Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #etats unis catégorie

2017-04-18T18:39:18+02:00

Invitation chez les stars - II

Publié par divagations-et-balades

          Il a fallu beaucoup de temps pour que " Monsieur " récupère ses forces. La bonne glace n' y a pas suffi. Evidemment, on ne peut pas trop demander à quelqu'un, qui n' aime déjà pas faire les magasins, de crapahuter à Beverley Hills pour voir des maisons de stars. Mais quand même......pour une fois......et aujourd'hui c' est honneur aux dames. A ces mots, la vie renaît dans l' oeil masculin.

          Et si par hasard on en voyait une........et si on engageait la conversation...... Holà ! On arrête de fantasmer, et c' est d' un débile !!! mais j' ai comme la sinistre impression que l' on se moque un peu de moi. Mais, je m' en moque moi des stars, ce sont les maisons qui m' intéressent. Nous sommes en Californie que diable !!!

          Et nous voilà devant celle de cette grande asperge de Faye Dunaway. Comme je suis sympa, après avoir vu des photos récentes et anciennes, j' ai choisi celle-ci, datant de mille neuf cent soixante et onze :

Wikipedia

Wikipedia

          Elle était considérée comme un modèle de sophistication et de grâce intemporelle, mais avec un caractère pour le moins difficile.

Invitation chez les stars - II

          Elle a commencé sa carrière au milieu des années soixante, et fut lancée par son interprétation de Bonnie dans le film " Bonnie and Clyde ".

Wikipedia - Les vrais Bonnie & Clyde

Wikipedia - Les vrais Bonnie & Clyde

          Bonnie Parker et Clyde Barrow faisaient partie du gang Barrow, où l' on trouvait aussi le frère de Clyde, Buck, et son épouse, Blanche. Ils sévissaient dans le Sud central des Etats Unis, pendant la Grande Dépression. Ils étaient spécialisés dans les attaques de banques à main armée, et n' hésitaient pas à tuer. Ils auraient à leur actif le meurtre de quatorze personnes.

          Le FBI les poursuivit dans cinq états : Illinois, Michigan, Oklahoma, Texas et Louisiane. C' est dans leur planque, à Black Lake dans ce dernier état, qu' ils furent abattus en mai mille neuf cent trente quatre, par la police du Texas et de Louisiane.

          Une autre maison qui ne manque pas de charme est celle de l' actrice Goldie Hawn. Elle non plus; la voici au faîte de sa gloire en mille neuf cent quatre vingt neuf. 

Wikipedia

Wikipedia

          Je l' avais vue en particulier dans ce délicieux film de Woody Allen : " Tout le monde dit I love you ".

          Elle a une réputation de capricieuse, mais sa maison est sympa.

Invitation chez les stars - II

          Continuant à arpenter les rues sinueuses de ce quartier, nous tombons sur la maison de Diana Ross.

Wikipedia

Wikipedia

          Soul, rythm & blues, pop..... J' aime beaucoup cette chanteuse qui a débuté avec les " Suprêmes ", avant de faire une grande carrière en solo.

         Qui ne connait pas " Baby Love " !

         Mais j' aime moins les formes cubiques de sa maison....

Invitation chez les stars - II

          C' est ici que se termine la petite promenade chez les stars. On se dépêche car ce soir il y a ....match ! Mes chers Girondins sont venus jouer la Pacific Cup à Los Angeles pendant la trêve de Noël mille neuf cent....je ne sais plus. C' était pendant les années quatre vingt. J' étais à ce moment-là à New York; mon frère m' avait téléphoné pour m' avertir. Aussitôt, hop ! vol de nuit jusqu'à L.A. et le soir.....stade. Ils jouaient contre une équipe mexicaine dont j' ai oublié le nom. Ils avaient gagné......bien sûr !!!

Invitation chez les stars - II
Invitation chez les stars - II

          Ils sont en bleu marine....évidemment. Bon ! J' arrête, le match va commencer. 

A plus tard !

Voir les commentaires

2017-04-04T17:25:36+02:00

Invitation chez les stars - I

Publié par divagations-et-balades

          Cela commence à faire pas mal de temps que je me baladais, nez au vent, à Malibu ou à Beverley Hills.

          En ce moment, l' arrivée du printemps apporte avec elle, le temps du grand nettoyage. Hier, en forçant un peu ma nature, je m' y suis attelée, bien décidée à ne pas y passer ma journée, pour me ménager le moment béni du bain de soleil au jardin.

          En fouinant dans les tiroirs de la commode de ma chambre, j' ai retrouvé des choses là depuis un temps insensé.......des allumettes venant de Tel Aviv, une savonnette d' un hôtel de Montreal, et...........des photos de maisons de stars à Los Angeles, pas trop abimées car vieilles quand même d' une trentaine d' années.

          Et miracle ! Il y en a quatre ou cinq sur lesquelles j' ai marqué le nom du propriétaire quand je le savais. Et je suis allée voir sur mon fidèle Wikipedia si, par hasard, une photo de l' artiste en question y figurait.

          Voici la maison de Gene Barry, surnom choisi en hommage à l' acteur John Barrymore.

Invitation chez les stars - I

          Elle a un faux air " sud profond ". Quand à gene Barry, je me souviens de l' avoir vu dans quelques films, en particulier dans " l' homme à la Rolls " à la télé.

Wikipedia

Wikipedia

          Pour celle qui suit, j' avais commis ma première " vilainerie " de ce genre : petite violation de propriété privée. Mais un de mes copains de L.A. m' a dit de ne pas m' en faire, car ces gens-là ont l' habitude de voir des photographes amateurs et autres paparazzi, s' approcher de leur demeure. Je ne sais pas qui habitait là, mais la maison me plait bien.

Invitation chez les stars - I

          Celle qui vient appartient, (appartenait), à Peter Falk, vous savez le mythique lieutenant Columbo. Le pauvre était atteint de la maladie d' Alzheimer et est décédé en deux mille onze.

P. Falk : Wikipedia
P. Falk : Wikipedia

P. Falk : Wikipedia

          Et voici celle de Robert Wagner. Je le trouvais superbe quand il était jeune, (et moi aussi, mais non......pas superbe.... jeune......quoique.....je rigole). avant de le trouver un peu mièvre.

          Je me souviens de lui avec Natalie Wood. Quand celle-ci s' est noyée, alors qu' elle était avec lui et Christopher Walken sur un yacht, Robert Wagner fut soupçonné de l' avoir assassinée. A ce moment-là ils étaient déjà divorcés. L' enquête avait conclu à une noyade accidentelle.

R. Wagner et N. Wood : Wikipedia
R. Wagner et N. Wood : Wikipedia

R. Wagner et N. Wood : Wikipedia

          Mon compagnon en a un peu assez de déambuler, je le sens. Je suggère d' aller à la recherche d' un glacier. Suggestion acceptée.

          Tiens ! Un Baskin Robbins ! Le roi de l' ice cream. Il y a une quarantaine de parfums différents. C' est mon marchand de glace préféré aux Etats Unis, il est né en Californie d' ailleurs, mais alors, pour choisir !!!! je ne m' en sors jamais à moins de trois ou quatre boules.

Wikipedia

Wikipedia

          Evidemment, nous sommes sortis du quartier des stars. Nous reviendrons quand Monsieur aura repris des forces !!!

A plus tard !

Voir les commentaires

2015-02-22T14:24:12+01:00

La cité du soleil

Publié par divagations-et-balades

          Cette ville dont l'ensoleillement exceptionnel lui a valu le surnom de " Sunshine City ", se trouve sur la côte ouest de la Floride, sur une péninsule située en face de la ville de Tampa, et qui porte le nom prometteur de Treasure Island.

Wikipedia

Wikipedia

         Cette ville porte un nom connu : Saint Petersburg, que les Américains, avec leur amour des surnoms et des raccourcis appellent Saint Pete. ( J' entends déjà ceux qui feront exprès de le prononcer à la française ).

         Trois ponts permettent d' y accéder, et, franchement, je ne sais plus lequel nous avons emprunté.

         A notre arrivée, nous avons eu une garde d' honneur constituée par.....des pélicans gris juchés sur des poteaux Ils aiment bien se poser ainsi.

La cité du soleil

          J' ai un gros faible pour les pélicans. Ce gros oiseau, qui a toujours l' air de se rengorger, me fait beaucoup rire quand il veut s' envoler; il court maladroitement sur l' eau, en battant vigoureusement des ailes, et on sent qu' il déploie un formidable effort pour s' affranchir de la surface de la mer.

         J' aime aussi quand, de son altitude de croisière, il repère une proie dans l' eau; alors il se laisse tomber comme une pierre, à la verticale, et il ressort......avec un double menton. C' est l' effet que donne la poche extensible située sous son long bec, et dans laquelle il dépose le produit de sa pêche.

         Outre sa plage, au bord des eaux chaudes du Golfe du Mexique, Saint Pete possède en son port, la réplique exacte du Bounty, celle qui a servi au tournage du film : " Les mutinés du Bounty ".

Pochette film Wikipedia. La photo : une de mes rescapées
Pochette film Wikipedia. La photo : une de mes rescapées

Pochette film Wikipedia. La photo : une de mes rescapées

         Ce film raconte la véritable mutinerie menée par Fletcher CHRISTIAN en mille sept cent quatre vingt neuf, en raison de la cruauté exercée par le capitaine BLIGH, contre lui, son équipage et la plupart des officiers.

Wikipedia

Wikipedia

          Ceci se passa au cours d' un voyage vers Tahiti, où l' on devait acheter des plants d' arbres à pain, et les ramener aux Antilles dans l' espoir d' en acclimater la culture afin de nourrir les esclaves.

          Constamment humilié par le capitaine Bligh devant les membres d' équipage,

Wikipedia

Wikipedia

         Fletcher Christian fomenta la mutinerie, et, suivie de la majorité des membres d' équipage, il embarqua le capitaine, cueilli en plein sommeil et en chemise de nuit, à bord d' une chaloupe où le rejoignirent des marins qui lui étaient restés fidèles.

         Une première version : " les révoltés du Bounty ", avait été tournée en mille neuf cent trente cinq, avec dans les rôles principaux, deux monstres sacrés du cinéma d' avant-guerre : Charles Laughton et Clark Gable.

Wikipedia
Wikipedia

Wikipedia

         Je n' ai pas vu cette version, mais la seconde, avec Trevor Howard et Marlon Brando, autres monstres sacrés.

        Les mutins s' installèrent dans les îles Pitcairn où ils firent souche avec les femmes autochtones. Marlon Brando, qui jouait le lieutenant Christian dans le film, a épousé Tarita, une tahitienne tenant le rôle de Maimiti, compagne de Fletcher Cristian, avec qui il eut deux enfants : un fils, Teihotu, et une fille, Cheyenne qui connut un destin tragique. En effet, très dépressive après le meurtre accidentel de son ami et père de son enfant, elle finit par se suicider par pendaison, près de Papeete. C' est sa mère, Tarita, qui la découvrit. Elle avait vingt cinq ans.

         Quand au capitaine Bligh, et aux dix huit matelots qui l' accompagnaient, après quarante sept jours de mer et six mille sept cents kilomètres dans une coquille de noix, avoir échappé à des cannibales qui se voyaient déjà faire un magnifique festin, ils abordèrent, assoiffés et affamés, sur la côte de Timor, où les Hollandais qui les recueillirent, refusèrent d' abord de croire à leur histoire.

Wikipedia

Wikipedia

         Et les mutins ? La Royal Navy ne parvint pas à les retrouver.

         Mais, on dirait que je me suis égarée dans la Cité du Soleil ! Justement, il commence sa descente et m' offre une jolie vue sur la rade, que je m' empresse d' immortaliser.

La cité du soleil

Voir les commentaires

2015-01-18T18:03:54+01:00

Au pays des " Rednecks ".

Publié par divagations-et-balades

         Nous étions dans le " sud profond ", en Georgie, là où vivent ceux que les Yankees du nord nomment dédaigneusement les " Rednecks " ou cous rouges, que l' on peut traduire par " bouseux ".

Au pays des  " Rednecks ".

          Nous nous étions arrêtés dans une petite ville " antebellum " nommée ATHENS sans doute à cause de ses prétentions néo-classique grec.

          Nous avons garé la voiture dans une rue typique des villes américaines, bordée d' arbres, de larges espaces piétons et cyclistes, et de maisons enfouies dans la verdure. 

Au pays des  " Rednecks ".
Au pays des  " Rednecks ".

          Athens est une petite ville tranquille, engourdie dans cette indolence sudiste qu' a si bien décrite Margaret Mitchell, dans son chef-d'oeuvre " Autant en emporte le vent ".

         Au cours de cette visite en Georgie et dans les Caroline, j' avais relu ce livre pour la énième fois, mais là, in situ. Avec toujours ce rêve récurrent, jamais réalisé bien sûr, d' avoir à mon service la grosse Mama noire de Scarlett O'Hara. ( et un esclave nubien, mais je ne vous le dis pas car vous me prendriez pour une horrible esclavagiste )

Wikipedia. Elle s' appelait Hattie Mc Daniel, et fut la première actrice noire à recevoir un oscar en 1940

Wikipedia. Elle s' appelait Hattie Mc Daniel, et fut la première actrice noire à recevoir un oscar en 1940

          Mais revenons à Athens car, il me semble avoir déjà raconté et montré les lieux où se passait cette histoire : Tara, - enfin la plantation qui était Tara dans le film et qui, si je me souviens bien était en Caroline du Sud - Atlanta et la célèbre Peachtree street où habitait la tante Pittipat, Charleston, où Rhett Butler offusquait tant la bonne société........... ( J' ai adoré autant en emporte le vent ).

         Mais, revenons à Athens. La ville se donnait donc des airs classiques,

Au pays des  " Rednecks ".
Au pays des  " Rednecks ".

          Cependant, à côté de ces maisons à colonnes assez prétentieuses, on trouvait de charmantes maisons sudistes, et même, certaines assez originales, et typiques du 

Au pays des  " Rednecks ".

          Sud, avec leurs galeries à arcades.

         Il y avait aussi un joli parc avec une fontaine rafraîchissante.

Au pays des  " Rednecks ".

          Aprés cette sympathique étape, nous sommes repartis vers Plains, la ville de Jimmy Carter, alors Président des Etats Unis, où j' avais rendez-vous avec " Miss Lilian ", sa fantasque mère, qui avait bien voulu m' accorder un entretien que, je ne sais plus pourquoi, je m' étais mis dans la tête de lui demander.

         J' ai déjà raconté ce qu' il advint de cet entretien.

Wikipedia

Wikipedia

          Et nous avons traversé la forêt de sassafras que j' avais envie de voir depuis que j' avais vu au Grand Théâtre de Bordeaux, une pièce oubliée, ( ou pas ) : " Du vent dans les branches de sassafras ", de René de Obaldia.

Wikipedia. Ici en 2010 à Montpellier

Wikipedia. Ici en 2010 à Montpellier

         Je me souviens que nous avions beaucoup aimé cette pièce, qui étaient fort bien jouée, mais j' ai oublié le nom des acteurs.

         C' était un véritable western. Il y avait le couple de pauvres fermiers du Kentucky, dont la femme voyait tout dans sa boule de cristal, le terrible comanche dont j' ai oublié le nom, et le toubib alcoolique depuis qu' il avait tué tous ses malades avec un médicament qu' il avait inventé. Et bien sûr, la jeune fille blanche convoitée par le comanche.

         Je ne sais pas si cette pièce est encore jouée, mais je la reverrais avec plaisir car elle est loin dans mes souvenirs.

Au pays des  " Rednecks ".

         Un bref moment, je m' étais dite que cette maison était peut-être celle des pauvres fermiers, mais non. Je suis trop imaginative.......ou trop prête à prendre mes rêves pour la réalité. D' ailleurs, nous étions en Georgie et non dans le Kentucky.
         A plus tard ! Un petit comm ?
 Cela fait toujours plaisir.   

Voir les commentaires

2014-10-13T08:24:40+02:00

Retour sur Terre

Publié par divagations-et-balades

          Me voilà de retour sur notre bonne vieille Terre. Où donc ai-je atterri ? Je me demande même si je suis bien revenue, car je retrouve autour de moi, ce décor coloré de rouge de la quatrième planète de KOI.

          Mais si, je suis bien sur Terre, un figuier de Barbarie m' en donne la preuve : ses feuilles sont bien vertes et ses fleurs normalement jaunes.

Retour sur Terre

          Bingo ! Je sais où je suis : Oak Creek Canyon, route 89, entre Flagstaff et Sedona. En Arizona bien sûr. C' est la route que l' on prend pour aller du Grand Canyon du Colorado à Prescott, où l' on emprunte l' autoroute 17 pour rejoindre Phoenix.

          Oak Creek est un endroit magnifique qui vaut bien le petit détour que l' on fait pour aller l' admirer. Nous sommes dans le Comté de Coconino, un nom qui me fait toujours rire.

          La Oak Creek River est un affluent indirect de la Colorado River. Elle creuse des gorges dans cette partie de l' Arizona central, à travers ces terres rouges qui m' ont toujours fascinée dans cette région des Etats Unis, et m' y ont ramenée à plusieurs reprises.

Retour sur Terre

          Nous y sommes retournés en fin d' aprés-midi, et il y a eu un terrible orage. Heureusement, nous l' avons vu monter, et, nous avons eu le temps de rejoindre notre motel de Sedona, avant qu' il n' ait atteint son paroxysme.

 

Retour sur Terre

          Le lendemain, le ciel était lavé, et avait retrouvé ce bleu profond si particulier à cet endroit du monde.

          Nous voulions, avant d' aller à Phoenix prendre l' avion pour rentrer à Alexandria, aller visiter Montezuma Castle.

          Qu' était venu faire Montezuma en Arizona ?

Retour sur Terre

          Les Conquistadores d' Hernan Cortès l' avaient' ils envoyé là en exil ? Et quel était ce château ?

          En réalité, Montezuma n' est jamais venu en Arizona, bien que plusieurs villes des Etats Unis portent ce nom : au Nouveau Mexique, en Iowa, dans le Colorado, et même en Georgie.

          Et ce fameux château alors ? En réalité, ce sont des demeures troglodytes de cinq étages, creusées du XIIème au XIVème siècle par les Indiens Sinagua, dont c' étaient les habitations.

Montezuma Castle

Montezuma Castle

          Le ciel bleu de Sedona nous avait trompés, celui de Montezuma Castle était moins pur, accroché au sommet de la montagne.

          Ces habitations étaient assez impressionnantes et plus élaborées que celles des Anasazis dans le Canyon de Chelly et qui se cachaient au fond des grottes.

Canyon de Chelly ( Rubrique Etats Unis page 2 )

Canyon de Chelly ( Rubrique Etats Unis page 2 )

          J' aime beaucoup l' Arizona, terre de contrastes, où du nord au sud se rencontrent les principaux climats du monde. J' en ai beaucoup parlé il y a deux ou trois ans, alors...je m' arrête pour aujourd' hui.

A bientôt !

Voir les commentaires

2014-09-11T06:11:23+02:00

Entends et écoute !

Publié par divagations-et-balades

          Toujours j' ai aimé les Indiens d' Amérique. Quand j' étais jeune et que j' allais voir un western au cinéma, je prenais toujours parti pour eux, ce qui amenait, parfois, des discussions passionnées.

          A plusieurs reprises, pendant ma vie américaine, je suis allée dans leurs territoires, là-bas, dans le Sud-Ouest, dans ces terres sauvages, fières et rouges, auxquelles ils ressemblaient.

Le désert peint en Arizona

Le désert peint en Arizona

          Il y avait un village pour lequel j' avais une attirance particulière : Taos, situé au Nouveau Mexique, au nord de Santa Fe. Il est peuplé de Navajos, un peu farouches au début, mais avec qui j' arrivais à avoir de vraies conversations une fois apprivoisés.

La masse ronde au premier plan est le four à pain communal.

La masse ronde au premier plan est le four à pain communal.

          Cette année-là, je promenais dans l' Ouest mon jeune neveu, alors âgé de treize ans et demi; ( Il en a trente huit aujourd' hui ). J' étais contente de lui faire toucher du doigt cette culture indienne, si différente de la nôtre, peut-être surtout par sa sagesse et son respect des ancêtres.

          Un vieil indien, avec qui je discutais, l' avait pris sur ses genoux, et je me disais que, peut-être, par une sorte d' osmose, un peu de sa sagesse baignerait l' âme de mon neveu.

 

Entends et écoute !

          Et, ce vieux Navajo se mit à lui réciter un poème dont voici la traduction :

     * Entends mes mots

     * Et écoutes avec ton coeur.

     * Ma saison approche de sa fin.

     * J' ai marché avec tous

     * Tes grands-pères,

     * Et ils m' ont laissé en arrière.

     * S' ils étaient ici,

     * De leurs lèvres,

     * Ils te donneraient le même conseil :

     * Ecoutes ton esprit,

     * Partages tes cadeaux, et

     * Transmets le nom de tes ancêtres;

     * Nous sommes une part de toi.

     * Et, un jour,

     * Nous nous rencontrerons à nouveau.

 

( La version originale est à la disposition de ceux qui la voudraient ).

Voir les commentaires

2013-04-27T09:33:00+02:00

Aux sources du Jazz

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

          Pour qui aime le jazz, le " pélerinage " à la Nouvelle Orléans est presque obligatoire. Je suis donc allée le faire plusieurs fois et toujours avec le même plaisir. J' en ai plus de souvenirs dans la tête qu' en photos, mais, entre le Polaroïd et le Minolta de ces temps-là, j' en ai retrouvé quelques-unes n' ayant pas trop subi des ans " l' irréparable outrage ".

          Nous arrivions le plus souvent de l' Alabama, par la route côtière, ma favorite interstate 10, qui va s' échouer sur les rivages californiens, et après avoir traversé le long pont qui enjambe le lac Pontchartrain, la ville s' offrait à nous.

          Notre but : le Vieux Carré Français; Bourbon street déroulait déjà ses rythmes dans nos têtes.

1-Top-copie-18.jpg

          En fait, si longtemps après, je ne suis plus sûre que ce soit vraiment Bourbon Street. Peut-être plutôt celle-ci ?

1-Top-003-copie-13.jpg

          Mais ce qui reste très vivant dans mon souvenir, c' est cet endroit " sacré ", véritable temple du jazz : Preservation Hall, St Peter street.

1-250px-PreservationHallClosed2-001.jpg

          Je ne sais pas si l' immeuble a toujours cette allure minable, ( accentuée par la photo très abimée ), mais une fois franchies la porte et la cour intérieure, on oublie tout pour ne devenir qu' une grande oreille. De grands yeux aussi, car à cette époque, ( ce devait être entre mil neuf cent soixante quinze et mil neuf cent soixante dix neuf ), les jazzmen qui jouaient là étaient de vénérables vieillards aux cheveux blancs dont la passion soutenait le souffle.

          Nous étions très nombreux, assis par terre, dans un silence religieux. Les musiciens étaient quatre, et leurs âges tournaient autour des quatre vingt dix ans.

          C' étaient les plus fabuleux concerts auxquels j' ai assisté.

          Partout, dans tous les cafés il y avait un jazz band; On aimait bien le " Crazy Shirley " où jouait Tommy Yetta, peu ou pas connu en France je crois.

          Ici, ce n' est ni Preservation Hall, ni le Crazy Shirley, mais l' ambiance de la Nouvelle Orleans est là.

 

          La dernière fois que je suis allée à Preservation Hall, les musiciens n' étaient plus que trois du quatuor précédent.
          Mais il n' y a pas que le jazz, il y a la ville, et surtout le Vieux Carré avec ses maisons coloniales aux balcons ornés de fers forgés magnifiques.
1-Top-001-copie-15.jpg
          ( Il me semble tout à coup que Bourbon street serait plutôt celle-ci ! ).
          Les calèches rouges et noires se promènent avec nonchalance dans la torpeur de l' après-midi, et il n' est presque pas la peine de fermer les yeux pour voir les Belles du Sud y étaler leurs jupes et jupons, les fiers cavaliers sudistes les courtisant avec élégance du haut de leur monture.....Romantisme, quand tu nous tiens !
 
1-Top-007-copie-8.jpg
          Au centre du quartier français se trouve Jackson square et la cathédrale Saint Louis, la plus ancienne des Etats Unis, construite en mil sept cent dix huit, au temps de la Louisiane française.
         
1-cath.New-O-002.jpg
          Toujours dans ce quartier historique, on trouve des souvenirs de l' ère espagnole, tel le Cabildo, érigé en mil sept cent dix neuf, ancien siège de l' administration hispanique.
1-Top-005-copie-12.jpg
          Et comment ne pas évoquer les " show boats ", ces bateaux à roues qui naviguaient sur le Mississipi, avec leur casino intégré, où les riches planteurs passaient le temps, pendant le voyage qui les amenait à la Nouvelle Orléans pour vendre leur coton.      

 
1-Top-014-copie-1.jpg
          Et, que faisait-on après avoir arpenté la ville par quarante cinq degrés à l' ombre et plus de quatre vingt dix pour cent d' humidité ? On allait au " Patio of the two Sisters " pour commencer la soirée par un de ces délicieux, (et traître) cocktails que l' on ne trouve aussi bons que là, et dans une certaine petite boite de la deuxième avenue  à New York, fort à la mode en ce temps-là, pour ses " Grasshopper " et autre " White Russian '.          
1-Top-004-copie-14.jpg
             Mon préféré à New Orleans, était appelé ' Hurricane ", le bien nommé, car il déclenchait un véritable ouragan. Il avait une belle couleur verte, et je ne sais plus ce qu' il y avait dedans. On avait le droit d' emporter nos verres; dans quel déménagement les ai-je perdus ?        
          Des personnalités connues sont natives de cette ville: Armstrong, Fats Domino, Harry Connick jr, Truman Capote et Lee Harvey Oswald de sinistre mémoire............ et un musicien que j' aime bien, qui fut une grande vedette en France : Sydney Bechet avec qui je vais clôturer ce petit récit louisianais.
1-Top-copie-19.jpg
    
       
         

 

 

        

Voir les commentaires

2013-04-21T16:51:00+02:00

Week-end à Porto Rico

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

                   En route pour les Îles Vierges américaines, nous avions décidé de faire une escale à Porto Rico. Nous, les Français, sommes les seuls à dire Porto Rico, dans tous les autres pays a été adoptée la dénomination officielle de Puerto Rico.

               Il s' agit de la plus petite des îles constituant les Grandes Antilles. Elle a le statut  d' état associé aux Etats Unis, et les Portoricains sont citoyens américains.

               L' île a été découverte en mil quatre cent quatre vingt treize par Christophe Colomb, lors de son deuxième voyage.

1-Ridolfo_Ghirlandaio_Columbus.jpg

                                                                                        (Image Wikipedia )

Il la nomma " San Juan Bautista " en l' honneur du prince Juan, fils de Ferdinand d' Aragon et Isabelle de Castille;

1-Ferdi d' Aragon

1-220px-IsabellaofCastile03

                                                                                      ( images Wikipedia )

                    L' île fut donc espagnole, mais la colonisation ne débuta qu' en mil cinq cent huit. Les Indiens Taïnos, qui peuplaient Porto Rico, furent décimés par les maladies européennes importées par les Espagnols, et aussi, par les très rudes conditions de travail que ces derniers leur imposèrent.

                    En mil huit cent quatre vingt dix huit, une guerre opposait l' Espagne et les Etats Unis. Ceux-ci envahirent l' île qui devint américaine par le traité de Paris. L' Espagne, en échange de ses dernières possessions outre Atlantique, Porto Rico et Cuba, reçut vingt millions de dollars.

               Nous logions à Luquillo Beach, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, San Juan; Je me souviens que la baignade était très agréable dans une eau à trente degrés.

               San Juan, fondée en mil cinq cent vingt et un, possède des remparts qui témoignent de son passé mouvementé.

1-Top-001-copie-14.jpg

               Il y a un vieux château, le castillo San Felipe Del Morro,

1-Top-004-copie-13.jpg

qui est une véritable forteresse surveillant la mer;

1-Top-copie-17.jpg

               San Juan possède de nombreux vestiges de l' époque espagnole, malheureusement peu de mes photos sont exploitables et les rescapées sont imparfaites. Mais j' ai le souvenir de promenades dans des rues tranquilles, où l' on se tordait un peu les chevilles sur de gros pavés rugueux.

1-Top-003-copie-12.jpg

               D' autres rues, assez étroites, étaient bordées de belles maisons coloniales.

1-Top-002-copie-12.jpg

               En mil neuf cent soixante quatorze, le plus grand télescope du monde, fut inauguré sur la côte nord de l' île, à Arecibo. A cette occasion fut envoyé un message à l' intention d' Extraterrestres. J' en avais une copie de la plaquette commémorative que j' ai fini par perdre au cours de mes déménagements.

 

1-220px-Arecibo_Observatory_Aerial_View.jpg

                                                           ( image Wikipédia )

               Le centre de l' île est occupé par une forêt pluviale qui partage son nom avec un pic montagneux : El Yunque, nom dérivé du taïno " Yuquiyu " qui signifie " forêt de nuages ". C' est une forêt tropicale dans laquelle il faut se promener avec un imperméable car la pluie y est permanente.

1-290px-Rain Forest of El Yunque, Puerto Rico

                                                                 ( image Wikipédia )

               Nous n' avons pas eu le temps d' y aller; nous nous étions promis de revenir rendre à Porto Rico la visite qu' elle mérite, mais............

Voir les commentaires

2013-04-13T04:55:00+02:00

La Belle du Sud

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

               Si le charme de Charleston, ( Dans le Sud Profond ) en a peut-être fait ma ville reine aux USA, je dois dire que Savannah partage cette couronne. Pour l' amoureuse du Sud Profond que je suis, ces deux cités ne peuvent être séparées.

               Savannah étend langoureusement, le long de la Savannah River, ses larges avenues arborées, ses parcs aux chênes séculaires drapés de mousses espagnoles, et ses admirables maisons coloniales, si belles que Lincoln avait demandé au " boucher d' Atlanta " le général Sherman, de ne pas les incendier au cours de la Civil War.

1-Top-copie-16.jpg

               Ces chênes, et les tapis de fleurs éclatantes qui poussent à leurs pieds, forment un fabuleux écrin aux belles demeures qui faisaient la gloire de Savannah au temps des treize colonies,

1-Top-001-copie-12.jpg

                    et qui, aujourd'hui, lui donnent tant de grâce élégante et en font un musée à ciel ouvert.

               Je me souviens d' un dîner dans un restaurant bluffant " la vieille maison rose ". Je n' ai pas pu récupérer la diapo, trop pleine de trous. Imaginez une grande bâtisse aux murs roses, avec un porche et quatre colonnes blanches en haut d' un escalier à quatre ou cinq marches. Un intérieur  très raffiné, lustres en cristal, argenterie scintillante, et un incroyable serveur en costume XVIIIème siècle, parlant un français suranné, étonnant.

               Savannah a une particularité; elle est le précurseur de ces villes américaines au plan géométrique, aux rues se coupant à angle droit.

1-Top-002-copie-11.jpg

                                        ( image Wikipedia )

               Elle doit cela à son fondateur, James Oglethorpe, général et philanthrope britannique qui dessina lui-même les plans.

1-200px-Gen_james_oglethorpe.jpg

                                                                       (Wikipedia)

               Il y a à Savannah, un endroit original : le cimetière Bonaventure. Un charmant vieux monsieur nous a emmenés à l' endroit précis qu' il fallait photographier, et nous a raconté l' histoire de ce cimetière, lieu magique et superbe. Les cimetières américains sont souvent des parcs où l' on va se promener, et qui respirent la sérénité. Celui-ci y ajoute la beauté.

1-Top-003-copie-11.jpg

             L' obligeant Georgien nous a fait remarquer que les vieux arbres formaient un " M " initiale de Mullryne, et un " T " initiale de Tattnall. Mary Mullryne et Josiah Tattnall s' étaient mariés en mil sept cent soixante. Ce cimetière était privé; c' était celui de la plantation Bonaventure appartenant au Commodore Mullryne, et que Mary, sa fille, reçut en dot.

             C' est ici que Clint Eastwood réalisa le tournage du film " Minuit dans le jardin du Bien et du Mal ".

( J' avoue que je perçois le " M " mais pas le " T ". Mais chacun sait que je ne vois jamais rien).

             Dans les alentours de Savannah, comme autour de Charleston, se dressent de magnifiques plantations. C' est là, en Georgie, que Margaret Mitchell a situé Tara, la propriété si aimée de Scarlett O' Hara. On visite Tara, mais les photos n' ont pas survécu. Néanmoins, Tara pourrait presque être celle-ci, dont j' ai oublié le nom.

1-Top-004-copie-12.jpg

               Au temps de Scarlett et Rhett, on allait à Savannah en prenant le Riverboat.

1-Top-001-copie-13.jpg

C' était le meilleur moyen pour les planteurs d' aller surveiller leurs entrepots et/ou de profiter aussi des plaisirs de la ville.

               Ces bateaux, de nos jours, emmènent les touristes vers Stone Mountain près d' Atlanta. Il s' agit d' un complexe où l' on peut taquiner les poissons, faire du canotage, du golf...etc....On peut y voir aussi le Memorial des chefs confédérés; leurs statues équestres sont taillées dans le granit. Jefferson Davis, Robert Lee et Stonewall Jackson sont ici gravés pour l' éternité.

1-Top-005-copie-11.jpg

               Cette sculpture est aussi haute qu' un bâtiment de dix étages, et aussi large qu' un terrain de football.

               Se balader en Georgie, c' est marcher dans " Autant en emporte le vent ". C' est, à Atlanta, chercher l' ombre de Tante Pittipat s' affolant dans l' incendie de la ville, car Sherman n' a pas épargné Atlanta; c' est entendre l' impertinent " taratata " de Scarlett l' indomptable à Tara, et à Savannah, retrouver Scarlett la coquette conquérante, la Belle du Sud si bien représentée par cette ville colorée.

               Oui, décidément, j' aime beaucoup Savannah.


Voir les commentaires

2013-04-11T08:21:00+02:00

Boone Hall Plantation

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

 

 

                    A une dizaine de miles au sud de Charleston, à Mount Pleasant, se dresse une des plus anciennnes plantations des états du sud : Boone Hall Plantation. Elle doit son nom au major anglais John Boone, qui la créa vers mil six cent quatre vingt un, sur le terrain que reçut en dot son épouse, Elizabeth Patey.

                    C' était une plantation de coton, dont la maison de maître originelle était en bois.

               Les photos et films étant interdits pendant la visite, je vous montrerai donc un exemple d' intérieur par  une carte postale.

               La maison actuelle a été construite dans le style colonial georgien, par un canadien Thomas Stone, qui avait acheté la plantation. On y accède par une célèbre allée de chênes plus que bi-centenaires plantés en mil sept cent quarante trois par le fils du major Boone.

4-Top-002.jpg

2-Top.bmp-002.jpg

               On vivait d' une manière très raffinée dans ces états sudistes; on y cultivait un art de vivre que l' aristocratie européenne n' aurait pas désavoué. Les Sudistes étaient d' ailleurs considérés comme des aristocrates face à ces rustres de Yankees.

                Ici, la salle à manger de Boone Hall.

5-Top-001.jpg                 Les jardins sont superbes. Les azalées et les mousses espagnoles concourent à leur beauté, leur confèrent un tel romantisme que l' on a envie de s' y promener en crinoline et ombrelle de dentelle blanche. Et au bras d' un beau cavalier peut-être !!!

1-Top-copie-15.jpg

               Dans un autre coin du parc, un peu éloigné de ce jardin d' agrément, se trouve l' ancien quartier des esclaves, dont les cabanes ont été gardées en état.

1-Top-004-copie-11.jpg

               Au début du XXème siècle encore, des ouvriers agricoles y logeaient, car, cette plantation est toujours active. La culture du coton a seulement laissé la place à l' agriculture biologique.

               Bien que sommaires, ces maisons d' esclaves me paraissaient plus grandes et plus confortables que celles que j' avais vues dans le Mississipi ou en Louisiane. Mais, ce n' était peut-être qu' une impression !

               Beaucoup de ces plantations des états confédérés furent mises à mal par les troupes nordistes, et les carpetbaggers achevèrent souvent de ruiner les planteurs.

1-220px-Carpetbagger.jpg

                                                       ( image Wikipedia )

               On pourrait, d' une façon non littérale, traduire ce terme de carpetbaggers par " profiteurs de guerre ". Ils étaient tous nordistes, arrivant à la fin de la guerre de Sécession, déterminés à tirer profit de cette période de reconstruction. Ils avaient quelques équivalents sudistes : les scalawags.



Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog