Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

afrique

2012-09-01T07:01:00+02:00

Enfants d' Afrique

Publié par divagations-et-balades

 

 

          En farfouillant dans le fatras de la maison, j' ai retrouvé des photos du Niger et du Sénégal, et, en particulier, des photos de ces enfants que l' on rencontre dans les villages de ces pays.

Je vous laisse faire leur connaissance, ceux du Niger d' abord, car il est normal de commencer par qui nous salue.

000004.JPG

000033.JPG

000044.JPG

Comme tous les enfants du monde, ils sont avant tout, des petits curieux;

000066.JPG

000050.JPG

Les petites filles, moins chanceuses, quittent très tôt le temps insouciant de l' enfance;

000052

On marie les filles de bonne heure, en Afrique, et il faut, très tôt, les préparer à une vie d' adulte.

Voir les commentaires

2012-07-11T07:52:00+02:00

Kilimandjaro

Publié par divagations-et-balades

link   link

 

 

          Une année, lassés de l' Afrique du Nord et de l' Afrique occidentale, et ayant très envie de voir " les animaux sauvages ", nous avons décidé de passer à l' est et avons mis le cap sur le Kenya.

Top-001.jpg

Installés un peu au nord de Mombasa, sur les bords d' une plage paradisiaque,

Top-003-copie-2.jpg

nous décidons d' échanger les eaux claires et chaudes de l' océan Indien, pour l' ocre doré de la savane.

Top-004-copie-2.jpg

Nous allons à Mombasa, vers l' agence " Safari " d' une dame indienne charmante, dont le mari nous sera plus tard d' un grand secours, mais nous ne le savons pas encore.

Nous y louons les services d' un guide qui, très vite, nous emmène loin du monde des hommes. Nous partons vers le Tsavo et l' Amboseli, deux réserves fameuses d' animaux. Nous roulons vers l' Amboseli, par laquelle nous commençons notre " safari " et le lodge qui doit nous accueillir pour la nuit.

Le jour semble s' estomper dans un halo rose, et soudain, nous la voyons, la montagne mythique du Kenya : le Kilimandjaro. En reprenant la photo, j' ai pensé à cette chanson de Pascal Danel dont je n' ai pu m' empêcher d' inscrire quelques vers sur elle.

Top-002-copie-2.jpg

Elle est là, devant nous, régnant sur Kenya et Tanzanie du haut de ses cinq mille huit cent quatre vingt treize mètres, le toit de l' Afrique, avec ses neiges éternelles qui peuvent parfois descendre jusqu' à mille cents ou mille deux cents mètres. Elle est la providence des Masaï qui ont besoin de ses flancs pour faire paître leurs troupeaux.

Il y a, parait' il, un lac glaciaire au sommet, occupant sans doute le cratère de l' ancien volcan qu' elle fut, aux eaux très limpides et où subsiste un petit monde animal, survivant de cette époque géologique révolue.

La littérature s' est emparée de cette montagne mythique, dont l' Antiquité parlait comme d' un rêve improbable, que la Renaissance avait fantasmé, l' assimilant à l' Eldorado, et qui se situe dans cette région du Grand Rift où naquit l' Humanité.

Hemingway l' a magnifiée: "......vaste comme le monde, immense, haut, et incroyablement blanc dans le soleil......." ( Les Neiges du Kilimandjaro - 1936 ). On retrouve à peu près la même image dans " Le Lion " de Kessel. En musique, Michel Sardou fait rimer Kilimandjaro et Eldorado et Carlos Santana a écrit un morceau instrumental : Tales of Kilimandjaro.

C' est une montagne-mystère, là, entre ciel et savane torride, toujours environnée de nuages qui la rendent plus mystérieuse encore.

(la carte du Kenya est extraite du livre Afrique Noire, édition Odé 1952).

Voir les commentaires

2012-07-09T07:25:00+02:00

Une reine éternelle

Publié par divagations-et-balades

link  link

 

 

          La rencontre de cette femme targuia revenant de la corvée du bois, mais juchée sur un âne,

Top-024-copie-2.jpg

me ramène aussitôt vers le pays des légendes, vers ce grand vide du pays de la Soif, par lequel, ses frères et elle, sont venus habiter ce nord du Niger, entre Arlit et Agadès

Top-027.jpg

Connait' elle le pays Abalessa où cirtcuelnt peut-être encore des caravanes fantomatiques ?

Top-026-copie-1.jpg

Connait' elle Tin-Hinan, venue du pays des Berabers ? Elle montait une superbe chamelle blanche, suivie de sa fidèle servante et de quelques esclaves.

Top-8

Il me semble voir sa caravane, avancer comme dans un rêve sur les pistes du Grand Reg.

300px-Caravane de Méharis dans le Hoggar-copie-1

Elle allait vers le Hoggar.

Mais, la route est longue, les provisions diminuaient, et un jour, furent taries. La vie de la caravane était menacée. Mais un soir, alors que son méhari baraquait, la servante vit bouger le sable. Elle fouilla, et découvrit une termitière dans laquelle les insectes avaient stocké des grains. C' est ainsi que la caravane put continuer sa route. Tin-Hinan, en reconnaissance, décida que cet endroit serait la base de son nouveau royaume. c' est de sa lignée que naquirent les Touareg. Après sa mort, chaque Targui qui passait à côté de son tombeau, y déposait une pierre. Ce tas de cailloux finit par atteindre trente mètres de haut, et dissimula le tumulus qui s' élevait à quatre mètres de hauteur, pour un diamètre d' environ vingt cinq mètres.

Dans son ouvrage : " le mystère du Sahara et des hommes bleus ", Elizabeth Kalta raconte qu' en mil neuf cent vingt cinq, Maurice Reygasse, directeur du Musée de la Préhistoire du Bardo à Alger, sut convaincre les Touareg de fouiller le tumulus funéraire de Tin-Hinan. Après avoir traversé plusieurs salles sans intérêt, il eut, avec son équipe, la surprise de trouver, dans une petite salle, un squelette entouré d' unje multitude d' objets. La tête était ornée de plumes d' autruche, le corps vêtu d' une robe de cuir et ses bras garnis de magnifiques bracelets d' or et d' argent. Pour M. Reygasse, il n' y avait aucun doute : il était en présence du corps de la reine Tin-Hinan. Pour les historiens, une statuette trouvée auprès du corps, est de type aurignacien, ce qui fait remonter à peu près à l' époque où un cataclysme mit fin à la civilisation atlante. Pierre Benoît s' est emparée de Tin-Hinan pour en faire Antinéa, héroïne de son livre : l' Atlantide.,

Les Touareg se nomment " Imajaghan " qui signifie " noble et libre ". Si vous croisez une de leurs tentes, ils vous inviteront à boire les trois veres de thé traditionnels qu' il est impoli de refuser. Ils vous diront que le premier verre de thé est amer comme la mort, le second, doux comme la vie, et le troisième, sucré comme l' amour.

Et pendant ce temps, leurs femmes continueront à faire la corvée du bois, juchées sur un âne.

Top-025-copie-1

Ces petits ânes d' Afrique, pour lesquels j' ai toujours éprouvé tendresse et compassion.

A plus tard............

(dessin extrait du livre "Afrique Noire", édition Odé 1952)

Voir les commentaires

2012-07-08T07:46:00+02:00

L' eau, le mil, le bois

Publié par divagations-et-balades

Un village africain

 

 

          La vie, dans un village coincé entre fleuve et désert, dépend de trois impératifs : l' eau, l' aliment et le bois pour faire le feu pour le cuire. tous les trois sont assurés par les femmes du village.

L' eau : il faut, parfois, aller la chercher très loin, et il n' est pas rare de rencontrer, marchant au bord de la piste, une femme portant une calebasse sur la tête, revenant d' un invisible puits.

Top-018.jpg

Top-019.jpg

L' eau est plus précieuse que l' or dans cette Afrique saharienne et subsaharienne. Bien sûr, il y a Sa Majesté le Fleuve, mais la pureté de son eau n' est pas garantie, alors.........mieux vaut ne pas en boire.

L' aliment : il y a le produit de la pêche, et celui de la chasse, mais ce sont là travaux d' homme. Les femmes s' occupent de l' aliment traditionnel de base : le mil. Il s' agit d' une espèce de millet, céréale cultivée dans toute l' Afrique subsaharienne, appelée parfois sorgho, quand elle est à gros grains, mais qui, en réalité est une autre céréale.

250px-Sorghum_bicolor03.jpg

dans le village, généralement au milieu de la place centrale, des femmes se réunissent autour d' une énorme calebasse, et, munies de gros bâtons, pilent le mil selon un rituel entrecoupé de rires et de bavardages.

Top-020.jpg

Parfois, c' est seule devant sa case qu' elle pile le mil familial.

Top-021-copie-2.jpg

Le bois: quand on a un peu de chance, il y en a tout près du village;

Top-022.jpg

mais le plus souvent, comme pour l' eau, il faut marcher le long de la piste pour aller le quérir quelquefois très loin, et le ramener en gros fagots sur la tête.

Top-023-copie-2.jpg

Il n' est pas étonnant que ces femmes aient un port de reine.

Parfois, il faut même traverser le fleuve.

Ainsi va, ( allait ? ) la vie ordinaire de ces femmes de ce coin du Niger.

A plus tard ............

 

( la photo du sorgho vient de Wikipedia, le dessin du livre " l' Afrique Noire " éditions Odé 1952 )

Voir les commentaires

2012-07-07T13:40:00+02:00

Un village africain

Publié par divagations-et-balades

Le Dieu-Fleuve

 

 

          Nous nous étions rendus dans un village nigérien, au bord du grand fleuve; c' était un village fait de cases rondes, pour la plupart, ou carrées.

Top-014.jpg

Je me demandais qui, encore, dans ce Niger qui se modernisait, connaissait l' histoire de Daura, la grande cité florissante du XIème siècle. Neuf reines avaient précédé Daourma, la reine mythique, qui régnait au temps où un monstre affreux menaçait la ville. Celui-ci fut tué par un Blanc venu du nord. Il épousa la reine et ils eurent sept filles, qui devinrent les reines des sept états Haoussa. Au XVème siècle, une autre reine mythique, Amina, soumit les royaumes du sud, mais son empire finit par tomber aux mains des nouveaux maîtres : les Toucouleurs, qui islamisèrent le pays.

Ce village était très animé; on palabrait un peu partout, et on rencontrait même des Touaregs, venus commercer aux pas lents de leurs dromadaires.

Top-015.jpg

On pouvait aussi apprécier la beauté de ces femmes africaines,

Top-016-copie-1.jpg

en tenue simple dans le village, ou parées pour quelque fête;

Top-017-copie-1.jpg

Ces femmes n' avaient pas la vie très facile dans ces villages, les hommes non plus d' ailleurs; mais il y régnait une sorte de joie de vivre, d' insouciance et de gaîté communicative, que l' on captait très aisément. Le temps n' était pas haché en minutes et secondes comme notre temps occidental, qui fuit de plus en plus vite.

Qu' en est' il aujourd' hui ?

Si parmi vous, certains sont allés au Niger récemment, j' aimerais connaitre leur perception de ce pays. La mienne s' est peut-être " romantisée " avec le temps !

Top-013-copie-2.jpg

A bientôt............pour une suite africaine.

(dessin et histoire de Daura sont extraits du livre " Afrique Noire ", édition Odé, 1952).

Voir les commentaires

2012-07-06T17:59:00+02:00

Ingratitude (encore)

Publié par divagations-et-balades

Le marché de Niamey

 

 

          Cet après-midi, en repensant à mon article sur le marché de Niamey, j' ai soudain éprouvé un vague malaise, comme une culpabilité timide et ténue; qu' est-ce qui m' arrive !!! Et soudain, j' ai compris, je n' ai même pas montré ce plat-parapluie qui m' a évitée d' être mouillée comme une poule à Marseille. Hop ! avant de partir, un bond vers l' appareil photos, et vite, j' ai réparé l' oubli.

Donc, voilà le héros :

P7054079.JPG

vraiment destiné à être mouillé dès qu' il met le nez dehors, car je l' ai posé sur la table bleue qui garde encore les traces du dernier ( ? ) et récent orage que nous venons d' avoir, et qui se trouve dans la petite maison de thé que nous nous installons dans le jardin de l' ouest. De guingois, car le terrain est .....ondulé.

P7034071.JPG

Voilà donc réparée l' injustice, que dis-je, l' outrage, fait à ce pauvre émigré malgré lui.

Je vais pouvoir passer une soirée tranquille !!!!

A demain.....

Voir les commentaires

2012-07-05T07:56:00+02:00

Le Dieu-Fleuve

Publié par divagations-et-balades

link  link

 

 

          Le Niger est un pays mouvant, un désert  sous un ciel de plomb, traversé par un fleuve de plomb. De tous les pays d' Afrique Noire,( est-ce que ça se dit encore ?), que j' ai eu la chance de visiter, c' est celui que j' ai le plus aimé. Il y a les hommes du désert, et les hommes du fleuve. Le monde du grand silence, et celui où la vie chante et vibre au bord du fleuve.

Top-008-copie-2.jpg

Bien des histoires couraient sur ces glorieuses pêches, que les hommes pouvaient faire au temps où le Dieu-Fleuve, qui habitait dans une île, ne les avait pas encore abandonnés. En ce temps-là, ils pouvaient prendre à la main, le poisson que le dieu leur donnait. Mais, jamais contents, les hommes ont lassé le Dieu-Fleuve avec leurs récriminations, et il est parti, son harpon d' or à la main, sur sa barque de boue et de roseaux. Avant de partir, cependant, il a multplié les poissons dans le fleuve. Dès lors, les hommes durent pêcher au harpon, pour assurer leur subsistance. Rendons grâce au Dieu-Fleuve qui a multiplié le délicieux poisson-capitaine.

Top-009-copie-3

Les femmes se donnent rendez-vous au bord du Niger pour y faire lessive et vaisselle. Et aussi, d' interminables bavardages. Mais gare aux hippopotames qui ne sont pas toujours très avenants.

Top-010-copie-3.jpg

Le fleuve est aussi une grande voie de communication, et lors du grand marché d' Ayorou, pas loin de la frontière malienne, beaucoup viennent en pirogue, même du Mali voisin. Est-ce encore le cas ?

Top-011-copie-1.jpg

Le fleuve va poursuivre sa route liquide vers la grande mer, loin au sud. En cours de route, sa boucle s' inscrit dans des méandres et des marigots, et forme un " W " où se situe un parc national, à cheval sur trois pays : le Niger, le Bénin et le Burkina Faso. Au temps où je suis allée les visiter, ces deux derniers se nommaient encore Dahomey et Haute Volta.

Les temps changent, les hommes aussi, sans doute. Font' ils encore ces grandes fêtes si colorées pour célébrer la fin du ramadan ?

Top-007-copie-3.jpg

(dessin extrait du livre " L' Afrique Noire ", éditions Odé, 1952)

Voir les commentaires

2012-07-04T09:07:00+02:00

Le marché de Niamey

Publié par divagations-et-balades

link  link

 

 

          J' aime beaucoup les marchés, et surtout les marchés africains qui grouillent d' une vie colorée, vibrante et nonchalante à la fois. Nous étions à Niamey dans les années soixante dix. Les Nigériens étaient en train de goudronner la première rue de la capitale, les ânes jouaient encore les éboueurs. On avait beaucoup aimé ce Niger authentique où l' on pouvait se promener partout en toute sécurité.

Top-002-copie-1.jpg

Top-copie-1.jpg

Top-001-copie-1.jpg

On y trouve de tout, même le plus hétéroclite;

Top-003-copie-1.jpg

dans des stands improvisés,

Top-004-copie-1.jpg

ou à même le sol; On y palabre;

Top-006.jpg

Mais mon endroit préféré, c' est le marché aux bassines et autres ustensiles de cuisine en émail coloré. J' y avais acheté un grand plat qui m' a servi de ........parapluie. Nous étions descendu d' avion à l' escale de Marseille pour prendre la correspondance pour Bordeaux. Il tombait une pluie diluvienne. Il n' y avait pas de passerelle entre l' avion et l' aérogare, et ce plat m' a bien protégée de cette pluie dont les gouttes tambourinaient sur le métal. Depuis il a des fonctions plus nobles et sert de plat pour confectionner le couscous. C' est pratique pour rouler les graines.

Top-005.jpg

Je vous souhaite un bon marché !!!!

Voir les commentaires

2012-03-14T07:35:00+01:00

Le Grand Sud

Publié par divagations-et-balades

link

link

 

 

 

          Nous étions à Douz, dans le Nefzaoua, cette région, qui, au sud du Chott El Djerid, s' ouvre largement sur le Grand Erg Oriental. A cette époque, on pouvait encore, sans risque, aller se balader dans le désert, et j' ai eu la chance de pouvoir en profiter. Douz, en ce temps-là, était à l' écart de tout. Il n' y avait pratiquement pas de touristes, et d' ailleurs, pour les recevoir, seule une sorte de tunnel en béton, dans lequel se trouvaient en enfilade trois ou quatre lits, tenait lieu d' hôtel. Pas de route, une simple piste cahotique, les voitures ne pouvaient pas s' y aventurer, seul, un antique autobus faisait le trajet, une fois par jour dans chaque sens, et mettait quatre heures pour franchir les ..........vingt cinq kilomètres qui nous séparaient de Kébili, où nous avions abandonné notre voiture. La vie y était quasi biblique, la végétation un peu étique, mais qui devenait luxuriante quand on approchait du point d' eau.

Top-5-copie-4.jpg

Top-6-copie-4.jpg

La tentation du désert, si proche, était grande, d' autant plus que nous avons toujours aimé les déserts, pays de rêve d' infini qui ressemblent au matin du monde. Et nous avons eu de la chance, on nous a proposé une balade de trois jours à dos de dromadaire, vers ce désert qui nous tendait les bras.

C' était le mois d' août, et à Douz il faisait quarante huit degés à l' ombre. Nous nous déplacions de bonne heure le matin, et en fin d' après-midi, quand le soleil descendait pour plonger dans un océan lointain, et laissait couler l' or fondu de ses rayons sur le sable.

Top-2-copie-7.jpg

Le désert n' est pas vide De temps en temps, une raïma de nomades, quelques koubas abritant le souvenir de saints Marabouts.

Top-9-copie-1.jpg

Une minuscule oasis perdue, où l' on repense à Frison-Roche et à nos lectures d' enfance.

Top-8-copie-1.jpg

Top-7-copie-3.jpg

Et, plus loin, le rêve obsessionnel de tout chamelier saharien : le point d' eau. Et sans doute aussi des dromadaires, car soudain, surgis de nulle part, des centaines d' animaux s' y pressent et refont leurs réserves.

Top-10.jpg

Top-14.jpg

La chaleur exalte les odeurs. La nuit les glace. Ce n' était pas ma première escapade dans le désert, et je savais que, même au mois d' août, la température nocturne peut chuter parfois jusqu' à zéro. Et la nuit, les djennoun, ces diables du désert, rôdent avec leurs sacs pleins de maléfices. Chitan, lui-même, vient parfois se promener là, en quête d' une âme perdue à ramasser. Puis, nous prenons le chemin du retour, et retrouvons l' oasis, sa vie paisible autour de son point d' eau.Top-1-copie-5.jpg

Top-4-copie-6.jpg

 

Top-17.jpg

La luxuriance de sa végétation.

Top-18.jpg

La balade va se terminer auprès de ce ruisseau de vie, qui traverse l' oasis avant d' aller se perdre dans l' inconnu d' où il a surgi.

Top-16

Merci de votre visite. Un petit mot ?

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog