Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divagations

2021-04-29T08:48:59+02:00

Désert ? Vraiment ?

Publié par divagations-et-balades

          J'aime les déserts, ils m'ont toujours fascinée.

          Le premier que j'ai connu est le Sahara, (pour moi le plus beau), d'abord par la géographie, puis les lectures, et enfin, j'y suis allée. La première fois par l'Algérie, au début des années soixante, un peu avant l'indépendance, quand je faisais fonction d'interne, (FFI), à l'hôpital de Beni Messous, non loin de la forêt de Baïnem ( brûlée), au sud d'Alger.

          Ghardaïa, la mystérieuse mozabite, en fut pour moi la porte. Cette ville me faisait rêver, sans doute à cause de la légende qui explique sa fondation :

     * Une belle jeune fille du nom de Daïa, vivait seule dans une grotte, ghar, en arabe. Un jour, un beau et noble jeune homme passant par là, aperçut la jolie Daïa et, instantanément, en tomba amoureux. La belle, elle aussi, fut séduite par ce bel inconnu. Comme dans les contes de fées, ils se marièrent, eurent sans doute beaucoup d'enfants pour peupler la ville qu'ils venaient de fonder : Ghardaïa, la grotte de Daïa.

          

Désert ? Vraiment ?

          De là, on prend la piste d' In-Salah, et le désert va s'offrir à nos yeux. Ma première impression fut ces dromadaires, immobiles, apparemment seuls dans cette immensité figée, dont j'imaginais le regard perdu dans l'infini qui se profile devant eux, alors qu'apparaissent au loin, les premiers ergs.

Désert ? Vraiment ?

          Mais alors...le désert n'est pas si désert ! Des animaux y vivent, et, à part les dromadaires, pour qui j'ai une tendresse particulière, pas forcément des plus sympathiques, comme par exemple, cette charmante vipère à cornes que je suis ravie de ne pas avoir rencontré personnellement.

Désert ? Vraiment ?

          Par contre, les scorpions.......et je ne parle pas du petit scorpion noir à queue jaune que l'on trouve à Bordeaux.

          Mais le désert peut présenter un visage plus souriant. Je me souviens d'une vieille dame rencontrée à Alger, et qui me disait avoir vu, dans sa jeunesse, fleurir le désert. Je l'enviais beaucoup.

          Et un jour, le miracle s'est produit, normal, j'étais dans le désert de Judée, Oh non, je n'ai pas vu comme elle, le désert fleurir, mais l'ami israélien qui me servait de guide, m'a montré quatre fleurs qui m'ont époustouflée car je pensais qu'on ne les trouvait que dans les jardins. Ma photo, trop abimée et en noir et blanc, est remplacée par celle-ci, qui n'est pas de moi.

Désert ? Vraiment ?

          Quatre iris violets, couleur de la méditation. Car, en réalité, le désert c'est cet infini du ciel et de la terre, où l'on finit par se retrouver seul avec soi-même dans une interrogation sans réponse. Un univers métaphysique qui transcende ou écrase.

          Je me souviens y avoir un jour traîné une amie. J'avais réussi, je ne sais comment, à lui faire accepter une balade de trois jours dans le Grand Erg Oriental.........à dos de dromadaire. Elle avait mis longtemps à me pardonner. Ah ! les Parisiennes !

         De suite elle avait ressenti de l'angoisse. Cette immensité, cet infini du ciel, lui avaient procuré un malaise réel. Elle s'était sentie écrasée..........et avait gâché mon plaisir !

          Et moi qui lui avais vanté cette expansion du moi, cette impression de participer à l'univers entier, de toucher du doigt la Création et de vivre le premier matin du monde!!!!

          Comment ne captait-elle pas ces vibrations des caravanes disparues, celles des méditations des hommes du désert, au pas lent de leurs dromadaires, qui flottaient dans cet air surchauffé de la journée saharienne ? ( mais la nuit......brrr.....ce que j'ai eu froid !)

          Illusion peut-être, mais pour moi, le désert appelle à la transcendance, à cette spiritualité qui n'habitent plus notre civilisation agonisante. Le Judaïsme et l'Islam ne sont-ils pas nés dans le désert ? Le désert incite à l'introspection, à la recherche de soi ou de ce jumeau qui, tel celui de Mani, n'est en réalité que la part de lumière que chacun a en soi, et qu'on a laissé s'éteindre parce qu'on ne sait plus l'écouter dans notre vertige de démiurges qui ont remplacé l'idée, vraie ou fausse qu'importe, de D.ieu par la technologie.

          Allez, je reviens sur terre et vais courir avec mon chien. Mais........si les dromadaires me donnaient raison ! Je pense à celui-ci, debout, immobile, le regard perdu dans un horizon où le ciel et la terre se noient ensemble. N'est-il pas en train de méditer ? Sur la folie des hommes peut-être ?

Désert ? Vraiment ?

Voir les commentaires

2021-03-07T06:35:00+01:00

Allo !

Publié par divagations-et-balades

          * Allo ? Le Haut Commandement ?

          Bonjour ! Ici Li-Corona-Tsé. Comme prévu, je viens vous informer de mes heures de sortie afin que vous puissiez prendre toutes dispositions adéquates et utiles.

          * Ah bien ! Merci Monsieur Li, je vous écoute.

          * Bon, alors voilà : vous avez pu remarquer mon penchant pour le noctambulisme, donc, je continue mes sorties de 18h à 6h.

          Mais, vous le savez, il n'y a pas que cela.

          J'adore me promener dans les salles obscures et désertes des cinémas; j'y joue à me faire peur. Cela me change de faire peur aux Hommes. Pardon, aux Humains veux-je dire, car, bien sûr, vous aussi Mesdames, vous avez peur.

          Savez-vous que j'ai la faiblesse de penser que je prends soin de votre santé ? En effet, en étant installé en permanence dans vos restaurants et vous empêchant d'y aller, je vous garde d'un excès de cholestérol.

          Je vous protège aussi des fractures ou accidents plus graves, en vous empêchant de skier. Que voulez-vous, l'air pur des montagnes me fait un bien fou !

          Vous l'avez peut-être compris, je suis sportif, et quand j'ai vu tous ces beaux stades que vous avez dans votre pays, je n'ai pas pu résister pour faire en sorte de les garder pour mon usage personnel.

          Peut-être que, ce faisant, je vous mets à l'abri d'une crise cardiaque qui pourrait vous terrasser quand votre équipe favorite se fait étriller sur le terrain.

          J'oublie sûrement quelque chose, mais déjà, avec les informations que je viens de vous donner, vous avez assez pour bien exercer votre fonction et enquiquiner le peuple.

          Quant à moi, j'ose le dire, et vous en conviendrez sans doute, je pense qu'étant donné tout ce que je vous évite, je suis véritablement un bienfaiteur de l'Humanité.

          Au revoir, Monsieur du Haut Commandement !

         A vous revoir et merci, Monsieur Li !

 

Voir les commentaires

2021-01-29T10:35:38+01:00

La genèse selon le pithécanthrope

Publié par divagations-et-balades

          Assis devant sa caverne, songeait le pithécanthrope.

Wikipedia

Wikipedia

          Depuis quelque temps, deux questions taraudaient son âme sub-humaine :

     * D'où vient ce monde qui m'entoure ?

     * Et son inévitable corollaire : Et moi ?

          La philosophie venait de naître, mais évidemment, il ne le savait pas.

          Il ne savait pas non plus que ces questions allaient s'enchaîner pendant des millénaires et que, tout aussi inévitablement, devant la splendeur d'un matin du monde, se poserait un jour la question du :

                                        Qui a fait ça ?

La genèse selon le pithécanthrope

                              Mais ceci est une autre histoire

          En attendant, le pithécanthrope songeait, et comme il n'avait pas encore levé les yeux vers le ciel, il cherchait sa réponse dans cette forêt où il vivait, dans ces grands arbres dont il avait, depuis peu, quitté les branches, et dans cette montagne qui bouchait son horizon et limitait son univers.

          Assis devant sa caverne, il réfléchissait, silencieux, quand soudain, la terre sous lui se mit à trembler et, un souffle puissant réveilla la montagne qui se mit à vomir des pierres et du feu.

          Sa horde, qui dormait dans la caverne, surgit, terrorisée par cette colère incandescente.

La genèse selon le pithécanthrope

          Et le pithécanthrope comprit. La réponse était là. Un volcan géant, quelque part, dans une fulgurante fureur, avait craché une énorme pierre sur laquelle, le soleil et la pluie, avaient fait pousser la forêt.

          Oui mais.......et moi se dit-il ?

          Le pauvre pithécanthrope n'eut jamais la réponse.

Voir les commentaires

2021-01-12T15:24:25+01:00

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

Publié par divagations-et-balades

          A cette heure fantomatique qui précède le réveil, les pensées sont encore en roue libre, et ce matin, quel génie a frappé à la porte de ma boite à idées pour me donner la recette du vaccin contre ce virus qui nous ennuie depuis trop longtemps ?

          Qu'importe, mais je me suis levée en vitesse pour aller tout noter avant d'oublier.

          Voici donc la recette du génie :

     * D'abord, on prend un pangolin, puisque celui-ci est à l'origine de cette maladie.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

     * On le tue.

     * On le badigeonne à l'alcool à 90

     * Il faut maintenant le déshydrater. Il suffit d'un appareil à faire le vide. On place l'embout sur un orifice naturel de l'animal et on pousse le bouton de mise en marche.

     * Quand le pangolin est complètement déshydraté, il s'effondre sur lui-même. Il faut alors le piler au mortier, dans la baignoire par exemple, jusqu'à obtention d'une poudre homogène.

     * Il suffit alors de diluer cette poudre dans de l'eau stérilisée et......

                                        BINGO !

                LE VACCIN EST PRET

     * Il ne reste plus qu'à l'injecter.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

    * Voilà, c'est fait.

Le délire du mardi : Vaccin : la recette

          Il me vient une pensée de Chamfort :

               " Seules les plaisanteries doivent se faire avec le plus grand sérieux "

NB : Pour le Nobel, on peut me joindre à cette adresse.

Voir les commentaires

2021-01-01T18:29:10+01:00

An neuf

Publié par divagations-et-balades

          Un dernier petit tour autour de la Lune et....hop.....Le Père Noël est reparti pour son pays de glace. Il aura bien besoin d'un an de bon sommeil réparateur pour récupérer de sa tournée.

An neuf

          Et ce matin s'est présentée l'année nouvelle. Que sera t-elle ? Hum !!! Et si je me transformais en Pythie ?

          Holà ! On est bien ambitieuse en ce premier jour !

          Mais c'est parce que je suis toute neuve moi aussi, comme chaque année, alors...je ne veux pas dire que j'ose tout, attention !!! Des esprits malintentionnés ajouteraient un complément peu flatteur même s'il est parfois fort pertinent........Je m'égare...........déjà !

          Or donc, ce matin, en ouvrant les volets, j'ai décidé que la couleur du ciel me donnerait celle de l'année nouvelle.

          D'abord, côté Est; sera t-il au rendez-vous ? Ouf ! Le voilà ! Il ne flamboie pas trop mais a toujours de belles couleurs pour enjoliver nos jours

An neuf

          Cependant, un détail me chagrine un peu..........tout ce gris qui semble peser pour empêcher l'éclaboussement orangé du ciel; on n'en voit que des fragments.

          Qu'en pense la Pythie ?

          Je vois.....je vois......une année mitigée qui ne sera pas ce qu'elle devrait être. Des maléfices circuleront dans le ciel et obscurciront la Terre.

          Ah ! Zut ! J'aurais mieux fait de m'adresser à Madame Irma !

          Vite, allons ouvrir les volets côté Ouest; c'est de là qu'arrivent les nuages de pluie.

          Mais quelle jolie surprise !!! Un ciel bleu clair dans lequel une Lune toute ronde me fait un sympathique clin d'oeil.

An neuf

          Et voilà la pythonisse du jour rassurée. La Lune est là aussi, fidèle, et avec la promesse que le romantisme et la poésie ne sont pas morts, et qu'ils sauront nous réconforter si trop de grisaille envahit le champ céleste et embrume nos âmes.

                YOUPI ! VIVE LA NOUVELLE ANNEE !

Voir les commentaires

2020-11-01T15:25:20+01:00

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

Publié par divagations-et-balades

          C'est la pleine lune, et, comme chaque mois, elle inonde ma chambre de clarté opaline si intense, que mes yeux s'ouvrent et que je me crois le matin.

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Me voilà réveillée ! Mais, est-ce bien sûr ? Est-ce ma voix que j'entends ? 

                    Hou, fuis, fuis, lune, lune,

                    Car si les Gitans revenaient,

                    Ils feraient avec ton coeur,

                    Blancs colliers et blancs anneaux.

          Mais qu'est-ce qui me prend ? Voilà qu'en pleine nuit je récite le Romancero gitan !!!

                    Hou, fuis, lune, lune, lune,

                    Déjà j'entends les chevaux.........

            ......... Par les champs d'oliviers viennent

                    Bronze et rêve, les Gitans.....

          Ah mais, assez à la fin ! Il est cinq heures du matin et je voudrais me rendormir.

          C'est alors que j'entends une voix éraillée dire :

     * Prends cent vingt cinq grammes de cacahuètes, écrases-les grossièrement..

          Quoi ! Une recette de cuisine maintenant ?

          Un ricanement me répond, et.......je la vois !

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Quel toupet ! Elle fait sa cuisine dans ma chambre ! Mais ce n'est pas possible ! Je fais un cauchemar, moi qui n'en fais jamais.

     * C'est bien fait pour toi ! me dit une voix caverneuse. Et je vois Jack O'Lantern, dans un autre coin de ma chambre, me regardant méchamment.     

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Alors me prend une sorte de rage; je me lève, une force irrésistible m'envahit, je le sens, rien ne pourra me résister.

          J'attrape la sorcière et son chaudron, Jack O'Lantern et sa méchanceté. Ils sont si surpris qu'ils ne m'opposent aucune résistance. Je les enferme dans un grand sac poubelle et me voilà partie vers la forêt avec mon fardeau.

          Et là.......Que fais-je ?

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Et me revoilà dans mon lit. Je ferme les yeux et me rendors.

          A sept heures, le jour va bientôt se lever, et en ouvrant les volets de ma chambre, je la vois, innocente au milieu du ciel.

Lune, lune, que m'as-tu fait ?

          Et je réalise que cette nuit était particulière; c'était la nuit des sorcières, et j'ai découvert un grand secret : cette nuit-là, la lune aussi est une sorcière.

          Je suis quand même un peu triste. car, hier soir, les petits sorciers ne sont pas venus prendre les bonbons qui devaient m'éviter un mauvais sort.

               QUE VA T-IL SE PASSER MAINTENANT ?

Voir les commentaires

2020-09-06T14:54:23+02:00

Ecolauto

Publié par divagations-et-balades

          J'avais laissé ma voiture tranquillement installée, sur l'allée du garage, à l'ombre d'un chêne.

          Il faisait beau et chaud......Le rêve...........J'étais dans le jardin " de derrière " en train de bouquiner devant une tasse de thé à la menthe, " nana " bien sûr, sans me douter le moins du monde de ce qui se tramait devant la maison.

          Je relisais " La petite fille au manteau rouge ", celle qui avait traversé le film de Steven Spielberg : La liste de Schindler ".

Ecolauto

          Un moment plus tard, ma soeur, dont la voiture est en panne, peut-être définitive, m'a demandé de la conduire faire quelques courses. Le chien Oscar, que l'on pensait profondément endormi, est arrivé en frétillant de la queue, et nous a regardées de cet air à la fois misérable et culpabilisant, dont les chiens savent si bien faire usage.

          " Bon, d'accord, on t'emmène; je vais arranger la couverture sur le siège arrière. Attends."

          Et quand j'arrivais devant la voiture..... j'en restais ....bouche bée ! Elle était envahie. Avais-je laissé une vitre ouverte pour que la végétation s'y engouffre ainsi ?

          

Ecolauto

          Pas de doute, elle était colonisée. J'entrepris d'en faire le tour.......La végétation était omniprésente.......quelle que soit la vitre par laquelle je regardais. 

Ecolauto

          Mais comment cela se pouvait-il ? Je parie que c'est encore ce sacré lutin du jardin qui me fait une blague !

Ecolauto

          Et comment je vais faire moi, maintenant ? A l'arrière de la voiture, je vois que, décidément, le lutin a perdu un peu de maîtrise dans l'art d'illusionner les humains. Trop de ciel rend le mirage imparfait.

Ecolauto

          Eh non ! Ma voiture n'était pas devenue la proie d'un lutin écolo. Oscar en était tout joyeux !

Voir les commentaires

2020-07-25T08:47:04+02:00

La sorcière a perdu son balai

Publié par divagations-et-balades

          Alors que j"étais plongée dans la douce torpeur qui s'empare de moi quand je prends mes bains de soleil, j'ai tout à coup senti un pincement méchant sur mon bras gauche, et le feu d'un regard cruel qui brûlait plus que le soleil lui-même.

          Ouvrant les yeux, j'ai vu devant moi, une sorcière plutôt de mauvaise humeur.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

les photos de sorcières et du lutin fou sont celles de figurines personnelles.

     * Rends-le moi ! me dit-elle d'une voix grinçante;

          J'étais ahurie.

     * Te rendre quoi ? Je ne t'ai rien pris et je ne te connais même pas;

     * Je t'ai vue dans ma boule de cristal. Tu viens de voyager dans les étoiles, tu as voulu les nettoyer et tu m'as volé mon balai. J'en ai la preuve.

     * Mais tu es folle ! D'abord, je déteste faire le ménage, j'ai bien assez de chez moi, alors te prendre ton balai !!! Je me demande bien pour quoi faire. Quand à ta fameuse preuve .......... j'aimerais bien la voir !

     * Je vais te la montrer de suite; approche-toi de ma boule de cristal et regardes bien, car tu as laissé mon balai là-haut, dans les étoiles.

          Je regardais et vis, effectivement, un balai magique, bien loin, près de l'étoile du Cygne .Nébuleuse    

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

Nébuleuse NGC 6960 appelée aussi : Balai de sorcière. Nuage de gaz ionisés. (Wikipedia)

     * Et alors ? Dis-je, c'est bien un balai de sorcière, mais qu'est-ce qui prouve que c'est moi qui l'ai volé et oublié là ? Et d'abord, qu'est-ce qui prouve qu'il est à toi ?

     * C'est le Lutin Fou qui me l'a dit; il t'a vue.

La sorcière a perdu son balai

     * Ah ! Elle est bien bonne celle-là ! Le Lutin Fou m'aurait vue ! Si tu n'as que ça comme témoin.....ma pauvre......tu n'iras pas loin, ou plutôt, si, vas le chercher toi-même ton balai.

          Sur ce, je me tournais côté pile et laissais la sorcière à ses vociférations.

          Je pensais l'affaire terminée mais, je me trompais. J'avais oublié la méchanceté dont les sorcières peuvent être capables. Ainsi, quand je m'endormis, un peu après minuit ce soir-là, des ricanements se firent entendre et une lueur dansante éclaira ma chambre, mais c'était une lueur lugubre et hallucinante.

          C'était elle, la sorcière. Elle avait récupéré son balai et en avait profité pour voler quelques étoiles qui scintillaient, emprisonnées dans les fibres du balai.

La sorcière a perdu son balai

          Maudite sorcière ! Elle m'a pourri la nuit. N'engagez jamais la conversation avec les sorcières. Ce sont des êtres de mauvaise foi et foncièrement méchants.

          Et puis, j'ai entendu : " Simone ! Téléphone ! ", et vu ma soeur m'apportant l'appareil.

          Je ne sortais donc pas du sommeil nocturne. J'étais toujours étalée sous le soleil. et celui-ci avait mis mes neurones en surchauffe et les avait entraînés dans un délire onirique.

          Tant mieux....Je dormirai tranquille la nuit prochaine !!!

Voir les commentaires

2020-07-04T18:20:34+02:00

Fleurs de nuit

Publié par divagations-et-balades

          Cette nuit-là, la lune brillait haut dans un ciel opaque.

Fleurs de nuit

          Le jardin était silencieux, comme suspendu hors du temps, et un étrange mystère semblait en prendre possession.

          C'était l'heure à laquelle les sorcières et les gens du Petit Peuple osaient sortir se promener parmi les fleurs de la nuit.

          Une nuit où je m'étais cachée sous des arbustes touffus, à côté d'un hérisson, j'eu soudain la surprise de voir celui-ci se contorsionner et se transformer en ricanant. il était en réalité un gnome qui vivait dans notre jardin et, se camouflait le jour en ce piquant animal.

Fleurs de nuit

          Comme je m'inquiétais quand même un peu, il me dit d'une voix caverneuse :

     * Ne crains rien, aucun mal ne te sera fait car tu m'as sauvé la vie, et je suis heureux d'avoir l'occasion de t'en remercier.

          C'est vrai. Il y a quelques jours, alors que la nuit avait déjà pris possession de la Terre, j'avais entendu le chien Oscar aboyer furieusement, il était dans ce fourré en train de malmener un hérisson. J'avais sauvé la pauvre bête de la fureur de mon chien. Ainsi donc, c'était lui !

     * Dis-moi comment, dit le gnome, je peux te prouver ma reconnaissance, ce que tu veux tu l'auras.

          Alors, je lui demandais de parcourir avec lui le jardin, et de voir les fleurs dans la magie de la nuit.

          Et nous avons commencé la promenade enchantée.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Les fleurs étincelaient dans la nuit d'une façon un peu irréelle.

Fleurs de nuit

          Chaque fleur était la même et pas tout à fait une autre.

          Le gnome marchait près de moi, et de temps en temps, soufflait sur une fleur qui, tout-à-coup, se parait d'un éclat surnaturel.

Fleurs de nuit

          Ce gnome est un vrai magicien, il me semblait me promener dans un rêve.

          On a du réveiller les marguerites car elles étaient tout échevelées.

Fleurs de nuit

          Puis, j'ai du avoir la berlue car, j'ai vu passer l'ombre fantomatique d' Oscar.

Fleurs de nuit

          Il se dirigeait vers les acanthes, un de ses endroits favoris.

Fleurs de nuit

          Mes yeux commençaient à papilloter. Nous sommes arrivés dans le coin des reines : les agapanthes et les roses.

Fleurs de nuit
Fleurs de nuit
Fleurs de nuit

          Puis, le gnome a voulu me faire un dernier cadeau : une fleur d'arbre de soie qui a éclaté comme le soleil d'un feu d'artifices.

Fleurs de nuit

          C'est alors, comme je le remerciais du spectacle qu'il m'avait offert, qu'il eut ces mots inouis :

     * Tu dois me payer maintenant !

          Alors ça !!!!

          Mais, je me suis exécutée, et je l'ai payé en pièces d'or de monnaie du pape.

Fleurs de nuit

          Quand même, quel fourbe !!!!

Voir les commentaires

2020-06-19T16:59:20+02:00

Jours de glace

Publié par divagations-et-balades

          En hiver à New York il peut faire très froid. Depuis plusieurs semaines, la température plafonnait à moins quatorze degrés, aussi, le vendredi soir, je prenais un vol de nuit pour Los Angeles ou Miami. Le plus souvent Miami, car il y faisait plus chaud.

          Nous étions le week-end à cheval sur janvier et février, et je me prélassais sur la plage de Surfside, dans la partie nord de la reine de la Floride, quand tout à coup, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai décidé de reprendre l'avion, non pour New York où je résidais, mais pour......Montréal.

          C'est ainsi que le lendemain, vers midi, j'atterrissais au milieu des congères de neige par une température de moins vingt degrés. Durant tout le trajet pour aller rue Sherbrooke, en plein centre ville, où se trouvait l'hôtel, je me demandais ce que je faisais là, et me disais que je n'allais pas y faire long feu.

          C'est alors que j'entendis un rire moqueur, et une voix avec un drôle d'accent qui me disait :

     * Il faisait bon à Miami, et même à New York il fait moins froid, et quand on n'aime pas le froid il faut être stupide pour venir ici en hiver.

          Croyant que c'était le chauffeur de taxi, je lui fis remarquer que même s'il avait raison, rien ne l'autorisait à me morigéner.

          Il se mit à rire et me dit :

     * Ah ! Vous l'avez entendu ! C'est le Hibou des neiges, il se mêle de tout, se moque de tout le monde, vous n'allez pas tarder à le voir.

          Effectivement, quelques secondes plus tard, je le vis, planté sur le dossier du siège devant moi, en train manifestement, de se payer ma tête.

Jours de glace

          Malgré mon envie de rire, je l'apostrophais :

     * Quelle impertinence ! De quoi te mêles-tu ? File rejoindre tes forêts boréales et je ne veux plus t'entendre.

     * Sois polie avec moi, tu ne sais pas à qui tu as à faire, me dit-il d'un air mauvais, et croyant me faire peur, il ébouriffa ses plumes et se déguisa en chef indien, tout en devenant noir de rage.

Jours de glace

     * Ah! Que j'ai peur ! dis-je en m'esclaffant. mais pour qui, ou plutôt, pour quoi te prends-tu ?

          Il prit alors un air si contrit et malheureux que j'eu pitié de lui.

Jours de glace

     * Allons ! Ce n'est pas si grave ! Je te taquinais, en fait, tu as raison de me trouver stupide d'être venue en cette saison, mais je suis contente de t'avoir rencontré et suis admirative de t'entendre parler aussi bien.

          Rasséréné, il m'offrit alors un cadeau, un air de tambour joué par un sien ami inuit.

Jours de glace

          Et c'est ainsi, qu'arrivée à l'hôtel, nous nous quittâmes les meilleurs amis du monde.

Ces figurines sont de l'art inuit, représentatives de l'époque " Dorset " qui s'étendait de mille ans avant notre ère, à mille ans après.

Elles sont sculptées dans un bloc de serpentine, minéral appartenant au groupe des silicates, contenant du magnésium, du fer, du nickel et du silicium.

Sa couleur est le plus souvent verte avec un aspect marbré. Ces statuettes étaient frottées de graisse pour leur donner un aspect brillant.

Celles-ci sont évidemment des reproductions.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog