Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pensees

2019-04-07T09:08:58+02:00

La pensée du dimanche 07/04/19 - Liberté

Publié par divagations-et-balades

          Je me souviens avoir étudié Paul Eluard au lycée, et je crois bien avoir fait une dissertation sur ces mots que je n'ai jamais oubliés :

          " Et par le pouvoir d'un mot je recommence ma vie, je suis né pour te connaître, pour te nommer Liberté ".

          Liberté ! Un des plus beaux mots de notre langue, le premier de notre devise, le plus fragile peut-être.

          Il y a une sorte de permanence à vouloir nous l'enlever, venant de l'extérieur, mais aussi, et c'est le plus grave, de l'intérieur.

          Soit brutalement par une armée d'invasion, soit de manière soft et anesthésiante, comme on épluche une banane, morceau par morceau, sans bruit, pour ne pas que l'on s'en aperçoive.

          Et cette méthode, apparemment, marche bien. Le peuple s'endort doucement. La liberté revêt une peau de chagrin qui peu à peu l'étrangle. Puis, un jour, une lumière s'allume, de plus en plus vive, et le peuple, soudain honteux de sa passivité, connaît un réveil tonitruant; et il se souvient de Luc Clapiers, marquis de Vauvenargues.

  

Wikipedia

Wikipedia

          Admirateur de Plutarque, ami de Voltaire et de Mirabeau, il suivit le conseil de ces derniers et se lança dans l'écriture; sous anonymat, il publia Une introduction à la connaissance de l'esprit humain, suivie de quelques Réflexions et Maximes. Le succès ne fut pas au rendez-vous. Mais, Voltaire insista pour qu'il réécrive son ouvrage et en retouche le style. Cette nouvelle édition, fidèle à sa morale, fut publiée à titre posthume, car la vie de Vauvenargues fut brève, il mourut à trente deux ans.

          C'est probablement de cet ouvrage que provient cette maxime qui n'a pas pris une ride depuis le XVIIIème siècle :

    " La liberté est incompatible avec la faiblesse "

          En effet, la liberté se mérite, mais ne mérite t'elle pas elle-même tous les combats ?

Voir les commentaires

2019-03-30T19:39:02+01:00

La pensée du dimanche - 31/03/19

Publié par divagations-et-balades

          Un jour, une petite fille âgée de neuf ans, consulta, accompagnée de sa mère, une voyante parisienne, une certaine dame Lebon. Celle-ci, voyant la gamine, se serait exclamée : " Vous serez la maîtresse du roi ".

          Légende ?? Peut-être, mais toujours est-il que cette dame s'est vue allouer une pension de six cents livres par ans.

          Mais qui était la petite fille ? Nous étions en mille sept cent trente, et elle s'appelait Jeanne Antoinette Poisson, future marquise de Pompadour.Et c'est à l'ouverture de son testament que l'on apprit qu'une dame Lebon bénéficiait d'une telle rente. Alors ???

Wikipedia - Tableau de Boucher

Wikipedia - Tableau de Boucher

          Elle fut effectivement la maîtresse de Louis XV, et femme d'influence, aussi bien dans le domaine artistique qu' en politique, et c'est dans cette activité qu'elle aurait prononcé cette phrase :

      " Etre battu n'est qu'un malheur......ne pas se battre est un opprobe ".

          C'était au temps où le sens de l'honneur avait encore une signification. Il peut quelquefois se confondre avec le respect de soi et des autres, et pour prendre un exemple type XXIème siècle, transposons-le dans le domaine du sport, et tous les supporters qui ne supportent pas que l'on soit battu sans se battre, le comprendront.

La pensée du dimanche - 31/03/19

Voir les commentaires

2019-03-24T09:45:30+01:00

Les mots qui font rêver

Publié par divagations-et-balades

          Vous le reconnaissez ?

Wikipedia

Wikipedia

          Si je dis : Fortifications de Briançon - Citadelle de Blaye - Fort Médoc ou Frontière de fer.....tout le monde a compris, il s'agit de Monsieur de Vauban, le brillant ingénieur et architecte militaire de Louis XIV.

          Son idée ? protéger le royaume de France par une ceinture de fer composée d'une centaine de citadelles et places fortes. Le roi a eu la sagesse de l'écouter et de lui donner les moyens de réaliser son projet, et pour cela, l'a nommé Maréchal de France.

          C'est par ces réalisations que l'on connait Vauban; mais il fut aussi un essayiste préfigurant les philosophes du siècle suivant, et comme dit Fontenelle dans l'oraison funèbre de Vauban : " il avait une vision scientifique de la réalité ".

          A la fin de sa vie, il écrit un essai : La Dîme royale qui est sur-le-champ interdit de publication. Dans cet essai, Vauban propose un programme audacieux de réforme fiscale pour tenter de résoudre les injustices sociales et les difficultés économiques.

          Je me souviens avoir appris en Histoire, que la fin du règne de Louis XIV a été marquée par une épouvantable disette alimentaire qui a décimé la population. On parlait de trois millions de morts ce qui, par rapport à la population du pays, était considérable.

          Compte tenu du contexte, on peut comprendre que les mots qu'il a prononcés en s'adressant au roi, n'aient pas été particulièrement appréciés, mais, moi, ils me font rêver et j'aimerais pouvoir les dire à qui nous inflige taxes sur taxes, et qui, paraît'il, va encore les augmenter de 12 milliards d'euros cette année. ( En espérant que c'est une fake new.......)

          Voici ces mots, vieux de plus de trois siècles mais toujours d'actualité : 

          " Sire, l'argent le mieux employé est celui qui reste entre les mains du peuple ".

Cela fait rêver non ?

Voir les commentaires

2019-03-09T17:59:42+01:00

La pensée du dimanche - 10/03/19

Publié par divagations-et-balades

          La nature nous offre plusieurs images de la grandeur :

  • il y a celle écrasante et figée des montagnes; 
La pensée du dimanche - 10/03/19
  • celle mouvante et sans limite de l'océan;
La pensée du dimanche - 10/03/19
  • celle du ciel, changeant et parfois si imprévisible.
La pensée du dimanche - 10/03/19

          Et celle de l'être humain, si petit face à la nature, si arrogant quand il s'imagine avoir le pouvoir d'en changer le cours ?

          Où se trouve la grandeur d' un chef d'état ? D'un président ? D'un roi ?

          Le cardinal de Richelieu, qui fut un connaisseur, nous donne la réponse : 

          " La vraie grandeur d'un roi n'est pas à pouvoir et à faire ce qu'on veut, mais à vouloir ce qu'on doit ".

          Je me demande si cette définition s'applique aussi aux présidents de la République ?

La pensée du dimanche - 10/03/19

Voir les commentaires

2019-03-03T10:24:54+01:00

La pensée du dimanche - 03/03/2019

Publié par divagations-et-balades

          Hier, dans la voiture, j'écoutais des chansons traditionnelles juives chantées par Enrico Macias, en hébreu, en arabe, en yiddish, en français et en ladino, ce judéo-espagnol que parlaient mes ancêtres sépharades.

          Et soudain, une phrase a accroché mon attention et m'a plu immédiatement, parce qu'elle s'accorde parfaitement avec ce qui se passe en ce moment dans mon jardin....et les autres. La renaissance !

          Une fois de plus, c'est lui qui arrive le premier pour éclairer la fin de l'hiver, et bien que meurtri par la fameuse grêle du quinze juillet dernier, il a vaillamment offert ses petites boules jaunes.

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Puis est apparue la frêle pâquerette, si discrète que j'ai failli marcher dessus, et son oeil rond était plein de reproche muet.

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Et celle-ci, dont j'oublie toujours le nom.

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Et face à la porte-fenêtre de ma chambre, le forsythia envoie une grappe indiscrète. M'espionnerait' il ?

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Et là, dans un coin, toute seule, une jonquille a l'air de bouder, et en face d'elle, à deux ou trois mètres, un narcisse, indifférent. Seraient'ils fâchés ces deux-là ?

La pensée du dimanche - 03/03/2019
La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Comment ? Qu'est-ce que j'entends ? On rouspète par là ? Oh c'est vrai ! J'ai oublié les primevères. Vont-elles me pardonner cette bévue ?

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Décidément, ces prémices de printemps sont'ils tous jaunes en Gironde ? Car il y a aussi les ajoncs qui bordent nos routes. N'est-ce pas un peu louche par les temps qui courent ?

          Mais non, les fleurs des mirabelliers sont blanches et roses. 

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Et le pommier d'amour rouge, comme il se doit !

La pensée du dimanche - 03/03/2019

          Mais je m'égare, cette nature qui renaît chaque année s'accorde bien avec cette phrase qui me vient du fond des temps :

       " Chaque jour refleurit dans son lendemain ".

( Je dédie ces mots à mon copain Franck dont j'ai appris ce matin le décès dans la nuit. Il était le dernier survivant de mes quelques "vrais" copains de fac, celui qui, un jour d'automne 1956, m'avait abordée dans le hall de la fac pour me demander 1 franc afin d'aller boire un café chez Auguste, - et taper la belote - et m'avait alors juré une amitié pour la vie).

Voir les commentaires

2019-02-24T09:37:09+01:00

La pensée du dimanche - 24/02/2019

Publié par divagations-et-balades

          Plutôt que "la pensée", je devrais dire que je mets mon grain de sel. Que voulez-vous, je ne peux pas m'en empêcher. Je sais, nos lumineux médias n'ont parlé que de ça pendant quelques jours, alors, arriver tel Jean Chrysostome pour en rajouter !!!!!!

          De quoi je parle ? Ah oui, je ne l'ai pas dit, mais d' Alain Finkielkraut bien sûr.

La pensée du dimanche - 24/02/2019

          Agrégé de Lettres modernes, titulaire d'une maîtrise en philosophie, il a été professeur dans plusieurs établissements tels : l' Ecole Polytechnique, l' Université californienne de Berkeley, il est Docteur Honoris causa de l' Université de Tel Aviv, officier de la Légion d' honneur, académicien, et.......de confession juive. Nous y voilà !

          C'est en tant que tel qu'il a subi cette odieuse agression la semaine dernière. Evidemment, elle a un écho en moi puisque je suis porteuse de la même tare originelle. Et c'est là que je décide de mettre mon " grain de sel " surtout en entendant ces mots : La France est à nous.

          Ces mots-là, on me les a dit et je les ai entendus. Dans un de mes remplacements réguliers de plusieurs années dans la région parisienne, une patiente tunisienne m'a dit un jour : " Tu sais ma fille, la France maintenant, elle est à nous ". Dans tes rêves, lui avais-je répondu; mais elle avait insisté : " Allons, tu le sais toi que là où il y a une mosquée c'est territoire musulman, et nous en avons plus de deux mille cinq cents, alors ! ". C'est malheureusement vrai; une mosquée n'a rien à voir avec une église ou une synagogue, ce n'est pas que religieux.

          Une autre fois, revenant chez moi au terme d' un remplacement de quelques semaines, toujours en région parisienne, je décidais de faire un petit détour par Chambord, car je n'avais jamais vu le célèbre château.

       

La pensée du dimanche - 24/02/2019

          Me mêlant à une cohorte de visiteurs, je me trouvais juste derrière deux femmes voilées dont l'une disait à l'autre : " Tu vois, tout ça c'est à nous maintenant ". Là encore, je n'ai pas pu m'empêcher de réagir. D'abord surprise parce que j'avais compris, alors qu'elle se croyait, comme la plupart de ses coreligionnaires, bien à l'abri dans sa langue, elle m'a insultée, alors....j'ai fait de même.

          Mais le pire, et là les choses ont failli mal tourner, c'est le jour où m'a été refusé la priorité sur un pont étroit avec ces mots : " Laisse passer les maîtres ". Ils étaient trois qui se sont mis à m'insulter avec ces mots choisis de la langue arabe, que mon frère, ma soeur et moi on se disait quand on se disputait, ce qui nous faisait de suite rigoler et arrêter la dispute. Mais là, comme je répliquais avec des horreurs identiques, ils sont devenus hystériques, et.......j' ai pensé qu'il valait mieux que je parte, étant en grosse infériorité numérique, et les menaces se faisant plus précises.

          Je pense à cette phrase d' Alain Finkielkraut lors de sa réception à l' Académie Française :

          " J'ai découvert que j'aimais la France le jour où j'ai pris conscience qu'elle aussi était mortelle et que son 'après' n'avait rien d'attrayant ".

          Avant tout cela, je ne posais pas la question de savoir si j'aimais la France, tellement c'était naturel. Mais j'ai découvert moi aussi qu'elle était mortelle, et que, peut-être, de sa vie ou de sa mort dépendrait mon sort.

          Quelqu'un s'est étonné un jour parce que je n'avais ni menton en galoche, ni grandes oreilles ni nez crochu, alors comment savoir ce que j'étais vraiment ? Je me suis donc excusée de ne pas ressembler aux caricatures de la propagande nazi, mais me suis montrée rassurante en disant qu'il y avait une façon très simple d'être reconnue, il suffisait de remettre ça :

          

La pensée du dimanche - 24/02/2019

          On l'a gardée.......en cas........

Voir les commentaires

2019-02-16T18:05:07+01:00

La pensée du dimanche 17/02/19

Publié par divagations-et-balades

          Aujourd'hui, je suis allée sonner chez Monsieur de La Rochefoucauld pour en rapporter une pensée qui me plaît bien. Rien d'étonnant à ça quand on sait que mon ami m'a répété, du premier au dernier jour " tu es folle ", (mais d'un ton qui voulait dire " continues "), et qu'une de mes amies, elle aussi disparue, quatre jours avant lui, avait l'habitude de me présenter aux siens en disant : " C'est Simone, elle est folle ". Je suis sûre que certains l'ont cru.

          Vous connaissez Monsieur de La Rochefoucauld, l' homme aux Maximes !

Wikipedia

Wikipedia

          De son nom complet : François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac.

          Eh bien je me demande s'il n'était pas lui-même un peu fou ! Très jeune, il se mêla activement à toutes les intrigues de son époque. Il prit part, entre autres, au complot de Gaston de France et de la duchesse de Chevreuse contre le Cardinal de Richelieu. Cela lui valut disgrâces multiples, emprisonnement à la Bastille, exil....Il participa à la Guerre de Trente Ans, combattit lors de la Fronde......Quand Richelieu mourut, il revint à la Cour, mais....transferra son animosité sur Mazarin......

          Et un jour, il s'assagit. Il devint l'ami de Madame de Sévigné et surtout de la Comtesse de La Fayette. Et.... il devint moraliste en écrivant ses Maximes d'où je tire celle-ci qui ne pouvait donc que me plaire :

          " Sans un grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable "

De femme non plus, et d'ailleurs, comme disait je ne sais plus qui : Si l'on est un peu fêlé, c'est pour laisser passer la lumière.

Et ça aussi me plait bien. Eloge de la folie quoi !!!!

A bientôt

Voir les commentaires

2019-01-27T10:39:46+01:00

La pensée du dimanche 27/01/19 - Pensée jaune

Publié par divagations-et-balades

          Les Gilets jaunes continuent leur action pour la onzième semaine, et Jupiter, toujours aussi olympien, bien que riant jaune parfois, organise un grand débat qui, je le crains, ne servira pas à grand'chose, puisque, par ailleurs, il dit qu'il ne changera rien.

          Mais je me trompe peut-être, et il est possible que ce débat ait quand même une fonction : celle d' étouffoir.

          Le hasard, selon Einstein, n'existant pas, je trouve normal d'être tombée sur une phrase d' un certain Monsieur Queuille, que j'avais noté dans mon petit carnet,  et qui me paraît adaptée à ce que nous vivons en ce moment, et pas que......d'ailleurs.

          Ce corrézien fut plusieurs fois ministre sous la IIIème République et trois fois Président du Conseil sous la IVème.

Wikipedia

Wikipedia

          Sa phrase est peut-être un peu cynique, mais c'est souvent comme ça quand les hommes politiques oublient un peu la langue de bois.

          " La politique n'est pas l'art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent ".

Bon dimanche !

Voir les commentaires

2019-01-14T19:12:38+01:00

La méditation du lundi : Déjà Brantôme....

Publié par divagations-et-balades

          On se souvient peu de Brantôme, non, pas la ville du Périgord, l'homme de lettres. Il s'appelait en réalité Pierre de Bourdeilles, mais il prit ce pseudonyme de Brantôme sous lequel il passa à la postérité. Il était d'ailleurs né tout près de cette cité, aux alentours de mille cinq cent trente sept. 

Wikipedia

Wikipedia

          Comme beaucoup de jeunes nobles de l'époque, il était passionné par l'art de la guerre, et en quête d'aventures et de batailles. il a participé à des guerres de religion en Italie, en Espagne et au Maroc.

          De nos jours, Brantôme est moins connu pour sa vie militaire que pour ses manuscrits. Ceux-ci ont tous été publiés après sa mort. Cela valait peut-être mieux, car il a beaucoup écrit sur les hauts personnages de son temps, ce qui fait de ses chroniques un reflet intéressant de son époque, parfois avec une certaine.......vivacité.

          C'est lui qui est l'auteur de la pensée suivante qui est d'une certaine modernité : 

   " Quand le Français dort, le diable berce la France "

          Mais elle n'est plus totalement d'actualité, car, heureusement, les Gilets Jaunes ont sonné le clairon du réveil.

Voir les commentaires

2018-12-30T14:35:17+01:00

La pensée du dimanche 30/12/18 : La vie devant nous

Publié par divagations-et-balades

          Victor HUGO a dit un jour que :

     " Les plus belles années de notre vie sont celles que nous n'avons pas encore vécues ".

          Jusqu'à maintenant j'adhérais parfaitement à ces paroles, avec un optimisme inébranlable, et aujourd'hui..........voilà que j'ai quelques doutes. Oui, moi, que l'on surnommait Miss Gadget, toujours à l'affût des nouveautés, surtout en physique, et qui rêvais du temps où les robots nous dégageraient de tous les travaux ennuyeux, je deviens méfiante.

          Pas parce que mon idiot de robot aspirateur se cogne partout, prouvant ainsi que l'intelligence artificielle ne l'a pas encore atteint, mais parce que l' IA, comme on dit quand on est branché, (évidemment), s'étale de plus en plus et que nos gouvernants s'enthousiasment pour elle.

          Alors, cet engouement me semble suspect, parce que, par exemple :

     * voitures sans chauffeur. (Quelle horreur, moi qui ai toujours aimé conduire et qui aime toujours, et que je m'ennuyais déjà, quand, aux Etats-Unis, j'avais une voiture à boite automatique !)

     * consultations médicales par internet. (Quelle horreur, et le rapport singulier médecin/malade alors ! Et je pense à l'un de mes vieux maîtres, un des derniers de cette longue tradition de cliniciens remarquables, qui nous disait : " quand un patient rentrera dans votre cabinet, dès le premier regard vous devrez avoir 50% du diagnostic ").

          Tout cela me rend méfiante parce que je pense que l'individu sera rendu passif, et que cette passivité conduira à l'asservissement.

          Et qu'est-ce j'ai appris aujourd'hui ! La Chine expérimente dans plusieurs grandes villes, le " crédit social ". Cela implique une surveillance étroite des citoyens, grâce à l'IA, qui ont tous droits à un certain capital de crédits sociaux, mais si l'un de leurs comportements se révèle déviant, comme traverser hors des clous par exemple, il en perdra quelques-uns, n'aura plus accès aux hôpitaux, et son portrait sera affiché en grand sur les murs de la ville. Entre autres.

          Oups ! Où allons-nous ? car je crains que ce système ne séduise d'autres gouvernants de notre pauvre monde. Sous une forme ou sous une autre. Mais nous finirons par devenir des esclaves dociles ayant perdu à jamais l'idée d'enfiler un gilet jaune, une humanité à qui le gris ira si bien.

          Et s'il y avait un autre danger ! Quand nous passerons de ce robot joueur,

La pensée du dimanche 30/12/18 : La vie devant nous

          A celui-là, déjà moins souriant,

La pensée du dimanche 30/12/18 : La vie devant nous

          Ou à celui-ci, beaucoup plus inquiétant.

La pensée du dimanche 30/12/18 : La vie devant nous

          Qu'est-ce qui nous garantit que trouvant les humains trop primaires et inutiles, ils ne décideront pas de nous parquer dans des réserves comme matériel d'expérimentation, ou de nous éradiquer.

          Et dans nos rues, nous laisserons la place à des androïdes tels celle-ci :

La pensée du dimanche 30/12/18 : La vie devant nous

          Science fiction ? Ou pas ?

          Et la pensée de Victor Hugo dans tout ça ? Malgré mes doutes j'y crois toujours, ne serait-ce que parce que je suis curieuse et pour être là et me rebeller pour aider à refaire un monde humain....au cas où.....Et parce que je crois toujours que la vie est le plus beau cadeau que nous ayons jamais reçu.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog