Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #pensees catégorie

2017-04-23T10:16:55+02:00

La pensée du dimanche - 23/04/17

Publié par divagations-et-balades

          Aujourd'hui est un jour important pour notre avenir. Il s' agit de ne pas se tromper. Les conséquences pourraient être graves dans le monde tel qu' il est.

          Mais, même dans les circonstances les plus sérieuses, il n' est pas interdit, je dirais même au contraire, d' introduire un peu d' humour ou de dérision.

          Pour cela, je suis remontée dans un temps qui commence à paraître lointain : dans la première moitié du XXème siècle, en faisant appel à ....Groucho Marx.

Wikipedia

Wikipedia

          Il s' était inventé une démarche de poulet marchant à grands pas, avec une énorme moustache et des sourcils imposants, dessinés au bouchon brûlé, et portant de petites lunettes aux verres ronds. De plus, il mâchait un long cigare qui semblait perpétuel.

          Jouer un personnage arrogant, à l' humour corrosif en imitant l' accent new yorkais, avait fait de lui un des acteurs les plus populaires aux Etats Unis.

          Avec ses frères : Harpo, Chico et Zeppo, il formait un quatuor hilarant : les Marx Brothers, dont il était le chef de file.

          Son surnom de Groucho vient du verbe " to grouch " qui signifie ronchonner; ce qui veut tout dire.

          C' est à ce personnage que j' emprunte la pensée du jour :

          " La politique, c' est l' art de chercher les problèmes, de les trouver, de les sous-évaluer, et, ensuite d' appliquer de manière inadéquate les mauvais remèdes ".

BON VOTE !!!!!

Voir les commentaires

2017-04-16T06:11:00+02:00

La pensée du dimanche - 16/04/17 - OUPS !

Publié par divagations-et-balades

          Pendant plusieurs semaines, j' ai été tentée de propager la pensée que j' ose écrire ce jour. Son auteur lui-même ne l' a pas signée. Alors j' ai tergiversé.

          Et puis, il y a la campagne électorale, et l' indigence de certains, le creux de quelques autres, qui la rendent la plus consternante de toutes celles que j' ai connues, ont été comme un aiguillon planté dans un endroit inconfortable, et voilà, je me lance.

     " Si ton labeur est dur, et si tes résultats sont minces,rappelle-toi qu' un jour, le grand chêne a été un gland comme toi ".

La pensée du dimanche - 16/04/17 - OUPS !

          Oula ! J' ai honte !

La pensée du dimanche - 16/04/17 - OUPS !

Voir les commentaires

2017-04-02T15:13:23+02:00

La pensée du dimanche 02/04/17

Publié par divagations-et-balades

          Les perroquets sont beaux, gais, colorés et ils parlent, ce qui les rend fascinants. Mais je préfère le mainate religieux, beaucoup moins chatoyant car, "vêtu" seulement de plumes noires, mais quel parleur subtil, intelligent, observateur et qui imite si bien la voix humaine qu' il arrive souvent que l' on ne puisse faire la différence.

Wikipedia

Wikipedia

          Je me demande si chez les humains, il n' y a pas d' un côté les beaux-parleurs, style perroquet, dents blanches (et carnassières), bien coiffés, bon chic bon genre, débitant avec assurance poncifs et phrases creuses en de grandes envolées lyriques, et les autres, à l' allure sobre, à la parole mesurée et ne s' acharnant, sur le mode austère, à ne dire que les mots intelligents et utiles.

          Pourtant, le beau-parleur rassemble un bel auditoire, suspendu à ses lèvres, s' esbaudissant de l' emballage, tout en faisant fi du contenu. Cela me fait penser à Alain Bentolila quand il dit : " la prépondérance du parleur efface toute capacité à se prononcer sur le contenu des choses ".

          Je crois cette phrase très juste. Le beau-parleur, si on l' entend, ne dit que des banalités passe-partout pour que chacun croit y trouver ce qu' il cherche; il est ignare, inculte, mais peu importe, il soulève l' auditoire et lui fait croire qu' il est le sauveur de la patrie, alors qu' à ses yeux, celle-ci, ringarde, ne vaut que d' être délayée dans un méli-mélo multiculturaliste qui comblera cette absence de culture française, inexistante puisque il ne l' a jamais vue.

          Mais si on l' écoute !!!! On se rend compte que ce bel oiseau, surgi comme sur un claquement de doigts, n' est qu' une marionnette vide. Ses fabricants lui ont appris ce qu' il faut dire et qu' importe s' il dérape, emporté par sa suffisance et son aplomb, et laisse apparaître au grand jour la vacuité de ses propos, son inculture et son ignorance élémentaires. L' essentiel n' est pas là, mais dans sa capacité à faire croire.

          Alors, on se rend compte qu' il n' est qu' une occasion, que son beau plumage est un peu terni par les poussières de cinq années passées au gouvernement, et qu' il n' est peut-être que l' avatar d' un monarque usé et matois, qui l'a choisi et formaté pour survivre à travers lui, avec ses amis, dans un recyclage qui fleure bon la naphtaline.

          Me vient alors cette phrase inquiétante trouvée dans le  " Marchand de Venise " de Shakespeare :

       " Le monde reste dupe des ornements. Au tribunal, le plaidoyer le plus retors et corrompu,porté par la grâce d' une belle voix, n' occulte-t-il pas la substance du mal ? ".

La pensée du dimanche 02/04/17

Voir les commentaires

2017-03-26T05:22:00+02:00

La pensée du dimanche - 26/03/17

Publié par divagations-et-balades

          Un grand vent est en train de souffler, et les palmiers, face à la fenêtre de mon bureau, sont tout échevelés. En contrepartie le ciel est bleu.

La pensée du dimanche - 26/03/17

          Sur la France aussi souffle un grand vent, mais il n' y a pas de contrepartie.

          Mais que se passe t' il dans ce pays devenu fou ? Si je regarde derrière le rideau de fumée, j' ai peur.

          Oui, j' ai peur, parce que toutes nos valeurs sont inversées, ou piétinées.

          Parce que nous sommes rentrés dans la République des juges, et que c' est le prélude à l' arbitraire. Parce qu' il suffit d' un article dans un journal satirique pour qu' instantanément se déclenche une juridiction exceptionnelle qui semble avoir été créée pour ce genre d' occasion.

          Parce que, un peuple prompt à condamner avec une jubilation malsaine, a oublié un des fondements de la justice de ce pays : la présomption d' innocence.

          Parce que, avance sur une sorte de voie royale, ouverte et entretenue par des médias qui ont oublié neutralité et impartialité, un jeune Rastignac aux dents de loup et au sourire carnassier, qui dit tout et son contraire dans le seul but de plaire à tout le monde, qui promeut un parti ni droite ni gauche, mais les deux à la fois en une synthèse diabolique, qui anesthésie les foules qui ne réfléchissent plus, et qui, sous le charme de l' hypnotiseur, oublient que ce parti synthétique a déjà existé, en URSS, en Allemagne de l' Est.......et existe encore en Corée du Nord ou au Vénézuela, et que cela s' appelle : la dictature.

          Alors oui, j' ai peur, moi qui croyais n' avoir jamais peur de rien. Mais là !!

          Quand le peuple devient aveugle et se laisse manipuler dans une sorte de délectation morose !

          Quand un président qui a conduit le pays dans un désastre économique et moral, exerce un tel pouvoir de nuisance, et le nie farouchement en ayant le culot monstre de se parer des plumes du parangon de vertu, alors qu' il se vantait il y a guère de tout savoir et de surveiller de près un ancien président qu' il pensait avoir face à lui, quand il pensait encore, avant son éclair de lucidité, qu' il l' affronterait lors de l' élection suprême.

          Je vais revisiter Pascal Mourot, le journaliste fondateur de Fil-info-France, celui qui disait, et ne l' a pas oublié : Un journaliste digne de ce nom, ne doit rendre de compte qu' à ses lecteurs.

          On ne lui donne guère la parole dans l' étrange lucarne. Bien sûr, il n' est pas trop bien-pensant !

          C' est à lui, cependant, que je vais emprunter la pensée du jour. Puisse t' elle réveiller l' esprit critique endormi, et secouer les indifférents qui se vantent de ne pas faire de politique, comme si c' était une gloire, alors que tout est politique, et qu' ils en subissent les effets au lieu d' essayer de l' infléchir.......tant qu' il en est temps !

          Je ne sais pas qui est coupable ou pas, mais au nom de quoi irais-je m' élever en procureur en bafouant la présomption d' innocence, et je crois que la seule chose qui compte dans les temps dangereux que nous vivons, ce n' est pas essentiellement l' homme, mais le programme le plus susceptible de faire du bien au pays.

        Alors, voici ce que dit Pascal Mourot :

  " La propagande gaze nos esprits, comme l'information le libère "

    

Voir les commentaires

2017-03-19T06:58:00+01:00

La pensée du dimanche - 19/03/17

Publié par divagations-et-balades

          Vous souvenez-vous de Georges Bernanos ? Il a vécu à cheval sur les XIXème et XXème siècles, né en mille huit cent quatre vingt huit, il est mort à soixante ans, en mille neuf cent quarante huit après avoir vécu deux guerres mondiales.

          ll a connu un succès tardif après plusieurs années de difficultés financières avec son épouse et ses six enfants. C' est à partir de son livre: " Sous le Soleil de Satan " qu' il a atteint une certaine notoriété.

          Suivront : " Le Journal d' un Curé de Campagne ", " Les Grands Cimetières Sous la Lune ", et " La Grande Peur des Bien-pensants ", livre écrit en mille neuf cent trente et un, dans lequel il tient des propos antisémites, avant d' évoluer vers la condamnation violente de l' antisémitisme nazi, en mille neuf cent trente huit.

          Puis, sa pensée devient étrangement moderne. Convaincu dans les années trente/quarante que le monde qui s' annonce est : " une conspiration contre toute espèce de vie intérieure ", il s' insurge et dénonce " la dépossession progressive des Etats au profit des forces anonymes de l' Industrie et de la Banque, l' avènement triomphal de l' argent qui renverse l' ordre des valeurs humaines, et met en péril l' essence même de notre civilisation ".

          Il va même jusqu'à se déclarer ni homme de droite, ni homme de gauche, mais chrétien.

      Celui dont on cherche à faire croire qu' il est génial, alors qu' il n' a que le talent de vouloir plaire à tout prix à tout le monde, aurait-il copié sur Bernanos ? Mais non, suis-je sotte, il n' y a pas de culture française sur laquelle on pourrait copier.

         Bernanos avait une vision assez pessimiste de l' avenir si l' on en juge par la phrase dont je fais la pensée de ce dimanche :

     " Cette civilisation mécanique finira par promener autour de la Terre, dans un fauteuil roulant, une humanité gâteuse et baveuse torchée par des robots ".

         Alors ! Devons-nous souhaiter cette civilisation numérique et mondialisée dont nous parle, avec extase, le pseudo-génie, ou bien est-ce là le futur désirable que nous promet l' autre illuminé, qui serait malgré tout ravi de pouvoir taxer les robots ?

 

Photo André ALLIOT

Photo André ALLIOT

         En tout cas, merci M. Bernanos de nous donner matière à réflexion.

Wikipedia

Wikipedia

Voir les commentaires

2017-03-12T10:29:24+01:00

La pensée du dimanche - 12/03/17

Publié par divagations-et-balades

          Il s' appelle Lao Tseu, et c' est un homme très mystérieux.

Wikipedia

Wikipedia

          En Chine, on l' appelle plus communément Tàishàng Lao Jung c' est-à-dire : Seigneur suprême Lao.

          Il aurait été contemporain de Confucius au VIème siècle avant JC, à la fin de la période connue sous le nom de " période des Printemps et des Automnes ".

          Considéré comme un Sage chinois, il serait le père fondateur du taoïsme, qu' il aurait développé dans un ouvrage : le Tao Tö King ou Livre de la Voie et de la Vertu.

         Les taoïstes l' honorent comme un dieu et comme leur ancêtre commun.

         Mais........il est mystérieux disais-je, et pourquoi donc ? Parce que depuis la fin du XXème siècle, des chercheurs sceptiques pensent qu' il s' agit d' un personnage fictif ou composite, et non historique. Mais ce siècle avait perdu le sens du merveilleux !

         En fait, Lao Tseu est un être extraordinaire dès sa conception. En effet, celle-ci est miraculeuse et due au passage d' une comète, ou d' un dragon, ou à l' ingestion par sa mère d' une prune magique.

         Sa mère l' a porté pendant quatre vingt un ans, c' est pourquoi il naquit avec des cheveux et une barbe blancs - d' où son surnom d' ancien - et des oreilles aux lobes très longs, ce qui était un signe de sagesse. C' est Confucius lui-même qui le qualifia d' extraordinaire en le reconnaissant comme un maître.

         A sa naissance, neuf dragons sortirent de terre pour le baigner sur la rive yang de la rivière Guo. Dans la ville de Guoyang, il existe un site nommé " le puits aux neuf dragons ".

         Après avoir été archiviste à la cour des empereurs Zhou, lassé des dissensions politiques, il décida de partir vers l' ouest monté sur un buffle.

 

Wikipedia

Wikipedia

         C' était un exploit sportif car il avait alors.......cent soixante ans ! Arrivé à la passe qui marque la frontière, le garde Yin Xi lui demanda de rédiger un livre regroupant sa doctrine. Lao Tseu s' exécuta puis, continua son voyage.

         A partir de ce moment, nul ne sait ce qu' il devint. Certains pensent qu' il ne meurt jamais, d' autres qu' il se réincarne toujours, sous différentes formes, pour continuer à transmettre le Tao;

         Sur le plan religieux, Lao Tseu est l' un des quatre grands dieux de la secte des Cinq boisseaux qui émerge à la fin du IIème siècle et exige la récitation régulière du Tao. Son apparence est alors hors du commun : peau jaune clair, oreilles longues, grands yeux, dents écartées, bouche carrée aux lèvres épaisses, quinze rides sur un front large qui porte aux coins la forme de la lune et du soleil. Il a deux arêtes de nez, trois orifices à chaque oreille et, marquant ses paumes, les dix lignes des êtres d' élite. La séduction absolue dirait-on !

         C' est à cet être extraordinaire que j' emprunte la pensée du jour :

         " Tant qu' on ose se battre, même si on essuie des échecs,on est digne de respect ".

         

Voir les commentaires

2017-03-05T06:44:00+01:00

La pensée du dimanche 05/03/17

Publié par divagations-et-balades

          En fait, ce dimanche, je suis bien embarrassée. Je suis partagée entre Voltaire et........François Bayrou, et je ne sais à qui va ma plus grande admiration.

          Vous allez dire : " Quand même, qu' est-ce qu'il lui prend de mettre sur un pied d' égalité cet impertinent philosophe et ce politicien de bas étage " ?

Wikipedia
Wikipedia

Wikipedia

          J' avoue qu' il n' y a pas la même lueur dans le regard de l' un et celui de l' autre. Mais..........Je tiens M. Bayrou pour une sorte de prodige, je trouve qu' il est à la politique ce que Lucky Luke était pour le Far West, oui, oui, rappelez-vous, Lucky Luke, ce lonely cow boy qui tirait plus vite que son ombre !

Wikipedia

Wikipedia

          Quel rapport allez-vous dire ? Eh bien, je trouve que M. Bayrou retourne sa veste encore plus vite que Lucky Luke ne tire.

          N' est-ce pas prodigieux ?

          Allez, je vous livre quand même la pensée de Voltaire qui m' a retenue ce jour :

     " N' est' il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n' en aient pas ? "

A bientôt !

Voir les commentaires

2017-02-19T06:58:00+01:00

La pensée du dimanche. 19/02/17

Publié par divagations-et-balades

          Le dix huit janvier mille six cent quatre vingt neuf, naquit, au château de La Brède, près de Bordeaux, Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu.          

Wikipedia

Wikipedia

          C' est derrière les murs austères de ce château qu' il écrivit l' essentiel de ses oeuvres.

La pensée du dimanche. 19/02/17

          Et c' est évidemment dans celles-ci que je suis allée puiser la pensée du jour : 

               " La servitude commence toujours par le sommeil "

          Face aux flots lénifiants qui sont déversés sur nous afin de mieux nous endormir, cette phrase me parait une mise en garde adéquate, et avant que le temps ne les efface pour cette année, je vous invite à la méditer dans la senteur des mimosas. 

La pensée du dimanche. 19/02/17

Voir les commentaires

2017-02-06T05:08:00+01:00

La méditation du lundi. 06/02/17

Publié par divagations-et-balades

          C' est à un philosophe un peu particulier, adepte lui-même de la méditation, que je vais aujourd'hui emprunter la pensée à méditer. Peut-être même est-il une sorte de phénomène.

          Il se nomme Gustave Thibon, décédé en janvier deux mille un et qui aurait pu être centenaire en faisant un petit effort. Il ne lui manquait plus que trois ans !!!

Wikipedia

Wikipedia

          Métaphysicien, poète, philosophe reconnu par ses pairs, Thibon n' a pourtant jamais fait d' études universitaires. En fait, à l' âge de treize ans, pendant la Première Guerre Mondiale, il quitte l' école, certificat d' études en poche, pour aider son grand-père à la vigne familiale, son père étant mobilisé.

          Il va acquérir, seul, une culture de type encyclopédique de grande ampleur. Grâce à une bibliothèque bien fournie à laquelle il a eu accès, il va étudier les langues vivantes, la biologie, les mathématiques, la politique, la littérature, l' histoire, l' économie,  la philosophie, la théologie....

          En mille neuf cent quarante, il publie ses réflexions sur les causes de l'effondrement de la France. Le gouvernement de Vichy tente, en vain, de le récupérer. Son souci premier est l' éternel en l' homme dont il pense qu' il se condamne lui-même s' il se coupe de ses racines naturelles et surnaturelles.

          La même année, il fait la rencontre de sa vie : Simone Weil. Celle-ci, avant de partir pour les USA deux ans plus tard, lui laisse tous ses cahiers en pleine et complète propriété. Il en tirera, en mille neuf cent quarante sept, une anthologie de Simone Weil qu' il contribua à faire connaître : la pesanteur et la grâce.

          Par les livres qu' il publia pendant l' occupation allemande, il tenta, de façon voilée, de secouer le défaitisme et l' apathie de bon nombre de Français. (Faudrait-il relire Thibon ?)

          Jusqu'à un âge très avancé, il fit des conférences à travers le monde : Europe, Etats-Unis....

          Témoin de son temps, il prôna la vigilance spirituelle pour ne pas oublier, sous peine de se perdre, la dimension cosmique et la profondeur divine de toute existence.

          J' ai trouvé cette phrase que je livre à la méditation du lundi :

      " Dans le passé, il y avait un foisonnement désordonné, mais, sous cette anarchie de surface se cachait une unité plus profonde que celle de la morale abstraite des Droits de l' Homme : l' unité du vivant ".

          Gustave Thibon a reçu deux des plus grands prix de l' Académie Française : le grand prix de littérature en mille neuf cent soixante quatre, et le grand prix de philosophie en deux mille.

Voir les commentaires

2017-02-01T15:38:27+01:00

Parce que c' était lui....

Publié par divagations-et-balades

          Le temps de l' amour ne dure pas toujours, dit la chanson. Un jour, il s' en va, discret, sur la pointe des pieds, ou fracassant, emporté par un vent léthal, parce que le Destin veut que les êtres, tôt ou tard, soient arrachés les uns aux autres.

Parce que c' était lui....

          Le temps de l' amour est fini. On s' en souvient.

          Et il y a l' amitié, le deuxième pôle de l' affectivité humaine.

         En continuant ma promenade dans Sarlat, une statue m' est apparue : Etienne de La Boétie.

Parce que c' était lui....

          C' est vrai qu' il est né ici, à Sarlat, le 1er novembre mille cinq cent trente, tout le monde le sait, mais sait-on qu' il est mort, à trente deux ans, à moins de deux kilomètres de chez moi, au Taillan-Médoc ?

          Comment parler de La Boétie sans évoquer Montaigne ?

Parce que c' était lui....

          Né le vingt huit février mille cinq cent trente trois, il est de trois ans plus jeune que La Boétie. Alors qu' ils sont tout deux conseillers au Parlement de Bordeaux, ils se lient d' une indéfectible amitié virile, quand Montaigne demande à connaître l' auteur d' un ouvrage : " le Discours de la servitude volontaire ou le contr'un ".

Parce que c' était lui....

          Véritable réquisitoire contre la tyrannie, cet ouvrage surprend Montaigne par son érudition et sa profondeur. La Boétie y pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population, et essaie d' en analyser les raisons de sa soumission.

          Cet ouvrage peut paraître aujourd'hui terriblement moderne, car, en ces temps de grande manipulation, il est étrange de voir à quel point le peuple a perdu toute capacité d' analyse, et se soumet avec tant de complaisance inconsciente, et même pour certains, jouissive, à certains diktats d' où qu' ils viennent.

          Quand je suis tombée en arrêt devant la belle demeure de La Boétie à Sarlat, je ne me doutais pas des enchaînements de pensées que ce simple arrêt allait occasionner.

Parce que c' était lui....
Parce que c' était lui....

          Montaigne et La Boétie sont devenus les symboles de l' amitié, ce sentiment qui nait entre deux êtres et qui ne s' explique pas ainsi que le disait Montaigne : 

      " Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitié, ce ne sont qu' accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s' entretiennent. En l' amitié dont je parle, elles se mêlent et se confondent l' une en l' autre, d' un mélange si universel, qu' elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. Si on me presse de dire pourquoi je l' aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu' en répondant : parce que c' était lui, parce que c' était moi ". 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog