laissé s'étendre la contamination et, pour 1% de la population atteinte, on a isolé le peuple entier.

          Et le peuple s'est laissé voler :

     * sa liberté de circulation en violant la constitution

     * sa liberté de voir ses parents, ses enfants, ses amis....

     * sa liberté de travailler, ruinant ainsi son économie " en même temps " que celle du pays entier,

     * sa liberté de se distraire

     * sa liberté de se faire soigner de la façon la plus efficace possible, en discréditant, pour des raisons finalement pas si obscures, un médicament connu et en vente libre depuis de nombreuses années, qui, prescrit à bon escient, s'est révélé le plus efficace.

     * sa liberté d'expression, que vient achever l'inique et révoltante loi Avia dont on déplore déjà qu'elle ne s'intéresse pas aux messageries privées.

         Et que se passe t-il ?

         RIEN ! Le peuple accepte tout sans broncher.

      Comment en est-on arrivé là ? Comment, et par quel tour de passe-passe, ce président controversé a t-il maintenant le pouvoir quasi absolu ?

         Il me semble y voir deux raisons somme toute assez classiques :

     * la propagande de la peur doublée d'une infantilisation du peuple,

     * la peur elle-même qui précipite les gens à en faire encore plus qu'on ne leur en demande.

          Et voilà comment d'un peuple libre on fait un peuple soumis. 

 

Dies Irae

          Et d'un peuple soumis un peuple méfiant; pas vis-à-vis du pouvoir qui le soumet, mais méfiant vis-à-vis de ses semblables qu'il ne faut plus toucher, embrasser ou seulement approcher de trop près.

Dies Irae

          Et puisque soumettre est à la mode, je veux juste soumettre deux pensées à méditer.

     * La première est d'Aldous Huxley :

          " La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter ".

     *la seconde est de Friedrich von Schiller :

          Les grands arrêteront de dominer quand les petits arrêteront de ramper ".

          SINON................

Dies Irae

          TROP TARD !!!!!!!!!!!

Voir les commentaires

2020-06-01T16:30:42+02:00

Voyage à l'origine des rêves

Publié par divagations-et-balades

          Il était né en mille huit cent quatre vingt treize, et jusqu'en deux mille cinq il a fait rêver des millions d'enfants bordelais.....et j'en ai fait partie.

          Il y a à Bordeaux, un magnifique jardin public, j'en ai déjà parlé. Il présente plusieurs visages : prairie fleurie où l'on fait du farniente au soleil pour les uns,

Voyage à l'origine des rêves

          Palmeraie exotique pour les autres,

Voyage à l'origine des rêves

           Pour moi, c'était l'étang, et surtout le Petit Mousse qui voguait dessus pour un voyage de douze minutes, pendant lesquelles ont germé, je crois, tous mes rêves de voyages et ma vadrouille pendant trente à quarante années de ma vie.

          L'étang n'était pas très grand mais il y avait une île, et le Petit Mousse en faisait le tour.

Voyage à l'origine des rêves

          Parfois, l'étang devenait romantique et les arbres suspendaient leurs branches au-dessus de l'eau, se donnant des airs de mousses espagnoles du Sud profond des Etats-Unis.

Voyage à l'origine des rêves

          Le Petit Mousse avait donc fait son dernier voyage en deux mille cinq. 

Photo archive journal Sud-Ouest

Photo archive journal Sud-Ouest

          On se demandait ce qu'il était devenu. Où avait-il pris sa retraite ?

          C'est dans le journal de ce jour que j'en ai eu la réponse. Il a failli disparaître. Des passionnés, vieux enfants reconnaissants, se sont groupés, ont tenté de le restaurer, mais se fut impossible. Trop vieux et trop usé. De plus, non conforme aux normes modernes. Il transportait quarante enfants, la loi actuelle n'en permet que vingt deux.

          Alors, il va aller rejoindre le musée de la Mer de Bordeaux.

          Mais que les enfants se rassurent, le Petit Mousse II va bientôt prendre son service de fabricant de rêves.

Voir les commentaires

2020-05-27T13:27:05+02:00

la pigne amoureuse

Publié par divagations-et-balades

          Le soleil, enfin, avait réchauffé ses rayons qu'il dardait sur la terre depuis son royaume d'azur.

          Un jardin, minuscule point sur la planète, était tout en émoi.

          Cette partie du jardin contenait beaucoup d'arbres, et parmi ceux-ci, un grand pin frappé jadis par un grand vent furieux qui cherchait à l'abattre. Le grand pin avait résisté mais au prix de la perte de cet élancement droit vers le ciel dont il était si fier.

la pigne amoureuse

          Chaque matin, à son lever, le soleil venait caresser le grand pin et le nimber d'or. Tout près de lui vivait un rosier qui, chaque jour, était plus beau que la veille.

la pigne amoureuse

          Quand on passait près du grand pin, on entendait jacasser et rire sous cape. De qui donc se moquait-on ? Car on se moquait c'est sûr. Et qui donc osait ?

          C'étaient les jeunes filles du grand pin.

la pigne amoureuse

          Que se passait-il donc ?

          J'allais vers le cèdre proche où Dame Pie faisait semblant de dormir pour mieux espionner le voisinage.

la pigne amoureuse

        Je lui demandais d'aller se renseigner. Bonne détective, elle revint bientôt me raconter une drôle d'histoire.

          Vivant en solitaire au bout d'une branche, une vieille pigne était tombée amoureuse de quatre jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Les jeunes pignes se moquaient d'elle :

     * Tu es vieille et laide, tu n'es même plus capable de porter des pignons, faut-il que tu sois devenue folle pour penser que ces jeunes roses vont faire attention à toi et, pire, répondre à tes sentiments !

          La vieille pigne haussait les épaules et laissait parler ces sottes; au prix d'un prodigieux effort, elle avait réussi à se rapprocher d'assez près pour engager la conversation avec les jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Car, Dame Pie s'était trompée faute d'aller voir sous la surface des choses.

          En vérité, les roses, un jour, avaient interpellé la vieille pigne :

     * Grand-mère du monde, lui dirent-elles, tu es la plus âgée des plantes de ce jardin, et tu vis près du ciel, tu dois en connaître des choses ! Tu ne voudrais pas nous les enseigner ?

          La vieille pigne était très émue. Elle avait en elle un besoin de transmettre son savoir, mais les jeunes pignes, trop sottes, ne pensaient qu'à jouer avec le vent et les oiseaux.

          La demande des jeunes roses la comblait. Elle se rapprocha donc pour leur enseigner la beauté du monde. L'or du soleil, le bleu du ciel, la pâleur d'opaline de la lune, l'océan vert et bleu qui mugit sourdement là-bas, au-delà des grands pins.

la pigne amoureuse

          Elle leur chanta la splendeur des roses, et la distinction cireuse et parfumée de la fleur de magnolia.

la pigne amoureuse
la pigne amoureuse

     * Et les humains ? dirent les roses.

          Ah ! Les humains ! dit la pigne. Ce sont de fragiles créatures qui vivent au ras du sol. Ils ne savent plus que " la parole est au coeur du silence " et parlent souvent pour ne rien dire.

          Ils sont dans le Kali Yuga, l'Ere sombre, et se croient devenus des dieux. Ils ont perdu le contact avec nous, les plantes, dont l'origine divine nous donne le pouvoir de les guérir de tant de maux. Mais ils ont perdu le discernement, et nous pleurons de ne plus être reconnues.

          Ils croient que les parchemins universitaires sont suffisants, mais ils ont perdu la dimension sacrée de leur humanité.

          Ils ne savent plus d'où vient leur souffle de vie, et dans leur fol orgueil, ils ne savent plus, hormis quelques poètes anciens, que " la vie est comme un incendie.Flammes que le passant oublie, cendres que le vent disperse. Un homme a vécu ".

          Ainsi parlait la vieille pigne, et les jeunes roses l'écoutaient avec avidité, sans savoir qu'elles représentaient l'espoir que l'antique sagesse, à nouveau, vienne habiter le monde.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog