Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2013-02-04T09:08:00+01:00

Le Château perdu

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link     link

 

 

                    Il se nomme " Grattequina " mot gascon qui signifie gratte esquina soit gratte dos. Il semble que ceci soit en relation avec les broussailles entre lesquelles il fallait se frayer un chemin pour accéder au château. C' est une bâtisse du XIXème siècle, située en bord de Garonne, à la périphérie de Blanquefort.

1-IMG_4500.JPG

 

                    Il se présente comme un quadrilatère parfait, entouré entièrement d' une balustrade à colonnettes de pierre,

1-IMG_4501.JPG

délimitant une vaste terrasse. La base est plus grande que les étages au-dessus, et devait abriter les salles de service, cuisines, lingerie...........

                    L' entrée se fait par un escalier à double révolution, sur cette façade orientée vers la terre.

1-IMG 4499

                    La façade et les deux faces latérales présentent une belle unité architecturale,

1-IMG_4502.JPG

la façade, côté fleuve est différente; une sorte de loggia et une avancée de la terrasse, semblent avoir été bâties pour la contemplation de la Garonne, qui, aujourd' hui coule avec langueur, mais on connait ses humeurs !

1-IMG_4503.JPG

1-IMG_4505.JPG

La hauteur de la terrasse met à l' abri de ses éventuels débordements, quand une neige abondante sur les Pyrénées fond avec précipitation au Printemps.

                    J' appelle ce château le "château perdu", car, transformé en hôtel quatre étoiles, il en a perdu l' histoire de ses origines que je n' ai pas retrouvées. Il plait aux entreprises pour organiser des séminaires assez éloignés des tentations de la ville pour en assurer un suivi sérieux, et aux hommes d' affaires survoltés pour qui la contemplation fascinante du fleuve doit être très apaisante.

1-IMG_4507.JPG

Voir les commentaires

2013-02-03T10:06:00+01:00

La synagogue du désert

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Un jour, l' ami Charlie nous a proposé d' aller voir une vieille synagogue, sans doute la plus ancienne du désert de Judée.Elle date, en effet, de six cents ans avant Jésus Christ, et il n' en reste que des ruines. Mais les mosaïques des sols ont été miraculeusement bien préservées. Pour les protéger, une immense bâche colorée la baigne dans une atmosphère rose orangé assez onirique.

1-Top-copie-6.jpg

                    Sur ces mosaïques, on trouve des inscriptions en araméen et en hébreu, qui racontent la généalogie d' Adam à Japhet.

1-Top-002-copie-6

                    Une autre inscription traduit les menaces contre tout étranger qui tenterait de percer le secret des parfums extraits de la fleur des persimmons,(arbre de la famille des ebenacaea),

1-220px-Persimmon_0375.jpg

                                                                                       ( image Wikipedia )

Les Hébreux de ce temps défendaient farouchement ce secret, allant même jusqu' à se laisser couper pieds et mains, pour protéger ce précieux parfum que le roi Salomon offrit à la fabuleuse Balkis, reine de Saba, dont il était amoureux.

                    Ici, au fond, furent trouver une ménora en bronze, actuellement au musée de Jérusalem, et une kétouba, ou acte de mariage, vieille de plus de deux mille cinq cents ans, et dont on s' aperçoit que les kétoubas actuelles sont écrites exactement de la même façon.

1-Top-004-copie-6.jpg

                    Et puis, un jour néfaste, la vieille synagogue d' Ein Gedi a brûlé, ne laissant qu' au sol, les traces de son existence.

1-Top-005-copie-6.jpg

1-Top-006-copie-5.jpg

1-Top-007-copie-4.jpg

                    Il est dit qu' une synagogue qui brûle est une grande malédiction pour le peuple juif.

                    Si l' on en croit l' Histoire...........
1-Top-002-copie-6.jpg

Voir les commentaires

2013-02-02T08:51:00+01:00

Le Domaine Lescombes

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Depuis des années, je passe devant ce petit château en me disant qu' il avait l' air sympathique, et qu' un jour je lui consacrerai le temps d' une visite. Il est à Eysines, à sept ou huit kilomètres de chez moi, sur la route que je prends quand je vais à Bordeaux.1-IMG_4492.JPG

                    Il a quatre tours rondes angulaires et un corps central coiffé d' un chapeau pointu. Et j' aime bien sa couleur ocre rose qui s' accorde si bien au vert de la pelouse et au ciel, qu' il soit bleu ou gris.

                    On entre dans ce domaine en passant entre deux piliers, vestiges d' un ancien portail.

1-IMG_4451.JPG

                    Une simple porte cintrée, précédée d' un escalier double, permet l' entrée dans le château dont le toit moussu est hérissé de hautes cheminées crénelées.

1-IMG_4496.JPG

                    Derrière, il y a un petit parc paisible, devenu jardin public, où un grand-père attentif promène son petit-fils.

1-IMG_4468.JPG

                    Je me disais que ce parc était bien modeste, quand j' ai " vu " les arbres. Immédiatement, il m' a paru presque somptueux.

1-IMG_4477.JPG

                    Il y a des arbres magnifiques, certains avec des troncs bizarres,

1-IMG_4476.JPG

1-IMG_4471.JPG

d' autres, dressés, bras écartés, comme des fantômes d' épouvantail.

1-IMG_4472.JPG

                    Côté jardin, le château présente une façade identique à celle côté rue, mise à part l' absence d' escalier à la porte du corps principal.

1-IMG_4480.JPG

1-IMG_4466.JPG

                    En dehors de ce bosquet, qu' en bonne myope je n' avais pas vu, relégué quand même sur un côté du parc,

1-IMG_4465.JPG

deux autres arbres ont attiré mon attention; ils sont côté rue. L' un au tronc tourmenté, boursouflé, dont j' apprends que c' est un sophora du Japon,

1-IMG_4459.JPG

et l' autre si vieux, tellement couvert de cicatrices et de pansements, que je me demande s' il n' est pas un de ces vieux soldats combattant dans l' enfance du domaine,

1-IMG_4495.JPG

Parce que ce château, dont l' histoire commence au Moyen Âge, a connu la dévastation à la fin de la guerre de Cent Ans, quand les armées du roi de France sont venues assiéger Bordeaux.

                    De l' ancien château ne subsiste que la porte gothique de la barbacane, qui orne désormais l' entrée du pigeonnier-puits du XVIème siècle, sis dans un enclos fermé, sans doute privé.

1-IMG_4464.JPG

                    Décidément, les grues me poursuivent !

( Ce château est maintenant un espace d' exposition d' art contemporain )

Voir les commentaires

2013-02-01T11:33:00+01:00

Le Château Peixotto

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    L' architecte Victor LOUIS avait été mandé à Bordeaux pour y construire un théâtre majestueux, ce qu' il a fort bien réussi. Tiens ! Je n' en ai jamais parlé je crois. J' y reviendrai.

                    Victor LOUIS a donc séjourné ici de mil sept cent soixante dix huit à mil sept cent quatre vingt. Un banquier de la ville, Samuel Peixotto, en a profité pour lui faire concevoir la maison qu 'il s' est faite construire à Talence. Il lui a fait un véritable château.

1-IMG_4441.JPG

                    Celui-ci fut une maison de plaisance célèbre en son temps, pour son domaine viticole : le Pavillon d' Aranjuez.

                    Depuis le XVIIème siècle, les trois grandes routes commerciales, Bayonne, Toulouse et La Teste, qui se réunissaient à Talence, étaient sécurisées, et le XVIIIème vit fleurir toutes ces demeures qui rivalisaient d' élégance, et s' élevant, pour la plupart, au milieu d' un parc.

1-IMG_4425.JPG

                    Sur cette façade on remarque une assymétrie qui lui donne une certaine originalité. En effet, les deux parties droite et gauche, accolées au corps principal, sont tout à fait différentes.

1-IMG_4429.JPG

                    Le perron est classique, avec ses quatre colonnes,

1-IMG_4428.JPG

                    Le fronton est décoré de guirlandes, de branches de chêne encadrant un médaillon portant les attributs royaux : la couronne et la fleur de lys..

1-IMG_4430.JPG

                    La façade donnant sur le parc est tout aussi belle. On y retrouve les trois portes cintrées, les guirlandes et les médaillons, ainsi qu' un rappel des colonnes supportant ici une terrasse.

1-IMG_4434.JPG

                    Deux niches ornent cette façade. Malheureusement, une seule est habitée. Où est sa jumelle ? Enlevée pour sa toilette ? Volée ? Ayant succombée à un accident ?

1-IMG_4435.JPG

                    J' ai fini le tour de ce château. Ces bourgeois du XVIIIème siècle savaient choisir leur lieu de vie et s' entourer de beauté.

                    Ce château, inscrit aux Monuments Historiques, est actuellement le siège de la mairie de la ville.

Voir les commentaires

2013-01-30T17:43:00+01:00

Le chien châtelain

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Dans ma quête des châteaux talençais, le premier que j' ai vu est un petit château qui porte un grand nom, du moins phonétiquement : Margaut. C' est un point de ressemblance avec son homonyme du Médoc, que je vous présenterai bientôt.

1-IMG_4423.JPG

                    Cette jolie bâtisse a été érigée en mille sept cent soixante et un. C' est la grande période XVIIIème siècle où les riches bourgeois bordelais se firent construire toutes ces belles demeures qui enrichissent maintenant notre patrimoine.

                    Je n' ai malheureusement rien trouvé sur l' histoire de ce château, alors, après vous avoir montré le côté rue, voici le côté jardin :

1-IMG_4442.JPG

                    Il abrite l' école de musique municipale.

                    Mais, je crois cependant, que ce château a une particularité, à mon avis, son propriétaire et héritier de ceux qui l' ont fait bâtir, est ...........un chien, et je l' ai rencontré. Il a bien voulu condescendre à ce que je le photographie, mais n' est-ce pas la morgue aristocratique d' une longue lignée qui s' exprime dans son regard ?

1-IMG_4443-copie-1.JPG

                    Et je lui trouve un air digne d' un Seigneur de Margaut.

Voir les commentaires

2013-01-29T17:04:00+01:00

Le château du Prince Noir

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Il avait nom Edouard Plantagenêt, mais il fut plus connu sous celui de Prince Noir. Il était le fils aîné du roi d' Angleterre Edouard III et de Philippa de Hainaut. Il était prince de Galles et prince d' Aquitaine.

1-Prince-Noir-2.jpg

                                                                                           (image Wikipedia)

                    Il arriva à Bordeaux, en septembre mil trois cent cinquante cinq, en pleine guerre de Cent Ans. Avec lui, commença dans le Sud-Ouest, une suite de chevauchées dont certaines furent sanglantes. Une véritable terreur régna même dans quelques villes telles Narbonne ou Carcassonne. Son but n' était pas tant de protéger les terres anglo-aquitaines contre les Français, que de se livrer au pillage. Après toutes ces maraudes, il revint à Bordeaux le jour de Noël de la même année.

                    A Talence, très proche banlieue de Bordeaux, il existe un vieux château connu sous le nom de château du Prince Noir. Il est coincé entre la rue et des immeubles qui le serrent de près, derrière lui. Une barrière empêche de b ien le voir et toute sa partie inférieure m' a été cachée.

1-IMG_4450.JPG

1-IMG_4448.JPG

J' ai tournicoté autour, pour essayer de trouver le meilleur angle pour en montrer le plus.

1-IMG_4444.JPG

                    Je suis étonnée de le voir en si mauvais état et, manifestement, non entretenu. En continuant mes manoeuvres de contournement, je me suis vite rendue compte de la raison de cet abandon : le château va être démoli pour faire place à des immeubles modernes qui ne tiendront peut-être pas plus d' un siècle. Je serais talençaise, je lancerais une pétition pour m' opposer à cette destruction.

                    J' en ai discuté avec une dame inconnue qui passait par là, et qui m' a dit d' un ton désabusé : " que voulez-vous, Madame, les gens ne s' intéressent plus à rien ". Il n' empêche que pour comprendre le présent et avoir un avenir, il faut connaitre le passé.

                    Décidément, je suis dans une période où l' on saccage. Cauchemar Mais, je suis arrivée à temps. J' avais failli repartir chez moi après avoir photographié deux autres châteaux talençais, car le bleu du ciel se voilait et très vite subissait l' invasion nuageuse. J' ai voulu voir l' arrière du château, et pour cela, je me suis faufilée dans une résidence profitant de la sortie d' un habitant et du portail ouvert, juste avant qu' il ne se referme. Une fois à l' intérieur, j' ai réalisé, qu' évidemment j' ignorais le sésame qui ouvrirait le portail pour que je ressorte.

                    Bah ! me dis-je, quelqu' un viendra bien ! Photographions, on verra après.

1-IMG_4446.JPG

Cette grande cheminée me laisse présager un foyer où, peut-être, on pouvait rôtir un boeuf entier. Ils étaient voraces en ce temps-là.

1-IMG_4445.JPG

                    Il m' a fallu attendre un moment pour repartir; enfin une voiture est arrivée et le grand portail a glissé sur ses rails, j' ai pu retrouver ma liberté ! Avant de partir, fuyant devant l' accumulation des nuages, une dernière photo de ce qui me semble être une belle porte d' entrée, hélas masquée par un portail.1-IMG_4449.JPG

                    Je me demande ce que penserait le Prince Noir de la démolition prochaine de ce château ?

1-Prince-Noir.jpg

                                                                                            (image Wikipedia)

                    Hum ! Il n' a pas l' air spécialement ravi, mais plutôt un brin ironique !!!

Voir les commentaires

2013-01-28T09:00:00+01:00

La Vieille Eglise

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    En revenant de la tour de Veyrines, je suis passée par le centre de Mérignac. Là, existe une vieille église du XIIème siècle, connue sous le nom de ...........Vieille Eglise, et beaucoup ont oublié qu' elle fut dédiée à Saint Vincent.

1-IMG_4417.JPG

                    Etrange destin que celui de cette église ! Dès le début du siècle dernier, elle a cessé d' être maison de Dieu. Elle avait déjà connu quelques vicissitudes et en particulier, l' épreuve du feu en mil huit cent cinquante trois, qui avait réduit en cendres toute la partie nord-est. Malheureusement, d' autres incendies suivirent, après qu' elle fut frappée par la foudre en mil neuf cent quatre vingt dix sept et en deux mille un. Etait-ce la frustration et la colère de Dieu qui s' exprimaient devant la dépossession de sa maison ?

                    Une restauration fut entreprise en deux mille cinq, et en deux mille sept, sa qualité lui a valu d' obtenir un ruban du patrimoine.

                    Servant tour à tour d' école au début du XXème siècle, puis d' atelier pour les services techniques de la ville,c ' est maintenant un lieu d' exposition très prisé des artistes français et internationaux.

                    C' est une belle romane avec sa façade sobre et austère, son clocher carré et son porche usé par le temps.

1-IMG_4415.JPG

                    il est surmonté d' un écusson dont la pierre rongée ne laisse que peu deviner les armoiries qu' il supporte.

1-IMG_4420.JPG

                    Cette Vieille Eglise est enserrée dans un chantier hérissé de grues, entouré de palissades de plastique qui empêchent de prendre du recul.

                    Il est dommage aussi, de ne pas pouvoir rentrer. Il faudra que je guette la prochaine exposition pour aller voir l' intérieur.

                    Je fais le tour pour aller voir l' arrière. Elle est trapue et magnifique dans sa romanité. Mais la grue qui étire son long bras en arrière-plan, lui fait quand même un drôle de cadre.

1-IMG_4419.JPG

                    Le coq gaulois, perché au sommet du clocher, semble de mon avis et ne pas trop l' apprécier. La tête tournée vers la grue, il doit l' apostropher et lui enjoindre d' exporter ailleurs ce bras mécanique dont la vue lui gâche le paysage.

1-IMG_4419-001.JPG

                    Comme je le comprends !

Voir les commentaires

2013-01-27T09:19:00+01:00

La Chartreuse de Fantaisie

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Un nom aussi alléchant ne pouvait que m' attirer. Et, bonne surprise, je la trouve juste en face de la tour de Veyrines.

                    Cette chartreuse a été édifiée au XIXème siècle, sur les ruines d' une ancienne chapelle du XIIème, et rattachée au Domaine de Fantaisie qui est une ancienne propriété viticole. Elle abrite maintenant le Centre d' Animation des Eyquems à Mérignac.

                    C' est une longue bâtisse avec deux ailes se greffant sur un bâtiment central à un étage.

1-IMG_4412.JPG

                    Son originalité tient aux quatre colonnes qui ornent le corps central et soutiennent un balcon au fer forgé aérien.

1-IMG_4411.JPG

                    Avec un tel nom, j' avais imaginé qu' elle devait avoir une histoire particulière. Mais non, il n' y a là qu' affreuse banalité. Dommage !!! j' essaierai peut-être de lui en forger une............

                   Comme la tour de Veyrines, qui la nargue un peu de l' autre côté de la route, avec son passé tumultueux et changeant, la Chartreuse de Fantaisie est inscrite aux Monuments Historiques.

Voir les commentaires

2013-01-26T08:24:00+01:00

La tour de Veyrines

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Hier, profitant de ma liberté du jour et de la clémence du temps, je suis allée à Mérignac, voir la Tour de Veyrines.

1-IMG_4413.JPG

                    Elle se dresse, fière et solitaire, au milieu d' un champ, dernier vestige d' un château médiéval dont elle était la porte d' accès. Le premier de ses quatre niveaux constituait le couloir d' entrée.

                    Le château fort datait du XIIème siècle, et se trouvait au bord du ruisseau des Ontines, qui alimentait les douves.

                    Les deux portes ogivales furent murées au XIVème siècle, et le couloir transformé en oratoire. Les peintures qui décorent les parois et la voûte représentent des scènes de la vie du Christ.

                    Sur cette muraille sud, on voit une petite construction en encorbellement : ce sont les anciennes latrines. tant pis pour l' imprudent qui passait étourdiment dessous.

1-IMG_4408.JPG

                    Au XIème siècle, trois familles seigneuriales étaient prépondérantes : Les Mérignac, les Pessac et les chevaliers de Veyrines. Les deux premières ont laissé leur nom à deux des plus importantes banlieues de Bordeaux.

                    La seigneurie changea plusieurs fois de maîtres. En mil deux cent soixante quatorze, une certaine Brayde de Veyrines, veuve de Bertrand de Blanquefort, fit hommage de Veyrines au roi d' Angleterre. Au XIVème siècle, les terres de Veyrines passèrent aux mains de Bernard de Goth, frère de Bertrand, devenu pape Clément V. Les familles de Budos, de Montferrand, de Durfort s' y succédèrent. En mil cinq cent vingt six, la baronnie de Veyrines fut achetée par les Jurats de Bordeaux. A la Révolution, comme beaucoup d' autres monuments et châteaux, elle fut vendue comme bien national.

                    Au XVIIIème siècle, la tour échappa à la destruction car elle représentait un jalon pour les cartographes.

                    1-IMG_4409.JPG                    Elle appartient maintenant à la famille de Mallet.

Voir les commentaires

2013-01-25T09:29:00+01:00

Bonus : Une soupe berbère

Publié par divagations-et-balades

 

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Nous étions dans un village, accroché à une épaule d' Atlas, loin vers le sud, près de la frontière algérienne. Il était tard, la nuit était presque entièrement tombée, et il aurait été imprudent de reprendre la route. celle-ci nous avait donné du souci pour arriver là; en fait elle était plus une piste, assez mauvaise d' ailleurs, qu' une route.

                    C' est un ami marocain qui nous avait convaincu de venir ici, village natal de la bonne de son enfance, qui s' y était retirée quelques années auparavant.

1-Top-003-copie-6.jpg

                    Nous avons fini par la dénicher, et lui avons fait la surprise de débarquer, car, évidemment, point de téléphone pour la prévenir. Elle nous a reçus avec beaucoup de gentillesse et d' émotion de revoir le garnement qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs. De suite, elle nous a invités à rester c hez elle, à notre grand soulagement, car où aurions-nous pu aller ? et elle nous a préparé un repas sommaire, mais délicieux : une soupe harira. La meilleure que nous ayons jamais mangée.

                    Ce n' était pas une véritable harira m' ont dit plus tard des amies marocaines à Casa, il y avait de la semoule et pas de viande. Tant mieux, je n' aime pas la viande, surtout le mouton, même s' il n' est qu' agneau. Je l' ai trouvée savoureuse, le cumin dominait et c' est mon épice préférée.

1-soupes-001.jpg

                    De toute façon, c' était une soupe " pauvre " de montagnards berbères, qui n' avait rien à voir avec la soupe harira sophistiquée des villes du nord.

                    Elle m' en avait expliqué la recette; je l' avais notée sur une feuille volante qui, évidemment, s' est si bien envolée que je ne l' ai jamais retrouvée. Mais, j' ai essayé de la refaire, et le résultat n' était pas si mauvais. Il faut des pois chiches, des lentilles, de l' oignon et une branche de cèleri. Jusque-là c' est classique.......mais il y a les épices..... gingembre, cannelle, paprika, curcuma, cumin.....de l' huile d' olive bien sûr et de la semoule fine.

                    On fait revenir l' oignon émincé et le cèleri haché menu. On laisse cuire jusqu' à ce que l' oignon soit transparent et le cèleri tendre.

                    On ajoute alors les pois chiches, les lentilles et les épices. Et de l' eau bien sûr. On laisse mijoter à feu doux et à couvert jusqu' à ce que les légumes secs soient bien tendres. On ajoute de l' eau si besoin.

                    Puis, on ajoute la semoule. Il faut remuer sans arrêt jusqu' à épaississement, environ dix à quinze minutes. On ajoute alors le jus d' un citron, de la coriandre fraîche ciselée, du sel et du poivre et........c' est fini.

                    Il ne reste plus qu' à déguster, en fermant les yeux pour se retrouver dans ce village dont j' ai malheureusement oublié le nom; mais c' est facile, depuis Taroudant, prenez la direction du sud-est et des montagnes et grimpez.................

 

Et pour les amateurs de folklore.........

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog