Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #nature catégorie

2017-10-21T13:55:47+02:00

Mes premiers pas de photographe amateur

Publié par divagations-et-balades

          Ils étaient aussi mes premiers pas aux sports d' hiver. C" était à Barèges dans les Pyrénées, dans les années cinquante.

          On m' avait offert un petit appareil photo à mon anniversaire précédent, et je m' en donnais à coeur joie en mitraillant à tout va. Certaines photos ont bien jauni !

Mes premiers pas de photographe amateur

          Je me souviens que je glissais sur cette pente, ou une autre qui lui ressemblait, quand j' ai réalisais qu' elle devenait de plus en plus raide et que je ne savais pas m' arrêter. Alors j' ai choisi la seule option raisonnable qui se présentait : foncer sur un arbre qui lui, saurait m'arrêter. Du moins, je l' espérais !

Mes premiers pas de photographe amateur

          D' après ce que j' avais écrit au verso de la photo, cette piste s' appelait " La Laquette ".

          Par hasard, j' avais trouvé là un copain qui habitait une maison voisine de la nôtre. Nous ne savions pas que nous allions au même endroit. Nous avons passé une semaine à prendre de vraies gamelles et à faire de la luge n' importe où et n'importe comment. En résumé, à faire les idiots; j' ai toujours été douée pour ça.

          Mais j' étais aussi sensible à la beauté sauvage de ces montagnes.

Mes premiers pas de photographe amateur

          Barèges est située au pied du col du Tourmalet et du pic du Midi de Bigorre. Sa station thermale est ainsi la plus élevée des Pyrénées. Celle-ci est réputée depuis le XVIIème siècle. En ce temps-là il n' y avait pas encore de station de ski, et le village s' appelait tout simplement " Les Bains ". C' est Madame de Maintenon, venue y séjourner avec le jeune duc du Maine pour soigner sa boiterie, qui lui donna le nom de Barèges, qui était celui de toute la vallée.

          Cinq ans plus tard, en mille six cent quatre vingt, Louvois vint y soigner une fracture de jambe. A son retour à Versailles, il obtint de Colbert des crédits pour une installation militaire et pour améliorer le confort de la station thermale.

          Dans l' histoire de la vallée de Barèges, une période me plait bien, ( il y en a qui ne seront pas contents), c' est le VIIème siècle. En ce temps-là, le peuple de la vallée de Barèges était soumis.......aux femmes. La coutume voulait que les dames soient servies par leurs maris avec les marques du plus grand respect.

          Ah ! L' heureux temps !!!!!!

          Et puis, il a fallu repartir parce que les vacances de Carnaval se terminaient. Nous redescendions par la route du Tourmalet. Bye Bye ! les montagnes ! Derniers virages, derniers coups d' oeil. A la prochaine fois !!!!

Mes premiers pas de photographe amateur

Voir les commentaires

2017-10-11T18:04:00+02:00

L' invité surprise

Publié par divagations-et-balades

          Profitant de la prolongation de l' été, mais ce n' est pas inhabituel ici, nous déjeunions dehors, sur la terrasse.

          En entrée : crabe/mayonnaise, à savourer religieusement car j' avais passé beaucoup de temps à le décortiquer tant il était gros et plein. Ensuite, une poêlée de mini-pâtissons, oignons et tomates cerises rouges et jaunes.

          Franchement, y avait-il dans ce menu de quoi faire venir s' imposer à notre table un invité inattendu ?

          Eh bien, si. Sans aucune gêne, il est arrivé et s'est installé, et, comble de toupet, il s' est emparé de l' assiette de ma soeur. Il faut dire qu' elle l' avait abandonnée, effrayée par l' audace du squatter, et s' était réfugiée à l' intérieur de la maison, me laissant rigoler toute seule.

          Mais que je vous présente l' individu :

L' invité surprise

          Il était arrivé tant que nous en étions au crabe, ne s' en prenant qu' à l' assiette de ma soeur, comprenant sans doute qu' elle avait peur de lui et le laisserait picorer tranquille. Il avait chipé un micro-morceau et l' avait emporté pour le déguster au coeur de quelque fourré.

          Et le voilà qui revenait pour la suite de son repas. Il se posa d' abord sur le bord de l' assiette, et avança avec circonspection, en reconnaissance. Puis, il s' enhardit et alla se choisir un morceau.

L' invité surprise

          L' ayant trouvé, il en découpa un autre micro-morceau, et alla le déguster sur la lame d' un couteau.

L' invité surprise

          S' en était trop pour ma soeur, qui, prenant une autre assiette, (l' insecte impoli avait léché la première), était définitivement rentrée dans la maison.

          Avant de partir, il est venu tournoyer autour de moi, puis, est allé rejoindre l' endroit mystérieux d' où il venait.

          Ma soeur suspecterait' elle une obscure collusion entre les insectes et moi ? Les moustiques ne me piquent jamais, les guêpes, frelons et autres bourdons ne viennent pas voler dans mon assiette.........Elle me regarde d' un air bizarre ! Devrais-je m' inquiéter ?

Voir les commentaires

2017-09-27T18:47:37+02:00

Papillon noir

Publié par divagations-et-balades

          Voilà, l' été est fini; pour l'instant cela ne se voit pas, sauf, peut-être, si je veux chipoter un peu, un ciel un peu plus pâle le matin quand j'ouvre la fenêtre de mon bureau.

Papillon noir

          Mais à part ça tout va bien. L' oranger du Mexique est en fleurs, et même s'il est un peu moins odorant, il est là pour le plaisir des yeux.

Papillon noir

          Le sedum, (volé il y a quelques années chez un confrère que je remplaçais et ramené chez moi dans un pot de yaourt...Mais c'est un ami, il ne m'en voudra pas, hein !), en fleurs lui aussi, lui fait de la concurrence.

Papillon noir

          Les oliviers font leur boulot et nous promettent quelques olives;

Papillon noir

          Les arbouses rougissent et honte à celles qui traînent; mais chez elles, la honte est verte.

Papillon noir

          Et le citronnier prépare les citrons de l'été prochain. Petit citron deviendra gros, j'espère.

Papillon noir

          Tout cela réjouit le regard, mais en plus il y a les papillons, ces fleurs volantes qui ne se privent pas de venir butiner.

          Il y a les vieux habitués : le papillon jaune, papillon de chou disait ma mère;

Papillon noir

          Et le blanc, avec sa petite tache noire;

Papillon noir

          Mais, que vois-je ? Un papillon noir !!! Funeste présage dit-on ! Il est là, en train de prendre la pose sur le tronc d'un pin. Vite, mon appareil. Je lui demande d'attendre et je cours à la maison.

         Ouf ! Il m' a attendue. Sympa !

Papillon noir

          Les papillons noirs n'ont pas bonne réputation. Mais, je suis vite rassurée, celui-ci n'a de noir que le dessous des ailes, et des couleurs tellement chatoyantes sur le dessus.....

          Je crois qu'il s'est pris d'amitié pour moi. J'ai du flatter son ego en le photographiant. Il me suit vers la terrasse et va déployer ses ailes sur le sedum.

Papillon noir

          Et cet après-midi alors que je prenais le thé avec ma soeur sur la terrasse, un autre est venu parader sur l'oranger.

          Est-ce le même ? Un frère ? Il me parait légèrement différent.

Papillon noir

          La nature est généreuse qui nous offre tant de beauté !

         Dites, elle est pas belle la vie ?

Voir les commentaires

2017-08-13T14:12:52+02:00

Retour

Publié par divagations-et-balades

          Me revoilà, après quelques jours sans connexion pour cause de changement d'opérateur......puis d'un souci familial qui n'est pas terminé, ce qui fait que je viens juste dire un petit bonjour sans trop avoir le temps de m'attarder.

          Mais, que vois-je ? Pourtant, mon absence n'a pas été si longue ! 

Retour

          Madame l' épeire en profite on dirait ! Attendez, je vais bientôt revenir pour de bon et balayer votre outrecuidance !

          En attendant, je vous invite à goûter un peu de fraîcheur dans un de mes endroits secrets....enfin .....presque.

Retour

         Et je vous dis : à bientôt !

Voir les commentaires

2017-07-24T05:20:00+02:00

Le pin blessé

Publié par divagations-et-balades

          J'aime beaucoup les pins, et celui-ci est un de mes arbres préférés du jardin. C'est un ami.

          Il sait rosir délicatement à l'heure des derniers flamboiements du soleil, déjà tombé dans l'océan là-bas, vers l'ouest.

Le pin blessé

          Il sait transformer des branches en pince pour essayer d'attraper la lune et, j'en suis sûre, me l'offrir.

Le pin blessé

          Il était là quand mes parents ont fait construire cette maison, il y a quarante et un ans. Je l'ai toujours connu. Il n'a pas poussé droit comme certains de ses frères, bien raides au garde-à-vous, comme des soldats. Il n'en a fait qu'à sa tête, s'orientant selon son bon plaisir. Libre et indépendant, voire un tout petit peu rebelle, et c'est pour ça que l'on s'entend bien lui et moi.

          Et puis, dans cet été bizarre, il y a eu, trois ou quatre nuits auparavant, un très fort orage avec des vents tourbillonnants. Et le lendemain, nous avons vu une grosse branche qui s'était détachée du tronc, et qui semblait flotter entre ciel et terre.

Le pin blessé

          Un vieux prunus compatissant l'avait retenue dans sa chute, mais en avait été écrabouillé lui-même.

Le pin blessé

          En s'arrachant à son tronc nourricier, elle lui a laissé une grande cicatrice;

Le pin blessé

          Et mon pauvre pin a versé bien des larmes de résine.

          Un peu plus haut, une autre branche était cassée à moitié, ajoutant à son malheur.

Le pin blessé

          Lui qui avait si bien résisté à la grande tempête de mille neuf cent quatre vingt dix neuf !

          L'élagueur est venu constater les dégâts........et nous administrer une douche froide : plus prosaïque que moi, il nous a annoncé que les larmes de résine sont le signe que le pin est attaqué par les scolytes........et qu'il n'y a pas de traitement sur les arbres vivants. 

Wikipedia

Wikipedia

          Ces diaboliques insectes sont attirés par les phéromones des arbres en cas de forte chaleur ou après une tempête. Nous avons eu les deux. Maudits soient-ils !

         Pleure mon ami, pleure, et je pleure avec toi !

Le pin blessé

Voir les commentaires

2017-07-05T18:02:11+02:00

Connexion

Publié par divagations-et-balades

          De temps en temps, le matin, je vais me reconnecter à la Terre. Alors, je vais me balader pieds nus dans le jardin, (en essayant d' éviter les crottes de Victor le Chien), et échanger mes énergies avec mon pin préféré, en humant avec délice l'odeur revigorante de ses perles de résine.

Connexion

          Nous, les humains du XXIème siècle, avons perdu depuis longtemps déjà, le contact avec la terre. Nos semelles sont isolantes, nous dormons en hauteur, dans des lits qui sont parfois à cadre métallique, nous circulons dans des véhicules qui, eux aussi, sont isolants......Tout cela est'il bon pour la santé ?

          La Terre est parcourue par des courants dits telluriques, porteurs d' une énergie qui peut participer, si besoin, au rééquilibrage de celles qui parcourent notre corps.

          Le géant Antée, le savait bien, il n' était pas fils de Gaïa pour rien. C' est de la terre qu'il tirait sa force et son énergie. Malheureusement pour lui, lors de son combat avec Héraklès, celui-ci s'aperçut qu'il se relevait plus fort chaque fois qu'il le jetait à terre, aussi l'évita t'il et dès lors put vaincre ce géant.

Wikipedia. Héraklès étouffant Antée

Wikipedia. Héraklès étouffant Antée

          J'ai toujours aimé marcher pieds nus,( et ne m'en privais pas au grand dam de ma mère quand nous étions en ville), me baigner, grimper aux arbres......Si j' en crois des études récentes, (2013), c'est de là que je tiendrais mon énergie et ma bonne santé.

          Des courants circulent de la terre à nous et de nous à la terre. Quand l' équilibre est atteint, nos facultés d'auto réparation sont à leur maximum.

          Mais, dans cette balade matinale, quand le soleil sort juste des plis de la nuit, il y a aussi le plaisir des yeux :

     * une fleur de magnolia qui n'exhalera son parfum citronné qu'après que le soleil l' aura bien chauffée;

Connexion

     * une fleur de millepertuis qui semble dire ; " ne vous en faites pas, je veille sur votre moral ";

Connexion

     * et les géraniums bleus, à peine réveillés;

Connexion

     * le citronnier est bien arrogant avec ses deux citrons; en ce moment, ils tombent et j' en ai déjà pressé un dans mon verre d'eau matinal.

Connexion

     * sans complexe, les olives les défient, petites mais nombreuses et prometteuses.

Connexion

    * pas fières, les agapanthes bleues se mêlent aux zinnias;

Connexion

     * tandis que la blanche, se croyant d'essence royale, toise carrément les géraniums-lierres;

Connexion

     * et pendant ce temps, modestes dans leur coin, les " artichauts " de ma grand-mère sont inconscients de leur préciosité, car ils sont porteurs de son souvenir et du temps tordu par une guerre impitoyable qui lui avait coûté la vie.

Connexion

          Mais qui sont vraiment ces petites lobélias bleues qui sont venues s'y nicher ?

Voir les commentaires

2017-03-30T16:42:11+02:00

Le Mystère abominable

Publié par divagations-et-balades

          C' est ce vieux monsieur barbu, à l'air parfaitement convenable et même plutôt gentil, qui a prononcé ces mots.

Wikipedia

Wikipedia

          Son nom : Charles Robert Darwin. Qui ne le connait pas !

          Mais de quoi parlait-il donc ? De l' origine des angiospermes, c' est-à-dire des plantes à fleurs.

Le Mystère abominable

          Darwin n' en connaissait pas de fossiles au-delà de cent millions d' années, et, il se demandait comment ces plantes à fleurs avaient pu apparaître aussi brutalement et envahir le monde entier.

          On sait aujourd'hui que cette conquête fut progressive.

          Bernard Gomez, universitaire lyonnais, pense que les premières angiospermes devaient pousser près des étangs ou des mares aux eaux douces, et, qu' elles auraient connu un processus d' évolution lent, à l' échelle des temps géologiques, en colonisant, tout en se diversifiant, les zones humides le long des plaines d' inondations, puis, près du littoral.

          Sans doute se base t-il sur ce qui est, semble t-il, la plus ancienne plante à fleurs connue : Monsechia vidalii, et sa ressemblance avec les cératophylles dont on décore les aquariums.

photo extraite de Sciences et Avenir : Gomez & Al. Pnas 2015

photo extraite de Sciences et Avenir : Gomez & Al. Pnas 2015

          La Montsechia vidalii serait apparue au Crétacé, il y a cent quarante cinq à cent trente millions d' années.

          Ces angiospermes ont à la fois un organe mâle : le pistil, et un organe femelle : les étamines. Cependant, elles ne sont pas autofertiles. Il leur a donc fallu tenir en laisse leur esprit de conquête pour aller fleurir la planète entière.

          Leur dispersion n' était due qu' au seul vent. Il leur manquait les insectes pollinisateurs, abeilles et papillons, pour leur permettre d' aller plus loin. Pour cela, il fallut attendre au moins trente à quarante millions d' années. Mais, elles étaient patientes et attendaient tranquillement dans des sortes de  petites niches écologiques.

          Mais dès que les insectes eurent coopéré avec elles, les plantes à fleurs ont colonisé la planète entière et se sont diversifiées. On compte actuellement environ quatre cent mille espèces.

Balade au Parc floral de Bordeaux

Balade au Parc floral de Bordeaux

          Mais.........leur évolution est-elle terminée ? Que trament-elles dans l' ombre ?

(Sources : n° spécial plantes de Sciences et Avenir).

Voir les commentaires

2017-03-23T06:14:00+01:00

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

Publié par divagations-et-balades

          Tout avait commencé avec les mimosas; il y en avait partout. Ceux qui étaient prisonniers des jardins,                 

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          et les autres, ceux qui vivaient libres dans la forêt ou au bord des lacs.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune
INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          C' était encore l' hiver, mais ils annonçaient sa fin prochaine. D' ailleurs, il faisait vingt quatre degrés et je prenais des bains de soleil sous un grand ciel bleu. Le nirvâna !

          Et puis, les mimosas ont commencé à perdre leur éclat.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Mais le ciel était toujours aussi bleu, et d' autres fleurs et arbustes sont venus prendre le relais.

          Le forsythia, qui a l' air d' un fouillis jaune,

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Mais qui sait poser et se donner des allures de star, comme le mimosas; je crois même qu' il le jalouse un peu.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

         Le houblon qui a réveillé ses clochettes et vernissé ses feuilles.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Et la fidèle corète dont les fleurs dégringolent en cascade.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Puis le printemps, fidèle à sa date de naissance, est arrivé, et avec lui : la pluie et des températures en chute libre.

          Quelle désillusion ! Comment, après de tels prémices, comprendre ce ciel noyé et cette pluie glaçante ?

         Une pauvre renoncule qui avait cru aux promesses, frissonne, couronnée de perles d' eau céleste.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Et les ajoncs qui ont envahi forêt et bord des routes, aimeraient sans doute lacérer les nuages de leurs épines pour se venger de cette eau qui abime leurs fleurs à peine nées.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Oui, le printemps est jaune en Gironde, enfin presque, car des touches d' autres couleurs éclatent aussi, mais pour le mettre en valeur.

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune
INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune
INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Et, In Memoriam, le tulipier des voisins , qu' ils ont coupé il y a quelques jours, en compagnie d' un seringa. Saccage !!!

INTERLUDE Il est arrivé, il est jaune

          Mais en attendant, c' est moi qui suis jaune....de dépit, car j' ai du abandonner le débardeur et remettre à plus tard les séances de bronzette.

          Maudit printemps ! C' était mieux en hiver !

Voir les commentaires

2016-12-02T06:31:00+01:00

L' étang de Meyrignac

Publié par divagations-et-balades

          Après ce pantagruélique repas à Saint Augustin, nous sommes revenues vers Corrèze, et, chemin faisant, nous sommes passées près de l' étang de Meyrignac.

L' étang de Meyrignac

          Il s' agit d' un étang romantique, entouré d' arbres aux essences variées, et qui jouxte un domaine de vacances dont il est sans doute un des principaux attraits.

         Le ciel bas et chargé de cette journée lui donne un aspect un peu mélancolique.

L' étang de Meyrignac

          Je vadrouille un peu le long de ses rives, à l' affût d' un signe de vie, mais, contrairement aux lacs de chez moi, pas un oiseau aquatique, pas un cygne y voguant avec majesté; même pas un ragondin à débusquer dans le fouillis végétal de ses bords.

          Cet étang est immobile, serti dans sa ceinture d' arbres dont le vert, en ce jour gris d' octobre, allume des éclats roux.

          C' est un étang pour rêverie de promeneur solitaire.

L' étang de Meyrignac

          Nous nous sentons presque confuses de venir troubler sa sérénité.

          Nous partons donc, d' autant que nous avons des visites à faire, des villages à explorer, et que l' après-midi est bien avancée.

          Alors nous remontons en voiture, et cap sur les prochaines découvertes.

Voir les commentaires

2016-11-11T18:58:38+01:00

Couleurs Gironde

Publié par divagations-et-balades

          Hier, selon une tradition qui remonte à........bien des années,  du temps où je faisais mon internat à l' hôpital de Langon, je suis allée passer ma journée mensuelle dans la famille de mon ami, dont le domaine viticole se trouve à une vingtaine de kilomètres. Nous ne sommes plus que trois, sa soeur et son mari, et moi. Ainsi va la vie.

          Pour y aller, j' ai mon itinéraire (presque) secret, qui me fait passer par le domaine de Malagar. C' est là que François Mauriac a écrit la plupart de ses oeuvres, là, que dans la touffeur de l' été, il regardait monter l' orage, là-bas, du côté d' Argelouse où la forêt devient mystérieuse.        

Couleurs Gironde

          Malagar a une pelouse bien verte, mais il suffit de quelques mètres pour que les couleurs éclatent.

Couleurs Gironde
Couleurs Gironde

          Poursuivant mon chemin, je n' ai pas tardé à arriver sur la petite route qui traverse le vignoble du château Malromé, propriété de la famille du peintre Henri de Toulouse Lautrec, lequel en avait fait son dernier refuge.

Couleurs Gironde
Couleurs Gironde

         Et quand on voit la palette de couleurs qui s' étend sous nos yeux, on comprend aisément son choix.

Couleurs Gironde
Couleurs Gironde

          A vrai dire, ces photos n' ont pas été prises hier, mais aujourd'hui. Hier, tout était plus beau, plus éclatant sous le soleil, mais..........j' avais oublié mon appareil-photos. J' ai râlé...puis....j' ai pensé que je ne pouvais pas rater ça, alors, aujourd'hui, je suis repartie pour un aller-retour rapide. Malheureusement le soleil n' était plus au rendez-vous, mais le ciel chargé conférait parfois au paysage une intensité presque dramatique,

Couleurs Gironde

         Et les couleurs étaient sans doute plus contrastées.

Couleurs Gironde

          Après m' être véritablement gorgé les yeux de beauté, je suis allée faire demi-tour à Saint André du Bois, dont les maisons aux toits roses se serrent frileusement autour de son église.

Couleurs Gironde

          J' ai fait cette petite parenthèse pour partager la beauté magique de notre Gironde, ici en Entre-Deux-Mers, et en revenant je me disais : Décidément, Aquitaine, je t' aime.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog