Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #nature catégorie

2020-11-26T18:34:16+01:00

Médoc Bleu en noir et blanc

Publié par divagations-et-balades

          Le Médoc est une presqu'île coincée entre l'océan Atlantique et l'estuaire de la Gironde. Officiellement, il y a le Haut-Médoc, le Moyen-Médoc et le Bas-Médoc. Pour moi, il y a le Médoc des vignobles qui regarde vers le fleuve, et le Médoc Bleu.... le mien, (!), celui des grands espaces, où l'air des pins se mêle à celui de l'océan. La route Bordeaux-Soulac en est la médiane.

Wikipedia

Wikipedia

          C'est le pays de la lande et de la forêt, immense, qui parait sans fin, où les pins se serrent les uns contre les autres, 

Médoc Bleu en noir et blanc

          Et que survole parfois un oiseau inconscient.

Médoc Bleu en noir et blanc

          C'est le pays des lacs, sertis dans l'écrin vert des grands pins, oasis de paix et de romantisme, où le silence n'est troublé que par les frissons des roselières.

Médoc Bleu en noir et blanc
Médoc Bleu en noir et blanc

          Parfois, la forêt est trouée par les esteys qui relient les lacs à l'océan, perçant les dunes à l'extrémité de leur parcours.

Médoc Bleu en noir et blanc

          Et il y a l'océan, infini, majestueux, changeant, tantôt calme, accueillant les soleil qui vient s'y baigner et lui donner cet éclat d'argent;

Médoc Bleu en noir et blanc

          Mais qui parfois se déchaîne, gronde et attaque furieusement le rivage,

Médoc Bleu en noir et blanc

          Et qui, ensuite, comme pour s'excuser de sa mauvaise humeur, vient, benoitement, lécher le sable.

Médoc Bleu en noir et blanc

          Le Médoc Bleu, c'est aussi ce grand ciel dont l'infini va, à l'horizon lointain, se marier à l'infini de la mer.

Voir les commentaires

2020-11-08T16:29:17+01:00

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

Publié par divagations-et-balades

          L'amie parisienne et moi étions encore dans le parc, les feuilles dorées et rouges paraient encore les arbres avant de les quitter en virevoltant.

          La balade allait vers sa fin, mais le parc avait encore quelques beautés à nous offrir.

          Nous suivions le plan d'eau qui se coulait entre les arbres, essayant, de ci de là, d'en piéger quelques-uns dans son royaume aquatique.

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Puis, l'eau s'est mise à frissonner légèrement, comme si une vie secrète l'agitait tout-à-coup. Les lignes se sont brouillées, et une sorte de poésie un peu féérique s'est révélée à nos yeux étonnés. Complice, le feuillage alentour donnait au décor un air de mystère, et nous renvoyait à la magie de notre enfance. Il y avait là un sortilège, et, c'était sûr, une fée allait apparaître dans l'éclat doré qui baignait cet endroit.

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Nous étions fascinées, et peut-être était-ce là le pouvoir redoutable de ce lieu : nous enfermer dans une bulle hors du temps jusqu'à en perdre le sens.

          Est-ce ainsi que s'exerce le charme des sorcières ?

          Nous nous sommes secouées et avons tourné le dos à ce piège irréel, pour nous trouver quelques mètres plus loin, nez à nez avec un massif foisonnant de fleurs jaunes pleines de gaieté. 

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Plus loin, un bouquet géant de roses tardives trônant telles des reines au milieu de leurs sujets.

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Et, isolées au milieu d'un endroit désolé, des fleurs inconnues pour moi, montraient un coeur gros comme chargé d'un chagrin secret.

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Pourquoi cette tristesse ? Ah ! j'ai compris.....il leur manque le rire des enfants tournant sur le manège,

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          Et les regards admiratifs des voyageurs du petit train rouge et vert.

L'automne dans un parc bordelais - Suite.

          C'était l'heure mélancolique, alors nous sommes parties.

          Peu après, la parisienne est repartie dans son nord de lumière froide; quand à moi, je me suis promise de revenir au temps de la liberté retrouvée.

Voir les commentaires

2020-10-26T18:16:19+01:00

L'automne dans un parc bordelais

Publié par divagations-et-balades

          En automne, la féerie s'installe dans les parcs bordelais. avant-hier, j'ai fait une balade dans l'un d'eux, avec l'amie parisienne venue passer quelques jours.

          Et se fut un festival pour les yeux.

          Le temps était redevenu doux, le ciel bleu avec juste quelques nuages blancs pour faire joli sur la photo. Je n'avais pas mon appareil, mais heureusement, mon portable.

          Dès l'entrée, se fut un éblouissement.

L'automne dans un parc bordelais

          Comme d'habitude nous entreprîmes de faire le grand tour du parc, et en cette saison, c'est pour moi un plaisir intense, je marchais le nez en l'air et m'arrêtais souvent pour immortaliser le feuillage avant qu'un vent mauvais ne l'emporte.

L'automne dans un parc bordelais

          A cet endroit, les feuilles s'étaient parées de douceur; quel peintre mieux que la nature, pourrait rendre cette perfection et cette harmonie.

          Puis nous sommes arrivées près du lac. Comment cet arbre peut-il pleurer devant tant de beauté ? Jaloux de ne pas changer de parure peut-être !

L'automne dans un parc bordelais

          Les abords du lac sont magiques. Quel point de vue est le plus beau ?

L'automne dans un parc bordelais
L'automne dans un parc bordelais
L'automne dans un parc bordelais

         Nous sommes restées là un grand moment, émerveillées. Et comment ne pas l'être ?

         Et nous avons pensé que l'automne de notre  vie, auquel nous sommes arrivées, (avec surprise), est certainement moins beau à voir, et.......le fou-rire nous a gagné.

         Nous avons repris la balade en nous sentant tellement vivantes ! C'est la magie de la nature qui, jamais, ne s'arrête complètement, qui semble mourir dans l'aurore glacée d' un matin d'hiver,

         

L'automne dans un parc bordelais

          Et qui, au printemps, renaît avec une telle vigueur, même dans ses aspects les plus fragiles.          

L'automne dans un parc bordelais

          Mais, il y a là, près de moi, un chien qui me regarde avec un tel air de reproche, que, je réalise que j'ai un peu dépassé l'heure de la promenade quotidienne. Ah ! les chiens et la façon qu'ils ont de vous culpabiliser !

        

L'automne dans un parc bordelais

            Bon, on y va, mais je reprendrai le fil de la balade bordelaise très bientôt. A plus tard !

Voir les commentaires

2020-10-20T19:28:22+02:00

Ode à l'automne

Publié par divagations-et-balades

          C'est l'heure exquise et matinale 

          Que rougit un soleil soudain   

          A travers la brume automnale

          Tombent les feuilles du  jardin

          

Ode à l'automne

          Cette année, l'été esqt parti brusquement, sans rien nous laisser de cette douceur automnale dont nous avons l'habitude.

          Comme nous, la nature est sidérée de ce froid soudain, le général Hiver a t-il perdu la tête ? Un petit arbre, encore jeune, a rougi tout d'un coup, il était le seul encore et le premier il y a seulement trois ou quatre jours.

Ode à l'automne

          Tout autour de chez nous, les feuillus avaient encore leur parure estivale et affichaient une majesté orgueilleuse.

Ode à l'automne

          Il y avait même un pin qui dansait.

Ode à l'automne

          Et aujourd'hui.........la nature a décidé de nous offrir une débauche de couleurs, mêlant en une symphonie magique les ors, les verts, les jaunes et les rouges.

Ode à l'automne
Ode à l'automne
Ode à l'automne

          Les bananiers, fraternellement serrés les uns contre les autres, savent que c'est en eux que va dormir l'été.

Ode à l'automne

          Et pendant que des branches effrontées tentent de déchirer le ciel dans leur délire coloré,

Ode à l'automne

          Les feuilles jaunies des grands arbres, fantômes de l'été,  commencent à virevolter en molles sarabandes.

Ode à l'automne

                    Feuille rousse, feuille folle, 

                  Tourne, tourne, tourne et vole

                      Tu voltiges au vent léger

                      Comme un oiseau apeuré

 

PS : le 1er poème est de François Coppée, le deuxième de Luce Fillol

Voir les commentaires

2020-08-30T18:29:34+02:00

Ciels du Médoc

Publié par divagations-et-balades

               Eh ! Qu'aimes-tu donc, extraordinaire Etranger ?

J'aime les nuages...Les nuages qui passent...Là-bas...Là-bas...Les merveilleux nuages (1)

          Baudelaire est-il venu sous le grand ciel médocain pour écrire ses petits poèmes en prose, et interroger cet énigmatique étranger !

          Je suis amoureuse des ciels du Médoc, ces ciels changeants, au-dessus de l'océan des pins.

          Mon premier régal de la journée, c'est le matin, quand j'ouvre mes volets sur le lever du soleil, et que je reste là, dans un éblouissement sans cesse renouvelé.

Ciels du Médoc

          J'aime cette lumière naissante qui joue sur les nuages, et crée un monde en technicolor. Parfois, le spectacle est moins riant, la noirceur a pris possession du ciel, et , seules, deux flèches d'or me disent que Sa Majesté le soleil est là, tapi au fond de l'horizon des arbres, prêt à tout éclabousser.

Ciels du Médoc

          Parfois, l'hiver, le soleil se noie, mais comme pour un ultime cadeau, il incendie les nuages.

Ciels du Médoc

          Et il y a ces merveilleux nuages des jours d'été, quand le ciel hésite entre le bleu immaculé et celui qu'il " piquète " de nuages blancs, par coquetterie pure.

Ciels du Médoc

          Ils deviennent encore plus beaux quand ils se contorsionnent et se chargent de promesses d'orages, en assombrissant leur humeur.

Ciels du Médoc

          Ils peuvent alors devenir menaçants et écrasants,  et brusquement, fondre en grosses larmes chaudes.

Ciels du Médoc

          Mais, aussi forts soient-ils, ils ne peuvent pas remplir d'un seul coup d'aile les grands espaces médocains. Il y a toujours, jusqu'à l'horizon sans fin, un coin de ciel bleu qui leur échappe.

Ciels du Médoc

          Et aussi compacts qu'ils se fassent, menaçant de s'abattre pour étouffer les pins, une bande d'azur semble s'intercaler.

Ciels du Médoc

          Et quand vaincus, ils paraissent renoncer, ils vont se consoler en se parant de la splendeur dont les revêt le soleil qui se couche.

Ciels du Médoc

          Parfois je me dis que j'ai une grande chance de pouvoir apprécier la beauté de cette terre médocaine, en tant de points bénie des dieux, et je repense à Baudelaire :

                                             Heureux

           Celui dont les pensées, comme les alouettes, 

           Vers les cieux, le matin, prennent un libre essor, 

           Qui plane sur la vie, et comprend sans effort,   

           Le langage des fleurs et des choses muettes ! (2)

(1 : Petits Poèmes en prose - 1869) -- (2 : Elévation : Les Fleurs du Mal III - 1861)

      

Voir les commentaires

2020-08-28T18:41:42+02:00

La fleur des Temples

Publié par divagations-et-balades

          Il fut un temps, déjà lointain, où l'on m'offrait tous les soirs une fleur de frangipanier.

La fleur des Temples

          Nous étions aux Iles Vierges américaines, dans l'île de Saint Thomas, un des endroits du monde qui accumule les beautés.

La fleur des Temples

          L'île était couverte de fleurs, mais j'avais une prédilection pour celles du frangipanier. D'abord, comme je suis gourmande, elle m'évoquait une frangipane, et puis, l'odeur était suave.

          La légende raconte que le frangipanier est un arbre immortel, et que, même si on le coupe, il continue de fleurir et les feuilles repoussent sans cesse.

          Les anciens Egyptiens disaient que l'huile essentielle de cette fleur apaisait les dieux.

          Quel que soit le chemin que l'on empruntait pour nos promenades du soir, on trouvait des frangipaniers.

La fleur des Temples
La fleur des Temples

          Dans certaines croyances populaires on pense que cet arbre fournirait un abri pour les démons et les fantômes. Je n'en ai vu aucun. Avaient-ils peur de moi ?

          Les Malais associent bizarrement le doux parfum de la fleur de frangipanier aux....vampires, tandis que les Mexicains y font naître leurs dieux, comme les petits garçons dans les choux.

          Tantôt associée à la mort, comme au Bengladesh, tantôt au mariage comme aux Comores, c'est dans l'Hindouisme et dans le Bouddhisme qu'elle gagne son nom de Fleur des Temples.

          En Polynésie, elle devient un symbole plus coquin : portée sur l'oreille droite, elle signifie : Je suis libre, suivez-moi Jeune Homme. Sur l'oreille gauche,c'est : Tant pis pour vous, la place est prise. Mais......portée sur les deux oreilles, elle devient carrément amorale : La place est prise , mais....ça peut se faire quand même.

SHOCKING NON ? 

Voir les commentaires

2020-07-10T16:21:18+02:00

Mais où étions-nous ?

Publié par divagations-et-balades

          C'était en mille neuf cent soixante trois. Nous étions encore de joyeux étudiants.

          En ce temps-là, la vitesse était libre sur les routes, et cela nous permettait des petites folies. Par exemple, de décider en début d'après-midi, de faire un aller et retour à San Sebastian pour une collation chocolat à la cannelle et churros, ou bien, d'aller dans la même ville, pour acheter des allumettes que l'on craquait contre sa semelle comme les cow-boys. Et bien sûr, à l'insu de nos parents.

          Même les flics étaient débonnaires. Un jour, l'un d'eux nous a arrêtés sur la nationale 113, parce que nous roulions un peu vite. Il nous a dit : " Vous vous croyez en alfa romeo ? "; J'ai répondu " non, mais on s'entraîne parce que nous en aurons une un jour ", tout en recevant un coup de pied dans la jambe par mon ami toujours inquiet de ce que j'allais dire. Mais pas d'amende......Le bon temps !

          Mais là.....Où étions-nous, et où allions-nous ? Dans les Pyrénées c'est sûr, mais pas vers les Eaux Bonnes où séjournait sa soeur, car à ce moment-là il faisait son service militaire dans l'Est de la France, et j'y étais allée seule.

          Alors ??? Il ne me reste que ces vilaines photos que je suis incapable de localiser. Et puis l'hiver n'était pas loin, et il avait sans doute fallu me traîner.

          Les sommets émergeaient à peine des nuages.

Mais où étions-nous ?

          Et il y avait encore, ou déjà, de la neige sur certains.

          Je me souviens vaguement de cette vieille chapelle perdue dans la montagne, de ces sommets enneigés dont je me trouvais trop près. Je n'aime la neige qu'en photo, au cinéma ou à la télé; in situ, c'est joli mais...en passant vite.

Mais où étions-nous ?

          Les vallées étaient noyées dans une brume qui leur donnait un aspect à la fois féerique et fantomatique. Qu'y avait-il tout là-haut ? Un rocher ? une forteresse ?

Mais où étions-nous ?

          Cette chèvre (?) qui nous fixait d'un air curieux, n'avait pas su nous le dire.

Mais où étions-nous ?

          Puis, le contour d'une ville est apparu dans le lointain. Etait-ce là que nous allions ?

Mais où étions-nous ?

          Sans doute, car nous nous rapprochions de cette cité restée pour moi anonyme.

Mais où étions-nous ?

          Où étions-nous ? Et qu'allions-nous faire là ? Questions qui resteront à jamais sans réponse !

Voir les commentaires

2020-01-14T15:06:31+01:00

Promenons-nous dans les bois

Publié par divagations-et-balades

          Nous avons la chance d'être entourés de forêt et aller se promener dans les bois est très facile.

          La journée a commencé sous un ciel rose de bon augure.

Promenons-nous dans les bois

          Vers quinze heures, Oscar et moi partîmes pour la forêt, mon ahuri de chien tirant, comme à son habitude, tel un fou sur la laisse,m'obligeant à courir derrière lui.

Promenons-nous dans les bois

          J'avais décidé de prendre des photos, en me disant que cela allait être du sport avec Oscar en laisse d'une main, et l'appareil de l'autre.

          On va à droite ou à gauche ?

Promenons-nous dans les bois

          Question superflue, ce n'est pas moi qui décide, mais l'espèce de monstre qui me traîne à l'autre bout de la laisse. wink

          En cette saison, la forêt est verte et rousse, et j'aime beaucoup le mariage de ces deux couleurs.

Promenons-nous dans les bois

          Le temps s'est un peu terni avec la marée haute, et le ciel a perdu sa lumière du matin, mais le soleil a quand même trouvé le moyen de venir prendre un petit bain.

Promenons-nous dans les bois

          Cette mare est un piège où viennent se noyer les arbres qui essaient de percer son mystère.

Promenons-nous dans les bois

          Oscar, quand à lui, préfère faire des ronds dans l'eau.

Promenons-nous dans les bois

          La promenade se poursuit, ponctuée des nombreuses haltes-pipi d'Oscar. Nous n'avons pas, comme hier, rencontré de cheval. Oscar s'était arrêté, sidéré par la taille de ce drôle d'animal, puis, dédaigneusement, avait repris sa marche en avant.

          Et au détour du chemin, j'ai vu les premières fleurs d'ajonc.

Promenons-nous dans les bois

          Elles sont encore timides, mais bientôt elles envahiront la forêt. Nous sommes entrés dans la période jaune; ajoncs, mimosas, et ensuite genêts sont les signes que l'hiver va finir très vite maintenant. Enfin......normalement, car il fait plus froid que d'habitude.

          Une autre halte-pipi, et nous faisons demi-tour.

         

Promenons-nous dans les bois

          Mais nous reviendrons, évidemment !

Voir les commentaires

2019-10-24T07:44:38+02:00

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

Publié par divagations-et-balades

          Délaissant l'aire de jeux, je décide de suivre ce sentier qui me tend les bras.

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Encore un " tortillard " mais je trouve que cela ajoute au mystère.

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Que me cache t-il ? Une clairière où dansent les sorcières les soirs de pleine lune ? Mais oui, on le dirait bien !!!

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Oh ! Oh ! Il va me falloir faire attention.J'aurais du emmener Oscar ! Et cet arbre rougeoyant que j'aperçois.....est-il normal ?

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Et celui-ci, tout tordu, aux branches anarchiques, ne serait-ce pas un sorcier déguisé ? Ou un humain, puni de sa curiosité ?

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Encore un arbre aux feuilles écarlates! Quelle alchimie secrète est à l'oeuvre dans ce parc ?

Le Parc Ausone - L'antre des sorciers

          Oh ! Il faut que je réfléchisse !!!

A plus tard !

Voir les commentaires

2019-10-16T13:38:37+02:00

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

Publié par divagations-et-balades

          Pas possible ! J'ai la berlue ! Je vois une grenouille dans un chêne.

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Elle est bien grosse ! Ah ! je la connais ..............C'est celle qui, obstinément, veut se faire aussi grosse qu'un boeuf. Ainsi, elle n'a pas renoncé ! Mais que fait-elle dans cet arbre ?

          Elle n'a pas l'air disposé à discuter. Tant pis, je vais aller voir cette aire de jeu de plus près.

          Je crois que celle-ci est pour les petits.

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Ils sont jolis ces animaux à ressort, mais je ne crois pas que j'aurais aimé longtemps.....trop statiques à mon goût.

          Voyons plus loin. Ah ! un toboggan.....et pour y accéder un passage obligé dans des sortes de tunnels en filet. Ah ça j'aurais mieux aimé, ça doit même être assez rigolo !

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Et ces grands ronds, rose et orange, avec ces rectangles noirs.......Qu'est-ce donc ?

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Alors ça......j'aime.......des trampolines......Et ensuite, pour se reposer d'avoir rebondi trop longtemps, de superbes hamacs.....

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Mais quelque chose m'intrigue. Un peu plus loin, une drôle de construction qui ressemble à un meccano. Allons voir ça !

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Pareil à une gueule vorace, ce n'est que l'un des cinq ou six accès à ce parc.

Le parc Ausone: L'arbre à grenouille

          Je n'ai pas envie de sortir, surtout par là. Alors je vais continuer mon exploration.

A plus tard !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog