Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #divagations catégorie

2020-09-06T14:54:23+02:00

Ecolauto

Publié par divagations-et-balades

          J'avais laissé ma voiture tranquillement installée, sur l'allée du garage, à l'ombre d'un chêne.

          Il faisait beau et chaud......Le rêve...........J'étais dans le jardin " de derrière " en train de bouquiner devant une tasse de thé à la menthe, " nana " bien sûr, sans me douter le moins du monde de ce qui se tramait devant la maison.

          Je relisais " La petite fille au manteau rouge ", celle qui avait traversé le film de Steven Spielberg : La liste de Schindler ".

Ecolauto

          Un moment plus tard, ma soeur, dont la voiture est en panne, peut-être définitive, m'a demandé de la conduire faire quelques courses. Le chien Oscar, que l'on pensait profondément endormi, est arrivé en frétillant de la queue, et nous a regardées de cet air à la fois misérable et culpabilisant, dont les chiens savent si bien faire usage.

          " Bon, d'accord, on t'emmène; je vais arranger la couverture sur le siège arrière. Attends."

          Et quand j'arrivais devant la voiture..... j'en restais ....bouche bée ! Elle était envahie. Avais-je laissé une vitre ouverte pour que la végétation s'y engouffre ainsi ?

          

Ecolauto

          Pas de doute, elle était colonisée. J'entrepris d'en faire le tour.......La végétation était omniprésente.......quelle que soit la vitre par laquelle je regardais. 

Ecolauto

          Mais comment cela se pouvait-il ? Je parie que c'est encore ce sacré lutin du jardin qui me fait une blague !

Ecolauto

          Et comment je vais faire moi, maintenant ? A l'arrière de la voiture, je vois que, décidément, le lutin a perdu un peu de maîtrise dans l'art d'illusionner les humains. Trop de ciel rend le mirage imparfait.

Ecolauto

          Eh non ! Ma voiture n'était pas devenue la proie d'un lutin écolo. Oscar en était tout joyeux !

Voir les commentaires

2020-07-25T08:47:04+02:00

La sorcière a perdu son balai

Publié par divagations-et-balades

          Alors que j"étais plongée dans la douce torpeur qui s'empare de moi quand je prends mes bains de soleil, j'ai tout à coup senti un pincement méchant sur mon bras gauche, et le feu d'un regard cruel qui brûlait plus que le soleil lui-même.

          Ouvrant les yeux, j'ai vu devant moi, une sorcière plutôt de mauvaise humeur.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

     * Rends-le moi ! me dit-elle d'une voix grinçante;

          J'étais ahurie.

     * Te rendre quoi ? Je ne t'ai rien pris et je ne te connais même pas;

     * Je t'ai vue dans ma boule de cristal. Tu viens de voyager dans les étoiles, tu as voulu les nettoyer et tu m'as volé mon balai. J'en ai la preuve.

     * Mais tu es folle ! D'abord, je déteste faire le ménage, j'ai bien assez de chez moi, alors te prendre ton balai !!! Je me demande bien pour quoi faire. Quand à ta fameuse preuve .......... j'aimerais bien la voir !

     * Je vais te la montrer de suite; approche-toi de ma boule de cristal et regardes bien, car tu as laissé mon balai là-haut, dans les étoiles.

          Je regardais et vis, effectivement, un balai magique, bien loin, près de l'étoile du Cygne .Nébuleuse    

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

     * Et alors ? Dis-je, c'est bien un balai de sorcière, mais qu'est-ce qui prouve que c'est moi qui l'ai volé et oublié là ? Et d'abord, qu'est-ce qui prouve qu'il est à toi ?

     * C'est le Lutin Fou qui me l'a dit; il t'a vue.

La sorcière a perdu son balai

     * Ah ! Elle est bien bonne celle-là ! Le Lutin Fou m'aurait vue ! Si tu n'as que ça comme témoin.....ma pauvre......tu n'iras pas loin, ou plutôt, si, vas le chercher toi-même ton balai.

          Sur ce, je me tournais côté pile et laissais la sorcière à ses vociférations.

          Je pensais l'affaire terminée mais, je me trompais. J'avais oublié la méchanceté dont les sorcières peuvent être capables. Ainsi, quand je m'endormis, un peu après minuit ce soir-là, des ricanements se firent entendre et une lueur dansante éclaira ma chambre, mais c'était une lueur lugubre et hallucinante.

          C'était elle, la sorcière. Elle avait récupéré son balai et en avait profité pour voler quelques étoiles qui scintillaient, emprisonnées dans les fibres du balai.

La sorcière a perdu son balai

          Maudite sorcière ! Elle m'a pourri la nuit. N'engagez jamais la conversation avec les sorcières. Ce sont des êtres de mauvaise foi et foncièrement méchants.

          Et puis, j'ai entendu : " Simone ! Téléphone ! ", et vu ma soeur m'apportant l'appareil.

          Je ne sortais donc pas du sommeil nocturne. J'étais toujours étalée sous le soleil. et celui-ci avait mis mes neurones en surchauffe et les avait entraînés dans un délire onirique.

          Tant mieux....Je dormirai tranquille la nuit prochaine !!!

Voir les commentaires

2020-07-04T18:20:34+02:00

Fleurs de nuit

Publié par divagations-et-balades

          Cette nuit-là, la lune brillait haut dans un ciel opaque.

Fleurs de nuit

          Le jardin était silencieux, comme suspendu hors du temps, et un étrange mystère semblait en prendre possession.

          C'était l'heure à laquelle les sorcières et les gens du Petit Peuple osaient sortir se promener parmi les fleurs de la nuit.

          Une nuit où je m'étais cachée sous des arbustes touffus, à côté d'un hérisson, j'eu soudain la surprise de voir celui-ci se contorsionner et se transformer en ricanant. il était en réalité un gnome qui vivait dans notre jardin et, se camouflait le jour en ce piquant animal.

Fleurs de nuit

          Comme je m'inquiétais quand même un peu, il me dit d'une voix caverneuse :

     * Ne crains rien, aucun mal ne te sera fait car tu m'as sauvé la vie, et je suis heureux d'avoir l'occasion de t'en remercier.

          C'est vrai. Il y a quelques jours, alors que la nuit avait déjà pris possession de la Terre, j'avais entendu le chien Oscar aboyer furieusement, il était dans ce fourré en train de malmener un hérisson. J'avais sauvé la pauvre bête de la fureur de mon chien. Ainsi donc, c'était lui !

     * Dis-moi comment, dit le gnome, je peux te prouver ma reconnaissance, ce que tu veux tu l'auras.

          Alors, je lui demandais de parcourir avec lui le jardin, et de voir les fleurs dans la magie de la nuit.

          Et nous avons commencé la promenade enchantée.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Les fleurs étincelaient dans la nuit d'une façon un peu irréelle.

Fleurs de nuit

          Chaque fleur était la même et pas tout à fait une autre.

          Le gnome marchait près de moi, et de temps en temps, soufflait sur une fleur qui, tout-à-coup, se parait d'un éclat surnaturel.

Fleurs de nuit

          Ce gnome est un vrai magicien, il me semblait me promener dans un rêve.

          On a du réveiller les marguerites car elles étaient tout échevelées.

Fleurs de nuit

          Puis, j'ai du avoir la berlue car, j'ai vu passer l'ombre fantomatique d' Oscar.

Fleurs de nuit

          Il se dirigeait vers les acanthes, un de ses endroits favoris.

Fleurs de nuit

          Mes yeux commençaient à papilloter. Nous sommes arrivés dans le coin des reines : les agapanthes et les roses.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Puis, le gnome a voulu me faire un dernier cadeau : une fleur d'arbre de soie qui a éclaté comme le soleil d'un feu d'artifices.

Fleurs de nuit

          C'est alors, comme je le remerciais du spectacle qu'il m'avait offert, qu'il eut ces mots inouis :

     * Tu dois me payer maintenant !

          Alors ça !!!!

          Mais, je me suis exécutée, et je l'ai payé en pièces d'or de monnaie du pape.

Fleurs de nuit

          Quand même, quel fourbe !!!!

Voir les commentaires

2020-06-19T16:59:20+02:00

Jours de glace

Publié par divagations-et-balades

          En hiver à New York il peut faire très froid. Depuis plusieurs semaines, la température plafonnait à moins quatorze degrés, aussi, le vendredi soir, je prenais un vol de nuit pour Los Angeles ou Miami. Le plus souvent Miami, car il y faisait plus chaud.

          Nous étions le week-end à cheval sur janvier et février, et je me prélassais sur la plage de Surfside, dans la partie nord de la reine de la Floride, quand tout à coup, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai décidé de reprendre l'avion, non pour New York où je résidais, mais pour......Montréal.

          C'est ainsi que le lendemain, vers midi, j'atterrissais au milieu des congères de neige par une température de moins vingt degrés. Durant tout le trajet pour aller rue Sherbrooke, en plein centre ville, où se trouvait l'hôtel, je me demandais ce que je faisais là, et me disais que je n'allais pas y faire long feu.

          C'est alors que j'entendis un rire moqueur, et une voix avec un drôle d'accent qui me disait :

     * Il faisait bon à Miami, et même à New York il fait moins froid, et quand on n'aime pas le froid il faut être stupide pour venir ici en hiver.

          Croyant que c'était le chauffeur de taxi, je lui fis remarquer que même s'il avait raison, rien ne l'autorisait à me morigéner.

          Il se mit à rire et me dit :

     * Ah ! Vous l'avez entendu ! C'est le Hibou des neiges, il se mêle de tout, se moque de tout le monde, vous n'allez pas tarder à le voir.

          Effectivement, quelques secondes plus tard, je le vis, planté sur le dossier du siège devant moi, en train manifestement, de se payer ma tête.

Jours de glace

          Malgré mon envie de rire, je l'apostrophais :

     * Quelle impertinence ! De quoi te mêles-tu ? File rejoindre tes forêts boréales et je ne veux plus t'entendre.

     * Sois polie avec moi, tu ne sais pas à qui tu as à faire, me dit-il d'un air mauvais, et croyant me faire peur, il ébouriffa ses plumes et se déguisa en chef indien, tout en devenant noir de rage.

Jours de glace

     * Ah! Que j'ai peur ! dis-je en m'esclaffant. mais pour qui, ou plutôt, pour quoi te prends-tu ?

          Il prit alors un air si contrit et malheureux que j'eu pitié de lui.

Jours de glace

     * Allons ! Ce n'est pas si grave ! Je te taquinais, en fait, tu as raison de me trouver stupide d'être venue en cette saison, mais je suis contente de t'avoir rencontré et suis admirative de t'entendre parler aussi bien.

          Rasséréné, il m'offrit alors un cadeau, un air de tambour joué par un sien ami inuit.

Jours de glace

          Et c'est ainsi, qu'arrivée à l'hôtel, nous nous quittâmes les meilleurs amis du monde.

Ces figurines sont de l'art inuit, représentatives de l'époque " Dorset " qui s'étendait de mille ans avant notre ère, à mille ans après.

Elles sont sculptées dans un bloc de serpentine, minéral appartenant au groupe des silicates, contenant du magnésium, du fer, du nickel et du silicium.

Sa couleur est le plus souvent verte avec un aspect marbré. Ces statuettes étaient frottées de graisse pour leur donner un aspect brillant.

Celles-ci sont évidemment des reproductions.

Voir les commentaires

2020-05-27T13:27:05+02:00

la pigne amoureuse

Publié par divagations-et-balades

          Le soleil, enfin, avait réchauffé ses rayons qu'il dardait sur la terre depuis son royaume d'azur.

          Un jardin, minuscule point sur la planète, était tout en émoi.

          Cette partie du jardin contenait beaucoup d'arbres, et parmi ceux-ci, un grand pin frappé jadis par un grand vent furieux qui cherchait à l'abattre. Le grand pin avait résisté mais au prix de la perte de cet élancement droit vers le ciel dont il était si fier.

la pigne amoureuse

          Chaque matin, à son lever, le soleil venait caresser le grand pin et le nimber d'or. Tout près de lui vivait un rosier qui, chaque jour, était plus beau que la veille.

la pigne amoureuse

          Quand on passait près du grand pin, on entendait jacasser et rire sous cape. De qui donc se moquait-on ? Car on se moquait c'est sûr. Et qui donc osait ?

          C'étaient les jeunes filles du grand pin.

la pigne amoureuse

          Que se passait-il donc ?

          J'allais vers le cèdre proche où Dame Pie faisait semblant de dormir pour mieux espionner le voisinage.

la pigne amoureuse

        Je lui demandais d'aller se renseigner. Bonne détective, elle revint bientôt me raconter une drôle d'histoire.

          Vivant en solitaire au bout d'une branche, une vieille pigne était tombée amoureuse de quatre jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Les jeunes pignes se moquaient d'elle :

     * Tu es vieille et laide, tu n'es même plus capable de porter des pignons, faut-il que tu sois devenue folle pour penser que ces jeunes roses vont faire attention à toi et, pire, répondre à tes sentiments !

          La vieille pigne haussait les épaules et laissait parler ces sottes; au prix d'un prodigieux effort, elle avait réussi à se rapprocher d'assez près pour engager la conversation avec les jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Car, Dame Pie s'était trompée faute d'aller voir sous la surface des choses.

          En vérité, les roses, un jour, avaient interpellé la vieille pigne :

     * Grand-mère du monde, lui dirent-elles, tu es la plus âgée des plantes de ce jardin, et tu vis près du ciel, tu dois en connaître des choses ! Tu ne voudrais pas nous les enseigner ?

          La vieille pigne était très émue. Elle avait en elle un besoin de transmettre son savoir, mais les jeunes pignes, trop sottes, ne pensaient qu'à jouer avec le vent et les oiseaux.

          La demande des jeunes roses la comblait. Elle se rapprocha donc pour leur enseigner la beauté du monde. L'or du soleil, le bleu du ciel, la pâleur d'opaline de la lune, l'océan vert et bleu qui mugit sourdement là-bas, au-delà des grands pins.

la pigne amoureuse

          Elle leur chanta la splendeur des roses, et la distinction cireuse et parfumée de la fleur de magnolia.

la pigne amoureuse
la pigne amoureuse

     * Et les humains ? dirent les roses.

          Ah ! Les humains ! dit la pigne. Ce sont de fragiles créatures qui vivent au ras du sol. Ils ne savent plus que " la parole est au coeur du silence " et parlent souvent pour ne rien dire.

          Ils sont dans le Kali Yuga, l'Ere sombre, et se croient devenus des dieux. Ils ont perdu le contact avec nous, les plantes, dont l'origine divine nous donne le pouvoir de les guérir de tant de maux. Mais ils ont perdu le discernement, et nous pleurons de ne plus être reconnues.

          Ils croient que les parchemins universitaires sont suffisants, mais ils ont perdu la dimension sacrée de leur humanité.

          Ils ne savent plus d'où vient leur souffle de vie, et dans leur fol orgueil, ils ne savent plus, hormis quelques poètes anciens, que " la vie est comme un incendie.Flammes que le passant oublie, cendres que le vent disperse. Un homme a vécu ".

          Ainsi parlait la vieille pigne, et les jeunes roses l'écoutaient avec avidité, sans savoir qu'elles représentaient l'espoir que l'antique sagesse, à nouveau, vienne habiter le monde.

Voir les commentaires

2020-05-24T14:36:18+02:00

J'y crois pas !!!

Publié par divagations-et-balades

          Pendant le repas, dans notre salle à manger d'été,

J'y crois pas !!!

          j'ai machinalement levé la tête et.........là............je les ai vues.............les Duègnes !

          La première était juchée sur la cheminée; elle avait un oeil rond auquel rien ne devait échapper.

J'y crois pas !!!

          Instantanément, j'ai su qu'elle était là en mission, pour s'assurer que cette fois, je ne dévierais pas de ma route.

          Elle est restée un grand moment, sa tête décrivant une trajectoire panoramique, et, avec une précision de métronome, son oeil rond venait se poser sur moi.

          Je déteste être espionnée !

          Elle a du le sentir, car soudain, elle s'est envolée pour se perdre très vite dans l'azur.

          Bon vent ai-je pensé, tout en la regrettant car elle était quand même belle dans sa robe blanche. Nous continuions à manger une de nos salades des jours de chaleur,

J'y crois pas !!!

          Quand, relevant la tête, je n'en cru pas mes yeux, j'ai vu la deuxième sereinement installée sur la cheminée. l'oeil trompeusement vague, mais je ne suis pas dupe,

J'y crois pas !!!

          Ainsi je suis surveillée; c'est cet oiseau redresseur de route qui les a sûrement mandatées.

          Il ne me fait donc pas confiance ?

Voir les commentaires

2020-05-24T09:53:25+02:00

Rappel à l'ordre

Publié par divagations-et-balades

          Il était là, perché sur le rebord de la baignoire des oiseaux, et il me fixait d'un regard sévère.

Rappel à l'ordre

          Bon ! Qu'est-ce que j'ai fait (ou pas) encore ?

          Ce n'est pas la première fois qu'il apparaît dans ma vie, et chaque fois, je dois le reconnaître, c'est pour me rappeler à l'ordre.

          J'aurais du me méfier. Déjà, il y a quelques jours, un chat inconnu était apparu et m'avait fixée de son regard clair dans lequel luisait comme un avertissement.

Rappel à l'ordre

          Alors j'ai réfléchi et je me suis aperçue que j'avais un peu dévié de ma route et que je ne me souciais plus autant d'aller voir sous la surface des choses. Etais-je en train de perdre le sens de la quête ? Ou celui du temps ?

          J'ai oublié que " chaque début porte en soi sa fin " et que celle-ci se rapproche chaque jour, parce que le temps se rétrécit à mesure que l'on avance, et qu'il y a encore tant de choses à apprendre !!!

          Alors j'ai renoué avec une période qui fut riche en quête du savoir, et le confinement aidant, j'ai plongé dans les bibliothèques de la maison pour retrouver une série de livres lus entre vingt et trente ans auparavant, des livres dans lesquels la soif de connaissance qu'éprouvaient certains esprits curieux du Moyen-Âge, les poussait à partir à sa recherche vers les lieux où s'enseignait la Médecine car, quoi de mieux que la Médecine pour allier connaissance et humanisme. Du moins en ce temps-là.

          Et je les ai relus. Sinoué, Amin Maalouf, Claude Grellet... Et j'ai suivi les traces, de Tolède à Fès, de Bagdad à Ispahan, puis à Samarcande.... De Moïse Ben Maïmon à Ibn Arabî en passant par Ali l'alchimiste........D'Avicenne à Omar Khayam....Et j'ai recréé le lien.

          Alors.....merci l'Oiseau et merci le Chat de m'avoir remise sur le chemin.

Voir les commentaires

2020-05-15T09:18:51+02:00

Le monde d'après et le retour de la fée Clochette

Publié par divagations-et-balades

          Ce matin, en écoutant la radio dans ma voiture, j'ai entendu des choses fort réjouissantes sur notre avenir immédiat et lointain.

          D'abord, tout le monde le sait, le monde d'après ne sera pas comme le monde d'avant. et d'après ce qui se disait à la radio, nous ne serons pas loin du paradis sur Terre.

          En effet :

     * Nous allons retrouver le respect de la nature, laisser nos voitures au garage et prendre les vélos. Ils ne polluent pas et sont bons pour la santé. Les octo et nonagénaires y trouveront une seconde jeunesse.

     * Tout le monde va être beau et gentil, car finis les égoïsmes, nous allons retrouver le sens de la solidarité, de l'entraide............. Nous étions donc devenu si moches !

     * La convivialité va régner....etc....

          D'accord, mais......

     * J'ai fait hier matin, vingt cinq minutes de queue devant la poste du village. Au moins deux mètres entre chaque ......patient. Tous masqués, sauf une gauloise réfractaire vers qui des regards courroucés ont convergé. La gauloise, c'était moi. Et j'étais une vilaine récidiviste car deux jours auparavant, au même bureau de poste, la cerbère femelle qui en gardait l'entrée, avait poussé un cri horrifié en tendant vers moi ses mains en forme de repoussoir. C'était " vade retro Satanas ". Et comme je n'avais pu m'empêcher de rire, elle avait vociféré : " elle rit alors que nous allons tous mourir "; ça c'est sûr, un jour.......Pffuitt !!!!

     * Je me suis faite éjectée d'un magasin, parce que, à la caisse, la personne qui était devant moi s'est retournée furibarde en me disant méchamment : " Vous n'êtes pas à un mètre, reculez ". Effectivement, je n'étais qu'à quatre vingt dix centimètres environ. Honte sur moi, mes yeux avaient mal mesuré; mais j'ai une excuse......je suis myope. Mais comme je ne peux pas m'empêcher de dire des sottises, je lui ai demandé si elle avait bien signalé la barrière pour que le virus ne franchisse pas la ligne fatidique, parce que le nuage de Tchernobyl........ Et puis, en plus, je n'ai pas de masque !!!!

          Bref, pour l'instant, (du moins je l'espère), je vois une société de gens sans visage, des regards qui se détournent ou bien vous toisent avec, même, une sorte de haine voyant en l'autre le tueur potentiel, des gens exaspérés par des queues insensées comme aux beaux jours des années quarante, par les filtres à l'entrée de certains magasins où l'on ne peut rentrer qu'à la sortie de qui vous a précédé. Sans compter ceux qui sont claquemurés derrière une porte qui ne fait que s'entrebailler pour vous donner ce que vous êtes venu chercher.

          Enfin, en attendant l'idyllique convivialité etc... de l'âge d'or promis, c'est plutôt l'agressivité qui se fait jour. Il ne m'étonne pas que les ventes de Prozac soient en plein boum.

          Ce n'est que le monde d'après basé sur la peur savamment distillée par un gouvernement qui peut ainsi transformer des Gaulois ex-réfractaires, en moutons bien obéissants. Merci à lui et merci au chef.

          J'aimerais bien qu'on nous rende le monde d'avant, quand les gens se parlaient, se souriaient, quand on ne faisait pas la queue, quand on pouvait aller à la plage quand l'envie nous en prenait.........mais pour ça, peut-être faudrait-il le retour de la fée Clochette pour nous sortir de la Nef des Fous.

 

Le monde d'après et le retour de la fée Clochette

Voir les commentaires

2020-04-19T05:17:00+02:00

Allons danser !!!

Publié par divagations-et-balades

          Allez, foin du confinement, je vous invite à danser.....

      J'ai trouvé un petit orchestre sympa qui va nous entraîner, j'espère, dans une sarabande un peu folle. tout à fait ce qui nous convient en cette période de " fuite monotone et sans hâte du temps "

      Regardez, Je suis sûre que cet orchestre va vous plaire !

Allons danser !!!

       Alors ! Allons-y ! Le rigodon ? le charleston ? la bourrée ? le twist ? N'importe quoi mais faisons...la java. On ne va pas se laisser abattre quand même !

                        BON DIMANCHE !

Voir les commentaires

2020-04-17T17:56:50+02:00

Et on caquette !!!!

Publié par divagations-et-balades

          Cet après-midi je suis allée à la ferme chercher mes oeufs; tout se passait normalement, quand, tout-à-coup, sur le petit chemin d'accès où les ajoncs sont encore fleuris,

Et on caquette !!!!

          Il s'est passé un phénomène étrange : une lumière blanche très intense a enveloppé la voiture, m'aveuglant presque; ce fut heureusement très bref, mais je me suis quand même sentie un peu bizarre. Un peu plus loin, le chemin fait un angle de quatre vingt dix degrés et longe le vaste enclos des poules, et là.........j'entendis une voix peu aimable disant : " Que vient-elle faire ici celle-là ? Elle n'a pas le droit ".

          Sidérée, je regardais autour de moi, mais, ne vis personne, sauf.........une poule qui me regardait de travers.

Et on caquette !!!!

          Pas possible, je comprends le langage des poules maintenant ? Et j'entendais une espèce de cacophonie à base de claquements de becs. Aux paroles de la peu aimable qui m'avait interpellée, d'autres étaient accourues de tous côtés pour voir de quoi il était question.

Et on caquette !!!!
Et on caquette !!!!

          Je commençais à vraiment m'amuser quand je remarquais deux poules qui discutaient à l'écart, en me jetant de temps en temps un regard furtif. Je m'approchais discrètement pour les écouter.

Et on caquette !!!!

     * C'est comme je vous le dis, Madame Clouque, les humains sont confinés, comme certaines de nos soeurs.

     * Pas possible Madame Kokott, vous êtes sûres de ce que vous dites ?

     * Absolument Madame Clouque, et si vous voulez mon avis, c'est bien fait pour eux.

     * Oh pour ça oui, Madame Kokott, c'est une race tellement arrogante et prétentieuse, comme cela ils comprendront peut-être le mal que cela fait à nos soeurs d'être confinées. Mais ici, nous vivons en liberté, alors, les humains qui nous gardent, sont-ils punis aussi ? Ce ne serait pas juste !

     * Oh ! Laissez tomber ces bons sentiments Madame Clouque, c'est votre récente maternité qui vous a ramollie ? tant pis pour eux, le seul fait d'être humains suffit à les rendre détestables.

          Holà ! Vous exagérez ! n'ai-je pu m'empêcher de dire. 

          Entendant ces mots, les deux commères se déchaînèrent contre les humains en général et moi en particulier. Je reçus une belle algarade.

          Finalement, ce n'est pas très intéressant de comprendre le langage de ces idiotes de poules. Qu'elles pondent des oeufs, c'est tout ce qu'on leur demande, et je ne me privais pas de leur dire.

          C'est alors que la première qui avait fait une réflexion à mon arrivée, se mit à rameuter ses compagnes; je l'entendais vitupérer contre moi, en me promettant une mémorable raclée.

          Mais, heureusement pour moi, les autres étaient occupées à picorer quelques vers de terre et elles dirent que je ne les intéressais pas et qu'on les laisse manger tranquilles.

Et on caquette !!!!

          Ouf ! Me dis-je, tant mieux car cela doit faire mal un bec de poule en colère.

          Mais en bonne humaine, je voulais avoir le dernier mot, alors je leur lançais ironiquement.

          " Vous savez quoi ? Ce soir je vais manger du confit de poule. Au-revoir Mesdames ! "

          Sur ce, je tournais les talons et allais chercher mes oeufs.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog