Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

histoire

2021-11-11T15:02:42+01:00

11 novembre 1918

Publié par divagations-et-balades

          Elle s'achevait enfin, c'était la Der des ders, et le monde respirait. Je suppose qu'on faisait partout la fête.

          Mon père et ma mère étaient alors trop petits pour se le rappeler. Mon grand-père était laconique  à ce sujet, désillusionné et plein d'amertume. Mes grands-mères ? Un monstre était passé par là, suscitant l'impensable : la suite de la Der des ders, et il m'avait volé mes grands-mères.

          Par trois fois, un vent mauvais soufflé par le peuple de ce monstre, avait voulu détruire et annexer notre pays, par trois fois, il avait échoué; aujourd'hui, notre drapeau flotte toujours dans le ciel, et le vent est son allié.

11 novembre 1918

          En ce jour, nous qui sommes là, sachons dire merci à ceux qui nous ont gardé un pays et sans qui je n'aurais peut-être jamais existé :

     * Le poilu de 14/18

     * Le soldat de 39/45 qui a su résister malgré la défaite et reconquérir le pays

Wikipedia
Wikipedia

Wikipedia

Voir les commentaires

2021-10-27T04:41:00+02:00

Le mystère du tombeau

Publié par divagations-et-balades

          On l'appelle Le Tombeau de la Chrétienne, mais c'est une double erreur car son nom arabe, Kbour er'Roumia, signifie Tombeau de la Romaine, et parce que les Arabes eux-mêmes se sont trompés, égarés par un terme punique semblable mais qui veut dire : royal

          De plus, on ignore absolument à qui ce mausolée était destiné.

          Il se dresse à quelques kilomètres de Tipasa, depuis, semble t-il, l'époque numide. Ce royaume berbère exista de 202 à 46 avant JC, et couvrit une grande partie de l'Afrique du Nord jusqu'aux confins sahariens.

          Ce mausolée ressemble à un énorme tambour cylindrique reposant sur une base carrée.

Le mystère du tombeau

          Il est construit en grosses pierres taillées.

Le mystère du tombeau

          Il parait que l'on peut visiter l'intérieur; à l'époque où j'y allais, il n'en était pas question. Dommage !

          Beaucoup de légendes courent sur ce mystérieux tombeau. On disait même qu'il contenait de fabuleux trésors. C'était peut-être vrai ! Allez savoir :

          Mais la question principale dont ont débattu les historiens est : A qui ce tombeau était-il destiné ?

          La thèse la plus répandue est celle du roi Juba II qui l'aurait fait construire pour son épouse, la reine Cléopâtre Séléné, très aimée et vénérée par le peuple.

          Appelée aussi Cléopâtre VIII, elle était la fille de la fameuse reine d'Egypte et du romain Marc Antoine.

          

Wikipedia : Cléopâtre Séléné

Wikipedia : Cléopâtre Séléné

          Apparemment, son nez était plus long que celui de sa mère. Eut-il une influence sur la marche du monde ? Sur la lune peut-être ! Ne s'appelle t-elle pas Cléopâtre Séléné ? Et, d'après les chroniques du temps, il y eut un " assombrissement de la lune au moment de sa mort ". Une éclipse ???

          Mais est-ce bien elle qui est dans ce mausolée ? En fait, on n'en sait rien. L'archéologue et historien Mounir Bouchenaki pense que ce tombeau serait un monument africain, ayant appartenu à une famille royale qui y serait richement enterrée. Alors......le trésor.......

          Le mystère reste entier.

Voir les commentaires

2021-03-11T14:35:50+01:00

Terres et Hommes Rouges

Publié par divagations-et-balades

          Avec ce que je vais dire, j'avais fait scandale en 1978. On m'avait désignée pour faire un exposé devant des confrères médecins, et au lieu de l'exposé médical attendu, j'avais raconté ceci : ( mais je signale que personne ne m'avait demandé d'arrêter et qu'on m'avait écoutée jusqu'au bout, en silence).

          Je voudrais vous raconter une histoire, une histoire simple de vie et de mort, avec peut-être quelque chose en plus, le filigrane d'une condamnation.

          Il y a bien longtemps, dans les terres de feu et de glace de l'Arizona, vivait un étrange peuple. Il habitait d'inaccessibles demeures, creusées à même la montagne, pour se protéger d'animaux immenses et féroces, et peut-être aussi d'ennemis inconnus.

Terres et Hommes Rouges

          Cela dura bien des années, et, brusquement, en l'espace de quelques lunes, ce peuple disparut. Tout le monde partit, et personne jamais, ne sut ni pourquoi, ni pour où.

          Ces hommes ont laissé, gravés dans la pierre, des messages que personne, jamais, n'a su déchiffrer.

          Ils étaient sans doute les premiers Américains, ceux que les Indiens actuels appellent " les Grands Ancêtres ". Ils se nommaient les Anasasis.

          Bien des années après, d'autres hommes surgirent et occupèrent les grandes plaines et les montagnes de l'Ouest. 

Terres et Hommes Rouges

          Etaient-ils la résurrection des premiers ? Ils ressemblaient à leur terre, rouges comme elle, farouches et pleins de chaleur, comme elle, et faisant, comme elle, jaillir vers le ciel et l'Esprit qui l'habite, des élans venus du plus profond d'eux-mêmes.

Terres et Hommes Rouges

          Pendant des siècles, ils vécurent libres dans ces territoires qu'ils s'étaient partagés. Puis, se levèrent les jours du mal, et survint l'homme blanc et son besoin de conquêtes, conquête des terres, mais aussi conquête des âmes.

          Ils enfermaient leur dieu dans d'orgueilleuses demeures et voulurent obliger le Grand Esprit à s'incliner devant ce dieu étranger, car personne ne savait que c'était le même.

          Les flèches ne pouvaient pas grand' chose contre les boulets, et l'attrait des richesses indiennes était trop puissant.

          Le temps passa. Puis vinrent d'autres hommes des rives orientales. Ils avaient entendu parler de l'or des eldorados de l'Ouest. Alors, ils attelèrent leurs chevaux, chargèrent leurs chariots, et commencèrent à disputer aux Indiens, leur terre et leur subsistance.

          Souvent le voyage tournait court et il ne restait de leurs espoirs et de leur ambition, qu'un chariot abandonné au temps.

          Mais il en vint d'autres, et d'autres encore. Ils construisirent des forts, puis des villes.

Terres et Hommes Rouges

          Alors s'éleva le chant des guerres indiennes, et il exprima cette folie messianique qu'eurent les Hommes rouges désespérés de la fin du XIXème siècle. Mais il n'était que le rêve d'un peuple mort dans la neige ensanglantée de Wounded Knee au soir tragique du vingt neuf décembre mille huit cent quatre vingt dix., 

          Maintenant, que reste t-il de ces fiers guerriers, de ces Braves aux longues chevelures qui galopaient dans le grand vent de liberté de la prairie ?

Terres et Hommes Rouges

          Le petit-fils de Geronimo pose pour les touristes de Old Tucson, paré des plumes dérisoires de sachems disparus. Les Navajos cachent leurs hogans au fond fertile des canyons brûlés du désert, et leurs femmes gardent de maigres troupeaux, ou vendent des colliers de turquoise sur les trottoirs du vieil Albuquerque ou de Santa Fé.

          Mais peut-on tuer à jamais l'âme d'un peuple ? Les bisons sont-ils seuls à garder à l'arrière de leur front têtu et résigné, la nostalgie des équipées sauvages et du temps de la liberté ?

          Non, l'âme indienne n'est pas morte; tous les ans les tribus se rassemblent pour revivre l'ancienne civilisation, même si ce rassemblement a pour témoins curieux et seulement préoccupés de folklore, les descendants de ces Hommes blancs qui les dépouillèrent.

          Et si certain soir du mois d'août, aux confins des terres rouges de l'Ouest, on peut entendre encore le chant de la princesse cheyenne, il ne cache pas que résonne encore sur Harney Peak , la prière désespérée d'un vieil indien qui pleurait dans la bruine et qui criait aux Grands Pères de l'univers :

          " Vous me voyez là, un homme pitoyable, écrasé, et qui n'a rien fait ".

          Ce vieil homme, c'était Elan Noir, petit cousin de Crazy Horse, et dernier survivant de Wounded Knee.

Terres et Hommes Rouges

Voir les commentaires

2020-12-18T19:15:25+01:00

Une aventure exotique

Publié par divagations-et-balades

          Il y a sur la côte ouest de la Floride, au sud de Tampa, et faisant partie de son agglomération, une ville nommée St Petersburg

          Elle fut fondée le 29 février 1892 par un général de l'armée du Nord :  John C Williams, et par Peter Demens.

          La légende raconte que les deux hommes tirèrent au sort celui qui baptiserait la ville. Celui-ci désigna Peter Demens. Il nomma la ville St Petersburg, en souvenir de la ville russe homonyme où il  avait passé une partie de sa jeunesse.

          Nous y sommes passés pour la première fois dans les années 70, et ce dont je me souviens le mieux est ce trois mâts ancré au municipal Pier.

Une aventure exotique

          C'était la réplique du célèbre HMS Bounty, ce navire de la Royal Navy dont la mutinerie de l'équipage alimenta les chroniques à la fin du XVIIIème siècle, et qui fut le sujet d'un film " Les révoltés du Bounty " en 1962. (D'après une nouvelle de Jules Verne parue en 1879)

          C'est pour les besoins de ce film que fut construite cette réplique fort bien réussie. Bien des années plus tard, en 2006, elle reprit du service pour le tournage d'un épisode de Pirates des Caraïbes.

          Bien sûr, l'histoire des mutins du Bounty me revint en mémoire, et je n'eu aucune peine à la faire revivre dans son décor.

          Commandé par le capitaine William Bligh assisté de son second Fletcher Christian, le Bounty avait quitté l'Angleterre en 1787, pour aller chercher des plants d'arbre à pain à Tahiti, dans l'optique d'en nourrir les esclaves dans les Indes occidentales anglaises.

Portrait de William Bligh - Wikipedia

Portrait de William Bligh - Wikipedia

          La traversée dura un an. A Tahiti l'escale de cinq mois fut très agréable pour l'équipage, car, que croyez-vous que firent de nombreux marins .......... ils s'acoquinèrent avec de jeunes indigènes.

          Il faut dire que les vahinés ne manquaient pas de charme, et, le parfum des îles aidant, les fils d'Albion y succombèrent.

 

Wikipedia

Wikipedia

          D'autant plus qu'à cette époque était véhiculée une image idéalisée de l'île, qualifiée de " Nouvelle Cythère où règne la plus grande liberté sexuelle ".

          Mais voilà.......cette vie idyllique eut son revers, et cela s'accompagna d'une nette détérioration des rapports entre le capitaine et son équipage, car la discipline à bord eut fortement à pâtir de ces relations et le capitaine finit par infliger des punitions et brimades de plus en plus dures.

          Le second, Fletcher Christian, devint son souffre-douleur. Il arriva alors que ce dernier, n'en pouvant supporter davantage, organisa une mutinerie trois semaines après le départ de Tahiti. celle-ci rassembla plus de la moitié des marins.

          Les mutins s'emparèrent du capitaine et le mirent dans une chaloupe avec dix huit marins qui lui étaient restés loyaux.

Wikipedia

Wikipedia

          Puis, ils regagnèrent Tahiti et l'île de Pitcairn, où ils reprirent leur bonne vie.

          Le capitaine Bligh était un bon marin et sans doute un dur à cuire. Avec sa chaloupe, il franchit 6500 kms, jusqu'aux Indes orientales hollandaises d'où il regagna l'Angleterre en 1790.

          Evidemment, il alla conter sa mésaventure à l'Amirauté qui envoya une frégate, la Pandora pour aller chercher les mutins et les ramener en Angleterre. Ce qui fut fait en 1792.

          Et que se passa t-il ? Sans doute ce qui arrivait à tous les mutins du monde. Ils furent jugés et la plupart....pendus.

          Ainsi se termina cette aventure exotique.

Voir les commentaires

2020-08-19T12:48:19+02:00

Frontstalag 221

Publié par divagations-et-balades

          Hier, j'ai promené mon chien dans une partie du bourg où je ne l'avais jamais amené. Et là....j'ai aperçu à une cinquantaine de mètres, près d'un rond-point où je passe assez souvent en voiture, une stèle que je n'avais jamais remarquée.

Frontstalag 221

          Je suis bien sûr allée voir, et j'ai appris une chose que j'ignorais complètement : il y avait des camps de prisonniers en France, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

      On les nommait " Frontstalag ".

      A cet endroit, le quartier de Germignan, existait en mille neuf cent quarante, un cantonnement pour les ouvriers de la Poudrerie de St Médard en Jalles, une commune voisine.

         A la fin de cette année-là, les autorités militaires allemandes le transformèrent en camp de prisonniers. Ce fut le Frontstalag 221.

         Dans son délire racial, Hitler ne voulait pas polluer le sol de l'Allemagne avec des prisonniers français d'origine africaine.

         Après une longue marche harassante, soixante dix mille d'entre eux furent internés dans ce camp.

Frontstalag 221

          En mille neuf cent quarante cinq, une épidémie de typhus fit quatre cent quatre vingt quinze morts dans ce camp.

          Après la libération, le camp passa aux mains des autorités militaires françaises, et devint le Dépot 182 où furent détenus des soldats italiens et allemands.

          

Frontstalag 221

         Les derniers prisonniers quittèrent ce camp en mille neuf cent quarante six.

         Pendant les six années que dura la Seconde Guerre Mondiale, près de deux cents camps d'internement semblables ont été érigés sur le territoire français. Ils ont été longtemps ignorés par l'opinion publique.

         Ce frontstalag 221 avait ainsi disparu de la mémoire locale avant de bénéficier d'une reconnaissance récente.

         En effet, cette stèle a été inaugurée le 26 août 2017 par la municipalité; elle avait été construite par des bénévoles locaux.

Frontstalag 221

         Le bloc de béton sur lequel elle repose servait de soutènement sous l'angle d'une baraque.

         Les lames de bois représentent les planches de pin qui en constituaient les murs;

         Le liteau de ceinture de couleur claire est typique des baraquements de Germignan, ainsi que le toit recouvert de toile bitumée.

         Sur la stèle, une plaque rappelle les noms, prénoms, âge du décès et pays d'origine de ces soldats.

         Qu'ils reposent en paix.

         En Gironde, un premier Frontstalag existait à Souge, également près de Bordeaux.

Voir les commentaires

2020-07-19T09:58:08+02:00

Gaulois ? Non. Gascon !

Publié par divagations-et-balades

          Ici, notre ancêtre n'est pas Astéryx mais Egon le Vascon. Et...Attention, n'allez surtout pas croire, et pire, dire, qu' Astéryx est bien plus fort qu' Egon. Cela pourrait déboucher sur de vilaines complications, et même....la si tentante sécession qui fut celle de l' Occitanie il y a quelques décades, bien avant que Monsieur Hollande, dans un de ses délires, l'ampute de son aile ouest, car elle s'étendait de la Garonne au Rhône. 

          Robert Escarpit, en mille neuf cent quatre vingt neuf, avait raconté cette histoire gasconne à travers un album que j'avais bien sûr acheté, mais qui a disparu depuis, sans doute pas pour tout le monde; j'ai ma petite idée, mais....bon !

image Wikipedia

image Wikipedia

          Nous avons un autre héros, je présume descendant lointain d' Egon, je veux parler de Charles de Batz de Castelmore dit d' Artagnan.

image extraite de mon livre

image extraite de mon livre

          Je lui trouve l'oeil un peu polisson, mais quoi............c'est un gascon !

          On connait peu de choses du véritable d'Artagnan, même pas sa date de naissance exacte. On le suppose né entre mille six cent onze et mille six cent quinze, et même ce portrait n'est pas garanti être vraiment le sien.

          Mais, on est sûr qu'il était mousquetaire du roi; même Alexandre Dumas l'a dit, alors !!! On ne va pas chipoter quand même !

Wikipedia

Wikipedia

          On sait aussi qu'il est mort durant le siège de Maastricht, (nom funeste), le vingt cinq juin mille six cent soixante treize, pendant la guerre de Hollande.

          Mais qui était-il ? Qui se cachait sous la cape bleue des Mousquetaires du Roi ?

          Homme de guerre, bien sûr, et c'est Alexandre Dumas qui nous fait connaître un gentilhomme prompt à dégainer, et à s'enflammer pour de nobles causes, amoureux chevaleresque de Constance Bonacieux.

          Mais dans la vie réelle ? En fait, le sieur d'Artagnan cherchait toujours à se marier de manière avantageuse. Aurait-il été un coureur de dot ? Il semble, qu'en amour au moins, les scrupules ne le gênaient guère, et il avait même un petit penchant à vivre aux crochets des dames !!! Mais en ce temps-là, "pas de souci", les féministes n'avaient pas encore été inventées.

          Cependant, ces dames auraient été comblées et vengées, car, sa recherche forcenée du "beau mariage " aboutit un jour.............pour son plus grand malheur. Bien fait pour ce mysogine, égoïste, féroce et méprisant ?

          Puis, vingt sept ans après sa mort, parurent ses Mémoires. Elles étaient apocryphes, rédigées à partir de notes éparses qu'il avait laissées.

mon livre

mon livre

          On y trouve des " choses secrètes " qui se sont passées sous le règne de Louis le Grand, quatorzième du nom. On y découvre le verbe féroce mais non dépourvu d'objectivité, qui dépeint les travers des rois, des princes, des ministres et des cardinaux.

          On apprend que Monsieur de Saint Simon, (père), jouait aux dès, (s'encanaillait donc), que Madame de Sévigné, qui l'eut cru, ne se contentait pas d'écrire à sa fille, mais.........complotait !

          Et on rencontre Ninon de Lenclos, Bossuet, Bussi Rabutin......

      En fait, ces Mémoires déclinées en trois tomes, sont un e agréable chronique du Grand Siècle.

          Alors.....Gloire à notre gascon qui, du haut de sa statue à Auch,peut embrasser du regard jusqu'à l'horizon, sa belle terre gasconne.

       

 

photo personnelle

photo personnelle

Voir les commentaires

2020-05-10T17:30:21+02:00

La méditation du lundi : L' Histoire peut-elle bégayer ?

Publié par divagations-et-balades

          Toutes les informations contradictoires proférées par celle-ci ou celui-là, mais tous membres du gouvernement ou apparentés, ont fini par me rappeler un livre lu il y a plusieurs décennies : Les origines du totalitarisme de Hannah Arendt. 

       Le retrouver dans les bibliothèques de la maison est ardu, mais j'ai des carnets où je prends des notes, des citations, et ceux-ci sont plus faciles à trouver.

          Cette allemande, née au début du siècle dernier, disparue en mille neuf cent soixante quinze, avait fait de brillantes études à la prestigieuse université de Heidelberg, où elle était entrée sur la recommandation de Martin Heidegger, avec qui elle eut, à dix neuf ans, une liaison secrète car il était marié et père de famille.

La méditation du lundi : L' Histoire peut-elle bégayer ?
La méditation du lundi : L' Histoire peut-elle bégayer ?

          D'origine juive, elle s'impliqua dans le mouvement sioniste allemand, ce qui, en mille neuf cent trente trois n'était pas très bien vu. Elle fut arrêtée par la sinistre Gestapo, et miraculeusement relâchée grâce à la sympathie d'un policier.

          Elle quitta aussitôt l' Allemagne, pour la France d'abord, puis pour les Etats-Unis quand l'armée nazie entra dans notre pays.

          Elle devint une fine observatrice des deux régimes totalitaires du temps : celui de Hitler et celui de Staline. Elle s'attacha à en étudier les mécanismes afin de répondre à la question :

        COMMENT UN PEUPLE SE TROUVE T-IL ASSERVI ?

          Il faut dire qu'elle avait eu un bon modèle. Ecoutons-la

          Qui veut prendre un pouvoir total sur les citoyens d'un pays possède une arme efficace : le mensonge au service de la propagande.

          Mais, disait Hannah Arendt, ce mensonge permanent doit être assez subtil pour ne pas être trop facilement dénoncé, alors, on noie le peuple sous un déluge d'informations contradictoires, mêlant le vrai et le faux à tel point que plus personne ne sait que penser.

          La confusion s'installe alors, les citoyens se découragent, plus rien n'a de sens car on peut penser tout et son contraire. La critique devient donc impossible, de même que la résistance. Et pour peu que la peur s'en mêle, l'hystérie collective n'est pas loin.

          Le pays est en perte de sens. Je vais finir par cette citation d'Hannah Arendt : 

          " Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus en rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut pas se faire une opinion. Il est privé, non seulement de sa capacité d'agir, mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez ".

Peut-être à méditer !

Voir les commentaires

2019-12-08T06:22:00+01:00

Le convoi n° 12

Publié par divagations-et-balades

          Les Allemands, pour moi, sont le peuple maudit, et je me suis souvent demandée ce que j'éprouverais si j'étais née allemande. Je ne peux pas y répondre.

          Evidemment, j'ai tendance à dire : une formidable honte. Mais.....Est-ce bien sûr ?

          Madame Merkel vient d'aller à Auschwitz,

Photo Sud-Ouest

Photo Sud-Ouest

          Je dois dire qu'elle a prononcé des paroles fortes :

          " Se souvenir des crimes, nommer leurs auteurs et rendre aux victimes un hommage digne, c'est une responsabilité qui ne s'arrête jamais. Etre conscient de cette responsabilité est une part de notre identité nationale".

          Oui, Auschwitz a été créé et administré par les Allemands. Pour moi, c'est une tâche indélébile.

          En 2008, Madame Merkel s'est rendu en Israël, et, à la Knesset et surtout à Yad Vashem, elle avait exprimé la honte du peuple allemand.

Le convoi n° 12

          Merci Madame, si vous éprouvez vraiment cette honte, mais, je crains que parmi vos compatriotes, tous ne pensent pas de la même façon.

          L'antisémitisme monte dans votre pays, entre autres, et même chez nous, et il m'arrive de m'en apercevoir "en direct". De plus, certains allemands ne supportent plus la repentance,

          Tout cela éveille en moi un écho : le convoi n° 12 , par lequel au mois de janvier 1944, une partie de ma famille, et particulièrement ma grand-mère paternelle, sont parties pour ne jamais revenir.

          Et quand à la fin de la guerre, j'ai vu revenir ce monsieur qui était mon père, et vu couler lentement une larme sur sa joue quand il a appris que sa mère n'était pas revenue, mon amour pour lui a envahi, pour ne plus le quitter, le coeur de la petite fille que j'étais.

          Mon père a cherché sa mère jusque dans les années soixante. Ce n'est qu'après sa mort que nous avons su que tous les " voyageurs " du convoi n° 12, avaient été gazés dès leur arrivée en ce lieu maudit.

          Alors, Madame Merkel, merci d'avoir pensé à tous ceux dont la vie s'est arrêtée dans ces camps de par le bon plaisir de vos compatriotes, mais je crains que vous ne soyez un peu seule en Germanie.

Voir les commentaires

2019-08-07T18:18:17+02:00

Blériot et la vie de château

Publié par divagations-et-balades

          Il y a, à Bègles, dans la banlieue bordelaise, un endroit qui s'appelait d'un nom qui me faisait rire quand j'étais petite : Tartifume.

          Il y avait un château, face à la Garonne, dont aujourd'hui il ne reste presque rien, à part cet embarcadère délabré, recouvert à marée haute, vestige des fondations du château et qui fut utilisé pour rouler les barriques.

Blériot et la vie de château

          Ce château fut acheté en mille neuf cent dix huit, par......Louis Blériot. Oui, le même Louis Blériot qui avait, le premier, franchi la Manche en avion, le 29 juillet 1909, à bord de son onzième prototype.

Blériot et la vie de château

          Il venait juste de passer son brevet de pilote ! Le brevet de pilote n° 1 délivré en France. ( Mais son premier vol eut lieu en mille neuf cent sept ! Alors !!!! Il pilotait sans permis !!!!! Waou ! ce serait maintenant ........ mais, qui étaient les examinateurs ??? ).

          Dès lors qu'il en devint propriétaire, le château de Tartifume perdit une partie de ses terres consacrées au vin, et ce, au profit de hangars et d'une piste d'aviation. Ainsi naquirent les Ateliers Blériot.

          Ceux-ci étaient une extension de son usine de Suresnes. Il y fit construire de beaux hangars à l'allure assez futuriste.

Blériot et la vie de château
Blériot et la vie de château

          Dans ces ateliers de Suresnes, ce génial touche-à-tout construisit avions, voitures, tracteurs.....Mais ils furent construits avant tout pour produire des avions de combat car la Première Guerre Mondiale avait été déclarée.

          Puis arrivèrent les années de menace d'un nouveau conflit. La France élabora un plan de réarmement où l'aviation prit une place de plus en plus importante. A Bègles, de trois cents ouvriers en mille neuf cent trente six, ce nombre bondit à plus de huit cents en mille neuf cent trente huit.

          Depuis la fin de la Grande Guerre, un autre pionnier de l'aviation se joignit à lui. Mais, Blériot mourut en mille neuf cent trente six. Peu avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale, on déménagea les avions vers des sites plus modernes.

          Après la guerre, un constructeur de voitures de sport, Georges Irat, s'installa dans les hangars Blériot. Il y mit au point plusieurs prototypes dont.....une voiture électrique..... Mais il partit en mille neuf cent quarante neuf.

          A partir de là, plusieurs industriels occupèrent successivement les lieux : fabricant de tracteurs.... de générateurs électriques pour l'armée vers mille neuf cent soixante sept.

          Puis, le journal Sud-Ouest y stocka ses rouleaux de papier, puis.....on y gara les bennes à ordures. Grandeur et décadence !!!!

          Aujourd'hui, le hangar Blériot est le seul rescapé du site de Tartifume, le château ayant été rasé en mille neuf cent soixante.

          Le souvenir même de Blériot a fini par se diluer dans ces lieux perdus.

          Quelle ingratitude quand même !!!!

Voir les commentaires

2018-04-11T09:18:38+02:00

Un fief gascon

Publié par divagations-et-balades

          Ce dernier week-end, je suis allée assister à un séminaire médical dans le Lot-et-Garonne. J' en ai profité pour aller faire quelques visites dans les villages alentour.

          Le premier que j' ai visité est un fief gascon nommé Xaintrailles. A l' époque féodale, le fief, ou tenure, était une terre concédée à un vassal qui, en échange, avait la charge de foi et hommages, plus quelques autres menus devoirs envers leur seigneur.

          Après l' éclatement du Royaume Carolingien, cette pratique s' est fortement développée et son aboutissement fut la constitution d' une aristocratie foncière.

          Vieilles pierres et rues tortueuses, tel se présente Xaintrailles. 

Un fief gascon

          Mais bien sûr, l' édifice majeur est le château; je suis arrivée face à lui au détour d' une petite rue.

Un fief gascon

          J' aime beaucoup ces tours à chapeau pointu qui évoquent si bien le Moyen-Âge. Mais ma déception fut grande. Ce château est habité et..........a été défiguré. C' est du moins mon avis. Parmi les différents propriétaires qu' il a connu, lequel a eu l' idée saugrenue de cet ajout architectural qui pour moi est une verrue ?

Un fief gascon

          Il parait que depuis les jardins, on peut admirer ce château...intact, mais voilà, propriété privée......on ne rentre pas.

          Il y a néanmoins une austère, mais fort belle façade avec ses vieilles pierres et ses fenêtres à meneaux,

Un fief gascon

          Et un magnifique donjon carré au sommet duquel claque au vent un faucon de toile.

Un fief gascon

          Comme souvent, ce château est passé de mains en mains, mais le propriétaire le plus illustre fut Jean Poton, seigneur de Xaintrailles. Ce gentilhomme gascon était maître des écuries royales.

Un fief gascon

          Il prit part à la Guerre de Cent Ans où il fit montre d' un grand courage et d' audace. Fait prisonnier, il fut échangé contre John Talbot,brillant défenseur de la Guyenne anglaise.

          Jean Poton rejoignit alors Jeanne d' Arc, participa au siège d' Orléans, et força ensuite les Anglais à lever celui de Compiègne. Avec son compagnon Etienne de Vignolles, dit Lahire il prit une part active à la conquête de la Normandie et de la Guyenne.

          En récompense, le roi Charles VII le fit maréchal de France, et lui donna, en mille quatre cent cinquante quatre, la ville de Saint Macaire, en ce qui plus tard deviendra la Gironde.

          Le Traité d' Arras laissa désoeuvrés de nombreux mercenaires et capitaines. Comme il fallait bien s' occuper et vivre, ils s'organisèrent en bandes guerroyant et pillant pour leur propre compte : Les Ecorcheurs. C'est ainsi que Poton et Lahire saccagèrent et pillèrent les Pays Bas et la Lorraine en mille quatre cent quarante quatre.

          Toute vie ayant une fin, Poton mourut au Château Trompette à Bordeaux en mille quatre cent soixante et un. Sans postérité. Son testament, rédigé en gascon, nous est resté. Les registres du Parlement de Bordeaux qualifient Jean Poton ainsi :

     " Un des plus vaillants capitaines du Royaume de France, qui fut cause, avec Lahire,de chasser les Anglais ".

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog