Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-04-19T05:17:00+02:00

Allons danser !!!

Publié par divagations-et-balades

          Allez, foin du confinement, je vous invite à danser.....

      J'ai trouvé un petit orchestre sympa qui va nous entraîner, j'espère, dans une sarabande un peu folle. tout à fait ce qui nous convient en cette période de " fuite monotone et sans hâte du temps "

      Regardez, Je suis sûre que cet orchestre va vous plaire !

Allons danser !!!

       Alors ! Allons-y ! Le rigodon ? le charleston ? la bourrée ? le twist ? N'importe quoi mais faisons...la java. On ne va pas se laisser abattre quand même !

                        BON DIMANCHE !

Voir les commentaires

2020-04-17T17:56:50+02:00

Et on caquette !!!!

Publié par divagations-et-balades

          Cet après-midi je suis allée à la ferme chercher mes oeufs; tout se passait normalement, quand, tout-à-coup, sur le petit chemin d'accès où les ajoncs sont encore fleuris,

Et on caquette !!!!

          Il s'est passé un phénomène étrange : une lumière blanche très intense a enveloppé la voiture, m'aveuglant presque; ce fut heureusement très bref, mais je me suis quand même sentie un peu bizarre. Un peu plus loin, le chemin fait un angle de quatre vingt dix degrés et longe le vaste enclos des poules, et là.........j'entendis une voix peu aimable disant : " Que vient-elle faire ici celle-là ? Elle n'a pas le droit ".

          Sidérée, je regardais autour de moi, mais, ne vis personne, sauf.........une poule qui me regardait de travers.

Et on caquette !!!!

          Pas possible, je comprends le langage des poules maintenant ? Et j'entendais une espèce de cacophonie à base de claquements de becs. Aux paroles de la peu aimable qui m'avait interpellée, d'autres étaient accourues de tous côtés pour voir de quoi il était question.

Et on caquette !!!!
Et on caquette !!!!

          Je commençais à vraiment m'amuser quand je remarquais deux poules qui discutaient à l'écart, en me jetant de temps en temps un regard furtif. Je m'approchais discrètement pour les écouter.

Et on caquette !!!!

     * C'est comme je vous le dis, Madame Clouque, les humains sont confinés, comme certaines de nos soeurs.

     * Pas possible Madame Kokott, vous êtes sûres de ce que vous dites ?

     * Absolument Madame Clouque, et si vous voulez mon avis, c'est bien fait pour eux.

     * Oh pour ça oui, Madame Kokott, c'est une race tellement arrogante et prétentieuse, comme cela ils comprendront peut-être le mal que cela fait à nos soeurs d'être confinées. Mais ici, nous vivons en liberté, alors, les humains qui nous gardent, sont-ils punis aussi ? Ce ne serait pas juste !

     * Oh ! Laissez tomber ces bons sentiments Madame Clouque, c'est votre récente maternité qui vous a ramollie ? tant pis pour eux, le seul fait d'être humains suffit à les rendre détestables.

          Holà ! Vous exagérez ! n'ai-je pu m'empêcher de dire. 

          Entendant ces mots, les deux commères se déchaînèrent contre les humains en général et moi en particulier. Je reçus une belle algarade.

          Finalement, ce n'est pas très intéressant de comprendre le langage de ces idiotes de poules. Qu'elles pondent des oeufs, c'est tout ce qu'on leur demande, et je ne me privais pas de leur dire.

          C'est alors que la première qui avait fait une réflexion à mon arrivée, se mit à rameuter ses compagnes; je l'entendais vitupérer contre moi, en me promettant une mémorable raclée.

          Mais, heureusement pour moi, les autres étaient occupées à picorer quelques vers de terre et elles dirent que je ne les intéressais pas et qu'on les laisse manger tranquilles.

Et on caquette !!!!

          Ouf ! Me dis-je, tant mieux car cela doit faire mal un bec de poule en colère.

          Mais en bonne humaine, je voulais avoir le dernier mot, alors je leur lançais ironiquement.

          " Vous savez quoi ? Ce soir je vais manger du confit de poule. Au-revoir Mesdames ! "

          Sur ce, je tournais les talons et allais chercher mes oeufs.

Voir les commentaires

2020-04-16T09:48:08+02:00

Atmosphère....Atmosphère.....

Publié par divagations-et-balades

          Elle est bien étrange en ce moment dans cette France que j'ai peine à reconnaître, et pour laquelle je me dis " qu'a t-on fait de toi ? ".

          Je me souviens de ces printemps " d'avant ". Il y avait dans les rues comme une légèreté sautillant joyeusement, une sorte de petit bonheur qui courait dans les avenues et les jardins. Avec les robes légères retrouvées, on retrouvait aussi une certaine sensation de liberté.

          Puis, peu à peu, une ombre s'est étendue sur le pays, d'abord impalpable, mais qui, aujourd'hui, devient de plus en plus oppressante.

     * Et maintenant ? Notre liberté de circuler, (pourtant inscrite dans la constitution), nous a été volée. A cause du virus ? Mais, qu'en est-il de l'immunité collective rendue ainsi impossible ? Les pays qui n'ont pas, ou peu, confiné s'en sortent mieux que nous et ont préservé leur économie.Nous ruinons la nôtre, préparant ainsi des lendemains loin d'être enchanteurs.

     * Et maintenant ?  Nous sommes donc assignés à résidence, avec, comme dans les prisons, une sortie quotidienne d' une heure, avec autorisation, ausweiss, quand on est de mauvaise humeur.

     * Et maintenant ? Les EHPAD sont devenus des mouroirs au sens propre, générateurs d'un malaise interrogatif auquel on a presque peur de répondre.

     * Et maintenant ? Notre armée en blanc n'a toujours pas, trois mois après que notre "Chef de guerre " ait eu connaissance de l'arrivée de l'ennemi, les armes nécessaires pour le combattre, par incompétence et négligence de nos gouvernants et leur interdiction criminelle à cette armée l'utilisation d'une arme qui sauve au profit d'une autre qui tue.

          Alors, l'ombre devient de plus en plus épaisse.

          Dans les rues et les chemins, des êtres sans visage évitent soigneusement ceux qui en ont encore un, leur jetant des regards suspicieux et souvent  peu amènes.

          En France, la joie s'éteint, le silence s'étend, seulement troublé parfois par l'aboiement d'un chien ou le hennissement d'un cheval que personne ne monte plus.

 

Voir les commentaires

2020-04-13T05:26:00+02:00

Un peu de rivotril M. Attali ?

Publié par divagations-et-balades

          Voilà où mène le confinement........A fouiner dans ses bibliothèques et à retrouver des livres oubliés, tel celui-ci : L'avenir de la vie, paru chez Seghers en mille neuf cent quatre vingt un.

          Dans ce livre, Monsieur Attali expliquait qu'à partir de soixante, soixante cinq ans, les vieux coûtaient de plus en plus cher à la société, alors que, surtout s'ils étaient pauvres, ils ne rapportaient plus rien, étaient, en un mot, inutiles, et donc que, à l'avenir, l'euthanasie serait un moyen de gestion de la société.

          Tout à coup, je pense que, si mes souvenirs sont bons, Monsieur Attali serait un des mentors de Monsieur Macron, mais alors...........interdiction de la chloroquine qui sauve des malades.......... prescription du rivotril absolument contre-indiqué en cas de difficultés respiratoires........ justement le coronavirus............C'est un cauchemar, je vais me réveiller.....

          Mais, au cas où.......comme vous êtes né en mille neuf cent quarante quatre :

                   Un peu de rivotril Monsieur Attali ? 

Voir les commentaires

2020-04-12T13:32:00+02:00

Malgré tout......

Publié par divagations-et-balades

  BONNES FÊTES A TOUS

      Et rendez-vous l'année prochaine

 

Et en attendant la potion magique

Malgré tout......

          Prenez soin de vous !

Malgré tout......

Voir les commentaires

2020-04-12T11:09:17+02:00

Pardon Ursula !

Publié par divagations-et-balades

          Si vous saviez combien j'ai honte ! J'ai honte et je suis tellement injuste !

          Pendant plusieurs jours, j'ai vitupéré contre cette Europe que l'on nous avait tellement vantée, qui devait nous assurer bonheur et sécurité, l'accusant de ne rien faire contre cette pandémie qui risque fort, si elle ne nous tue pas physiquement, de nous achever économiquement.

          Comme j'avais tort ! Et je dois m'en excuser auprès de Madame Ursula Von Der Layen, car, vous rendez-vous compte ? Cette Dame, Présidente de la Commission européenne, a pris la peine d'enregistrer une vidéo de six secondes, dans laquelle elle nous apprend comment sauver des vies en nous lavant les mains.

image Politique magazine - avril 2020

image Politique magazine - avril 2020

          N'est-ce pas admirable ? Oui, l' Europe est là, et bien là. Comment ne pas se sentir réconforté, par ce soutien et cette prise de position courageuse ?

          Aussi, Madame, je ne vous connais pas bien sûr, mais je tiens à vous présenter mes excuses et vous prier de bien vouloir les accepter.

          Comment ai-je pu douter de la détermination européenne ?

          Et pour ajouter à ma honte, je vois aujourd'hui que vous vous engagez encore plus, prônant le confinement des personnes âgées jusqu'à la fin de l'année. Et pour peu que la canicule s'en mêle, confinées dans leurs appartements ou dans les EHPAD, avec un peu de chance, elles iront toutes au paradis. Encore merci Madame, merci l'Europe!

Voir les commentaires

2020-04-11T13:28:12+02:00

On éteint la lumière !

Publié par divagations-et-balades

          C'est en France, pays d'accueil d'une partie de ma famille, que j'ai grandi. J'y suis allée à l'école primaire, puis secondaire où j'ai fait ce que l'on appelait encore, mais de moins en moins, " mes humanités ", et enfin, il y a eu l'Université.

          La fac de médecine, l'hôpital, l'internat, la spécialité.....bref passons.

          Mes maîtres, que je ne remercierai jamais assez, étaient des cliniciens remarquables, et pour eux, la médecine était avant tout un humanisme. On faisait médecine parce qu'on aimait les gens et qu'on voulait les aider. La consultation permettait de créer ce lien singulier entre le patient et le médecin.

          L'interrogatoire et l'examen clinique étaient primordiaux; l'empathie et le respect du patient indispensables; la déontologie obligatoire.

          Alors la déontologie justement............Hier, j'ai reçu un mail du Président du Conseil National de l'Ordre des Médecins, et deux phrases m'ont faite sursauter :

          Le déséquilibre entre les moyens humains, thérapeutiques, matériels et médicamenteux dont nous disposons et les situations auxquelles nous devons faire face, va croissant.

      Ces conditions d'exercice hors du commun peuvent confronter tout médecin face à des interrogations déontologiques et des cas de conscience face auxquels nous pouvons tous être désemparés.

         Et la colère qui couve depuis plusieurs jours a éclaté. Quel est ce monde nul dans lequel nous vivons .....et mourons grâce à l'imprévoyance et l'incompétence de nos gouvernements ?

         Ils nous amènent à l'horreur : j'ai appris à la radio qu'un confrère n'ayant qu'un seul respirateur, a du choisir entre deux malades, également âgés de cinquante ans, lequel allait vivre, lequel allait mourir. J'imagine le ressenti de ce confrère.

         Et je ne parle pas du scandale des EHPAD ! Une honte dont la trace restera comme celle des morts de la canicule pour lesquels la France tient aussi un record.

         Comment s'étonner du nombre important de médecins portant plainte contre l'Etat.

         Certains pays, comme la Corée du Sud, en ont fini avec la pandémie. Isolement des premiers malades, hydroxychloroquine.....La population sud-coréenne n'a pas, ou peu, été confinée et surtout la liberté de prescription des médecins, en leur âme et conscience n'a pas été bafouée. C'est chez nous un principe fondamental de la médecine, et pour la première fois de notre histoire, les médecins ont subi en ce domaine, une contrainte politique et administrative.

         Non content de n'avoir pas réagi à temps, de n'avoir rien su anticiper alors qu'il était au courant, ce gouvernement laisse tous les " soignants " désarmés face à la guerre dont pourtant a parlé le Président de la République.

         Ce serait sympa que les " armes " promises arrivent un peu plus vite. Sont-elles acheminées par un convoi de tortues ?

Image "Politique magazine" avril 2020

Image "Politique magazine" avril 2020

         Le pays s'enfonce dans une sorte de ténèbres. Que le dernier pense à éteindre la dernière chandelle.

Voir les commentaires

2020-04-08T17:14:16+02:00

Quand le chat n'est pas là.....

Publié par divagations-et-balades

          La rumeur en a couru de sommet en sommet, faisant frissonner les Pyrénées d'une onde d'allégresse........Les Humains ont disparu......La chance !!!

          Dans l'air tiède d'un printemps tout neuf, ils ont montré le bout de leur museau, avec prudence d'abord, les petits restant dans la tanière.

          Etait-ce possible qu'ils puissent enfin se promener en sécurité ? Mieux, qu'ils soient devenus les maîtres absolus de ces montagnes, où ils pourraient vagabonder tranquilles ?

          Les Humains ont disparu !!! Peut-on y croire ? N'est-ce pas encore un nouveau piège inventé par cette race maudite ?

          Les mères ont patrouillé, élargissant sans cesse leur périmètre, humant l'air si léger au-dessus des cimes, scrutant le fond des vallées.

          Et l'évidence fut là, les emplissant d'une onde de joie puissante, plus de doute possible : les Humains ont disparu !

          Que sont-ils devenus ? Un monstre venu du ciel les aurait-il terrassés ? Ou bien, emplis de terreur, sont-ils calfeutrés dans leurs tanières ?

          Mais qu'importe ! Un vent de liberté parcourt la montagne, les mères, rassurées, appellent les oursons, et ceux-ci connaissent pour la première fois de leur vie, le plaisir intense de la balade en liberté, dans la paix et la sécurité.

          Profitez-en bien mes amis Ours, cela risque de ne pas durer....... Ils reviendront !!!!

photo prise par une caméra automatique en Cantabrie. Relayée par Sud-Ouest.

photo prise par une caméra automatique en Cantabrie. Relayée par Sud-Ouest.

Voir les commentaires

2020-04-05T18:02:06+02:00

Vous venez à la fête ?

Publié par divagations-et-balades

          Au début des années 70, nous avions passé un mois de vacances au Kénya. Notre camp de base était un hôtel situé sur une plage à quelques kilomètres au nord de Monbasa.

          Un jour, en fin d'après-midi, un autochtone nous avait abordés pour nous inviter à une fête qui aurait lieu en début de soirée, dans un village de la brousse voisine. Il se proposait de nous y emmener.

          Sans plus réfléchir nous avons accepté. Après une marche d'une vingtaine de minutes, en file indienne sur un sentier très étroit, nous sommes arrivés au village.

Vous venez à la fête ?

          Un petit groupe de danseuses attendait manifestement d'entrer " en scène ";

Vous venez à la fête ?

          Nous arrivions à temps car les trompettes annonçaient le début du spectacle.

Vous venez à la fête ?

          Un jeune homme sauta dans le cercle formé par les spectateurs et se livra à quelques acrobaties;

Vous venez à la fête ?

          Puis, le premier groupe de danseuses fit son show;

Vous venez à la fête ?

          Pendant ce temps, un autre groupe plus restreint, palabrait sous un arbre, apparemment impatient de montrer son savoir-faire;

Vous venez à la fête ?

          Ce qu'elles firent alors que le rythme des tambours et des trompettes se faisait de plus en plus obsédant.

Vous venez à la fête ?

          Leur succédèrent les cracheurs de feu, faisant passer des frissons chez les enfants;

Vous venez à la fête ?

          Et enfin arriva le " clou " du spectacle : le passage sous la barre où il fallait montrer sa souplesse et son agilité;

Vous venez à la fête ?

          Le rythme des tambours prenait une intensité dramatique alors que l'homme se trouvait pratiquement à l'horizontale sous la barre;

 

Vous venez à la fête ?

          Le spectacle était terminé et nous avions passé un bon moment. On nous remit sur le sentier avec recommandations d'être rentrés à l'hôtel avant la nuit.

          J'espère que cette escapade africaine aura été une parenthèse agréable dans le confinement.

Voir les commentaires

2020-04-04T16:48:00+02:00

Expliquez-moi !

Publié par divagations-et-balades

          Oui, expliquez-moi pourquoi on enlève aux médecins le droit de prescrire du Plaquénil (hydroxychloroquine), ce qui est déjà scandaleux en soi, sous prétexte que ce produit n'a pas l'AMM dans l'indication du coronavirus, et pourquoi on peut prescrire du Rivotril, un anti-épileptique, selon le décret du 28/03/2020 :

          Par dérogation à l’article L. 5121-12-1 du code de la santé publique, la spécialité pharmaceutique Rivotril® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, jusqu’au 15 avril 2020, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention “Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19”. 

          Pour être brève : un médicament qui donne des résultats très prometteurs dans le traitement du Covid-19 est interdit car " hors AMM " pour cette indication, alors qu'un médicament qui peut tuer car induisant une dépression respiratoire, (contre laquelle on lutte dans les cas graves d'infection au Covid-19), ou ayant des risques d'arrêt cardiaque, et ce, principalement chez les personnes âgées, (voir le Vidal : effets indésirables), peut, lui, être prescrit hors AMM dans cette indication ? Expliquez-moi avant que je ne me fasse des idées.

          Expliquez-moi aussi comment l'épidémie ralentit en Allemagne alors qu'elle flambe en France :

     * plus de 6500 morts

     * plus de 1400 décès dans les EHPAD

          Et là se greffe une question supplémentaire qui m'interpelle :

   * Comment peut-on laisser à l'abandon les personnes âgées qui, pour leur malheur, résident dans les EHPAD

          Il fut un temps, et ceux de ma génération l'ont connu, où l'on respectait les vieillards, et quand l'heure pour eux était venue, les enfants les prenaient avec eux, il n'était pas question de les mettre en maison spécialisée, la meilleure soit-elle, où, isolés du monde, ils déclinaient rapidement. 

          (J'ai été médecin dans deux de ces maisons, j'ai côtoyé la détresse puis le déclin de ces hommes et de ces femmes, coupés de leurs repères, de leurs souvenirs, et trop souvent abandonnés. Combien de pleurs ai-je du consoler avec de pauvres mots, qui ne ramenaient pas les enfants oublieux, habitant parfois à moins de cinq kilomètres).

          Le monde change, et la personne âgée n'est plus ce grand-père et cette grand-mère, qui avaient connu une époque à laquelle on n'avait accès qu'à travers eux. Ils avaient l'aura de qui a traversé la vie en accumulant les expériences dont ils nous faisaient profiter, de qui a connu un passé qui nous était inaccessible, et qui nous le léguaient afin que l'on puisse construire notre avenir.

          Dans toutes les civilisations, ils étaient les Sages, respectés et souvent vénérés. Ils le sont encore en Afrique, chez les Amérindiens. Dans ces civilisations, on pleure davantage le vieillard qui meurt que le nouveau-né dont on pense qu'il n'a pas conscience de sa mort et qui n'a encore rien accompli.

          Chez nous c'est l'inverse. On pleure le nouveau-né qui aurait pu avoir une vie merveilleuse, et du vieillard qui meurt, on pense qu'il a assez vécu. De toute façon, il ne rapporte rien et coûte cher à la Sécu, et à qui, entre parenthèses, il a cotisé toute sa vie professionnelle, pour que, justement, on prenne soin de lui le moment venu.

          ALors, on n'honore plus, on ne respecte plus, on vit détaché du passé, en zombie du présent, et l'on marche vers un avenir gris, parmi des Humains gris, dans l'univers d'Êtres interchangeables de la mondialisation peut-être pas si heureuse que ça. On a juste oublié : 

 Qu'un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog