Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #maroc catégorie

2018-01-06T19:49:01+01:00

Tanger la Bleue

Publié par divagations-et-balades

          Vue de la mer, au premier abord, Tanger m' avait faite penser à Alger, où j' avais juré de ne plus jamais remettre les pieds. Serment respecté encore à ce jour, et pour toujours. 

Tanger la Bleue

          L' Algérie a laissé en moi une trace indélébile, mais si j' avais banni ce pays de mes projets de vacances, la nostalgie de cette terre d' Afrique n' était pas près de s'effacer. Pendant plusieurs années, le Maroc et la Tunisie ont été des substituts.

          Tanger a été la première porte d' entrée au Maroc, ou la deuxième ? Tout à coup je ne sais plus. Bien des lunes ont passé depuis.

          Tanger, ville mystérieuse, noyée dans le bleu du ciel et de la mer, qui a fasciné des artistes et des écrivains du monde entier, surtout dans les années cinquante.

          Tanger, dont William Burroughs disait :

                    " Tanger est vraiment le pouls du monde, comme un rêve s'étendant du passé au futur......".

      A peine arrivés, et après avoir garé la voiture à l' hôtel, (El Minzah, où j' avais rencontré le Comte de Paris qui, comme moi, attendait l' ascenseur et à qui, sans complexe j' avais adressé la parole et mesuré l' extrême courtoisie après quelques minutes d' entretien), nous étions partis vers le coeur battant de Tanger : Le Grand Socco. 

Tanger la Bleue

          En ce temps-là, Tanger avait encore sa réputation de ville sulfureuse, de nid d'espions et lieu de tous les trafics. J'espère, me méfiant de l' évolution moderne, qu' elle n'a pas perdu son âme.

          Nous arrivons vers le Grand Socco qui a tant fasciné Joseph Kessel qu' il en a écrit un livre, titré simplement..........Au Grand Socco

 

Entre certaines de mes photos, environ 20 à 25 ans se sont écoulés.

Entre certaines de mes photos, environ 20 à 25 ans se sont écoulés.

          Bientôt, nous sommes en plein dedans, au milieu du tumulte, enivrés d' odeurs et de couleurs, côtoyant les hommes et ces petits ânes iconiques du Maghreb. 

Tanger la Bleue
Tanger la Bleue

          Une autre figure emblématique du Maroc est le porteur d'eau appelé guerrab. Ma photo du porteur d' eau avait été prise à Marrakech, mais ne me plait pas beaucoup car, dès qu' il avait vu mon appareil photos, il avait pris la pose, (et demandé un dirham). Alors le voici, en plus poétique, (et moins vénal), sur cette image extraite de mon livre : Contes et Légendes du Maroc. Il ne reflète cependant pas les couleurs exubérantes du costume.

Tanger la Bleue

          Tanger, c' est aussi une ville moderne comme cette belle avenue d' Espagne, où, dans un de ces nombreux petits cafés qui la bordent, j' allais déguster la si espagnole horchata de chufa que j' aime beaucoup et dont je suis maintenant privée, comme des vrais mandarines si odorantes et dont les Français ne veulent plus me disaient, quand je vivais à, Casa, les marchands marocains parce qu' il y a trop de pépins.

          Incomparables mandarines ! Je me souviens avoir gardé dans un sac, des morceaux de peau de mandarine d'un beau vert luisant, (j' avais failli ne pas la manger ne la croyant pas mûre, à la grande hilarité du serveur du restaurant de ce lodge perdu dans la réserve de l' Arly, en ce qui était encore la Haute Volta), et ce sac a embaumé pendant des années. 

Tanger la Bleue

          Tanger, ce sont aussi des rues tranquilles aux pieds desquelles elle s'étale nonchalamment.

Tanger la Bleue

          Dans une telle ville, il y a, bien sûr, une légende : celle de La rose de Tanger. C'est encore un de ces contes qui ont tellement bien nourri mon enfance, qu'ils sont encore très vivants dans ma mémoire.

          Mais, ce sera pour la prochaine fois, car, qui vois-je arriver la laisse dans la gueule ? Victor le Chien, l'air impérieux. Oui, oui, on y va, j' ai compris.

Alors...à plus !

Voir les commentaires

2017-09-19T15:58:32+02:00

Balade dans le Rif - Chefchaouen

Publié par divagations-et-balades

          La première fois que je suis allée au Maroc, (vous savez en 4CV et sans lunettes), j' avais débarqué à Ceuta, principale ville du protectorat espagnol sur cette région du Rif occidental, avant son abrogation en mille neuf cent cinquante six. 

          Mes deux co-équipières et moi ne nous y sommes pas attardées, et avons aussitôt pris la route vers Tetouan. En ces temps déjà reculés, les routes rifaines étaient aussi mauvaises que les routes espagnoles. Mais, on essayait déjà d'y remédier.

Balade dans le Rif - Chefchaouen

          Notre première étape était la ville de Chefchaouen, assez méconnue des circuits touristiques, que je fuyais comme la peste. Comment je la connaissais ? Je ne sais plus, peut-être par ce grand oncle qui avait fait la guerre du Maroc.

          En tout cas, je savais que l'on y fabriquait de beaux bijoux d'argent, et....j'avais envie d'un bracelet.

          De notre passage rapide à Tetouan, je ne me souviens que d'une mésaventure.Nous avions soif et décidâmes de nous arrêter dans le premier café venu. J'y commandais un lait-fraise, à la mode cette année-là. Dès la première gorgée, je fis une horrible grimace, mon lait-fraise était fait avec du lait de chèvre au goût très fort. beurk ! Je n'avais pas aimé du tout.

          Bientôt, nous atteignîmes les premiers contreforts des montagnes du Rif. Ils entouraient un lac dont j'ai oublié le nom mais qui rendait le décor assez joli.

 

Balade dans le Rif - Chefchaouen

          La route, plutôt cahotique, grimpait légèrement dans ces montagnes usées, longeant un oued à sec. Mais il ne faut pas s'y fier, les montagnes peuvent être très hautes. Nées de la collision entre les plaques européenne et africaine, elles sont le pendant de la Sierra Nevada andalouse.

Balade dans le Rif - Chefchaouen

          Les pentes sont le domaine des cèdres qui forment de vastes forêts au-dessus de mille cinq cents mètres. Les sapins se trouvent dans la région de Chefchaouen, aux environs de six cents mètres d'altitude, et, plus bas, règne les chênes verts.

         Enfin, la ville se profila à l'horizon et, peu à peu, précisa ses contours.

Balade dans le Rif - Chefchaouen

          Chefchaouen ou Chaouen, vient du berbère achawen qui signifie les cornes, en raison des pics montagneux qui l'entourent.

          La ville fut fondée à la fin du XVème siècle par un noble marocain, Rachid Al-Alami, revenant du Royaume de Grenade où il avait guerroyé.

          Elle fut peuplée principalement d'Andalous, puis de Morisques. Ces derniers étaient des Musulmans d'Espagne qui s'étaient convertis au catholicisme à la suite du décret d'expulsion des Musulmans de l'Aragon.

          Puis, Chaouen fut interdite aux Chrétiens sous peine de mort. Seul, Charles de Foucauld brava cet interdit en mille huit cent quatre vingt trois.

          Au XXème siècle, la vie de Chaouen fut mouvementée. En mille neuf cent vingt, les Espagnols s'en emparèrent, puis elle fut bombardée par l'escadrille La Fayette américaine, enfin, les troupes de Franco vinrent l'occuper.

          La ville fut enfin rétrocédée au Maroc en mille neuf cent cinquante six après l'abrogation du protectorat.

          Les exilés de Grenade amenèrent avec eux une tradition musicale : la musique arabo-andalouse, appelée aussi malouf, surtout en Tunisie.

          C'est une musique non écrite, se transmettant oralement de maître à élève, et très différente de la musique arabe classique qui est plutôt l'apanage du Moyen-Orient et de l'Egypte.

          En France, Enrico Macias, héritier musical du fameux Cheikh Raymond de Constantine, a fait connaître cette musique dans un de mes disques préférés.

Ne fait pas partie du disque de Macias

Balade dans le Rif - Chefchaouen

          Ma première rencontre avec cette musique a peut-être eu lieu là, dans cette ville un peu perdue du Rif tingitan.

          Je n'ai malheureusement plus d'autres photos de Chaouen, trop abimées par le temps, ou perdues, Mais, j'ai toujours le bracelet !

Balade dans le Rif - Chefchaouen

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog