Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #bordeaux catégorie

2017-01-05T10:55:55+01:00

L' Homme à la redingote noire

Publié par divagations-et-balades

          Mais comment ai-je pu l' oublier ? Il fait partie de la promenade du premier samedi.

          Sortant du vieux Bordeaux par la rue Sainte Catherine, nous sommes allés sur la Promenade éponyme. Sur la galerie supérieure, il y avait un homme en redingote noire qui, de loin, semblait agiter des bâtons en l' air.

         Arrivant du Moyen-Âge, j' ai aussitôt pensé à un bateleur. Je ne me trompais pas.

L' Homme à la redingote noire

          Cet homme est un faiseur de rêves. Il crée ces grosses bulles roses, bleues, qui s' envolent vers le ciel, et les enfants qui les regardent essaient de les attraper pour y accrocher leurs rêves, avant qu' elles ne disparaissent dans les espaces galactiques.

L' Homme à la redingote noire

          Les badauds, voyant cela, s' arrêtent et regardent, et, que se passe t-il ? Les bulles colorées soudain se multiplient, s' étirent, se déforment. Par le pouvoir magique du Bateleur, les adultes ont retrouvé leur âme d' enfant, et eux aussi, veulent accrocher leurs rêves.

L' Homme à la redingote noire

          Le Bateleur est heureux sous son air impassible; les bulles ont pris leur envol et vont porter ces rêves vers ces contrées inconnues, où le Grand Magicien maître des Mondes, a le pouvoir de les rendre vivants.

L' Homme à la redingote noire

          Alors, une soudaine allégresse se met à flotter sur la Promenade. De la musique et des chants s' élèvent. Que se passe t-il ? Nous regardons en bas, sur la place......... des couples s' y forment et tourbillonnent gaiement.

L' Homme à la redingote noire
L' Homme à la redingote noire

          Des fourmis commencent à envahir mes jambes......L' ami retrouvé s' en aperçoit, et, me connaissant, a peur que je l' entraîne sur la piste improvisée. Alors, il se plaint : " J' ai faim........Et si on allait diner chez ton frère !!! ".

          Et nous partons tandis qu' un ballon, jaloux, s' est échappé pour essayer de rattraper les bulles.

L' Homme à la redingote noire

         Ainsi se termine un samedi ordinaire à Bordeaux.

Voir les commentaires

2017-01-03T19:22:18+01:00

Samedis à Bordeaux (1)

Publié par divagations-et-balades

          Ce n' est pas si souvent que je quitte mes arbres, qu' un vent salé fait frissonner, les chants des oiseaux qui y vivent, et les crépuscules bleu et or pour aller me balader à Bordeaux. Pourtant, j' aime cette ville dans sa magnificence. Mais dernièrement, j' y suis allée à deux reprises, et les deux fois un samedi.

          La première fois, c' était il y a déjà quelques semaines, et un air d' été s' y attardait encore. Je faisais visiter la ville au vieil ami retrouvé.

          La fontaine des Trois Grâces coulait en rose. Nous étions encore dans le mois dédié à la lutte contre le cancer du sein.

Samedis à Bordeaux (1)
Samedis à Bordeaux (1)

          De là, nous sommes partis au XVème siècle, vers les vieilles rues du quartier Saint Pierre.

         On y voit de belles demeures avec leurs fenêtres à meneaux.

Samedis à Bordeaux (1)

         Des rues tranquilles, comme des déambulatoires;

Samedis à Bordeaux (1)

           L'angle des maisons révèle parfois quelques surprises; ainsi, à l' angle des rues du Cancera et des Bahutiers se trouve une petite statue de Saint Pierre dans une très ancienne niche.

Samedis à Bordeaux (1)

          Cette maison présente un autre intérêt : c' est là, qu' en mille huit cent quarante quatre mourut Flora Tristan. Elle vivait au XIXème siècle qui fut l' un des plus misogyne de l' Histoire. Le code Napoléon imposait aux femmes de très lourdes contraintes, et rares furent celles qui, à l' instar de Georges Sand, ont osé braver l' opinion pour affirmer leur indépendance et leur droit à l' autonomie. Flora Tristan fut de celles-là.

Wikipedia

Wikipedia

          D' origine franco-péruvienne, elle disait descendre de l' empereur Moctezuma II. C' est en voulant rejoindre le Pérou en passant par Bordeaux où elle devait embarquer, qu' elle contracta la typhoïde et mourut dans cette maison.

          Pionnière de la cause féministe, elle participa aussi à la lutte des classes aux côtés de Proudhon. Parmi ses descendants, son  petit-fils......Paul Gauguin.

          Mais revenons dans la rue du Cancera. Son nom n' a rien à voir avec le cancer.

          Au temps de Burdigala, cette rue bordait le port romain qu' elle surplombait. A l' entrée du port ou "cancellarius" - d' où après moult transformations elle tire son nom - se trouvait une grande statue de bronze représentant Hercule. Celle-ci, après quelques siècles passés à dormir dans la vase, fut retrouvée en mille huit cent trente deux, et se trouve au musée d' Aquitaine.

          Nous tombons tout à coup en arrêt devant une autre surprise : une maison, dont la porte et les fenêtres à moucharabieh, nous transportent sans coup férir vers l' Orient mystérieux.

Samedis à Bordeaux (1)
Samedis à Bordeaux (1)
Samedis à Bordeaux (1)

          Même si elle n' est pas la seule à Bordeaux à se donner une allure sarrazine, que fait-elle là ? Pour l' instant, je n' ai pas de réponse.

          Plus loin, isolé sur un pan de mur nu, un visage surgi de la pierre, tire la langue au passé négrier de la ville.

Samedis à Bordeaux (1)

          Cette promenade, dans le premier des deux samedis, va s' arrêter là.

         Je vous invite à me suivre pour la deuxième.........bientôt !

Voir les commentaires

2016-06-18T08:33:18+02:00

Maison insolite

Publié par divagations-et-balades

         Un jour, étant en avance au club de jazz, je me suis baladée dans le quartier en attendant l' heure. Le nez en l' air, un peu selon mon habitude quand je flâne.

         Bien m' en a pris, je suis tombée en arrêt devant une étrange maison, tout à fait surprenante dans ce quartier plutôt classique.

         J' ai eu vite fait de remarquer les étoiles de David qui ornaient les fenêtres mauresques, encadrées dans leur partie haute par des mosaïques colorées.

         La rue étant étroite, je manquais de recul pour photographier la maison entière. Qu' importe, l' originalité se trouvait là, à la partie supérieure.

N' oubliez pas le clic gauche pour agrandir la photo

N' oubliez pas le clic gauche pour agrandir la photo

         Je n' ai trouvé aucune indication sur l' origine de cette maison, ce qui fait que toutes les suppositions sont permises, et pourquoi ne serait-ce pas un de mes ancêtres sépharades qui l' aurait faite construire en y incluant un peu de la nostalgie de l' Andalousie perdue ?

         Peut-être irai-je un jour à la Synagogue pour me renseigner. Si je pouvais jeter un coup d' oeil dans les archives !!! Mais ne vaut-il pas mieux rêver ?

         J' aimerais bien voir l' intérieur. Peut-être qu' en demandant poliment on me laisserait entrer ? Qui sait ?

         Mais zut ! c' était l' heure............Je décidais de revenir. Les années ont passé et je ne l' ai pas fait; je ne sais même pas le nom de la rue, je ne l' avais pas regardé selon ma mauvaise habitude. ( C' est comme ça que parfois, je perds ma voiture !). Donc, je repartirai en exploration.

A bientôt !

Voir les commentaires

2016-03-17T06:04:29+01:00

Le bunker oublié

Publié par divagations-et-balades

         Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Bordeaux, de par sa facilité d' accès à l' océan Atlantique, était une importante base stratégique pour l' armée allemande.

         A l' automne mille neuf cent quarante trois, les quais et le port de la ville sont devenus une cible privilégiée pour l' aviation alliée, aussi, des abris anti-aériens fortifiés furent-ils construits en divers endroits de la ville et, en particulier, à proximité des quais.

         Un bunker particulièrement important fut construit place des Quinconces, presque à l' angle des quais. Il mesurait quatre vingt trois mètres carrés et deux mètres trente sous plafond. Il nécessita neuf cent quatre vingt treize mètres cubes de béton armé de soixante tonnes d' acier.

photo P. Zeboulon pour sud-ouest

photo P. Zeboulon pour sud-ouest

         L' intérieur était " tout confort ". Rien ne manquait : électricité, eau courante, chauffage par poêle, sanitaires, dortoir, salle de radio, le tout carrelé et lambrissé.

Photo P. Zeboulon pour sud-ouest

Photo P. Zeboulon pour sud-ouest

         En mille neuf cent quarante six, il y eut à Bordeaux, l' exposition coloniale. Le bunker fut alors dissimulé sous une construction temporaire. L' année suivante, il fut arasé à un mètre trente et recouvert de trente centimètres de terre argileuse et calcaire.

         Propriété de la ville de Bordeaux, il est un des rares vestiges militaires datant de l' Occupation.

         Trois autres bunkers, destinés à l' entreposage des munitions, s' élevaient à proximité de ce qui est aujourd'hui un parking pour autobus, allées de Bristol. Ils étaient reliés entre eux par des tranchées bétonnées et défendus par des chevaux de frises barbelés.

         Un grand blockhaus à double entrée, se trouvait, pour ceux qui connaissent Bordeaux, à l' emplacement des quais, face au cours Xavier Arnozan.

         De ces derniers, il n' y a plus aucune trace.

Voir les commentaires

2016-02-21T09:28:23+01:00

La chapelle oubliée

Publié par divagations-et-balades

         Dans les années mille huit cent soixante dix, un imposant bâtiment fut construit par l' architecte bordelais Adolphe Thiac, afin d' abriter l' Institution Impériale des Jeunes Sourdes de France. Il allait remplacer, au même endroit, l' école pour malentendants, créée en mille sept cent quatre vingt six par l' Abbé Sicard.

photo Sud-Ouest

photo Sud-Ouest

          L' empereur Napoléon III en avait posé la première pierre en avril mille huit cent soixante deux. Pourquoi un temps si long pour en achever la construction ?

photo Sud-Ouest

photo Sud-Ouest

         Cette institution comprenait également, une école pour sourds-muets.

         En mille neuf cent cinquante sept, cette école fut transférée en banlieue, et, c' est le Commissariat Central de Bordeaux, qui s' installa dans ce bâtiment et ses jardins.

          Du côté de l' entrée principale, un vaste vestibule néo-classique montre encore au plafond, sur les angles des panneaux muraux, des motifs de roses, emblème des jeunes filles.

photo Sud-Ouest

photo Sud-Ouest

         Puis, en deux mille trois, la police déménagea pour des bâtiments modernes et fonctionnels. En deux mille dix, le site fut inscrit aux Monuments Historiques.

         Et, il a été vendu à un promoteur, pour réhabilitation et nouveau changement d' affectation. Sous les voutes, il y aura une brasserie dans le prolongement d' un hôtel de luxe, des appartements, dont certains, spécialement équipés, et en mémoire des lieux, seront réservés à de jeunes sourds.

         Et c' est à ce moment que la surprise est intervenue. Les premiers coups de pioche ont mis au jour une ancienne chapelle, ses colonnes et ses rosaces. Celle-ci occupait le centre du bâtiment, et était éclairée par de vastes baies vitrées visibles depuis la cour intérieure sud.

photo Sud-Ouest

photo Sud-Ouest

         Cette chapelle avait été coupée en deux étages, lors de la transformation de l' école en commissariat.

         D' après le directeur du patrimoine local, les moulures de pierre de la baie évoquent l' architecture métallique avec ses rivets.

         Evidemment, ces vestiges seront conservés dans le cadre de la rénovation en cours. Les riverains y veilleront.

         Une image un peu abimée, permet de voir cette chapelle telle qu' elle était en mille huit cent soixante dix, avant son massacre par bétonnage.

photo Su-Ouest

photo Su-Ouest

Voir les commentaires

2016-01-13T10:42:24+01:00

Découverte nocturne

Publié par divagations-et-balades

         Il est rare que j' aille à Bordeaux, ce qui fait que j' y découvre des nouveautés presque à chacune de mes incursions dans cette ville que j' aime beaucoup pour sa beauté et son art de vivre.

         Cette fois, ce n' est pas seulement une boutique nouvelle que j' ai découverte, mais tout un ensemble : nouvelle rue, nouvelle place, nouveaux magasins. Et ceci en plein centre, parallèlement à la célèbre rue Sainte Catherine. 

         On accède à ce nouvel ensemble par une nouvelle voie;

 

Découverte nocturne

         Celle-ci débouche sur une galerie à ciel ouvert, surplombant une place carrée, curieusement en contrebas.

Découverte nocturne

         Un sapin de lumière y attend Noël cachant un second sapin fait de boules irisées; face à moi, un nouvel immeuble, lui aussi très lumineux, et qui intéresse petits et grands, le magasin " LEGO " paraît-il le plus grand de France.

Découverte nocturne
Découverte nocturne

         Cette galerie est bordée de boutiques, et je n' ai, bien sûr, pas pu m' empêcher d' aller roder dans l' une d' elles.

Découverte nocturne

         En bas, un lieu de convivialité. Les chaises et les tables, rouges ou bistres, les parasols verts d' un café.

Découverte nocturne

         Et même un taureau noir et blanc, que je découvre à l' instant, sur ma photo. J' ai l' air maligne !!!

Découverte nocturne

         Mais..... Que fait-il là ?

         A un autre angle, un " Starbucks " aligne aussi quelques tables.

Découverte nocturne

         Sur les deux niveaux, des boutiques cernent la place. Elles mériteront une petite exploration.......

Découverte nocturne

         Cet endroit n' est, paraît-il, pas terminé. Des arbres seront plantés, il y aura une fontaine, et, à ce moment-là, ce lieu méritera entièrement son nom de " Promenade Sainte Catherine ".

Projet publié

Projet publié

Voir les commentaires

2013-07-23T09:11:00+02:00

Le Palais Rohan

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Hier, lundi, nous sommes, ma soeur et moi, allées assister à la toujours émouvante cérémonie du souvenir des Déportés de la Seconde Guerre Mondiale. Ensuite, nous étions conviées à une petite réception sympathique dans les salons du palais Rohan, qui abrite la Mairie de Bordeaux.

1-IMG_8530.JPG

          Construit en mille sept cent soixante et onze pour l' archevêque Ferdinand Maximilien Mériadeck de Rohan, ce palais fut successivement : Tribunal révolutionnaire, Hôtel de la Préfecture, palais impérial de Napoléon 1er, château royal sous Louis XVIII, et enfin, Hôtel de Ville de Bordeaux en mille huit cent trente cinq.

1-IMG_8525.JPG

          Nous y entrons par la Cour d' Honneur, carrée, fermée côté rue, par un portique à arcades, avec, au centre, un portail monumental.

1-IMG_8521.JPG

          Devant la façade principale, deux têtes faites de grillage. Ce sont des sculptures de Jaume Plensa, artiste catalan, dont les oeuvres parsèment en ce moment la ville, et dont je reparlerai.

1-IMG_8498.JPG

          Cette réception m' a donnée l' occasion de rentrer dans certains des salons de l' Hôtel de Ville.

1-IMG_8506.JPG

          Les lambris, de style Louis XVI, aux boiseries de tilleul, sont décorés de motifs végétaux sculptés par Barthélémy Cabirol.

1-IMG_8507.JPG

1-IMG_8511.JPG

          Les lustres sont superbes;

1-IMG_8514-copie-1.JPG

1-IMG_8512.JPG

           La façade côté jardin est la réplique exacte de la façade côté Cour d' Honneur et rue.

           La vue sur les jardins se fait à travers de larges et hautes fenêtres;

1-IMG_8520.JPG

          Des engins de chantiers témoignent de travaux dans les deux ailes, dont on aperçoit l' une d' elles, et qui sont des musées.

1-IMG_8503.JPG

1-IMG_8505.JPG

          Je n' ai pas photographié les beaux portails en fer forgé bleu et or, à cause des engins qui les défiguraient.

          Aprés avoir sacrifié aux mondanités, ma soeur et moi sommes parties.

          Un petit coup d' oeil en face, au chantier de la Cathédrale, où les Compagnons de Saint Jacques rénovent la Porte Royale, une merveille que nous pourrons admirer dès le mois de septembre.

          je n' y manquerai pas.


Voir les commentaires

2013-04-28T15:47:00+02:00

Bordeaux St Jean : On regarde !

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

            Généralement, quand on va prendre un train, on est toujours plus ou moins pressé, le regard ne s' élève pas au-dessus des tableaux d' affichage, et on ne se rend pas compte combien une gare peut, parfois, être belle et non pas seulement fonctionnelle.

          Il en est ainsi pour moi de la gare principale de Bordeaux, que je n' avais jamais vraiment regardée. Il faut dire que je déteste le train, et que, si je ne pars pas en voiture, je prends l' avion, et j' adore ça.

          Mais hier, une idée m' a traversé l' esprit : " je vais aller voir la gare ". Et hop ! Aussitôt dit, aussitôt fait.

          La gare actuelle,

1-IMG_6376.JPG

                                                                               (côté départ)

a été construite par la compagnie du Midi, en mil huit cent cinquante cinq, en remplacement de la gare de Bordeaux-Ségur, datant de mil huit cent quarante et un, devenue caserne rue de Pessac.

1-IMG_6373.JPG

                                                                                  (côté arrivée) 

          Ces deux corps de bâtiment sont séparés par ce qui était autrefois l' Hôtel Terminus. C' est une belle bâtisse typique du XIXème siècle avec un balcon de pierre soutenu par deux Atlantes.

1-IMG 6374

          Il doit s' agir au moins pour le celui de gauche, d' Hermès, dieu des voyageurs, si l' on se réfère au bâton autour duquel s' enroulent les deux serpents.

1-IMG_6375.JPG

          A l' extrémité des gares de départ et d' arrivée, s' élèvent des bâtiments jumeaux de l' ex hôtel central. Je n' en ai photographié qu' un, l' autre étant masqué par des travaux.

1-IMG_6378.JPG

          Ici aussi, nous retrouvons des Atlantes soutenant le balcon; mais ceux-ci, impoliment, nous tournent le dos.

1-IMG_6379.JPG

          La verrière qui surplombe les voies les plus anciennes, est la plus grande verrière ferroviaire d' Europe.

1-IMG_6385.JPG

1-IMG_6386.JPG

          La salle des départs , construite sur deux niveaux, est elle aussi pourvue d' une verrière.

1-IMG_6396.JPG

1-IMG_6399.JPG

          C' est une salle typiquement XIXème siècle, entourées de colonnes, aux chapiteaux sculptés.

1-IMG_6395.JPG

1-IMG_6398.JPG

1-IMG_6394.JPG

          Mais, voilà que malgré toutes les horloges qui m' entouraient, j' ai failli me faire piéger par le temps. Il fallait que je parte vite. J' avais " match " hier soir !!!




Voir les commentaires

2013-04-23T11:05:00+02:00

Les heures folles d'un stade Art déco

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

               Le stade Chaban-Delmas, ex stade Lescure, à Bordeaux, est un lieu mythique dont les Bordelais sont fiers. Même les non-sportifs. Il fut le premier stade au monde à posséder des tribunes entièrement couvertes, sans aucun pilier pouvant gêner la visibilité.
1-fin-du-voyage-dans-le-temps-au-fil-de-l-histoire-du-stade.jpg
                                                                                                 ( Photo Sud-Ouest)
               Malheureusement, le toit ne couvre pas les places construites en mil neuf cent quatre vingt quatre aprés suppression de la piste cycliste. Le stade n' est plus aux normes exigées par l' UEFA, et va donc céder la place au nouveau stade en construction près du lac. Que va t' il devenir ? Dévolu au rugby ? Il en est question.
               Ce stade fut inauguré le douze juin mil neuf cent trente huit, en accueillant le match Brésil / Tchécoslovaquie dans le cadre de la coupe du monde de football.
1-1938-premiere-coupe-du-monde-de-football-a-bordeaux-le_11.jpg
                                                                                            (photo Sud-Ouest)
               Il possède trois entrées principales. La première est située sur le boulevard proche. C' est celle de la grande arche et de la cour d' honneur.
1-IMG_6187.JPG
               Elle donne accès à la tribune de face et au virage nord. Dans la cour d' honneur, quatre grands vases sont décorés d' athlètes en céramique. Pas de chance pour moi, ils étaient emmaillotés de tissus, et je n' ai pas pu les photographier.
               Du boulevard et d' une rue adjacente, j' ai pu prendre une vue extérieure de ces tribunes.
* Tribune de face :
1-IMG_6183.JPG
* Virage nord:
1-IMG_6184.JPG
               Une autre entrée se situe dans une ruelle, à l' angle du boulevard et de l' avenue du Parc de Lescure.
1-IMG_6179.JPG
               La troisième s' ouvre sur la place Johnston. Un quartier art déco
Elle dessert les tribunes présidentielle, d' honneur et aussi le virage sud, où se trouvent les supporters les plus acharnés.
               Des gloires du football mondial sont passées ici :
* Pelé, en mil neuf cent soixante treize;
1-1973-le-roi-pele-foule-la-pelouse-du-stade-velodrome-de_1.jpg
                                                               (photo Sud-Ouest)
* Maradona, dix ans plus tard;
1-1983-le-stade-de-bordeaux-recoit-la-star-argentine-diego_.jpg
                                                              (photo Sud-Ouest)
* Platini, lors d' une mémorable demi-finale de coupe des champions, Girondins de Bordeaux contre la Juventus de Turin. Depuis trois heures du matin, je faisais la queue pour avoir des places, et vers midi, quand je suis arrivée au guichet : terminé, complet, plus de places. La rage !!! Platini était aussi présent au Jubilé de Giresse, je ne sais plus en quelle année, et je l' ai revu aussi à Los Angelès pendant les vacances de Noël mil neuf cent ??? où les Girondins disputaient la coupe du Pacifique. J' étais à New York à ce moment-là, mon frère m' avait téléphoné pour m' annoncer l' évènement, et j' avais tout plaqué pour filer à L.A.
               Et, il y a eu la nuit fabuleuse qui a suivi le match qui assurait Bordeaux du titre de champion de France en mil neuf cent quatre vingt dix neuf. A minuit, le stade était plein. Les joueurs, dont l' avion de retour le survolait avant l' aterrissage, n' en croyaient pas leurs yeux de voir le stade éclairé à giorno. Ils sont venus bien sûr, et tout le monde se souvient du goal, Ulrich Ramé, à califourchon sur la barre horizontale des buts qu' il gardait si bien.
1-1999-les-girondins-de-bordeaux-sont-champions-de-france_1.jpg
                                                            ( photo Sud-Ouest )
               Et n' oublions pas le rugby qui a aussi vécu de grands moments dans ce stade. Par exemple, la coupe du monde mil neuf cent quatre vingt dix neuf, l' équipe de France jouant contre la Namibie et Lièvremont courant à l' essai.
1-1999-encore-une-coupe-du-monde-en-rugby-cette-fois-ci-le_.jpg
                                                            ( photo Sud-Ouest
               Les plus anciens parmi les Bordelais se rappellent sans doute qu' il fut un stade vélodrome où arrivaient les coureurs du Tour de France lors des étapes girondines, qu ' en son temps, gagnait pour l' honneur, la gloire régionale, Darrigade, comme ici en mil neuf cent soixante quatre.
1-Chaban-Darrigade-64.jpg
                                                              ( photo Sud-Ouest )
               Des concerts géants eurent lieu dans ce stade, seul endroit pouvant offrir plus de quarante mille fans à Johnny ou à Dire Straits. Je crois d' ailleurs que Johnny va revenir en juin ou juillet prochains.
               Il a reçu le laber " Patrimoine du XXème siècle ". Et maintenant, que va t' il devenir ? Les Girondins y jouent depuis sa création. Il a vu passer plusieurs coupes du monde, de football et de rugby. On y est très attaché à Bordeaux, car même s' il n' est plus aux normes internationales, il reste beau, et tellement chargé de pures émotions !
1-IMG_6186.JPG

Voir les commentaires

2013-04-22T16:17:00+02:00

Un quartier art déco

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

               On trouve à Bordeaux plusieurs témoignages architecturaux de la période dite " art déco ". Ceci, à l' initiative de deux hommes qui ont oeuvré en tandem pour que la ville ne soit pas à l' écart de ce courant moderne. Il s' agit d' Adrien Marquet, qui fut maire de Bordeaux de mil neuf cent vingt cinq à mil neuf cent quarante quatre, et de l' architecte en chef de la ville : Jacques D' Welles.

               Un quartier entier, englobant le stade Chaban-Delmas, ex Lescure, est une des principales vitrines bordelaises de cet urbanisme new look pour l' époque. L' axe médian en est l' avenue du Parc de Lescure. Il s' y mèle harmonieusement art déco et années trente.

1-IMG_6157.JPG

               Je suis allée m' y promener hier, tôt dans l' aprés-midi, car un match m' attendait à la télévision à dix sept heures, et il me fallait le temps de rentrer à, la maison.

               Ma moisson photographique a été importante, et je dois faire un choix draconien. D' abord, la maison en face de laquelle j' avais garé ma voiture;

1-IMG_6155.JPG

               Elle est tout à fait typique des maisons arts déco, avec son porche, son petit escalier et ses fers forgés, souvent très esthétiques.

               D' autres ont des façades sculptées,

1-IMG_6162.JPG

               des pseudos colonnes doriques, gravées dans la pierre de part et d' autre de l' entrée, peinte ici, de ce bleu Louis XVI caractéristique de Bordeaux.

1-IMG_6165.JPG

               Certaines dissidentes arborent un bleu pâle,

1-IMG_6196.JPG

il y en a même une qui ose le rouge; mais elle n' est pas vraiment art déco.

1-IMG_6226.JPG

               Quelques unes ont des sculptures très alambiquées à leur partie supérieure, Là, je trouve que c' est un peu trop à mon goût;

1-IMG_6228.JPG

               Celle-ci, tout aussi ornée, parait cependant plus sobre;

1-IMG_6201.JPG

               Puis, il y a quelques originales qui ont voulu se démarquer des autres. Celle-ci par exemple, villa rose et bleue, en harmonie avec sa glycine;

1-IMG_6171.JPG

               ou bien celle-là, qui se cache derrière la sienne;

1-IMG_6195.JPG

               ou encore celle-ci qui a préféré un escalier droit et une façade sans fioritures.

1-IMG_6163.JPG

               Que l' on soit dans l' avenue principale, ou dans les tranquilles rues adjacentes, on retrouve le même alignement de maisons blanches, presque toutes représentatives de l' art déco, mais chacune avec sa personnalité.

Une autre partie de l' avenue du Parc de Lescure,

1-IMG_6166.JPG

la rue Vercingétorix

1-IMG_6205.JPG

               sur la place Johnston, en hémicycle,

1-IMG_6222.JPG

               et même sur les petites places secrètes qui se cachent au bout d' une rue qui monte vers elles, comme pour dissuader d' aller déranger ses riverains.

1-IMG_6210.JPG

               Alors, chut ! je me retire sur la pointe des pieds, de toute façon, il est temps de repartir dans ma campagne si je ne veux pas rater " mon " match. 

A suivre !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog