Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

evenements

2018-05-03T05:49:48+02:00

Au plaisir des yeux - 3

Publié par divagations-et-balades

          Bof ! Finalement, je n' ai personne à empoisonner..........et parmi ces plantes du mal, j' en ai prescrit plusieurs en version homéopathique.

          Je continue ma promenade. Que c' est curieux ! Sur le tronc, à cet endroit dénudé, d' un bel arbre, une belle pousse de fleurs roses se dresse là, toute seule.

Au plaisir des yeux - 3

          C' est plutôt incongru !

          ici, on vend des graines, des pots de fleurs.....il n' y a que l' embarras du choix.

Au plaisir des yeux - 3

          Les arbres, les fleurs, les plantes vertes, composent des symphonies de couleurs qui se font mutuellement chanter et nous enchantent.

Au plaisir des yeux - 3

          Certaines se traînent par terre, éclatantes et ensoleillées.

Au plaisir des yeux - 3

          Par contraste j' aime ces apparents fouillis;

Au plaisir des yeux - 3
Au plaisir des yeux - 3

          Et soudain, je tombe en arrêt, bluffée. Comment est-ce possible ??? J' en ai le souffle coupé.......

A suivre !

Voir les commentaires

2018-05-01T04:44:00+02:00

Au plaisir des yeux - 2

Publié par divagations-et-balades

          Les miels étaient délicieux, je n' ai pas tout goûté, il y avait foule, mais j' y reviendrai. En attendant, reprenons la visite.

Au plaisir des yeux - 2

          Elles sont belles et colorées ces fleurs, oui mais.....ne vous y fiez pas, ce sont des fleurs carnivores. N' approchez pas vos doigts, on ne sait jamais jusqu' où va la voracité !

Au plaisir des yeux - 2

          Mais voyez ces flamants roses se monter le cou. Pour quoi se prennent' ils ? Après tout ils ne sont que des parapluies.......

Au plaisir des yeux - 2

          Et ce petit, là, devant, il a l' air ahuri de celui qui n' en revient pas d' être là.

Au plaisir des yeux - 2

          C' est vraiment le plaisir des yeux ce chatoiement de couleurs qui, de stand en stand, rivalisent pour mieux nous enivrer.

Au plaisir des yeux - 2

          Et soudain, je tombe en arrêt devant une banderole :

Au plaisir des yeux - 2

          Comment ? Le mal existe, on le sait, mais il a donc colonisé les plantes !!!

          Je m' approche, cela peut être intéressant; il y a une brochure, je l' achète, évidemment, des fois que je voudrais empoisonner quelqu'un ...........je plaisante !

Au plaisir des yeux - 2

          Cela mérite une petite pause, car j' ai hâte de voir quelles sont ces vilaines plantes, mais........qui ont peut-être rendu bien des services !!!!! Alors, je m' installe sur un banc et vais jeter un coup d' oeil.

A plus tard !!!

Voir les commentaires

2018-04-25T13:35:12+02:00

Au plaisir des yeux - 1

Publié par divagations-et-balades

          L' habitude est maintenant, et heureusement, prise : au printemps et à l' automne, le château de Tauzia fête les jardins.

          Ce château, construit au XVIIIème siècle est en fait une ravissante chartreuse, comme il y en a beaucoup ici, entouré d' un beau parc à l' anglaise, ce que je préfère. Il a été classé aux Monuments historiques en mille neuf cent soixante cinq.

Au plaisir des yeux - 1

          Après avoir garé la voiture, je marchais vers le château et la tente verte dans laquelle je pris sagement mon ticket d' entrée,

Au plaisir des yeux - 1

          Sous la surveillance silencieuse d' un cerf en bois, fièrement campé sur ses pattes grêles.

Au plaisir des yeux - 1

          Et le premier parterre fleuri s' offrit à moi;

Au plaisir des yeux - 1

          Il se compose de trois massifs triangulaires,

Au plaisir des yeux - 1

          Pour ajouter au romantisme, une calèche peut emmener les visiteurs,

Au plaisir des yeux - 1

          Mais je préfère marcher et partir un peu à l' aventure. Voyons, à droite ou à gauche ? Allez, je vais en face; ni droite ni gauche Tiens ! En même temps ça me rappelle quelque chose.......... Restons dans la beauté des choses !

Au plaisir des yeux - 1

          Oh ! Un arbre-camélia ! En général je n' aime pas beaucoup les arbres taillés en boule comme cela, mais je reconnais que celui-ci a un certain charme.

Au plaisir des yeux - 1

          Mais j' aime mieux ce mélange coloré où dominent ces boules de neige.

Au plaisir des yeux - 1

          Mais que vois-je ? Dégustation de miel !!!! Excusez-moi, mais cela mérite une petite pause.

A bientôt !

Voir les commentaires

2018-04-08T05:40:07+02:00

Dyonisos en son palais.

Publié par divagations-et-balades

           Qu' est-ce à dire ? Un dieu grec possède un palais à Bordeaux !!! Mais oui, et alors !Bordeaux n' est' elle pas la capitale d' une fameuse région viti-vinicole ?

          Dyonisos y a ses terres, alors pourquoi pas un palais ? Je ne l' ai pas photographié moi-même, (je le trouve moche ! Je sais, je risque de soulever l' indignation, alors prière de ne pas me trahir), mais j' aime la belle couleur d' or, (couleur du vin de Sauternes), que lui donne le soleil levant.

Photo Sud-Ouest ( ainsi que les suivantes )

Photo Sud-Ouest ( ainsi que les suivantes )

          Tout, déjà, a été dit sur cette cité du vin, alors je ne vais pas en rajouter, mais.......il s' y passe des choses; ce n' est pas un mausolée.Et, il y a quelques jours, on a pu y visiter une exposition qui chante le vin, la poésie et la musique.

          Pour que l' invité d' honneur, Dyonisos, puisse se désaltérer sans être trop dépaysé, on a mis à sa disposition des vases grecs. Trop grands ? Mais non, c' est un dieu !

Dyonisos en son palais.

          Il y est d' ailleurs représenté une coupe à la main, entouré de danseuses et de musiciens. Ma parole, il est en pleine bacchanale !!! Car on le sait, chez les Romains, jamais en reste de quoi que ce soit, on l' appelait Bacchus.

          Pour l' honorer davantage, on lui a donné de la compagnie, un poète, l' un des plus grands de l' Antiquité, bien que l' on ne sache que peu de choses de lui : Anacréon.

 

Dyonisos en son palais.

          L' histoire de sa vie s' est un peu perdue dans la nuit des temps, et pourtant elle a été maintes fois commentée, annotée, mais de façon telle que la vérité a fini par se diluer entre les différents traducteurs. Traduttore, traditore disait' on quand j' étais au lycée.

          Il était poète de cour et a fréquenté des tyrans : Polycrate de Samos, Hipparque d' Athènes, qui envoya une galère de cinquante rameurs pour l' amener à lui, et qui devint son ami.

          Il écrivit des élégies et des odes; les poèmes anacréontiques inspirèrent Ronsard et les poètes de la Renaissance. Rameau lui consacra un opéra qui fut joué sur une scène somptueuse.

Dyonisos en son palais.

          Anacréon revint mourir, très âgé, dans sa ville natale de Téos.

          La musique aussi rendit hommage à Dyonisos/Bacchus, et l' on retrouve sa tête sculptée sur une basse de viole dont il n'existe que cinq exemplaires au monde.

Dyonisos en son palais.

          On ne pouvait faire moins à Bordeaux que d' honorer ce dieu qui a tellement participé à la richesse de la ville !

Voir les commentaires

2018-04-04T10:43:50+02:00

Mais comment faisaient' ils ?....

Publié par divagations-et-balades

          .....Nos ancêtres de l' ancien monde, le vrai, celui où il n' y avait ni lave-vaisselle, ni téléviseur, ni ordinateur.... parce que la fée électricité dormait encore dans les brumes d' Avalon. C' est dans cet ancien monde - là que nous avons plongé, bien malgré nous, parce que, dans le cas contraire, ce serait un signe certain de masochisme.

          Tout a commencé le dimanche vingt cinq mars, quand le décodeur C+ s' est permis un bug intempestif. Cela est arrivé si brusquement, que le téléviseur est devenu fou et s' est mis à bégayer : " SMART TV " apparaissait et disparaissait dans la seconde suivante, puis réapparaissait.....et ce ballet ne s' arrêtait plus. Et plus aucune image n' apparaissait à l' écran.

Mais comment faisaient' ils ?....

          Il ne sera, peut-être, réparé que le neuf avril, à condition que l' éventuelle pièce défectueuse n' ait pas à être commandée en Corée ou au Japon; je ne sais plus. Je déteste être lâchée par une machine. Elle n' a que quatre ans sapristi !!! Et pour les matches de foot je n' avais lésiné sur rien.

          Mais on peut vivre sans télé.........quoique.......et mes matches de foot alors ? Je vais en rater au moins deux. D' un autre côté, comme ça, je vais moins risquer l' infarctus parce que les Girondins.....cette année !!! Je râle au moins quatre vingt dix minutes, pour le temps supplémentaires......je suis anéantie.

          Cependant, il y a eu pire.

          Voilà que dans la soirée......clac ! tout s' éteint dans la maison. Futées comme pas trois, nous pensons aussitôt au disjoncteur. Cap sur le garage ! Bingo ! on tenait le coupable. On réenclenche........lumière. Ouf ! Mais le temps de rentrer dans la maison.......clac ! tout s' éteint à nouveau. On ne renonce pas pour si peu; retour au garage, on refait la manoeuvre : lumière....puis clac ! tout s'éteint encore mais cette fois définitivement.

          Alors vite, organisons-nous. On réquisitionne toutes les bougies de la maison. Heureusement, la cuisinière est mixte, mais réduite à deux feux et avec un four muet. Et  nous nous installons pour un dîner aux chandelles.

 

Mais comment faisaient' ils ?....

          Il est évidemment dénué de tout romantisme. Qui a vu du romantisme dans un dîner aux chandelles entre deux membres d' une même fratrie ? D' autant plus que ma soeur fait grise mine privée de sa chère télé, et moi, je suis partagée entre le rire, ( qui me fait risquer gros ), et le dépit pour mes matches de foot.

          Etranger à toute compassion, Victor le Chien s' en moque et dort afin de prendre des forces pour ses javas nocturnes. plus de quatre mois maintenant qu' il m' empêche de dormir au-delà de trois heures par nuit. Je vais finir zombie dans le meilleur des cas.

          Ce n' est pas tout. Nous n' avons plus de téléphone fixe puisque branché sur la box, elle-même branchée....etc.... Et la batterie du portable vit une agonie qui sera brève.

          Oui, vraiment, comment faisaient nos ancêtres qui vivaient dans l' ancien monde ?

          Après avoir tenté en vain de rendre nos yeux télescopiques comme ceux du loup en arrêt devant Betty Boop, pour lire à la lueur des bougies,

Mais comment faisaient' ils ?....

          Chacune prend son bougeoir et se dirige vers sa chambre. Ma parole ! Quel tableau ! On dirait des fantômes en vadrouille. Il ne manque que le bonnet de nuit pour dévaler deux cents ans en arrière.

Mais comment faisaient' ils ?....

                         SEPT JOURS APRES

          Au 3ème jour, un homme de l' EDF est venu, a changé le disjoncteur qui était trop vieux, nous a dit, voyant que cela n' avait rien changé à l' affaire : " c' est grave, il faut faire venir un électricien ". Merci Monsieur, un samedi de Pâques ! 

          Mardi, ma soeur est allée au bureau de tabac du village, où elle a obtenu le numéro d' un électricien du coin. Obligeamment le buraliste a prêté son téléphone...........et miracle ! depuis hier soir, nous avons raccroché le monde moderne. 

          Cette semaine de vacances au 19ème siècle restera dans nos mémoires. mais attention, nous ne sommes pas encore sauvées. Voulant brancher le lave-vaisselle, nous avons fait .....disjoncter. Mais nous l'avons réenclencher avec succès et avons encore de la lumière. Moindre mal ! 

          Je remercie les ami(e)s qui ont tenté d' avoir de mes nouvelles, intrigués par mon silence. Je vais leur répondre personnellement aujourd'hui.

          

 

Voir les commentaires

2018-03-17T20:09:46+01:00

La minute littéraire

Publié par divagations-et-balades

          Ce  soir, je voudrais juste partager avec vous un plaisir tout à fait récent : la lecture du dernier livre de Ramon Basagana,que certains d' entre vous connaissent sans doute, car en fait, le monde des blogueurs n' est peut-être pas aussi vaste qu' on le croit.

          C' est un livre redoutable, car, dès lors que l' on a ouvert la première page, on n' a plus envie de l' abandonner. Il vous fait quitter votre univers quotidien pour d' autres, multiples, mais qui envoûtent tous.

          Je n' en dirai pas plus pour laisser le plaisir de la découverte, sauf :

                    Lisez-le, vous ne serez pas déçus.

          Ah ! que je n' oublie pas de vous en donner le titre, et même mieux que ça :

La minute littéraire
La minute littéraire

          Bonne soirée !

Voir les commentaires

2018-02-23T19:58:55+01:00

Mosaïques

Publié par divagations-et-balades

          En mille neuf cent quatre vingt quatre sous l'égide du maire d'alors, Jacques Chaban-Delmas, la rue Sainte Catherine à Bordeaux est devenue piétonnière.

          Ce nouveau visage de la rue la plus commerçante de la ville, qui est, je crois, la plus longue de France, a été inauguré en avril de cette année-là.

Photo Sud-Ouest - Arch. J.F. Grousset

Photo Sud-Ouest - Arch. J.F. Grousset

          Cette rue tient son nom d'une très ancienne chapelle qui fut inaugurée en mille quarante huit par les Chevaliers de Malte. Ceux-ci étaient alors plus connus sous le nom d'Hospitaliers, car ils avaient construit un hôpital à Jérusalem pour soigner les pèlerins sans distinction de race ou de religion.

          Cette chapelle se trouvait à l'emplacement actuel de la FNAC. Au XIème siècle, il y avait à ce niveau une vraie gadoue, et, pour éviter que les dames ne salissent leurs longues robes, on voulut paver le sol devant la chapelle. Mais, on manquait de moyens et les travaux coûtaient très cher, alors, le clergé vendit le mobilier de la chapelle et les travaux purent se faire.

          Puis, la chapelle fut très longtemps abandonnée et ses derniers vestiges disparurent en mille huit cent trente cinq. En faisant des fouilles pour y établir un théâtre, on y a trouvé beaucoup d'ossements humains.

          Quelle sombre histoire s'est déroulée à cet endroit ? Je ne le sais pas et je ne trouve aucune trace. Alors c'était peut-être tout simplement un cimetière.

          A son extrémité Place de la Victoire, se dresse toujours la Porte d'Aquitaine, à l'autre extrémité, près du Grand Théâtre, s'élevait la Porte du Médoc; mais cette dernière a disparu en mille sept cent soixante douze.

          La rue Sainte Cath, comme on dit souvent ici, a toujours été très fréquentée et commerçante. Il fut un temps où les bouchers et tripiers de Bordeaux n'avaient pas le droit de vendre leur marchandise ailleurs.

          Les meuniers y venaient porter leur farine depuis les moulins des jalles de Blanquefort ou celui de Gajac à St Médard en Jalles.

          Au moment de Noël, la rue s'illumine.

Mosaïques

          Mais elle n'a pas toujours été aussi paisible. Au moment de la Fronde elle devint un véritable champ de bataille entre partis opposés, et le bilan de quatre cents morts pesa lourdement.

          Et aujourd'hui ? L'article de Sud-Ouest fut une révélation. Cette rue, que j'ai arpenté si souvent.........je ne la connaissais pas bien. Je ne m'étais jamais rendu compte, en effet, qu'elle était pavée de mosaïque. Il a fallu cette photo, peut-être prise par un drone, pour que je la vois.

Photo Sud Ouest - Arch. Ph. Taris

Photo Sud Ouest - Arch. Ph. Taris

          Ou alors, je ne la vois pas d'assez haut quand je baisse les yeux, en bref, je ne suis pas assez grande. Pourquoi n'ai-je pas été plus obéissante et fait tant de chichis avec la soupe !!!

Voir les commentaires

2018-02-06T18:23:30+01:00

Février 1956

Publié par divagations-et-balades

          Cette date est restée mémorable en Gironde, car il y fit grand froid. Je m'en souviens parfaitement, c'était la première fois que je voyais autant de neige.
          Aujourd'hui, alors que la météo lance des alertes neige et grand froid sur quarante deux départements, (Ouf ! Pas chez nous !), je reprends le journal Sud-Ouest qui, il y a deux ou trois jours, a consacré toute une page à ce mois de février mille neuf cent cinquante six, à travers quelques photos.

Février 1956

          Une chape blanche avait brusquement recouvert les chaises des allées de Tourny, et la place de la Comédie.

          Jusque-là, l'hiver était conforme à l'habitude, doux et clément, et tout-à-coup.......ce froid polaire : moins quinze degrés le quinze février. Je n'avais pas encore connu cela, mais j'ai su de suite que je n'aimais pas ça.

          La place de la Victoire avait perdu la bataille du froid, et la neige l'avait à moitié avalée.

Février 1956

          On déblayait les trottoirs pour accéder au marché des Capucins, dont les étals étaient plutôt sinistrés.

Février 1956

          Les quais étaient envahis, et les sergents de ville, (affublés du surnom " d'hirondelles "), avaient revêtu leurs pèlerines aujourd'hui disparues.

Février 1956

          Ce jour-là, le journal Sud-Ouest écrivait : " De mémoire d'homme, on n'avait jamais vu cela ".

          Et c'était encore pire dans le reste du département. A Arcachon, la neige poudreuse atteignait un mètre cinquante; la route du Cap Ferret était coupée; au lac d'Hourtin, la jetée s'était effondrée sur une eau glaciale.

Février 1956

          Et au nord du département, à Sainte-Foy-la-Grande, la température était descendue au nombre record de moins vingt huit degrés.

          La Gironde grelottait, et pourtant, ce grand froid avait fait des heureux : les fervents du ski qui profitaient de chaque rue en pente pour assouvir leur passion.

Février 1956

          Moi, je faisais de la luge sur les boulevards avec le fils des voisins.

          Et aujourd'hui, six février deux mille dix huit, à quatorze heures quinze, je suis allée au jardin faire la photo témoin du temps de ce jour :

Février 1956

          Comme quoi, les années se suivent, (de loin), et ne se ressemblent pas..........pour l'instant !!!!

Voir les commentaires

2017-12-31T23:50:00+01:00

L' année est morte, Vive l' année

Publié par divagations-et-balades

          Le Père Noël nous a dit au-revoir jusqu'à l' année prochaine, du moins, je l'espère.

L' année est morte, Vive l' année

          Et l' année deux mille dix sept va mourir sous un ciel de soufre.

L' année est morte, Vive l' année

          L'heure, pour l'instant, est aux festivités, et même si l'on reste " sage " ce soir, on ne peut que se réjouir de nos traditions de fête.

          Cependant, quelque chose me gêne beaucoup, et, nous y sommes, je sens que je vais m'offrir l'ultime râlante de l' année.

          Nous sommes en France, donc, chez nous. Alors, ce qui me gêne vraiment, c'est cette impression que nous sommes " comme " en état de siège dans notre propre pays. Est-ce normal que l'on soit obligé de mobiliser policiers et gendarmes pour protéger la moindre manifestation, les gares, les aéroports, les grands magasins..........

          Je me crois revenue à Alger au début des années soixante.

Wikipedia
Wikipedia

Wikipedia

          Et je ne comprends pas comment on peut accepter d'être dans ce contexte dans notre propre pays.

          La France, on l' aime ou on la quitte, a dit un jour je ne sais plus qui, qui avait peut-être le pouvoir de remédier à cela, mais qui n'a rien fait.

          Bon, ce soir, oublions tout ça, et que l'on nous oublie aussi. Qu'on nous laisse enterrer l' année joyeusement, car, toute neuve, est là, encore blottie dans un repli du temps, l' espérance d'une année nouvelle éclatante et heureuse.

          C'est celle que je souhaite à tous mes lecteurs :

             UNE ANNEE DOUCE COMME LE MIEL

                 A bientôt, en 2018

L' année est morte, Vive l' année

Voir les commentaires

2017-12-24T14:52:13+01:00

NOËL

Publié par divagations-et-balades

          Il vient de quitter son village polaire,

          Il a recouvré la mémoire,

          Il ne vous oubliera pas,

NOËL

          A tous les amis qui me rendent visite ici,

          A tous mes lecteurs inconnus que je remercie de venir se promener sur ce blog,

 

               JOYEUX NOËL !!!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog