Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #monuments religieux catégorie

2017-06-20T07:44:54+02:00

Âme d' Asie - Chapitre II

Publié par divagations-et-balades

          En allant vers la partie centrale de l' île de Java, près de la ville de Yogyakarta, on trouve l' ensemble impressionnant de deux cent quarante temples shivaïtes, construit au IXème siècle sous la dynastie Sanjava.

          Cet ensemble de temples se nomme :

                                    PRAMBANAN

 

Âme d' Asie - Chapitre II

          Les Javanais l' appellent aussi : Candi Lara Jonggrang.

          Ici aussi les murailles sont colossales et donnent une impression de construction quasi militaire.

Âme d' Asie - Chapitre II

          Le temple central est écrasant. Il est dédié à la déesse Durgâ Mahîshâsuramardini, épouse guerrière de Shiva. Son nom signifie ; combattant le démon Mahîshâsura.

Âme d' Asie - Chapitre II

         A l' intérieur, on trouve bien sûr, une statue de la déesse;

Âme d' Asie - Chapitre II

          Et sur les murs, des scènes sculptées de combats entre le Bien et le Mal.

          Ce temple est un temple hindou, aussi y trouvons-nous des représentations des divinités telles que Brahma, Vishnou, Shiva.........et Ganesh, l' Eléphant sacré.

Âme d' Asie - Chapitre II

          Il ne faut surtout pas oublier l' emblématique Vache sacrée, si présente dans la religion hindou;

Âme d' Asie - Chapitre II

          Il parait que ce terme de " vache sacrée " est d' origine occidentale. Il désignerait la zoolâtrie religieuse à son égard. Le terme indien est Gao Mata ce qui veut dire Mère Vache ou La Vache Mère.

          En Inde, la vache est considérée comme une Mère Universelle, du fait qu' elle donne son lait, non seulement à ses veaux, mais à tous.

          Elle est vénérée comme représentant la sacralité de toutes les créatures.

          Hors l' hindouïsme, on retrouve cette vénération dans les religions de l' Egypte ancienne, de la Grèce et de la Rome antiques, ainsi que dans le zoroastrisme.

Voir les commentaires

2017-01-12T17:42:28+01:00

L' église oubliée

Publié par divagations-et-balades

          Tout a une fin dit-on, et celle de notre aventure corrézienne était arrivée. Le train a emporté l' amie bloggeuse vers son Bourbonnais natal, et moi, j' ai continué un peu l' aventure en allant visiter Sarlat, puis vers le Lot voir un ami d' enfance que je n' avais pas vu depuis trois ans. 

          Un dernier clin d' oeil à la campagne corrézienne et ses molles ondulations.

L' église oubliée

         Puis, je vais bientôt obliquer vers le sud-ouest, sur la route de la perle du Périgord Noir.

L' église oubliée

          Les couleurs sont fantastiques.

          Bientôt, la route traverse un petit village qui, au prime abord, me parait banal, mais, après un virage à quatre vingt dix degrés : Surprise ! Une superbe église se dresse devant moi. Hop ! Vite, au parking.

L' église oubliée

          Elle est belle, massive, faite pour résister à toute tentative malveillante. Comme toutes les autres églises de France, elle témoigne d' un passé qui fut respecté pendant des siècles. Comme toutes les églises de France, elle rend compte non de la foi, mais de la confiance que nos ancêtres avaient en un dieu, quel qu' il fut, et en l' avenir de tout ce qui faisait l' âme de notre peuple.

          C' était le temps où le peuple de France partageait une vision.

         Le clocher est très beau dans sa simplicité austère.

L' église oubliée

          Malheureusement, personne n' a pu me renseigner sur cette église, même Wikipedia l' ignore........Alors !!! Et pourtant, elle ne manque pas d' intérêt et l' intérieur, avec sa voûte d' azur, dégage beaucoup de sérénité.

L' église oubliée

          Des chapelles latérales, fermées par des barrières de bois fleuries offrent retable et autels colorés.

L' église oubliée
L' église oubliée
L' église oubliée

          Outre la sérénité, une sorte de gaîté règne dans cette église perdue aux confins du Périgord Noir.

          La douceur des couleurs, alliant le bleu et le blanc, me fait penser qu' elle est dédiée à la Vierge.....Erreur ! Tout ce que j' ai pu glaner comme indication est qu' elle est vouée à Saint Pantaléon. Nom décidément répandu dans cette partie de l' Aquitaine.

L' église oubliée

          La pureté des arcs romans, le plafond apparemment très ancien, semblent en situer la construction entre les Xème et XIIème siècles.

 

L' église oubliée

          Sans doute a t-elle été restaurée plusieurs fois. Elle se trouve à Chavagnac, petit village de Dordogne à la limite du Sarladais.

Voir les commentaires

2016-12-22T15:05:38+01:00

Saint Martial de Corrèze

Publié par divagations-et-balades

          En repassant sous la porte Margot, nous nous trouvons devant l' église de Corrèze.

Saint Martial de Corrèze

          Datant du XIIème siècle, cette église romane a été maintes fois remaniée à la suite de destructions dues aux guerres et, en particulier, à la Guerre de Cent ans.

          Le clocher, incendié par les Anglais vers mille trois cent cinquante, a été reconstruit selon le style de ceux du Yorkshire, c' est-à-dire de forme hexagonale sur base carrée.

          Il a du être rebâti deux fois après avoir été foudroyé en mille sept cent vingt et un et en mille neuf cent quatre vingt neuf.

         L' intérieur a subi des réaménagements dans le style gothique.

Saint Martial de Corrèze

          Faute de place, car, enserrée dans la ville close, cette église n' a jamais eu de transept. Trois petites chapelles ont cependant été réalisées à l' emplacement d' un ancien cimetière sur le côté nord, et ce n' est qu' au XIXème siècle qu' elles ont été réunies à la nef.

Saint Martial de Corrèze

          La chaire en bois, d' une belle couleur chaude est sculptée de la représentation symbolique des quatre évangélistes.

Saint Martial de Corrèze

          Cette église est consacrée à St Martial, également connu sous le nom d' apôtre des Gaules, ou d' apôtre d' Aquitaine. Sa statue n' est pas dans l' église, alors : Help, Wikipedia !

Saint Martial de Corrèze

          Selon la tradition, St Martial aurait fait partie de sept missionnaires envoyés par Rome pour évangéliser la Gaule. Il fut le fondateur de l' Eglise d' Aquitaine et le premier évêque de Limoges. Il y fut invoqué lors du " Mal des Ardents " en neuf cent quatre vingt quatorze. Celui-ci, dénommé aussi " feu de St Antoine " ou " feu de St Martial " fut assimilé à une véritable peste de feu. Elle entraînait une gangrène des extrémités et la sensation d' être consumé de l' intérieur. Cette gangrène finissait par atteindre le coeur. Tous étaient atteints. La mort en était l' issue. Quarante mille Aquitains en périrent.

          Devant une telle hécatombe, les évêques sortirent le corps de St Martial de son tombeau, l' élevèrent jusqu' au Mont Jovis, puis, le ramenèrent au tombeau avant les nones de décembre............et............l' épidémie cessa.

          Depuis, en Limousin, tous les sept ans on célèbre les Ostensions de Printemps.

          Au XVIIIème siècle, l' abbé Tessier découvrit que cette maladie était due à l' ergot de seigle, le pain des peuples du Moyen Âge étant fait exclusivement de seigle.

          De belles statues classées enjolivent l' église :

     * St Jacques le Majeur, en bois polychrome du XVIIème siècle 

Saint Martial de Corrèze

     * Une piéta du XVIème

Saint Martial de Corrèze

     * Une statue de Marie Madeleine en bois polychrome d' époque Louis XIV. Elle est le vestige d' un calvaire ou d' une déploration du Christ mort.

Saint Martial de Corrèze

          Le chemin de croix ressemble à des miniatures médiévales.

Saint Martial de Corrèze

          Et le retable, richement orné, me parait un peu baroque.

Saint Martial de Corrèze

          Sous la Révolution, cette église, comme la majorité des autres, a été détournée de son objet; celle-ci a servi de salpêtrière.

A bientôt !

Voir les commentaires

2016-12-06T10:05:32+01:00

Publié depuis Overblog

Publié par divagations-et-balades

          Ma soeur, pilier de télévision, regarde régulièrement une émission nommée : " 4 mariages pour 1 lune de miel ". Un jour, passant par le salon, je vis une église assez jolie dans un village qui, lui aussi, paraissait charmant.

          L' envie d' y aller me prit aussitôt, et encore plus quand j' appris son nom : Saint Pantaléon. Il m' évoqua de suite la Comedia dell' Arte; en tout cas, c' est à cause de lui que je pris la route pour la Corrèze.

          Donc, l' amie blogueuse et moi, après Saint Augustin et l' escale auprès du lac de Meyrignac, mimes, nous fiant au GPS, le cap vers cette banlieue de Brive la Gaillarde.

          Saint Pantaléon est lové dans une boucle de la Vézère après son confluent avec la Corrèze. La voiture garée, il nous fut facile de trouver l' église.

          Celle-ci est située sur une place carrée bordée de vieilles maisons de grès rouge, et plantée de tant d' arbres que photographier la façade était quasiment impossible. 

          Bâtie au XIIème siècle, elle fut remaniée aux XIVème et XVème.

          Son porche transition est surmonté par un auvent supporté par trois colonnes; et sur la droite, ce qui me fait penser à un four à pain communal, mais bien sûr ce ne doit pas être ça.

          Pour une fois, l' église n' est pas fermée et les cloches y sonnent peut-être encore. Mais c' est sans doute ce panneau qui en garantit l' ouverture :

          Nous entrons. L' intérieur est simple et assez dépouillé. Voilà donc l' endroit où l' un des couples de la télé avait célébré son mariage.

          Curieusement, les pierres la constituant sont rouges à l' extérieur et grises à l' intérieur. De grands lustres circulaires, de couleur bizarre, paraissent presque disproportionnés.

          En fait, je les trouve assez laids.          

          De chaque côté de la nef, une petite chapelle, dont l' une présente un arc roman assez pur,

         L' autre, un peu indécise, entre roman et gothique timide.      

          Près de l' entrée, un escalier de bois donne accès à un balcon où je m' attendais à trouver au moins, un harmonium.

          Quelques belles statues, mais de Saint Pantaléon......point.

          J' admire quand même la belle envolée des arcs à partir du mur dont j' aime beaucoup les pierres irrégulières qui, à cet endroit, ont un vague reflet rose.

          D' énigmatiques visages en décorent la base.

          Nous ressortons sur la place; face à nous, une petite rue bordée de maisons rouges, oblique très vite comme pour nous inviter à aller voir ce qui se cache après le virage.

          Nous ne nous faisons pas prier et, hop...........nous voilà parties vers l' inconnu.........

Voir les commentaires

2016-08-30T13:01:12+02:00

Le prieuré de Cayac

Publié par divagations-et-balades

​         En mille trois cent quatre, l' hospice de Gradignan, dans la banlieue de Bordeaux, fut transformé en prieuré.

          Ses vestiges témoignent de la grande aventure spirituelle du Moyen-Âge : le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle. Il se trouve en effet sur un chemin de Saint Jacques, et surtout, était le dernier relais avant la terrible traversée des Landes, couvertes de marécages et infestées de moult insectes piqueurs, dont les moustiques, vecteurs de la malaria qui a sévi à l' état endémique jusqu'à la création de l' immense forêt qui recouvre les départements de la Gironde et des Landes.

          De nos jours, le prieuré est à nouveau un relais sur la route de St Jacques de Compostelle, nous y sommes d' ailleurs accueillis par la statue en bronze de l' un de ces pélerins. 

Le prieuré de Cayac

​          En mille six cent dix huit, le prieuré passa aux mains des Pères Chartreux. En mille six cent quarante neuf, pendant la Fronde, il fut très endommagé au cours d' une révolte paysanne. Il dut être restauré. Mais, arriva la Révolution Française qui lui porta le coup de grâce. Les Chartreux durent partir et les bâtiments furent vendus séparément. Ils connurent alors des fortunes diverses et l' église, désaffectée, fut bien dégradée. Elle abrita une verrerie entre mille huit cent trente sept et mille huit cent soixante, et un atelier mécanique durant la Seconde Guerre Mondiale.

          Certains envisagèrent même de faire raser les bâtiments pour élargir la route nationale qui file vers l' Espagne.

          Heureusement, en mille neuf cent trente sept, les propriétaires de l' église la firent inscrire à l' inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, et quand en mille neuf cent soixante dix neuf, la mairie de Gradignan l'acheta, elle fut définitivement sauvée et nous pouvons l' admirer aujourd'hui. 

Le prieuré de Cayac

           Et face à ce premier bâtiment, le second, avec ses propres merveilles,

Le prieuré de Cayac
Le prieuré de Cayac
Le prieuré de Cayac

          Et son superbe portail;

Le prieuré de Cayac

           Le prieuré a retrouvé sa vocation et offre un gite pour les pèlerins.  ​

Le prieuré de Cayac

          Quatorze chambres les y attendent où, enfin, ils vont pouvoir se reposer de leur longue route.

Le prieuré de Cayac

Voir les commentaires

2016-04-27T10:41:50+02:00

L' église rouge

Publié par divagations-et-balades

         Lors de ma balade dans la Brière, avec l' ami d' enfance retrouvé, j' ai vu de loin un clocher dont la couleur rose-rouge m' a attirée. C' était la première fois que je voyais un clocher de cette couleur.

         C' est le clocher de l' église de Saint Lyphard, véritable " amer " comme on dit en Bretagne, c' est-à-dire un repère visuel.

L' église rouge

          Ce nom est celui d' un ermite, cousin de Clovis 1er, roi des Francs, qui fut gouverneur d' Orléans. Vers l' âge de quarante ans, il renonça à sa charge, et se retira à Magdunum, l' actuelle ville de Meung sur Loire, jusqu' à la fin de sa vie en cinq cent quatre vingt six.

         Quelques siècles plus tard, une collégiale fut construite sur son tombeau, et ses reliques y furent transportées en mille cent quatre.

         Dès lors, cette collégiale devint un haut lieu de pèlerinage, comme en témoigne la pierre polie, " la main d' or ", qui, à force d' être touchée par les pèlerins, a pris la forme d' un lézard.

         La collégiale prit tout naturellement le nom de St Lyphard, et fut classée aux Monuments Historiques en mille huit cent quarante.

Wikipedia

Wikipedia

         Revenons dans le village de Brière et à l' église rouge. celle-ci a remplacé une église primitive qui fut l' une des plus anciennes de la région nantaise. Sa construction débuta en mille huit cent quatre vingt cinq, selon un plan en forme de croix; mais en mille neuf cent cinq, la loi de séparation de l' Eglise et de l' Etat, entraîna l' arrêt des travaux. En mille neuf cent trente cinq, ils reprirent, et en mille neuf cent trente huit, fut érigé son clocher en béton.

          C' est en deux mille sept que la municipalité la fit repeindre, en rose-rouge pour l' exterieur, et en couleurs pastel à l' intérieur.

          L' église, comme la plupart maintenant, était fermée, alors, pour les photos intérieures j' ai eu recours à ce bon vieux Wikipedia.

Wikipedia

Wikipedia

         La statue de St Lyphard y est évidemment présente, et elle est accompagnée de celle de St Corneille revêtu de ses habits pontificaux. Il fut en effet le quatorzième pape.

         Ce Saint Corneille a une petite histoire et une légende que je raconterai dans quelques jours.

Wikipedia N'oubliez pas le clic G sur la photo pour l' agrandirWikipedia N'oubliez pas le clic G sur la photo pour l' agrandir

Wikipedia N'oubliez pas le clic G sur la photo pour l' agrandir

         Sur l' autel est juchée une statue qui représente, je suppose, Joseph et Jésus. 

Wikipedia

Wikipedia

         Dans le clocher, les trois cloches : Céline, Marcelline et Marie-Jeanne, scandent les heures..........et l' heure sonnait pour nous d' aller voir les chaumières avant de reprendre le chemin du retour vers la banlieue de Nantes.

WikipediaWikipedia

Wikipedia

Voir les commentaires

2016-04-07T18:43:56+02:00

La planque de l' aumônier du roi

Publié par divagations-et-balades

          D' abord, il y a eu le brouillard, quand la Nationale 113 frôlait de trop près la Garonne, puis, sous le ciel clair retrouvé, les petites routes sinueuses du Réolais.

         Je profitais de la visite à des amis, dans l' Entre-Deux-Mers, pour aller un peu plus loin, à Sigalens, petite bourgade aux confins orientaux de la Gironde, et plus précisément au lieu-dit Monclaris, où se situent une vieille église et son mini-cimetière, inscrits l' une et l' autre aux Monuments Historiques depuis mille neuf cent quatre vingt sept.

         Après que mon GPS ait tenté une nouvelle fois de me perdre, la vieille église m' est apparue, juchée sur sa butte.

La planque de l' aumônier du roi

         Elle a été construite entre les XIIIème et XIVème siècles. Restaurée deux fois, vers mille six cent quatre vingt et mille huit cent vingt deux, il semble qu' elle ait été abandonnée à son triste sort, après la mort de son dernier curé en mille huit cent trente trois, et la construction au XVIIIème siècle, d' une autre église à un peu plus de trois kilomètres de là.

La planque de l' aumônier du roi

         Cette vieille église abandonnée se nomme Saint Martin de Monclaris. Sa nef s' est effondrée; par une ouverture mal refermée, dans le mur latéral, j' ai pu apercevoir l' état de dénuement total de l' intérieur.

La planque de l' aumônier du roi

         A l' avant du bâtiment, un clocher pignon sur lequel se trouve le portail d' entrée, fermé bien sûr, sous un auvent de bois qui n' est sûrement pas d' origine.

La planque de l' aumônier du roi

         En arrière, au centre du corps de l' église, un deuxième clocher, triangulaire, comme pour beaucoup d' églises anciennes de la région.

La planque de l' aumônier du roi

         Selon l' antique tradition, un mini-cimetière jouxte cette église. Celui-ci aussi est abandonné. Quelques stèles subsistent, la plupart cassées et rendues moussues par le temps.

La planque de l' aumônier du roi
La planque de l' aumônier du roi

         Une autre, plus imposante, à moitié mangée par la végétation, et à la pierre rongée par les années.

La planque de l' aumônier du roi

         J' éprouvais une sorte de sentiment de profanation en pensant que je marchais sur des corps enfouis sous mes pieds.

         Mais c' est une autre stèle qui est une curiosité de ce cimetière lilliputien : celle où repose le sieur Bertrand François Castéra.

La planque de l' aumônier du roi

         Qu' avait donc de particulier cet homme, mort presque centenaire à quatre vingt dix huit ans, en mille huit cent trente trois ?

         Non seulement il fut le dernier curé de Saint Martin de Monclaris, mais, et surtout, il fut aumônier à la cour de Louis XVI.

La planque de l' aumônier du roi

          Je n' ai trouvé aucune indication sur lui, alors, fidèle à cette imagination que je déployais quand je n' avais pas appris mes leçons, qui me valait les félicitations du prof qui m' interrogeait..........assorties d' un zéro et de trois heures de colle, j' ai pensé qu' il avait du fuir au moment de la Révolution, quand on avait la décapitation facile, et qu' il était venu se planquer, loin de Paris, dans sa probable région d' origine, car Castéra est un nom qui fleure bon la Gironde, et le Sud-Ouest en général.

                            SIC TRANSIT GLORIA MUNDI

         Sur ce, je suis repartie, car j' étais invitée à manger l' omelette-gâteau d' Eliane dont je vous avais parlé et donné la recette en bonus, il y a deux, trois ou quatre ans.

         Un petit mot quand même sur Sigalens. Ce nom vient de " Situs Alanorum " ce qui signifie " lieu des Alains ". Ceux-ci étaient un peuple scythe venu du Caucase. A-t-on vu un jour, débouler en Gironde, une horde de ces effrayants cavaliers cataphractaires, terrorisant nos ancêtres !

La planque de l' aumônier du roi

          Au fil du temps, le nom initial se transforma en " Sit Alanus ", et, les Romains partis, en " Sig Alens " et finalement en Sigalens, qui est aussi le nom gascon.

A bientôt !

Voir les commentaires

2015-04-05T05:17:06+02:00

Temples & Pagodes

Publié par divagations-et-balades

         En Birmanie, quatre vingt neuf pour cent de la population adhèrent au Bouddhisme Theravada. Chaque ville, chaque village, a son monastère et/ou sa pagode. Modestes ou somptueux.

Pagode Chwezigon

Pagode Chwezigon

          Certaines ont des coupoles d' or qui scintillent au soleil, telle la pagode Chwezigon, à Nyaung U, près de Bagan, dont l' immense " stupa " en forme de cloche repose sur trois terrasses de brique décorées de scènes des vies antérieures de Bouddha.

         Elle aurait été construite à partir de mille cinquante neuf sur ordre du roi Anawrahta, pour abriter un os de la mâchoire et une dent de Bouddha. Elle fut achevée par son fils, Kianzittha, en mille cent deux.

         Un restaurant, judicieusement placé non loin, au bord du fleuve Irrawadi, permet aux visiteurs de faire une halte en goûtant la gastronomie birmane.

Temples & Pagodes

          La plaine de Bagan, où se trouve ce splendide monument, est appelée la " plaine des mille pagodes ". En effet, vers quelque direction que le regard se tourne, ce ne sont que stupas, pagodons et dagobas.

Temples & Pagodes
Temples & Pagodes

          Certaines, en briques orangées, sont vraiment impressionnantes, divinités étranges à la bouche vorace.

Temples & Pagodes

          Dans une ville nommée Monywa, non loin de Mandalay, se trouve un temple très coloré, typique de l' architecture birmane moderne : le temple de Thanboddhay.

Temples & Pagodes

          Il abrite deux cent quatre vingt bouddhas debouts, cinquante bouddhas assis et le nombre faramineux de cinq cent vingt huit mille trois cent vingt trois petits bouddhas.

         Et parfois, on a la chance d' y croiser une procession pittoresque.

Temples & Pagodes

         Ce temple aurait été bâti d' après le rêve d' un moine.

         A bientôt pour la suite du voyage au sein du bouddhisme birman.

Voir les commentaires

2014-07-11T18:47:25+02:00

A la poursuite de Montaigne

Publié par divagations-et-balades

          Hier, l' amie parisienne et moi, avons offert une sortie culturelle à ses deux petits-fils. En une heure de trajet et quelques tours de roues, nous avons franchi la frontière nord entre Gironde et Dordogne, pour, quelques kilomètres plus loin, arriver au village de Saint Michel de Montaigne consacré tout entier à la gloire de l' auteur des Essais.

A la poursuite de Montaigne

          En arrivant au village, le premier monument qui s' offre à nous, est l' église Saint Michel et son clocher trapu.

Ce clocher est situé très en arrière de l' église, particularité assez inhabituelle.

Ce clocher est situé très en arrière de l' église, particularité assez inhabituelle.

          Nous allons vers la façade, que nous découvrons très belle dans son absolue austérité, ses pierres plusieurs fois centenaires;

On y trouve des traces de coloration ancienne, et surtout les morsures du temps

On y trouve des traces de coloration ancienne, et surtout les morsures du temps

          Le porche semble très vieux, lui aussi est noirci, abîmé, mais il témoigne encore d' une véritable et pure splendeur romane.

Il est veritablement rongé par les ans.

Il est veritablement rongé par les ans.

          Le portail, malheureusement, est fermé. On aurait pu se procurer la clef à la Mairie, mais.........." Oh, vous savez, elle est fermée un jour sur quatre ". Hélas ! Nous avons mal visé !

          Nous regrettons de ne pas voir l' intérieur, ce qui fait galoper notre imagination, et, peut-être est' elle encore plus belle qu' en réalité dans le bouillonnement de nos neurones.

          Cette église, bâtie au XIIème siècle, fut partiellement détruite au temps des Guerres de Religion. C' était, ici, terre protestante. Elle fut restaurée au XVIème siècle grâce à l' argent de Françoise de La Chassaigne, épouse de Montaigne.

          Alors, nous allons nous diriger vers le château de Michel Eyquem de Montaigne, par cette magnifique allée de cèdres, pour la plupart âgés de plusieurs centaines d' années, et qui fut tracée par Grimon Eyquem, grand-père de Montaigne, et qui obtint, en mille quatre cent quatre vingt six, la portion de terrain suffisante pour aller de sa maison noble " droit à l' église de Saint Michel, à pieds et avec chevaux ".

Ces cèdres très résistants, peuvent atteindre 35 mètres de haut.

Ces cèdres très résistants, peuvent atteindre 35 mètres de haut.

          Le temps de la parcourir...............à demain !

Voir les commentaires

2014-07-05T08:08:52+02:00

Derniers pas à Monflanquin

Publié par divagations-et-balades

          Nous revenons sur nos pas, en faisant le tour de la place sous les arcades séculaires, et nous nous dirigeons vers l' église.

Derniers pas à Monflanquin

          Une courte ruelle, et, nous y voilà.

Derniers pas à Monflanquin

          Le portail semble vénérable. Il est typique du gothique agenais.

Derniers pas à Monflanquin

          Laq nef parait inondée d' une lumière particulière, à cause de la couleur rose vif des briques de la voûte,

Derniers pas à Monflanquin

que reflète le dallage du sol.

Derniers pas à Monflanquin

          Les piliers s' élèvent et se divisent avec élégance.

Derniers pas à Monflanquin

          Saint André veille sur cette église, et, lui a donné son nom. Il était né loin de là, en Galilée, sur les bords du Kinneret, peut-être mieux connu sous le nom de lac de Tibériade.

Derniers pas à Monflanquin

          Il était le frère de Pierre, et pêcheur comme lui. Devenu disciple du Christ, il s' en alla évangéliser le monde oriental. Les Ukrainiens disent qu' il fut le premier évangélisateur de Kiev. Les Ecossais le choisirent comme patron national. Il mourut sur la croix à Patras, en Grèce.

          Cette église fut bâtie de mille deux cent cinquante à mille deux cent quatre vingt dix. De cette église originelle, elle a gardé la base de ses murs et son portail classé.

          Elle constituait un des points forts de l' enceinte de la bastide, et, a participé à sa défense à maintes reprises.

          Son chevet fortifié a été repris en partie, au XVIIIème siècle, et, récemment, a été ajouré de vitraux modernes réalisés par un artiste bordelais.

 

Derniers pas à Monflanquin

          La nef, effondrée, avait été restaurée en mille sept cent quinze, et les voûtes d' ogives en mille huit cent soixante quatre.

          Le clocher, quant à lui, doit son allure fortifiée pseudo-romantique, à une restauration de mille neuf cent vingt trois.

          Sortant de l' église, nous traversons la place aux arcades, et, reprenons la rue par laquelle nous sommes arrivées.

 

Derniers pas à Monflanquin

          A mi-parcours, à gauche, s' élève un petit temple, signe que la Réforme a marqué l' histoire de Monflanquin.

Derniers pas à Monflanquin

          Pendant un premier temps, les Protestants s' installèrent dans une moitié de l' église, l' autre, restant aux Catholiques. Puis, en mille six cent soixante treize, ils bâtirent leur temple avec des pierres des remparts.

          Mais, en octobre mille six cent quatre vingt cinq, fut promulguée la révocation de l' Edit de Nantes, et le temple fut démoli. Il faut dire qu' en mille cinq cent cinquante neuf, les Protestants avaient en partie, brûlé et démoli l' église.

          En mille huit cent six, Napoléon leur octroya, par décret, une ancienne chapelle, dans laquelle ils installèrent leur nouveau temple, tel que nous le voyons aujourd'hui.

          Le fronton actuel, la Bible et la croix, datent de mille huit cent soixante seize.

 

Derniers pas à Monflanquin

          Un dernier coup d' oeil à ces maisons qui ont défié les siècles, et, nous rejoignons la voiture.

Derniers pas à Monflanquin

          Bye bye Monflanquin !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog