Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #contes catégorie

2017-04-20T07:52:31+02:00

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 2

Publié par divagations-et-balades

          Quand les Mongols s' éveillèrent, ils s' aperçurent très vite de la félonie d' ALi. Les femmes se lamentaient car, la vache envolée, comment allaient-elles nourrir les enfants ? Les hommes, eux, étaient la proie d' une farouche colère;

          Vite, ils enfourchèrent leurs rapides petits chevaux et s' élancèrent à la poursuite de cet ingrat voleur.

Wikipedia

Wikipedia

          Ils avaient, sur Ali, plusieurs heures de retard, mais, avec une vache et à pieds, on ne va pas vite, et, comment se cacher dans cette steppe désertique ?

          Alors que le soleil, haut dans le ciel, dardait des rayons impitoyables, ils aperçurent l' infâme personnage. Il était en train de traire la vache.

          Les Mongols éperonnèrent leurs chevaux. Tout à coup, Ali les vit. il se releva et tenta de fuir en titubant, abandonnant la vache qui fut récupérée par un poursuivant. lequel quitta la chasse pour la ramener vers le campement.

          Ali, tremblant de peur, fut évidemment rattrapé et fait prisonnier. Qu' allait-on faire de lui ? Les Mongols se concertaient à voix basse.

          C' est alors qu' ils virent au loin un étrange cortège. Un homme était enchaîné derrière un chameau, et régulièrement, d' autres membres de cette petite caravane le faisaient avancer à coups de fouet.

mon livre " Afrique du Nord " - ed. Odé 1952

mon livre " Afrique du Nord " - ed. Odé 1952

          Les Mongols s' avancèrent vers eux en faisant des signes de paix. Ces hommes cherchaient des esclaves pour leur maître, un cheikh très riche et cruel.

          Ali était jeune et en bonne forme, il ferait l' affaire. Les Mongols le vendirent donc aux hommes du cheikh, et repartirent vers leur campement.

          Au bout de deux jours de marche éreintante, Ali et son escorte, arrivèrent au palais du cheikh.

photo personnelle

photo personnelle

          Les prisonniers crurent être arrivés au paradis. Ce palais était une oasis de fraîcheur et de beauté. Ils furent conduits dans une salle de repos en attendant que fut décidé ce que l' on ferait d' eux.

livre " Harems " d' Annabelle d' Huart et Nadia Tazi - Ed. du Chêne 1980

livre " Harems " d' Annabelle d' Huart et Nadia Tazi - Ed. du Chêne 1980

          Tard dans la soirée, un homme noir, somptueusement vêtu, vint les voir. Il les examina sous toutes les coutures. Les yeux, les dents, la langue.....

" Harems "

" Harems "

          Nos hommes se sentirent rassurés. On allait prendre soin d' eux.

          Ils l' auraient été moins s' ils avaient su que cet homme était le chef des eunuques.......

Voir les commentaires

2017-04-12T19:01:18+02:00

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 1

Publié par divagations-et-balades

          Là-bas, dans la lointaine Chine, Ali, sa mission terminée, n' avait plus qu' une idée en tête : revenir dans son pays où l' attendait Mounia, sa fidèle ( du moins il l' espérait ) épouse.

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 1

          Mais hélas, nulle caravane ne se formait pour repartir vers l' ouest, Marco Polo et sa famille n' étaient pas près de rejoindre Venise, alors, Ali prit une folle décision : il allait repartir seul, à pieds.

          On tenta de le dissuader d' entreprendre un voyage aussi long et dangereux, mais Ali ne voulut rien entendre. De plus, il lui tardait d' arriver chez lui pour expérimenter le cadeau, du génie.

          Il salua tous ses compagnons, consternés, puis partit. Tant qu' il traversait des terres habitées, tout alla bien, mais bientôt, il fut dans l' immensité incandescente du désert.

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 1

          Dans son inconséquence, il avait emporté une outre d' eau, et des graines dont il avait bourré toutes ses poches.

          Dans le terrible Taklamakan, les puits étaient rares. Ali ne tarda pas à avoir des hallucinations. Il lui semblait que son pays était là, devant lui, presque à portée de mains.

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 1

          Mais Allah veillait sur lui. Il rencontra un campement de nomades mongols. Ceux-ci, fidèles à la tradition des gens du désert, le recueillirent, lui donnèrent à manger et à boire. La courtoisie la plus élémentaire eut voulu qu' Ali remercia en effectuant de menus travaux, mais il était habité d' une telle frénésie de retour, qu' une nuit, ayant récupéré ses forces, il partit en..........volant l' unique vache des nomades, celle dont le lait nourrissait la tribu.

L' aventureux retour d' Ali - Chapitre 1

          C' était une vilénie ! Les Mongols, outrés, l' accablèrent de paroles de malédiction. Ali s' en doutait mais, s' en moquait. Il aurait du lait pendant quelques jours.

          Mais avec tant de malédictions sur sa tête, comment allait-il continuer son voyage ?

 

( Les photos sont extraites de mon livre " Lunes d' Arabie " de Pascal et Maria Maréchaux - 1987 )

Voir les commentaires

2017-03-27T18:19:09+02:00

L' errance du génie - Chapitre VII

Publié par divagations-et-balades

          Depuis des jours et des jours, le magicien africain tentait d' amadouer Ali. Mais celui-ci, dorénavant, se méfiait de l' ex-galérien, et tentait de l' éviter le plus possible.

          Et la caravane avançait inexorablement vers l' empire Yuan. Pour l' heure, elle approchait du terrible désert de Gobi. On laissait derrière soi les derniers palmiers. 

L' errance du génie - Chapitre VII

          Et bientôt, l' immensité de sable allait s' offrir aux regards. Ce désert effrayait un peu les caravaniers, car les conditions de vie y étaient extrêmes. En été, une nappe de feu l' inondait, en hiver, c' était l' endroit du monde le plus froid. On ne saurait que très longtemps après, que seule l' Antarctique pouvait rivaliser avec lui....Quelle que soit la saison, il était très difficile d' y vivre. Et le voici qui s' étalait devant les voyageurs.

L' errance du génie - Chapitre VII

          Le magicien africain commençait à s' énerver. La fuite inexorable des jours et le pas réguliers des chameaux, le rapprochaient du terminus.

          Il gagnait un peu de temps à cause d' un détour par le sud, des hordes mongoles écumant la région plus au nord avec grande férocité.

          Déjà, Srinagar, la capitale d' été du Kashmir, était derrière eux. Des enfants, surgis de nulle part, regardaient passer la caravane avec de grands yeux ébahis.

L' errance du génie - Chapitre VII

          Ali avait désormais perdu toute confiance en cet ex-galérien, ne comprenant toujours pas comment il était là, mais se doutant fortement du pourquoi. La lampe ne le quittait pas, même en dormant il gardait la main dessus.

          Dans la lampe, le génie se faisait le plus silencieux possible. Il savait qu' il ronflait en dormant, ce qui mettait Ali de fort méchante humeur.

          Enfin, ils rentrèrent en Chine par la ville de Lanzhou.

Wikipedia

Wikipedia

          Bientôt, ils seraient dans la capitale de Kubilaï Khan. Aladin y demeurait et, grâce à son épouse, il pouvait compter sur la protection du grand Khan en cas de malheur.

          Acculé, le magicien africain décida de jouer le tout pour le tout, résolut de tuer Ali, de s' emparer de la lampe et de s' enfuir dans la nuit.

          Dans la lampe, le génie avait senti que se préparait quelque chose de terrible. Comment prévenir Ali ? Car celui-ci, peut-être parce qu' il savait être près du terme de sa mission, était devenu moins vigilant.

          Mais, ce que ni le magicien africain, ni Ali, ne savaient, c' est que, depuis les monts Karakoram, un terrifiant tigre à dents de sabre, surgi du fonds des âges, suivait la caravane.

Wikipedia

Wikipedia

         Malin, et d' une infinie patience, il attendait son heure, sachant que plus les jours passaient, plus les caravaniers étaient fatigués et relâchaient la garde.

          Cette nuit-là, le magicien africain décida de frapper; son jambiya entre les dents, il rampait silencieusement.

Wikipedia

Wikipedia

          Dans la lampe, le génie s' agitait dans tous les sens pour réveiller Ali. Après ces années de trajets et de dangers, celui-ci avait acquis un sommeil léger. Les contorsions du génie le réveillèrent.

          Il devina, plutôt qu' il ne la vit, qu' une ombre rampait sur le sol, et soudain, un intempestif rayon de lune fit briller le jambiya. Ali roula sur lui-même pour s' éloigner; oubliant toute prudence, le magicien africain se dressa d' un bond et s' élança vers Ali............Et se fut l' apocalypse !

          Une ombre gigantesque, un rugissement terrifiant, un hurlement d' épouvante............un horrible bruit de mâchoires se refermant sur un corps qui, déjà, n' avait plus rien d' humain.

          Cela en était fini du magicien africain. Le tigre à dents de sabre avait prélevé sa ration de protéines humaines, indispensables à sa survie.

          Au petit matin, la caravane se remit en route. Ali savait maintenant qu' il accomplirait sa mission...........et qu' une belle récompense l' attendait.

          Aladin et la princesse Boudoulboudour étaient fous de joie. Aladin frotta la lampe et, enfin, le génie sortit.

          Sa longue errance était terminée. Mais, il avait encore quelque chose à faire : il voulait remercier Ali de l' avoir ramené à bon port.

          Alors, il lui dit ces mots étranges : " Ali, merci beaucoup, pour moi tu as entrepris ce long voyage et tu m' as protégé des projets funestes du magicien africain; aussi, je te fais cadeau d' un mot magique ; sésame. Quand tu reviendras dans ton pays, tu iras près de cette montagne où tu jouais étant enfant. Devant son côté plat, tu prononceras ce mot et...tu verras ".

          Ali remercia le génie tout en se demandant ce que cela voulait dire. Il fit cependant ce que le génie lui avait recommandé, et........la montagne s' ouvrit. Ali, prudemment, s' engagea par l' ouverture, et des merveilles d' une grande richesse s' offrirent à son regard.

Peinture de Maxfield Parrish - 1909

Peinture de Maxfield Parrish - 1909

          Il en resta.....baba ! Et c' est pourquoi on l' appela dorénavant Ali Baba.

          Mais ceci est une autre histoire

Voir les commentaires

2017-03-21T06:18:00+01:00

L' errance du génie - Chapitre VI

Publié par divagations-et-balades

          Au pas lent des chameaux, la caravane allait mettre trois ans pour rallier la capitale chinoise. Contournant le désert du Taklamakan, l' un des plus arides du monde, elle progressait le long d' un chapelet d' oasis-forteresses, au pied des monts Tian Shan, appelés aussi : Monts célestes.

          Le soir, si l' on n' avait pas la chance d' atteindre assez tôt la sécurité d' un caravansérail, on bivouaquait, de préférence auprès d' un point d' eau, mais, il était nécessaire d' instaurer des tours de garde, car, des hordes Tartares alliées aux Mongols, parcouraient les grandes steppes, et pillaient tous ceux qui avaient le malheur de les rencontrer.

Wikipedia

Wikipedia

          Mais la chance semblait attachée aux pas de la famille Polo, car ils atteignirent la Perse sans encombres.

          Dans ce pays, cependant, un autre danger régnait. La caravane allait passer non loin de la forteresse d' Alamut.

Wikipedia

Wikipedia

          Celle-ci avait fort mauvaise réputation. Certes, le " Vieux de la montagne ", Hassan Ibn Al-Sabbah, 

Wikipedia

Wikipedia

était mort depuis plusieurs années, mais, on disait que la secte des haschishins ou assassins, qu' il avait créée, était toujours active, transformée en hordes de brigands cruels et impitoyables.

          Il se trouva qu' Ali le marin, prit un tour de garde avec le magicien africain. Celui-ci l' avait aperçu sur le navire barbaresque et se demandait bien ce qu' il faisait là. Il résolut de le faire parler.

          Ali, cependant, se méfiait de ce galérien qu' il avait vu, enchaîné, sur le bateau. Comment s' était-il libéré ? Etait-il en mission lui aussi ? Et si oui, laquelle ? Et pour le compte de qui ? Etait-ce le capitaine qui l' avait chargé de le surveiller, lui, Ali ? Ou bien n' était-il qu' un vulgaire voleur voulant s' emparer de la lampe ? Mais comment saurait-il qu' elle était en sa possession ? Et comment connaîtrait-il son existence ?

          Cela faisait beaucoup de questions, et Ali se sentait inquiet car il n' avait pas les réponses.

          Jour après jour, mois après mois, la caravane approchait de l' empire Yuan, et ni le magicien africain, ni Ali, n' avaient progressé dans leurs quêtes respectives. Jusqu'au jour où..............

          " Que vas-tu faire dans la capitale chinoise ? " demanda innocemment le magicien africain à Ali.

          Celui-ci, étourdiment, répondit qu' il allait remettre à un jeune chinois, un objet lui appartenant.

          Le magicien africain, immédiatement en alerte, fit remarquer que cet objet devait être bien précieux pour avoir entrepris un aussi long voyage.

          " Bof ! fit Ali, ce n' est qu' une vieille lampe banale, à mon avis elle ne mérite pas les risques encourus. Ce doit être un objet de famille ".

          " Peux-tu me la montrer, dit le magicien africain, masquant son excitation, je m' y connais en antiquité "!

          Ali, soudain inquiet, et se rappelant les propos du capitaine, se ferma, refusa tout net et tourna les talons.

          Cette fois, le magicien africain sut qu' il avait retrouvé la lampe, et, en mauvais homme qu' il était, commença à manigancer afin de s' en emparer.

         Allait'il réussir ?

Voir les commentaires

2017-03-16T18:22:31+01:00

L' errance du génie - Chapitre V

Publié par divagations-et-balades

          A Venise donc, le jeune Marco Polo s' apprêtait à embarquer avec son père et son oncle, pour un long voyage vers la Chine et la cour fastueuse de Kubilaï Khan, fondateur de la dynastie Yuan, à Cambaluc, qui bien plus tard serait remplacé comme capitale par une ville plus au sud : Pékin.

Wikipedia ( comme toutes les photos et image qui vont suivre)

Wikipedia ( comme toutes les photos et image qui vont suivre)

          Ils allaient à Constantinople où ils possédaient un comptoir, et de là, iraient rejoindre le comptoir vénitien de l' Ayas, point de départ de la Route septentrionale de la Soie, celle qui contourne par le nord le désert de Taklamakan.

L' errance du génie - Chapitre V

          Cette Route de la Soie était l' héritière de la Route de Jade, active dès le paléolithique. Elle était empruntée par des pasteurs nomades eurasiatiques. ( Et quelques espions ).

          Dès l' Antiquité, les Sogdiens, habitants de la Sogdiane, contrée à l' ouest de l' actuel Ouzbékistan, contrôlaient l' essentiel du commerce le long de la Route de la Soie. Ils prélevaient de nombreuses taxes qui enrichirent fortement les prestigieuses cités de Samarkand et Boukhara aux fameuses et superbes mosquées.

Registan de Samarkand et mosquée Po-i-Kalân de Boukhara
Registan de Samarkand et mosquée Po-i-Kalân de Boukhara

Registan de Samarkand et mosquée Po-i-Kalân de Boukhara

          Pendant ce temps, la galère qui transportait le saint homme et Cervantès, flanqué du magicien africain, toujours attachés à leur rame, n' avait pu accoster à Constantinople à cause d' une violente tempête venue de la mer Noire. Le capitaine s' était donc dérouté vers.......l' Ayas.

          Ils trouvèrent la ville en pleine effervescence. Une riche caravane était en train de se former. Des chameaux de la Bactriane, lourdement chargés, étaient amenés, nombreux. C' était la caravane que formait la famille Polo pour rejoindre la Chine.

L' errance du génie - Chapitre V

          Le saint homme ne pouvait pas aller plus loin; il pensait au pèlerinage qui le ferait hadj, et n' avait pas l' intention de le manquer. Sa mission s' arrêtait là.

          Mais le génie dans sa lampe voulait absolument retrouver son pays et Aladdin.

          Le saint homme se mit en quête de quelqu' un de confiance qui prendrait le relais. Le capitaine de la galère lui recommanda un de ses marins. L' affaire fut faite, cet Ali irait donc en Chine à la recherche d' Aladdin et sa princesse d' épouse, et leur remettrait la lampe merveilleuse.

          Dans sa grande sagesse, le saint homme n' avait pas dit que la lampe était magique et qu' un génie l' habitait. Mais, le capitaine barbaresque était retors, et subodorait un secret à cause du soin jaloux que prenait le saint homme pour veiller sur sa lampe.

          Il chargea donc Ali d' ouvrir l' oeil et lui promit grande récompense s' il parvenait à savoir ce que la lampe cachait.

          Ali se renseigna sur la destination de la caravane des Polo, et sachant qu' elle allait vers la Chine, négocia son passage.

          Et que faisait le magicien africain ? Son anneau magique s' était rechargé et, grâce à lui, il devint invisible et se libéra du banc de chiourme.

          Sans état d' âme, il abandonna Cervantès à son destin d' esclave.

          Lui aussi s' intégra à la caravane des Polo afin de fuir le capitaine barbaresque qui n' entendait pas perdre le moindre ducat à cause de lui.

          Et la caravane s' ébranla vers les grandes steppes de l' Asie Centrale.

L' errance du génie - Chapitre V

          C' était un voyage plein de danger. Qu' allait-il se passer ?

A suivre.....

Voir les commentaires

2017-03-13T14:53:45+01:00

L' errance du génie - Chapitre IV

Publié par divagations-et-balades

         A Ouargla, les choses avaient changé. Un émissaire du Dey avait été diligenté auprès du chef des Barbaresques, pour lui ordonner de lui remettre un certain Cervantès, se trouvant parmi les futurs esclaves. Il se trouvait que cet individu était un noble Espagnol, pour lequel sa riche famille proposait une grosse rançon. 

        Cet émissaire arrivait à temps, c' était jour de marché.

L' errance du génie - Chapitre IV

et la vente devait commencer dès la fin de la danse des fameuses danseuses Ouled Naïl, qui, traditionnellement à Ouargla, inauguraient la folie acheteuse des Seigneurs du désert.

          Le chef des Barbaresques n' appréciait pas beaucoup de perdre la vente de ce jeune seigneur ibérique, mais, il ne pouvait se permettre de désobéir au Dey, représentant le Sultan qui le sponsorisait.

          Il livra donc Miguel de Cervantès. Celui-ci, qui s' était lié d' amitié avec le magicien africain, exigea de l' amener avec lui en tant que valet.

          Ils arrivèrent à Alger bien avant les trois caravaniers qui transportaient la lampe magique.

          Le Dey reçut Cervantès dans son palais en attendant l' arrivée de la rançon. Et honneur suprême, celui-ci eut même accès au harem du souverain.

         

L' errance du génie - Chapitre IV

          Mais la rançon tardait à arriver, pour la bonne raison qu' un pirate barbaresque malhonnête avait arraisonné le navire espagnol et avait débarqué sa cargaison à Tanger, où elle lui rapporterait davantage d' or et d' argent. C' était interdit et puni par le Dey, mais.........qui le lui dirait ?

          Sans la rançon, le Dey s' énerva et décida d' envoyer Cervantès et son valet à Constantinople, en cadeau pour le Sultan.

          Et c' est ainsi que sans le savoir, le magicien africain et le génie dans sa lampe embarquèrent sur la même galère, accompagnés par les youyous des femmes.

L' errance du génie - Chapitre IV

          Bientôt, le port d' Alger allait disparaître dans une brume de chaleur;

          Arc-boutés sur leur rame, les galériens commencèrent à souquer ferme, le rythme scandé par le garde-chiourme allant en s' accélérant.

L' errance du génie - Chapitre IV

          Une sourde angoisse broyait le coeur de Cervantès et du magicien africain. Qu' allait-il leur arriver ?

          Quand au pèlerin qui transportait la lampe merveilleuse, il jouissait tranquillement de la traversée, en compagnie du capitaine de la galère que la présence d' un hadj à son bord honorait.

          Et pendant ce temps, à Venise..............

A suivre...

Voir les commentaires

2017-03-09T18:17:41+01:00

L' errance du génie - Chapitre III

Publié par divagations-et-balades

          Et pendant ce temps, le génie se morfondait encore dans sa lampe. Mais, les choses allaient changer.

          Arrivant du Hoggar mystérieux, une caravane importante faisait route vers lui. Alors que les premières étoiles allaient s' allumer, elle arriva et s' arrêta à l' endroit où gisait la lampe merveilleuse, sous une légère couche de sable.

          Le génie fut tiré de sa torpeur par moult éclats de voix, rires d' enfants et airs joyeux de tambourin, auxquels se mêlaient les blatèrements moins harmonieux des dromadaires.

L' errance du génie - Chapitre III

          Et, ce qui devait arriver arriva : un enfant qui gambadait avec ardeur et tournoyait comme un derviche, tomba...........sur la lampe.

          Il l' apporta à sa mère qui entreprit de la nettoyer, et........comme elle la frottait pour lui rendre son éclat.........le génie sortit, encore tout endolori. Son long séjour au fond de la lampe l' avait rendu un peu anémique, mais il avait un éblouissant sourire, tout heureux d' être dehors.        

Wikipedia

Wikipedia

          Les braves caravaniers furent d' abord un peu effrayés, mais l' un d' eux, un savant qui était allé étudier dans une medersa de Tombouctou, avait entendu parler d' une lampe merveilleuse que possédait un magicien africain.

          Ce savant interrogea le génie qui raconta toute son histoire, avec de l' émotion quand il parla d' Aladdin et de la belle Boudroulboudour, pour qui il avait gardé une tendresse particulière. A vrai dire, confia t-il au savant, il aimerait bien les retrouver, là-bas, dans la lointaine Chine.

miniature persane du XVIème siècle - Les mille et une nuits, 1967

miniature persane du XVIème siècle - Les mille et une nuits, 1967

          Ces caravaniers étaient de braves gens. Attendris par l' histoire de ce génie qui venait de si loin, ils se réunirent en conseil afin de chercher une solution pour aider ce pauvre exilé.

          Ils décidèrent que deux ou trois d' entre eux partiraient vers le nord pour rejoindre le grand port du sultan. Ils y trouveraient sûrement un voyageur près de s' embarquer et qui accepterait de transporter la lampe vers les rives d' Asie Mineure.

          Ainsi fut fait, et trois hommes partirent. Ils devraient traverser le terrible défilé d' El Kantara, si propice aux embuscades.

L' errance du génie - Chapitre III

          Néanmoins, leur voyage se poursuivit sans péripéties majeures, et, un beau matin, ils virent s' étaler devant eux, dégringolant vers la plus grande étendue d' eau bleue qu' ils aient jamais vue de leur vie : la casbah d' Alger, la cité du dey, vassal du sultan de Turquie

L' errance du génie - Chapitre III

          Ils étaient arrivés. Aussitôt, ils se mirent en quête d' un voyageur digne de confiance pour transporter la lampe magique. Deux femmes, qui papotaient à proximité d' une koubba, leur indiquèrent un nom et une adresse.

L' errance du génie - Chapitre III

          Sans perdre de temps, ils s' y rendirent. C' était un saint homme qui partait en pèlerinage à La Mecque; il accepta de se charger de cette mission. 

          Le lendemain matin, il embarquerait sur un navire barbaresque qui lui ferait traverser la Méditerranée.    

A suivre.......

Voir les commentaires

2017-02-27T06:56:00+01:00

L' errance du génie

Publié par divagations-et-balades

          Cela faisait maintenant plusieurs siècles qu' il était perdu au fin fond d' un désert, enfermé dans cette lampe. Il ne voyait pas le paysage qui l' entourait, mais en sentait le souffle brûlant qui s' insinuait dans la lampe.

L' errance du génie

          Il se souvenait avec nostalgie d' Aladin et Badroulboudour, la belle princesse dont Aladin était tombé amoureux, et qu' il avait pu épouser grâce à lui, le génie de la lampe merveilleuse.

Wikipedia

Wikipedia

          Il était alors puissant et vénéré; Il était toujours prêt pour Aladin, son maître, à qui il suffisait de frotter la lampe dans laquelle il vivait pour qu' il sorte aussitôt et l' aide de ses prodiges. C' était le bonheur !

          Puis, un jour funeste arriva cet infâme Magicien Africain, maudit soit-il pour l' éternité, qui, profitant de la naïveté de la princesse, me vola et m' emmena très loin de la Chine où nous vivions, dans cette Afrique de feu qui me consume jour après jour.

          Je détestais ce magicien qui ne m' utilisait que pour accomplir méfaits et méchancetés. Mais il était mon nouveau maître et je devais me soumettre.

          Au pas chaloupé de son dromadaire, le Magicien Africain arpentait le grand désert.

livre "L' Afrique du Nord " - Odé 1952

livre "L' Afrique du Nord " - Odé 1952

          Je ne goûtais un peu de bonheur que, lorsque faisant halte dans une fraîche oasis,

L' errance du génie

          Des musiciens venaient égayer les soirées. Raïta et derboukas m' emportaient loin dans un rêve.

L' errance du génie

          Je me considérais malgré tout comme le plus malheureux des génies. Et pourtant...........Preuve me fut donnée que le pire peut exister.

          Dès avant l' aube, nous avions quitté Ghardaïa, l' ensorcelante capitale du M'zab. Le Magicien Africain avait décidé de rejoindre son pays, au-delà du Tanezrouft, le pays de la soif et de la peur.

livre " l' Afrique du Nord ".

livre " l' Afrique du Nord ".

          Nous nous sommes arrêtés au dernier point d' eau. Nous n' y étions pas seuls, une caravane y faisait halte elle aussi.

L' errance du génie

          Bizarrement, du fond du sac où m' avait mis le Magicien Africain, je sentais roder un danger. Pourtant, après avoir salué les caravaniers, nous sommes partis sans problème. Puis, tomba la nuit saharienne, glacée sous des étoiles étincelantes.

          La lune ce soir-là rougeoyait un peu dans le ciel devenu d' un bleu profond.

L' errance du génie

          Le Magicien Africain décida que l' heure était venue de bivouaquer.

          Et c' est alors qu' ils fondirent sur nous. La caravane était en réalité un rezzou, ces bandes du désert qui détroussent les voyageurs imprudents et font des razzias dans les douars isolés.

          Ils emmenèrent le Magicien Africain pour le vendre au marché aux esclaves, quand à moi, la lampe étant vieille et de mauvaise mine, ils la jetèrent dans le sable où je me morfonds depuis des siècles.

A suivre ...........

Voir les commentaires

2016-11-01T14:52:15+01:00

La nuit de Jack O'-Lantern

Publié par divagations-et-balades

           La journée avait pourtant bien commencé. Le soleil avait vite dissipé un brouillard léger, et régnait maintenant sans partage dans un univers bleu et or.         

La nuit de Jack O'-Lantern

          Quelques fleurs, rebelles à l' avancée de l' automne, s' épanouissaient encore,

La nuit de Jack O'-Lantern

          Et les aiguilles de pin s' habillaient de lumière.

La nuit de Jack O'-Lantern

          Tout semblait respirer la joie et l' optimisme.

          Seul, Philibert le Résinier, assis près de l' oranger du Mexique qui nous offrait sa dernière floraison de l' année, paraissait un peu soucieux.

La nuit de Jack O'-Lantern

          Je lui en demandais la raison, et, il me répondit qu' il sentait dans l' air une menace vague.

          Je tentais de le rassurer. Comment un ciel si radieux pourrait-il être menaçant. Ce pauvre Philibert devenait bien craintif en vieillissant !

          Puis, arriva la soirée. Paré de son somptueux manteau d' or rouge, le soleil fut bientôt avalé par le vaste océan là-bas, derrière les dunes.

          Et, à partir de cet instant, l' atmosphère changea. Une sourde inquiétude se répandit semblant baigner choses et gens.

          Philibert aurait-il raison ?

          J' allais le revoir. Il paraissait terrorisé. Il avait vu une sorcière à cheval sur son balai, comme suspendue au ciel par d' invisibles fils, qui le regardait en souriant sinistrement.

La nuit de Jack O'-Lantern

          Et brusquement était apparue devant lui, le menaçant de sa bouche tordue, une tête gigantesque de Jack O'-Lantern dont les yeux vides l' épouvantaient.

La nuit de Jack O'-Lantern

          Et je réalisais soudain que c' était la nuit d' Halloween, la nuit du " trick or treat ", où l' on court le risque terrible d' être changé en qui sait quoi si l' on a oublié d' acheter les bonbons qui préservent de ce sort funeste.

          Heureusement, je n' ai pas oublié, et bien m' en a pris car déjà les premiers coups de sonnette retentissent.

          Des monstres effrayants sont devant moi, adoucis par les bonbons colorés que je présente.

          Ouf ! Sauvée pour cette fois; ils se sont largement servis mais j' ai prévu un gros stock.

          Ayant échappée à un changement en grenouille, je pense à nouveau à Jack O'-Lantern. Il est donc dans mon jardin ! C' est terrifiant !!!

          Ce Jack était un affreux bonhomme, ivrogne, avare, méchant. Un soir, dans une taverne mal famée, il avait bousculé le diable qui venait y faire sa moisson d' âmes. Evidemment, il demanda à Jack de lui donner la sienne, promettant en échange d' insignes faveurs. Mais, Jack était malin et décidé à montrer qu' il l' était plus que le Malin lui-même. Il dit au diable : " D' accord, mais avant, paie-moi un verre ".

          " OK " dit Satan, et il se transforma en pièce de six pence pour payer le tavernier. Mais Jack, d' un geste vif, s' empara de la pièce et la mit dans son porte-monnaie où se trouvait une croix d' argent. Le diable était piégé, il ne pouvait plus se transformer à nouveau. Jack obtint alors qu' il le laisserait tranquille pendant dix ans.

          Mais, dix années passent vite dans une vie humaine, et un beau jour, alors qu' il se promenait dans la campagne, le diable surgit devant lui et réclama son dû.

          Zut, se dit Jack, il faut vite que je trouve quelque chose. Il demanda alors une dernière faveur : " Donne-moi une pomme de ce pommier ".

          Si ce n' est que ça......dit Satan. ( La pomme, il connaissait, et il ricana ), et grimpant sur les épaules de Jack, il en attrapa une. Mais....que se passait-il ? Il restait collé à l' arbre. Jack le rusé avait prestement tracé au couteau une croix sur le tronc.

          Le diable était à nouveau piégé. Contre sa délivrance, il dut promettre à Jack de ne plus jamais lui réclamer son âme.

          Satan rentra se chauffer chez lui; Jack continua sa vilaine vie. Puis, un jour, il mourut.

          Il se présenta au Paradis, mais St Pierre lui claqua la porte au nez. Il descendit chez Satan qui, par vengeance, fit de même.

          Condamné à errer dans une nuit sans fin, Jack mendia un tison pour allumer une lanterne. Magnanime, le diable lui en donna un. Jack s ' en fabriqua une en creusant dans un navet d' abord, puis dans une citrouille.

          Chaque année, au jour anniversaire de sa mort, il réapparaît sous la forme d' une citrouille qu' il veut la plus effrayante possible.

Wikipedia

Wikipedia

          Et ce sale type est dans mon jardin, terrorisant mon vieux Philibert qui tremble comme une feuille.

          Ah ! Bingo ! J' ai une idée. Une nuit de sabbat, j' avais été attirée par une lueur fantastique, et j' avais surpris des sorcières des landes bretonnes en train de manger des gâteaux bizarres et de boire une étrange liqueur verte.

          Elles en échangeaient les recettes, et moi, cachée dans un fourré, j' avais tout enregistré.

La nuit de Jack O'-Lantern

          J' étais tranquille car un brave gnome qui en voulait aux sorcières qui l' empêchaient de dormir avec leurs danses infernales, m' avait rendue invisible. Histoire de se venger sans doute !

La nuit de Jack O'-Lantern

          Vite j' allais confectionner gâteaux et boisson, mais, dedans, j' y incorporais de quoi faire partir très vite ce méchant Jack O'-Lantern.

La nuit de Jack O'-Lantern

          Et savez-vous quoi ? IL EST PARTI ! Mon vieux Philibert était sauvé.

         Ouf ! Quelle nuit !!!!

Voir les commentaires

2016-09-30T09:14:39+02:00

Le renard en rit encore !

Publié par divagations-et-balades

          Il était né, petit renardeau fragile mais déjà malin, à l' orée d' une forêt glacée, quelque part dans un pays de neige.

Le renard en rit encore !

         Il y grandit en faisant l' admiration de toute la gent renarde, par sa curiosité et son intelligence.

Le renard en rit encore !

          En grandissant, Goupilet, car tel était son nom, aimait plus que tout se rapprocher de la maison des hommes. Il se tapissait dans la neige, derrière un tas de bois, et dès que les humains avaient quitté leur demeure pour aller travailler dans la forêt, il s' empressait d' y entrer. Ces humains-là étaient particuliers. Ils étaient fort petits et sifflaient joyeusement en allant au labeur.

         Comme ils rentraient très tard le soir,

Wikipedia

Wikipedia

          Notre ami Goupilet avait tout le temps pour explorer les trésors de la maison. Il y avait en particulier, un endroit qui l' intriguait, empli de choses bizarres que les nains appelaient : livres. C' étaient de vieux livres dont certains étaient rongés par le temps.

Le renard en rit encore !

          Goupilet voyait bien qu' il y avait des choses écrites dans ces livres, alors, il décida d' apprendre à lire. Il alla voir un vieux renard, renommé pour son savoir et sa sagesse.

Wikipedia

Wikipedia

          Se révélant excellent élève, Goupilet fut bientôt capable de déchiffrer les histoires des vieux livres. L' un d' eux le fascinait spécialement : Il s' agissait d' histoires racontées par un certain Monsieur de La Fontaine.

Le renard en rit encore !

          L' une d' elles lui plaisait particulièrement; il y était question d' un corbeau, très infatué de lui-même et très sensible à la flatterie, et d' un renard qui l' avait bel et bien roulé en le flattant et lui avait piqué son fromage.

         Goupilet, qui était déjà rusé pour son âge, riait beaucoup de cette histoire et se disait qu' il pourrait peut-être en tirer profit.

         Il se mit à épier un gros corbeau qui vivait non loin de là; mais, celui-ci, vieux briscard, ne tarda pas à repérer le manège, et dit au renardeau : " Si tu crois me faire le coup du fromage, mon pauvre ami, tu tombes mal; c' est une histoire que nos parents racontent de génération en génération, alors......passes ton chemin ".

         Mortifié, Goupilet partit en ruminant sa vengeance, " je l' aurai un jour, se dit'il, je l' aurai ! ".

          Les jours passèrent. Goupilet surveillait toujours le corbeau, mais, avec une telle discrétion que celui-ci ne se rendit compte de rien.

         Puis un jour, le corbeau rentra chez lui un gros fromage dans le bec.Notre renardeau se dit que le jour de gloire était venu.

         Il surgit au pied de l' arbre où le corbeau se prélassait sur sa branche en savourant à l' avance ce bon fromage. Il vit Goupilet, le reconnut et s' exclama : " Encore toi ? ". Et....................le fromage tomba pile dans la gueule ouverte de Goupilet.

         Celui-ci en rit encore !!!

image windows

image windows

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog