Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

monuments religieux

2013-10-30T14:45:00+01:00

Sainte Hélène d' Hourtin

Publié par divagations-et-balades

 

          Quand j' ai vu, pointer devant moi, le clocher de l' église d' Hourtin, j' ai pensé qu' elle devait être intéressante à visiter.

1-IMG_0388.JPG

          Comme dans les églises basques, on se trouve ici devant un cloche-porche.

1-IMG_0390.JPG

          Ceux-ci ont pour spécificité de ne pas avoir de cloche.

          L' église date du XIXème siècle. En août mille neuf cent quarante quatre, elle a été en partie détruite par un bombardement. Elle a été restaurée de mille neuf cent cinquante neuf à mille neuf cent soixante.

1-IMG_0421.JPG

          A l' intérieur, beaucoup de clarté dans une nef centrale à cinq travées, au décor polychrome datant aussi du XIXème siècle.

1-IMG_0394.JPG

1-IMG_0395.JPG

          Les frises, encadrant le choeur, furent restaurées en mille neuf cent quatre vingt dix.

1-IMG_0409.JPG

1-IMG_0404.JPG

          A l' origine, un ciel étoilé couronnait l' abside, et un drapé rouge et or se trouvait sous les vitraux. L' un et l' autre ont disparu.

          Les clefs de voûte d' ogive de la nef, également décorées, portent des inscriptions dont quelques-unes en latin.

1-IMG_0407.JPG

          Il y a deux chapelles latérales. L' une est dédiée à la Vierge,

1-IMG_0400.JPG

          L' autre à Joseph.

1-IMG_0398.JPG          L' église s' enorgueillit d' une belle statue monolithe, dont on devine encore qu' elle fut polychrome.

1-IMG_0399.JPG

          Il s' agit d' une vierge du XVIIème siècle à l' histoire peu banale. Elle a été découverte dans les dépendances de l' école publique en mille neuf cent cinquante cinq, enfouie sous un tas de charbon dans une resserre. Elle a fait l' objet d' une sérieuse restauration, car elle avait les jambes coupées à hauteur de tibias et la tête cassée.

          On trouve aussi de belles grilles de fer forgé, telle celle des fonts baptismaux.

1-IMG_0415.JPG

          Le chemin de croix a été peint sur tôle de fer, et, a été restauré très fidèlement dans ses couleurs primitives.

1-IMG_0414.JPG

          Dans les temps anciens, un chenal unissait le lac et l' océan. Quand il fut obstrué, s' ensuivit une montée des eaux qui menaça la chapelle du petit village de Sainte Hélène de l' Estang, aux confins des communes de Carcans et Hourtin. Elle fut alors reconstruite sur l' emplacement de la bergerie d' un gardien de moutons, dont le nom : Jean Hortin, fut à la source de celui de la commune.

          Lors d' une visite pastorale en mille six cent onze, l' archevêque de Bordeaux, le cardinal de Sourdis, exprima le désir qu' une église fut construite. Ce qui fut fait, et cette église perdura de mille six cent vingt huit à mille huit cent soixante huit, date à laquelle fut construite l' église actuelle.

          Sainte Hélène, à qui l' église fut consacrée, était un curieux personnage, et sa vie pourrait faire l' objet d' un roman.

          Fille de domestiques, et elle-même servante d' auberge, elle avait été choisie comme seconde épouse, par un centurion romain : Constance Chlore. Celui-ci, devenant vingt ans plus tard, empereur, la répudia pour épouser une princesse byzantine. Il lui assura cependant, un exil doré avec son fils. Ce dernier, porté au trone impérial de Rome par ses légions, sous le nom de Constantin 1er le Grand, ne cessa de combler sa mère d' honneurs, faisant battre monnaie à son effigie, lui construisant un superbe palais, et même, la coiffant du diadème impérial.

1-heleneetconstantin

                                                                       Image Wikipedia

          A l' âge de quatre vingt ans, emlle entreprit un voyage en Palestine, où elle lança la construction de trois basiliques pour protéger les lieux saints.

          Elle mourut sur la route du retour. Constantin lui fit élever un mausolée magnifique à Rome, sur la voie Lavicane.

          De nos jours, ses reliques sont au Vatican, dans un sarcophage de porphyre.

 

( Désolée, aujourd-hui impossible d' insérer de la musique, le lecteur s' affiche en un éclair et disparait aussitôt. Bien sûr OB ne dépanne pas. On m' a envoyée sur le forum où je n' ai trouvé aucune réponse satisfaisante. Je commence à en avoir assez d' OB. Si quelqu' un a une idée pour me dépanner.......mais je crois que la panne vient d' OB. Merci )


                                                         



Voir les commentaires

2013-09-28T08:36:00+02:00

Flash back basque

Publié par divagations-et-balades

 

 

 

          En revoyant mes photos de la balade basque de l' été, je me suis aperçue que je n' ai pas parlé de l' église d' Ascain, pourtant une des plus belles du Pays Basque Nord.

          La première image que l' on en a, est son clocher-porche, imposant édifice carré de quatre étages.

1-IMG_9185.JPG

          En haut et à gauche, on distingue une niche dans laquelle se trouve une statue de pierre. Il s' agit de Sainte Barbe, patronne de tout ce qui se rapporte au feu, et qui est là pour protéger l' église et le village des méfaits de la foudre.

1-IMG_9185-copie-1.JPG

          Dès l' entrée, on est frappé par l' opulence du retable baroque qui se dresse face à nous. Celui-ci, datant du début du XVIIIème siècle, est particulièrement riche.

1-IMG_9187.JPG

          Dans les retables baroques, on trouve toujours, au-dessus du tabernacle, une statue du patron ou de la patronne de l' église. Ici, c' est la Vierge de l' Assomption. Au-dessus d' elle : la colombe du saint Esprit.

1-IMG_9196.JPG

          De chaque côté, les statues de Saint Joseph et Saint Jean l' Evangéliste.

1-IMG_9191.JPG

          De part et d' autre du tabernacle, on voit la statue de Saint Pierre, avec sa clef,

1-IMG_9194.JPG

          Et de Saint Paul, avec son épée.

1-IMG_9189-copie-3.JPG 

          Cette église a une originalité : l' importante surélévation du choeur, a permis d' installer la sacristie en-dessous.

1-IMG_9189-copie-1.JPG

          Il existe deux retables latéraux, dont celui de droite est le plus remarquable, grâce à la présence d' une statue de la Vierge, qui est une copie réalisée au XIXème siècle, de la " Vierge de Longchamp ", statue en marbre blanc du XIVème siècle, actuellement au Musée Cluny à Paris.

1-IMG_9192.JPG

          Comme dans la plupart des églises du Pays Basque Nord, celle-ci comporte d' imposantes galeries de bois, en forme de " U ", courant sur trois murs.

1-IMG_9201.JPG

          L' idée de ces galeries date du XVIème siècle, époque où cette région connaissait un important essor économique et démographique. Les églises devenaient trop petites, et, ce fut le moyen retenu pour assurer une extension sans toucher aux murs.

          Au premier niveau, sous l' orgue, une loge est réservée au conseil municipal lors des grandes fêtes. Son nom basque est : " astoteia ", ce qui signifie......." le lieu des ânes ".

          Je laisse au lecteur le soin d' en apprécier la justesse.

1-IMG_9203.JPG

          Ces galeries sont réservées aux hommes. Ce n' est apparemment pas par pur machisme, ( quoi que........), mais parce que, dans la tradition basque, les femmes sont responsables du culte des Morts. Or, dans cette église, autre particularité, jusqu' à la fin du XVIIIème siècle, il n' y avait pas de cimetière extérieur; chaque maison basque possédait alors, dans la nef, un emplacement dans lequel se faisaient les inhumations; c' est ainsi que l' on remarque dans le sol, de nombreuses dalles funéraires.

1-IMG_9206.JPG          Ascain a un grand passé.....maritime. Le village était en effet, réputé pour ses chantiers navals.

          On pense d' ailleurs, que ce sont sans doute des charpentiers de marine d' Ascain, à la réputation fameuse, qui auraient bâti la superbe charpente en bois décoré au-dessus de l' avant-choeur.

1-IMG_9205.JPG

          La maquette de bateau,

1-IMG_9188.JPG

          Et les curieux personnages au sommet des retables latéraux, qui ressemblent à des figures de proue,

1-IMG_9205-copie-1.JPG

          Sont peut-être les symboles de ce passé maritime.

          La chaire, en bois sculpté, est magnifique.

1-IMG_9202.JPG

          Le mur gauche, côté chaire, est percé d' une porte très basse, qu' à ma grande honte, je n' ai pas vue.C' est la " Porte des Cagots ". Ce terme de "cagot" désignait du XIIème au XVIIIème siècle, la fraction de la population victime d' une exclusion très sévère. On pense que ces gens étaient descendants de lépreux, même sans être eux-mêmes atteints de la maladie, et la lèpre étant alors considérée comme héréditaire, il convenait de s' en protéger.

          Ils étaient cependant admis dans l' église, à condition de se tenir le plus loin possible de l' autel, et de rentrer par une porte spéciale.

          Principe de précaution.......déjà !



         


Voir les commentaires

2013-08-18T14:07:00+02:00

Le jardin du cloître

Publié par divagations-et-balades

          Accolés au flanc de l' église Notre Dame de Marmande, se trouvent les restes du cloître d' une ancienne abbaye.

1-IMG_8618.JPG

           Construit en mille cinq cent quarante, d' une belle élégance, il ne reste aujourd'hui que la galerie jouxtant l' église, et une partie de la galerie est.

1-IMG_8615.JPG

          Les parties manquantes ont été remplacées par des charmilles à arcades, épousant la forme des galeries disparues.

1-IMG_8614.JPG

          Ce cloître a pour particularité de ne jamais avoir abrité la moindre congrégation religieuse; ceci pour la raison qu' il n' a jamais été clos sur ses quatre côtés. En effet, le côté dominant la vallée de la Garonne, donnait sur les remparts et les chemins de ronde, et, bien sûr, des hommes d' armes y patrouillaient.

          On a donc décidé d' en faire un jardin topiaire, et, c' est à ce titre, qu' il a obrenu le label " jardin remarquable " en deux mille sept.

1-IMG_8613.JPG

          Il a fallu six ans aux concepteurs de ce jardin, dont l' art topiaire était si prisé des Grecs et des Romains, pour réaliser ces massifs, tailler ces ifs et ces buis, inspirés de ceux des jardins du château de Langeais.

1-IMG_8617.JPG

          Au centre de cet ensemble harmonieux, un bassin, dont l' eau apporte fraîcheur et sensation de paix.

          Dans une galerie se trouvent les restes d' une ancienne ouverture, vestiges d' une splendeur passée.

1-IMG_8620.JPG

          Après une balade rafraîchissante dans ce jardin, nous avons traversé à nouveau la grande galerie, pour aller vers le quartier historique et ses petites rues écrasées de chaleur.

1-IMG_8612.JPG

Voir les commentaires

2013-08-15T15:21:00+02:00

Eglise d' AÏnhoa

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge  link

voyage france   link

 

 

          Hier, bref voyage au pays basque. J' avais envie de visiter ou revoir, Aïnhoa, Sare, Ascain, et de monter au sommet de la Rhune, vieux rêve que je comptais bien réaliser ce quatorzième jour du mois d' août. J' en parlerai plus tard, car aujourd' hui, il me semble opportun de parler de l' église d' Aïnhoa : Notre Dame de l' Assomption.

1-IMG_9130.JPG

          Au premier regard, une originalité saute aux yeux : Le clocher est blanc, le reste de l' église est ocre rose. Cela tient sans doute aux différentes époques de leurs constructions respectives. L' église est du XIIème siècle, du temps où Aïnhoa était une bastide que se disputaient Anglais et Français, et le clocher du XVIIème siècle, du moins sa partie carrée, car le clocher octogonal lui fut ajouté en mille huit cent vingt trois. La partie carrée est un clocher-porche, très répandu au pays basque. C' est du porche que partent les escaliers conduisant aux galeries intérieures.

1-IMG_9106.JPG

1-IMG_9110.JPG

          Lors de la Révolution Française, l' église fut transformée en magasin de fourrages; elle redevint lieu de culte en mille huit cent un.

          A l' intérieur, une nef unique,

1-IMG_9114.JPG

          Avec un superbe plafond à caissons;

1-IMG_9116-copie-1.JPG

          La nef conduit vers un rétable somptueux et monumental.

1-IMG_9115.JPG

          Il repose sur une base peinte en trompe-l'oeil imitant le marbre. Il comporte trois niveaux dans des accords d' or et de rouge.

          Le premier niveau est centré sur le tabernacle surmonté de deux anges en adoration. Deux statues l' entourent de chaque côté.

1-IMG_9115-001.JPG

          De droite à gauche, de face, on voit : Saint Martin, symbole de la Charité, Saint Pierre, le roc de la Foi, gardien des clefs du Paradis, Saint Paul qui fut porteur de la parole du Christ, et Saint Jean-Baptiste qui porta l' espérance en annonçant sa venue.

          Le second niveau est centré sur la Vierge en extase, en train de monter au ciel.

1-IMG_9115-002.JPG

          A sa droite, Saint Blaise, protecteur des pélerins, à sa gauche, Sainte Catherine d' Alexandrie, symbolisant le mariage de la Foi et de la Raison.

          Le troisième niveau est exclusivement consacré à D.ieu. Entre quatre colonnes torsadées salomoniques, il tient le Monde dans une main et le bénit de l' autre.

1-IMG_9115-copie-1.JPG

          Le retable est surmonté d' un ciel bleu en coupole, étoilé de fleurs de lys, et bordé d' une frise comportant des symboles basques.

1-IMG_9120.JPG

          L' autel, auquel on accède par un escalier en bois sombre, bien ciré, est lui aussi, très richement orné.

1-IMG_9118.JPG

          Conformément à la tradition de cette province basque du Labourd,, des galeries, dévolues aux hommes, courent sur deux niveaux le long et autour de la nef.

1-IMG_9113.JPG

1-IMG_9117.JPG

          Ces galeries de bois sombre, sont, aussi, finement sculptées.

1-IMG_9122.JPG

          Juste avant de sortir de cette belle église, une statue attire mon attention. Il s' agit d' une vierge à l' enfant qui me fait penser à certaine statue maya, (que mon neveu m' a piquée !), dont l' attitude était fort ressemblante. J' ai conscience de l' insolite de l' évocation, mais......

1-IMG_9123.JPG

          Visite terminée, c' est la sortie dans le grand soleil de l' été.

 

 

 

 

 





Voir les commentaires

2013-06-23T16:17:00+02:00

La nécropole mérovingienne

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Et le suspense fut levé............

          En deux mille huit, une découverte de hasard sous le parvis de l' église de Jonzac, a suscité une campagne de fouilles en deux mille neuf.

          On a découvert alors, un ensemble de sarcophages installés du VIème au VIIIème siècle, donc, en pleine époque mérovingienne. Les beautés intérieures

          Celle-ci a été marquée par l' émergence d' une culture chrétienne très importante. Ainsi, Clovis, petit-fils de Mérovée fondateur de la dynastie, se fit baptiser aux environs de l' an cinq cents.

1-Clovis.jpg

                                                                              Wikipedia

          Il argua de son tout nouveau christianisme, pour aller contester aux Wisigoths, la possession de la riche et très convoitée Aquitaine. Les Wisigoths, adeptes de l' Arianisme, donc hérétiques, furent défaits et Clovis enrichit ainsi son royaume.

          Il était un de ces " rois chevelus ", issus de l' aristocratie franque, qui portaient les cheveux longs en signe de puissance. Rémanence de Samson qui perdit la force colossale qui lui permettait de tuer un lion à mains nues, quand Dalila, cette traitresse, lui coupa les cheveux ?

1-Samson-copie-1.jpg

                                                                            Wikipedia

          Cette symbolique des cheveux longs était bien ancrée dans les moeurs et croyances de l' époque, car, lorsque Pépin le Bref, ancêtre des Carolingiens, déposa Childéric III, dernier des Mérovingiens, il s' empressa de lui faire couper les cheveux. On ne sait jamais !!!

          On découvrit donc plus d' une vingtaine de sarcophages, accolés les uns aux autres.

1-IMG_7530.JPG

          Quand on reconstruisit le parvis de l' église, il fut décidé que serait marqué au sol, l' emplacement de ces sarcophages, tels qu' ils furent trouvés.

1-IMG_7538.JPG

          La plupart d' entre eux contenait jusqu' à quatre corps, couchés sur le dos, et des objets divers, bijoux, armes, céramique, morceaux de verre........Il semble que ces sépultures étaient celles de personnages de haut-rang, peut-être des successeurs, aprés la chute de l' Empire Romain, des occupants de la Villa Gallo-Romaine dont on a retrouvé des vestiges,

          La nécropole parait s' étendre sous l' église elle-même.



Voir les commentaires

2013-06-22T13:28:00+02:00

Les beautés intérieures

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Bizarrement, il semble que l' intérieur de l' église de Jonzac n' ait pas inspiré les documentalistes et autres historiens; elle réserve pourtant quelques belles surprises.

          La nef centrale aboutit à un choeur où l' ogive gothique remplace l' arc roman.

1-IMG_7556.JPG

1-IMG_7545.JPG

          Les deux saints qui ont donné leurs noms à l' église, y trônent en majesté sur fond fleurdelysé.

1-IMG_7549.JPG

          De part et d' autre de la partie centrale, deux statues, dont il est un peu irritant de n' avoir aucune indication d' identité;

1-IMG_7550.JPG

1-IMG_7551.JPG

          Pourtant, étant donné la place qu' ils occupent, on peut penser qu' ils aient été des personnages importants.

          L' allée centrale est couverte d' un beau carrelage;

1-IMG_7552.JPG

          Au XVIème siècle, la nef s' est vue adjoindre deux bas-côtés. l' un, finissant au pied d' une chapelle enluminée à dominante rouge, le centre occupé par un grand tableau du Christ en croix.

1-IMG_7546.JPG

1-IMG_7554.JPG          L' autre, plus précieuse, en bleu et blanc parés d' or, dédiée à la Vierge dont on aperçoit le monogramme doré au-dessus de la statue.

1-IMG_7547.JPG

1-IMG_7544.JPG

          Deux colonnes de marbre rouge et deux colonnes de marbre vert, ajoutent encore à sa préciosité.

          La chaire est très sobre; les lustres, cristal et dorures, sont superbes.

1-IMG_7555.JPG

          La présence de sarcophages mérovingiens dans l' église, préfigure la levée du suspense...........Demain............Peut-être !

1-IMG_7543.JPG

( Ceci me rappelle une réponse que l' on entendait en Egypte quand on demandait quand on allait répondre à notre question : demain.....peut-être........inch Allah ! J' ai connu la même chose quand je vivais au Maroc, et que j' attendais l' attribution d' une boite postale pour laquelle il a fallu 5 mois et demi de patience : lundi prochain, inch Allah !). Aurais-je été contaminée ????

Voir les commentaires

2013-06-21T08:23:00+02:00

Une belle saintongeaise

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Qui aime l' art roman  ne peut qu' être comblé par la contemplation de cette église Saint Gervais Saint Prothais de Jonzac.

1-IMG_7531.JPG

          En effet, la superposition d' arcatures, les modillons sculptés, les chapiteaux, sont typiques de cet art roman saintongeais.

1-IMG_7533.JPG

          Mais, elle a quelque chose de plus, unique dans cette région : une rangée, au dernier étage, de huit colonnettes terminées par de petites lanternes coniques abritant des visages humains.

1-IMG_7534-001.JPG

          L' église actuelle date du XIIème siècle, mais pourrait avoir été fondée durant le haut Moyen Âge. Il existe même une tradition, peut-être légendaire, disant que, Charlemagne lui-même, y aurait fait déposer les restes de l' évêque de Poitiers, Saint Anthelme, au VIIIème siècle, lors d' un passage dans la région. C' est du moins, ce qui fut écrit au début du XIIIème siècle, par l' auteur de la " Chronique saintongeaise ", relatant les hauts faits légendaires de l' empereur carolingien face aux Sarrazins, lors de combats épiques en Saintonge.

1-220px-La_guerre_entre_Charlemagne_et_les_Saxons.jpg

                                                                     Image Wikipédia

          Agrandie au XVIème siècle, son clocher et ses voûtes ont été restaurés au XIXème.

          Le porche est superbe dans sa sobre pureté.

1-IMG_7537.JPG

          Ces images trapézoïdales sur le vaste parvis ont une signification bien précise dont je  parlerai plus tard.

          Je peux bien faire mon petit suspense !!!


Voir les commentaires

2013-06-15T08:47:00+02:00

Saint Mathias de Barbezieux

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Sa masse imposante s' est dressée devant nous, au terme d' une rue en pente.

1-IMG_7477.JPG

          Avec son clocher carré, ses murs que l' on devine très épais et solides, elle donne une véritable impression de puissance tranquille.

          Ses parties les plus anciennes sont du XIIème siècle, époque de transition entre les architectures romane et gothique. Elle a été construite à l' emplacement d' une église primitive, consacrée en mille quarante trois, par Geoffroy II, archevêque de Bordeaux. Remaniée au XVème siècle, la façade a été couronnée au XIXème par un fronton triangulaire néo-classique. Le clocher, quand à lui, a été érigé au XVème siècle.

1-IMG_7477-copie-1.JPG

          Il est orné de deux statues représentant Saint Pierre et Saint Mathias.

1-IMG_7477-001.JPG

          Un beau portail, malheureusement très abimé, date du XIIIème siècle. Il a trois voussures romanes sculptées de statues hélas rongées par le temps.

1-IMG_7478.JPG

La troisième d' entre elles montre des scènes de la vie quotidienne des paysans médiévaux. On peut y deviner un homme foulant aux pieds du raisin.

          L' église est bâtie selon un plan basilical. Il y a une large nef centrale, flanquée de deux bas-côtés étroits mais de même hauteur.

1-IMG_7479.JPG

1-IMG_7481.JPG

          La nef principale comporte des arcs en plein cintre reposant sur d' énormes piliers, au nombre de huit.

1-IMG_7490.JPG

          La chaire date de mil huit cent vingt six. A l' origine, elle était très sobre, mais, en mil neuf cent trente deux, lui ont été ajoutés des panneaux de bois sculptés de thèmes bibliques.

1-IMG_7486.JPG

          Sur le pilier opposé, se trouve un Christ en bois doré du XVIIIème siècle.

1-IMG_7482-001.JPG          Celui-ci couronnait le Maître-Autel jusqu' en mil huit cent soixante dix neuf.

          Une ouverture dans le mur nord, me fit penser que s' ouvrait peut-être là, l' escalier donnant accès au clocher. Espérant une ascension, je fus presque déçue d' y trouver la statue, qui fut apparemment polychrome, d' un Saint portant un agneau.

1-IMG_7483.JPG

1-IMG_7484.JPG

          Des vitraux contemporains, posés de mil neuf cent soixante neuf à mil neuf cent soixante et onze, éclairent le sanctuaire d' une belle lumière filtrant à travers leurs teintes vives, couleur de pierres précieuses: rubis, émeraude, topaze....

 

1-IMG_7487.JPG

          Cette église est un lieu de pèlerinage. Un fragment du corps de Saint Mathias y est conservé, ainsi qu' un morceau de la Vraie Croix. Ces reliques sont vraisemblablement rescapées du saccage de l' église par les Huguenots, en mil cinq cent soixante deux et mil cinq cent soixante neuf.

          Elle a été inscrite à l' inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en novembre mil neuf cent quarante huit.



Voir les commentaires

2013-05-30T09:07:00+02:00

Saint Marien de Condeon

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

          Roulant sur le route de Chillac à Barbezieux, j' ai aperçu, du coin de l' oeil, une église qui me semblait intéressante. Un demi-tour, et, nous voilà devant elle. Massive et trapue comme celle de Chillac, elle a, comme elle, un clocher embryonnaire; la façade parait encore plus austère.

1-IMG_7473.JPG

          Une ouverture, peut-être une meurtrière, sous le clocher, nous fait penser qu' il s' agit d' une église fortifiée. Sur cette façade sans aucune fioritures, nous découvrons un somptueux portail.

1-IMG_7462.JPG

          Nous nous approchons; il est effectivement magnifique.

1-IMG_7463.JPG

          Le temps l' a rongé et meurtri, mais on n' a pas de peine à imaginer ce qu' il devait être au jeune âge de cette église, au XIème siècle.

1-IMG_7464.JPG

          On devine encore quelques traces de peintures originelles, et ces " festons " lui donnent une allure faussement byzantine. Nous allons entrer, car, par chance, la porte est ouverte.

          Je m' attends à une nef romane, à une lumière un peu éteinte, porteuse de mystère, et, c' est au contraire une nef marquée par le gothique, une ambiance lumineuse qui s' offrent à nos regards un peu étonnés, et, pour ma part, un peu déçus. Cette église a été remaniée au XVème siècle, et sans doute, que ceci explique cela.

1-IMG_7465.JPG

          Le choeur est assez épuré, avec sur trois côtés, des arcades festonnées rappelant le portail.

1-IMG_7469.JPG

          Trois statues couronnent la partie centrale. Qui sont' ils ? L' un d' eux est sans doute St Marien, qui a donné son nom à l' église. Du moins, je le suppose !

1-IMG_7470.JPG

          A gauche, dans la nef, et à peu près au milieu, une chaire assez classique.

1-IMG_7471.JPG

          Je n' ai trouvé aucun renseignements sur cette église; pas un habitant dans la rue que j' aurais pu interroger, rien sur internet.

          N' a t' elle donc rien vécu depuis sa construction, dans une région qui a connu la guerre contre les Anglais, des batailles contre les Huguenots........?

          Si quelqu' un peut me raconter un peu sa vie, j' en serais ravie !

Voir les commentaires

2013-05-28T10:07:00+02:00

L' église fortifiée de Chillac

Publié par divagations-et-balades

voyage cambodge

link

voyage france

link

 

 

 

             Hier, profitant d' un beau temps que Météo France nous annonçait éphémère, et de la non moins éphémère présence de l' amie parisienne, venue tondre le gazon de son jardin bordelais, nous avons décidé d' aller vers les Charentes, à la recherche des églises romanes et des vestiges médiévaux.

          Les premiers que nous avons " rencontrés " étaient le château de Chillac, flanqué d' une magnifique église fortifiée.

1-IMG_7448.JPG

          Elle pose devant nous, massive et imposante; romane, comme je les aime, avec des arcs au cintre pur. Les ouvertures sont étroites comme des archères, et,

1-IMG_7448-copie-2.JPG

sous le toit, on aperçoit des ouvertures probablement défensives.

1-IMG 7448-copie-1

          La façade est d' une beauté absolue;

1-IMG_7451.JPG

          Au-dessus su porche, des figures rongées par le temps, semblent soutenir les arcades et leurs doubles colonnettes,

1-IMG_7460.JPG

et dans un embryon de clocher, une vieille cloche verte montre le mécanisme qui la fait chanter.

1-IMG_7451-copie-1.JPG

          Cette église a pour nom Saint Sulpice. Elle date du XIIème siècle, et a été remaniée au XVème.

          Son histoire se confond avec celle du château fort, auprès duquel elle a franchi et défié les siècles.

          Elle se dresse à côté de lui, sur un promontoire du haut duquel, tous les deux, surveillent toujours la verdoyante campagne qui s' étalent devant eux.

1-IMG_7461.JPG

          Faits des mêmes pierres, l' église et le château ont été inscrits ensemble aux Monuments Historiques en mil neuf cent soixante et un.


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog