Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divagations

2021-01-29T10:35:38+01:00

La genèse selon le pithécanthrope

Publié par divagations-et-balades

          Assis devant sa caverne, songeait le pithécanthrope.

Wikipedia

Wikipedia

          Depuis quelque temps, deux questions taraudaient son âme sub-humaine :

     * D'où vient ce monde qui m'entoure ?

     * Et son inévitable corollaire : Et moi ?

          La philosophie venait de naître, mais évidemment, il ne le savait pas.

          Il ne savait pas non plus que ces questions allaient s'enchaîner pendant des millénaires et que, tout aussi inévitablement, devant la splendeur d'un matin du monde, se poserait un jour la question du :

                                        Qui a fait ça ?

La genèse selon le pithécanthrope

                              Mais ceci est une autre histoire

          En attendant, le pithécanthrope songeait, et comme il n'avait pas encore levé les yeux vers le ciel, il cherchait sa réponse dans cette forêt où il vivait, dans ces grands arbres dont il avait, depuis peu, quitté les branches, et dans cette montagne qui bouchait son horizon et limitait son univers.

          Assis devant sa caverne, il réfléchissait, silencieux, quand soudain, la terre sous lui se mit à trembler et, un souffle puissant réveilla la montagne qui se mit à vomir des pierres et du feu.

          Sa horde, qui dormait dans la caverne, surgit, terrorisée par cette colère incandescente.

La genèse selon le pithécanthrope

          Et le pithécanthrope comprit. La réponse était là. Un volcan géant, quelque part, dans une fulgurante fureur, avait craché une énorme pierre sur laquelle, le soleil et la pluie, avaient fait pousser la forêt.

          Oui mais.......et moi se dit-il ?

          Le pauvre pithécanthrope n'eut jamais la réponse.

Voir les commentaires

2021-01-12T15:24:25+01:00

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

Publié par divagations-et-balades

          A cette heure fantomatique qui précède le réveil, les pensées sont encore en roue libre, et ce matin, quel génie a frappé à la porte de ma boite à idées pour me donner la recette du vaccin contre ce virus qui nous ennuie depuis trop longtemps ?

          Qu'importe, mais je me suis levée en vitesse pour aller tout noter avant d'oublier.

          Voici donc la recette du génie :

     * D'abord, on prend un pangolin, puisque celui-ci est à l'origine de cette maladie.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

     * On le tue.

     * On le badigeonne à l'alcool à 90

     * Il faut maintenant le déshydrater. Il suffit d'un appareil à faire le vide. On place l'embout sur un orifice naturel de l'animal et on pousse le bouton de mise en marche.

     * Quand le pangolin est complètement déshydraté, il s'effondre sur lui-même. Il faut alors le piler au mortier, dans la baignoire par exemple, jusqu'à obtention d'une poudre homogène.

     * Il suffit alors de diluer cette poudre dans de l'eau stérilisée et......

                                        BINGO !

                LE VACCIN EST PRET

     * Il ne reste plus qu'à l'injecter.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

    * Voilà, c'est fait.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

          Il me vient une pensée de Chamfort :

               " Seules les plaisanteries doivent se faire avec le plus grand sérieux "

NB : Pour le Nobel, on peut me joindre à cette adresse.

Voir les commentaires

2021-01-01T18:29:10+01:00

An neuf

Publié par divagations-et-balades

          Un dernier petit tour autour de la Lune et....hop.....Le Père Noël est reparti pour son pays de glace. Il aura bien besoin d'un an de bon sommeil réparateur pour récupérer de sa tournée.

An neuf

          Et ce matin s'est présentée l'année nouvelle. Que sera t-elle ? Hum !!! Et si je me transformais en Pythie ?

          Holà ! On est bien ambitieuse en ce premier jour !

          Mais c'est parce que je suis toute neuve moi aussi, comme chaque année, alors...je ne veux pas dire que j'ose tout, attention !!! Des esprits malintentionnés ajouteraient un complément peu flatteur même s'il est parfois fort pertinent........Je m'égare...........déjà !

          Or donc, ce matin, en ouvrant les volets, j'ai décidé que la couleur du ciel me donnerait celle de l'année nouvelle.

          D'abord, côté Est; sera t-il au rendez-vous ? Ouf ! Le voilà ! Il ne flamboie pas trop mais a toujours de belles couleurs pour enjoliver nos jours

An neuf

          Cependant, un détail me chagrine un peu..........tout ce gris qui semble peser pour empêcher l'éclaboussement orangé du ciel; on n'en voit que des fragments.

          Qu'en pense la Pythie ?

          Je vois.....je vois......une année mitigée qui ne sera pas ce qu'elle devrait être. Des maléfices circuleront dans le ciel et obscurciront la Terre.

          Ah ! Zut ! J'aurais mieux fait de m'adresser à Madame Irma !

          Vite, allons ouvrir les volets côté Ouest; c'est de là qu'arrivent les nuages de pluie.

          Mais quelle jolie surprise !!! Un ciel bleu clair dans lequel une Lune toute ronde me fait un sympathique clin d'oeil.

An neuf

          Et voilà la pythonisse du jour rassurée. La Lune est là aussi, fidèle, et avec la promesse que le romantisme et la poésie ne sont pas morts, et qu'ils sauront nous réconforter si trop de grisaille envahit le champ céleste et embrume nos âmes.

                YOUPI ! VIVE LA NOUVELLE ANNEE !

Voir les commentaires

2020-11-01T15:25:20+01:00

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

Publié par divagations-et-balades

          C'est la pleine lune, et, comme chaque mois, elle inonde ma chambre de clarté opaline si intense, que mes yeux s'ouvrent et que je me crois le matin.

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Me voilà réveillée ! Mais, est-ce bien sûr ? Est-ce ma voix que j'entends ? 

                    Hou, fuis, fuis, lune, lune,

                    Car si les Gitans revenaient,

                    Ils feraient avec ton coeur,

                    Blancs colliers et blancs anneaux.

          Mais qu'est-ce qui me prend ? Voilà qu'en pleine nuit je récite le Romancero gitan !!!

                    Hou, fuis, lune, lune, lune,

                    Déjà j'entends les chevaux.........

            ......... Par les champs d'oliviers viennent

                    Bronze et rêve, les Gitans.....

          Ah mais, assez à la fin ! Il est cinq heures du matin et je voudrais me rendormir.

          C'est alors que j'entends une voix éraillée dire :

     * Prends cent vingt cinq grammes de cacahuètes, écrases-les grossièrement..

          Quoi ! Une recette de cuisine maintenant ?

          Un ricanement me répond, et.......je la vois !

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Quel toupet ! Elle fait sa cuisine dans ma chambre ! Mais ce n'est pas possible ! Je fais un cauchemar, moi qui n'en fais jamais.

     * C'est bien fait pour toi ! me dit une voix caverneuse. Et je vois Jack O'Lantern, dans un autre coin de ma chambre, me regardant méchamment.     

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Alors me prend une sorte de rage; je me lève, une force irrésistible m'envahit, je le sens, rien ne pourra me résister.

          J'attrape la sorcière et son chaudron, Jack O'Lantern et sa méchanceté. Ils sont si surpris qu'ils ne m'opposent aucune résistance. Je les enferme dans un grand sac poubelle et me voilà partie vers la forêt avec mon fardeau.

          Et là.......Que fais-je ?

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Et me revoilà dans mon lit. Je ferme les yeux et me rendors.

          A sept heures, le jour va bientôt se lever, et en ouvrant les volets de ma chambre, je la vois, innocente au milieu du ciel.

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Et je réalise que cette nuit était particulière; c'était la nuit des sorcières, et j'ai découvert un grand secret : cette nuit-là, la lune aussi est une sorcière.

          Je suis quand même un peu triste. car, hier soir, les petits sorciers ne sont pas venus prendre les bonbons qui devaient m'éviter un mauvais sort.

               QUE VA T-IL SE PASSER MAINTENANT ?

Voir les commentaires

2020-09-06T14:54:23+02:00

Ecolauto

Publié par divagations-et-balades

          J'avais laissé ma voiture tranquillement installée, sur l'allée du garage, à l'ombre d'un chêne.

          Il faisait beau et chaud......Le rêve...........J'étais dans le jardin " de derrière " en train de bouquiner devant une tasse de thé à la menthe, " nana " bien sûr, sans me douter le moins du monde de ce qui se tramait devant la maison.

          Je relisais " La petite fille au manteau rouge ", celle qui avait traversé le film de Steven Spielberg : La liste de Schindler ".

Ecolauto

          Un moment plus tard, ma soeur, dont la voiture est en panne, peut-être définitive, m'a demandé de la conduire faire quelques courses. Le chien Oscar, que l'on pensait profondément endormi, est arrivé en frétillant de la queue, et nous a regardées de cet air à la fois misérable et culpabilisant, dont les chiens savent si bien faire usage.

          " Bon, d'accord, on t'emmène; je vais arranger la couverture sur le siège arrière. Attends."

          Et quand j'arrivais devant la voiture..... j'en restais ....bouche bée ! Elle était envahie. Avais-je laissé une vitre ouverte pour que la végétation s'y engouffre ainsi ?

          

Ecolauto

          Pas de doute, elle était colonisée. J'entrepris d'en faire le tour.......La végétation était omniprésente.......quelle que soit la vitre par laquelle je regardais. 

Ecolauto

          Mais comment cela se pouvait-il ? Je parie que c'est encore ce sacré lutin du jardin qui me fait une blague !

Ecolauto

          Et comment je vais faire moi, maintenant ? A l'arrière de la voiture, je vois que, décidément, le lutin a perdu un peu de maîtrise dans l'art d'illusionner les humains. Trop de ciel rend le mirage imparfait.

Ecolauto

          Eh non ! Ma voiture n'était pas devenue la proie d'un lutin écolo. Oscar en était tout joyeux !

Voir les commentaires

2020-07-25T08:47:04+02:00

La sorcière a perdu son balai

Publié par divagations-et-balades

          Alors que j"étais plongée dans la douce torpeur qui s'empare de moi quand je prends mes bains de soleil, j'ai tout à coup senti un pincement méchant sur mon bras gauche, et le feu d'un regard cruel qui brûlait plus que le soleil lui-même.

          Ouvrant les yeux, j'ai vu devant moi, une sorcière plutôt de mauvaise humeur.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

     * Rends-le moi ! me dit-elle d'une voix grinçante;

          J'étais ahurie.

     * Te rendre quoi ? Je ne t'ai rien pris et je ne te connais même pas;

     * Je t'ai vue dans ma boule de cristal. Tu viens de voyager dans les étoiles, tu as voulu les nettoyer et tu m'as volé mon balai. J'en ai la preuve.

     * Mais tu es folle ! D'abord, je déteste faire le ménage, j'ai bien assez de chez moi, alors te prendre ton balai !!! Je me demande bien pour quoi faire. Quand à ta fameuse preuve .......... j'aimerais bien la voir !

     * Je vais te la montrer de suite; approche-toi de ma boule de cristal et regardes bien, car tu as laissé mon balai là-haut, dans les étoiles.

          Je regardais et vis, effectivement, un balai magique, bien loin, près de l'étoile du Cygne .Nébuleuse    

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

     * Et alors ? Dis-je, c'est bien un balai de sorcière, mais qu'est-ce qui prouve que c'est moi qui l'ai volé et oublié là ? Et d'abord, qu'est-ce qui prouve qu'il est à toi ?

     * C'est le Lutin Fou qui me l'a dit; il t'a vue.

La sorcière a perdu son balai

     * Ah ! Elle est bien bonne celle-là ! Le Lutin Fou m'aurait vue ! Si tu n'as que ça comme témoin.....ma pauvre......tu n'iras pas loin, ou plutôt, si, vas le chercher toi-même ton balai.

          Sur ce, je me tournais côté pile et laissais la sorcière à ses vociférations.

          Je pensais l'affaire terminée mais, je me trompais. J'avais oublié la méchanceté dont les sorcières peuvent être capables. Ainsi, quand je m'endormis, un peu après minuit ce soir-là, des ricanements se firent entendre et une lueur dansante éclaira ma chambre, mais c'était une lueur lugubre et hallucinante.

          C'était elle, la sorcière. Elle avait récupéré son balai et en avait profité pour voler quelques étoiles qui scintillaient, emprisonnées dans les fibres du balai.

La sorcière a perdu son balai

          Maudite sorcière ! Elle m'a pourri la nuit. N'engagez jamais la conversation avec les sorcières. Ce sont des êtres de mauvaise foi et foncièrement méchants.

          Et puis, j'ai entendu : " Simone ! Téléphone ! ", et vu ma soeur m'apportant l'appareil.

          Je ne sortais donc pas du sommeil nocturne. J'étais toujours étalée sous le soleil. et celui-ci avait mis mes neurones en surchauffe et les avait entraînés dans un délire onirique.

          Tant mieux....Je dormirai tranquille la nuit prochaine !!!

Voir les commentaires

2020-07-04T18:20:34+02:00

Fleurs de nuit

Publié par divagations-et-balades

          Cette nuit-là, la lune brillait haut dans un ciel opaque.

Fleurs de nuit

          Le jardin était silencieux, comme suspendu hors du temps, et un étrange mystère semblait en prendre possession.

          C'était l'heure à laquelle les sorcières et les gens du Petit Peuple osaient sortir se promener parmi les fleurs de la nuit.

          Une nuit où je m'étais cachée sous des arbustes touffus, à côté d'un hérisson, j'eu soudain la surprise de voir celui-ci se contorsionner et se transformer en ricanant. il était en réalité un gnome qui vivait dans notre jardin et, se camouflait le jour en ce piquant animal.

Fleurs de nuit

          Comme je m'inquiétais quand même un peu, il me dit d'une voix caverneuse :

     * Ne crains rien, aucun mal ne te sera fait car tu m'as sauvé la vie, et je suis heureux d'avoir l'occasion de t'en remercier.

          C'est vrai. Il y a quelques jours, alors que la nuit avait déjà pris possession de la Terre, j'avais entendu le chien Oscar aboyer furieusement, il était dans ce fourré en train de malmener un hérisson. J'avais sauvé la pauvre bête de la fureur de mon chien. Ainsi donc, c'était lui !

     * Dis-moi comment, dit le gnome, je peux te prouver ma reconnaissance, ce que tu veux tu l'auras.

          Alors, je lui demandais de parcourir avec lui le jardin, et de voir les fleurs dans la magie de la nuit.

          Et nous avons commencé la promenade enchantée.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Les fleurs étincelaient dans la nuit d'une façon un peu irréelle.

Fleurs de nuit

          Chaque fleur était la même et pas tout à fait une autre.

          Le gnome marchait près de moi, et de temps en temps, soufflait sur une fleur qui, tout-à-coup, se parait d'un éclat surnaturel.

Fleurs de nuit

          Ce gnome est un vrai magicien, il me semblait me promener dans un rêve.

          On a du réveiller les marguerites car elles étaient tout échevelées.

Fleurs de nuit

          Puis, j'ai du avoir la berlue car, j'ai vu passer l'ombre fantomatique d' Oscar.

Fleurs de nuit

          Il se dirigeait vers les acanthes, un de ses endroits favoris.

Fleurs de nuit

          Mes yeux commençaient à papilloter. Nous sommes arrivés dans le coin des reines : les agapanthes et les roses.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Puis, le gnome a voulu me faire un dernier cadeau : une fleur d'arbre de soie qui a éclaté comme le soleil d'un feu d'artifices.

Fleurs de nuit

          C'est alors, comme je le remerciais du spectacle qu'il m'avait offert, qu'il eut ces mots inouis :

     * Tu dois me payer maintenant !

          Alors ça !!!!

          Mais, je me suis exécutée, et je l'ai payé en pièces d'or de monnaie du pape.

Fleurs de nuit

          Quand même, quel fourbe !!!!

Voir les commentaires

2020-06-19T16:59:20+02:00

Jours de glace

Publié par divagations-et-balades

          En hiver à New York il peut faire très froid. Depuis plusieurs semaines, la température plafonnait à moins quatorze degrés, aussi, le vendredi soir, je prenais un vol de nuit pour Los Angeles ou Miami. Le plus souvent Miami, car il y faisait plus chaud.

          Nous étions le week-end à cheval sur janvier et février, et je me prélassais sur la plage de Surfside, dans la partie nord de la reine de la Floride, quand tout à coup, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai décidé de reprendre l'avion, non pour New York où je résidais, mais pour......Montréal.

          C'est ainsi que le lendemain, vers midi, j'atterrissais au milieu des congères de neige par une température de moins vingt degrés. Durant tout le trajet pour aller rue Sherbrooke, en plein centre ville, où se trouvait l'hôtel, je me demandais ce que je faisais là, et me disais que je n'allais pas y faire long feu.

          C'est alors que j'entendis un rire moqueur, et une voix avec un drôle d'accent qui me disait :

     * Il faisait bon à Miami, et même à New York il fait moins froid, et quand on n'aime pas le froid il faut être stupide pour venir ici en hiver.

          Croyant que c'était le chauffeur de taxi, je lui fis remarquer que même s'il avait raison, rien ne l'autorisait à me morigéner.

          Il se mit à rire et me dit :

     * Ah ! Vous l'avez entendu ! C'est le Hibou des neiges, il se mêle de tout, se moque de tout le monde, vous n'allez pas tarder à le voir.

          Effectivement, quelques secondes plus tard, je le vis, planté sur le dossier du siège devant moi, en train manifestement, de se payer ma tête.

Jours de glace

          Malgré mon envie de rire, je l'apostrophais :

     * Quelle impertinence ! De quoi te mêles-tu ? File rejoindre tes forêts boréales et je ne veux plus t'entendre.

     * Sois polie avec moi, tu ne sais pas à qui tu as à faire, me dit-il d'un air mauvais, et croyant me faire peur, il ébouriffa ses plumes et se déguisa en chef indien, tout en devenant noir de rage.

Jours de glace

     * Ah! Que j'ai peur ! dis-je en m'esclaffant. mais pour qui, ou plutôt, pour quoi te prends-tu ?

          Il prit alors un air si contrit et malheureux que j'eu pitié de lui.

Jours de glace

     * Allons ! Ce n'est pas si grave ! Je te taquinais, en fait, tu as raison de me trouver stupide d'être venue en cette saison, mais je suis contente de t'avoir rencontré et suis admirative de t'entendre parler aussi bien.

          Rasséréné, il m'offrit alors un cadeau, un air de tambour joué par un sien ami inuit.

Jours de glace

          Et c'est ainsi, qu'arrivée à l'hôtel, nous nous quittâmes les meilleurs amis du monde.

Ces figurines sont de l'art inuit, représentatives de l'époque " Dorset " qui s'étendait de mille ans avant notre ère, à mille ans après.

Elles sont sculptées dans un bloc de serpentine, minéral appartenant au groupe des silicates, contenant du magnésium, du fer, du nickel et du silicium.

Sa couleur est le plus souvent verte avec un aspect marbré. Ces statuettes étaient frottées de graisse pour leur donner un aspect brillant.

Celles-ci sont évidemment des reproductions.

Voir les commentaires

2020-05-27T13:27:05+02:00

la pigne amoureuse

Publié par divagations-et-balades

          Le soleil, enfin, avait réchauffé ses rayons qu'il dardait sur la terre depuis son royaume d'azur.

          Un jardin, minuscule point sur la planète, était tout en émoi.

          Cette partie du jardin contenait beaucoup d'arbres, et parmi ceux-ci, un grand pin frappé jadis par un grand vent furieux qui cherchait à l'abattre. Le grand pin avait résisté mais au prix de la perte de cet élancement droit vers le ciel dont il était si fier.

la pigne amoureuse

          Chaque matin, à son lever, le soleil venait caresser le grand pin et le nimber d'or. Tout près de lui vivait un rosier qui, chaque jour, était plus beau que la veille.

la pigne amoureuse

          Quand on passait près du grand pin, on entendait jacasser et rire sous cape. De qui donc se moquait-on ? Car on se moquait c'est sûr. Et qui donc osait ?

          C'étaient les jeunes filles du grand pin.

la pigne amoureuse

          Que se passait-il donc ?

          J'allais vers le cèdre proche où Dame Pie faisait semblant de dormir pour mieux espionner le voisinage.

la pigne amoureuse

        Je lui demandais d'aller se renseigner. Bonne détective, elle revint bientôt me raconter une drôle d'histoire.

          Vivant en solitaire au bout d'une branche, une vieille pigne était tombée amoureuse de quatre jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Les jeunes pignes se moquaient d'elle :

     * Tu es vieille et laide, tu n'es même plus capable de porter des pignons, faut-il que tu sois devenue folle pour penser que ces jeunes roses vont faire attention à toi et, pire, répondre à tes sentiments !

          La vieille pigne haussait les épaules et laissait parler ces sottes; au prix d'un prodigieux effort, elle avait réussi à se rapprocher d'assez près pour engager la conversation avec les jeunes roses.

la pigne amoureuse

          Car, Dame Pie s'était trompée faute d'aller voir sous la surface des choses.

          En vérité, les roses, un jour, avaient interpellé la vieille pigne :

     * Grand-mère du monde, lui dirent-elles, tu es la plus âgée des plantes de ce jardin, et tu vis près du ciel, tu dois en connaître des choses ! Tu ne voudrais pas nous les enseigner ?

          La vieille pigne était très émue. Elle avait en elle un besoin de transmettre son savoir, mais les jeunes pignes, trop sottes, ne pensaient qu'à jouer avec le vent et les oiseaux.

          La demande des jeunes roses la comblait. Elle se rapprocha donc pour leur enseigner la beauté du monde. L'or du soleil, le bleu du ciel, la pâleur d'opaline de la lune, l'océan vert et bleu qui mugit sourdement là-bas, au-delà des grands pins.

la pigne amoureuse

          Elle leur chanta la splendeur des roses, et la distinction cireuse et parfumée de la fleur de magnolia.

la pigne amoureuse
la pigne amoureuse

     * Et les humains ? dirent les roses.

          Ah ! Les humains ! dit la pigne. Ce sont de fragiles créatures qui vivent au ras du sol. Ils ne savent plus que " la parole est au coeur du silence " et parlent souvent pour ne rien dire.

          Ils sont dans le Kali Yuga, l'Ere sombre, et se croient devenus des dieux. Ils ont perdu le contact avec nous, les plantes, dont l'origine divine nous donne le pouvoir de les guérir de tant de maux. Mais ils ont perdu le discernement, et nous pleurons de ne plus être reconnues.

          Ils croient que les parchemins universitaires sont suffisants, mais ils ont perdu la dimension sacrée de leur humanité.

          Ils ne savent plus d'où vient leur souffle de vie, et dans leur fol orgueil, ils ne savent plus, hormis quelques poètes anciens, que " la vie est comme un incendie.Flammes que le passant oublie, cendres que le vent disperse. Un homme a vécu ".

          Ainsi parlait la vieille pigne, et les jeunes roses l'écoutaient avec avidité, sans savoir qu'elles représentaient l'espoir que l'antique sagesse, à nouveau, vienne habiter le monde.

Voir les commentaires

2020-05-24T14:36:18+02:00

J'y crois pas !!!

Publié par divagations-et-balades

          Pendant le repas, dans notre salle à manger d'été,

J'y crois pas !!!

          j'ai machinalement levé la tête et.........là............je les ai vues.............les Duègnes !

          La première était juchée sur la cheminée; elle avait un oeil rond auquel rien ne devait échapper.

J'y crois pas !!!

          Instantanément, j'ai su qu'elle était là en mission, pour s'assurer que cette fois, je ne dévierais pas de ma route.

          Elle est restée un grand moment, sa tête décrivant une trajectoire panoramique, et, avec une précision de métronome, son oeil rond venait se poser sur moi.

          Je déteste être espionnée !

          Elle a du le sentir, car soudain, elle s'est envolée pour se perdre très vite dans l'azur.

          Bon vent ai-je pensé, tout en la regrettant car elle était quand même belle dans sa robe blanche. Nous continuions à manger une de nos salades des jours de chaleur,

J'y crois pas !!!

          Quand, relevant la tête, je n'en cru pas mes yeux, j'ai vu la deuxième sereinement installée sur la cheminée. l'oeil trompeusement vague, mais je ne suis pas dupe,

J'y crois pas !!!

          Ainsi je suis surveillée; c'est cet oiseau redresseur de route qui les a sûrement mandatées.

          Il ne me fait donc pas confiance ?

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog