Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2013-05-02T09:33:00+02:00

La maïade

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Il est dans la Grande Lande, une tradition toujours respectée : la maïade. Pour y assister, le bon moyen est d' aller à Marquèze. C' est ce que nous avons fait hier.

          Il s' agit d' une cérémonie consistant à planter des pins fleuris devant les maisons, en l' honneur des personnalités, et des enfants qui décorent eux-mêmes un arbre.

1-IMG_6547.JPG

          Ceci se fait au rythme de la " ripatalouère ", une formation musicale traditionnelle de fifres, tambours et grosse caisse, venue de Gans en Gironde.

1-IMG_6550.JPG

          Arrivés devant la maison de la première plantation, où, déjà, le trou avait été creusé,

1-IMG_6551.JPG

celle-ci a pu commencer, sous la pluie.

1-IMG_6552.JPG

et voilà !

1-IMG_6553.JPG

          Il y a un petit souci avec la couronne, me semble t' il ! Oui, mais il y a l' homme adéquat pour parer au problème, il arrive vite, pas étonnant, avec ses grandes jambes !

1-IMG_6559.JPG

          Mission accomplie devant la maison du Maître. Nous allons maintenant devant la maison des enfants; toujours en musique et accompagnés des danseurs sur échasses des "Tchancayres" de Mont-de-Marsan.

1-IMG_6546.JPG

1-IMG_6620.JPG

et de quelques accortes dames de la Gran Lande.

1-IMG_6545.JPG

          Une fois planté le pin fleuri par les enfants,

1-IMG_6631.JPG

nous avons eu droit à une petite dégustation : jus de pomme, mini beignets et morceaux de pastis. Oui, oui, j' ai bien dit morceau, mais je vous en reparlerai plus tard. (Avis aux mauvaises langues !).

          Puis, les Tchancayres, petits et grands, sont entrés en action.

1-IMG_6605.JPG

1-IMG 6612

1-IMG_6617.JPG

          Quelquefois, un jeune néophyte se retrouve par terre,

1-IMG 6682

tout étonné, et un peu marri,

1-IMG_6684.JPG

mais les secours viennent vite le tirer de ce mauvais pas,

1-IMG_6685.JPG

1-IMG_6686.JPG

Ouf ! Opération sauvetage terminée !

1-IMG_6688.JPG

          Rassurés sur son sort, je pense que nous allons aller reprendre un morceau de ce délicieux pastis.

          A plus tard !!!


Voir les commentaires

2013-04-30T07:39:00+02:00

Bonus : Jambalaya

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          On ne peut aller à la Nouvelle Orléans sans goûter à la cuisine créole. Aux sources du Jazz

          Nous n' y avons pas manqué bien sûr, et c' est un de mes plats préférés que je vais vous offrir aujourd' hui : La Jambalaya, et spécialement celle-ci :

1-Top.jpg

1-Top-001.jpg

            C' est un plat que je fais surtout l' été, quand il fait chaud, au son d' un air de jazz, pour se mettre dans l' ambiance.(Judaïsme oblige, je remplace le jambon " classique " par de la poitrine d' oie fumée, et c' est délicieux. Si, Si).

         Bon, je sais, ce n' est pas l' été, pas même vraiment le printemps ces jours-ci, mais disons que c' est une sorte d' exorcisme, pour vaincre le mauvais oeil qui nous fait un climat si bizarre.

        Comme presque tous mes plats exotiques, j' ai appris à le faire dans le pays d' origine. Je vous prie de me pardonner les lettres un peu petites, mais quand j' avais copié la recette, je ne savais pas qu' un jour je la mettrais sur un blog, et qu' était un blog en ces temps reculés ?

         Quoi qu' il en soit : Bon Appétit !

Voir les commentaires

2013-04-29T15:40:00+02:00

Symphonie en vert majeur

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Il y a quelques jours, balade dans un petit parc qui est un hâvre de fraîcheur, le genre d' endroit qui incite à s' installer avec un livre, sur un banc ombragé;

1-IMG_6283.JPG

          Ce parc est situé au Bouscat, proche banlieue de Bordeaux, rue de Tivoli, et s' appelle : Parc Marceau.

1-IMG_6278.JPG

          Dans ce parc, pas de massifs de fleurs, uniquement des arbres, banals, sans prétention, mais qui offrent une superbe symphonie de verts différents.

1-IMG_6285.JPG

          Il y a les verts tendres des feuilles toutes neuves,

1-IMG_6288-001.JPG

          D' autres qui se parent de reflets bleutés,

1-IMG_6292.JPG

          Parfois, galamment, les arbres laissent de la place pour les petites fleurs printanières,

1-IMG_6293.JPG

          Certaines feuilles, hésitant entre le marron et le rouge, sont là pour mieux faire chanter les vertes.

1-IMG_6295.JPG

          Des verts profonds s' opposent à d' autres, presque jaunes;

1-IMG_6298.JPG

          Il y a des espaces, pour que les enfants et les chiens, qui sont admis ici, puissent s' ébattrent.

1-IMG_6302.JPG

          Les allées qui, tout doucement, me ramènent vers la sortie, sont calmes, reposantes; on n' a pas envie de se presser,

1-IMG_6303.JPG

          Le soleil s' infiltre, presque en intrus, à travers les broderies de la canopée;

1-IMG_6305.JPG

          L' harmonie des couleurs règne au sein de ces différentes essences;

1-IMG_6306.JPG

          Tout à coup, des troncs gigantesques se dressent devant moi; je crois que ce sont de grands platanes,

1-IMG_6307.JPG

               Ils dessinent une sorte de clairière où viennent, sans doute, danser les sorcières les soirs de sabbat.

1-IMG_6313.JPG

          La bonne idée d' une boite à lire est installée au pied de ces arbres,1-IMG_6310.JPG

          Mais voila, mon tour du parc est terminé. A la sortie, le conseil du jardinier, que je vous livre, bien entendu !

1-IMG_6317-001.JPG

          A bientôt pour une autre balade ! J' espère que celle-ci vous a été agréable !



Voir les commentaires

2013-04-28T15:47:00+02:00

Bordeaux St Jean : On regarde !

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

            Généralement, quand on va prendre un train, on est toujours plus ou moins pressé, le regard ne s' élève pas au-dessus des tableaux d' affichage, et on ne se rend pas compte combien une gare peut, parfois, être belle et non pas seulement fonctionnelle.

          Il en est ainsi pour moi de la gare principale de Bordeaux, que je n' avais jamais vraiment regardée. Il faut dire que je déteste le train, et que, si je ne pars pas en voiture, je prends l' avion, et j' adore ça.

          Mais hier, une idée m' a traversé l' esprit : " je vais aller voir la gare ". Et hop ! Aussitôt dit, aussitôt fait.

          La gare actuelle,

1-IMG_6376.JPG

                                                                               (côté départ)

a été construite par la compagnie du Midi, en mil huit cent cinquante cinq, en remplacement de la gare de Bordeaux-Ségur, datant de mil huit cent quarante et un, devenue caserne rue de Pessac.

1-IMG_6373.JPG

                                                                                  (côté arrivée) 

          Ces deux corps de bâtiment sont séparés par ce qui était autrefois l' Hôtel Terminus. C' est une belle bâtisse typique du XIXème siècle avec un balcon de pierre soutenu par deux Atlantes.

1-IMG 6374

          Il doit s' agir au moins pour le celui de gauche, d' Hermès, dieu des voyageurs, si l' on se réfère au bâton autour duquel s' enroulent les deux serpents.

1-IMG_6375.JPG

          A l' extrémité des gares de départ et d' arrivée, s' élèvent des bâtiments jumeaux de l' ex hôtel central. Je n' en ai photographié qu' un, l' autre étant masqué par des travaux.

1-IMG_6378.JPG

          Ici aussi, nous retrouvons des Atlantes soutenant le balcon; mais ceux-ci, impoliment, nous tournent le dos.

1-IMG_6379.JPG

          La verrière qui surplombe les voies les plus anciennes, est la plus grande verrière ferroviaire d' Europe.

1-IMG_6385.JPG

1-IMG_6386.JPG

          La salle des départs , construite sur deux niveaux, est elle aussi pourvue d' une verrière.

1-IMG_6396.JPG

1-IMG_6399.JPG

          C' est une salle typiquement XIXème siècle, entourées de colonnes, aux chapiteaux sculptés.

1-IMG_6395.JPG

1-IMG_6398.JPG

1-IMG_6394.JPG

          Mais, voilà que malgré toutes les horloges qui m' entouraient, j' ai failli me faire piéger par le temps. Il fallait que je parte vite. J' avais " match " hier soir !!!




Voir les commentaires

2013-04-27T15:41:00+02:00

BUG

Publié par divagations-et-balades

Bonjour, je vais envoyer l' article du jour, mais je ne sais pas pourquoi, tout à coup les mots deviennent invisibles, noirs sur fond noir au lieu de jaune. Je n' ai plus le temps de refaire l' article une 3ème fois et Over-Blog, bien sûr ne donne aucune explication, comme d' habitude.

Pour visualiser ce qui ne se voit plus, passez la souris dessus et le texte apparaitra en bleu sur fond blanc, du moins en prévisualisation c' est ainsi.

Je suis désolée, si vous pouvez me dire comment vous l' avez lu, cela me rendrait service. Merci

Voir les commentaires

2013-04-27T09:33:00+02:00

Aux sources du Jazz

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

          Pour qui aime le jazz, le " pélerinage " à la Nouvelle Orléans est presque obligatoire. Je suis donc allée le faire plusieurs fois et toujours avec le même plaisir. J' en ai plus de souvenirs dans la tête qu' en photos, mais, entre le Polaroïd et le Minolta de ces temps-là, j' en ai retrouvé quelques-unes n' ayant pas trop subi des ans " l' irréparable outrage ".

          Nous arrivions le plus souvent de l' Alabama, par la route côtière, ma favorite interstate 10, qui va s' échouer sur les rivages californiens, et après avoir traversé le long pont qui enjambe le lac Pontchartrain, la ville s' offrait à nous.

          Notre but : le Vieux Carré Français; Bourbon street déroulait déjà ses rythmes dans nos têtes.

1-Top-copie-18.jpg

          En fait, si longtemps après, je ne suis plus sûre que ce soit vraiment Bourbon Street. Peut-être plutôt celle-ci ?

1-Top-003-copie-13.jpg

          Mais ce qui reste très vivant dans mon souvenir, c' est cet endroit " sacré ", véritable temple du jazz : Preservation Hall, St Peter street.

1-250px-PreservationHallClosed2-001.jpg

          Je ne sais pas si l' immeuble a toujours cette allure minable, ( accentuée par la photo très abimée ), mais une fois franchies la porte et la cour intérieure, on oublie tout pour ne devenir qu' une grande oreille. De grands yeux aussi, car à cette époque, ( ce devait être entre mil neuf cent soixante quinze et mil neuf cent soixante dix neuf ), les jazzmen qui jouaient là étaient de vénérables vieillards aux cheveux blancs dont la passion soutenait le souffle.

          Nous étions très nombreux, assis par terre, dans un silence religieux. Les musiciens étaient quatre, et leurs âges tournaient autour des quatre vingt dix ans.

          C' étaient les plus fabuleux concerts auxquels j' ai assisté.

          Partout, dans tous les cafés il y avait un jazz band; On aimait bien le " Crazy Shirley " où jouait Tommy Yetta, peu ou pas connu en France je crois.

          Ici, ce n' est ni Preservation Hall, ni le Crazy Shirley, mais l' ambiance de la Nouvelle Orleans est là.

 

          La dernière fois que je suis allée à Preservation Hall, les musiciens n' étaient plus que trois du quatuor précédent.
          Mais il n' y a pas que le jazz, il y a la ville, et surtout le Vieux Carré avec ses maisons coloniales aux balcons ornés de fers forgés magnifiques.
1-Top-001-copie-15.jpg
          ( Il me semble tout à coup que Bourbon street serait plutôt celle-ci ! ).
          Les calèches rouges et noires se promènent avec nonchalance dans la torpeur de l' après-midi, et il n' est presque pas la peine de fermer les yeux pour voir les Belles du Sud y étaler leurs jupes et jupons, les fiers cavaliers sudistes les courtisant avec élégance du haut de leur monture.....Romantisme, quand tu nous tiens !
 
1-Top-007-copie-8.jpg
          Au centre du quartier français se trouve Jackson square et la cathédrale Saint Louis, la plus ancienne des Etats Unis, construite en mil sept cent dix huit, au temps de la Louisiane française.
         
1-cath.New-O-002.jpg
          Toujours dans ce quartier historique, on trouve des souvenirs de l' ère espagnole, tel le Cabildo, érigé en mil sept cent dix neuf, ancien siège de l' administration hispanique.
1-Top-005-copie-12.jpg
          Et comment ne pas évoquer les " show boats ", ces bateaux à roues qui naviguaient sur le Mississipi, avec leur casino intégré, où les riches planteurs passaient le temps, pendant le voyage qui les amenait à la Nouvelle Orléans pour vendre leur coton.      

 
1-Top-014-copie-1.jpg
          Et, que faisait-on après avoir arpenté la ville par quarante cinq degrés à l' ombre et plus de quatre vingt dix pour cent d' humidité ? On allait au " Patio of the two Sisters " pour commencer la soirée par un de ces délicieux, (et traître) cocktails que l' on ne trouve aussi bons que là, et dans une certaine petite boite de la deuxième avenue  à New York, fort à la mode en ce temps-là, pour ses " Grasshopper " et autre " White Russian '.          
1-Top-004-copie-14.jpg
             Mon préféré à New Orleans, était appelé ' Hurricane ", le bien nommé, car il déclenchait un véritable ouragan. Il avait une belle couleur verte, et je ne sais plus ce qu' il y avait dedans. On avait le droit d' emporter nos verres; dans quel déménagement les ai-je perdus ?        
          Des personnalités connues sont natives de cette ville: Armstrong, Fats Domino, Harry Connick jr, Truman Capote et Lee Harvey Oswald de sinistre mémoire............ et un musicien que j' aime bien, qui fut une grande vedette en France : Sydney Bechet avec qui je vais clôturer ce petit récit louisianais.
1-Top-copie-19.jpg
    
       
         

 

 

        

Voir les commentaires

2013-04-26T07:23:00+02:00

Sans queue ni tête

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

               Il y a des jours où l' esprit vadrouille, où les idées sautent du coq à l' âne, sans contrôle, où l' on n' a pas envie de structure ou de cohérence; comme je suis dans un de ces jours-là, je vais vous livrer des images en vrac, un bric-à-brac de photos.

            Une maison des boulevards qui m' a toujours intriguée, mais sur laquelle je n' ai jamais obtenu la moindre information;

1-IMG_6181.JPG

            Un cercle parfait dans le ciel, si grand que je n' ai pas pu le photographier en entier, mais dont l' arc laisse deviner la perfection. Quel pilote un peu fou s' est amusé ce matin ?

1-IMG_6147.JPG

            Le passage du premier navire de croisière de la saison, sous le nouveau pont; (Sud-Ouest, hier matin).

1-Top-copie-3.jpg

            La délicatesse d' une branche de tamaris;

1-IMG_6366.JPG

            Philibert le résinier, jouissant toujours d' une heureuse retraite dans le parfum de l' oranger mexicain. Philibert le résinier

1-IMG_6339.JPG

            Une ancolie mélancolique, rescapée de l' an dernier;

1-IMG_6356.JPG

            Notre pied de vigne qui fait le forcing, pour nous promettre une fabuleuse vendange;

1-IMG 6322

            et ces boutons de roses, promesse de beauté,

1-IMG_6331.JPG

            Sans oublier ce chien, poète à ses heures, qui s' installe pour méditer dans un pot de marguerites, transfuges d' on ne sait d' où.

1-IMG_6335.JPG

            Au moins, pendant ce temps, il n' embête pas les lézards, un de ses sports favoris.

            Les feuilles de prunus jouent les coquettes dans les rayons du soleil,

1-IMG_6369.JPG

tandis que, piquées dans leur orgueil, les aiguilles de pins veulent montrer que, si elles sont trop minces pour que le soleil les fasse chatoyer, elles savent dessiner sur le ciel, des motifs quasi arachnéens.

1-IMG_6370.JPG

            " Ainsi va la beauté de la vie qui va comme un mouvement, déployant et embellissant autant qu' elle use ". ( Le kabbaliste de Prague ).

           

       

Voir les commentaires

2013-04-25T13:46:00+02:00

Un bois confidentiel

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

               Hier, je suis allée à la découverte d' perc bordelais que je ne connaissais pas, le parc Rivière, situé dans la rue du même nom.

           Hors les habitants du quartier, ce parc est peu connu, et c' est fort dommage, non, plutôt tant mieux. Il s' agit d' un petit bois très agréable, aménagé dans les jardins d' un château du XIXème siècle, dont on a conservé les ruines.

           Dès l' entrée, deux chemins s' offrent au visiteur, semblant conduire vers des mystères.

1-IMG_6234-001.JPG

           Allez, je prends à droite, il y a un bel arbre en perspective;

1-IMG_6235.JPG

           C' est un cèdre du Liban qui élance son tronc droit à l' assaut du ciel,

1-IMG_6238.JPG

           ses branches supérieures dessinant contre lui une délicate dentelle.

1-IMG_6240.JPG

           Et soudain, les ruines du château m' apparaissent,

1-IMG_6242.JPG

           Je ne l' imaginais ni aussi grand, ni aussi beau; continuant sur le même chemin, je distingue une tour, masquée par les branches d' un arbre de Judée,

1-IMG_6243.JPG

à côté d' une glycine acrobate;

1-IMG_6245.JPG

           Sans doute pour se protéger du soleil, ou de la pluie, la tour porte un béret de verdure;

1-IMG_6247.JPG

           Ce château ne devait pas manquer d' allure, avec son toit crénelé;

1-IMG_6248.JPG

           Et quelle Soeur Anne guattait du sommet de cette tour ?

1-IMG_6250.JPG

           Ce lieu est en tout cas, un fabuleux terrain de jeux pour les enfants.

1-IMG_6251.JPG

           Les adultes ne sont pas en reste, et le farniente au soleil a toujours des adeptes;

1-IMG_6261.JPG

           J' aurai bientôt bouclé le tour de ce parc. Un chataignier élégant de dresse sur ma droite;

1-IMG_6273.JPG

           Des pérales de camélia sur le sol, rappellent que la vie passe.........

1-IMG_6270.JPG

           Et me voici revenue à mon point de départ, où un rhododendron viaillissant me dit : à bientôt !

1-IMG_6274.JPG



Voir les commentaires

2013-04-24T10:25:00+02:00

Le Mausolée de la fidélité

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

               Sur la rive gauche du Nil, à Assouan, au sommet de la première dune du désert libyque, se tient un édifice de grès rose : le Mausolée de l' Aga Khan.

           Bien que non ouvert au public, nous étions décidé à nous en approcher, ne serait-ce qu' en felouque. Nous savions qu' il se trouvait là-bas, sur cette dune surplombant le fleuve au niveau de la première cataracte, et que nous l' apercevrions très vite.

1-Top-002-copie-7.jpg

           Alors un matin, nous avions rendez-vous avec notre batelier préféré pour qu' il nous y conduise.

           De l' hôtel jusqu' au ponton, nous traversions les féériques jardins, qui, s' il en avait été besoin, nous auraient sûrement rendus de bonne humeur.

1-Top-copie-7.jpg

           Mohammed Shah, Aga Khan III, était peut-être l' homme le plus riche du monde. Il était le quarante huitième imam des Ismaéliens, branche de l' Islam chiite, qui fut très agissante au temps de Saint Louis, et dont le chef, Hassan Ibn Sabah, vivait dans une forteresse nommée Alamut, véritable nid d' aigles dans les montagnes du nord de l' Iran. Ce chef était plus connu sous le nom de " Vieux de la montagne ", et il dirigeait la secte des " Haschischins ", ramassis d' assassins qui ont terrorisé l' Orient et l' Occident.

           J' ai lu, lors de sa parution en France en mil neuf cent quatre vingt huit, un livre " Alamut " écrit en mil neuf cent trente huit par un érudit slovène Vladimir Bartol, et qui, à travers l'

7-IMG_6231.jpg

histoire du Vieux de la montagne et de ses fedayin, analyse d' une façon étrangement prophétique, le terrorisme d' état et le fanatisme religieux, ainsi que les mécanismes secrets sur lesquels sont fondées toutes dictatures.

           Mais revenons en Egypte et à l' Aga Khan III. Il était un homme puissant et richissime. Tous les ans, il était soumis au rituel de la pesée, au cours duquel on lui donnait son poids en argent, or, ou même diamants, comme ce fut le cas pour son Jubilé. Il était, bien sûr, très gros. Il avait épousé, et elle fut sa dernière épouse, une française de trente ans sa cadette, qui avait été Miss France 1930. Bizarrement, ce fut une véritable histoire d' amour, et c' est elle qui, par fidélité, fit c onstruire à Assouan, ce mausolée que nous avions déjà aperçu depuis l' hôtel Old Cataract, où nous étions allés prendre un five o'clock tea très british, sur les traces d' Agatha Christie qui écrivit là " Mort sur le Nil ". C' était aussi l' hôtel préféré de Churchill et de Mitterrand qui y passait toutes les vacances de Noël.

2-Top-001.jpg

           Puis, la felouque obliqua vers la rive occidentale, et nous distingâmes le monument;

4-Top-003.jpg

           Approchant du ponton, nous vîmes devant nous le mausolée et la villa où logea jusqu' à sa mort en deux mille, la Begum, titre équivalent à celui de reine, et que portait celle qui fit construire ce tombeau.

5-Top-004.jpg

           Cette villa était la résidence d' hiver du couple. Les fenêtres du bâtiment des femmes donnaient uniquement vers le mausolée, afin que tous les jours, elles aient une pensée pour leur ancien seigneur et maître.

           Selon la tradition fatimide, le mausolée est d' une extrême sobriété. Son style est copié sur celui de la mosquée El Guyushi du Caire. A l' intérieur, le tombeau est en marbre de Carrare, gravé de versets du Coran avec une grande finesse.

           L' Aga Khan mourut en mil neuf cent cinquante sept, le mausolée fut terminé deux ans plus tard.

           Jusqu' à son propre décès, la Begum, fidèlement, déposait sur le tombeau, une rose rouge fraîche chaque matin. Elle a été ensevelie dans ce mausolée.

1-IMG_0410.JPG








Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog