Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2021-04-11T05:26:00+02:00

La pensée du dimanche - 11/04/2021

Publié par divagations-et-balades

          Cet homme, à l'allure très XIXème siècle, se nomme Gustave LE BON.Il est décédé en décembre mille neuf cent trente et un, après un parcours de quatre vingt dix années entre les XIXème et XXème siècles.

Wikipedia

Wikipedia

          Il fut médecin et sociologue, s'intéressant particulièrement à la psychologie des foules, ce qui est d'ailleurs le titre de l'un de ses ouvrages majeurs paru en mille huit cent quatre vingt quinze.

          Visionnaire, il pensait que la période dans laquelle il vivait, marquait un tournant : celui de l'entrée dans l'ère des foules, dont la voix enverrait aux oubliettes de l'Histoire, celles des traditions politiques, des souverains et de leurs rivalités.

          Cet ouvrage valut à Le Bon, les félicitations de.......Mussolini. En fut'il flatté ? Je ne sais pas. Mais......Mussolini était peut-être séduit par le fait que Le Bon pensait que les foules pouvaient être facilement manipulées. C'est d'ailleurs une pensée qui va dans ce sens que j'offre à la méditation, tant elle est intemporelle et peut s'appliquer à notre période actuelle :

     " Ce n'est pas le besoin de liberté mais celui de la servitude qui domine l'âme des foules.Les foules ont une telle soif d'obéir qu'elles se soumettent d'instinct à qui se déclare leur maître ".

Voir les commentaires

2021-04-06T08:10:44+02:00

Parade de Printemps

Publié par divagations-et-balades

          A son tour, le tulipier a du laisser la place. D'autres arbres et arbustes se sont parés avec orgueil, de chatoyantes couleurs.

          Les camélias, déjà, ont perdu leur splendeur initiale; comme chaque année, ils sont montés à l'assaut du toit.

Parade de Printemps

          Fin février, ils étaient au sommet de leur superbe, sous un ciel plus pâle.

Parade de Printemps

          Comment lui résister ? Je comprend la " Dame aux...." cette coquine pour qui leur couleur était un code !

Parade de Printemps

          Jaloux, les arbres qui ne fleurissent pas, se parent de feuilles rouges.

Parade de Printemps

          Mais comment lutter contre la délicatesse des fleurs de pommier ? Qu'il soit du Japon,

Parade de Printemps

          Ou prometteur de futurs fruits ?

Parade de Printemps

          Et, il y a celui qui se prend pour le roi, et il est vrai qu'il est magnifique.

Parade de Printemps

          Ces deux vers de Hermann Hesse, ne s'appliquent-ils pas à lui ?

             Lumineuse écume de roses

            Sur l'azur où la nue s'enfuit

 

Parade de Printemps

          Mais le temps avance vite, déjà, certains amorcent la transition et mêlent fleurs et feuilles naissantes. 

Parade de Printemps

          Alors, quittons-nous, en remerciant ce mage invisible et chenu, qui, inlassable et ponctuel, nous offre chaque année cette parade colorée.

Voir les commentaires

2021-04-03T08:16:28+02:00

L'homme qui murmurait à l'"oreille du virus

Publié par divagations-et-balades

          Pour être un homme politique de haut niveau, il faut un certain nombre de qualités ou d'aptitudes hors du commun.

          Quoi de plus banal que de murmurer à l'oreille des  chevaux !!! Mais......murmurer à l'oreille d'un virus est une toute autre affaire.

          Et pourtant, notre président en est capable, c'est d'ailleurs pour cela qu'il est président.

          Or donc, nul ne peut nier qu'il existe une relation étroite entre notre président et Monsieur Li-Corona-Tsé, vous savez....le virus chinois.

          Je ne sais pas comment fait notre président, (c'est pour cela que je ne le suis pas à sa place ), mais le sieur virus semble lui obéir sans discussion.

          Ainsi, Monsieur Li accepte de se mettre en sommeil pendant tout le week-end de Pâques pour que notre président puisse faire cadeau à son peuple d'un sursis de liberté pendant trois jours.

          Mais attention, il faudra être rentré chez soi lundi soir, car, Monsieur Li en bon chinois discipliné, se réveillera, sortira et se mettra en chasse afin, avec sa malveillance naturelle, de contaminer le maximum d'humains.

         Mais n'est-il pas fabuleux de maîtriser quelque chose d'aussi volatil qu'un virus couronné ?

         Et moi, avec ma confiance béate dans mes cours de médecine, je croyais que les virus étaient détruits par la chaleur, et que c'était pour cela qu'il fallait respecter, (jusqu'à un certain point quand même), la fièvre, première défense de notre organisme quand le mur de notre rempart immunitaire naturel arrivait à tomber.

          Et moi qui croyais bêtement que si nos défenses naturelles ne suffisaient pas on avait les médicaments qu'il fallait pour détruire ce virus, somme toute beaucoup moins létal que certains autres d'un passé pas si lointain.  

          Et moi qui croyais le Pr Montagnier disant que cette vaccination risquait de favoriser l'apparition de virus variants très méchants ou de recombinants encore plus vicieux.

          Mais non, rien de tout cela, il suffit de lui demander gentiment, ou de lui intimer l'ordre, de ne pas se manifester à certains moments pour qu'il obtempère sans protester.

          Ou alors ........mais non, je n'ose y penser, ce virus fait ce qu'il veut et c'est, tel à un James Bond 007, un permis de tuer qui lui est donné pendant trois jours !!!! 

Voir les commentaires

2021-03-31T18:42:20+02:00

L'année de la peur

Publié par divagations-et-balades

          J'ai déjà parlé de ce nombre maléfique et démoniaque : 666.

          Il y a dans notre histoire, une année particulière dans laquelle ce nombre maudit est logiquement très présent : l'année 1666.

          Cette année-là fut celle de la peur. Elle devait être la dernière que l'humanité avait à vivre, celle de la fin du monde.

          Il y en eut d'autres au cours de l'histoire. Par exemple :

     * Le premier évêque de France, Hilaire de Poitiers, annonça la fin du monde pour l'année 365.

     * Le pape Innocent III avait prédit que la fin du monde interviendrait 666 ans après la montée de l'Islam en 618, soit en 1284. Décédé en 1216, il n'a jamais su qu'il s'était trompé.

          Mais en 1666, il y avait un certain Sabbataï Tsvi.

L'année de la peur

          Etrange et sulfureux personnage ! Né le premier août 1226, il a été considéré en son temps, comme le Messie par un grand nombre de Juifs. Il a aussi été l'inspirateur de la secte turque des Sabbatéens.

          Il fut l'étudiant brillant d'un grand rabbin de Smyrne, sa ville natale, nommé Joseph Eskafa. Celui-ci lui prodigua une éducation biblique, talmudique et kabbalistique.

          A dix huit ans, Sabbataï Tsvi était déjà considéré par ses maîtres comme un grand kabbaliste et même reconnu comme " Sage ";

          Puis, à l'âge de vingt deux ans, ayant apparemment perdu toute sagesse, il se proclama Messie, et annonça la fin du monde pour cette année-là : 1648.

      Il lui aurait été révélé qu'il devait sauver le peuple juif et que cette année devait être celle de sa rédemption.

          Evidemment, cette proclamation fit grand bruit, et s'affrontèrent les pour et les contre. Finalement, avec ses plus proches partisans, il fut banni de Smyrne, et se réfugia à Constantinople.

          Là, il rencontra un certain Abraham, prêcheur de son état, qui le reconnut comme Messie, d'autant plus qu'il avait connaissance d'une ancienne prophétie annonçant la naissance en 1626 d'un Messie nommé Sabbataï.

          Il alla s'installer à Salonique, alors grand centre kabbalistique. Mais il s'était trompé dans ses calculs, les refit, et certifia la fin du monde pour l'année symbolique et fatidique :1666.

      Et la grande peur s'installa, d'autant plus que cette année fut celle de grandes calamités :

     * la grande peste bubonique

     * le grand incendie de Londres

          En furent les évènements les plus marquants, qui firent de nombreux morts.

          Comment le monde allait-il finir ?

    * un nouveau déluge ?

    * l'univers allait-il s'embraser ?

L'année de la peur

     * les étoiles allaient-elles s'éteindre ?

          Une partie du monde vécut dans l'angoisse de la fin prochaine, ne respectant plus certaines obligations rituelles. Le schisme s'installa et avec lui la discorde et le désordre.

          Puis, perdant toute prudence, Sabbataï déclara vouloir mettre la couronne du Sultan sur sa propre tête, et que celui-ci deviendrait son serviteur.

          S'en était trop pour les autorités ottomanes. Il fut emprisonné, mis au carcan, torturé, et, finalement, incapable de prouver ses dons surnaturels, il se convertit à l' Islam pour échapper à la mort. Il devint Aziz Mehmed Efendi, et.........l'année 1666 fit place, naturellement, à l'année 1667, au grand soulagement des peuples du monde.

          Je me demande ce que penseront les historiens du .....disons, 30ème siècle, en se penchant sur la grande peur des années 2019, 2020, 2021......Il n'y a pas de Sabbataï tsvi mais un groupe de soi-disant médecins, prophètes de morts, qui me font me poser une question dérangeante : Ai-je bien compris quand j'ai prêté le Serment d' Hippocrate ? 

Voir les commentaires

2021-03-28T07:45:18+02:00

La pensée du dimanche 28/03/21

Publié par divagations-et-balades

          Il est un livre qualifié, parait-il, de " plus beau livre de tous les temps ", et peut-être aussi, un des plus mystérieux : Hypnérotomachia Poliphili, édité à Venise en mille quatre cent quatre vingt dix neuf, et dont l'auteur, très controversé, est en réalité inconnu.

          Est-ce Francesco Colonna, membre d'une grande famille romaine, ou un moine vénitien, auteur de poèmes, et qui porte le même nom sans être de la même famille ?

Double page de l'édition d'Alde Manuce de 1499. Wikipedia

Double page de l'édition d'Alde Manuce de 1499. Wikipedia

          Ce livre fut traduit en français et publié pour la première fois en France, en mille cinq cent quarante six, sous le titre : " Le songe de Poliphile. Combat d'amour en songe ".

          Comme souvent, la traduction mutile légèrement le texte original; ne dit-on pas " tradutorre, traditorre " ? De plus, comportant quelques scènes érotiques, il fut assez mal perçu.

          C'est en lisant un livre sur ce livre, que j'ai trouvé la phrase suivante, extraite parait-il du texte original, et que je livre à la méditation de mes lecteurs, car je la trouve, quant à moi,......intemporelle.

      " Contraire à notre nature, la servitude offense notre dignité. Mais je découvre que la race des hommes est lâche, semblable à l'oiseau nocturne qui, plutôt que de jouir du soleil, préfère le voisinage des ténèbres ".

Voir les commentaires

2021-03-24T09:46:21+01:00

Dansons le charleston

Publié par divagations-et-balades

          Né aux Etats-Unis, précisément dans la ville de Charleston qui lui a donné son nom, dans les années vingt, il a été introduit en France par Joséphine Baker qui ne s'offusquait pas de jouer dans la " Revue nègre ". Sans doute était-on plus intelligent en ce temps-là que maintenant.

Dansons le charleston

          Cette danse me semble très représentative des Années folles, et pendant quelques années, elle connut en France une grande vogue.

          Je ne l'ai jamais dansé bien sûr, née trop tard après son déclin, mais j'ai vu ma mère s'amuser à croiser et décroiser bras et jambes, car elle s'y était essayée quand elle était enfant.

          Mais, durant ma vie américaine, je suis allée en Caroline du sud, et, bien sûr, dans cette fort jolie ville nommée Charleston.  Je tenais à y aller car j'avais lu " Autant en emporte le vent ", que j'avais dans mon bagage pour le relire " in situ ". C'est donc par une de ces agréables routes ombragées où se balancent les mousses espagnoles, que j'y suis arrivée, il y a si longtemps déjà.

Dansons le charleston

          La ville fut fondée en mille six cent soixante dix, et fut baptisée ainsi en l'honneur du roi Charles II d' Angleterre. En ce temps-là on la connaissait sous le nom de Charles Town. 

          Elle fut bâtie sur la rive ouest de la romantique rivière Ashley.

          Mais, son origine est entachée par le fait qu'elle fut, au XVIIIème siècle, le principal port de traite des esclaves africains, ce dont elle s'est officiellement excusée en deux mille dix huit. C'est un peu surréaliste, car ce n'est pas la ville en soi qui était responsable, mais d'immondes trafiquants aujourd'hui disparus depuis longtemps.

          Quand je visitais Charleston, dans les années soixante dix, c'était une ville charmante, avec de beaux jardins, un lac, serti comme un bijou entre jardins et maisons coloniales; il se nomme d'ailleurs " colonial lake ". 

Dansons le charleston

          Les plantations de coton qui fleurirent autour de Charleston, en firent la ville la plus prospère des 13 Colonies originelles.

          Les superbes maisons de style colonial de cette époque en témoignent, et se promener en calèche dans ce quartier antebellum est extrêmement romantique et un enchantement pour les yeux.....et l'imagination.

Dansons le charleston

          Il y a l'ombre de Rhett Butler que je crois voir au balcon d'une de ces maisons, avec son sourire en coin. Et Scarlett l'indomptable que je crois entendre...... Taratata !!! J'ai adoré ce livre et Hettie Mac Daniel, la nounou grondeuse de Scarlett, qui fut la première actrice noire à obtenir un oscar bien mérité.

          Puis arriva la " Civil war ", plus connue chez nous sous le nom de " Guerre de Sécession ".

          C'est à Charleston qu'elle commença et se termina , par la prise de Fort Sumter. (Dont je n'ai pas retrouvé les photos.....pour l'instant...). L' élection d' Abraham Lincoln fut le déclencheur, et la Caroline du sud fut le premier état à faire sécession.

          C'est un louisianais d'origine française, le Général de Beauregard qui commandait les troupes confédérées à Charleston, qui ouvrit le feu sur l'armée américaine depuis les batteries de Fort Sumter.

 

Dansons le charleston
Dansons le charleston

          Comme tous les généraux confédérés, il fit sa reddition auprès du Général Sherman, qu'on appelait encore dans le sud, quand j'y étais : le boucher d'Atlanta.

          Cette histoire tourmentée connut un autre désastre : le 31 août 1886, la ville fut en partie détruite par un terrible tremblement de terre, de magnitude 7, ressenti jusqu'à des endroits aussi éloignés que Cuba ou Chicago.

          Mais je n'ai connu que son visage souriant et ses marchandes de fleurs au bas de ces demeures de charme.

carte postale, d'ailleurs je n'y étais pas à la saison des jonquilles....

carte postale, d'ailleurs je n'y étais pas à la saison des jonquilles....

Voir les commentaires

2021-03-21T13:56:26+01:00

Chef de guerre

Publié par divagations-et-balades

          Comme je pense, tous mes confrères, (et consoeurs bien sûr...), je reçois régulièrement, par mails, des conseils signés Pr Jérôme Salomon et Laetitia Buffet. Si on connait bien le Pr Salomon en tant que Directeur général de la santé, il me semble que l'on connait moins bien sa co-signataire; enfin, c'est mon cas.

                    Laetetia Buffet                  Pr Jérôme SALOMON

Responsable de la task-force vaccination   Directeur général de la santé

          C'est un tort. Cette dame occupe un poste important en temps de guerre : Responsable de la task-force vaccination............Notez le langage militaire.....et selon l'Académie française :

     * Dans le monde militaire, cette locution désigne un corps expéditionnaire; en dehors de cet emploi, task-force est l'équivalent de " force opérationnelle, groupe de travail " ou " commission ". Il est donc loisible de penser que l'emploi de cet anglicisme est inutile et c'est donc les formes françaises en usage que l'on recommandera.

          Elle parle bien l'Académie française, mais elle est totalement déconnectée du réel. Car, nous sommes en guerre a dit notre Président, alors, ce langage guerrier est tout à fait adapté.

          De plus, notre Président ne manie pas très bien la langue française, ou alors, la tord et manipule volontairement pour mieux embrouiller les Gaulois ignares que nous sommes.

          Mais bon, il faut bien que l'on se persuade que notre Grand Chef prend les choses très au sérieux, et ne recule devant rien pour protéger son peuple. D'ailleurs, d'après ce que j'ai entendu hier sur une radio bien comme il faut, sur laquelle je passais par un heureux hasard, 41% des Français lui font confiance et trouvent qu'il a superbement bien géré la crise actuelle.

          Evidemment, si l'on avait dit que 59% des Français sont mécontents, cela aurait été beaucoup moins flatteur et beaucoup moins porteur électoralement.

          Mais parfois, je me demande, avec mon mauvais esprit habituel, si notre Président ne se croit pas dans un jeu vidéo.

Voir les commentaires

2021-03-18T17:42:21+01:00

Mais que nous fait-on ?

Publié par divagations-et-balades

          Il y a environ une heure, j'étais dans ma voiture et j'écoutais France Info. J'ai entendu quelque chose d'ahurissant, odieux et inquiétant, proféré par une employée de crèche, quelque part en France.

          Elle expliquait que plus de soixante pour cent des bébés ne souriaient plus, avaient un visage "neutre", et ne reconnaissaient même pas leurs parents quand ils venaient les chercher.......qu'il y avait des retards à l'acquisition du langage.......

          Elle s'inquiétait de la façon dont ces bébés allaient se construire, car, c'est grâce aux mimiques qu'ils entrent dans le monde humain de l'expression, de l'émotion.......

          Or, autour d'eux, ils ne voient que des visages masqués, inexpressifs.

          Elle concluait en posant la question : Reverrons-nous un jour un bébé sourire ?

Banque d'images : little baby in a sunny autumn park

Banque d'images : little baby in a sunny autumn park

          Mais qu'est-ce qu'on fait à notre humanité ? Même les chimpanzés expriment des mimiques!

          Et à propos d'humanité............Les responsables de cet état de fait sont-ils dignes d'êtres appelés " Etres humains " ?

          Ils n'en sont que de bien piètres représentants, et ils ne méritent qu'une chose : l'exclusion de cette humanité dont ils ont oublié toute morale, et tout ce qui, il y a bien longtemps déjà, en avait fait la grandeur, et la distinguait des animaux qui, eux, n'abiment pas leurs petits. 

Voir les commentaires

2021-03-14T17:48:23+01:00

La pensée du dimanche 14/03/21 - Paroles de sage

Publié par divagations-et-balades

          On n'entend que peu de paroles de sage, mais sans doute, la raison en est-elle qu'il y a très peu de sages.

          Du moins à notre époque dont les préoccupations premières ne sont pas la recherche du savoir et de la sagesse. Peut-être parce que l'on se croit très fort, parce que l'on croit avoir tout inventé, parce que l'on croit que l'on n'a plus besoin d'apprendre puisque Wikipédia est là et qu'il suffit d'un clic de souris.

          Mais il fut un âge que l'on dit obscur, mais en réalité d'une grande clarté : le Moyen-Âge. Un âge durant lequel la quête du savoir fut intense, où ceux qui entamaient cette quête n'hésitaient pas à partir, à pied, vers des villes-phares où se concentrait le savoir du temps. Des villes où le temps était plus lent, dont le climat portait à la méditation, des villes où l'on réfléchissait à la pensée d'Aristote, d'autres où savants Juifs et Arabes débâtaient ensemble, comme à Cordoue ou Tolède, et cherchaient à comprendre ce qu'ils étaient et leur place dans ce temps et cet univers, dont ils osaient dire qu'ils n'étaient pas créations divines, tels Maïmonide le Juif et Averroès l' Arabe. 

La pensée du dimanche 14/03/21 - Paroles de sageLa pensée du dimanche 14/03/21 - Paroles de sage

          C'est d'ailleurs à ce dernier que je vais emprunter une phrase qui lui a été attribuée, à tort ou à raison, mais qu'importe : 

                " Le malheur est confié à la parole "

          Phrase que l'on pourrait rapprocher de notre dicton :

     " La parole est d'argent, mais le silence est d'or "

          Il semble bien que, à notre époque, le verbiage tous azimuts règne en maître, multiplié par les nombreuses chaînes des "étranges lucarnes".

          Peut-être que tout est-il trop facile, trop bruyant, et ne laissant aucune place au silence qui, parfois, laisse entrevoir l'essentiel, privilégiant la parole, quelle qu'elle soit, et trop souvent mensongère ou proférée dans une " langue de bois ", apanage des hommes politiques qui veulent nous y soumettre faute de nous voir y souscrire. 

          J'ai peur que l'on ne sache plus boire à la source du savoir, ou bien même que l'on n'en ait plus le goût.

          Dommage !!!!

 

Voir les commentaires

2021-03-11T14:35:50+01:00

Terres et Hommes Rouges

Publié par divagations-et-balades

          Avec ce que je vais dire, j'avais fait scandale en 1978. On m'avait désignée pour faire un exposé devant des confrères médecins, et au lieu de l'exposé médical attendu, j'avais raconté ceci : ( mais je signale que personne ne m'avait demandé d'arrêter et qu'on m'avait écoutée jusqu'au bout, en silence).

          Je voudrais vous raconter une histoire, une histoire simple de vie et de mort, avec peut-être quelque chose en plus, le filigrane d'une condamnation.

          Il y a bien longtemps, dans les terres de feu et de glace de l'Arizona, vivait un étrange peuple. Il habitait d'inaccessibles demeures, creusées à même la montagne, pour se protéger d'animaux immenses et féroces, et peut-être aussi d'ennemis inconnus.

Terres et Hommes Rouges

          Cela dura bien des années, et, brusquement, en l'espace de quelques lunes, ce peuple disparut. Tout le monde partit, et personne jamais, ne sut ni pourquoi, ni pour où.

          Ces hommes ont laissé, gravés dans la pierre, des messages que personne, jamais, n'a su déchiffrer.

          Ils étaient sans doute les premiers Américains, ceux que les Indiens actuels appellent " les Grands Ancêtres ". Ils se nommaient les Anasasis.

          Bien des années après, d'autres hommes surgirent et occupèrent les grandes plaines et les montagnes de l'Ouest. 

Terres et Hommes Rouges

          Etaient-ils la résurrection des premiers ? Ils ressemblaient à leur terre, rouges comme elle, farouches et pleins de chaleur, comme elle, et faisant, comme elle, jaillir vers le ciel et l'Esprit qui l'habite, des élans venus du plus profond d'eux-mêmes.

Terres et Hommes Rouges

          Pendant des siècles, ils vécurent libres dans ces territoires qu'ils s'étaient partagés. Puis, se levèrent les jours du mal, et survint l'homme blanc et son besoin de conquêtes, conquête des terres, mais aussi conquête des âmes.

          Ils enfermaient leur dieu dans d'orgueilleuses demeures et voulurent obliger le Grand Esprit à s'incliner devant ce dieu étranger, car personne ne savait que c'était le même.

          Les flèches ne pouvaient pas grand' chose contre les boulets, et l'attrait des richesses indiennes était trop puissant.

          Le temps passa. Puis vinrent d'autres hommes des rives orientales. Ils avaient entendu parler de l'or des eldorados de l'Ouest. Alors, ils attelèrent leurs chevaux, chargèrent leurs chariots, et commencèrent à disputer aux Indiens, leur terre et leur subsistance.

          Souvent le voyage tournait court et il ne restait de leurs espoirs et de leur ambition, qu'un chariot abandonné au temps.

          Mais il en vint d'autres, et d'autres encore. Ils construisirent des forts, puis des villes.

Terres et Hommes Rouges

          Alors s'éleva le chant des guerres indiennes, et il exprima cette folie messianique qu'eurent les Hommes rouges désespérés de la fin du XIXème siècle. Mais il n'était que le rêve d'un peuple mort dans la neige ensanglantée de Wounded Knee au soir tragique du vingt neuf décembre mille huit cent quatre vingt dix., 

          Maintenant, que reste t-il de ces fiers guerriers, de ces Braves aux longues chevelures qui galopaient dans le grand vent de liberté de la prairie ?

Terres et Hommes Rouges

          Le petit-fils de Geronimo pose pour les touristes de Old Tucson, paré des plumes dérisoires de sachems disparus. Les Navajos cachent leurs hogans au fond fertile des canyons brûlés du désert, et leurs femmes gardent de maigres troupeaux, ou vendent des colliers de turquoise sur les trottoirs du vieil Albuquerque ou de Santa Fé.

          Mais peut-on tuer à jamais l'âme d'un peuple ? Les bisons sont-ils seuls à garder à l'arrière de leur front têtu et résigné, la nostalgie des équipées sauvages et du temps de la liberté ?

          Non, l'âme indienne n'est pas morte; tous les ans les tribus se rassemblent pour revivre l'ancienne civilisation, même si ce rassemblement a pour témoins curieux et seulement préoccupés de folklore, les descendants de ces Hommes blancs qui les dépouillèrent.

          Et si certain soir du mois d'août, aux confins des terres rouges de l'Ouest, on peut entendre encore le chant de la princesse cheyenne, il ne cache pas que résonne encore sur Harney Peak , la prière désespérée d'un vieil indien qui pleurait dans la bruine et qui criait aux Grands Pères de l'univers :

          " Vous me voyez là, un homme pitoyable, écrasé, et qui n'a rien fait ".

          Ce vieil homme, c'était Elan Noir, petit cousin de Crazy Horse, et dernier survivant de Wounded Knee.

Terres et Hommes Rouges

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog