Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2016-12-18T15:19:55+01:00

TRADITIONS,REFLEXIONS

Publié par divagations-et-balades

          Française vivant en France, pays de racines judéo-chrétiennes, j' en aime les traditions et, je considère que, même si je me situe dans la petite fraction judéo, ces traditions font quand même partie de ce que je suis,telle que mes parents et ce pays m' ont façonnée.

          J' ai même cru au Père Noël, et parfois, je l' avoue, j' y crois encore. Mon passage aux Etats-Unis, où j' ai vécu quelques Noël, a renforcé chez moi la conviction magique que tous les miracles étaient possibles, surtout dans cette période, et que ce vieux bonhomme réjoui et débonnaire venait déverser la joie et la légèreté.

Wikipedia

Wikipedia

          Et puis, il y a la dimension spirituelle d' une religion qui n' est pas la mienne, mais qui s' est si magnifiquement exprimée au cours des siècles, de l' élan vers le ciel des cathédrales du Moyen-Âge, jusques...............aux crèches qui enjolivent nos villes et nos villages.

          Il y a quelques années, j' avais commis un article sur un petit village de Gironde, le plus petit de France : Castelmoron d' Albret, où, derrière chaque fenêtre, était élaborée une crèche, humble ou sophistiquée.

 

cmd1-IMG 4113

(cf les fenêtres de Castelmoron - catégorie : tradition)

          Ces crèches existent depuis le XIIIème siècle et se sont propagées dans toute l' Europe, à la suite de la réalisation d' une crèche vivante par Saint François d' Assise en Italie en l' an mille deux cent vingt trois.

          A la fin du XVIème siècle, les Jésuites, devenus conscients du pouvoir de la célébration de la nuit de la Nativité, multiplièrent les crèches en modèle réduit, dans toute la chrétienté.

          A notre époque, où, il faut bien l' admettre, la spiritualité n' est pas très bien vue, la fête s' est laïcisée et les crèches ne sont plus seulement dans les églises, mais aussi dans les lieux publics. Elles sont devenues plus...folkloriques mais elles représentent toujours NOS TRADITIONS;

images télé
images télé

images télé

          Dans certains pays, comme en Pologne, à Cracovie par exemple, elles sont particulièrement honorées, chacun travaillant à leur confection pendant des mois pour aboutir à ces crèches incroyables,

image télé

image télé

que l' on emmène en procession dans les rues de la ville d' une manière très solennelle.

image télé

image télé

          Chez nous, ces crèches de tradition séculaire font partie de l' âme de la France.

          Alors ! Pourquoi accepter de les voir disparaître parce que cela choque les adeptes d' une pseudo-religion qui n' est même pas invitée chez nous, qui ne veut pas respecter nos règles et notre façon de vivre ?

      Qu' est donc devenu le peuple de France s' il est maintenant incapable de défendre et sauvegarder son âme ? N' en a t-il plus ?

      Que vaut donc la foi de ce prêtre qui a enlevé la crèche de son église ne montrant que peur et lâcheté ? Mais peut-être parce que son pays ne le défend pas ? Pour les mêmes raisons ?

      Sommes-nous vraiment les descendants de ces Chevaliers pour qui l' honneur était le guide dans l' existence ?

      Allons-nous nous effacer, sans rien dire ni faire devant ce système politico-religieux qui, depuis le VIIème siècle ne rêve que d' asservir et soumettre le monde ? Il a déjà essayé chez nous, à plusieurs reprises, mais en ce temps-là on ne se mettait pas à genoux, et on ne nous disait pas : " il faut s' y faire, s'y habituer ".

      Allons-nous laisser le muezzin rythmer nos heures et nos vies ?

      Quand je vivais dans l' un de leurs pays, je respectais leur loi et leurs moeurs, d' ailleurs, je n' avais qu' un seul droit : celui de me taire. Et quand j' en ai eu assez de vivre selon la loi étrangère, je suis revenue chez moi.(sans même avoir le droit de rapatrier mes sous).

      Il y a cinquante sept pays sur la Terre où s' applique la loi musulmane, alors que tous ceux qui ne nous supportent pas et ne nous aiment pas,(pas d' illusion), fassent leur choix et....bon vent !

      Les autres, j' en connais, qui respectent nos lois et vivent leur religion comme les Chrétiens, les Juifs, les Bouddhistes... tranquillement, sans enquiquiner le monde, ceux-là, bien évidemment sont les bienvenus. D' ailleurs, ils sont fondus dans la communauté nationale.

      Quand à nous, une suggestion : SI ON SE REVEILLAIT !!!

                 Bonnes fêtes de Noël à tous 

 

Voir les commentaires

2016-12-16T13:42:28+01:00

Corrèze en Corrèze

Publié par divagations-et-balades

         L' après-midi était bien avancée quand nous sommes revenues vers Corrèze.

Corrèze en Corrèze

          Par-dessus les toits sombres, on aperçoit le clocher carré de l' église coiffé de son chapeau pointu.

Corrèze en Corrèze

          Il y a dans cette petite ville de très belles maisons, bâties dans cette pierre mal équarrie que j' aime beaucoup; la plupart datant de la Renaissance.

Corrèze en Corrèze

          Les plus belles se situant autour de l' église.

Corrèze en Corrèze
Corrèze en Corrèze
Corrèze en Corrèze

          Beaucoup de maisons ont les volets tristement fermés, car, nous a-t-on dit : Corrèze se meurt lentement.

Corrèze en Corrèze

          Pourtant, ce gros bourg ne manque pas de charme avec sa ville enclose, dans laquelle on entre par cette belle porte Margot datant du XVème siècle.

Corrèze en Corrèze
Corrèze en Corrèze

          Elle fut ainsi nommée en l' honneur de la reine Marguerite de Valois, dite reine Margot, première épouse d' Henri IV. Elle ne fut pas la coquine nymphomane d' Alexandre Dumas, et même des pamphlets de son époque, mais, au contraire, un esprit éclairé et cultivé qui joua un rôle politique, avec la Ligue par exemple, après que le pape ait volontairement mis fin à son mariage. Elle passa vingt années d' exil en Auvergne.

          Dans une petite niche, on distingue, vêtu de rouge, une statuette de Saint Martial, patron de la cité qui, contrairement à la logique traditionnelle, ne porte pas son nom mais celui de sa rivière.

Corrèze en Corrèze

          Cette porte est le vestige le plus emblématique du passé de Corrèze. Elle a été inscrite aux Monuments Historiques en mille neuf cent vingt sept.

          Nous allons faire une halte et poursuivrons plus tard notre visite.

A bientôt !

Voir les commentaires

2016-12-13T13:45:48+01:00

Le Héros de Saint Pantaléon

Publié par divagations-et-balades

          Nous voilà de retour sur la place de l' église. Elle est entourée de belles, et austères, maisons de grès rouge, donnant à ce village un air de petite Collonges-la-Rouge,

Le Héros de Saint Pantaléon

          En moins éclatant.

Le Héros de Saint Pantaléon

          Cette petite place, très ombragée, est le coeur du village, et c' est là que se dresse, tout naturellement, le monument aux Morts. Il n' a rien de particulièrement remarquable, mais il est un symbole des villes et villages de France, témoin de l' histoire de notre pays et de son âme.

Le Héros de Saint Pantaléon

          Il y a un autre monument qui nous intrigue : une stèle surmontée d' un buste. Qui est-ce ? Un enfant du pays, c' est sûr. Et sans doute une gloire locale, car on devine un uniforme et le grand cordon de la Légion d' Honneur qui barre la poitrine.

Le Héros de Saint Pantaléon

          C' est le Général Baron Annet-Antoine Couloumy. Il fut un soldat de Napoléon 1er.

          Il débuta sa carrière militaire dans le régiment du Bourbonnais. Puis, il servit dans l' armée du Rhin, dans l' armée de Sambre et Meuse......Il participa deux fois à la campagne d' Italie où il reçut la Croix de la Légion d' Honneur.

          Puis, on le retrouva faisant la guerre d' Espagne où il fut créé Baron de l' Empire, en même temps qu' il fut élevé au grade de Colonel-Major du régiment de la Garde Nationale.

          Poursuivant sa marche vers la gloire, il devint en mille huit cent treize, Général de brigade et obtint la Croix d' Officier de la Légion d' Honneur, puis devint Commandeur.

          Passé dans la Garde Impériale en qualité d' Adjudant-Général, il participa à la bataille de Leipzig où, malheureusement pour lui, il eut une cuisse emportée le seize octobre mille huit cent treize. Fait prisonnier le dix neuf, il mourut de ses blessures le vingt neuf à quarante trois ans.

Wikipedia

Wikipedia

          Le temps était venu de quitter Saint Pantaléon. Un vieux puits était là pour recueillir nos larmes, mais, ingrates que nous sommes, nous n' en avons pas versées.

Le Héros de Saint Pantaléon

          Un dernier coup d' oeil au viaduc de chemin de fer, et nous voilà parties à la poursuite de nos aventures corréziennes.

Le Héros de Saint Pantaléon

         A plus tard !!!

Voir les commentaires

2016-12-11T14:40:34+01:00

La pensée du dimanche 11/12/16

Publié par divagations-et-balades

          Winston Churchill ne manquait ni d' idées ni de formules percutantes. Avec son éternel gros cigare et son célèbre " V " de la victoire, il fait figure de légende.

Wikipedia

Wikipedia

          Il est celui qui a osé dire qu' il n' avait à offrir que " du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ", pendant cette Seconde Guerre Mondiale qu' il a eu à affronter, après la Première qui, elle-même, succédait pour lui à la Guerre des Boers.

          C' est à cet homme de bronze que j' ai emprunté la phrase du jour.

    " Un conciliateur, c' est celui qui nourrit un crocodile en espérant qu' il sera le dernier à être mangé ".

          Puissent nos brillants stratèges et hommes politiques y penser de temps en temps si toutefois la modestie qui les étouffe, n' occulte pas de telles références. 

 

La pensée du dimanche 11/12/16

Voir les commentaires

2016-12-08T14:55:43+01:00

De virage en virage

Publié par divagations-et-balades

          Les murs rouges des maisons forment un canyon dans lequel nous nous engageons avec intrépidité.

De virage en virage

          Très vite nous atteignons le virage, et, que voyons-nous ? Un autre virage.

          Serait-ce le début d' un labyrinthe ? Quel terrifiant Minotaure s' y cache t-il, prêt à nous déchiqueter ?

De virage en virage

          Mais ce n' est pas cela qui nous effraie, nous poursuivons avec un courage hors du commun. La rue est devenue une ruelle tortueuse car un nouveau virage s' amorce rapidement.

De virage en virage

          Dans un angle, une maison un peu de guingois, mais assez avenante avec son balcon de bois bleu délavé et son rosier fleuri.

De virage en virage

          La ruelle devient de plus en plus étroite; où allons-nous arriver ? Animées d' une détermination sans faille nous poursuivons notre chemin, et, soudain......... nous butons contre un mur de végétation, la ruelle ne va pas plus loin. Il y a bien un petit portail........mais nous ne voulons pas être indiscrètes et violer la propriété d' autrui. Alors, nous nous rendons à l' évidence : Terminus.

De virage en virage

          Finalement, la balade en ce labyrinthe a été courte mais agréable, et nous n' avons pas vu le Minotaure. Peut-être faisait-il la sieste ?

          Quand à nous, cap sur la place de l' église où quelques statues nous attendent.

Voir les commentaires

2016-12-06T10:05:32+01:00

Publié depuis Overblog

Publié par divagations-et-balades

          Ma soeur, pilier de télévision, regarde régulièrement une émission nommée : " 4 mariages pour 1 lune de miel ". Un jour, passant par le salon, je vis une église assez jolie dans un village qui, lui aussi, paraissait charmant.

          L' envie d' y aller me prit aussitôt, et encore plus quand j' appris son nom : Saint Pantaléon. Il m' évoqua de suite la Comedia dell' Arte; en tout cas, c' est à cause de lui que je pris la route pour la Corrèze.

          Donc, l' amie blogueuse et moi, après Saint Augustin et l' escale auprès du lac de Meyrignac, mimes, nous fiant au GPS, le cap vers cette banlieue de Brive la Gaillarde.

          Saint Pantaléon est lové dans une boucle de la Vézère après son confluent avec la Corrèze. La voiture garée, il nous fut facile de trouver l' église.

          Celle-ci est située sur une place carrée bordée de vieilles maisons de grès rouge, et plantée de tant d' arbres que photographier la façade était quasiment impossible. 

          Bâtie au XIIème siècle, elle fut remaniée aux XIVème et XVème.

          Son porche transition est surmonté par un auvent supporté par trois colonnes; et sur la droite, ce qui me fait penser à un four à pain communal, mais bien sûr ce ne doit pas être ça.

          Pour une fois, l' église n' est pas fermée et les cloches y sonnent peut-être encore. Mais c' est sans doute ce panneau qui en garantit l' ouverture :

          Nous entrons. L' intérieur est simple et assez dépouillé. Voilà donc l' endroit où l' un des couples de la télé avait célébré son mariage.

          Curieusement, les pierres la constituant sont rouges à l' extérieur et grises à l' intérieur. De grands lustres circulaires, de couleur bizarre, paraissent presque disproportionnés.

          En fait, je les trouve assez laids.          

          De chaque côté de la nef, une petite chapelle, dont l' une présente un arc roman assez pur,

         L' autre, un peu indécise, entre roman et gothique timide.      

          Près de l' entrée, un escalier de bois donne accès à un balcon où je m' attendais à trouver au moins, un harmonium.

          Quelques belles statues, mais de Saint Pantaléon......point.

          J' admire quand même la belle envolée des arcs à partir du mur dont j' aime beaucoup les pierres irrégulières qui, à cet endroit, ont un vague reflet rose.

          D' énigmatiques visages en décorent la base.

          Nous ressortons sur la place; face à nous, une petite rue bordée de maisons rouges, oblique très vite comme pour nous inviter à aller voir ce qui se cache après le virage.

          Nous ne nous faisons pas prier et, hop...........nous voilà parties vers l' inconnu.........

Voir les commentaires

2016-12-04T11:05:14+01:00

La pensée du dimanche 04/12

Publié par divagations-et-balades

          Je vous présente SUN TZU :

Statue de Sun Tzu à Yorihama, Tottori, Japon (Wikipedia)

Statue de Sun Tzu à Yorihama, Tottori, Japon (Wikipedia)

          Il était un général chinois qui vivait au VIème siècle avant J.C. Il était renommé pour être un fin stratège, pensant que l' objectif de la guerre était de contraindre l' ennemi à abandonner la lutte, y compris sans combat, grâce à la ruse, l' espionnage et l' adaptation à la stratégie de l' adversaire. En somme, une façon de résoudre les conflits.

          Il avait théorisé ses idées dans un ouvrage : L' art de la guerre. Il parait que Mao Tse Toung s' en serait inspiré.

          Mais il n' est peut-être pas le seul, bien que j' ignore si le personnage auquel je pense a lu SUN TZU; je ne l' ai pas lu non plus, mais je suis tombée sur une phrase de ce philosophe militaire qui me semble d' actualité et pouvoir s' appliquer à l' individu en question, vis à vis duquel j' éprouve une grande méfiance.

          Voici ladite phrase :

     " Si vous êtes inférieur en tous points, soyez capable de vous dérober ".

          Alors, le retrait de notre futur ex-président de la République : vraie fuite devant l' humiliation probable, ou stratégie de grand manipulateur ?

          Après tout, on peut reconnaître que c 'est assez malin, car, ouvrant ainsi la porte de la candidature à son Premier Ministre, celui-ci, qui en meurt d' envie, va être obligé de défendre son bilan et par là.......de chanter ses louanges !

          Et ce retrait semant le chaos dans son parti, n' apparaîtrait-il pas comme celui qui pourrait le sauver ?

         Tortueux, je sais, mais ne dit-on pas " comme on connait ses saints, on les honore " ?

Image Web

Image Web

Voir les commentaires

2016-12-02T06:31:00+01:00

L' étang de Meyrignac

Publié par divagations-et-balades

          Après ce pantagruélique repas à Saint Augustin, nous sommes revenues vers Corrèze, et, chemin faisant, nous sommes passées près de l' étang de Meyrignac.

L' étang de Meyrignac

          Il s' agit d' un étang romantique, entouré d' arbres aux essences variées, et qui jouxte un domaine de vacances dont il est sans doute un des principaux attraits.

         Le ciel bas et chargé de cette journée lui donne un aspect un peu mélancolique.

L' étang de Meyrignac

          Je vadrouille un peu le long de ses rives, à l' affût d' un signe de vie, mais, contrairement aux lacs de chez moi, pas un oiseau aquatique, pas un cygne y voguant avec majesté; même pas un ragondin à débusquer dans le fouillis végétal de ses bords.

          Cet étang est immobile, serti dans sa ceinture d' arbres dont le vert, en ce jour gris d' octobre, allume des éclats roux.

          C' est un étang pour rêverie de promeneur solitaire.

L' étang de Meyrignac

          Nous nous sentons presque confuses de venir troubler sa sérénité.

          Nous partons donc, d' autant que nous avons des visites à faire, des villages à explorer, et que l' après-midi est bien avancée.

          Alors nous remontons en voiture, et cap sur les prochaines découvertes.

Voir les commentaires

2016-11-30T11:04:12+01:00

Réflexion du mercredi

Publié par divagations-et-balades

          Aujourd'hui, c' est mercredi, l' équivalent du jeudi de mon enfance. J' aimais mieux le jeudi qui contient le mot " jeu ".

          Un jour, il n' y a pas si longtemps, au temps heureux où j' exerçais encore mon métier, j' ai reçu en consultation une dame accompagnée de sa fille de treize ans.

          Celle-ci arborait une moue boudeuse. Sa mère, que je sentais exaspérée, me raconta alors qu' elle ne savait plus quoi faire avec sa fille, qui n' était jamais contente, et qu' elle soupçonnait même de dépression. (Objet de la consultation).

          Pourtant, me dit-elle, je fais tout ce que je peux pour l' occuper et qu' elle ne s' ennuie pas. (Nous étions en période de petites vacances). Et elle me fit la liste des activités qu' elle avait planifiées, (vilain mot), pour le quotidien de la gamine.

          Celle-ci était soumise à un enchaînement ininterrompu de cours de tennis, suivi de cours d'équitation, puis de cours de danse, de piano...... De quoi en perdre le souffle.

          Et cette ingrate lui faisait la tête !

          Je posais alors une question à la mère, avant de l' expédier dans la salle d' attente pour que je puisse discuter avec sa fille : " Et quand voit-elle ses ami(e)s ? Où sont ses moments de liberté ? ".

          Elle me regarda, interloquée et l' air un peu fâché. Le visage de sa fille s' éclaira.

          Je passe la suite; mais, si je raconte ce cas vécu, c' est que je viens de lire un article d' un nommé Bernard Leconte, dont mon récit est une illustration. Cet article a les couleurs de mon enfance d' après-guerre, et le gris des enfances actuelles.

          Je ne résiste pas, le voici :

          " L' ENNUI C'EST FINI

          Autrefois, les enfants s' ennuyaient. Il n'y avait que très peu de distractions, d' activités; les merveilles de la technologie leur manquaient terriblement. Ils étaient forcés d' inventer des jeux. Cela développait leur imagination. Ils devenaient rêveurs, mélancoliques, délirants, brindezingues. Pour ces jeux grossiers, ils utilisaient des bouts de bois et pensaient que c' étaient des épées, des bouts de drap et pensaient que c' étaient des tuniques. Ces pauvres déchets leur suffisaient, ils ne faisaient pas marcher le commerce. Ils restaient parfois des heures entre eux, le soir, à la lueur des réverbères, à bavarder, projeter de nouveaux jeux, dans une exaltation primitive et incontrôlée. Ils devenaient dangereusement inventifs.

          Parfois, ils étaient seuls, ils se mettaient à lire. A cause d' une méthode ennuyeuse de lecture appelée " syllabique ", ils avaient vite appris; très tôt, ils dévoraient des livres. C' était une activité solitaire, cultivant le repli sur soi; ils devenaient asociaux, contemplatifs, vieux avant l' âge. Ils acquéraient du vocabulaire. Il leur arrivait de recourir aux dictionnaires, ils avaient des exigences de précision. Ils devenaient tatillons. A cause de cet abus de lectures,ils attrapaient parfois des idées curieuses, ils en discutaient avec leurs petits camarades et même, parfois, avec leurs instituteurs, qui portaient des blouses grises, ils devenaient ergoteurs. Au lieu de se dépenser joyeusement comme on doit le faire à leur âge, ils avaient une vie intérieure rancie. A quinze ans, c' était foutu, c' étaient déjà de vieux cons.

          Aujourd'hui, plus une minute à perdre. A l' école, c' est trépidant, tout est ludique. On mélange toutes les matières pour que ce soit plus jouissif, le prof s' efforce d' être rigolo. Quand ce n' est pas l' école, il y a les activités, sportives de préférence, mais on peut aussi faire du théâtre, du découpage, du coloriage, du bilinguisme, de la créativité organisée......

          On ne voit plus le temps passer. Derrière vous, des moniteurs, des tuteurs, des coaches, qui vous expliquent, vous disent comment faire, vous rabrouent si vous faites des écarts, si vous vous mettez à rêver. On apprend par exemple le tennis, sérieux comme des petits papes. Et puis il y a le smartphone, les jeux vidéos, la télé, les Pokémons. Sur les réseaux, on " tchatche ", on se fait des amis, beaucoup d' amis, des tas d' amis, on consomme des amis à grande vitesse. Et voilà, tout fabriqué, un gars ou une fille sain ou saine, social, ce qu' il y a de plus social, ouvert, qui a dans la tête toutes les idées qu' il faut avoir, pas trop, pas plus, pas d' encombrement et de coupage des cheveux en quatre, le cerveau bien aéré. ".

Bernard Leconte

          Merci à mes parents de m' avoir offert cette enfance colorée, libre et imaginative.

          Je ne voudrais pas être enfant maintenant, même si ça me redonnait la jeunesse de l' état civil, parce que l' autre, la vraie, elle est restée tapie au fond de moi, toujours capable d' être brindezingue. Ouf !

Réflexion du mercredi

Voir les commentaires

2016-11-29T10:33:22+01:00

Et l' aventure commence ........

Publié par divagations-et-balades

          ....Par une visite à Saint Augustin. Non, pas à Hippone, et nous ne sommes pas en pleine crise théologico-philosophique, mais nous allons à sept ou huit kilomètres de Corrèze, dans un petit bled qui se nomme ainsi.

          Il y a, parait-il, une église intéressante.

Et l' aventure commence ........

          Elle est trapue, avec un chapeau pointu, faite de gros moellons, et possède un porche roman beau dans sa simplicité.

Et l' aventure commence ........

          Malheureusement, comme la plupart des édifices religieux maintenant, elle est fermée. Le clocher lui-même a fermé ses paupières.

Et l' aventure commence ........

         En bordure de la place, quelques maisons anciennes,

Et l' aventure commence ........
Et l' aventure commence ........

          Elles font le charme de ce village. Mais l' heure avancée débordant sur l' après-midi, nous rappelle que nous avons faim. Justement, le restaurant Saint Augustin nous fait un clin d' oeil à travers les magnifiques arbres de la place.

Et l' aventure commence ........

          Nous nous dirigeons vers lui, et..........c' est là que l' aventure commence.

          Nous sommes accueillies assez fraîchement. Bon, c' est vrai, l' heure normale est dépassée. Il y a quand même un plat de viande avec des pâtes. L' amie blogueuse le commande. Moi, je n' aime pas la viande, alors je demande les pâtes seules. Air pincé du patron.

          Après une attente assez brève, nous sommes servies. C' est tellement à la limite du mangeable que............nous laissons tout dans l' assiette. Les spaghettis sont servis sans aucun assaisonnement, ni beurre, ni fromage; ils sont à moitié froids, caoutchouteux.

          Comment arrive-t-on à rater un plat de pâtes et le faire si mauvais ? Ma compagne de gastronomie me dit : " les pâtes sont cuites au micro-ondes ". Je pense qu' elle a raison.

          Ainsi se passe le premier repas de notre balade corrézienne. On a encore faim, mais le fou-rire nous prend. Cela commence bien ! mais même si notre virée n' a pas un but gastronomique, nous décidons de nous rattraper le soir.

          Voire !!!!!

(à suivre) 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog