Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2013-01-24T10:24:00+01:00

Souvenirs en noir & blanc: Valldemosa

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link     link

 

 

                    Valldemosa est une petite cité sise dans l' île de Majorque, la plus grande des Îles Baléares.

1-valldemosa-1-1-gallery-001

On l' aperçoit de loin, nichée dans la montagne.

1-valldemosa-1-6-gallery-001

J' avais chipé, pour un temps, le polaroïd de mon Père, car je trouvais très intéressant d' avoir les photos à peine prises.

                    C' est une histoire que j' imaginais très romantique, voire romanesque, qui nous avait incités à aller à Valldemosa. Celle, éphémère, de Chopin et de la tumultueuse Georges Sand.

1-220px-Chopin, by Wodzinska

1-G-Sand.jpg

                                                                                         ( Images Wikipédia )

Ils ont du se promener dans ces petites rues tranquilles,

1-valldemosa-1-4-gallery-001.jpg

ou dans ces jardins, qui ont, peut-être, inspiré quelques-unes des plus belles compositions, ou des meilleures pages.

1-Top-010.jpg

                    Chopin et Grorges Sand ont passé l' hiver mil huit cent trente huit aux Baléares. Pour la santé du compositeur et celle des deux enfants de Georges Sand. En fait, ce ne fut pas une grande réussite, car, si on les en croit, il ne fit pas beau du tout cette année-là.

                    Après avoir vécu quelque temps chez l' habitant, ils s' installèrent à la Chartreuse Royale de Valldemosa. Les gens de l' île n' appréciaient pas ce couple adultère et choquant.

                    Je ne sais pas s' ils furent accueillis par un aussi franc sourire;

1-Top-005-copie-2.jpg

La Chartreuse nous a semblé un havre de paix et d' harmonie. C' est là que Chopin a composé les Préludes.

1-Top-007-copie-1.jpg

1-Top-006.jpg

                    Nous avons quitté Valldemosa pour refaire les vingt kilomètres nous séparant de Palma, en emportant l' image tranquille de cette petite cité, et des " gouttes d' eau " s' échappant avec un son cristallin, d' un piano imaginé.

1-Top-009-copie-1.jpg

                    A ceux qui aiment Chopin et le piano, Valentina IGOSHINA offre ce Prélude op 28 n° 15 dit " gouttes d' eau ". En faisant si possible, abstraction de l' inévitable publicité.

 

Voir les commentaires

2013-01-23T08:01:00+01:00

La Porte d' Aquitaine

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Lors du passage au troisième millénaire et au nouveau siècle, les villes de France devaient le symboliser par la construction d' édifices éphémères ayant pour thème ce passage au nouveau siècle.

                    Bordeaux n' a eu qu' à puiser dans son patrimoine, et s' est trouvée, ainsi, dispensée de construction nouvelle. En effet, de son passé, la ville a gardé six portes monumentales, sur les quinze qui existaient au temps médiéval.

                    Dimanche dernier, profitant de mes courses au magasin casher, j' avais aussi photographié et l' avais l' intention de parler de cette porte qui en est toute proche, mais je me suis laissée emporter par mes lointains souvenirs d' étudiante. ( Flash Back ).
                    Mais la voici :

1-IMG_4382.JPG

                    Elle est donc place de la Victoire,( celle de mil neuf cent dix huit ), à l' endroit où se réunissaient jadis, la route d' Espagne et celle du Languedoc. Elle s' appelait alors : Porte Saint Julien.

                    Puis arriva l' Intendant de Tourny, ce magicien qui transforma la vieille ville moyenâgeuse, en cette cité que l' UNESCO a reconnue il y a quelques années.

                    Tourny voulait un monument digne de la Capitale de la Guyenne; une architecture qui témoigna de sa grandeur. C' est ainsi que le huit Juin mil sept cent quarante huit, fut entreprise la construction de cette nouvelle porte qui serait teminée en mil sept cent cinquante trois. Le dix huit Novembre de la même année, elle fut consacrée à Xavier de France, duc d' Aquitaine, qui venait de naître.

                    Qu' on la regarde depuis la place de la Victoire, ou depuis la rue Sainte Catherine qui finit juste derrière elle, cette porte est tout aussi majestueuse.

1-IMG_4386.JPG

1-IMG_4387.JPG

A travers son arche, on aperçoit l' Obélisque rose qui a fait son apparition en deux mille cinq. Il est l' oeuvre du sculpteur tchèque THEIMER et fut réalisé en marbre rouge du Languedoc dont il a fallu cinquante tonnes. Il mesure seize mètres de hauteur.

                    Mais, revenons à notre porte. L' entablement supporte un fronton triangulaire sculpté des deux côtés.

Côté place de la Victoire, il représente des dieux marins et les armes royales.

1-IMG_4383.JPG

Côté rue Sainte Catherine, le fronton nous offre des fleurs et des fruits; on devine quelques barriques et, au centre, se trouvent les armes de Bordeaux.

1-IMG_4388.JPG

                    Cette porte, que l' on voulait véritable arc-de-triomphe, est due à l' architecte PORTIER; ( on ne pouvait trouver mieux !!! ). Elle est devenue un des symboles forts de Bordeaux. Le maire, Alain Juppé, a voulu qu' elle soit sur le chemin de Compostelle qui, déjà, parcourait la ville depuis le Moyen-Âge.

                    La Porte d' Aquitaine est classée aux Monuments historiques.

Voir les commentaires

2013-01-22T08:12:00+01:00

Giboulées

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    En ce mois de Janvier bizarre, ou la plus grande partie de la France est condamnée à vivre dans un monde en noir et blanc, ici, nous avons les giboulées. Alors en Mars, nous aurons quoi ?

                    La journée est sous le signe de la pluie et du vent, du ciel bleu et du ciel gris, de l' arc en ciel et des bourrasques. Et selon que l' on regarde vers l' est, devant la maison, ou vers l' ouest, vers l' arrière, la lumière est complètement différente.

1-IMG_4394.JPG

Le temps d' admirer l' arc en ciel et de se tourner vers l' ouest,, une belle averse vient éclabousser la vitre et semer ses perles d' eau.

1-IMG_4396.JPG

                    Dehors, le ciel est blême, maladif, je lui donnerais bien quelques vitamines en petites pilules roses. Il y a des bourrasques qui rendent fous les arbres, et le jeune palmier qui est devant mon bureau est tout échevelé.

                    Et voilà le tonnerre en plus !

1-IMG_4402.JPG

Et puis, hop ! ça change encore. C' est l' accalmie ! A l' ouest, il y a du nouveau : un soleil anémié laisse filtrer une lumière blanche à travers les arbres.

1-IMG_4399.JPG

Mais à l' est, il y a cette étrange et belle lumière que l' on voit souvent aprés les orages, et qui compose une éblouissante symphonie de couleurs.

1-IMG_4395.JPG

                    Tout cela est bien joli, mais.......une bûche qui se consume dans la cheminée, n' est pas mal non plus, non? Et le bruit du vent, quand on l' entend devant elle, prend toute sa dimension poétique.

1-IMG_4401.JPG

Voir les commentaires

2013-01-21T07:22:00+01:00

Des clics " souvenirs "

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    On l' appelait " Alger la Blanche " et, parfois, pour certains, comme avait dit Roland Bacri " Alger la Planche ". On parle beaucoup de l' Algérie en ce moment, une autre, ce qui m' incite à vous parler un peu de la mienne, malgré les couleurs qui s' estompent, les odeurs qui s' affadissent, mais que l' on recrée à volonté............dans la cuisine.

                    Les photos sur papier ont bien résisté au temps, les diapositives ont trahi; j' ai essayé de les arranger au mieux; malheureusement on faisait beaucoup de diapositives.

                    Alger coule vers la mer, c' est le port qui l' empêche d' aller s' y noyer. Et le boulevard Pitolet qui en suit la courbe.

1-Top-002-copie-7.jpg

                    Du Balcon Saint Raphaël, on la voyait dégringoler. J' aimais bien y aller, car, si mes souvenirs ne me trahissent pas, c' était près du Dar El Alia où il y avait de si bons gâteaux.

1-000027-001.JPG

Des noms se télescopent dans ma tête, le square Bresson, où j' allais manger des glaces avec ma camarade Claude, la place du Gouvernement où chevauchait le Général Bugeaud dans une cavalcade immobile, la rue de La Lyre par laquelle on accédait à la Casbah. De là, je grimpais la rue Médée et allais avec une amie en visiter d' autres.

1-Top-001-copie-8.jpg

Les joueurs de dominos et les fumeurs de chicha ne nous regardaient pas toujours aimablement. C' était la guerre !

1-Top-copie-10.jpg

J' adorais la Casbah; je m' y racontais des histoires, et parfois éprouvais quelques frissons en pensant à Ali La Pointe. Je me suis faite aussi ramassée par une patrouille militaire plus d' une fois, avec un sermon à la clef. Si mes parents avaient su ça !!!

                    La Casbah vibrait d' une vie grouillante, apparemment anodine, mais on savait qu' une vie cachée et brutale y rampait tout bas. Il ne faisait pas bon y traîner en fait, et j' étais sans doute inconsciente et un brin provocatrice, comme toujours. Je me lançais des défis " anti-peur ".

1-000030-002.JPG

Des palabres mystérieux s' y tenaient, prés de la bouche noire d' une ruelle;

1-000031.JPG

des paroles s' échangeaient, qui n' étaient pas toutes anodines;

1-000025-001.JPG

le mystère était partout, dans un regard qui suivait dans l' ombre.

1-000026-001.JPG

                    C' était Alger des années soixante. Mais il n' y avait pas que le côté sombre. Il y avait encore de la place pour un peu de musique, et je vais m' arrêter là, car il y a toujours des brins de bonheur partout.

1-000024

Voir les commentaires

2013-01-20T15:12:00+01:00

Flash Back

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Ce matin, je suis allée comme souvent le dimanche, à l' espace casher pour acheter quelques menues bricoles........merguèz, (les meilleures du monde), poitrine d' oie fumée, avec laquelle nous faisons nos lardons..... En sortant du parking, Place de la Victoire, je me trouve devant un grand bâtiment : l' ancienne faculté de Médecine et de Pharmacie, " MA " fac.

1-IMG_4379.JPG

                    J' y ai passé des années formidables, avec des copains formidable, et j' y ai connu celui qui a compté toute ma vie. Beaucoup, malheureusement sont déjà morts. Il parait que nous sommes la promotion qui compte le plus de décès prématurés de tous les temps. Alors, je m' accroche ! Que dis-je ? Je m' agrippe.

                    Cette fac est magnifique, les amphis sont superbes, et...........j' y ai bien rigolé. Les nouvelles facs sont modernes, fonctionnelles, mais on y rigole moins et le sens de la camaraderie a, me semble t' il, bien changé. Je le sais, je suis allée y suivre un cours, un jour de nostalgie.

                    " Ma " fac est sise Place de la Victoire, nom intéressant quand on entreprend des études.

1-IMG_4391.JPG

1-IMG_4390.JPG

                    " De mon temps ", le Rock Café s' appelait l' Oriental, et sur cette vaste place, il y avait un marché aux fleurs. A la place, ce matin, il y a des supporters du PSG, qui se font remarquer par leurs .......braiements, et qui chantent déjà victoire. Téméraire comme une inconsciente que je suis, je leur dis en passant qu' ils ont toute la journée pour se faire à l' idée de la défaite. Les braiements sont devenus vociférations, mais quoi ! je suis une faible femme, alors : pas touche.

                    Et me voilà devant " Chez Auguste ", le café le plus célèbre du tout Bordeaux estudiantin. De la fac, on n' avait qu' à traverser la rue. J' ai connu le véritable Auguste. C' était le nom du serveur, déjà âgé à mon époque. Bourru, bougon, caractériel et imprévisible. Je me souviens d' un jour où je lui réclamais un cacolac qui n' arrivait jamais, et il m' avait toisée en me disant " aujourd'hui, je ne sers pas les petits prix ". Sacré Auguste ! Cela me fait encore rire.

1-IMG_4392.JPG

                    Je crois que rares sont ceux qui n' y ont pas mis les pieds. Certains un peu trop souvent, et il leur arrivait parfois quelques mésaventures. Tel un de mes bons copains qui y jouait à la belote avec trois individus qu' il ne connaissait pas. A un moment donné, son partenaire dit à mon copain : " Je te vois souvent ici, que fais-tu dans la vie ?" - " Oh! je suis étudiant au b....l d' en face, mais j' y mets rarement les pieds, on me passe les cours " (Moi). "Ah oui, dit l' autre, il se trouve que j' y suis prof d' anatomie, tu joues bien à la belote, mais on se retrouvera aux examens de juin ". Eh oui ! Même les profs allaient chez Auguste.

                    Je gage que ce soir il y aura une belle ambiance, car, ainsi que la plupart des cafés bordelais, il y a devant la terrasse le tableau noir annonçant le match de ce soir.

1-IMG_4392-001.JPG

Voir les commentaires

2013-01-19T07:52:00+01:00

L' église de mon village

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Depuis le temps que j' habite ici, je ne la connaissais pas. Bien sûr, de la route qui traverse le bourg, je voyais sa silhouette trapue, mais c' est tout. Alors, il y a quelques jours, avec ma soeur et Victor le Chien, nous sommes allés nous promener dans ce coin, et..........voilà.

1-IMG_4167.JPG

Une église romane, l' une des premières en Médoc, aurait été construite au XVème siècle. L' église actuelle, dédiée à Saint Hilaire, date de mille huit cent cinquante trois, et aurait été bâtie sur les traces de l' ancienne.

1-IMG_4169.JPG

Nous le retrouvons, juché au sommet du portail, sous l' horloge qui rythme les heures du village,

1-IMG_4168.JPG

1-IMG_4170-copie-1.JPG

du moins je le suppose, car depuis chez moi, trop à l' écart du bourg, on ne l' entend pas. Parfois les cloches, quand le vent souffle du sud.

                    Entrons. La nef principale se veut romane et sobre, voire austère.

1-IMG_4171.JPG

Les parties latérales présentent cette même sobriété;

1-IMG_4172.JPG

1-IMG_4173.JPG

Pas de fioritures, pas de tableaux; rien de présomptueux. C' est une église de campagne, toute simple.

Des vitraux dont certains dessins sont presque naïfs, un peu délavés;

1-IMG_4175.JPG

1-IMG_4185.JPG

d' autres plus élaborés, peut-être plus anciens.

1-IMG_4177.JPG

Quelques statues,

1-IMG_4179.JPG

1-IMG_4180.JPG

Et aux murs de pierre rugueuse, un chemin de croix en.........je ne sais quoi, mais je lui trouve des reflets métalliques.

1-IMG_4183.JPG

                    Pour sortir, nous traversons à nouveau ce petit vestibule, qui devait être peint dans des temps plus anciens, car il reste un vestige qui représente apparemment un lambeau d' armoiries; on dirait l' un des léopards bordelais.

1-IMG_4187.JPG

                    Voilà, un coup d' oeil à l' arrière, et vous aurez fait le tour d' une petite église sans prétention.

1-IMG_4190.JPG

Voir les commentaires

2013-01-18T10:07:00+01:00

Les étangs du Vivier

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link    link

 

 

                    Le parc du Vivier contient deux étangs et un vivier. Ce dernier est laid, ( à mon goût ), et je ne l' ai pas photographié. Les étangs apportent toujours une note de romantisme, surtout quand des cygnes y promènent leur grâce.

1-IMG_4332.JPG

Un jet d' eau, en pattes d' araignée liquides, fait chanter chaque étang.

1-IMG_4327.JPG

Des canards, bien sûr, naviguent aussi sur ce plan d' eau qui, parfois, semble de mercure,

1-IMG_4328.JPG

mais se pare de lueurs vertes quand il reflète la mousse des arbres;

1-IMG_4330.JPG

                    Trois canards ont pris le parti de me suivre; formation en triangle, telle une escadrille de chasse sur cet étang de métal fondu, espérant sans doute une offrande de ma part. Mais désolée, Messieurs les Canards, il est interdit de nourrir les animaux du parc.

1-IMG_4339.JPG

1-IMG_4340.JPG

Ils sont trois, tous différents mais également beaux.

1-IMG_4333.JPG

                    Continuant ma balade, je rencontre un homme à peine âgé, un de ces jeunes retraités qui vient diluer son ennui dans ces eaux métalliques ? Ou simplement, méditer sur la vie.

1-IMG_4331.JPG

Nous discutons quelques minutes sur les tortues cistudes que je ne verrai pas, car, pas folles, elles hibernent.

                    Plus loin, la vieille fontaine du XVIIème siècle, qui a été soigneusement préservée.

1-IMG_4325.JPG

                    Et, j' arrive au deuxième étang, celui dans lequel se mire la chartreuse;

1-IMG_4335.JPG

Le ciel, redevenu bleu, fait à nouveau resplendir les couleurs;

1-IMG_4336.JPG

1-IMG_4337.JPG

                    La visite touche à sa fin. Un dernier regard. Je reviendrai au Printemps, quand les fleurs prendront leur revanche.

1-IMG_4347.JPG

Voir les commentaires

2013-01-17T10:00:00+01:00

Les arbres du Vivier

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Avant-hier, profitant d' un pâle soleil d' hiver qui me fait regretter de ne pas habiter sous les tropiques, je suis allée me balader au parc du Vivier. Bien sûr, tout est beaucoup plus coloré et foisonnant de fleurs au Printemps et en été, mais, les parcs de l' hiver, comme les plages de l' hiver, ont un charme particulier. Il y a deux entrées et je choisis celle qui est proche du parking où je peux garer mon destrier rouge.

1-IMG_4313.JPG

Dès l' entrée, j' aperçois une façade latérale de l' ancienne chartreuse néo-classique, dans laquelle s' est installée la Mairie de la ville.

1-IMG_4314.JPG

1-IMG_4319.JPG

A l' origine, la chartreuse se limitait à une partie du rez - de- chaussée. Son premier propriétaire connu fut Charles Blanc, qui y décéda en mil sept cent quatre vingt. En mil neuf cent deux, Yorick Exshaw, négociant bordelais d' origine irlandaise, l' acheta et fit ajouter au bâtiment principal, la partie est comprenant le péristyle.

Des arbres magnifiques lui servent d' écrin;

1-IMG_4315.JPG

et ici, comme à Bourran, des cèdres majestueux;

1-IMG_4316.JPG

rentrée à " l' intérieur " de l' arbre donne l' impression d' une véritable cathédrale végétale, construite par un architecte un peu fou.

1-IMG_4317.JPG

1-IMG_4318.JPG

Certains arbres offrent un contraste entre la massivité du tronc et des branches, et la gracilité du feuillage;

1-IMG_4321.JPG

Plus loin, un olivier au tronc divisé en forme de lyre, commémore un hommage rendu par la Ville à Bernard Lecache, fondateur de la LICRA.

1-IMG_4370.JPG

Au milieu des grands arbres, une sculpture réalisée en mil neuf cent cinquante quatre par l' artiste espagnol Josep Riera Y Arago à Barcelone. La ville de Mérignac l' a acquise en mil neuf cent quatre vingt onze, à l' occasion du Festival d' Automne.

                    Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la chartreuse hébergea les officiers de la Luftwaffe. Les Allemands savaient choisir leurs résidences !

                    Outre les beaux arbres, ce parc renferme aussi deux étangs et un vivier. Nous en parlerons demain.

Voir les commentaires

2013-01-16T18:53:00+01:00

Cauchemar

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link   link

 

 

                    Ce matin, je me suis levée sans savoir que ce jour allait être cauchemardesque. Comme d' habitude, j' étais de bonne humeur; oui, j' ai la chance de ne pas savoir ce qu' est " être de mauvaise humeur ". Tous ceux qui me connaissent bien le savent, du moins je l' espère. Mais je suis aussi capable de colères dévastatrices, heureusement rarissimes. Aujourd' hui est un jour où j' ai senti la pression monter brusquement et exploser en rage.

                    Vers dix heures sont arrivés des engins bizarres et bruyants, et la dévastation du rond-point, dont nous sommes riverains avec deux autres voisins, a commencé. Arbres et arbustes arrachés, tout a été rasé, sans que nous ayons été le moins du monde avertis de ce méfait.

                    Qui a commandité ce carnage ? Le délégué aux espaces verts du Domaine. Ces arbres étaient quelque part un peu à nous. Ma Mère avait planté le mimosa, la voisine d' en face avait planté le noisetier et le troisième riverain houx et pyracanthas. Les arbres ont mis trente ans à pousser et nous offrir le plaisir des yeux. J' imagine la peine de notre Mère, de la voisine et du voisin, tous les trois décédés aujourd'hui s' ils avaient vu cela. Ils avaient laissé un peu d' eux-mêmes dans ces plantations; en moins d' une heure, tout a disparu.

                    Je lui ai écrit une lettre à ce type, qui n' a jamais mis les pieds sur notre rond-point, qui est en impasse; j' espère qu' il en percevra toute l' ironie, je suis assez bonne en mots qui tuent.

                    Je vous laisse " admirer " le travail, et l' exquise beauté de notre nouvel environnement.

1-Top-copie-2.jpg

                                                                                                AVANT

1-IMG_4378.JPG

                                                                                         APRES

Voir les commentaires

2013-01-16T08:44:00+01:00

Sourires d' hiver

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link     link

 

 

                    On les croit toutes parties se cacher jusqu' au Printemps, mais non, quelques fleurs sont restées, pour nous consoler de ce ciel dont le bleu palissant tourne parfois au gris. Elles sont les larmes d' Iris tombées sur la terre, et prennent souvent les couleurs de l' arc en ciel.

                    Elles sont pour la plupart au ras du sol, timides, conscientes d' être là presque par inadvertance, n' émettant aucune odeur, pour ne pas se trahir. Les plus timides, mais au fond les plus audacieuses, sont les pâquerettes qui picotent les prairies.1-IMG_4355.JPG

Il y a les pensées, énigmatiques, en fleur unique sur une courte tige,

1-IMG_4353.JPG

1-IMG_4354.JPG

ou groupées par deux, ou même trois ou quatre, blotties sur un même pied.

1-IMG_4360.JPG

1-IMG_4361.JPG

1-IMG_4362.JPG

1-IMG_4363.JPG

1-IMG_4365.JPG

Il y a même une petite fleur isolée; son teint rose vif atteste de sa confusion de s' être mêlée aux pensées, elle parait si modeste parmi elles; mais elle aussi voulait apporter sa contribution,

1-IMG_4351.JPG

car, ces flerurs hivernales sont les sourires d' encouragement que nous prodigue Gaïa. Au coeur de l' hiver, quand tout semble en coma dépassé, elles symbolisent l' espérance en un Printemps, qui, déjà, dans les profondeurs de la terre, peaufine, en secret, son retour. Février n' est plus très loin, qui signe le déclin de l' hiver quand fleurissent les mimosas.

 Certaines fleurs, plus audacieuses et plus optimistes, n' hésitent pas à, déjà, s' élancer vers un ciel qui, bientôt, va retrouver sa clémence.

1-IMG_4348.JPG

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog